Archives pour la catégorie Ecriture

NOTES de LECTURES

1 2 3

Mireille CALMEL : Le lit d’Alienor (Ed Collecto – 671 pages)    
A Poitiers, en 1137, Aliénor d’Aquitaine, épouse du roi de France Louis VII le Pieux, fait la connaissance de Loanna de Grimwald ; celle-ci est chargée d’espionner la reine, elle est un peu sorcière, elle a des apparitions de Merlin l’Enchanteur, elle est proche de la nature et soigne avec les plantes. Elle doit réussir à ce que le roi Louis VII se sépare d’Aliénor et divorce, ce qui arrivera  à cause de consanguinité entre les  deux époux, Aliénor très vite se remarie avec le futur roi d’Angleterre : Henri II Plantagenet, ainsi nommé parce qu’il porte une plante de genêt à son chapeau. Il y a dans ce livre un foisonnement de personnages, certains qu’on connaît  un peu comme l’abbé Suger qui commence la construction de l’abbatiale de Saint Denis mais qui mourra avant de la terminer, Thomas Beckett qui finira très mal aussi, etc. Que d’intrigues, vraies ou  fausses se trament ainsi. L’autrice écrit « c’est un siècle de barbarie ! ».
Loanna est donc au service de l’Angleterre. Elle cherche à faire assassiner le roi Louis VII en trompant la confiance d’Aliénor. Une grande croisade va s’organiser  et partir avec armes et bagages et aussi un grand nombre de femmes. Il y aura bien une occasion qui fera que le roi se fasse tuer, espère Loanna, mais cela échoue ! Elle surveille aussi que toute conception d’enfants n’arrive pas à terme entre les époux royaux. Loanna de Grimwald occupe la première place dans ce roman parce qu’elle  est aussi très liée à Aliénor.
Ce roman a le mérite d’éveiller notre curiosité  pour aller voir dans les détails les faits vraiment historiques car ce n’est pas un livre d’Histoire, ce n’est pas un roman de science fiction, malgré les apparitions de Merlin l’Enchanteur, lié à Loanna  qui le prie quelquefois  de l’aider à sortir de situations scabreuses. C’est, en fait un livre d’histoires, avec un petit h et un gros S car, que de rebondissements ! Le roman se terminera quand Loanna aura atteint son but : marier Aliénor d’Aquitaine à Henri II Plantagenet, roi d’Angleterre, deux mois après son divorce. Elle donnera l’Aquitaine à l Angleterre ainsi que huit enfants ! Le 3ème de ses fils : Richard, cœur de Lion,(1157-1199) héritera de l’Aquitaine, ainsi en avait décidé Aliénor mais elle mourra après lui en 1204. Quand cette province reviendra t elle au royaume de France ?  Mais cela est déjà une autre histoire
Ce livre est enrichi de dessins de Pierre Legain et accompagné d’une très belle BD.
Myriam ANISSINOV : Oublie-moi cinq minutes (Ed Seuil – 393 pages.)
Myriam Assiminov est l’auteur de biographies de grands personnages et de plusieurs romans autobiographiques. Celui-ci est son dernier C’est une des plus grandes connaisseuse de la littérature Yiddish et de la Shoa
Dans ce roman autobiographique l’auteure revient sur son enfance à Lyon où s’étaient établis ses parents tous deux juifs nés l’un en Pologne et l’autre à Metz où avait émigré sa famille russe communiste.
Issue d’un milieu très pauvre mais lettré, comme l’étaient les juifs étrangers et ardents communistes de part leur formation. Myriam, tout en admirant son père très travailleur et passionné par son appartenance au parti, est toutefois subjuguée par sa mère, institutrice et militante mais peu disponible, elle la harcelait pour savoir si elle l’aimait ce à quoi elle répondait invariablement  « Oublie-moi cinq minutes ».
Elle nous fait donc partager ce monde pétri d’antisémitisme latent où chacun doit lutter pour sa survie et encore plus dans le monde qu’elle a choisi, celui du spectacle, de la chanson dont elle nous fait un portrait saisissant et plein d’humour. Une longue rétrospective de la guerre à nos jours où elle retrace sa vie et celle de son entourage
Un roman plein de verve et d’amour à travers un parcours atypique et souvent désolant.

4 5 6

Francesco FIORETTI : Raphaël, la vérité perdue (Ed Hervé Chopin – 286 pages)
Originaire de Sicile Francesco Fioretti est professeur de littérature italienne. Spécialiste de Dante et de la renaissance italienne
L’auteur nous dresse ici le portrait de Raphaël qui n’était pas seulement le grand peintre de la Renaissance mais aussi la victime d’une puissance insaisissable
Cinq cents ans après la mort de Raphaël, il  tente de lever le mystère de son étrange disparition à l’âge de trente-sept ans. Après le décès de Michel-Ange et de Léonard de Vinci Raphaël est reconnu maitre de la capitale. Mais Rome est la ville de tous les complots et dans ce nid de vipères, difficile de trouver sa place..
Lorsque le Pape Léon X le nomme peintre responsable des fouilles archéologiques romaines les choses empirent. Les intérêts multiples autant du Pape que des grandes familles rendent la vie impossible et la mort est au coin de la rue.
Grâce à la verve et l’érudition de l’auteur, le lecteur se trouve pris comme dans un polar dans une œuvre d’art : des morts étranges, inexpliquées sinon inexplicables. Tout s’emmêle ! De l’amour de la haine, des vies désordonnées, le tout mêlé d’accords secrets et d’alliances inattendues.
De la beauté, de la grâce, de l’action, tout est présent dans ce roman brillant d’un auteur magistral de cette époque fabuleuse.
Mais on ne sait toujours pas qui a tué Raphaël !
Eric FOTTORINO : Mohican (Ed Gallimard – 277 pages)
Dans ce quatorzième roman, Éric Fottorino évoque la situation de l’agriculture et de la paysannerie au XXIème siècle en créant le personnage de Brun Danthôme, agriculteur dans le Jura. Brun a 76 ans. Il vient d’apprendre qu’il souffre de leucémie. Cette maladie ne vient-elle pas des pesticides qu’il a épandus pendant des années, alors qu’il s’enorgueillissait d’avoir une augmentation de sa productivité mais qu’il était traité d’agriculteur ? Ces pesticides n’auraient-ils pas provoqué le cancer du sein de Suzanne, son épouse, décédée, quinze ans plus tôt ? Pour Maurice dit Mo, son fils, adepte d’une agriculture raisonnée et écologique, la réponse est claire. Mais les deux hommes ne sont pas d’accord sur l’attitude à tenir sur l’exploitation et le père décidera seul jusqu’à sa mort, y compris lorsqu’il faudra répondre à des propositions d’implantation d’éoliennes sur le domaine, ce qui éviterait la faillite financière.
En quatre chapitres précédés d’une citation tirée des Géorgiques de Virgile et rédigés d’une belle plume classique, l’auteur offre un magnifique hommage à la nature, à la campagne, aux saisons et à ces hommes confrontés aux enjeux de la sauvegarde de notre planète et de l’alimentation de ses habitants.
Chris MARQUES : Si seulement vous saviez  Ed (Flammarion – 250 pages)
Nombreux sont ceux qui ont découvert Chris Marques par le biais de l’émission « Danse avec les stars » dont il est le créateur.
Champion d’Europe et du monde de danses latines et de salons, il est, dans ce milieu, devenu une icône et en France, un artiste fort populaire grâce à ses avis très tranchés et sans concessions en tant que juré de l’émission.
Mais s’il est arrivé à ce degré de talent et de professionnalisme, cela n’a pas été sans travail, sans galères et derrière ce sourire et ses tenues pailletées, il y a un artiste passionné, un homme à qui la vie n’a pas toujours fait de cadeau.
Fou de danse dès son plus jeune âge, il ira dans une école spécialisée de Colmar, où il vit, pour  continuer à 16 ans dans une école de Villeurbanne, avant de s’en aller tout seul et sans argent, vivre sa vie de danseur à Londres, logeant où il pouvait, mangeant quand il pouvait, parlant peu la langue mais, éternel optimiste, ne baissant jamais les bras et croyant en son étoile.
Ses premières compétitions seront très vite couronnées de succès car il est super doué et sa carrière va aller crescendo. Il va rencontrer une danseuse, Jaclyn Spencer, un vrai coup de foudre et les voilà, ne se quittant plus, à la ville comme à la scène, vivant d’amour et de danse. Ils gagneront tous deux de nombreux concours.
Jusqu’à ce qu’il tombe malade en 1999, d’une maladie orpheline et incurable : l’encephalomyétie myalgique, qui, durant des jours, des semaines, l’obligera à rester dans un lit de souffrance mais qui, entre deux crises, ne l’empêchera pas de se remettre à la danse. Il devra vivre avec, avec un traitement et, avec courage et ténacité, en 2003, à un mois d’intervalle, il devient, avec sa femme, champion d’Europe et du monde !
En 2004 il réalise un autre rêve : aller danser à Cuba, pays de ses danses de prédilection et réussira à épater les danseurs cubains et le chef d’état qui l’idolâtrent, malgré quelques sérieuses menaces mettant leur vie en péril. Avec «Jacy», ils se produiront dans le monde entier et en 2011 démarrera la folle aventure de «Danse avec les stars» qui vient de fêter ses dix ans.
Mais leur plus belle aventure se nomme Jackson, leur fils.
Un récit plein de passion, d’émotion, qui nous fait encore plus aimer cet éblouissant danseur.

7 8 9

Jean-Christophe RUFFIN : Montagnes humaines (Ed Arthaud – 189 pages)
Ce livre est un entretien de Jean- Christophe Rufin avec Fabrice Lardreau.
Jean-Christophe Rufin, originaire du Berry, découvre la montagne  pendant son enfance, il dit s’être « approché de la montagne comme d’une bête à apprivoiser ». Pour lui, l’amitié est renforcée par la pratique de la haute montagne, cela créé des liens immédiats  entre les grimpeurs, ce qu’il appelle « une intimité verticale », c’est le titre de ce premier chapitre
Autrefois, le matériel d’escalade était lourd, aujourd’hui, il est léger, on peut s’entraîner sur les falaises ou même dans un gymnase, il préfère le milieu naturel, il cherche  un rapport charnel avec la roche, peu importe d’arriver au sommet, c’est  le cheminement qui importe , la randonnée est un exercice où on est solitaire, pour grimper, il faut être au moins deux puisqu’on s’assure mutuellement, plus on monte, plus on est au cœur de l’action, c’est un sport où l’argent intervient peu. Amoureux et fasciné par la montagne,  l’écrivain qu’il est considère le lecteur comme un ami de cordée qu’il faut mener de plus en plus loin et de plus en plus haut. La paroi est comme un livre, on progresse de prise en prise comme de page en page.
Dans le deuxième chapitre intitulé « Montagnes humaines » qui a donné son titre au livre, il nous parle de sa « randonnée » vers Saint Jacques de Compostelle et surtout de l’écologie qui doit être un humanisme mais l’équilibre a été rompu, il déplore la disparition des alpages et des paysans en moyenne montagne. On revient à l’écriture, pour lui, écrire ou faire de l’alpinisme, la question ne se pose pas, on fait et c’est tout.
Après cet entretien, il y a des extraits  de « livres montagnards », le premier date de 1940, il est écrit par Dino Buzzati : « le Désert des Tartares », on en avait tiré un beau film où l’on était dans une attente longue, angoissante, de choses qui n’arrivaient pas, durant tout le film comme d’ailleurs dans le livre mais il y avait de magnifiques photos de montagnes
Le deuxième texte de 1963 était de Tita Piaz, le Diable des Dolomites
Le troisième de 1967 écrit par Joseph Kessel : les Cavaliers
Le dernier  de 1968 de Roger Frison- Roche « les montagnards de la nuit »
Ces quatre extraits nous donnent naturellement très envie de lire ces quatre livres
Thomas VDB : Comedian rhapsodie (Ed Flammarion – 264 pages)
Quel drôle de zèbre que ce Thomas VDB, alias Thomas Vandenberghe, comédien, humoriste, musicien, journaliste, chroniqueur… et j’en passe.
Le plus drôle est qu’à part la musique, il n’a jamais eu d’autre envie, qu’il n’a jamais rien demandé et que tout lui est venu par hasard.
Collectionneur obsessionnel de vinyles, puis de cassettes, puis de CD, il s’est laissé porter par la vie en écoutant du hard rock, devenant fan de groupes dont il s’inscrivait à leur club, créant des fanzines jusqu’à ce qu’un producteur l’engage pour les faire en professionnel, et jusqu’à ce qu’il se retrouve rédacteur en chef du magazine Rock Sound. Aujourd’hui comédien et chroniqueur de l’émission « Quotidien », il nous offre, avec un humour décalé, sa jeune biographie, écrivant comme il s’exprime dans la vie, avec un petit défaut : des phrases qui n’en finissent pas, où la ponctuation est souvent oubliée
Il se dit toujours dingo de rock et nous parle de groupes dont certains n’ont fait que passer mais qu’il connaît par cœur.
Aujourd’hui, à peine assagi, il est resté un grand ado dilettante, ce qui ne l’empêche pas de mener une carrière originale qu’il réussit ma foi très bien.
Celui qui a commencé l’animation radio en faisant des pets en direct, a quand même bien évolué en passant de la musique au cinéma, de la radio à la télé, assumant aujourd’hui son métier de comédien dans des one man shows.
Personnage drôle et attachant, il nous affirme toujours qu’il est et restera toujours un névrosé de musique.
Anne BEREST : La carte postale (Ed Grasset – 504 pages)
6 janvier 2003, Lélia, la mère d’Anne Berest, trouve dans sa boite aux lettres une carte postale représentant le Palais Garnier sur laquelle sont écrits quatre prénoms : Ephraïm, Emma, Noémie, Jacques. Que signifie cette mention des prénoms de ses grands parent maternels, de son oncle et de sa tante qui sont morts à Auschwitz en 1942 ?
Cet envoi va être l’occasion pour Anne d’entamer avec sa mère des recherches sur la vie de ses aïeux et de se questionner sur sa judéité, elle qui ne pratique aucune religion. Commence alors un récit passionnant et touchant de la vie de la famille Rabinovitch. Elle est originaire de Russie qu’elle doit quitter en 1919 alors que le star Alexandre III prône un antisémitisme d’État. Certains s’exilent en Pologne d’autres en Palestine. Les pérégrinations amènent Ephraïm, Emma son épouse, et leurs trois enfants Myriam, Noémie et Jacques en France en 1929.
Mais en octobre 1940, les voilà soumis à l’obligation de se déclarer aux autorités pour tous les juifs puis à toutes les horreurs qui vont suivre.
Bien sûr, tous ces évènements ont fait l’objet de nombreux romans mais la plume sensible et pleine de souffle de l’auteur rend passionnant le récit tragique de cette famille dont tous les membres sont de magnifiques personnalités : Ephraïm l’ingénieur inventif qui veut s’intégrer à la France qui l’accueille, Myriam et Noémie les brillantes élèves en philo et littérature, Jacques qui ne ment pas sur son âge à l’arrivée au camp et qui est gazé à 15 ans.
Un beau livre qui a obtenu le prix Renaudot des lycéens.




