Archives pour la catégorie Evénements

Sanary – Un été dans tous ses états !

1 2

UN QUAI PIETONNIER
Dès le 1er juillet, le quai de Gaulle redevient piétonnier tous les jours, afin d’offrir à tous la possibilité de profiter en toute tranquillité du charme de notre port. Cette année la famille d’Eric découvre le marché nocturne, Justine mange une glace entre copines, Valentine fait du shopping, Léo sort en mer avec ses parents et Nathalie savoure la douceur de vivre sanaryenne. Pour flâner en famille ou entre amis, ou simplement pour bouquiner tranquille, le port est à vous !
Cette opération permet d’accéder à la galerie marchande en toute sécurité dans un cadre exceptionnel qui favorise le dynamisme et l’écologie. Des valeurs fortes très importantes pour la Ville.
Durant la période estivale Sanary triple son nombre de visiteurs. C’est pourquoi le Port piéton assure la sécurité des familles, des séniors et des personnes à mobilité réduite.
De ce fait, l’opération « Port piéton » vise à renforcer la vie sociale et culturelle en permettant la tenue de manifestations supplémentaires dans la journée, toujours dans le respect des règles sanitaires.
Sanary est toujours engagée dans la démarche “Agenda 21” pour un cadre de vie de qualité tout en préservant le développement économique de la ville et l’accès aux services essentiels. Des actions sont mises en place par les acteurs locaux pour faire prendre conscience aux visiteurs des bienfaits de se rendre à pied ou à vélo au centre-ville. La Ville est toujours partenaire du Sittomat. Des ambassadeurs du tri déambuleront tout l’été dans le centre-ville (les 7 et 21 juillet et 4 et 25 août) et mèneront également une action « Eco été » sur la plage de Portissol (les 9 et 19 juillet et les 1er, 11 et 25 août).
Loisirs, détente et flânerie sont toujours au rendez-vous sur le port et dans les ruelles. En plus de la programmation « Sanary sous les Étoiles », le Port piéton offre aux visiteurs des initiations aux activités d’associations sanaryennes, des espaces « détente » de lectures ou encore des jeux pour profiter pleinement du cadre exceptionnel de Sanary. Les jeux en bois seront en effet de nouveau mis à disposition du public tous les jours du lundi au vendredi, sauf le mercredi jour de marché, sur le Parvis de la mairie.Le Port piéton vous attend cet été !
Des cendriers de poches sont disponibles et remis gracieusement, à la capitainerie, à l’office de tourisme et à l’accueil de la mairie.

5  4 3

Plus aucune raison de laisser les mégots dans le sable ou les jeter par terre en ville. D’autant que les plages sont devenues « Plages sans tabac » en partenariat avec la ligue contre le cancer.
Depuis 17 ans, la ville de Sanary-sur-Mer se dote chaque année de cette petite boîte maline. Destinée aux fumeurs, elle trouve sa place partout, même chez les collectionneurs, aux coloris cette année de notre nouvelle base nautique. La distribution des cendriers de poche se fait tout au long de l’année sur la commune.
«Avec les nouvelles lois, il y a de plus en plus de gens qui fument dehors. il faut savoir qu’un mégot jeté dans le sable mettra plusieurs mois, voire plusieurs années à disparaître. Grâce au cendrier de poche, les fumeurs peuvent écraser leur cigarette et conserver le mégot jusqu’à une poubelle», explique Jean-Luc Granet, adjoint à l’environnement.
En 2021, 5 900 cendriers de poche sont disponibles et offerts :
– lors de manifestations ou événements sur la commune,
– à l’Hôtel de Ville, à l’Office de Tourisme, la Médiathèque Jacques Duhamel, la capitainerie, le centre culturel, le CCAS, la vie associative, les lieux publics…
Sanary véritable destination Shopping en plein air vous invite également à découvrir plus de 500 commerces diversifiés dans un centre-ville piéton sécurisé. Soyons responsables, respectueux des gestes barrières et passons ensemble un bel été à Sanary !

6 7 11

SANARY SOUS LES ÉTOILES – DU 6 JUILLET AU 27 AOÛT 2021
Cette année encore malgré le contexte sanitaire, le festival « Sanary sous les étoiles » tiendra sa promesse d’illuminer nos soirées estivales.
L’organisation d’événements est étroitement liée aux directives gouvernementales et préfectorales et la tâche n’est pas des moindres pour assurer une programmation haute en couleur, tout en veillant au respect des mesures sanitaires. Concerts et spectacles auront lieu sur le site de l’Esplanade où un protocole strict sera de nouveau appliqué comme la saison précédente (obligation de port du masque, chaises mises à distance, entrée et sortie dédiées…).
Vous retrouverez une programmation variée durant deux mois, avec les artistes Joyce JONATHAN, Noé PRESZOW, Natasha ST PIER, Amaury VASSILI, Louis CHEDID, de beaux « tributes »  comme ceux de Tina TURNER, Christophe MAÉ ou encore Genesis, de l’humour avec le best off d’Yves PUJOL, du Jazz et de la musique classique de qualité seront également au rendez-vous, sans oublier la soirée spéciale « The Voice » avec la présence de talentueux artistes de cette saison.
«Sanary en musique» avec le collectif Fractale sous la direction de Françoise GNERI proposera fin août une série de soirées classiques aux sons sublimes des violoncelles, accordéons, harpes, tubas et voix. En septembre, à l’occasion des concerts prévus au Temple, de somptueuses mélodies accompagneront votre rentrée.
Des créateurs, artistes et écrivains vous donnent également rendez-vous sur le marché artisanal nocturne, au Carré des Artistes et Carré Littéraire. Tout l’été, prenez plaisir à flâner le long du port, sous le charme des traditionnels pointus, en profitant de la douceur de vivre de notre belle cité.

