Archives pour la catégorie Musique

Six-Fours – Le Six N’Etoiles part en Live !

2

Se retrouver au Six N’Etoiles était devenu l’inaccessible… étoile…
Et pourtant nous voilà au sortis de ce cauchemar et franchir à nouveau ce lieu de l’image qui nous a tant manqué a été, avouons-le un moment de joie et d’émotion..
Dès le 19 mai donc, tout recommencera à êtrede nouveau possible et pour fêter cette première étape, nous nous retrouvions ce jeudi autour de Noémie Dumas, Paul Bertin, les deux directeurs du cinéma six-fournais, des deux co-gérants, Frédéric Perrot et jérôme Quattieri, Fabiola Casagrande, adjointe au service culturel de la ville de Six-Fours et la journaliste-animatrice de Métropolitan, le magazine interactif varois, pour un streaming autour de la culture et du cinéma de cette commune varoise.
Quel plaisir de s’y retrouver et surtout de retrouver cette salle de cinéma et pouvoir reparler de tout ce qu’on aime.
Jérôme Quattiéri avouait avoir eu du mal à entendre que le cinéma était «non essentiel» alors qu’en être privé était se priver d’une partie de la culture, cet art faisant partie du plaisir, de la connaissance et, comme beaucoup, il a souffert de cette injustice.
«Se retrouver tous autour du 7ème art aujourd’hui, c’est renouer avec le public qui nous a tant manqués, et heureusement que les réseaux sociaux ont pu garder ce lien indispensable et nous a permis de nous inventer, comme ces «live» qui ont fleuri dans quelques villes dont Six-Fours, grâce à «Métropolitan» et Caroline qui est venue occuper les lieux pour offrir au public ces quelques streaming bienvenus. Ils ont été un vrai soutien tout au long de cette année»

3 4
5 6

Malgré  la bonne nouvelle de cette date du 19 mai, réjouissons-nous sans sauter de joie car tout peut encore arriver et il va falloir reprendre vie par échelons.
Noémie nous explique le concept qui va se dérouler en trois étapes :
«A partir du 19 mai, donc, démarre la première étape qui verra se remplir un tiers des salles où le public devra respecter les consignes : deux fauteuils d’écart entre chacun d’eux et le masque obligatoire. La contrainte sera que le public aura dû quitter les salles à 20h30 au plus tard puisque le couvre-feu sera toujours maintenu, même si ce sera à 21h. Evidemment les horaires seront adaptés à ces exigences.
La deuxième étape démarrera le 9 juin et les salles pourront être aux 2/3 remplies avec un seul fauteuil d’écart.
Enfin, le 30 juin verra les salles pouvoir se remplir… si tout va bien évidemment. Et là, ce sera la fête, tout repartira, on organisera des nuits, des thèmes, des événements.
On essaiera de combler le retard car 400 longs métrages sont en sommeil… C’est l’embouteillage total.
Comment allez-vous faire ?
Il va falloir faire des choix, ce ne sera pas facile, balancer entre les nouveautés, les quelques perles incontournable, les films qu’il faudra reprendre car certains n’ont eu qu’un ou deux jours de  programmation, il y aura les sorties nationale, les films pour enfants… Il faudra hélas faire un choix et essayer de contenter tout le monde car chacun a des goûts différents.
Nous allons retravailler comme nous l’avons toujours fait avec notre partenaire des débuts, l’association «Lumières du Sud» en organisant des débats autour de thèmes divers. Nous allons également retravailler avec les écoles  et avec la Mairie comme nous l’avons toujours fait également, le 26 mai à 17h, nous présenterons le film «L’oubli que nous serons» du colombien Fernando Trueba, avec la collaboration d’Amnistie International.
Enfin, s’annonce la quatrième salle, dont nous parle Frédéric Perrot :
Elle monte, elle monte et elle va être dotée du nec plus ultra. Avec une qualité image et son hight tech, des projections laser , un confort et un espace de fauteuils où même les plus grand pourront s’allonger ! Y sera accolée une salle de convivialité avec terrasse où nous pourrons proposer des rencontres, des échanges, des conférences de presse et nous travaillerons avec la brasserie pour organiser apéros, cocktails, … Nous allons travailler tous ensemble.
La mairie, et en particulier Fabiola Casagande, se dotent là d’un magnifique outil qui va encore faire progresser l’attraction du public.

DSC_0049
Gauthier Capuçon – Fabiola Casagrande

Auparavant, j’avais pu la retrouver et elle nous disait son plaisir de voir la reprise de la vie culturelle :
«Pour un adjointe à la culture, il n’y a rien de plus désolant que de faire et défaire, annuler, reporter… et ne plus pouvoir rien faire.
C’est donc avec un immense plaisir – et surtout l’espoir que nous n’aurons plus à tout annuler ! –
que je peux t’annoncer que dès le 29 mai l’artiste Chantemesse s’installera à Maison du Patrimoine, le 4 juin s’installera le Centre Archéologique du Var à la Batterie du Cap Nègre,  et une exposition s’installera à la Maison du Cygne. Suivra l’Espace de Greling mais nous sommes en train de de terminer la programmation  car on a tellement déprogrammé qu’il faut un peu de temps. Mais nous serons prêts et c’est Dominique Baviera, directeur du Pôle Arts Plastiques qui t’en offrira la primeur.
Par contre, les 4, 5 et 6 juin se déroulera à la Maison du Cygne «Rendez-vous aux jardins» manifestation nationale proposée depuis quelques années par le Ministère de la Culture. La journée du 4 sera réservée aux scolaires et nombre de manifestations, de rencontres, dont une avec  un paysagiste, d’expos, d’ateliers pédagogiques, de conférences, de concerts seront proposés durant ces trois jours.
Et côté musique ?
Nous organiserons, toujours dans ce lieu magique, «Les nuits du Cygne», quatre soirées classiques où nous recevrons de grandes pointures : le 8 juin, le violoniste Renaud Capuçon, auquel succèdera son frère, Gauthier, violoncelliste, qui était déjà venu l’an dernier et qui reviendra le 10 juin. Puis suivront deux grands pianistes : Franck Braley le 11 juin et David Fray le 12 juin. Ces concerts sont gratuits mais il faudra réserver vu le nombre de places limité.
J’imagine que notre ami Jean-Christophe Spinosi sera de la fête, cette année encore ?
Bien sûr puisqu’il organisera une fois de plus «Les nuits de la Collégiale» du 17 au 22 juillet. Trois concerts payants et deux ou trois générales gratuites où il faudra s’inscrire.
Il jouera avec l’orchestre Matheus et les spectacles tourneront autour de Vivaldi, Marin Marais, Jean-Fery Rebel, Haendel et Mozart.
J’imagine que les concerts de rock de l’île du Gaou ne seront pas programmés.
Tu imagines bien les concerts de rock se déroulant debout et la promiscuité ne le permettant pas.
Malgré tout, nous programmerons quelques concerts assis fin juillet :
Le 29 juillet, Benjamin Biolay. Le 30 juillet Morcheeba et Aaron. D’autres dates sont à confirmer».

1

Voilà.
Tout recommence, la Culture reprend ses droits avec une joie non dissimulée.
Pourvou qué ça doure !!!

Jacques Brachet




JOHNNY – RAUTUREAU – PUTZULU… Chacun son histoire

2

Offenburg en Allemagne, 1964.
Un certain Jean-Philippe Smet y fait son service militaire. Un jour comme les autres, il est demandé à l’entrée. Stupeur : il y découvre un clochard qui lui saute dans les bras et lui offre un ours en peluche. Au même instant éclatent des flashes. C’est son père, venu avec des journalistes qui a monté ce traquenard. Il s’enfuie en courant et en pleurant. Ce père, il ne l’avais jamais vu depuis son enfance. C’est alors qu’un certain Jean-Claude, dit JC console ce soldat qui est en fait Johnny. Johnny lui dit qu’il ne l’oubliera pas.
L’histoire pourrait s’arrêter là…
Vendredi 26 novembre 76, 17heures exactement. On sonne chez JC. Et lorsqu’il ouvre  la porte, il se trouve devant Johnny 33 ans, 11 ans après. Il a tenu sa promesse, il est venu rendre visite à son pote, incognito. Johnny est heureux de son petit effet, JC surpris et heureux aussi. Ils se retrouvent avec beaucoup de joie et de pudeur.
Johnny s’installe chez lui pour trois jours et pendant ces trois jours, ils ne se quitteront pas, Johnny préparant le repas à son pote, JC l’emmenant en balade au bord de l’Océan, comme deux touristes. Deux ami en vacances.
Soirées au coin du feu où ils se racontent leur vie, JC étant correspondant de presse, marié, un enfant , Johnny lui parlant de sa vie d’homme, d’artiste, de star, de Sylvie de David, des fans, des femmes, de ce sacré métier qui le bouffe mais dont il ne peut se passer… Jamais de l’armée.
JC n’a pas une star en face de lui, c’est un Johnny simple, naïf, sincère est vrai, un homme mélancolique, nostalgique, ambivalent aussi qui voudrait être le commun des mortels avec des joies simples mais qui marche à l’adrénaline et qui a besoin de reconnaissance.
Il lui parlera beaucoup de son Amérique fantasmée et vécue
D’ailleurs, après trois jours dans l’ombre,  le dernier soir, il veut aller manger au restaurant où il sait qu’on le reconnaîtra. Ce qui est le cas, il y crée une émeute, est invité à manger par le maire qui soupe là avec sa famille. Maire qui les invitera à dormir chez lui… et il en profitera pour sauter sa femme !!!
Le voilà sur le départ et avant de partir, Johnny lui confie que, le jour où il disparaître, il pourra avoir un beau scoop à raconter et lui propose de l’intituler «La balade de Johnny».
Ils ne se reverront jamais.
Cette histoire est très simple et très émouvante.
Précisons toutefois que c’est un roman et non une histoire vécue, même si l’histoire paraît belle et si on a envie d’y croire. Ce  roman, écrit par David Rautureau, correspondant de presse et romancier, comme celui de l’histoire, date de 2018 et voilà que ce récit paraît sous un coffret de trois CD, toujours  écrit par David mais narré par mon ami Bruno Putzulu et quelle plus belle voix ne pouvait raconter, lui qui est issu de la Comédie Français !
Rappelons qu’il nous a déjà offert un magnifique coffret sur les entretiens qu’il avait eu avec Philippe Noiret, qu’il avait rencontré sur le tournage du film de Michel Boujenah «Père et fils» avec qui il s’était lié d’amitié.
Amitié aussi, avec Johny d’ailleurs, avec lequel il avait tourné «Pourquoi pas moi ?» de Stéphane Giusti, à Barcelone en en 1996, date de leur amitié naissante. Il a 31 ans, Johnny 55 et après le tournage, ils seront inséparables, une amitié, avoue-t-il scellée autour de la bouffe, du sport… et de la peur du temps qui passe car tous deux ont peur de la mort, du départ des gens qu’ils aiment.
Une amitié vraie, réelle, sans intérêt d’aucune part mais faite aussi d’une admiration réciproque, Bruno étant heureux et fier de fréquenter une telle star qui paraissait inaccessible, Johnny admirant et enviant l’artiste de la Comédie Française, ce qu’il savait qu’il ne serait jamais.
Alors que depuis la disparition de l’idole, Bruno n’a jamais voulu en parler malgré nombre de propositions de beaucoup de médias, cette fois, il a accepté, outre de lire le roman mais aussi de parler de Johnny avec David Rautureau.