NOTES de LECTURES

rufin vingtgras graziani

Jean-Christophe RUFIN : Les flammes de pierre (Ed.Gallimard – 354 pages)
Un très beau roman d’amour et de montagne.
De montagne où vit Rémy, guide-alpiniste qui, après un fâcheux accident, doit restreindre ses appétits  de cimes  mais qui va, toujours aidé de son frère alpiniste lui-aussi, en faire un métier. Domaine qu’il fait découvrir aussi à ses clients qu’ils encadrent chaque week-end vers des sites prestigieux des alentours de Chamonix. C’est alors qu’une jeune parisienne passionnée de nature va le rejoindre pour ces week-ends d’aventures et de découvertes loin de Paris.
A tel point que la passion des roches et des défis posés par ce cadre divin les amènera à se connaitre, se défier, s’aimer, s’éloigner, en proie à une grande passion amoureuse qui va les déchirer, les rapprocher. Mais à quel prix !
Splendide roman de nature et de découverte que l’auteur nous offre avec une fougue, une justesse de sentiments et une passion, tant pour le cadre que pourl’amour des deux héros.
Un grand moment de bonheur pour qui aime la montagne, fabuleux décor de cette aventure humaine.
Belle écriture comme d’habitude, enlevée et pleine de fougue et de passion
Marie VINGTGRAS : Blizzard (Ed de l’Olivier – 183 pages)
Pourquoi s’installer dans ces terres froides d’Alaska ? C’est à n’y rien comprendre décide Bess, qui suppose qu’ils aiment les grands espaces, comme si l’expression en elle-même était une formule magique qui résolvait tout.
En effet, résoudre un problème  c’est bien la question que se sont posés Benedict, Freeman, Cole et Bess.  Ils se connaissent tous par force, s’entraident parfois, se jalousent aussi, se surveillent, se convoitent. Mais quelle est la véritable raison de leur installation dans ces régions si hostiles et inhospitalières ?
« Je l’ai perdu, j’ai lâché sa main pour refaire mes lacets et je l’ai perdu. » Les premiers mots du roman de Marie Vingtgras plongent immédiatement le lecteur dans une atmosphère angoissante. Cet enfant est perdu dans le blizzard, l’angoisse règne désormais dans la petite communauté, il faut impérativement le retrouver et vite.
En courts chapitres éclairant la personnalité de chacun, l’auteur révèle des caractères remplis de mystères, de secrets qu’ils ont enfoui au plus profond d’eux-mêmes. Benedict se sent responsable de ce petit être, le fils de son frère disparu mystérieusement, lui le célibataire qui repousse tout engagement et que la situation extrême oblige à réagir vite, Bess a trouvé refuge en Alaska pour étouffer sa trop grande souffrance à la mort de sa sœur, Freeman homme noir, ancien militaire survivant de la guerre du Vietnam doit assumer la mort de son fils, un acte qu’il doit expier. Tous fuient la réalité et une vérité trop lourde à porter et c’est ce petit garçon perdu dans l’immensité hostile des lieux, en plein blizzard qui va tous les réunir pour le sauver et se sauver eux-mêmes.
Un premier roman choral qui démonte avec finesse des personnages ayant fui la société, mais qui se relèveront, feront face à leur douleur et l’assumeront
Stanislas GRAZIANI : Le cauchemar de Socrate (Ed Beaurepaire-  270 pages)
Stanislas GRAZIANI, réalisateur et scénariste français, publie son premier roman, mettant en scène Daniel Dravot, maire de Granville en Normandie et son protégé Tom, orphelin par sa faute et artiste raté.
Dravot vient de perdre les élections alors que des soupçons de blanchiement de fraude fiscale et de harcèlement sexuel ont été étalés au grand jour quelques temps avant le vote. Alors que son ami Tom tente de l’empêcher de se suicider en sautant du haut d’un pont, les deux hommes tombent dans le vide. Entrainés dans une faille spatio-temporelle, ils se retrouvent dans la Grèce antique à Athènes. Commencent alors de folles aventures au cours desquelles Dravot mettra en application ses méthodes douteuses de politicien cynique et corrompu du XXIème siècle au sein de la Boulé et parmi les citoyens grecs à l’époque de Socrate, Platon, Diogène et Périclès.
Beaucoup d’invraisemblances, des anachronismes, de nombreux jeux de mots, plus ou moins drôles, un style peu soutenu. Cela parait totalement assumé car le but de l’auteur est de faire une comédie un peu grinçante et totalement déjantée pour mettre à mal les dérives de notre propre société et de notre démocratie actuelle.
A lire pour un bon moment de détente.

barillé naselli1

Elisabeth BARILLE : Sur les pas de Shiva, en Inde dans la lumière d’Arunachala(Ed Desclée de Brouwer-171 p)
Alors que l’ensemble de son œuvre a été couronnée en 2021 par le grand prix de littérature Henri Gal décerné par l’Académie Française, Françoise Barillé vient de publier pour la collection « Rencontrer le sacré », le récit de son dernier voyage en Inde au cours duquel elle a voulu explorer le temple de Tiruvannamalai, ses ashrams et sa colline sacrée Arunachala, à une centaine de kilomètres de Pondichéry.
Fille d’une catholique et d’un orthodoxe, Elizabeth Barillé a été attirée par l’Inde dès son premier séjour alors qu’elle avait 20 ans. Dans une quête de compréhension de qui elle était, elle a fait douze voyages dans ce pays qui est celui du sacré. Il y a trente ans alors qu’elle rencontrait l’exploratrice suisse Elsa Maillart, celle-ci lui parlera de son séjour dans les années 1940 auprès de son maître Bhagavan à Tiruvannamalai. Et voilà qu’elle aussi fait le voyage dans ce lieu et qu’après s’être imprégnée de ce temple dédié à Shiva, elle monte la colline sacrée.
Nous partageons ses interrogations sur la vie, la mort, l’esprit qui habite les lieux mais ses tentatives de réponse intuitives par le biais de l’hindouisme ont du mal à nous convaincre.
Adrien NASELLI : Et tes parents ils font quoi ? (Ed Jean-Claude Lattès – 280 pages)
Enquête sur les transfuges de classe et leurs parents
Très beau travail de recherche et de comparaison que cette étude d’un jeune issu lui-même d’un milieu modeste qu’il ne renie pas et qui se penche sur ses comparses ayant réussi «socialement» et intellectuellement à franchir les étapes qui les ont conduits à des postes prestigieux grâce à leurs études et leur ténacité, aux bonnes rencontres et ce que l’on appelle «transfuges de classes»
Présentés un peu comme un reportage de personnages plus ou moins prestigieux comme : Aurélie Fillipetti, Ali Rébeihi, Thoaî, Rokhaya Dialo, Il les replace dans leurs contextes historiques, sociaux, issus de l’immigration, pauvreté et les évoque un peu comme une chronique «people» pas désagréable du tout à lire, en évoquant les divers parcours qui ont été les leurs.
Un peu gêné au départ par l’écriture inclusive que l’auteur pratique, on se fait assez vite à ce mode  de lecture globale qui ne nous est pas étrangère.
Très bonne exposition de ces parcours atypiques étudiés avec sagesse et compétence, la parole recueillie à la source est sensée. Reste un problème que l’auteur n’a pas encore résolu : la difficulté souvent à communiquer avec leurs propre parents, la distance étant tellement énorme qu’elle crée un fossé que les sentiments seuls aident à franchir.
Restent l’attendrissement, le respect, l’amour