8 10 9

Renseignements : Office de Tourisme 04 94 74 01 04 – www.sanarysurmer.com


Bandol – Var Dialogue : Dernière escale

58 - BANDOL

L’association Var Dialogue, créée par Dominique Blanc qui en est la présidente, a pour objet de développer la participation des femmes à la vie de la cité par tous moyens leur permettant d’exercer une action politique, sociale, culturelle et visant à favoriser la qualité de vie et du cadre de vie de leurs concitoyens pour promouvoir un développement durable. Cette association politique, sociale et culturelle est ouverte à toutes celles et tous ceux qui veulent agir pour le développement d’une société libérale, républicaine, démocratique et écologique.
L’association organise des actions d’animation, de communication et de formation.
Var Dialogue a proposé, voici quelques jours, une dernière escale avant les vacances : Les Flâneries Européennes Littéraires Artistiques et Touristiques des auteurs Varois et membres de Var Dialogue.
Dominique Blanc avait convié autour d’elle quelques écrivaines varoises dont Lucienne Annot, Hélène Botasso, Danielle Chailan.

53 - 26.06.2021 BANDOL_ 52 - 26.06.2021 BANDOL_
Jocelyne Caprile – Les fameuses pâtes à la meule

Était également présente la six-fournaise Jocelyne Caprile, qui n’est pas écrivaine mais teinturier-apprêteur et qui a été en 2000 nommée meilleur ouvrier de France. Se rendant compte que ce titre était surtout connu pour ses chefs cuisiniers dont beaucoup d’hommes, elle a décidé d’écrire un livre uniquement sur les femmes qui ont obtenu ce titre dans des métiers aussi divers que les arts plastiques, les métiers de bouche, l’art floral, le mobilier et l’immobilier et beaucoup d’autres métiers.
Cette journée s’est déroulée au restaurant «Le Rendez-vous» à Bandol dont Aurélie s’est fait une spécialité de recettes italiennes mais surtout de pâtes à la meule et que chacune a appréciées…
Etait aussi invité un homme : Michel Mazziota, auteur mais aussi propriétaire de la galerie Massillon à Hyères, où se  déroulera pour partie l’évènementiel  de la rentrée de l’Association.
Un moment de partage et d’amitié qui tisse le fil de nouveaux rendez-vous culturels et patrimoniaux pour les mois qui viennent

Jacques Brachet


MULHOUSE – La Cité du Train fête ses 50 ans !

01_facadeentree_cdt-1-550x500,e=png

En 2021, la Cité du Train-Patrimoine SNCF de Mulhouse fête ses 50 ans. Autrefois «Musée Français du Chemin de Fer», l’établissement accueille le public depuis 1971 et partage avec lui l’incroyable épopée du rail dont la particularité est de nous raconter à la fois la France, les Français et le territoire.
À travers sa collection unique de matériels roulants, de maquettes, d’objets ferroviaires, d’affiches et d’objets d’art, la Cité du Train témoigne ainsi de deux siècles d’histoire des chemins de fer en France – des premières locomotives à vapeur au TGV – et s’impose aujourd’hui comme le plus grand musée ferroviaire d’Europe. 

4 6

Pour célébrer son cinquantenaire, c’est à un véritable voyage dans le temps que la Cité du Train invite le public. Dès le 12 juin, date anniversaire de son ouverture, une rétrospective en ouvrira ses portes et permettra à tout un chacun de découvrir son histoire, des premières réflexions lors de l’Exposition Universelle et Internationale de Paris en 1900 à aujourd’hui. 
Ponctué d’événements festifs et de nombreuses animations, le programme estival des commémorations s’achèvera lors des Journées Européennes du Patrimoine (18 et 19 septembre) avec l’ouverture d’une nouvelle section de l’exposition permanente, dédiée à la grande vitesse ferroviaire et à son histoire, à l’occasion d’un autre anniversaire de taille : les 40 ans du TGV.

1 2 3

La Cité du Train en quelques chiffres
5 600 000, c’est le nombre de visiteurs accueillis par le musée depuis son ouverture en 1971.
60 000 m², c’est la surface qu’occupe l’ensemble des espaces du musée sur son site à Mulhouse (surface multipliée par 10 depuis sa création).
138, c’est le nombre de matériels roulants classés « Patrimoine SNCF » (locomotives, autorails, voitures, wagons) et préservés sur le site de Mulhouse (nombre multiplié par 10 depuis sa création).
14, c’est le nombre de salariés que comptent l’association pour gérer le musée au quotidien (épaulés par un pôle de 40 bénévoles actifs).