3 5 4

«Parce que, quoique, David n’ait pas connu Johnny «en vrai», Bruno le retrouve incroyablement comme lui l’a connu, simple et timide, généreux et poète à ses moments, naïf et drôle, bosseur et nonchalant.  Fidèle également et lorsqu’il était fidèle, il voulait qu’on le soit aussi.
«Avec – précise-t-il – le don d’aimer faire des blagues et même de faire exprès de mettre ses potes dans l’embarras, pour le plaisir de rigoler en disant «C’est pas grave, c’est juste une blague», ce qu’il a fait à Bruno en l’invitant à la Lorada pour son anniversaire en même temps que son ex petite amie… Simplement pour voir sa tête ! Très farceur, il était resté un gamin insupportable !
«Par contre – ajoute-t-il – je ne l’ai jamais vu préparer un repas comme le raconte Davis ! Mais ce que je retrouve, c’est cette façon d’être bien ensemble et de rester des heures à ne pas dire un mot.
Il n’exigeait rien de ses amis, sinon une vraie amitié et d’être là lorsqu’il en avait besoin. Par contre, en vacances ensemble, sur son bateau, c’est lui qui me faisait répéter mes textes».
Bruno avoue aussi avoir gardé tous les messages téléphonés de Johnny.
« Même si c’est puéril, je suis heureux de pouvoir dire : c’est Johnny qui m’appelle. Par contre, il ne supportait pas d’entendre un répondeur, il aimait qu’on lui réponde tout de suite.
Un jour il me dit : «Ton message est lugubre, il me donne envie de pleurer. Tu es plus marrant que ton message. Je vais t’en faire un !»

Bruno Putzulu tout azimut.
Avec Bruno, nous nous connaissons depuis 15 Ans. On s’est rencontré à une fête du livre dans ma ville, à Six-Fours. Il signait son Noiret, je signais mon Brialy. Nous nous sommes trouvés côte à côte, nous avons parlé théâtre, cinéma, chanson… italienne aussi car il a été bercé par celle-ci dans les années 60, puisqu’il est de parents italiens et que j’ai toujours adoré la chanson italienne.
Ça a été un coup de foudre qui ne s’est jamais démenti et même si la Covid nous éloigne depuis un bon bout de temps, les mails, SMS et coups de fils ne cessent jamais longtemps entre nous.
Et là, l’occasion était belle, d’autant qu’il va rattraper le temps perdu avec une année on ne peut plus mouvementée.
Bruno, toi qui t’étais toujours refusé à parler de Johnny (même à moi !) depuis sa disparition, voilà que tu te lâches ! Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ?
David Rautureau qui m’a contacté. Au départ, je t’avoue avoir refusé. J’avais tellement lu d’articles, de livres de ses soi-disant amis qui rapportaient n’importe quoi et qui me faisaient gerber, tout ça pour se faire mousser et passer à la télé, que j’avais décidé de me taire mais David m’a proposé de lire le roman et si je refusais, il n’en parlerait plus. J’ai trouvé le roman étonnant, émouvant et bizarrement, alors que David n’a jamais rencontré Johnny, je le retrouve complètement. C’est ce qui m’a fait changer d’avis.

9

Et dans la lancée, après l’enregistrement du livre, tu as accepté une interview avec David !
Oui, ça a provoqué quelque chose en moi et puis ç’était un prolongement du roman. C’était en fait un travail littéraire, puisque ce travail s’est fait avec les éditions Frémeaux & Associés, comme je l’avais fait pour Noiret.. J’y ai ajouté quelques trucs personnels comme ces messages téléphoniques que j’ai toujours. Pas les plus intimes ! J’ai trouvé ça rigolo, mignon, ça donnait une image farceuse de Johnny.
Tu as déjà eu des échos des fans ?
Oui, très positifs. Je crois qu’ils en ont encore et besoin. Ils m’accostent comme un ami de «la famille». Je me rends compte que depuis des décennies, nous avons, quel que soit notre âge et même si on n’est pas fan, quelque chose de Johnny, un souvenir, une chanson. Johnny fait un peu partie de la vie de tout le monde.
Dans le CD, tu dis qu’à un moment tu n’as plus vu Johnny. Y a-t-il eu un problème, une brouille ?
Pas du tout, nous n’avons jamais été fâchés mais il est allé vivre à Los Angeles, mon boulot était à Paris et il y a eu quelques rendez-vous manqués. Je devais le retrouver pour son anniversaire aux USA quand mon père a développé la maladie d’Alzheimer et je ne voulais pas le quitter. Et puis c’est lui qui devait venir me voir au théâtre dans «Occupe-toi d’Amélie» et c’est là qu’il a eu ses problèmes de santé et qu’il est entré à l’hôpital Cedar-Sinaï. Et je n’y suis pas allé comme tous ceux qui sont allés s’y faire voir !
Vous parliez beaucoup avec Johnny ?
Pas tant que ça, on pouvait rester des heures côte à côte sur son bateau sans se dire un mot. Et puis on partait faire la fête et c’était un autre Johnny. On n’avait pas besoin de toujours parler et on restait comme ça, sans aucune gêne. C’étaient les deux facettes de Johnny : le côté taiseux, sombre, silencieux et puis le déconneur. Il était fantasque, quelquefois inattendu.
Je me souviens d’un jour où il se faisait une fête de partir avec moi et Gérard Darmon avec son avion, pour aller voir un match à Marseille. C’est lui qui l’avait proposé mais au bout d’un moment, alors que le match avait commencé, t il s’écrie : «Qu’est-ce qu’on se fait chier… Je ne comprends pas le plaisir que vous avez à voir courir ces mecs derrière un ballon !». Et il est parti. Ce qui lui plaisait en fait c’était d’être parti entre potes avec la promesse d’un bon repas. Et puis il n’e n’avait plus envie.
Il y avait finalement un être humain derrière la star.
On connaissait moins ce Johnny !
Oui, parce qu’il était en perpétuelle représentation, il devait toujours être l’idole, le superman pour qui tout va bien. Il n’y a que les intimes qui voyaient ce côté sombre qu’en fait nous avons tous en nous.

8 7 6

Bon, venons-en à Guillaume Devaut, alias Bruno Putzulu, dans la série qui fait un carton «Ici tout commence»… Tu es loin du rigolo que je connais !
(Il rit !) Il n’y a pas de quoi : j’ai une femme pas toujours sympa qui m’a menti sur ma paternité (Elsa Lunghini), j’ai un fils qui en fait n’est pas mon fils et qui plus est, tombe amoureux de sa demi-sœur, ce qu’il ignore au départ, je suis proviseur «adjoint» car mon beau-père Auguste Armand, le patron de l’école hôtelière (Francis Huster) l’a décidé ainsi… En fait, il ne vit pas sa propre vie, il la subit souvent. Mais c’est un rôle intéressant et plein d’émotion.
Donc, tu restes ?
Oui, tant qu’on ne me tue pas ou qu’on ne m’envoie pas ailleurs et que je disparaisse !
Au théâtre, où en es-tu ?
A cause du confinement, la tournée que je devais faire avec la pièce de Cavanna «Les ritals», avec Grégory Daltin, où je joue Cavanna, mis en scène par Mario, mon frère, a été reportée. Nous avons déjà quelques dates de re-signées, en Normandie le 6 juin, au festival de Sarlat en juillet, à Aix-en-Provence le 23 septembre, à Nice le 3 décembre et au Théâtre Toursky à Marseille. Je ne sais pas encore quand.
Tu m’avais également parlé d’un nouveau disque ?
Ca y est, il est enregistré : Musiques de Denis Piednoir, musiques de… moi !
On est en recherche de producteur, ce qui n’est pas simple aujourd’hui !
De quoi parle-t-il ?
De mon père, de ma mère, du temps qui passe, du monde dans lequel on vit et même de… Donald Trump ! Le titre de l’album est celui de la première chanson : «C’était quand ?»
Et le cinéma ?
Je partirai en octobre/novembre du côté de St Etienne tourner «Paul Emploi», un film choral de Laurent Vinasse-Raymond avec Bruno Solo, Philippe Torreton, Bernard Lecoq, Olivier Marchal…
Pas de femmes ?
Je sais qu’il y aura Delphine Depardieu…»

Eh bien, que voilà une rentrée bien remplie ! Avec tout ça, on essaiera de se voir . Peut-être aussi u festival télé de la Rochelle où en principe les héros de série en sont les vedettes. Si avec ça on ne se croise pas ?!
Car nos rendez-vous nous manquent.

Jacques Brachet

 






CD NEWS

4

LAUGHING SEABIRD «The transformation place» (L’autre)
Sous le nom de Laughing Seabird, se cache Céline Mauge, chanteuse, auteure, compositrice, comédienne, et Emmanuel Heyner, musicien et arrangeur.
Ravissante et lumineuse jeune femme issue de Bretagne et aux airs de Sharlene Spiteri du groupe Texas, elle ne renie pas ses origines franco-celtiques et cela se ressent dans sa voix de cristal et les rythmes de ses chansons, de belles mélodies, des ballades intimistes accentuées par le violon et le violoncelle.
Elle chante en français et en anglais, deux langues qu’elle maîtrise parfaitement… of course !
Mais elle n’a pas que le chant comme corde à son arc, elle est également comédienne, ce qui lui a valu, au théâtre, un Molière du théâtre public en 2015 pour «Les coquelicots des tranchées» de Georges-Marie Loridon, mis en scène par Xavier Lemaître.
Elle vient de tourner pour le cinéma dans «Ça tourne à St Pierre et Miquelon», un film déjanté de Christian Monnier auprès de Patrick Bouchitey, Philippe Rebbot, Jules Sitruck, Claire Nadeau, Valérie Mairesse et quelque autres pointures.
Mais ce n’est pas tout : pour ceux qui suivent la série «Grey’s Anatomy», elle est la voix française de Mérédith.
Ah… ne pas oublier qu’en 2006 elle fait partie de la comédie musicale de Boris Bergman «La nuit du rat» ! Avec deux versions : française et anglaise.
Elle sait varier les plaisirs, sait tout faire et tout bien faire.
Voici donc ce second album (Le premier s’intitulait «And I become») aux sons pop-folk, dont les racines s’enfoncent tout au fond du pays celtique qui l’a vue naître.
C’est à la fois beau, mélodique, élégant, avec un rien de mélancolie et de mystère. C’est tout simplement beau.