dugain Boyer Bourdon

Marc DUGAIN : La volonté (Ed Gallimard- 284 pages)
Il faut s’avouer vaincu si l’on veut perdurer» et «Nos parents connaissent la seule postérité qui vaille, qui n’est pas celle de l’œuvre mais celle de l’être perpétué chaque jour dans sa descendance».
Deux phrases prises au début et à la fin du roman de Marc Dugain, des phrases qui donnent le ton de ce combat qu’est la vie du père de l’auteur, issu d’une famille de marins bretons, élevé dans la valeur du travail et le respect humain. Ce père atteint par la poliomyélite à l’adolescence subira de nombreuses opérations et ne pourra se déplacer sans béquille. Une force de caractère exceptionnelle le mènera à faire de très belles études scientifiques et à partir dans les lointaines colonies françaises de Nouvelle-Calédonie.
Il épouse une brillante jeune fille dont le père, gueule cassée de la guerre de 14 lui servira de modèle pour l’écriture de  La chambre des officiers». Marc Dugain parle de ce père aux idées de gauche très avancées, reconnait la vie facile des expatriés et la difficulté du retour en France, une France qui, grâce à de Gaulle, a  le développement de l‘indépendance énergétique avec la création de la force nucléaire. Et toujours cette volonté d’avancer coûte que coûte avec une béquille soit, mais avancer toujours.
Pour le deuxième fils qu’est Marc Dugain, c’est aussi le combat pour exister, se rebeller contre ce père trop imposant, ce couple amoureux trop exclusif marqué par la doctrine marxiste.
Pas besoin de chercher où commence le roman ou la vérité, qu’importe, Marc Dugain fait le portrait très attachant d’un homme atteint physiquement mais que la seule volonté a forgé en être d’exception.
Un bel hommage. En fait un roman d’amour.
Myriam BOYER : Théâtre de ma vie (Ed Seuil – 187 pages)
Myriam Boyer, hormis le fait qu’elle a un fils qui se nomme Clovis Cornillac, est l’une de nos plus grandes comédiennes française, souvent comparée à Simone Signoret… et plus encore en vieillissant.
C’est une actrice à deux faces : celles qui, née dans une famille communiste et pauvre, a orienté sa carrière sur des films non commerciaux mais qui défendaient le cinéma social dans la presqu’ombre des grandes idées populaires, avec des réalisateurs comme Chantal Ackerman Taner, Mocky. Et celle qui a conquis ses galons de grande comédienne avec des films signés, Zidi, Lelouch, Blier, Corneau Sautet, partageant la vedette avec des stars comme Piccoli, Reggiani, Montand …
Sans oublier cet américain original qui fut son mari : John Berry. Situation ambigüe : cette femme du peuple qui ne s’est jamais sentie à sa place au milieu des stars de cinéma, qui est restée une femme simple, a tout à coup mené, durant plus de dix ans, une existence de star avec cet homme qui ne se refusait rien, belle voitures, palaces, voyages au bout du monde… Juste pour lui faire plaisir !
Mais elle est également une femme de théâtre magnifique et là aussi, elle n’a jamais choisi la facilité en jouant avec Koltès, Chéreau, Lavelli, Büchner, Romain Gary duquel elle fut proche et vit dépérir sa femme Jean Seberg.
Cette comédienne toute en élégance, pudeur et sobriété, n’a jamais été dans démonstration : un regard, un silence… tout est dit.
Ses choix ont souvent été à contre-courant d’un cinéma «de mode», même si pour cela beaucoup lui tournaient le dos. Et ce n’est pas pour rien qu’elle devint scénariste, réalisatrice, productrice, quitte à se ruiner.
Marquée par une enfance difficile, c’est pour cela qu’elle s’est rapprochée de comédiens blessés par la vie comme Patrick Dewaere ou Philippe Léotard.
Par contre elle nous parle des relations abominables avec Niels Arestrup dont la réputation sulfureuse est connue. Grand comédien mais homme inhumain, jaloux, violent, après ses accrocs avec Miou Miou ou Isabelle Adjani, qui ont osé en parler, ce qu’il a fait avec Myriam Boyer est innommable. Elle a dû aller jusqu’au procès contre ses malversations… Et elle l’a gagné !
Elle vient de tourner avec son fils «C’est magnifique» dont Clovis nous a parlé lors de sa venue au Six N’Etoile dont une salle porte son nom.
Elle nous raconte d’ailleurs sa gêne au mariage de celui-ci, mariage très «people», très brillant où tout le gratin artistique était présent. Elle s’y sentit mal à l’aise, alors qu’elle est la mère du marié, entourée d’artistes qu’elle connaissait mais où elle ne se sentait pas à sa place, même avec des artistes comme Jean Dujardin, Nicolas Bedos ou Kad Mead, avec qui elle a tourné.
Ce sont les séquelles d’une jeunesse rude, malmenée pour laquelle elle n’a pas su tourner la page.
Un livre à la fois magnifique et émouvant qui retrace la vie d’une petite fille qui, en grandissant, n’a toujours pas sa place dans un milieu fait de faux semblants.
Françoise BOURDON  : Les héritières de la salamandre
(Ed Les Presses de la Cité –  552 pages)
En regardant un reportage télévisé, Esther Leavers, pianiste connue, vivant en Angleterre, découvre le témoignage d’une santonnière, Alexandra Mayer qui vit à la Roque sur Pernes, en Provence. Ce qui l’intéresse surtout, c’est qu’elle reconnait dans ce nom, celui de jeune fille de sa mère, originaire, elle aussi, d’une région d’Europe qui n’est plus : le Banat.
Esther est divorcée, elle n’a plus que son frère Nathan et ses souvenirs familiaux pleins d’ombres. Elle veut la connaître et part en Provence. … Au fil de leurs souvenirs, renaît une incroyable odyssée, menée par les femmes de la Salamandre, nom donné au futur domaine, d’où le titre.
Le roman est composé de trois parties, chacune d’elle  aurait pu faire un roman, dans chacune des parties, les chapitres s’entrecroisent, les uns se passent en 1965, les autres commencent  en  1767 et nous racontent tout  ce que va vivre cette famille qui quitte sa Lorraine natale car elle n’est  assez fertile pour les faire vivre. Ils partent avec des voisins et rencontreront d’autres personnes sur la route. Le Banat est leur destination, c’est un territoire au sud de l’Autriche. Marie Thérèse d’Autriche, l’Impératrice avait proposé ces terres, de l’argent et du matériel agricole à qui voulait venir faire fructifier ce pays. Ils ont été des migrants heureux avec toutes ces promesses. Le voyage, assez difficile,  est raconté, il s’effectue en carrioles, tirées  par des chevaux, et compte plusieurs milliers de kilomètres. Les gens font connaissance entre  eux ; des liaisons se créent. On finit par arriver, ils s’installent et travaillent dur, aussi bien les femmes que les hommes, il y des mariages et des naissances, un arbre généalogique se trouve au début  du livre, on doit s’y reporter parfois pour arriver à suivre, surtout si on abandonne le livre quelques jours !
Les années se succèdent jusqu’à  aujourd’hui. Et l’histoire va continuer avec « ces nouveaux » cousins qui viennent de se retrouver. C’est une immense saga, une grande  fresque où on apprend beaucoup de choses, psychologiques, géographiques et historiques.
On ne s’ennuie jamais malgré la longueur du livre et le résumer s’avère très difficile, donc prenez le temps de le lire !

Harchi boissard

Kaoutar HARCHI : Comme nous existons (Ed Actes Sud – 140 pages)
C’est un témoignage émouvant d’une « fille à ses parents »
Kaoutar Harchi retrace avec émotion l’amour de ses parents Hania et Mohamed, ils se sont vus et se sont aimés, mariés, ont mené une vie honnête de travail, de respect pour les anciens et pour leur pays d’origine le Maroc. Un père et une mère qui ont bravé les traditions et inscrit leur fille dans une école catholique, une école où elle connaitra la petitesse, le racisme à son encontre mais aussi l’éveil vers ce qui sera sa vie plus tard, la sociologie.
Kaoutar Harchi se livre et reconnait la difficulté d’appartenir à un groupe sans le trahir, un groupe qui établit une hiérarchie,  l’existence d’un monde inférieur et d’un monde supérieur, un monde qu’elle a réussi à apprivoiser non sans souffrance. Elle parle sans équivoque du racisme qui accompagne les peuples colonisés, une guerre intérieure qui est livrée «à toutes les filles musulmanes, enfants de mères et de pères musulmans, sœurs de frères musulmans, de culture, de corps, d’âme et de sang musulman».
Kaoutar Harchi écrit, c’est l’essence même de son existence, elle écrit ce qui s’est imprimé très tôt dans sa mémoire, elle écrit car l’écriture acte et fixe sur papier ce qui d’ordinaire était refusé, tu, ignoré, dominé. Un acte qu’elle doit à Hania et Mohamed, deux parents qui acceptent avec humilité de voir leur fille poursuivre des études, accéder à un monde différent du leur mais où elle évoluera et s’accomplira.
Ce récit est bouleversant de sincérité et devrait être lu et diffusé car il prouve la richesse des cultures, des cultures qui ne doivent pas se dresser les unes contre les autres, mais bien au contraire se reconnaitre et se respecter.
Janine BOISSARD : «Ne pleure plus, Marie» (Ed Fayard – 114 pages)
Avec Janinine Boissard, c’est toujours une surprise qui nous attend au coin d’un nouveau livre.
Surprise agréable car elle sait, mieux que personne, parler des choses de la vie, de la famille et nous emporter dans son histoire dès les premières pages.
Ici encore, c’est une surprise puisque ce n’est pas un roman classique mais un échange épistolaire.
Lors d’une conférence qu’anime Marie, institutrice,  sur l’adolescence à Poleymieux-au-Mont-d’Or, un certain Jean est séduit par ses propos pleins d’émotion et décide de lui écrire.
Non pas par un mail perdu au milieu d’autres, mais «à l’ancienne», une lettre écrite à la main, sur du beau papier, comme ça ne se fait plus beaucoup de nos jours, hélas.
Curieuse d’abord, elle décide de la lire, la trouve touchante et décide de lui répondre.
Ainsi va débuter une aventure épistolaire entre eux, passant de propos autour de sa conférence, des enfants, pour aller, de lettre en lettre, dans une plus grande intimité, jusqu’à ce tutoiement qui vient s’installer tout naturellement.
Mais elle lui impose un pacte : ne pas se rencontrer, de ne pas s’envoyer de photos même si, au fur et à mesure, les choses prennent une tournure plus qu’amicale, chacun racontant sa vie à l’autre de plus en plus intimement.
Jusqu’au jour où elle lui avoue avoir un lourd secret qu’elle a promis de ne jamais divulguer à sa mère, femme hautaine, qui la méprise, l’humilie et l’a obligée à se marier alors qu’elle était , à 16 ans, éperdument amoureuse d’un étudiant de 18 ans. Malgré ses 40 ans, elle reste sous son emprise tout comme son père sous sa coupe également mais qui, lâche et soumis, n’a rien fait pour arranger les choses.
C’est alors que sa fille Aude, qui a découvert cet échange de courrier, se met à son tour à écrire au fils de Jean, Lucas, pour essayer de dénouer les fils d’une histoire qui tourne à l’amour mais dont Marie ne veut pas franchir le pas.
A force de pousser ses parents dans les derniers retranchements, elle découvrira ce secret de famille en menaçant ses grands-parents de ne plus les voir. C’est son grand-père qui finira par tout divulguer.
Par ailleurs, vient s’immiscer l’histoire d’un enfant ignoré par sa mère, ce qui ne peut que toucher Marie, son histoire ayant beaucoup de points communs avec la sienne. Elle fera tout pour sauver cet enfant mal aimé.
On se prend à très vite aller de lettre en lettre afin de découvrir, tout comme dans un thriller, le fin mot de l’histoire.
Une histoire qui, comme tous les romans de Janine Boissard, est fait d’humour, de tendresse, d’émotion. On s’attache, dès les premières lettres à ce duo romantique.
L’écriture est belle, l’histoire à la fois émouvante et surprenante lorsque, à la fin, tout s’imbrique dans une belle histoire mal commencée mais qui, certainement, finira bien.
On vous laisse la découvrir !

 