5

La Cité du Train est soutenue par SNCF et m2A (Mulhouse Alsace Agglomération)
Une collection Musée de France



Besse sur Issole : Sauvegarder la fontaine de la Marianne

PHOTO FONTAINE MARIANNE

La Fondation du patrimoine, en partenariat avec la commune de Besse sur Issole, travaille à la sauvegarde du patrimoine en péril. Aujourd’hui, c’est la Fontaine de Marianne de Besse sur Issole, dans le département du Var qui à besoin de votre aide pour continuer d’éclairer sa ville.
Dans le cœur de ville de Besse sur Issole, le flambeau élevé, une Marianne en fonte bronzée guide ses habitants vers la liberté. En effet, La Marianne tient un flambeau garni d’un luminaire électrique et éclaire ainsi le lieu qui l’entoure. La statue repose sur une vasque en calcaire gris – rose, cerclé d’embouchures d’eau à têtes de lions. Un massif en calcaire blanc, à quatre canons de plan octogonal et d’élévation droite recueille l’eau.
Ainsi, la fontaine se dresse fièrement au centre de la rue de la République. Pour que la fontaine rayonne des travaux sont nécessaires : nettoyage, peinture et restauration des pierres anciennes pour faire fonctionner la fontaine.
Aidez Marianne à tenir le flambeau.
En juillet 1888, le Maire de l’époque, Alexandre Souleyet, décide avec l’accord de son conseil, la construction d’une fontaine monumentale pour embellir le cœur de ville.
En septembre 1891, la fontaine de Marianne remplace l’ancienne fontaine du Pradon. La statue de Marianne a la particularité de porter son flambeau à gauche. Ainsi, le maire du village, alors socialiste, marque sa préférence politique. La statuaire est créée, par Louis Gasne, maître de forges à Tusey, sur le modèle de la statue de Georges Michel de 1889. La pierre de taille est collectée dans les carrières de Tourris, près de Toulon. Et c’est depuis le 30 juillet 1891 que la statue trône dans l’axe de la tour de l’horloge du village de Besse sur Issole.

PHOTO FONTAINE MARIANNE 1 PHOTO FONTAINE MARIANNE 2

La restauration de la statue de Marianne, des têtes de lions et des pierres est indispensable à la sauvegarde de la fontaine. Les statuaires seront sablées avec un sable très fin et à une distance suffisante pour ne pas détériorer la fonte. Cela permettra de garder en état les symboles qu’ils représentent : la liberté, la fraternité et l’égalité. Aujourd’hui, la fontaine de la Marianne représente, pour ses habitants, la carte d’identité de la commune de Besse sur Issole.
La Fondation du Patrimoine
Première institution de défense du patrimoine, la Fondation du patrimoine sauve chaque année plus de 2000 monuments, églises, théâtres, moulins, musées etc. Elle participe à la vie de centres-bourgs, au développement de l’économie locale et à la transmission des savoir-faire.
Forte de 20 ans d’expérience, elle a su développer des outils efficaces, lui permettant de mener de nombreuses actions de restauration aux côtés des collectivités et propriétaires privés.
Reconnue d’utilité publique, la Fondation du patrimoine offre une garantie de sécurité et une transparence financière. Chaque projet fait l’objet d’une instruction approfondie et d’un suivi rigoureux. Sur le terrain, un solide réseau d’experts, composé de bénévoles et salariés, accompagne les projets et ouvre ainsi chaque jour à la préservation de notre patrimoine et de nos paysages.
L’appel aux dons s’adresse à tous, particuliers et entreprises souhaitant participer à la réalisation de ce projet patrimonial, mémoriel et historique.
Rendez-vous sur : www.fondation-patrimoine.org




Ile des Embiez
CapSein… 1 an… Une belle journée

1
Beaucoup de sourires derrière les masques !

Nous vous avons déjà parlé de cette belle association varoise qu’est CapSein, créée en partenariat avec la Clinique du Cap d’Or à la Seyne, sur une idée de Béatrice Métayer qui en est la coordinatrice et qui, en ce jeudi 3 juin a fêté ses 1 an sur l’île des Embiez, sous un chaud soleil annonçant l’été, dans un lieu idyllique : l’île des Embiez. Mais Béatrice avait tout prévu : chapeaux de paille et crèmes solaires offertes par Rachel Springer, directrice France des laboratoires Avène et sa déléguée médicale Isabelle Picchioli.

2 3
Cécile Limier, Patricia Mancini – Christine Castello / le Dr Stéphanie Guillaume, Cécile Limier, Jean-Philippe Pastor

Cette journée avait pour but, évidemment, de fêter avec faste cet anniversaire qui rassemblait 21 patientes en rémission de ce cancer du sein que toutes les femmes redoutent, et qui souvent se sentent seules et désemparées.
L’idée, donc de cette association est de réunir autour de ces femmes un collectif de professionnels afin de les aider, de la découverte de la maladie à cette rémission tant espérée, et de les accompagner tout au long d’un parcours qui est loin d’être un long fleuve tranquille.
Ainsi, dès la découverte de la maladie, Béatrice et son équipe prennent en charge ces femmes souvent en détresse et les aide à affronter toutes les phases auxquelles elles vont devoir passer.

5 6
Béatrice Métayer avec Gilles Granguillotte et le Dr Stéphanie Guillaume

Il y a d’abord la découverte du cancer, qu’il faut psychologiquement affronter puis toutes les démarches à faire, suivies de l’opération qui est un grand traumatisme car elle atteint le physique et par-delà, l’état moral. Après l’opération qui est déjà un grand moment de solitude, il y a les soins, la chimiothérapie, la radiothérapie quelquefois très difficiles à supporter, sans parler de tous les effets secondaires divers et variés dont la perte des cheveux.
Tout cela est très déstabilisant et CapSein est donc là pour soutenir, aider toutes ces femmes à passer toutes ces épreuves et dans cette association, si elles trouvent une aide, un réconfort physique et moral, tout autour ont été créés des rencontres, déjà entre malades en rémission qui peuvent échanger, se retrouver, se soutenir mais aussi trouver des services leur permettant de garder le moral de prendre soin d’elles, par la proposition de soins esthétiques, de réunions autour d’une activité, d’un sport, encadrées par des professionnels qui donnent bénévolement de leur temps.
L’association accompagne à ce jour 100 patientes. 21 participaient à cette journée.