5ROUGE

ROUGE «Derrière les paupières»(Laborie)
Rouge est la couleur de l’amour et de la sensualité, de la colère et du courage, du danger et de l’interdit. Mélange de magenta, représentant le piano de Madeleine Cazenave,  du jaune, qui serait la contrebasse de Sylvain Didou, du bleu, représentant  la batterie de Boris Louvet.
Ainsi se mêlent les sons et les couleurs de ce trio magnifique qui nous offre des étincelles, des flagrances, des vibrations jazzistiques légères, évaporées ou appuyées bien tempérées, des mélodies qui s’envolent comme des bulles de savon lancinantes, enivrantes, des rythmiques scintillantes.
Une musique intimiste.
Le trio navigue entre classique, jazz et moderne et nous fait penser par moments aux Gymnopédies de Satie
Ils se sont bien trouvés ces trois-là, Madeleine arrivant du conservatoire classique de la Rochelle, Sylvain le Breton, rechercheur de sons acoustiques, passionné par l’improvisation et essaimant dans des projets et des mondes différents comme le cirque, le théâtre, le cinéma, et Boris qui nous vient des percussions classiques, qui s’est aussi approché de métal, des musiques électroniques, des musiques coréennes, ayant travaillé avec le chanteur traditionnel Heemon-Lee et des musiques asiatiques, ayant travaillé avec le musicien indonésien Mo-Hong.
Cet album est à la fois très original et très abouti où chacun se mêle à l’univers de l’autre et à la musique de  Madeleine Cazenave.
A écouter avec les oreilles… et les paupières fermées car il dégage beaucoup de sérénité et de plaisir.

7

Simon DENIZART + Elli MILLER MABOUNGOU «Nomad» (Laborie)
Et nous revoilà avec du jazz. Un jazz plus énergique, plus brut, avec de très beaux passages mélodiques que nous offrent Simon Denizart, pianiste parisien qui s’est fait remarquer par le public du Québec où il a enregistré trois disques et fut nommé révélation de l’année en 2016/2017. Il a parcouru, autre le Québec, la Belgique, l’Allemagne, la république Tchèque, la Pologne et évidemment la France, avant de retourner au Québec pour recevoir de l’Adisq le trophée de l’album jazz de l’année.
Elli Miller Maboungou rejoint son complice au Québe où il reçoit en 2017 le prix Stingray de la meilleure composition au festival International de Montréal.
C’est un batteur original puisque batteur… de tambour qu’il a appris dans la compagnie de dance Nyata Nyata, dirigée par Zab… Maboungou (tiens, tiens !). C’est tout petit qu’il a appris en famille  à battre le tambour. Il a travaillé avec les grands maîtres tambourinaires et a par la suite créé son groupe afro-jazz Jazzamboka avec lequel il a remporté son prix. Il joue également de la calebasse.
S’ils ont nommé cet album «Nomad» c’est qu’ensemble ils en sont devenus puisque durant plus d’un an, ils ont sillonné le Texas, la Californie, le Canada, le Maroc et la France.
Rencontre musicale, amicale et évidente entre nos deux musiciens que des épreuves ont soudé avec un troisième larron Michel Médrano Brindis rencontré au Québec, même s’il n’a pu être présent sur ce disque.
Un jazz fluide, optimiste qui est un peu une renaissance, que ces arpèges légers qui se baladent dans ces huit morceaux très inspirés et joyeux.

Jacques Brachet


Du nouveau dans le rock : GUT GUT

thumbnail_3-Serge Gonnet GUT GUT

Les amateurs de rock se souviennent certainement des groupes mythiques emmenés par Serge Gonnet, alias Markis Sarkis : Madame Rose, Kissing Jane (3 albums), MAAM qui produira en 2003 l’album Trans-Hôtel et fera partie du spectacle du même nom, trois groupes qui enflammèrent la scène rock, et particulièrement celle du Sud.
Depuis, Serge Gonnet toujours avide de nouveau, a tenté diverses aventures musicales, avec toujours la production d’albums concepts, c’est à dire qu’ils sont une œuvre globale et non pas une juxtaposition de titres, bien qu’on puisse écouter les morceaux dans l’ordre qu’on veut.
Serge Gonnet est compositeur, chanteur et multi instrumentiste, son instrument de prédilection étant la guitare. Pour chanter il s’est inventé une langue étrange avec son vocabulaire et sa syntaxe.
Et voilà que durant le premier confinement en mars-avril 2020 Serge Gonnet a concocté un nouvel opus « Delice M », en homme orchestre, en jouant de tous les instruments. Citons l’auteur : « J’ai écrit cet album dans une solitude forcée, entouré de fantômes et je dois dire que leur compagnie fut plutôt délicieuse . . . Je les écoutais très attentivement, je parvenais alors à capter leur souffle qui me suggérait quoi jouer ; quels fantastiques moments nous avons eus ! Comme possédé par leur présence magique, j’ai ainsi pu jouer tous les instruments, aidé tout de même par quelques programmations. » Rien de tel que les fantômes pur créer de la musique et se laisser emporter par une imagination sœur du rêve. Ainsi en est-il des vidéos.
L’album a été enregistré à L’Imagerie Musicale Mobil Studio, qui est sa roulotte de gitans (my Gypsy Caravan, dit-il), transformée en « studio mobil » ; c’est dans cet antre que furent tournées les images de « Bi Nental » qui accompagnent la musique.

thumbnail_4-GUT GUT Art-Rock

Des gens de radio en Angleterre ont créé leur label « Dr Johns Surgery Records » et « Surgery Records Radio » qui anime une émission dédiée essentiellement à ses artistes, dont « Gut Gut » fait partie ; cette émission est reliée par Radio Shepton et Radiobeatz au Bengladesh. « Gut Gut » y est également programmé et passe sur Radio Las Vegas Rock aux USA, Power Plant Radio au Canada, ainsi que sur une autre fréquence en Australie. « Gut Gut » a ainsi acquis une envergure internationale, juste récompense de tant d’années de travail et de persévérance ; plusieurs centaines de milliers d’amateurs. Le mérite de cette réussite en revient pour une part non négligeable à Isabelle Singer, maître de conférence à l’université Aix-Marseille, créatrice de vidéos et de court métrages parmi lesquels on note un film pour l’exposition Roland Barthes au Centre Pompidou à Paris. Elle a réalisé ou pris part à la plupart des vidéos qui accompagnent « Delice’ M ».
Pour Serge Gonnet les vidéos sont la suite artistique logique de son travail en musique car dès l’étape de composition musicale il a déjà des images en tête. C’est aussi une sorte d’extension à sa passion de peindre (car la peinture est sa seconde activité artistique). Et de citer Paul Valéry : « le peintre est amené à ressentir sa peinture et le musicien à voir sa musique. »
Dans ses vidéos il fait preuve d’une imagination délirante, riche et onirique, parfois surréaliste, très proche de la facture de ses tableaux. Ce sont des images sans logiques apparentes qui collent parfaitement à la musique, et pourtant on peut regarder la vidéo sans musique, ou écouter la musique sans vidéo.

thumbnail_Recto Delice'M

Le nouvel opus « Delice’ M » se compose de 10 titres, tous très mystérieux, dans la langue Markis-Sarkis. Règne dans ce disque une atmosphère envoûtante, lancinante, captivante, assez « Space Rock », qui n’est pas sans évoquer celle du dernier disque de David Bowie (Blackstar), influence bénéfique pour « Gut Gut », mais dans une tout autre construction où se mêlent les influences des grands, tels Frank Zappa, David Gilmore, Pink Floyd, Santana, cela dit simplement pour essayer de situer cette musique. C’est avant tout du « Gut Gut ».
Une rythmique béton, du groove plein les neurones, on renoue avec la grande époque du rock électrique. « Bi-Mental » en est un bon exemple, ça chauffe, entre Bowie et les Rolling Stones, et un solo de guitare digne de Santana. Ou encore le très prenant « Al Delase » avec une belle partie chantée sur un arrangement de petits motifs et des plaintes de guitare sous jacentes ou affleurantes, et « L’Menta » ou la guitare en majesté.
Après cela il ne reste plus qu’à écouter les dix morceaux, dans l’ordre, puis dans le désordre, ou le contraire.

Serge Baudot
Faites vous une idée en allant sur : www.markis-sarkis.com



Patrick JUVET… La musica s’est arrêtée

5

Nous partagions, Patrick Juvet et moi, quelques souvenirs du temps où, avec « l’équipe à Barcaly », on se quittait rarement, lui, moi, Nicoletta, Léo Missir, Patricia Carli, Annie Markhan, des noms qui nous relient à une époque où les tournées étaient une récréation, où l’on passait de folles nuits blanches chez Eddie, où le MIDEM était un lieu de rendez-vous de fêtes, où Johnny venait nous rejoindre et où nous passions de joyeuses soirées car toutes les occasions étaient bonnes pour faire la «nouba».
On se rencontrait pour chaque occasion, pour fêter un anniversaire, un disque d’or, l’arrivée du printemps, la signature d’un petit nouveau dans l’écurie Barclay, un festival,… Bref, tout était prétexte à faire des fêtes et je me souviens d’une spaghetti-party organisée sur la plage face au martinez, pour la remise d’un disque d’or à Patrick Juvet. Car il y avait là, outre les personnes citées, Sardou, Salvador, Delpech, Vassiliu, Jean-Pierre Savelli, Daniel Seff et même Jean Sablon… Nicoletta faisait la maîtresse de maison et l’on rentrait le soir avec quelques beaux coups de soleil ! Patrick fêtait, je m’en souviens, le disque d’or pour son titre « La musica » et à ce moment-là, lorsqu’on donnait un disque d’or, ça n’était pas pour une poignée de disques vendus, comme aujourd’hui, mais pour un million de disques…
A notre époque, on en est loin !!!
Il venait aussi de triompher à l’Olympia où il avait monté un spectacle fort original où il arrivait, le visage maquillé et couvert de strass du plus bel effet ! Cela avait bien sûr fait couler beaucoup d’encre car en France, un mec maquillé sur scène, c’était nouveau !
« Je ne vois pas pourquoi – m’avait-il dit – le maquillage serait réservé aux filles sans compter que ce que je fais se rapproche plus d’un masque que d’un maquillage. De toute façon, j’en avais envie depuis longtemps mais je ne trouvais pas le maquilleur qu’il fallait. Jusqu’au jour où j’ai rencontré celui de David Bowie qui a accepté de s’occuper de moi. Et j’ai pu ainsi faire ce Musicorama avec ce maquillage…  »
Patrick était un artiste très original et fut ainsi un précurseur dans ce domaine. Il avait d’ailleurs à l’époque un autre projet fou : partie en tournée avec un cirque !
« Pourquoi pas ? J’ai fait des photos dans un cirque et j’ai véritablement eu le coup de foudre… J’ai envie de chanter au milieu de lions, de tigres, de léopards, avec autour de moi des clowns, des équilibristes, des trapézistes… J’ai envie de me sortir de mon public de minettes et, par ce genre de spectacle, attirer d’autres personnes… Le danger fait partie de mes maîtres-mots. J’aime me mettre en danger… »
Et il s’y est d’ailleurs mis souvent, et pas seulement pour des spectacles ou même en moto, mais en allant très loin avec drogue et alcool, chose dont il parle dans sa biographie  » Les bleus au cœur  » (Ed Flammarion).
Mais à l’époque, les chansons qu’il chantait, étaient alors très en vogue grâce à CloClo – rappelons que c’est lui qui lui a écrit « Le lundi au soleil » – mais il en avait un peu marre, d’autant qu’il aimait beaucoup le rock’n roll, chose qu’il n’avait pu faire chez Barclay car dans ce métier, on ne change pas facilement les étiquettes…
« Ma période romantique, j’en ai un peu marre… Je veux montrer que je peux faire autre chos « .
Il l’a prouvé plus tard en devenant l’un des rois incontesté du Disco.
Je le retrouvai donc sur la tournée « Age Tendre » et, le soir où nous étions à Toulon, il avait le souvenir de la région toulonnaise où de temps en temps, incognito, il posait ses valises à la Tour Blanche à Toulon où encore à Six-Fours où je vis.