NOTES de LECTURES

1 Charif Majdalani 3

Catherine CUSSET : La définition du bonheur (Ed Gallimard – 348 pages)
Catherine Cusset, auteur à succès, publie un nouveau livre mettant en scène deux femme, des années 80 à nos jours. Les vies de Clarisse et d’Eve sont menées en parallèle jusqu’à ce qu’on découvre ce qui les lie.
Clarisse est une jeune femme libre et non conformiste. Traumatisée dans son adolescence, elle vit au jour le jour et cherche le bonheur en multipliant les voyages dans les pays asiatiques et en allant de bras en bras d’hommes rencontrés au cours de ses pérégrinations. Divorcée, elle vit à Paris et élève ses trois garçons avec difficulté.
Eve, mariée avec un américain, vit à New York avec ses deux filles. Elle trouve son épanouissement dans sa famille et son entreprise de recettes culinaires mais n’échappe pas à la routine et l’ennui.
A travers ce récit croisé, l’auteur aborde les multiples sujets qui concernent les femmes : viol, avortement, vie sexuelle, sensualité, éducation des enfants, vieillissement, violences conjugales, place du père. Elle associe ces thèmes aux évènements historiques des années évoquées : sida, attentats du 11 septembre, élection de Trump, coronavirus.
La narration est donc large dans un style fluide et simple. On pourra trouver l’histoire prévisible par moments, mais la question est posée : Qu’est-ce que le bonheur ? Le trouve-t-on dans la stabilité et la continuité ou dans la fragmentation des moments de la vie ?
Chaque lectrice donnera sa réponse
Charif MAJDALANI : Dernière oasis (Ed : Actes Sud – 269 pages)
Un expert libanais en archéologie oriental,e est invité par un général irakien à donner son analyse sur plusieurs magnifiques sculptures. Une fois sur place, le temps et l’espace perdent leur réalité, les jours passent, l’expertise est toujours repoussée à plus tard, l’environnement majestueux du désert agit, séduit l’expert. La figure impressionnante du général Ghadban, personnage imposant par sa taille, ses yeux clairs, rend l’expert dubitatif, puis très vite c’est l’enthousiasme qui l’emporte. La vision de la reconstruction d’un paradis terrestre dans la plaine de Ninive grâce à la vente d’énigmatiques têtes de gypse sculptées et d’une frise assyrienne, éblouit l’expert, tout en le faisant douter.
Cette oasis reculée semble hors du temps, mais est pourtant menacé par l’avancée des troupes de Daech qui clament haut et fort et à renfort d’assassinats monstrueux et médiatisés, la future et imminente installation de l’État Islamique. L’attentat qui a entrainé la mort du général Ghadban est-il le fait de Daech, des kurdes ?
Charif Majdalani analyse avec rigueur les interrogations de l’expert en mesurant la dangerosité et l’instabilité des factions sur place.
Le désert agit dans sa majestuosité, «une immense plaine bordée de montagnes elles-mêmes figées dans une immobilité séculaire, traversée par un fleuve monumental pétrifié sous le ciel éclatant, épuisant de lumière».
Un roman qui suit pas à pas la montée d’une puissance islamique qui a fait et fait toujours trembler le monde.
Un roman qui exerce sur le lecteur une attraction mais aussi une répulsion pour un univers que les occidentaux connaissent peu et donc redoutent.
Charif Majdalani développe avec brio l’idée que «l’Histoire n’avance qu’à tâtons, que ses acteurs jouent à colin-maillard avec des évènements alors que nous les croyons toujours dans une brillante partie d’échec. Nous essayons de donner cohérence aux faits en reproduisant les affabulations télévisées qui nous inondent et finissent par transformer notre manière de voir la réalité. »
A lire et à relire.
Mariam MADJILI : Pour que je m’aime encore (Ed. Seul – le nouvel Attila – 210pages)
C’est un livre à deux voi : celle de la petite fille iranienne arrivée en France dans les années quatre-vingt, installée  à Drancy dans la banlieue parisienne avec ses parents réfugies politiques, et celle de son double qui va la regarder de l’extérieur, se moquer, la juger lorsqu’elle va se confronter à ce milieu hostile si différent du sien quand on a un physique typé de brunette rondelette et qu’on se heurte à d’autres mœurs, à d’autres habitudes d’existence, à d’autres canons de beauté, à l’âge où tout doit se construire
Elle se bat, s’impose aux autres par sa vivacité d’esprit et son intelligence à vaincre les embûches. Elle explose en contraignant son corps, en stimulant sa pensée et rejoint la voie royale d’intégration : Lycée Fénelon, Khagne, agrégation. C’est la réussite intellectuelle malgré tous les traquenards que lui à imposé la vie de la cité mais dans laquelle elle se reconnait et s’épanouit.
Et c’est aussi là qu’elle va vivre et être heureuse
Belle réussite d’une battante pleine d’amour et de vie et qui se livre avec une joie pleine d’humour dans ce deuxième roman  pétillant et vivifiant.

4 5 Timothée Stanculescu

 Pascale ROBERT-DIARD – Joseph Beauregard : Comprenne qui voudra.
(Ed. l’Iconoclaste – le Monde- 162 pages)

Ce livre est l’histoire de Gabrielle Russier, professeure de lettres à Marseille Nord. Elle fait sa rentrée pour l’année scolaire 1967-1968, elle semble émancipée pour l’époque, elle a les cheveux courts, elle fume des gauloises, elle est divorcée avec deux jeunes enfants, il y a l’avant 68 où règne l’ordre avant tout et l’après 68 où les mœurs vont quand même changer.
Elle tombe amoureuse de son élève qui n’a que 16 ans, la majorité est à 21 ans, c’est le début d’une grande passion et les parents du jeune homme portent l’affaire devant les tribunaux, la professeure est emprisonnée ! Avant son procès en appel, elle craque et se suicide au gaz le 1er septembre 1969. La France entière ne parle que de cela et se déchire.
Dans ce livre, les auteurs s’en sont tenus aux faits, avec beaucoup de témoignages de ce drame, il  y a à  la fin  des photos et des textes de Gabrielle Russier ; en 1971 un film d’André Cayatte sort avec Annie Girardot qui tient son rôle, le titre en est «Mourir d’aimer».
En fait c’est bien ce qu’on lui reproche !
« Comprenne qui voudra » est le titre de ce livre, c’est une phrase du poète Paul  Eluard, citée par  le Président de la République de l’époque : Mr Pompidou, interrogé par les journalistes sur «l’affaire». Hélas, il y aura toujours ceux qui ne comprennent pas, ceux qui n’ont pas compris et ceux qui ne comprendront jamais, la Justice peut alors devenir un instrument de torture.
Sarah DIFFALA- Salima TENFICHE : Beurettes, un fantasme français (Ed. Seuil – 305 pages)
Préface d’Alice Zéniter
Ceci n’est pas un roman mais un essai écrit par deux éblouissantes femmes : l’une chercheuse et enseignante à l’Université Paris Diderot, l’autre journaliste au Nouvel Obs. C’est une réponse à l’emploi de ce terme «Beurette» pour désigner ces femmes issues de l’immigration d’Afrique du Nord dans les années soixante et qui se sont fait une place dans leur nouveau pays.
Toutes deux s’insurgent et pensent qu’il faut revoir et remettre à sa place ce terme désuet. Elles entreprennent de revoir le parcours de beaucoup d’entre elles à travers leurs réussites intellectuelles, professionnelles, et parfaitement intégrées, occupant des postes-clés dans la vie autant que d’autres plus effacées mais bien loin des clichés de » Bimbo plantureuses » ou de femmes voilées réduites à des rôles familiaux. Ce sont les femmes d’aujourd’hui qu’elles présentent et qu’elles ont interviewé, remettant à leur place, à l’aide d’explications fondées, la vision de ces femmes mal comprises par une grande part de la population
Par cet essai elles ont pour but, simplement, de mettre en lumière les difficultés, les préjugés les non-dits, les maladresses que presque toutes doivent affronter.
C’est encore difficile et seul le temps pourra un jour rendre les choses plus naturelles.
La valeur est intrinsèque à la femme, quelle qu’elle soit.
Timothée STANCULESCU : L’éblouissement des petites filles
(Ed Flammarion – 362 pages)
Timothée Stanculescu a 30 ans. Elle a grandi en Charente Maritime et publie son premier roman.
C’est l’été à Cressac, justement en Charente Maritime. Justine, âgée de 16 ans, vit avec sa mère, divorcée. Son père réside à Tours et s’occupe peu d’elle. Elle va passer sans enthousiasme ses vacances dans ce village paumé où elle est arrivée quand elle avait 6 ans. Mais voilà qu’Océane, une jeune fille du village, qu’elle apercevait de loin au lycée, a disparu depuis quelques jours. La télé régionale s’est déplacée dans le village. Une enquête de police est ouverte, une battue va avoir lieu puis une marche blanche.
De tels évènements ébranlent la jeune fille mais c’est surtout la rencontre avec l’homme que sa mère a embauché pour des travaux de jardinage qui troublent Justine qui s’éveille à la sexualité. Dans une écriture simple et limpide, l’auteur aborde avec beaucoup de justesse et de finesse les rêves et les désirs adolescents. Les relations avec les copines, fumer ou boire en cachette, les premiers baisers, la première fois où «on le fait», l’envie de partir loin avec un garçon, le besoin d’être écoutée même si on n’est pas toujours comprise, la difficulté de passer d’une petite fille à une jeune fille : tout cela est parfaitement décrit et mis en scène avec délicatesse.

7 8 Véronique de Bure

Cécile COULON : Seule en sa demeure (Ed L’Iconoclaste – 334 pages)
Cécile Coulon vit à Clermont Ferrand. Elle a déjà écrit huit ouvrages et un recueil de poésie.
Dans ce nouveau roman, elle déroule une histoire se passant dans le Jura, qu’elle place sans doute au cours du XIXème siècle.
Candre Marchère, riche propriétaire terrien qui a perdu sa mère à cinq ans et dont la jeune épouse est morte d’une pneumonie six mois après leurs noces, cherche à se remarier. Âgé de 26 ans, c’est un homme sérieux et pieux. Il a été élevé par la servante du domaine, Henria.
A la foire aux chevaux, il rencontre Mr Deville et sa fille Aimée, âgée de 18 ans. La jeune fille accepte d’épouser cet homme dont elle apprécie les qualités. Elle part alors s’installer dans le château au cœur de la forêt du vaste domaine Marchère. L’ambiance de la demeure, la présence invisible d’Angelin, le fils d’Henria, le souvenir d’Aleth, la première épouse troublent Aimée.
Pourquoi Candre lui a-t-il menti ?Ccomment Aleth est-elle morte ? Quel est le rôle d’Henria et de son fils ?
L’auteure crée une ambiance mystérieuse et angoissante. Elle ménage un certain suspens au fil des découvertes d’Aimée, elle brouille les pistes.
Le lecteur voudrait croire à ces péripéties mais on n’est pas dans un livre de Daphné du Maurier.
Richard FORD : Rien à déclarer (Ed de l’Olivier – 375 page)
Traduit de l’américain par Josée Kamoun
Richard Ford réunit dans son recueil de nouvelles dix pépites à déguster
Ces nouvelles captent des instants où deux personnages, toujours un homme et une femme remontent dans leur passé et imaginent un futur qui aurait pu être mais qui justement n’a pas eu lieu. Aujourd’hui, ils sont tous mariés, ou l’ont été, certains veufs et très souvent divorcés. C’est l’enchainement inéluctable du quotidien, du non-dit, des personnalités parfois trop imposantes. Dans la nouvelle qui porte le titre du livre, Mc Guiness reconnait une femme éblouissante, Barbara, une femme qu’il a aimée, avec laquelle il aurait pu construire une vie stable.
Les années ont passé, c’est le constat ni triste ni joyeux d’une histoire qui ne devait pas être.
La nouvelle  « En route » remonte le temps. Cathleen va accompagner dans sa fin de vie Ricky, un garçon qu’elle a aimé ou peut-être cru aimer. C’est la fidélité à une quête de soi qui motive Cathleen, Ricky va mourir, elle doit poursuivre sa route et apaiser ce garçon qui a fui la conscription, l’a entrainée au Canada pour éviter la prison et ne pouvait que l’emprisonner à son tour. Dans   Langue seconde» Jonathan est heureux en ménage avec Charlotte mais il sait qu’il ne comprend pas tout, il accepte simplement un quotidien qu’il ne dirige pas et ça lui convient parfaitement, alors pourquoi Charlotte décide –t-elle de le quitter ?
Il y a beaucoup de clins d’œil à la littérature anglaise classique, et c’est très agréable, ainsi Tess d’Uberville et Mrs Dalloway de Virginia Woolf font partie d’un paysage fin XIXème, début du XXème, une bascule du temps chronologique qui rappelle la bascule inexorable des personnages de Richard Ford.
Tout est ciblé, en douceur, avec l’ironie de celui qui en a déjà beaucoup vu en Irlande, en Louisiane, au Canada, à New York, tout sonne juste, Richard Ford fait vivre ses « non héros » avec aisance et beaucoup de lucidité.
Véronique de BURE : L’amour retrouvé (Ed.Flammarion – 288pages)
Véronique jeune femme mariée et mère de famille entretient avec sa mère, veuve depuis quelque temps, des rapports fusionnels lors de ses visites à la campagne ou par téléphone.
Elle est pleine d’empathie pour le couple réussi qu’ils avaient formé. jusqu‘au jour où celle-ci lui fait part d’un évènement qui vient bouleverser sa vie : Son premier amoureux, perdu de vue depuis des années, se manifeste et souhaite renouer leur relation. L’amour n’a pas d’âge et les sentiments s’installent. Mais quel choc pour cette fille  qui entourait sa mère et qui va devoir prendre des distances afin de laisser la place à l’autre, celui qui prend la place de son père disparu.
S’ensuivent des heurts, des remises en questions, des places à gagner. Mais n’est-il pas normal de «refaire sa vie» plutôt que de vieillir seule ? C’est ce que l’écrivaine nous expose avec beaucoup de délicatesse, les différences entre les élans physiques du désir et les réalités de l’âge.
C’est plus un soulagement que l’autonomie de cette vieille dame qui lui laisse plus de temps pour sa propre vie de femme et de mère
Beaucoup de sentiments et de tendresse tout au long du récit, qui prouvent une relation filiale exceptionnelle.
Très beau livre plein d’amour et de justesse, parfaitement rendu par une écriture vive et spontanée. Roman qui va droit eu cœur d’une vieille mère

 