4
Après le bateau, le petit train

Pour fêter la création de ce réseau, Béatrice Métayer organisait donc jeudi dernier, une balade aux Embiez, qui réunissait toutes ces femmes autour de tous les bénévoles, les sponsors et de personnalités qui soutiennent l’association, ainsi que nombre de médecins, chirurgiens, oncologues, nutritionnistes, prothésistes, psychologues, radiothérapeutes, gynécologues…
Et la journée fut loin d’être triste !
D’abord, ce qui frappait, c’était l’énergie, la positivité de ces femmes si complices, si joyeuses, si courageuses contre l’adversité, cette bonne humeur communicative qui se dégageait d’elles.
Déjà, ce mini-voyage en bateau était source de rires, d’excitation et ces 21 femmes étroitement unies faisaient plaisir à voir tant elles avaient la pêche.
Après le chaleureux accueil de Gille Granguillotte, directeur de l’île des Embiez, un petit train, offert par Virginie Beugnet, prothésiste capillaire les attendait pour faire le tour de cette merveilleuse île créée par Paul Ricard puis un grand pique-nique réunissait tout le monde où chacun avait tenu à apporter sa contribution en confectionnant quiches, pizzas, tartes pissaladières, salades, boissons diverses (et même du champagne !) le tout couronné par de succulents gâteaux venus tout droit de la boulangerie de l’île.

7
Une partie des patientes

Mais la journée était loin d’être terminée puisque de nombreuses activités leur était proposées, des massages à la sophrologie en passant par une séance de tai chi et de gym taoïste, offerte par Cécile Limier, éducatrice spécialisée,  une séance de reïki offerte par Audrey Prost, une séance de massages Amma offerte par Émilie Luret, balade en paddle dans une eau encore fraîche pour la saison offerte par Frédéric Mouysset
Durant le déjeuner, Béatrice devait remercier toutes les personnes qui, tout au long de cette année, apportèrent leur aide à l’association et Dieu sait si la liste est longue tant elle sait, avec son sourire lumineux, son énergie, sa foi et sa passion, convaincre les gens de l’aider dans ce combat essentiel auquel elle s’attelle corps et âme et sait entraîner son monde. Difficile de lui résister et il est vrai aussi que chacun de nous a eu une amie, une parente, une proche qui a dû livrer ce combat contre cette maladie qui atteint les femmes, quel que soit leur âge, dont on peut heureusement aujourd’hui guérir. Mais souvent, les soins médicaux ne suffisent pas, il faut garder un moral à toute épreuve et ne pas céder à la solitude.

14 13
Balade en paddle – Cécile Limier

CapSein est là pour pallier à tous ces problèmes qui entourent le cancer et une main tendue est toujours la bienvenue dans ces moments de détresse, de solitude, de souffrance.
C’est en cela que cette association est admirable, tout comme ce petit bout de femme qu’est Béatrice, qui a su réunir autour d’elle un immense élan d’amitié, d’aide, de solidarité et de tendresse dont ces femmes ont besoin.
On s’en est rendu compte en cette belle journée.

9 8
Émilie Luret  en plein travail 
Béatrice avec Aurélie Vion, ingénieure scientifique sur l’ïle des Embiez

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta

Parmi les personnalités, étaient présents : Jean Vérillon, directeur de la Clinique du Cap d’Or et Nathalie Sebban, trésorière et patiente ressource de la clinique, le Docteur Stéphanie Guillaume, adjointe au maire de Six-Fours, Patricia Mancini, organisatrice d’événements à Six-Fours, jean-Philippe Pastor, conseiller municipal de Six-Fours, Marie-Ange Aubert, centre Alter Ego, Jean Roquel, président de l’Aviron Toulonnais, Christine Castello, kinésithérapeute, Nicolas le Moine, Move in Med Montpellier, Marie-Christine Battesti et Isabelle Perez IDEL, Leslie Comte, coordinatrice 3C varois, Jean-Philippe Garcia-Lavezzi, Florian Bonouvrier

12 11 10






Six-Fours – Rendez-vous au jardin
Entre couleurs et clair-obscur

2

On vous l’avait promis, l’été sera chaud, ensoleillé et coloré.
Ces «Rendez-vous aux jardins», événement national qui a lieu un week-end par an à l’approche de l’été, ouvre ses portes à tous les parcs et jardins, égaillés d’expositions, de musique, d’ateliers.
A Six-Fours, qui se dote d’un jardin remarquable à la Maison du Cygne, c’est la fête aux couleurs, au plaisir des sens, durant deux jours, initiés par la municipalité, Fabiola Casagrande, adjointe aux affaires culturelles, Dominique Baviéra, directeur du Pôle Arts Plastique et de toute leurs équipes.
Dès l’entrée majestueuse du parc, c’est un orchestre de jazz du Conservatoire de musique qui nous accueille.

3 4
8 9

A partir de là, nous allons balader de surprises en événements, le jardin par lui-même étant magnifique, où se mêlent essences rares, arbres, petits carrés de fleurs, de fruits, de légumes et parmi lesquels se sont installés des objets décoratifs comme ces arrosoirs multicolores s’érigeant ici et là, ces poubelles au regard rieur qui flirtent sous des parasols arc en ciel, on peut se reposer sur des chaises longues, véritables objets d’art signés Caroline Chaylart dont on avait pu admirer les œuvres disséminées dans le jardin durant le confinement, et qu’on retrouve sur ces transats du plus bel effet.
Tout au fond du jardin, les troncs d’arbres ont été habillés de laine malgré la chaleur par toute une équipe de tricoteuses qui les ont parés de joyeuses couleurs.