3 4

« Patrick, tout comme Catherine Lara, tu n’es pas de ces mythiques années « Age Tendre » puisque tu es plutôt des années  » Disco « … Alors, que fais-tu là ?!
Parce qu’on me l’a demandé !
Tu sais, j’ai quand même été baigné par ces fameuses années. Je suis né en 50, donc ado j’ai connu tout ça, « Age Tendr », « SLC » et cette musique a bercé ma jeunesse même si l’on m’a fait faire du piano classique ! J’adorais déjà la musique anglo-saxonne et c’est elle qui m’a attiré vers la chanson.
Et puis il y a eu dans ta vie la période CloClo avec « Le lundi au soleil » que tu a écrit pour lui.
Oui, au départ j’écrivais seulement des chansons et je lui ai proposé celle-ci qui a été un énorme succès et que je chante d’ailleurs aujourd’hui. Après ça, je lui ai proposé « Rappelle-toi minette » dont il n’a pas voulu, alors je l’ai enregistrée et ça a démarré comme ça, puis il y a eu  » La musica « .
Dur de travailler avec Claude ?
Non, car je n’étais pas attaché à lui par un contrat, je n’étais pas un de ses employés et je n’étais pas très ami avec lui.
On faisait quelques dîners ensemble mais j’ai toujours été plus près de Johnny
Je me contentais donc de lui proposer des chansons qu’il prenait ou pas, c’est tout. Je garde malgré tout un joli souvenir de lui car il avait dit de moi une chose très gentille : « Patrick Juvet c’est la perfection au masculin » !
Après, ma carrière a démarré et j’ai gardé mes chansons pour moi.
J’en ai écrit quelques-uns pour les autres comme  » L’amour qui venait du froid » pour Dalida, que j’ai reprise après sous le titre de « Sonia ». Je n’ai pas eu de chance car la face A du disque de Dalida était « 18 ans » !

2

Comment te trouves-tu au milieu de tous ces chanteurs que tu ne devais pas tous connaître ?
Mais j’y suis très bien, tout le monde est heureux de vivre cette tournée.
Pour moi, c’est la première mais je m’y suis très vite incorporée et je m’y sens bien. Et puis c’est formidable de voir combien le public aime venir et revenir retrouver des succès, des standards qui ont marqué leur vie.
Je trouve l’idée formidable car on fait beaucoup de choses pour les jeunes et très peu de choses pour les autres. Donc tout le monde y trouve son compte et ça permet à nombre de chanteurs de chanter devant une foule énorme.
Toi tu leur offres du disco bien sûr !
Évidemment, c’est ce que le public attend et connaît de moi. C’est vrai que quinze minutes c’est court mais je chante les chansons que le public connaît et aime et le principal est de lui donner du bonheur.
Tu as longtemps disparu de la circulation !
Oui car il est arrivé un moment où j’en avais ras le bol et surtout, j’ai eu pas mal de problèmes dont la mort de mon amie et productrice Florence Aboulker. Alors j’ai beaucoup voyagé durant les années 90. Je suis allé très souvent aux États-Unis, je m’y suis presque installé et puis j’ai recommencé à chanter lorsque l’envie s’est faite sentir. J’ai aussi beaucoup travaillé avec d’autres artistes, des gens que j’aimais particulièrement, à qui je trouvais beaucoup de classe et c’était très flatteur pour moi que des gens comme Marc Lavoine, Françoise Hardy, Hélène Ségara fassent appel à moi.
Je me suis donc retrouvé dans ce milieu avec plaisir et sans aucune nostalgie pour le passé. Si j’ai plein de jolis souvenirs, j’aime vivre le moment présent. Vive dans la nostalgie, ça n’est pas mon truc et je pense que ça empêche d’avancer.
Je peux dire aujourd’hui, comme dans la chanson « Non, je ne regrette rien »… Je suis un romantique dans l’âme !
Alors aujourd’hui tu repars ?
Oui, après avoir travaillé pour les autres, je retravaille pour moi, je vais faire un nouveau disque. Il sera très « dance » et je vais le faire en collaboration avec un DJ célèbre… qui n’est pas David Guetta… Devine ! J’ai vraiment envie de faire quelque chose qui bouge… avant qu’il ne soit trop tard ! Je vais enregistrer en Andalousie. Mais tu sais, j’ai toujours été précurseur puisque «Où sont les femmes ?» je l’ai fait avec Jean-Michel Jarre ! Mais j’écris pour d’autres si on me le demande. La preuve : Annie Cordy m’a demandé de lui écrire une chanson… rigolote ! Pas facile mais je vais peut-être me piquer au jeu car ce sera nouveau pour moi même si ce n’est pas facile !

6 7
Photos Christian Servandier

Mais le comique, tu connais ?
Tu sais, lorsqu’on a des amis qui s’appellent Muriel Robin ou Pierre Palmade, on est à la bonne école ! J’étais aussi très ami avec Thierry le Luron…
Tu as longtemps été « le chanteur à minettes ». Ça t’a gêné ?
Oui parce que c’était un peu réducteur mais c’est ma rencontre avec Jean-Michel qui m’a fait prendre un tournant et m’a classé dans une catégorie… « mec » !
Tu as eu un choriste célèbre !
Tu veux parler de Balavoine ? Effectivement, il avait une voix incroyable et je l’ai d’ailleurs fait chanter sur mon album  Chrysalide ». Je l’accompagnais au piano. Léo Missir l’a entendu, a été accroché par cette voix et l’a signé. Il lui a fait faire « Le chanteur » et tout a démarré pour lui.
Aujourd’hui tu vis toujours en Suisse ?
Non, il y a longtemps que je n’y vis plus. J’y vais seulement pour y voir ma famille mais après l’Angleterre, l’Amérique, Paris, aujourd’hui je vis en Espagne et j’y suis très bien. Je n’y suis pas beaucoup connu, j’y ai des amis mais comme je suis un solitaire, j’y suis très heureux, je vis dans l’anonymat. Je peux sortir comme je veux, l’Espagne est un pays joyeux et j’aime vivre en province.
Je suis un provincial à la basse puisque j’habitais Montreux !

8 9
Première et dernière rencontre

J’y retourne pour le festival de jazz… Mais c’est tout « .
Et aujourd’hui… C’est tout. Je garde le souvenir d’un garçon charmant, délicat, assez solitaire même s’il était très socable et aimait s’amuser.
C’était un bel artiste et un adorable compagnon de fêtes.

Jacques Brachet


MUSIQUE !

 Du blues, du blues, du blues
Le blues, venu des Etats-Unis au temps de la ségrégation raciale, est une musique créée par les noirs afin d’exprimer leurs tristesses, leurs joies mais aussi leur drame dû à l’esclavagisme.
Depuis le début du XXème siècle cette musique a évoluée, artistes blancs et noirs la mâtinant de negro spiritual, de rock, de jazz, de soul.
Né dans la région du Mississipi et du Texas, le blues a ainsi très vite conquis les musiciens du monde qui l’ont adopté, joué, chanté, modifié et aujourd’hui de grands musiciens continuent à se l’approprier.

1 2

Bjön BERGE : «Heavy Gauge» (Blue Mood recors)
Il est la preuve que le blues a conquis le monde puisque Björn Berge est norvégien ! Il a à son actif une douzaine d’albums et est aujourd’hui l’un des plus grands bluesmen européen, bardé de prix et de récompenses. Ses influences sont multiples, de Motorhead à Joni Mitchell en passant par Chuck Berry, Hot Chili Peppers et dont il reprend souvent leurs morceaux à sa manière et avec une virtuosité insolente. Il signe sur ce CD toutes les chansons avec Ellis del Sol. Chapeau vissé sur ses longs cheveux, de sa voix «rockailleuse», il nous assène des riffs sauvages de guitare avec «The wrangler». On pense aux Rolling Stones. Puis il part sur du reggae avec «A matter of time» sur un pur solo de guitare ou encore «Coliseum». D’une voix de basse il nous propose «Bound to rambles» où l’on retrouve la vraie pureté du blues pour mieux repartir sur un air plus rock «I got it made» et encore plus free rock avec «Rip off» et «Alone again» avec des riffs incroyables de guitare. Retour à la ballade blues pure avec «Stray dog» pour finir sur l’étrange «Bottle floats» d’une voix avinée.
Accompagné de Kjetil Ulland (basse) et Kim Christer Hylland (batterie, percussions), il nous offre là un disque qui mériterait qu’on le connaisse mieux en France.

4 3

ABAJI : «Blue Shaman» (Abajimusic)
On pourrait le nommer «Multi Abaji» car ce libanais imprégné de la musique de son pays, s’imprégnera très vite des toutes les musiques du monde qu’il va découvrir en voyageant, principalement de l’Inde et de l’Orient… Et du blues ! Né d’une famille de musiciens, il joue de la guitare, de la clarinette, des percussions, de l’oud, du bouzouki, des flûtes diverses, c’est dire le musicien qu’il est devenu (et polyglotte à la fois) à force de traverser le monde.
Ce musicien globe-trotter nous a déjà proposé un CD «Route & Roots» qui marquait son retour dans son pays après 33 ans d’exil, et voici «Blue Shaman» où l’on retrouve toutes les réminiscences de l’Orient avec «Nâtir» dans laquelle il mêle sa langue natale à notre langue. «Celtic blues», provient de son voyage à Glasgow où il rencontre Donald Shaw et Michaël McGoldrick, ce qui lui inspire cette musique où se mêlent les deux cultures, avec sa voix éraillée à la Arno et un très bel accompagnement de flûte celtique… qu’il interprète. Dans «Blue Shaman», c’estl’harmonica qui accompagne cette ballade auquel se joint une guitare double-neck. Et voici que le duduk revient de ses racines pour cette mélopée intitulée «Ararat». Etrange est ce «Balkanik Tango» où se mêlent deux cultures inattendues quoique méditerranéennes. Puis il nous emmène dans une envoûtante «Nuit turquoise» où s’entrecroisent bamboo, clarinette, percussions, flûte et accordéon. La langue anglaise vient s’accoler à un mélange d’accordéon, de double neck guitar et d’oud pour cette «Dance for me». Ainsi voyage-t-on sur 16 morceaux où se marient tous ces instruments, toutes ces langues qui font de ce disque un véritable album de World Music.

5 6

Stephano di Battista : «Morricone Story» (Warner)
Passons du blues au jazz de Stefano di Battista qui a décidé de rendre hommage au grand compositeur Ennio Morricone en reprenant à sa manière de grands standards de musiques de films qu’a signées ce grand compositeur. Mais il est aussi allé à la recherche de morceaux qui n’ont pas eu le succès international de «Le bon, la brute et le truand», «The mission», «1900» «Il était une fois en Amérique», «Peur sur la ville», «Le grand silence» que l’on retrouve évidemment sur ce disque, revus et corrigés jazzy par ce beau musicien qu’est Stefano di Battista, qui s’est entouré de belles pointures comme notre ami André (dit Dédé) Ceccarelli à la batterie, le pianiste Frédéric Nardin et le contrebassiste Daniele Sorrentino, lui-même étant alto et saxophoniste. Il nous offrira d’ailleurs de superbes solos  comme dans «La cosa buffa» (La drôle d’affaire) ou encore «Deborah’s thème» tiré de «Il était une fois en América», très bluezzy, Belle acrobatie musicale avec le thème de «Metti, una sera à cena» (Disons, un soir à dîner) où Stefano s’amuse avec les notes. «Apertura della caccia» tiré du film «1900» est un magnifique duo piano-sax. Belle virtuosité du sax de di Battista pour le thème de «Flora» et l’on termine en feu d’artifice avec «Le bon, la brute et le truand» qui nous fait presque oublier l’harmonica de Franco de Gemini !
Un très bel hommage à ce compositeur immense qu’était Morricone par le tout aussi immense  sax Stefano de Battista !