Notes de lectures

1  3 2

Metin ARDITI : L’homme qui peignait les âmes (Ed Grasset – 292 pages)
Écrivain francophone d’origine turque, auteur de nombreux romans, Metin Arditi nous offre une bien belle histoire.
C’est d’iconographie qu’il va s’agir par le biais du débat ouvert à propos d’une icône du monastère de Mar Saba, près de Bethléem, dont la datation est remise en question et l’auteur réel recherché. On pensait que l’icône datait du XIVème siècle et elle était attribuée à Théophane le grec, mais le bois est plus ancien de deux siècles. Qui a pu peindre cette splendeur ? Nous voilà partis au XIème siècle au Proche Orient dans la région d’Acre.
Avner, un jeune juif de 14 ans, va vendre le poisson péché par son père au monastère de la ville. A chaque fois il écoute, couché sous un figuier les chants des moines qui l’envoutent. Son père Elzéar lui a interdit de pénétrer dans l’église, mais poursuivant un agneau échappé jusque sur le parvis, il va entrer subjugué par la vision d’une icône. Le moine Anastase le guide jusqu’à l’iconostase. C’est l’éblouissement.
Avner veut apprendre à faire de telles beautés. Mais comment un juif peut-il devenir iconographe ? Comment, si on n’a pas la foi, respecter la règle, car on ne peint pas une icône, on l’écrit, c’est une prière incarnée a dit le moine Anastase à Avner.
Commence le récit du parcours d’Avner vers Mar Saba, puis Capharnaüm et son retour à Acre. D’une belle écriture, le roman prône l’amitié entre les êtres au-delà des religions, la cohabitation des croyances, le goût du travail bien fait, avec passion mais sans orgueil. Les personnages ont des caractères trempés, l’écriture est soignée : un bel ouvrage.
Philippe GRIMBERT : Les morts ne nous aiment plus (Ed Grasset – 198 pages)
Paul, psychanalyste renommé qui fait souvent des conférences sur le deuil,  se retrouve soudain confronté à une chose qui n’est plus virtuelle mais bien réelle : le décès brutal de son épouse dans un accident de la route.
Il nous décrit très bien la sidération, la douleur le manque qu’il subit sans verser dans le pathos et en ayant l’air de se maintenir à flots. Mais au bout d’une année de doutes, de souffrance, il se laisse entrainer vers l’irrationnel, la communication avec l’au-delà proposée par un internaute, au moyen d’une intelligence artificielle. Jouera-t-il le jeu ?
Oui il se laissera tenté mais cette rencontre virtuelle sera-t-elle satisfaisante ?
C’est ce que l’auteur nous livre un peu techniquement peut être. Un peu froidement aussi par rapport à ses précédents romans pleins de sensibilité et d’émotions comme dans « Le secret » ou « la petite robe de Paul ».
Sommes-nous face à la technique qui sera peut être approchable un jour ? Mystère et malaise imprègnent l’atmosphère de ce roman émouvant. Toujours un style clair et fluide .
Amitav GHOSH : La déesse et le marchand (Ed Actes Sud – 307 pages)
Traduit de l’anglais (Inde) par Myriam Bellehigue
Comment un marchand de livres anciens vivant à New York arrive-t-il à s’intéresser à une vieille légende de son pays d’origine le Bengladesh ?
Quand on n’a pas la télévision, on raconte des légendes en Inde et celle de la déesse et du marchand d’armes correspond à l’Odyssée d’Homère avec pour seule différence qu’à la fin le héros ne retrouve ni sa famille, ni sa maison.
C’est l’occasion pour l’auteur de faire intervenir de nombreux protagonistes prêts à prendre l’avion de Calcutta à Venise, retour vers New York et surtout de superposer à la légende le problème actuel écologique annoncé par la déesse et conséquemment les flux migratoires des populations en danger.
Promenez-vous à Venise, le vendeur de gadgets ne sera pas italien mais originaire du Bengladesh.
L’auteur tient essentiellement à faire prendre conscience du dérèglement climatique, des bouleversements dans le débit des rivières, les zones cultivables de plus en plus en danger, la pollution de la mer et donc notre survie et celle des générations suivantes.
C’est un avertissement solennel, n’essayez pas de retrouver le temple de la déesse, il a été englouti par les flots.
Ce livre toutefois peut agacer le lecteur qui peut trouver facile de voyager sans problème d’un bout à l’autre de la terre, mais c’est un roman fort bien documenté, à conseiller aux climato-sceptiques.

Fanny Chesnel 5 6

Constance JOLY : Over the rainbow ( Ed Flammarion – 175 pages)
Seule Constance Joly peut qualifier ces 175 pages d’Over the rainbow de roman.
Le lecteur découvre au fil des pages une superbe histoire d’amour entre une petite fille et son père, une petite fille qui partagera la douleur de ses parents lorsque le père acceptera son homosexualité et quittera le foyer familial.
Une petite fille qui grandit, passera ses vacances avec son père et Ivan, puis Soren, qu’importe elle a toujours été choyée et heureuse. Parfois le tableau «Le damné aux enfers», accroché au-dessus de son lit lui faisait peur mais son père éclatait de rire et la vie reprenait avec visite de musées, films, un contexte intellectuel des années 80 où bientôt le mot sida apparait dans toute sa dangerosité. Et pour l’enfant devenue adolescente plutôt indépendante, c’est désormais  «La maladie que l’on tait, car elle fait si peur qu’elle promet l’exclusion, l’isolement».
Constance Joly vient d’accoucher d’une merveilleuse petite fille et à cette occasion reçoit la visite d’une amie. Qu’elle n’est pas sa surprise lorsque cette amie lui demande des nouvelles de son père pourtant décédé depuis plusieurs années ; réalisant ce qu’elle avait oublié, ses simples paroles «La dasse, oui c’est ça» provoquent un tremblement, un effroi qui engendrera ce roman troublant de vérité, de lucidité, de douleur. Comment vivre avec pour seule définition de son père «Ce vieil homo», non ce n’est pas possible. Il y a la maladie bien sûr, le silence, mais surtout tellement de joie, de rires et d’amour dans ce récit que Constance Joly a eu raison de lécrire. Un écriture en très courts chapitres qui permet de ne pas tourner la page, surtout dit-elle «Pour inverser le cours du temps, ne pas te perdre pour toujours, pour rester ton enfant».
Peut-être le lecteur découvrira-t-il, acceptera et comprendra désormais ce qui a été un énorme changement dans la société française. Et je conseille vivement d’écouter avec délice cette merveilleuse chanson Over the rainbow. (Photo Roberto Frankenberg).
Nathalie de BROC : Lucile de Nantes (Ed Presses de la Cité – 355pages)
Bien qu’étant une suite, ce roman peut tout à fait se lire de façon indépendante.
L’époque : 1805, Lucile jeune femme téméraire qui a survécu à la Révolution Française revient des Antilles où elle avait suivi son époux Alexis de Préville, capitaine d’un navire marchand auquel un lourd passé la liait.
La traversée sera tumultueuse comme l’est son couple. Amour et haine, dominant dominé. C’est ce que nous décrypterons tout au long de ce roman foisonnant de batailles, tempêtes,  affrontements complots et tragédies.
D’une plume vive et parfaitement documentée l’auteur nous fait vivre  une épopée pleine d’imprévus, très entrainante et agréable à lire quand on aime l’Histoire.
Nathalie RHEIMS : Danger en rive (Ed Léo Scherer – 186 pages
Vingt-deuxième roman de cette écrivaine qui, une fois de plus, nous expose ses sentiments envers la mort et les disparus. Elle se met en scène en recluse volontaire, dans sa belle maison en vallée d’Auge, en compagnie de son chien Paul.
Menant une vie paisible et retiré, elle essaie d’oublier le traumatisme causé par un harceleur qui l’a poursuivie sur les réseaux sociaux et qui s’est échappé de l’hôpital psychiatrique où il purgeait sa peine.
Elle nous fait donc partager ses angoisses devant l’abando,n tant de la justice que de la société. Imaginant un scénario à partir d’un fait divers qu’elle a vu ou crû voir elle nous promène dans ses rêves ou ses prémonitions en embrouillant tout.
On a beaucoup de mal à la suivre, avec l’impression d’être baladée dans un n’importe quoi.
Très confus et peu crédible.

7 8 9

Michel LAURY :  Johann Sébastian Bach et la représentation de l’univers
(Ed Amalthée -129 pages)
L’auteur nous dit tout de suite qu’il a écrit «Un essai, pour être compris par un lecteur non spécialiste», et du coup, l’on prend beaucoup de plaisir et apprenons beaucoup de choses en le lisant, bien que quelques fois, la technique musicale puisse nous.
L’auteur recherche : «Pourquoi la musique de Bach nous transporte-t-elle au ciel ?»
On apprend qu’il y a plusieurs formes musicales au XVIIème siècle : la Mort, le Divin et la Musique sont liés.
Dans un nouveau chapitre, résumé de la biographie de Bach (1685-1750), il s’intéresse au luthéranisme, nous explique l’importance de cette nouvelle religion, en quoi elle consiste et ses rapports avec la musique, Luther pense que «La musique est un puissant don de Dieu fait aux hommes» d’où l’importance des cantiques et du chant grégorien. Lui-même en a composés. Bach vénérait Luther (1483-1546).
Presque contemporain de Bach, Leibniz (1646-1716) l’influença aussi avec le concept d’harmonie, le contrepoint dont il est déjà question au début du livre, les dissonances, et les consonances. «La musique est un modèle de l’harmonie du monde». Suit un autre chapitre sur différentes musiques : religieuses, concertantes etc. …
Difficile de résumer ce livre très riche, Bach «Ce colosse musical et guérisseur d’âmes» a consacré sa vie, il le dit lui-même, à composer de la musique d’église à la gloire de Dieu.
Le chapitre sur la confrontation de Bach avec d’autres musiciens, en particulier Mozart est fort intéressant. Cela nous aide à comprendre mieux l’un et l’autre et à les apprécier différemment. Dans le dernier chapitre, quelques critiques de Bach faites par des personnages célèbres sont drôles et parfois originales. Celle d’Einstein par exemple, est particulièrement savoureuse, il écrit «Voici tout ce que j’ai à dire à propos de l’œuvre de Bach : écouter, la jouer, l’aimer, la vénérer et taisez vous»
Ce résumé a été un peu long et pourtant ne dévoile pas la moitié de ce que Michel Laury écrit, chaque mot est important, à peine a-t-on fini de lire ce magnifique essai que l’on a envie de courir écouter Bach et tous ceux dont l’auteur a fait mention.
Charif MAJDALANI : Dernière oasis (Ed Actes Sud – 267 pages)
Charif Madjalani, auteur libanais, professeur de littérature à l’université de Beyrouth publie son huitième ouvrage.
Le narrateur, Raphaël Arbensis, un archéologue libanais spécialiste du Moyen Orient, se rappelle et raconte.
C’était en avril 2014. Expert reconnu, il n’hésite pas à intervenir dans des cessions d’antiquités dont l’origine est douteuse. Il est une sorte d’«Arsène Lupin un peu snob de la vente d’antiquités». C’est à ce titre qu’il est contacté  par le général Ghadban pour se rendre au nord de l’Irak expertiser des antiquités qui proviendrait du trésor de la famille de ce dernier et organiser leur vente. Il arrive dans l’oasis de Cherfanieh, dans la plaine de Ninive. Le lieu est magnifique mais son calme est relatif. L’oasis est occupée par des militaires car le danger rode. Les forces kurdes sont à l’Est, les djihadistes de Daech sont au Nord et à l’ouest.
Bien sûr, rien ne se passera comme il l’avait prévu.
Ce roman d’aventures est l’occasion pour l’auteur d’aborder de multiples questions : l’art et le beau, la propriété des vestiges archéologiques, la démocratie et le comportement de leurs dirigeants, le sens de l’Histoire qui selon son narrateur et donc lui-même, est le fruit d’un évènement imprévu ou du hasard et de l’entropie provoqué par les erreurs des hommes.
Un ouvrage original qui se lit agréablement bien que certains passages des discussions sur l’entropie soient un peu répétitifs.
Thierry SCHWAB : OPTIMA 2121 Le monde dans cent ans, si proche, si différent
(Ed L’ombre rouge – 261 pages)
Thierry Schwab est polytechnicien. Il a créé une galerie d’art contemporain, un site internet de poésie française et une maison d’éditions, L’ombre rouge, où il a publié ses deux derniers romans.
Cet ouvrage, sorti en mars 2021, met en scène un journaliste scientifique parisien, Damien Ferlot, qui accepte d’être le cobaye de Pierre Maréchal, un astrophysicien spécialiste de la relativité générale et d’être envoyé dans le futur pour une durée de six mois.
Damien va partir le 12 avril 2019 pour arriver dans le futur à la date du 13 avril 2121, soit cent ans plus tard. A son retour il devra faire un compte rendu de tout ce qu’il aura constaté au seul Pierre Maréchal, puis faire effacer de sa mémoire tout ce qu’il a vécu.
Mais il ne tient pas sa promesse et relate son expérience.
L’auteur nous emmène alors dans le monde qui lui paraît possible d’exister dans cent ans au vu des progrès de la science et de l’évolution probable des conditions géopolitiques. C’est bien vu et original.
Mais OPTIMA est-elle devenue la planète du bonheur ? L’utilisation de l’intelligence artificielle peut-elle entrainer un risque d’un monde mené par les robots humanoïdes ? Si l’on connaît le futur, peut-on le modifier par les actes du présent ? Le lecteur sera seul juge.
Un très bon moment de lecture. Les varois comprendront que l’auteur connaît bien ce département, où il situe quelques scènes.