5 6 7

Pas très loin, on retrouve enfin cette immense bulle de cannes tressées de Flora Kuentz dont on avait suivi la création. D’un tapis est né un volume,  une œuvre légère, aérienne venue s’accrocher au chêne centenaire dont elle a épousé la forme.
A l’ombre, au milieu de la verdure, de jeunes enfants apprennent à tresser en miniature, au milieu de jolis paniers.
Tout cela, vous pouvez le retrouver encore dimanche avec d’autres animations comme ateliers créatifs, initiation au rempotage, activités autour des oiseaux et des abeilles, un jardin zen avec initiation au yoga et au Qi gong, des moments musicaux et un «troc vert» où vous pourrez venir échanger plantes et graines…
Et puis, n’oublions pas le seul lieu ou la couleur n’est pas de mise mais où la place est à la nostalgie, au mystère, à la sérénité : dans les deux galeries d’art, s’est installé un magnifique photographe, Michel Lecoq qui a choisi de nous présenter notre région devenue la sienne en noir et blanc.

10
12 11

Sportif, voyageur, écrivain, moniteur de plongée, il vit  à Carnoules depuis 1997, après être né à St Dizier et s’être installé à 12 ans avec ses parents, à la Seyne su Mer. On avait pu le voir à Sanary lors du salon Photo Med en 2012, il a exposé dans différents lieux prestigieux dont le festival de la photo de Mouans Sarthoux. Depuis des années, il vadrouille dans la région, entre mer et montagne pour rapporter des images belles, originales, surprenantes et nous fait découvrir notre région différemment, dans des brumes matinales, des clair-obscur, des reflets dans l’eau, à travers arbres et forêts. Il a intitulé cette exposition «Mélancolie Varoise» et nous entraîne à travers un Var inattendu et poétique. Après le soleil, les mille couleurs et le bruit de l’extérieur nous entrons dans la galerie où le silence se fait et où l’on peut admirer ses somptueuses images qui, quoique varoises, nous font voyager hors du temps. Vous pouvez les découvrir jusqu’au 4 juillet.
Et demain, s’il ne pleut pas de trop, n’oubliez pas d’aller faire un tour dans ce lieu magique qu’est la Maison du Cygne.

Jacques Brachet




Toulon
André NEYTON fête les 30 ans de l’Espace Comédia !

2

1921.
Au commencement était une grange achetée par Joseph Rosa. Et le Comédia, premier cinéma de Toulon allait naître.
Mais après sept ans de réflexion, M Rosa revend sa grange qui va passer dans plusieurs mains.
En 1943, en pleine guerre, une bombe le transforme en grand trou béant.
Mais il renaîtra de ses cendres en 1950.
En 1984, à l’ombre de Jacques Tati, il se dote de deux salles, trois cents places, un bar.
Et arrive André Neyton en 1991. Enseignant, fou de théâtre et de langue occitane il a beaucoup bourlingué, a créé deux chapiteaux dont l’un s’est envolé dans le mistral, a squatté au théâtre de la porte d’Italie qui n’était alors qu’un dépotoir, il a subi de nombreuses pressions, des revers de fortune, des suspensions de subventions, des problème de tous ordres, avec différents maires, dont un maire qui ne savait pas que la culture existait et encore moins la culture régionale, Maurice Arrecks, puis l’arrivée du FN…
Une grande épopée avant qu’il ne pose ses valises à ce qui deviendra l’Espace Comédia. il y crée une salle de théâtre, une salle de répétition, un atelier occitan, des pièces, monte une troupe, le Centre Dramatique Occitan et nombre d’artistes de la région vont  y naître et s’y produire, de Miquèu Montanaro à Miquela e lei Chapacans, en passant par Philippe Chuyen, Yves Borrini et Maryse Courbet, Trompette et Bourguignon,  et tant d’autres.
Mais pas que…

3 4
André Neyton dans « Gaston Dominici »- Xal comédien, auteur, un des piliers de la compagnie,

Car André est ouvert à toutes les formes de spectacles, à tous les genres et c’est ainsi que nombre de troupes de Méditerranée viendront y jouer, des chanteurs, des danseurs, des musiciens,  et des artistes nationaux comme Rufus, Anne Sylvestre, Romain Bouteille, les frères Belmondo, l’auteur et réalisateur Paul Vecchiali (qui est né au Mourillon) qui est venu y créer une pièce… Chez lui, Molière et Brecht se sont toujours superbement entendu.
On l’a traité de fou, d’utopiste… Mais il fallait l’être pour que le vaisseau vogue sur les rives de la Méditerranée.
Il faut savoir que, jusqu’à l’arrivée des frères Berling et du Liberté, Toulon ne possédait pas de théâtre hormis celui de la Porte d’Italie et le Comédia. Oui, il y avait l’Opéra avec pour seules pièces de théâtre celles du Boulevard parisien.
Grâce à des gens comme Robert Laffont qui l’a beaucoup aidé et qui a produit pour France 3 en 85 «La révolte des cascavèus» qu’il a écrit et tourné avec la troupe d’André,  Jack Lang, qui a beaucoup aidé les théâtres en région, les langues vivantes et la langue occitane entre autres, à Jean-Louis Barrault qui a créé le Théâtre des Nations à la Sorbonne et où André et sa troupe y ont joué pour la première fois en professionnels.