8 7

Lalo SCHIFRIN for mandoline (Maison Bleue)
A l’instar de Vladimir Cosma, Lalo Schiffrin est musicien, compositeur, pianiste et chef d’orchestre et comme lui, on ne compte plus les musiques de films qu’il a signées, de «Bullitt» à «Duel dans le Pacifique», en passant par «Inspecteur Harry», «Amityville» pour le cinéma et tout autant prolixe pour les séries télé comme «Starky et Hutch», «Mannix», «Des agents très spéciaux», «Mission impossible».
Aussi passionné de musique classique que de jazz, il a d’ailleurs sorti un disque avec Dizzy Gillespie et nombre d’albums solo.
Aujourd’hui, c’est un disque «classique» par sa forme parce que c’est quand même ses musiques qui sont interprétées par l’accordéoniste Grégory Daltin et le mandoliniste Vincent Beer-Demander… deux magnifiques musiciens qu’on avait d’ailleurs déjà rencontré sur le dernier disque de Vladimir Cosma «Suite populaire». Comme quoi il est vrai que les grands esprits et les grands musiciens se rencontrent. Le tout dirigé et interprété pas le talentueux pianiste Nicolas Mazmanian
Tour à tour ces trois musiciens interprètent donc des musiques du grand compositeur mais qu’ils nous offrent en toute intimité dans un style dépouillé comme ces variations sur des thèmes de ses compositions qui se terminent avec humour par la b.o de «Mission impossible»  revues et corrigées façon piano et mandoline. Comme cette «Sonata» qui suit. Puis c’est le pianiste et le mandoliniste qui nous offrent une «Fantaisie concertante. «Fantaisie» encore pour piano et accordéon pour terminer ce disque. Tout au long de celui-ci, apparaissent de temps en temps les thèmes qu’on reconnait, repensés avec génie par ces trois grands musiciens.
Lalo Schiffrin a dû apprécier… Et nous aussi !

9 10

Timothée ROBERT: «Quarks» (La pluie qui chante)
C’est du jazz pur et dur, presque expérimental , qui ne s’adresse peut-être pas à tout le monde tant il est puissant et original. Mais les puristes apprécieront.
Timothée Robert est compositeur, arrangeur, bassiste et a travaillé avec nombre de jazzmen new soul, contemporains, limite underground, aux effluences africaines, comme les Zoufri Maracas, David Linx, Coccolite, bref, un mélange de cultures musicales
Pour vous expliquer pourquoi Timothée Robert a intitulé ce disque «Quarks »,il faut savoir (Et je ne le savais pas !) que les quarks sont des particules élémentaires constituant la matière observable qui s’associent pour former des particules composites comme les neutrons… Où va se cacher la musique !
Bref, on en retient que c’est une interaction qui s’adapte à la musique qui fait se rapprocher des musiciens entres autres comme ceux choisis par Timothée et qui sont toutes des peintures : Olivier Laisnez trompettiste, Melvin Marquez sax ténor, Nicolas Derand aux claviers, Paul Berne à la batterie et évidement Timothée Robert à la basse. A noter les envolées lyriques surprenantes du trompettiste qui sont du grand art. Certains morceaux seraient dignes de devenir des musiques de films de polars, tant l’ambiance est prenante.
C’est du grand art pour les amateurs de jazz.

Jacques Brachet


Emma DAUMAS : Un grand et beau retour

8

Emma Daumas, nous l’avions un peu perdue de vue, après quatre albums.
Le premier, à sa sortie de la Star Ac, «Le saut de l’ange» date déjà de 2003. Puis elle nous propose «Effets secondaires» en 2006, suivi en 2008, de son troisième album «Le chemin de la maison» et le dernier album en date sera un livre-disque pour les enfants, «Les larmes de crocodile» en 2010, où l’on y retrouve des amis artistes comme Elodie Frégé, Alain Chamfort et même Marcel Amont. Un single en 2015 «Bahia en été» et puis… plus rien… Enfin presque car elle prendra le temps de faire un bébé et d’écrire un roman «Supernova».
Mais plus de scène, plus de disques et c’est donc avec plaisir qu’on la retrouve aujourd’hui avec ce très bel album intitulé «L’art des naufrages». Un disque qui ressemble à la femme qu’elle est aujourd’hui, une femme qui a mûri, qui a eu des moments de joie, de tristesse. Adieu au rock, bonjour la pop et surtout la belle chanson française car les textes sont des petits bijoux qu’elle chante de cette belle voix inchangée. Des chansons souvent plus graves, chargées d’émotion comme «L’art des naufrages» qui a donné son nom au disque. Une chanson en hommage à Danièle Molko, éditrice, agent et amie d’Emma disparue en 2017. Après la mort, la vie, avec une belle chanson d’amour, «Nouveau monde» qui lui a été inspirée par la naissance de son bébé, une chanson en toute intimité, dans un souffle : «Joue avec moi» façon Jane Birkin. Et puis on revient un peu au rock avec les guitares saturées de «Léthé », pour se rapprocher du Brésil et de la bossa avec »Amor l’amour», «Mermaids blues» qu’elle chante dans un anglais parfait…
Emma nous propose différentes facettes de ce qu’elle est avec de la vraie, de la belle chanson française, chose qu’on entend peu en ce moment. C’est plein de délicatesse et de poésie et ce sont ses propres paroles. Et de plus, elle en est productrice !
J’avais donc très envie de parler de nouveau avec elle, ce qu’on a déjà fait quelquefois, toujours avec le même plaisir de la retrouver… même si ce n’est que par la voix.

2 3 4

«Emma, cet album est un peu différent des précédents qui étaient plutôt rock.
Déjà, je me posais la question de mon style, dès le troisième album. Les deux premiers étaient plus impulsifs. Entretemps j’ai évolué, j’ai écouté beaucoup de choses différentes. Je voulais que mes chansons soient dans la lignée de la belle chanson que j’aime tout en étant très pop. Pop, ça veut dire populaire, dans le bon sens du terme et c’est aussi multiculturel, Chaque pays à une couleur pop qui lui appartient, c’est une musique qui se partage, qui voyage dans le monde et qui est inspirante. D’où mes inspirations multiples.
Je voulais justement que ce disque soit accessible à tous et en même temps, je me suis de plus en plus affirmée dans mon goût pour l’écriture. Cela, grâce à Maxime Le Forestier, avec qui j’ai travaillé et qui m’a ouvert de nouvelles portes sur l’écriture.
Parlez-moi de lui 
Nous nous sommes rencontrés sur la Star Ac’ où nous avons chanté quelques chansons ensemble. Michel Haumont, son guitariste, s’est d’abord intéressé à moi parce sa fille était fan de moi ! Il s’est créé des liens et Maxime, qui préparait un album, m’a proposé une chanson qu’ils ont écrite ensemble «La racaille» qui est sur mon premier CD.
Nous sommes toujours restés en contact, nous nous retrouvons quelquefois pour travailler.
Il m’a dit un jour : « Je veux qu’en sortant de chez moi, tu sois capable d’écrire ».
Ce que j’ai fait.
Vous parliez de vos influences qui sont très larges, allant de Michaël Jackson à… Dalida !
Ce sont deux personnes très attachantes et ce, pour diverses raisons. Tous deux ont une sensibilité très forte. Michaël Jackson a totalement modifié la façon d’appréhender la musique, le monde musical, avec une originalité, une imagination, une inventivité incroyables. C’était un artiste total. Au plus je l’écoute, au plus je l’aime. Comme David Bowie.
J’aime Dalida car elle incarne LA femme, belle, désirable, élégante. Elle était à la fois forte et fragile, puissante mais aussi faillible. On sentait ses cassures, elle était authentique et pour moi c’est une crooneuse latine ! Je suis admirative et je suis très triste de la façon dont elle a disparu.

56

Une influence importante aussi : le Brésil
C’est un pays qui, dès la première approche, m’a tout de suite attirée. Ça a été pour moi une révélation.
J’ai la chance d’avoir de la famille qui y a un pied à terre et je vais m’y ressourcer. C’est d’ailleurs là que j’ai recommencé à écrire. Ces paysages, cette culture ont joué un grand rôle dans mon inspiration.
Parlez-moi de ce disque. Comment est-il né ?
J’avais commencé à travailler avec Danièle Molko lorsqu’elle est décédée. J’ai été très malheureuse car c’était une véritable amie. Je me demandais comment j’allais continuer sans elle. Elle m’a inspiré «L’art des naufrages». Cette chanson était un peu comme une résilience. A partir de là, j’ai commencé à écrire en amorçant quelque chose de plus sensible, commençant une nouvelle aventure artistique et structurée.
C’est à partir de là que vous avez décidé d’être votre propre productrice ?
Oui, c’était en quelque sorte l’ouverture vers la liberté. Je pouvais décider de tout, je prenais le temps de réaliser mes rêves.
Et de là, vous avez eu une idée carrément originale !
Oui, car j’ai décidé de travailler mes chansons et un projet est né : le concert pour une personne !
Vous pouvez expliquer ?
Je me suis installée dans une cabine de plage avec mon accordéoniste, Laurent Derobert et nous avons accueilli une personne à la fois pour lui faire écouter ces chansons. C’était très singulier mais j’ai adoré ce rapport avec un seul individu à qui je chantais mes chansons, avec qui je parlais. Ca a nourri mon interprétation.
Mais comme vous n’êtes pas à une performance originale près, vous voilà sur un autre projet tout aussi fou !
C’était en juillet 2019, au festival off d’Avignon. Je me suis installé au théâtre du Chêne Noir avec trois musiciens Céline Olivier à la guitare, Jérémie Poirir-Quinot aux claviers et Etienne Roumanet à la contrebasse. Il y avait aussi Murielle Magellan, auteure, Justine Emard, plasticienne, Nicolas Geny, metteur en scène. Nous avons créé une trame narratrice à partir de mes chansons, une scénographie, une mise en scène, une vidéo interactive.
Ça a été une expérience incroyablement enrichissante que nous avons enregistrée.

7
C’était le temps du rapprochement !

Durant quelques années, vous avez donc pris du recul, fait un bébé et écrit un livre. Pour le bébé je ne sais pas mais pour le livre, avez-vous envie d’y repiquer ?
Oui, j’ai pris le virus de l’écriture ! J’ai très envie de continuer mais il faut de l’inspiration, du temps et de la discipline et en ce moment, avec le bébé, le disque, la promo et la tournée à préparer, c’est difficile.
La tournée, ce sera avec le spectacle d’Avignon ?
Non, c’est trop compliqué. Ce sera tour de chant «normal» avec des musiciens.
Et pour la promo, avec ces temps de Covid, n’est-ce pas un peu difficile ?
On arrive à s’arranger. A Paris, ça ne pose pas de problème mais on fait beaucoup d’interviews par téléphone, comme aujourd’hui»

On attend donc cette tournée avec impatience, pour se retrouver «en vrai».
En attendant, il y a ce très beau disque que je vous conseille d’écouter, toutes affaires cessantes !