10 11 12

Wilfried N’SONDE : Femme du ciel et des tempêtes (Ed Actes Sud – 267 pages)
C’est le sixième roman de cet auteur né à Brazzaville, vivant actuellement à Lyon.
L’histoire se passe aux confins de la Sibérie, dans la péninsule de Yamal. Noun, chaman Nenets, lors d’un glissement de terrain, découvre la sépulture d’une reine africaine ayant vécu il y a plus de 10.000 ans. Cette Africaine de l’Arctique, comme il la nomme, vient alerter le monde sur les problèmes climatiques et le respect de la planète. Elle tombe à point nommé car des gigantesques travaux d’exploitation des réserves de gaz vont commencer dans la zone. Cette découverte archéologique va peut-être permettre d’arrêter ce saccage.
Noun prévient immédiatement son ami Laurent Joubert, zoologue français qui décide de monter au plus vite et dans le plus grand secret une expédition scientifique de reconnaissance. Joubert doit convaincre Cosima Meyer-Yamazaki, médecin légiste germano japonaise et le jeune ethnologue congolais Silvère Mabanza de compléter l’équipe. Bien sûr, ils vont devoir affronter la mafia russe locale et le propre neveu de Noun qui espère devenir chef de chantier des futurs travaux gaziers.
Un roman d’aventures mettant en avant l’antagonisme entre les protecteurs de l’environnement et les industriels, mais qui donne une place excessive et peu crédible à la communication entre les mondes visible et invisible.
Gilles PARIS : Un baiser qui palpite là, comme une petite bête (Ed Gallimard – 213 pages)
Ils se prénomment Tom, Emma, sa sœur Timothée, Gaspard, Sarah, Romane, Julien, Aaron… tous 15/16 ans, dans la même école et qui ont tous un point commun : Iris.
Iris est cette gamine violée par son beau-père, qui n’a pas été crue par sa mère, et qui pour se venger de la vie et des hommes, s’est mise à coucher avec tous les gars de la classe, jusqu’à ce que ses frasques arrivent sur les réseaux sociaux.
Tout le monde alors lui tourne le dos, lui crache dessus comme sur une pestiférée, même ceux qui ont profité de ses charmes… Jusqu’à ce que, la vie devenant impossible, elle se suicide.
Un énorme choc pour tous, des regrets, des culpabilisations, et chacun va se raconter, raconter sa vie d’adolescent toujours un peu compliquée à cet âge-là, avec ses peurs, ses espoirs, ses joies, ses tristesses, ses amis, ses amours, ses emmerdes, comme le chantait Aznavour, et cette fameuse aventure que chacun vit à sa manière : sa première fois.
Emma et Tom sont les deux personnages centraux autour desquels les autres gravitent, chacun pour des raisons différentes.
On y retrouve Gilles Paris, qui nous avait offert un roman très autobiographique : «Certains cœurs lâchent pour trois fois rien» et dont certains personnages lui ressemblent.
Tous ces émois et problèmes d’ado sont magnifiquement transcrits. Chacun se retrouvera dans un des personnages car on a tous vécu cette période difficile entre l’enfance et l’âge adulte.
Leurs histoires s’imbriquent, chacun se raconte au jour le jour et peu à peu révèle sa personnalité, ses histoires intimes, par petites touches, à travers le souvenir d’Iris qui reste prégnant dans leur jeune mémoire.
L’histoire est écrite comme pourrait l’écrire ces ados, avec leurs mots à eux, ce qui parfois est un peu difficile pour les moins jeunes qui doivent s’adresser au lexique de leurs expressions que l’on retrouve à la fin du livre !
Un livre plein de tendresse et d’émotion, plein de questionnements de ces ados qui ont peut-être mûri trop vite.
Comme toujours, Gilles Paris joue sur la corde raide, la corde sensible des sentiments et l’on a presque envie de retrouver ses personnages pour savoir ce qu’ils vont devenir.
Romain SARDOU : Un homme averti ne vaut rien (Ed XO – 342 pages)
Le roman de Romain Sardou ne laisse aucune place à la miséricorde et au pardon.
Un homme est froidement assassiné, personne ne bronche, donc c’est la règle.
Le titre d’ailleurs prévient le lecteur qu’un homme averti ne vaut rien. L’histoire prend sa source en Irlande pour les Bateman, en Angleterre pour les Muir et sur plusieurs générations avec des trafics bien juteux et des hommes prêts à tout, les fortunes s’accroissent et ce sont ces clans mafieux que le lecteur découvre au fil des pages.
Intéressant par exemple de prévoir l’extension du port de Savannah surtout quand l’amour s’en mêle. Nombreux rebondissements, des fortunes dont on a du mal à mesurer l’importance, toujours un esprit de vengeance soit pour dominer soit pour assouvir sa haine.
Roman à tiroirs, le lecteur y trouvera son compte s’il aime les clans, les puissants et a encore un peu d’espoir dans l’amour.

 



NOTES de LECTURES

1 2

Jean-Baptiste ANDREA : Des diables et des saints (Ed. L’iconoclaste – 364 pages)
Un titre qui à lui seul résume le magnifique roman de Jean-Baptiste Andrea.
Qui n’a pas été ravi d’entendre dans une gare, une mélodie, un morceau de musique classique, du jazz, des notes hésitantes de débutant ou comme dans ce roman un toucher particulier, un toucher qui traduit une vie entière de souffrance, un toucher qui a saisi le mot magique de rythme.
Joe est orphelin et subit comme de nombreux autres garçons le régime sévère d’un orphelinat tenu par l’abbé Sénac assisté d’un garde-chiourme, ancien de la légion étrangère. Joe a appris à jouer du piano avec son maître Mr Rothemberg. Une tape derrière les oreilles n’était jamais de la maltraitance, c’était une marque d’encouragement !
Dans cet orphelinat, une société secrète avec ses membres Souzix, Sinatra, Edison, Fouine et Danny accueillera Joe et son petit protégé Momo, les rendez-vous sont nocturnes, il faut impérativement échapper à l’œil de l’abbé Sénac, un abbé qui impose la soumission aux plus rebelles. Cet abbé aurait-il subi plus jeune des sévices ?
Tout le roman est rythmé par la musique, les sonates de Beethoven et le conseil à ne jamais oublier de Mr Rothemberg «Joue, bubele, tu dois entendre la voix de ton peuple».
Il y a aussi le lien magique que Joe entretient avec Michael Collins l’astronaute, un dialogue d’espoir car Collins savait que la pire des solitudes ne dure que quarante-sept minutes et que Columbia finirait par émerger dans la lumière.
Ce roman est bouleversant et mérite largement le grand Prix RTL 2021. Une plongée dans un monde que tous espèrent révolu et une réflexion sur l’influence de l’éducation.
Qu’en est-il des conséquences sur les futures générations ?
Isabelle de COURTIVRON : L’été où je suis devenue vieille (Ed.L’iconoclaste -192 pages)
Brillante universitaire franco-américaine qui a beaucoup vécu aux US, Isabelle de Courtivron a écrit sur des femmes marquantes de la société avant de se confronter au temps qui a passé, à l’été où elle est devenue vieille.
Après avoir campé son propre personnage de battante dans la vie sociale et intellectuelle elle nous offre une évocation de son parcours familial et ses choix de vie. Avec humour et tendresse elle s’étend sur cet avenir qui s’annonce plus sombre de ce que l’on ne peux plus faire et non de ce que l’on voudrait faire.
Bien sûr c’est la vie mais avec bien de nostalgie et de regrets aussi.
Elle n’a pas anticipé, c’est le temps qui l’a gagnée. Elle s’y résout honnêtement et avec le sourire mais avec quelque tristesse aussi. C’est un constat sans concession dans un style émouvant et plein d’éclat.

3 4

Maylis de KERANGAL: Canoës (Ed.Gallimard -167 pages)
Bien que l’écrivaine présente son roman comme un recueil de pièces détachées, il se présente plutôt comme des nouvelles centrées sur la voix que l’on retrouve partout et sur Mustang  qui est un peu le cœur du livre.
Mais la liaison entre ces différents tableaux parait un peu artificielle.
Certes fort bien écrit comme toujours, le souffle des descriptions, la finesse des perceptions sont présentes, toutes les évocations de la voix y sont évoquées mais il n’en reste qu’une impression un peu disparate de petits raccords.
Charmé mais perplexe on reste un peu sur sa faim.
Jean des CARS : Au cœur des royautés (Es Perrin – 391 pages)
Cet ouvrage compile les textes diffusés dans «Au cœur de l’histoire», émission et série de podcasts d’Europe 1, écrits et racontés par Jean des Cars.
Avec un véritable talent de conteur, Jean des Cars trace les portraits de grandes figures historiques, rois, reines, empereurs et impératrices et relate les évènements marquants du passé.
Cléopâtre, Théodora, le roi Arthur, Elisabeth 1er, Gabrielle d’Estrées, Marie-Antoinette, Marie-Thérèse, Raspoutine, Sissi et François Joseph, Alexandre II et Katia, Marie de Roumanie, l’impératrice Eugénie, Elisabeth II, Lord Mountbatten sont présentés dans leur vie publique et privée, intimement liées.
S’intercalent entre les chapitres, quelques rubriques intitulées «Le saviez -vous ?» qui rapportent des anecdotes et répondent à des questions du type : Comment Louis XV espionnait les Français ? Comment Louis XVI a piégé les Français pour qu’ils mangent des pommes de terre ? Marie-Antoinette s’est-elle servie d’un tableau pour faire grimper sa popularité ?
Un ouvrage de vulgarisation qui plaira à ceux qui s’intéressent à la grande et la petite histoire et à ceux qui souhaitent avoir une trace écrite de ces émissions radiophoniques.

5 6

Tatiana de ROSNAY : Célestine du Bac (Ed. Robert Laffont – 325pages)
Curieux roman que cette Célestine du Bac, premier roman de l’auteur refusé à l’époque par les éditeurs et qu’elle ressort aujourd’hui. Souvenir de jeunesse nul doute puisque le héros, jeune lycéen d’un prestigieux établissement parisien, fils d’une famille fortunée réduite à une mère absente et un père célibataire à la recherche d’un nouvel amour en élevant ce fils doué mais assez atypique au point d’avoir raté par deux fois son bac. C’est sur le chemin du lycée qu’il rencontre une vieille clocharde Céléstine dite « Titine du Bac », c’est-à-dire de la rue du Bac. De la curiosité à l’émoi, de la pauvreté et de la solitude il va construire sa vie à travers elle  et donner des leçons à son père en faisant se côtoyer des mondes inconciliables et en tirer des sentiments d’humanité et de confiance.
De bons sentiments, de bonnes études de caractères qui décèlent le futur talent de cette écrivaine aujourd’hui connue et reconnue.
Éric LE NABOUR : Les promesses de l’innocence (Ed Les Presses de la Cité – 412 pages)
Clotilde, Judith et Naîma sont trois jeunes filles fidèles en amitié depuis leur adolescence.
En 1953, elles fêtent joyeusement leurs vingts bougie à Alger. Bien que de religions différentes, Clotilde chrétienne, Judith juive et Naîma musulmane, rien n’entrave leur joie de vivre et leurs futurs espoirs. C’est sans compter avec un climat politique qui se détériore, les tensions religieuse quis créent désormais une barrière infranchissable entre les communautés. Clotilde est fille d’un officier de carrière qui a connu la guerre d’Indochine et les hauts faits comme les exactions et se mure dans le silence, Judith fille d’un bijoutier travailleur et respectueux des croyances de ses voisins a pour amant un musulman et enfin Naîmai se retrouve recluse dans sa cuisine et soumise à ses frères entrainés dans les rets du FLN et disparus dans la clandestinité.
Eric Le Nabour relate avec précision le développement de la guerre d’Algérie que le gouvernement n’a sans doute pas su gérer dès les prémices. Il nous livre un regard très pertinent de participants vivant le drame qu’est la guerre depuis la ville d’Alger en 1954. Les politiques à Paris n’entendent rien au peuple algérien, nient leurs revendications et les attentats commencent dans les provinces pour finalement gangrener tout le pays et notamment Alger. Les trois amies se murent dans leur famille, se soumettent ou non à leur père ou frère et chacune vivra intensément et douloureusement cette triste période de l’histoire. Il y a toujours un prix à payer.
Un titre prometteur bien vite compromis car d’innocence il n’y a plus.
Une lecture fluide, des faits historiques relatés avec réalisme sans doute plus faciles à découvrir dans le cadre d’un roman.