5 6
Extraits de l’exposition

Car, à l’heure où il est question (encore une idée géniale !) de faire disparaître des écoles nos langues régionales comme si ce n’était que du folklore, alors que ce sont nos racines, que l’on soit Corse, provençal, breton, basque, André et tous ces beaux comédiens ont défendu, défendent et défendront toujours notre belles langue occitane.
Toujours avec cette force de persuasion, cette volonté de défendre les théâtres, les cultures, les langues, les libertés, André Neyton a monté de grandioses spectacles hors les murs à l’instar du Puy du Fou créant en pleine nature provençale des épopées magnifiques dont tout le public se souvient encore : «Le siège de Mons», «Maurin des Maures», «Gaspard de Besse».
A noter qu’André pourrait  apparaître dans un jeu de sept familles : Vous demandez le père et André apparaît, la mère, Josyane, sa femme, comédienne, Michel son fils, technicien, éclairagiste, Sophie, la fille, comédienne, Isabelle, femme de Michel, costumière, Xavier-Adrien Laurent, dit Xal, comédien, collaborateu et ami d’André depuis 2004, qui reste un membre de la famille… La famille Comédia se porte bien !!!
Voilà donc 30 ans qu’André, comédien, auteur, metteur en scène, directeur de théâtre nous fait rêver, nous fait réfléchir et nous présente des spectacles que nous nous n’aurions pu voir nulle part ailleurs dans la région. Qu’il invite des artistes, des compagnies  qui viennent de Grèce, d’Italie, d’Algérie, d’Espagne… de tous les pays bordés par la Méditerranée…
Ça méritait un bel anniversaire et surtout ce film très émouvant,  «Le Comédia, un théâtre dans la ville» à la fois joyeux et nostalgique et qui nous rappelle 30 ans de beaux souvenirs de spectacles et d’événements, film que nous offrent XAL et son complice Hervé Lavigne.

8 7

Travail de recherches incroyable, témoignages d’artistes, de journalistes, de personnes ayant des liens très forts avec ce théâtre et cet homme magnifique qu’est André Neyton qui se bat corps et âme pour la culture, la nôtre, celle des autres, qui n’a jamais baissé les bras dans la tourmente qui continue à mener les combats dont un de taille qui s’annonce aujourd’hui : la vente du Comédia par le propriétaire des murs pour des raisons familiales, pour le vendre à un promoteur.
Comment empêcher qu’une telle hérésie se produise ? Détruire un tel lieu pour un simple profit de promoteurs est impensable.
Espérons que les instances politiques et culturelles vont réagir.
Fermer un théâtre alors qu’on a plus que jamais besoin de culture est une désolation !
Ses 30 ans, il les fêtera du 12 au 15 juin, en présentant ce film, et en offrant une exposition et en espérant que ce n’est qu’une étape de plus et que l’Espace Comédia continuera à vivre encore de longues années.
A suivre…

1
La famille Comédia !

Jacques Brachet
Aidez à sauver ce beau lieu : http://espacecomedia.com/soutiencomedia.html

Six-Fours – Un Rendez-vous au jardin couleur mimosa

10 9
Chantemesse

Comme chaque année, se déroulera partout en France, le Rendez-vous au jardin qui aura lieu les 4, 5 et 6 juin. Ce rendez-vous est fixé à Six-Fours dans le jardin remarquable de la Maison du Cygne qui va enfin se réveiller d’un long sommeil.
Ce sera donc doublement la fête et le premier jour sera réservé aux enfants. En effet, ce vendredi 4 juin, sept classes six-fournaises présenteront leurs travaux de «Land Art» qu’ils ont conçu durant l’année scolaire.
Le Land Art est un art qui utilise le cadre et les matériaux que l’on trouve dans la nature. C’est dire l’infinité des possibilités et l’imagination développée par ces apprentis artistes.
Et puis, le samedi, vous découvrirez également un art qui fait aujourd’hui fureur dans le monde entier : le tricotag qui consiste à tricoter des kilomètres d’écharpes de laines pour habiller les troncs d’arbres.

6
7 8

Ce projet a été initié par Magali Canovas et Heidi du Pôle Arts Plastiques, avec pour thème la transmission des savoirs. C’est donc le tricot qui a été choisi, appelé aussi Yarn Bombing. Il fait partie du courant artistique du Street Art et s’emploie à redonner quelques couleurs à nos rues et nos jardins en mélangeant deux passions pour le moins éloignées, le tricot et le graffiti.
Malgré ces temps difficiles mettant à mal les liens sociaux, il a pu se développer, prendre de l’ampleur et aboutir grâce à l’enthousiasme de 24 tricoteuses débutantes ou confirmées de la commune et des environs qui ont unis leur talent et leur bonne humeur pour créer cette œuvre collective qui habillera trente-cinq troncs du bosquet de mimosas de l’espace Landowsky. A ces tricoteuses, se sont joints les enfants du centre aéré Jaumard qui ont réalisé les pompons-fleurs de mimosa.
A leurs côtés, un artiste chevronné et de grand talent présentera ses œuvres photographiques. Il s’agit de Michel Lecocq, grand amoureux de la nature, belle gueule de baroudeur qui parcourt les rives de la Méditerranée pour ramener des clichés d’une grande beauté. Vivant à Carnoules, il se dit «photographe pour la vie».
Vous pourrez découvrir ses œuvres du 5 juin au 4 juillet.