NICOLETTA – Hervé VILARD… Ils chantent, ils écrivent

1 2

J’ai rencontré Nicoletta et Hervé Vilard le même jour, je l’ai souvent raconté.
Hervé faisait partie des trois mousquetaires révélations de l’année avec Michèle Torr et Christophe, partis en tournée d’été. Nous étions en 65.
Et puis, dans les coulisses, il y avait une jeune femme joyeuse et heureuse d’être là. Elle était habilleuse d’Hervé et se nommait Nicole Grisoni.
Dès ce moment, nous avons beaucoup ri ensemble sans savoir que quelques mois après, Nicole Grisoni deviendrait Nicoletta.
Hormis avec Christophe qui était toujours un peu à l’écart je suis, dès cette tournée, devenu ami avec les trois autres.
Nous avions le même âge, nous débutions tous (moi, dans le journalisme) et de cette tournée, nous ne nous sommes jamais perdus de vue, malgré le succès de chacun. A cette époque, les artistes ne se considéraient pas comme des stars, étaient abordables et tellement heureux de ce qui leur arrivait.
J’ai donc suivi leurs péripéties, leur succès, leurs tournées, leurs galas, leurs galères et je ne compte plus le nombre d’articles que j’ai pu faire d’eux.
Les décennies ont passé, avec elles leur carrière s’est prolongée jusqu’à ce jour où, hormis Hervé qui a décidé d’arrêter de chanter, les deux chanteuses continuent leur carrière avec des fans fidèles depuis les premiers jours.

3 4

Chacun a déjà écrit sa biographie mais aujourd’hui, hasard des parutions, Hervé et Nicoletta sortent un livre.
Hervé VILARD : «J’ai des attitudes d’hommes mais je rêve encore comme un enfant ».
Hervé en est à son troisième livre, le premier, «L’âme seule», sorti en 2006, le second, «Le bal des papillon», sorti un an après.
Chacun a fait un tel carton qu’aujourd’hui ils sont entrés dans les écoles !
Depuis longtemps il était déjà sur le troisième mais entretemps il y a eu les tournées «Âge Tendre» auxquelles il a fini par participer après avoir refusé longtemps. Mais son amie Michèle Torr a fini par le faire capituler.
Et puis, un peu lassé par le métier, il a décidé de faire ses adieux à la scène en nous offrant un ultime Olympia en 2018.
Et il termine enfin, loin de la foule déchaînée, le troisième volet de ses mémoires : «Du lierre dans les arbres» (Ed Fayard)
C’est un livre triste et nostalgique. Celle d’un homme au crépuscule de sa vie, qui a laissé derrière lui un métier qu’il a adoré mais ne lui convient plus et qui s’enferme dans la solitude du presbytère de son enfance dans le Berry qu’il achète mais dans lequel il se retrouve seul avec son chien, les habitants du village étant méfiants vis-à-vis de «la vedette» qui revient et ne trouvant de la tendresse qu’avec la vieille Simone qu’il va aimer jusqu’à sa mort.
Ce livre est une errance d’un homme désabusé, mal dans sa peau, mal dans sa vie, qui fréquente un monde hétéroclite du show biz à la haute bourgeoisie, des voyous aux personnes de passage, ramenées chez lui les soirs de beuverie. Sexe, drogue, alcool…
Le livre démarre en Amérique Latine où il s’est exilé. Il va y perdre sa compagne et l’enfant qu’ils attendaient dans un accident. Du coup, il revient à Paris retrouver un métier qui l’a oublié mais il va y revenir en force en rencontrant Toto Cotugno qui lui offrira de grands succès : «Méditerranéenne», «Nous», «Reviens», «Venise pour l’éternité»…
Il retrouvera le village de son enfance dans ce presbytère qu’i rachète et rénove, où l’abbé Angrand l’a élevé et a été sa famille de substitution. Mais là encore, il ne se sent pas à sa place, les habitants le boudent, les fans le harcèlent… Il y a Simone et son chien qui le retiennent à un semblant de bonheur.
Et puis il y a des morts autour de lui : sa mère, Blanche, qu’il a retrouvée,
Dalida, Marguerite Duras, des amis très chers, puis Son chien, Simone… «La mort m’agrippe par les cheveux» écrit-il. Il n’a plus rien à faire en ce lieu qu’il revendra.
L’écriture est toujours magnifique, même si le livre est un peu décousu,  e surtoutt très sombre, à l’image de sa vie. Il laisse errer ses pensées qui ne sont pas des plus gaies et l’on sent un homme profondément triste, marqué par son enfance, solitaire, qui n’aura eu en fait de bonheur que sur scène. «Sur scène je me livre, à défaut de me révéler» écrit-il encore.
J’ai souvent rencontré Hervé et l’on avait eu l’occasion de parler de ses deux premiers livres qui avaient eu le succès que l’on connaît et qui lui avaient donné des moments de grand bonheur.

9

Hervé, te voilà donc devenu écrivain ?
« C’est un bien grand mot par rapport aux grands écrivains qui existent. Disons que je suis un chanteur qui écrit. Ce virus de l’écriture, tu sais, il y a longtemps que je l’ai puisque, si j’ai pu écrire ce livre, c’est grâce à tous ces cahiers que je n’ai jamais cessé de remplir depuis mon plus jeune âge. Et ça m’a bien servi pour remettre les événements dans leur contexte et avec les dates certifiées Mais j’ai mis du temps à sauter le pas en me posant beaucoup de questions.
Lesquelles ?
D’abord, il me fallait les années, la maturité car écrire sa vie, il faut l’avoir vécue, c’est quelque chose de très singulier et des livres de chanteurs, il y en a des tonnes et tous ne sont souvent qu’anecdotiques avec quelques photos souvenirs au milieu.
Tant qu’à faire quelque chose, je voulais que ce soit parfait et je ne voulais pas « que » raconter ma vie. Je voulais qu’il y ait du ressenti, qu’à la limite, ceux qui ne connaissent pas Hervé Vilard puissent le lire comme un roman. Bien sûr, c’est ma propre histoire mais encore faut-il en faire quelque chose de bien, que ce ne soit pas écrit dans la douleur, que ce ne soit pas larmoyant.
Il fallait donc un temps d’assimilation et puis d’écriture, de réécriture car je suis perfectionniste… il y a quelques métaphores dont je suis content !
J’avoue que j’ai adoré ça.
A tel point que voilà ton troisième ! Comment travailles-tu ?
Je travaille et retravaille dès l’aube, en regardant par la fenêtre. C’est un très bel exercice, un travail sur soi et je prends le recul nécessaire pour écrire et relire mes carnets…
C’est quoi, ces carnets ?
J’ai pris des notes durant toutes mes tournées, mes voyages, dès le départ de  ma carrière. C’était pour passer le temps et puis, je pensais sincèrement que cette période serait éphémère, que je n’en ferais pas vraiment un métier parce que le succès était arrivé trop vite. A force, c’est devenu quelque chose d’habituel, de nécessaire. Et j’ai toujours continué !
Dans ce second volet, il était surtout question de ce succès autour de « Capri c’est fini » et de tes premières tournées… Nicoletta, Michèle Torr, Dalida, tes amies et… Claude François qui en prenait un coup !
Je voulais montrer les deux côtés de ce métier. Faire un parallèle, par exemple, entre Claude et Dalida, liés par les mêmes déracinements, les mêmes problèmes, heurs et malheurs mais dont le comportement était diamétralement opposé. Entre l’idole inhumaine et la femme de cœur. Entre la revanche et la passion du métier et au milieu, le public que l’un bafouait et l’autre adorait. Dalida était une personne humaine, sensible, qui s’intéressait aux gens, qui donnait une chance aux chanteurs comme moi, Mike Brant, Jean-Luc Lahaye. Claude avait un côté inhumain, il traitait  les gens avec qui il travaillait comme des esclaves, il ne supportait pas le succès d’autres chanteurs qu’il voyait toujours comme des ennemis. En fait, il ne pensait qu’à lui. Pour Nicoletta et Michèle, c’est la jeunesse qui nous a réunis et puis la tendresse qu’on se porte toujours.
Aujourd’hui tu as pris du recul avec le métier de chanteur. Comment le vois-tu ?

Comme on le voit tous. Sans humanité. La passion, l’amour du métier ont laissé la place au marketing. On lance une chanson, un artiste, on l’appelle d’ailleurs « produit », ce qui est significatif… Et après, il ne reste plus grand chose.
Les jeunes d’aujourd’hui, pour certains du moins, ont le même désir, les mêmes espoirs que j’avais. Mais moi je me sentais épaulé, j’avais autour de moi des gens qui me considéraient, qui m’aimaient, qui m’aidaient. Alors qu’aujourd’hui on les lâche dès que ça marche moins.
On vit une époque où tout est cloisonné. A la nôtre il n’y avait pas cette ségrégation !
Je me souviens d’une rencontre avec Brassens qui me chantait  «Capri» avec joie, de Brel lorsque j’ai chanté en première partie de son spectacle, qui était là avec son corps, ses yeux… Nous étions à Rio, il y avait 40.000 personnes et je chantais pour Brel. Il m’écoutait avec sa force, sa vérité. Ferré qui était un ange avec Nicoletta… Pour ceux-là, j’ai essayé de m’appliquer toute ma vie
Mais aujourd’hui, tout ça est en moi, avec moi et lorsque j’ai fait mon 13ème Olympia il y avait toutes ces mères qui me portaient et pour certaines… je pourrais être leur père !
Et puis je suis parti à Toronto, Chicago, New- York… J’ai quand même cinq Carnegie Hall à mon actif !… Pas mal non, après tout ce qu’on a pu dire sur moi !… Tant qu’il y aura du linge aux fenêtres, je chanterai pour ces gens et je serai fier d’être populaire.
Il faut se dire qu’on est des élus et qu’on fait le plus beau métier du monde»
Ce plus beau métier du monde, il l’a aujourd’hui occulté pour écrire et vivre sa vie d’homme laissant sa vie d’artiste derrière lui. Et devenir écrivain, même s’il préfère dire qu’il est un «chanteur qui écrit»
«Pour toi, qu’est-ce que ça représente, un livre ?
C’est un objet. Un bel, un magnifique objet. Lorsqu’on le prend, il n’y a plus de barrière entre l’auteur et le lecteur.
Mais tout ce que je te dis, c’est de la littérature. Pour moi, l’important est qu’on soit fier de moi et c’est pour ça que pour moi, remplir un Zénith ne veut rien dire. Ça ne m’intéresse pas. Je ne critique pas ceux qui le font, je n’ai pas à juger mais je préfère faire envie que pitié.
Le petit chanteur populaire a quand même chanté Brecht, Duras, Genet…
Oui et il faut être gonflé pour faire ça, non ? Et pourtant, quoi de plus naturel que de rendre ces gens magnifiques populaires ? De continuer à les faire vivre, à faire vivre leur œuvre ? Ils sont immortels.
Avec ces auteurs, j’ai l’impression d’être allé au bout de mes convictions.
Quel plus beau cadeau que de savoir que mon premier livre devient un sujet du bac, et surtout, qui aurait pu le prévoir ?
Après ça, on peut dire n’importe quoi. Je suis à la fois bouleversé et heureux et je tâche d’être à la hauteur d’un tel honneur.
J’ai des attitudes d’hommes mais je rêve encore comme un enfant « .
Un enfant blessé qui se prénommait René. Et ce René-là l’a suivi toute sa vie.