7 8

Marybel DESSAGNES : Gontran DESSAGNES ,musicien humaniste des deux rives (Ed GBGDB – 250 pages)
Dans ce livre largement documenté grâce à des archives familiales et à un voyage en Algérie la dernière fille de Gontran Dessagnes fait le récit de la vie de son père, né à Cholet le 25 mai1904 et décédé à Toulon le 29 juillet 1978.
Né dans une famille de teinturiers, d’une mère catholique pratiquante, Gontran Dessagnes apprend le piano et fait des débuts fulgurants de concertiste dans les années 1920.
Alors qu’il est en tournée en Algérie, il est nommé pianiste soliste et chef d’orchestre de Radio Alger. Il sera également directeur du conservatoire d’Alger où il créera des classes de musiques arabo-andalouses. Les évènements entraineront son rapatriement en 1964 et sa nomination au poste de directeur de l’école nationale de musique de Bayonne. Mal accueilli par le maire, anti Pieds Noirs, rejeté par ces derniers comme traitre car il était pro algérien, il sera renvoyé pour  « incompétence » et sera mis prématurément à la retraite après avoir perdu un procès en Conseil d’État. Il finira sa vie à Toulon, dans l’oubli.
Pourtant cet homme fut un brillant soliste et directeur d’orchestre ainsi qu’un prolixe compositeur.
Ainsi, il créera un opéra, un oratorio, une musique de ballet, une messe de Sainte Cécile, un Stabat Mater, sept œuvres concertantes, trois suites d’orchestres symphoniques, des œuvres pour deux guitares et une version de l’hymne algérien.
Un livre qui fait découvrir un personnage passionné.
Camille GOUDEAU : Les chats éraflés (Ed. Gallimard – 267 pages
Un premier roman qui ne laisse pas indifférent car comment la vie d’un bouquiniste sur les quais de Seine ne pourrait pas intéresser des amoureux des livres ?
Soizic, grande, oui un mètre quatre-vingt, belle jeune fille de vingt-deux ans quitte sa famille brutalement pour Paris avec pour seule référence un oncle qu’elle n’a jamais vu. Un défi qui paie car avec une promesse d’embauche et un toit, tout pourrait se dérouler sans faille
C’est la découverte d’une famille, du Paris glauque et difficile pour les pauvres ou sans papiers, mais surtout le monde étrange et merveilleux des bouquinistes des quais de Seine. Son cousin, amusé par son culot, l’embauche à l’essai et c’est pour nous, lecteur, la découverte de ce métier tellement dur, ingrat mais aussi plein de récompenses littéraires et humaines que nous faisons page après page avec Soizic.
Une panoplie de personnages attendrissants, l’obligation de faire son chiffre d’affaire avec la bimbeloterie pour touristes, tours Eiffel à gogo, et au fil des saisons le chaud, le froid, la pluie, le maniement des caisses de livres, subtil pour non initié, l’entraide entre bouquinistes, tout cela est relaté dans le livre de Camille Goudeau elle-même bouquiniste. Il y a aussi la recherche inconsciente de la mère de Soizic, une mère qui l’a abandonnée à six ans et ne se manifeste qu’en cartes d’anniversaire, et surtout un nombre incalculable de bières éclusées par caisses, mal déjà bien connu de Soizic élevée par des grands-parents alcooliques.
Un style chaotique, une certaine vulgarité mais une écriture à suivre, et surtout l’envie d’aller bien vite faire la connaissance de l’auteur, cela doit être assez facile !

9 10

Anne PARILLAUD : Les Abusés (Ed. Robert Laffont – 367 pages)
Terrible roman que cette actrice reconvertie en écrivaine nous livre.
Premier roman bouleversant qui relate les tourments d’une  femme qui lâche une vie rangée et tranquille auprès d’un mari aimant et de leurs trois enfants pour se lancer à corps perdu dans une passion amoureuse violente, passionnée, tumultueuse comme dans un combat, avec un peintre renommé, plein de mystère et de violence, qui fait de chaque étreinte une guerre qui réveille chez l’auteur les émotions refoulées, enfouies sous le déni de l’inceste qu’elle aurait subi par son père dans sa jeune enfance.
Horrible rétrospective que l’évocation de cet amour ravageur dans ce monde frelaté de la jet-set, de l’argent facile et d’une vie compliquée.
Beaucoup de talent pour cette femme mûrissante pour nous plonger dans un climat d’amour dévastateur qui nous entraine dans un malaise profond au point de rendre cette lecture dérangeante, insupportable même.
Un gros livre bouleversant, inquiétant même, tant le malaise est grand, rendu en phrases courtes et haletantes, brutales, elliptiques.
A ne mettre qu’entre certaines mains. On en sort brisé.
Sylvain TESSON : Un été avec Rimbaud (Ed Equateurs – France Inter – 218 pages)
Dans ce livre qui reprend les émissions diffusées sur France Inter pendant l’été 2020 «un été avec Rimbaud» par Sylvain Tesson, nous partons en trois chapitres à la découverte d’Arthur Rimbaud : Le chant de l’aurore, le chant du verbe et le chant des pistes.
Cet ouvrage, qui comprend de nombreuses citations des œuvres de Rimbaud, n’est pas une biographie mais la tentative d’analyse par l’auteur de la personnalité de ce poète.
Tesson partage avec Rimbaud ce phénomène psychiatrique nommé dromomanie, c’est-à-dire une impulsion incontrôlée à marcher, se déplacer. Rimbaud marchera, adolescent, le long de la Meuse autour de Charleville Mézières, sa ville natale, fuguera et ira à pied à Paris rejoindre Verlaine, marcher jusqu’en en Belgique. Puis il marchera en Afrique, jusqu’à ce qu’un cancer des os, touchant le genou, le conduise à Marseille où il mourra en 1891, à 37 ans.
Génie précoce, il écrit à 16 ans « Le Bateau Ivre ». Il veut être un poète qui transforme le monde par les mots et qui arrive à l’inconnu par le dérèglement des sens. Comment comprendre l’hermétisme de sa poésie ? La consommation de poison, (c’est ainsi qu’il nomme l’opium qu’il consomme) n’est pas la seule explication. Pas plus que son appartenance au mouvement zutiste, qui veut ridiculiser l’Académie.
Pourquoi Rimbaud cesse-t-il toute production artistique et part-il en 1875 pour cinq années de voyages erratiques pour finir par se fixer à Aden comme négociant en armes ?
Un livre, d’une écriture raffinée à laquelle nous a habitué Sylvain Tesson, qui donne envie de relire Rimbaud

 

 




Bandol – Var Dialogue : Dernière escale

58 - BANDOL

L’association Var Dialogue, créée par Dominique Blanc qui en est la présidente, a pour objet de développer la participation des femmes à la vie de la cité par tous moyens leur permettant d’exercer une action politique, sociale, culturelle et visant à favoriser la qualité de vie et du cadre de vie de leurs concitoyens pour promouvoir un développement durable. Cette association politique, sociale et culturelle est ouverte à toutes celles et tous ceux qui veulent agir pour le développement d’une société libérale, républicaine, démocratique et écologique.
L’association organise des actions d’animation, de communication et de formation.
Var Dialogue a proposé, voici quelques jours, une dernière escale avant les vacances : Les Flâneries Européennes Littéraires Artistiques et Touristiques des auteurs Varois et membres de Var Dialogue.
Dominique Blanc avait convié autour d’elle quelques écrivaines varoises dont Lucienne Annot, Hélène Botasso, Danielle Chailan.

53 - 26.06.2021 BANDOL_ 52 - 26.06.2021 BANDOL_
Jocelyne Caprile – Les fameuses pâtes à la meule

Était également présente la six-fournaise Jocelyne Caprile, qui n’est pas écrivaine mais teinturier-apprêteur et qui a été en 2000 nommée meilleur ouvrier de France. Se rendant compte que ce titre était surtout connu pour ses chefs cuisiniers dont beaucoup d’hommes, elle a décidé d’écrire un livre uniquement sur les femmes qui ont obtenu ce titre dans des métiers aussi divers que les arts plastiques, les métiers de bouche, l’art floral, le mobilier et l’immobilier et beaucoup d’autres métiers.
Cette journée s’est déroulée au restaurant «Le Rendez-vous» à Bandol dont Aurélie s’est fait une spécialité de recettes italiennes mais surtout de pâtes à la meule et que chacune a appréciées…
Etait aussi invité un homme : Michel Mazziota, auteur mais aussi propriétaire de la galerie Massillon à Hyères, où se  déroulera pour partie l’évènementiel  de la rentrée de l’Association.
Un moment de partage et d’amitié qui tisse le fil de nouveaux rendez-vous culturels et patrimoniaux pour les mois qui viennent

Jacques Brachet


Anne SINCLAIR, portrait de femme avec hommes

sinclair2

Anne SINCLAIL : Passé composé (Ed Grasset – 375 pages)
Anne Sinclair est une femme belle, intelligente, une battante qui est, dit-elle douée pour le bonheur.
Discrète, elle ne s’est jusqu’ici épanchée sur sa vie. Le confinement lui en a donné l’occasion.
Devenue malgré elle une icône, grâce à la télé et cette émission devenue culte «7 sur 7» créée en 81 et qu’elle a animée jusqu’en 97, elle est aujourd’hui encore dans toutes les mémoires, ayant réuni  chaque dimanche entre six et douze millions de téléspectateurs.
Elle y a reçu des personnalités de tous bords, politiques, intellectuels, chanteurs, musiciens, scientifiques, sportifs… Ses grandes qualités : La curiosité de l’autre, sa façon de leur faire dire des choses qu’ils n’avaient jamais dites avant, sans jamais les critiquer, les agresser, les couper, les piéger, ce qui est, hélas, souvent le cas aujourd’hui.
Jamais dupe de leurs propos, surtout chez les politiques, sans se faire d’illusions, elle se contentait de les jauger et non de les juger, même si pour certains, elle ne mâche pas ses mots, faisant des portraits sans concessions et avouant avoir été parfois déçue par leur attitude et leur passé.
A aucun moment elle ne règle ses comptes mais raconte les moments qu’elle a vécus, plus ou moins rapprochés avec certains comme cette soirée des élections où Mitterrand a été élu, qu’elle a passé en toute intimité avec lui, son ex-mari Yvan Levaï et quelques amis choisis.
Le moment fondateur de son amour pour la politique a été lors du débat Michel Debré-Pierre Mendès-France, d’où est née son admiration pour ce dernier.
Foncièrement de gauche, même si elle en fut chahutée – car issue d’une famille juive et riche – elle tient à préciser qu’elle est «une vraie française et profondément juive même» si, en même temps, elle se trouve « inaboutie et incomplète» !
Elle se définit ainsi : «je suis femme, mère, française, juive, de gauche, journaliste et plutôt dans cet ordre».
Son enfance a été sinon chaotique, du moins mouvementée, née à New-York dans un ménage instable, une mère pas prolixe en câlins mais trop protectrice, et un père disparu trop tôt.
Intéressée très tôt par le journalisme, elle s’est battue pour arriver à ses fins dans ce milieu tenu alors par des hommes machos à souhait. Ce ne fut pas un long fleuve tranquille mais elle n’a jamais rien lâché, même si elle fut «virée» par Patrick Lelay, homme cynique, violent, caractériel, Nonce Paoli achevant le travail par manque de courage.

sinclair1b sinclair1
Rencontre au festival de Ramatuelle

Elle nous brosse de mini-portraits de quelques-uns de ses invités et nous raconte des anecdotes avec humour comme sa rencontre avec Berlusconi, vraiment prêt à tout pour qu’elle le rejoigne sur la 5, ce qu’elle refusa catégoriquement car pas un seul instant dupe de cet homme au antécédents douteux.
Bien entendu, elle ne pouvait passer sous silence «L’affaire DSK» car le lecteur n’aurait pas compris. Mais c’est à la toute fin du livre et elle se contente de livrer des faits sans pathos, sans entrer dans l’intime, sans acrimonie, avouant sa naïveté, sa crédulité, son manque de lucidité. Ce fut un épisode terrible de sa vie mais dont elle se remit, son caractère étant de regarder devant elle avec optimisme.
Elle dresse un portrait édifiant de la politique française, du journalisme aussi et ce qu’il est devenu avec les réseaux sociaux, les scoops à tout prix, les fameuses «fake news» et autres «éditions spéciales» qui n’ont rien de spécial.
Ce livre est passionnant, magnifiquement écrit, plein d tendresse pour les gens qu’elle aime et admire avec, en fin de parcours, le bonheur retrouvé, la renaissance et l’espoir en la vie.
«Les souvenirs – conclue-t-elle – servent à baliser le temps et borner le présent»
Son seul regret, en quelque sorte un mea culpa, d’avoir souvent fait passer sa passion au détriment de sa vie de femme et de mère.
Portrait d’une femme courageuse, passionnée, sensible, naïve souvent mais sincère, lucide, élégante et exemplaire.