4 5
4b 5b

En partenariat avec le Festival de Ramatuelle, du 16 juillet au 12 septembre, un second photographe viendra s’installer : Ansel Adams.
Disparu en 1984, cet américain a un long parcours d’artiste commencé en 1914 avec l’inauguration du Canal de Panama et dont la dernière exposition date d’un an après son décès. Avec lui c’est un pan de l’histoire de la photographie qui est évoqué.
Toujours samedi, sera proposé un atelier aquarelle animé par l’artiste Roger Boubenec, un atelier rempotage animé par le service Environnement. Également des animations avec la Ligue de Protection des Oiseaux, autour d’une ruche pédagogique et une exposition de panneaux pédagogiques de l’ARBE sur le thème «Zérophyto».
Le paysagiste Nikolas Watté nous offrira une conférence sur le thème : « Inspiration naturelle pour un jardin méditerranéen».
Le dimanche toute la journée aura lieu un troc Vert. Le principe consiste à apporter des plantes, des boutures, des graines de chez vous et de les échanger.
Pour ceux qui aiment méditer, vous seront proposés des instants Zen et du Qi Gong puis en fin de matinée seront remis les prix des jardins et balcons fleuris. Et une animation musicale par le groupe Les 2Z.
Les horaires sont à redéfinir dans la mesure des protocoles mis en vigueur à cause du Covid 19. (www.ville-six-fourd.fr)
Ouverture du jardin de 9h à 18h.

3 2
Les frères Capuçon

A noter que du 8 au 12 juin, la Maison du Cygne sera fermée pour l’installation et les répétitions du festival de musique «Les Nuits du Cygne» où seront offert quatre récitals : le 8 juin : le violoniste Renaud Capuçon, le 10 juin, son frère, le violoncelliste Gautier Capuçon, le 11 juin, le pianiste Frank Braley, le 12 juin, le pianiste David Fray.
Enfin, hors la Maison du Cygne, Dominique Baviera, directeur du Pôle Arts Plastiques de Six-Fours, installera les œuvres du plasticien Charles Chantemesse  du 4 au 27 juin à la Maison du Patrimoine. L’exposition s’intitulera «Vraie-fausse perspective».
Quant à la Batterie du Cap Nègre, elle fêtera sa réouverture le 4 juin avec une exposition intitulée «L’homme et son milieu dans l’Antiquité», dans le cadre des Journées Européennes de l’Archéologie», en partenariat avec le Centre Archéologique du Var. Cette exposition se tiendra jusqu’au 4 juillet.
Enfin, du 9 au 20 juin, vous pourrez découvrir les œuvres du peintre Pierre-Charles Nivelon à l’Espace Jules de Greling.
La rentrée sera tout autant passionnante.
Nous y reviendrons.

1

Jacques Brachet


Six-Fours – Journées de la Femme
Deux femmes remarquables
Béatrice METAYER & Céline LIMIER

54

C’est au parc de la Méditerranée que se sont tenues les journées de la Femme, les 27 et 28 mars, organisées par Patricia Mancini et la Mairie de Six-Fours.
C’est ainsi que, durant deux jours ensoleillés, se sont disséminés des stands uniquement tenus par des femmes, aussi diverses qu’énergiques et entreprenantes et venues de toutes les directions. On y croisait des présidentes d’associations, des décoratrices, des plasticiennes, des créatrices de bijoux,  artisanes, des confiseuses, des responsables de santé, des praticiennes et même des voyantes et des médiums.
Large univers féminin donc et parmi elles, deux femmes remarquables qui se connaissent et collaborent.

6

Béatrice METAYER
Elle est secrétaire médicale depuis 25 ans, mère de trois garçons et, venue de la Rochelle, elle travaille à la Clinique du Cap d’Or de la Seyne depuis 2012. L’association a été créée, depuis le 3 juin 2020, un réseau nommé  « CapSein» dont elle est la coordinatrice. A l’initiative de la clinique du Cap d’Or groupe Elsane, à travers la réflexion de plusieurs professionnels de santé de la pathologie mammaire.
«Le but – m’explique-t-elle –  est d’accompagner les femmes atteintes du cancer du sein et de coordonner leurs parcours de soins, dès le dépistage jusqu’à l’après-traitement,  en passant par l’opération, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’homonothérapie et d’essayer de leur apporter une vision différente de l’approche du cancer et une philosophie valorisante».
Pour cela, elle organise des ateliers divers et variés, allant du paddle-yoga à la sophrologie en passant par des ateliers de maquillage et d’esthétique, de phytothérapie, de naturopathie, des sports comme le Qi kong et le taï chi et même de rugby-santé !
«Nous avons créé un réseau avec tous les professionnels de la santé, de l’infirmière au pharmacien en passant par les oncologues, les gynécologues, les nutritionnistes, les prothésistes, les psychologues, les chirurgiens plastiques… afin de pouvoir répondre à toutes les questions que ces femmes se posent, les rassurer, les positiver.
En dix mois, nous avons créé treize ateliers pour quatre-vingt-cinq femmes, de 33 à 90 an».
Passionnée, généreuse, altruiste, dynamique, Béatrice se dépense sans compter.
«J’ai reçu beaucoup d’amour de mes parents qui m’ont inculqué l’empathie, le don de soi et je me sers de ces valeurs pour aider et accompagner ces patientes».
Elle anime également une émission mensuelle sur la radio Top FM en donnant la parole à toutes ces femmes.
«Il faut savoir qu’aujourd’hui une femme sur huit est atteinte d’un cancer et celui-ci est la première cause de mortalité ».
Grâce à son énergie, sa grande disponibilité, sa générosité, elle redonne de l’espoir à toutes ces femmes atteintes dans leur chair, elles leur redonnent confiance, optimisme et moral, ce qui essentiel pour pouvoir atteindre le bout du tunnel.