8

NICOLETTA, cinquante ans de passion
Du jour où nous nous sommes rencontrés, j’ai suivi de près la carrière de Nicoletta. Carrière qui alla crescendo avec nombre de succès qui sont encore dans toutes les mémoires, de «La musique», reprise pour le générique de la Star Academy, à «Il est mort le soleil» dont son ami Ray Charles a fait une version américaine en passant par «Fio Maravilha» que lui a offert Jorge Ben «Mamy Blue» que Joe Starr a repris en duo avec elle, «Jeff» que Delon lui a demandé pour le générique du film éponyme, «Les volets clos» générique du film de Brialy que celui-ci lui a proposé, «Esmeralda» dont elle joua le rôle-titre de la comédie musicale de William Sheller… Par contre,  à cause de sa maison de disques, elle a raté le rôle de Dulcinée auprès de Jacques Brel, qui lui avait proposé le rôle de sa comédie musicale «L’homme de la Mancha»…
A ses débuts, elle fit la première partie d’Adamo, de Johnny, d’Eddy Mitchell, on ne compte pas les belles rencontres qu’elle fit, de Jimmy Hendrix à Charles Aznavour car sa voix s’adaptait à tous les genres, de la chanson traditionnelle au rock, au jazz, en passant par le gospel qui fut son premier amour et la décida à devenir chanteuse.
Depuis pas mal de temps déjà, elle continue à chanter le gospel dans les églises.
Au départ pourtant, elle était plutôt destinée aux arts plastiques car elle a un coup de crayon formidable. J’ai d’ailleurs un dessin qu’elle m’a offert.
C’est grâce à Hervé Vilard, avec qui elle partagea les mêmes galères qui la fit entrer dans la musique. Lui débutait, elle, n’allait pas tarder à le rejoindre. En attendant, elle fit plein de petits métiers, essentiellement dans des boîtes de nuit où elle pouvait pousser la voix, à tel point qu’enfin, Léo Missir, bras droit de Barclay, la découvrit.
Elle avait déjà raconté son enfance malmenée dans son livre «La maison d’en face». Petite fille savoyarde née d’un viol, sa mère étant déficiente mentale, elle avait rencontré son père par hasard, alors qu’il vivait en face de chez sa grand-mère qui l’élevait et qu’il ne voulut jamais connaître. Le seul mot qu’elle eut de lui, lorsqu’elle osa lui dire qu’elle était sa fille fut : «Et merde» !
C’est donc une belle revanche sur la vie que cette carrière magnifique qu’elle poursuit aujourd’hui. Entourée de son second mari, Jean-Christophe Molinier et de son fils Alexandre, issu de son premier mariage avec un bijoutier suisse, Patrick Chapuis. Hasard amusant, son prof de chant s’appelait le père Molinier et son prof de dessin se nommait Patrick Chapuis !
Dans ce magnifique album «Nicoletta, soul sister» (Ed Cherche-Midi), elle revient sur tous ces événements de sa vie de femme et d’artiste et c’est tout au long de ces pages qu’on remonte le temps jusqu’à aujourd’hui avec une magnifique iconographie, très souvent inédite où, de page en page, la brune Nicole Grisoni est devenue la blonde Nicoletta à la voix ample, puissante, «la seule chanteuse blanche à la voix noire» disait son ami Ray Charles !
Je me souviens d’un soir d’été où j’étais en vacances et elle en concert, dans sa Savoie natale. Après le concert où l’orage menaçait, il éclata alors qu’on était tous les deux dans la caravane. Durant une heure elle me parla de son enfance, racontant mille anecdotes marrantes même si ce ne fut pas toujours tout rose pour elle.

65

D’où lui venait cette énergie ? Elle me l’expliqua :
 » La force de vaincre et d’avancer, oui, sûrement. Le talent, je crois qu’on l’a en soi et qu’il faut le cultiver mais ce n’est pas parce qu’on a été malheureux dans sa jeunesse que ça donne du talent. Il y a partout des gens qui ont du talent mais il est une chose certaine c’est que lorsque tu es dans la merde tu n’as que deux solutions : ou tu te suicides ou tu décuples tes forces pour t’en sortir, ce que j’ai fait. J’ai d’ailleurs fait les deux ! Il est évident qu’un mec qui vit dans une famille aisée, sans problème et à qui tout qui tombe tout cru dans la bouche, sera moins aguerri, plus ramolli et n’aura pas cette volonté farouche de sortir du trou. Après, ça dépend aussi de ton caractère.
Mon enfance, elle est en moi, dans mon cœur, dans ma tête. Elle ne m’a jamais quittée.
Et puis j’ai eu la chance que ça marche pour moi.
Et ça a été une période drôle et folle.
C’était la belle époque des grandes tournées !
Oui, on partait pour deux, trois mois, j’ai fait les premières parties d’Adamo, Eddy, Johnny, on s’amusait beaucoup, on était heureux de chanter. Rappelle-toi comme c’était joyeux ! Les tournées c’était quelque chose, pas comme aujourd’hui où tout le monde est coincé et se prend au sérieux.
Nous, nous faisions bien notre métier mais nous gardions du temps pour nous amuser et j’ai beaucoup de peine en pensant à C Jérôme, à Carlos, à Johnny, car on en a fait des rigolades ensemble…
Ce sont de sacrés beaux souvenirs. Aujourd’hui, le métier a beaucoup changé…Seul reste le public, fidèle et grâce à qui aujourd’hui, à plus de 50 ans de carrière, je suis toujours là. Mais c’est parce que j’ai toujours été près de lui et c’est la leçon que m’a apprise Adamo : toujours respecter le public.
Je suis rarement partie d’un spectacle sans saluer les fans, signer photos et disques… comme ne le font plus « les jeunes stars » d’aujourd’hui. Rencontrer les gens qui t’aiment et grâce à qui tu peux continuer de faire ce métier, c’est la moindre des choses, non ? Et en plus, ça me plait.
Alors, je ne fais pas de Zéniths, je fais des petites salles, des grandes salles, des salles moyennes, des églises et je suis heureuse !
Je suis devenue productrice, c’est la condition sine qua non pour continuer et pour pouvoir être maître de tout, même si les majors voient ça d’un mauvais œil et nous mettent les bâtons dans les roues car il y a de plus en plus de chanteurs qui le font !
Les radios, les télés, ne font plus beaucoup appel à nous sauf pour chanter nos sempiternels succès.
Mais aujourd’hui c’est comme ça, il faut s’y faire et prendre le bon lorsqu’il vient”.
Et c’est ce qu’elle fait

7
C’était le temps des folles tournées !!!

Jacques Brachet


AGENDA

1Johnny, Rautureau Putzulu… Chacun son histoire…

1
Six-Fours : Le Six N’Etoiles part en live

1
Châteauvallon : L’été des retrouvailles

NUMEROS UTILES
AIX-en-PROVENCE
LE JEU DE PAUME : 04.42.99.12.00 – jeudepaume@lestheatres.netwww.lestheatres.net
BANDOL
Théâtre Jules Verne : 04 94 29 22 70
BRIANCON
THEÂTRE LA CADRAN : 04.92.25.52.52 – theatre-le-cadran@wanadoo.fr
CANNES
PALAIS DES FESTIVALS : 04.92.99.33.83 – sortiracannes@palaisdesfestivals.com
DRAGUIGNAN
THEÂTRE en DRACENIE : 04.94.50.59.59 – www.theatresendracenie.com
GAP
LA PASSERELLE : 04.92.52.52.52 – info@theatre-la-passerelle.com
GRASSE
THEÂTRE DE GRASSE : 04.93.40.53.00 – www.theatredegrasse.cominfo@theatredegrasse.com
HYERES
CASINO DES PALMIERS : 04.94.00.78.80 – www.ville-hyeres.fr
LA CIOTAT
LA CHAUDRONNERIE : 09 70 25 20 00 – lachaudronnerie-laciotat.com
LA GARDE
LE ROCHER – 04.94.03.58.62 – le-rocher@ville-lagarde.frwww.ville-lagarde.fr
LA SEYNE-sur-MER
7ème VAGUE – 04.94.06.02.52 – cafetheatre7vague@gmail.com
LA VALETTE
THEÂTRE MARELIOS – ESPACE PIERRE BEL – LA TOMATE – CINEMA HENRI VERNEUIL –
ESPACE ALBERT CAMUS : 04.94.23.62.06 – culture@lavalatte83.frwww.lavalette83.fr
LE CANNET
La Palestre : 04 93 46 48 88
LE PRADET
ESPACE DES ARTS : 04.94.01.77.34 – culture@le-pradet.fr
MARSEILLE
CITE DE LA MUSIQUE : 04.91.39.28.28 – www.citemusique-marseille.com
LA CRIEE : 04.91.54.70.54 – www.theatre-lacriee.com
LE GYMNASE : 04.91.24.35.24 – gymnase@lestheatres.netwww.lestheatres.net
LE GYPTIS : 04.91.11.41.50 – www.theatregyptis.com
ODEON : 04 96 12 52 74   – www.contact-odeon@marseille.fr
OPERA : 04 91 55.11.10 – www.opera.marseille.fr
THEÂTRE DE LENCHE   – MINI-THEÂTRE DU PANIER : 04.91.91.52.22 – lenche@wanadoo.frwww.theatredelenche.info
LE SILO : 04 91 90 00 00 – www.lesilo-marseille.fr
THEÂTRE TOURSKY : 04.91.02.58.35 – www.toursky.org
NICE
NIKAÏA : 04 92 29 31 29 – www.nikaia.fr
PALAIS DE LA MEDITERRANEE : 04 92 14 77 00
THEÂTRE LINO VENTURA : 04 97 00 10 70
THEÂTRE FRANCIS GAG – 04 94 00 78 50 – theatre-francis-gag.org – theatre.fgag@ville-nice.fr
OLLIOULES
CHÂTEAUVALLON : 04.94.22.02.02 – www.chateauvallon.com
SANARY
CASINO DU COLOMBET : 04 94 88 52 10 – service-culturel@casino-sanary-sur-mer.fr
THEÂTRE GALLI : 04.94.88.53.90 – www.sanarysurmer.com
SIX-FOURS
ESPACE MALRAUX : 04 94 74 77 79 – www.espace-malraux.fr
THEÂTRE DAUDET : 06.65.62.59.69 – www.labarjaque.com
TOULON
LE COLBERT : 04 94 64 01 58 – www.lecolbert.fr
OPERA : 04.94.93.03.76 – operadetoulon@tpmed.org
PALAIS NEPTUNE : 04.98.00.83.83 – info@congresneptune.com
THEÂTRE LIBERTE : 04 98 00 56 76 – www.theatre-liberte.fr
ZENITH-OMEGA : 04.72.32.09.29 – appel@appelspectacles.com

Par suite de la décision du gouvernement annulant ou reportant tous les spectacles, il n’y aura pas d’agenda en février… Attendons de voir la suite des événements.

CONCERTS – CHANSONS
AVRIL

Vendredi 2 avril 20h, le Dôme, Marseille : Stars 80
Samedi 3 avril 20h, Nikaïa, Nice : Stars 80
Dimanche 4 avril  19h, le Silo, Marseille : Iggy Pop
Mercredi 14 avril 20h, Espace Julien, Marseille : Dick Annegarn
Dimanche 18 avril 15h, la Palestre, le Cannet : Yannick Noah
Vendredi 27 avril 20h30, Théâtre Toursky, Marseille : Louis Chédid
Jeudi 29 avril 20h, Nikaïa, Nice : I Am
MAI
Mercredi 26 mai 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Véronic Dicaire « Showgirl
Vendredi 28 mai 20h30, le Dôme, Marseille : Patrick Bruel
Dimanche 30 mai 18h, Zénith-Oméga, Toulon : Stars 80
JUIN
Jeudi 3 juin 20h, Nikaïa, Nice : Vitaa/Slimane « Versus »
Vendredi 4 juin 20h30, le Silo, Marseille : Carla Bruni
Lundi 7 juin 20h30, le Dôme, Marseille : Lara Fabian
Mardi 8 juin 20h30, la Palestre, le Cannet : Lara Fabian
Dimanche 13 juin 15h, Arena, Aix-en-Provence : Kids United
SEPTEMBRE
Dimanche 19 septembre 18h, le Dôme, Marseille : Christophe Maé « La vie d’artiste »
Samedi 25 septembre 20h30, le Silo, Marseille : Tryo
OCTOBRE
Vendredi 1er octobre 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Dadju « ROA Miel Tour »
Samedi 2 octobre 20h, Arena, Aix-en-Provence : Dadju « ROA Miel Tour »
NOVEMBRE
Mercredi 3 novembre 20h, Nikaïa, Nice, Vitaa/Slimane « Versus »
Vendredi 5 novembre 20h, le Dôme, Marseille : Vitaa/Slimane « Versus »
Samedi 20 novembre 20h, le Dôme, Marseille : Section d’Assaut
Mercredi 24 novembre 20h, le Silo, Marseille : Jane Birkin « Oh pardon, tu dormais »

MUSIQUES du MONDE

JAZZ – BLUES – MUSIQUES ACTUELLES

OPÉRAS – SPECTACLES MUSICAUX
MAI
Mercredi 4 mai 20h, le Dôme, Marseille : Eric Serra « Le grand bleu »

CLASSIQUE-LYRIQUE

DANSE

HUMOUR
MARS
Samedi 13 mars 20h, le Silo, Marseille : 60 minutes avec Kheiron
Vendredi 26 mars 20h, la Chaudronnerie, la Ciotat : Vincent Dedienne
AVRIL
Jeudi 1er avril 20h, Espace Julien, Marseille : Jean-Luc Lemoine « Brut »
Vendredi 16 avril 20h30, Théâtre Galli, Sanary : Jeremy Ferrari « Anesthésie générale »
JUIN
Vendredi 11 juin 20h, Espace Julien, Marseille : Tom Villa « Les nommés sont… »
NOVEMBRE
Samedi 20 nocembre 20h30, Théâtre Galli, Sanary : « Certifié Mado »

THÉÂTRE
MAI
Dimanche 2 mai 17h, Théâtre Galli, Sanary : « Louis XVI.com » de et avec Patrick Sébastien, avec Virginie Pradal, Geneviève Gil, Jeanne-Marie Ducarré, Fred Vastaire. Mise en scène Olivier Lejeune
NOVEMBRE
Dimanche 21 novembre 17h, Théâtre Galli, Sanary : « Pair et manque » avec Vincent Lagaff et Christian Vadim

JEUNE PUBLIC – CIRQUE – ILLUSION – MAGIE




















Julie ZENATTI… Un retour pop et seventies

1b

J’ai connu Julie Zenatti à ses débute dans la comédie musicale «Notre-Dame de Paris», puis nous nous sommes souvent rencontrés lors de promos dans le sud et jusqu’à l’été 2019 à Sanary où elle nous avait offert un superbe spectacle avec Chimène Badi intitulé «Méditerranéennes».
Autant dire que je l’ai vue grandir.
Depuis, l’année 2020 est passée avec cet affreux virus qui a mis tout le monde en quarantaine.
Mais Julie n’en a pas moins profité pour nous concocter un album, résolument pop, coloré, énergique, qui a eu du mal à sortir vu le contexte mais le voici, le voilà, tout rose, tout multicolore, intitulé «Refaire danser les fleurs» qui nous donne une pêche pas possible, très loin des chansons de soleil de son dernier album mais plutôt tourné vers son enfance et son adolescence.
Ne pouvant nous rencontrer nous nous sommes téléphoné pour en parler.

1c 1d

«Julie, cette traversée du Covid, comment l’avez-vous vécue ?
Finalement pas si mal que ça car j’ai beaucoup travaillé sur cet album, j’ai eu le temps de le peaufiner, de faire des changements, des recadrages, je l’ai réinventé finalement, en attendant des conditions plus favorables.
Le voici donc, très loin de «Méditerranéennes», très dansant et dans le style imprégné des années 70… années où vous n’étiez pas née !
C’est vrai mais, toute petite, j’ai baigné dans ces années-là car j’ai des parents qui adorent la musique, la platine tournait tout le temps à la maison et toutes ces chansons de cette époque font partie de mon enfance. C’est en fait ma culture musicale, c’est une musique joyeuse, rassurante et dans ce climat d’aujourd’hui, j’avais envie de donner aux gens ce que j’avais ressenti étant gosse.
On y trouve des réminiscences de chansons de France Gall (Nos p’tits cœurs) de Véronique Sanson (Et pourquoi pas ?) et même du disco (Rien de spécial)…
France Gall, Véronique Sanson je les ai beaucoup entendues, beaucoup aimées, ce sont pour moi des voix familières et je m’y suis beaucoup identifiée car ce sont des femmes qui savent écrire, qui savent toucher au cœur. Quant au disco, il fait aussi totalement partie de ces années-là et j’en ai beaucoup écouté. Je suis donc imprégnée de tout cela et, sans vouloir les copier, c’est une sorte d’hommage.
Comment vous est venue cette idée qui est presque un concept ?
C’est une idée qui me taraude depuis longtemps mais ce n’est pas du tout dans les codes musicaux d’aujourd’hui et il est difficile d’y faire adhérer les maisons de disques. Ce n’est pas dans l’air du temps de ce qu’elles proposent, du coup, connaissant la réponse, je ne l’ai proposé à personne et j’ai décidé de le produire moi-même.
Nouvelle étape pour vous !
Tout à fait et ça m’a laissé une liberté artistique formidable, pas de règle, pas de code, liberté totale de décider, de faire des erreurs, de revenir en arrière. C’était devenu nécessaire pour moi et cohérent avec la vie que j’ai aujourd’hui.

1e 1f

Il y a beaucoup d’auteurs-compositeurs nouveaux autour de vous… Comment ce sont fait ces rencontres ?
A part da Silva avec qui j’avais travaillé pour l’album «Blanc», ces rencontres se sont faites comme on les fait dans un café, autour d’une table ou un ami vous présente un ami qui vous présente un ami. C’est un peu comme ça que ça s’est passé et je me suis peu à peu entourée d’une équipe d’artistes très divers de ma génération, que je ne connaissais pas au départ.
Beaucoup d’ailleurs sont des hommes qui ont déjà écrit pour des femmes…
Mais pas que… puisqu’il y a Sylvie Hoareau du groupe Brigitte, qui n’avait jamais écrit pour d’autres. Il y a Barbara Pravi que j’adore, qui écrit des chansons qui pour moi, sont l’héritage de la vraie chanson française comme au temps de Piaf. Elle a grandi avec cette musique «d’Antan», je suis fière de notre travail et je lui souhaite bonne chance puisqu’elle fait partie des sélectionnés pour le prix Eurovision de cette année.
Il y a Martin Rappeneau, fils du réalisateur Jean-Paul Rappeneau et de la réalisatrice Elisabeth Rappeneau. Il écrit surtout des musiques de films mais je le connais depuis longtemps car nous avons travaillé tous les deux avec Rose.
Mais je tiens à préciser que ce ne sont pas des auteurs-compositeurs qui écrivent «pour» les femmes : au contraire, ils laissent la place aux femmes, ils ne leur imposent rien, ils les accompagnent avec leur savoir-faire, leur talent, leur écoute. Ce ne sont pas des mentors mais des collaborateurs qui travaillent dans la liberté totale et dans un total esprit d’équipe.
Comment avez-vous travaillé avec eux ?
Je suis à 99% auteur-compositeur et lorsqu’ils arrivent je leur fait écouter ce que j’ai écrit, ils y ajoutent des éléments, ils complètent, ils démontent quelquefois la chanson et on finit l’histoire ensemble.
Je suppose qu’en écrivant ces chansons vous avez donc pensé aux chanteurs de cette époque ?
Evidemment car ils sont toujours là. La preuve dans «Pour nos p’tits cœurs» où j’évoque Johnny et France Gall.
«Comment elle fera la France sans France et Jojo ?
Comment elle danse, danse le rock et le slow ?
Comment elle fera la France pour nos p’tits cœurs qui flanchent ?
Comment elle fera la France sans France et Jojo ?
Comment elle danse, danse le rock et le slow ?
Comment elle fera la France pour soigner nos bobos ?»

1g 1h
Rencontre à Aix-en-Provence (Photos Christian Servandier)

Alors, aujourd’hui, tout est compliqué : les tournées reportées, les promos limitées. Comment faites-vous ?
Je dirais : je fais avec. Je fais beaucoup de promos par téléphone, le 4 février je ferai un concert en streaming afin de pouvoir retrouver mon public, en virtuel bien sûr mais ce sera quand même du live. Ce sera un spectacle très particulier.
Et puis, si tout rentre dans l’ordre je ferai un spectacle à la cigale, une tournée en France reportée en juin, selon les conditions et je suis déjà en 2022 où est prévu un spectacle le 6 février au Trianon.
Comment allez-vous composer ce nouveau spectacle ?
Comme je l’ai toujours fait, en mêlant les anciennes chansons que le public attend et les nouvelles. C’est comme un repas entrée-plat-dessert ! Depuis le temps j’ai évolué, les choses ont évolué et j’ai toujours envie de me surprendre et de surprendre le public. Je vais donc imbriquer ces nouvelles chansons avec celles de «Méditerranéennes» et les plus anciennes qui sont incontournables, qui appartiennent aux gens et dont je ne peux pas faire l’impasse.
Mais c’est passionnant de reconstruire un spectacle, de construire une histoire».

En attendant de la retrouver sur les routes (elle devrait passer en juin au théâtre Julien de Marseille) retrouvez notre jolie Julie grâce à ce disque plein de belles mélodies, de chansons émouvantes, quelquefois nostalgiques, dansantes aussi,  qui ressemblent à la femme qu’elle est aujourd’hui avec les souvenirs de l’enfant qu’elle a été, tant le passé construit le présent et l’avenir.
Un très joli moment de musique, de fraîcheur… dont on a tant besoin aujourd’hui !

Jacques Brachet