7

Cécile LIMIER
Elle est professeure de karaté-do et d’arts internes (gymnastique taoïste,Qi Kong, Taï Chi Chuan…), diplômée d’état, seule femme sixième dan, membre de la Cami du Var  sports et cancer et possède nombre de titres et références dans ces domaines.
En juillet 2020 elle a créé l’association «Sport Adapté Santé 83» dont le but est de promouvoir la pratique d’activités sportives préventives et thérapeutiques. C’est ainsi qu’elle collabore avec Béatrice Métayer, toutes deux soutenues par le docteur Stéphanie Guillaume, adjointe à la Mairie de Six-Fours.
«Ces activités physique – m’explique-t-elle – sont adaptées à la pathologie, aux capacités physiques et aux risques du patient atteints de cancer, d’obésité, de troubles cardio-vasculaires, de diabète, d’addictions, d’AVC…
Nous avons créé des ateliers thérapeutiques autour du pôle santé «Rayon de Soleil dispositif Asalée (Actions de SAnté Libérale En Equipe» traitant de toutes ces pathologies en accompagnement individuel».
Elle enseigne à Six-Fours la gymnastique taoïste tous les mercredis de 10h à 11h et de 11h à midi, au gymnase Reynier, et le chi kong au bois de la Coudoulière le jeudi matin de 11h à midi.
Elle a également investi un bureau au centre Alter Ego de la Seyne où elle donne des coachings individuels.
«Nous avons également créé une vidéo afin de faire connaître l’association à partir de démonstrations, d’interviews de professionnels de santé, d’enseignants du sport, d’élus et de témoignages de patients.
Une réussite dont elle est très fière, c’est d’avoir pu créer une infrastructure sportive au sein du Burkina Faso, l’humanitaire faisant aussi parti de sa passion et de son bonheur de vouloir aider ceux qui en ont besoin.

Deux femmes terriblement attachantes, solaires, altruistes, dont les buts sont d’aider les personnes en difficulté

Jacques Brachet
www.reseau-capsein.frCoordinatrice@reseau-capsein.fr – 07 64 44 81 18
https://sportadaptesante83.frsportadaptesante83@gmail.com – 06 03 48 07 88

 3
Sous les masques : Patricia Mancini, Pierre Rayer, Stéphanie Guillaume, Cécile Limier,
Louis  Wan der Heyoten, naturopathe et professeur d’arts internes, Béatrice Metayer





Toulon – Lycée Pic
36ème concours des apprentis de France

1

Il y a MAF et MOF… MAF signifie Meilleur Apprenti de France. Et lorsqu’on en est lauréat, du MAF, l’on peut alors «monter» à Paris pour la finale nationale.

En ce mercredi 24 mars, ce sont  les thèmes  art de la table, cuisine froide, agrémentés d’une composition florale, qui réunissaient 24 apprentis entre 16 et 21 ans, au Lycée Pic de Toulon, concourant pour ce titre, sous la tutelle de la six-fournaise Jocelyne Caprile, meilleur ouvrier de France et vice-présidente de de la MOF.
Ce concours est important  car c’est un titre qui permet à ces apprentis de franchir l’étape qui les amènera à Paris pour le concours national du meilleur apprentis de France.
Aussi les candidats se présentaient pour l’option cuisine, tous venus du lycée Pic, du CFA de St Maximin et du lycée du Golfe Hôtel d’Hyères. Ils avaient cinq heures, nous explique Jocelyne Caprile, pour réaliser deux thèmes imposés : une lisette (petit maquereau) aux coquillages et aux féculents et un aspic aux fruits.

5 6
7 8

On a stressé, on a transpiré autour des pianos, chacun se consacrant sur son œuvre, sous les yeux des jurys* attentifs qui devaient en finale décerner trois médailles d’or, deux au niveau régional : Léo Carillo du lycée Golfe Hôtel de Hyères et François Vigezzi du lycée Pic de Toulon une au niveau départemental : Mattéo Dauphin, du CFA de St Maximin, médailles remises par les jurys, Jocelyne Caprile et par Philippe Vitel, vice-président du Conseil Régional PACA.
Ce fut un beau concours où tous les sens étaient en éveil et qui était un premier pas pour ouvrir grand les portes d’un métier tout autant exaltant et difficile. Les étoiles brillaient chez les lauréats, en attendant qu’un jour leur passion et leur talent leur en donne d’autres.
C’est le meilleur qu’on puisse leur souhaiter.

10 11
9

Jacques Brachet

*Jury du concours cuisine froide : Jury cuisine : Président Christophe Pacheco, entouré d’Alain Montigny, Olivier Alemany, Christophe Guibert, Nicolas Davouze.
Jury dégustation : Christophe Baquié, Nicolas Pierantoni, Christian Lafitte, Alain Biles.
Concours arts de la table : Présidente Julie Bonnot, entourée d’Anne-Charlotte Côme, Thierry Demolliens, Olivier Novelli, Franck Josserand, Guillaume Kermoal, Fabrice Leclair.
Concours fleuriste : Président Yannick Blot, entouré de Christine Marini et Christelle Szymczack.

2 3Sous les masques : Jocelyne Caprile entourée de Christophe Pacheco et Alain Montigny –
Julie Bonnot et Olivier Novelli