Jacques Brachet



NOTES de LECTURES

1 2 3

PARIS, un triptyque aux éditions Plon
Paris sera toujours Paris et l’on ne compte plus les artistes qui ont écrit ou chanté la ville lumière.
Les éditions Plon nous offrent trois livres passionnants écrits par des auteurs à qui l’on ne présente plus la capitale. Trois petits pavés bien épais. Un seul problème : ces livres sont denses et écrits en petits caractères.
Régine DEFORGES : Le Paris de mes amours (512 Pages)
Pièce rapportée puisque née dans la Vienne, elle a fait de Paris «sa» ville qu’elle croyait bien connaître, tant elle l’avait adoptée et adorée, et il lui semblait facile d’écrire sur elle.
La tâche fut tout autre.
Elle a été bercée par nombre de chansons de Trenet, Colette Renard, Joséphine Baker, Tino Rossi, Guy Béart, Francis Lemarque et bien d’autres. Elle en avait d’ailleurs fait un album.
Mais dans ce livre, écrit en 2011, elle part sur les traces de ses fantômes, elle prend des chemins de traverse, va où l’instinct la porte, y découvre ou redécouvre ses ponts, ses statues, ses monuments, ses fontaines, ses bouquinistes, la Seine, des morceaux d’Histoire, les maisons de femmes et d’hommes célèbres, ses bistrots et ses restaurants, en se baladant de préférence dans les quartiers qui restent des villages, où n’a pas sévi le baron Haussmann. Elle fait des détours à travers les gares et les cimetières, ses pas la conduisent dans des ruelles, des impasses, des jardins et en chemin elle nous raconte plein d’anecdotes, de souvenirs, d’événements. Elle nous parle aussi avec humour des hommes nus et de leurs zizis érigés en statues (chassez le naturel !). Et bien sûr, en tant qu’écrivaine, elle évoque ceux qui l’ont marquée comme Aragon, Balzac, Piaf, Vian, Zola, Simenon…
Au hasard de ses promenades, nous baguenaudons avec elle dans des lieux surprenants et elle nous apprend plein de choses, jusqu’à l’étymologie du nom de certaines rues, de certains quartiers.
Une balade pleine de poésie, de connaissance que nous offre cette belle promeneuse qui nous a quittés en 2014.
Jean-Philippe SAINT-GEOURS & Christophe TARDIEU : L’Opéra de Paris, coulisses et secrets du Palais Garnier (550 pages)
Qui, mieux que ces deux homme, pouvaient parler de ce bel édifice parisien que Jean-Philippe Saint-Geours, qui en fut le directeur de 1983 à 1989 et Christophe Tardiau qui le fut de 2010 à 2014, dans ce que surnommait Noureev «Ce nid de serpents» qui a aujourd’hui 140 ans ?
Dans ce palais construit par Charles Garnier, tous deux y ont connu de grands bonheurs, de nombreux problèmes et vicissitudes en tous genres : politiques, états d’âme des «stars»  de la danse et de la musique, jalousies entre les artistes de tous poils, de nombreux métiers qui régissent ce grand vaisseau, des histoires dans l’Histoire, les grands événements qui s’y sont déroulés…
Ils nous en parlent avec humour, évoquant leurs souvenirs et faisant revivre Claude Bessy, la Callas, Serge Lifar, Rolf Lieberman, Pavarotti et bien d’autres. Ils nous parlent de leurs peurs, de leurs doutes, de leurs caprices et nous racontent le quotidien de cette immense ruche où il faut être partout, de la scène à la salle, des coulisses aux cintres, où il faut gérer tous les corps de métiers, les problèmes, les aléas, les vols même, car il y en a et de tous genres… Ce n’est pas un travail de tout repos mais à côté de ça, il y a aussi de grandes joies, lors d’une première réussie, lors de la venue d’immenses artistes internationaux sous le plafond de Chagall, chef d’œuvre magistral.
L’Opéra reste un des plus beaux emblèmes de Paris incontournable et lorsqu’on y entre, on est sidéré par cet escalier monumental, promesse d’une soirée magique.
Nicolas d’ESTIENNE d’ORVES : Dictionnaire amoureux de Paris (685 pages)
«Hénaurme» pavé que signe l’écrivain Nicolas d’Estienne d’Orves», petit-fils du héros de la résistance prénommé Honoré et frère de Philippe qui a vécu à Toulon.
Heureusement, il a écrit sous forme d’abécédaire, ce qui fait qu’au hasard de la lecture, on peut choisir son chapitre. Car il balais Paris qu’il aime bien mais qu’il châtie aussi bien, griffant de temps en temps choses et gens comme l’accordéon, l’aéroport et autres.
Mais c’est toujours avec humour et tendresse et c’est surtout magnifiquement écrit.
J’ai donc flâné à travers les lettres et par exemple, à la lettre P, on y retrouve cette image populaire du poulbot, personnage donné par son auteur illustrateur Francisque Poulbot (1879-1946) que l’on retrouve d’ailleurs dans «Les misérables» de Victor Hugo. Ce même Hugo qui a écrit «Notre Dame de Paris» en 1831 monument emblématique de la littérature et monument de Paris dont la construction a démarré en 1163. Tellement emblématique qu’elle est aujourd’hui un joyau universel, malgré le drame qui l’a blessée mais aussi célébrée grâce à des cinéastes, des auteurs, des compositeurs qui continuent de la chanter.
A, comme Marcel Aymé, qui vécut sur la butte Montmartre, auteur entre autres de «La traversée de Paris» et du «Passe muraille» ce dernier évoqué par une surprenante sculpture à Montmartre… rue Marcel Aymé.
Un peu d’humour et de coquinerie à la lettre X. X comme… X ! où l’auteur évoque la ville des plaisirs, du stupre, des bordel, des premiers cinémas porno, le «Gai (ou gay ?) Paris, où a été créé le festival du film pornographique en 75, qui n’a connu qu’un épisode mais qui a fait un triomphe très au film très controversé «Le sexe qui parle» ! Sans compter le nom de certaines rues, aujourd’hui changé comme la rue Poil au con ou encore la rue Trace putain !
M comme métro, créé par la Cie du Baron Empin, inauguré en 1900 lors de l’exposition universelle et dont les films comme «Le dernier métro» de Truffaut ou encore «Zazie dans le métro» de Louis Malle, d’après le roman d’un auteur parisien, Raymond Queneau, lui rendent hommage.
Des bateaux-mouches au concours de garçons de café, du Music-Hall au jardin des plantes, là encore on visite Paris de fond en comble, on apprend plein de choses et le tout est égayé de nombreuses citations d’auteurs qui évoquent Paris, pas toujours positivement d’ailleurs. En voici quelques-unes : Paris, nymphe de la Seine (Racine), Paris féérique (Dorgelès) Paris, souvenir du bonheur (Aragon), Paris pas beau (Balzac), Paris, endroit où il pue et où l’on n’aime point (Chamfort), Paris ennuyeux (Dostoïevski)… Et il y en a bien d’autres !
Livre fleuve plein d’enseignement, que l’on a bonheur à lire… à petites doses !

4 5 6

Valentin MUSSO : Qu’à jamais j’oublie (Ed. Seuil – 320 pages)
Ce neuvième roman que Valentin Musso publie à ce jour impose encore plus  ce jeune auteur de thriller psychologique plutôt que de roman policier.
L’auteur se glisse donc dans la peau du fils de cette riche veuve qui vient de tuer à l’arme blanche un des résidents qu’elle vient de croiser dans un hôtel du Sud de la France, sans raison apparente.
Mystère pour ce fils photographe réputé qui vit dans l’ombre de son père décédé et de cette mère mutique qu’il a du mal à comprendre. Alors que police et avocats piétinent, il se lance dans une vaste rétrospective afin  de  démêler  le passé obscur de cette belle femme qu’ est sa mère, cette inconnue.
Ce sont ses recherches, à travers le passé trouble et confus de cette mère, que nous allons découvrir le personnage caché de son existence  pleine de suspense et d’intrigues qui permettront d’en dénouer le fil.
Roman extrêmement bien construit, détaillé, émouvant, surprenant.
Nous y trouvons non seulement un excellent portrait d’une femme exceptionnelle mais aussi des détails historiques réellement troublants et inconnus comme ces maisons d’internement où l’on pouvait faire incarcérer les jeunes filles rebelles ou les fils dévoyés dont les familles ne voulaient plus entendre parler.
Excellent roman de fiction, qui repose néanmoins sur une terrible vérité historique.
Annabel ABBS : La fille de Joyce ( Ed Hervé Chopin – 411 pages)
Dans le monde littéraire du début du XXème siècle, James Joyce occupe une place prédominante depuis la parution de son chef d’œuvre « Ulysse » en 1922, puis de « Finnegans Wake ».
Ces œuvres si difficiles à lire, je dirais même à décrypter, n’auraient pu voir le jour sans la présence continue de Lucia, la fille de Joyce.
Annabel  Abbs retrace avec beaucoup de délicatesse le parcours de Lucia entre 1928 et 1934, un parcours dirigé par le psychothérapeute Jung, sommité de l’époque, qui tente de soigner sa patiente en la forçant à se libérer de lourds secrets de famille.
Lucia a été internée de nombreuses fois, la première à la demande de son frère bien aimé, demande appuyée par sa mère, ombre persistante et maléfique. Mais qu’en est-il du père qui ne peut écrire sans sa fille, sa muse, auprès de lui, une jeune femme qui se perd dans des délires amoureux avec Samuel Beckett, puis le sculpteur américain Calder, une jeune femme qui veut être danseuse étoile et réussirait si bien aujourd’hui dans le domaine de la danse moderne !
Une biographie poignante qui entraine le lecteur dans le monde littéraire des auteurs nécessitant de généreux donateurs pour vivre, et le monde de la psychiatrie à ses débuts.
Une analyse pointue d’une famille où l’amour, l’obscénité et l’art sont intimement mêlés.
Pauvre Lucia, une jeune femme victime de sa maladie aujourd’hui détectée : la schizophrénie.
Renaud BLANCHET : Patricia (Ed Seuil –  457 pages)
C’est une biographie coup de poing, rigolote et pleine d’amour que Renaud Blanchet offre à sa mère Patricia. Oui, une Patricia combative, pleine d’ardeur, de détermination, qui ne baisse jamais les bras et sait saisir les opportunités quand elles s’offrent à elle.
Fille d’un couple travailleur (morceau d’anthologie quand la grand-mère travaille pour le couturier Dior, ou quand le grand-père démarre son entreprise de sabots !) Patricia rêvait d’être danseuse, elle sera marchande de chaussures.
Un grand amour avec Laurent Blanchet mais non pas Bleustein-Blanchet, un enfant, Renaud, qui survit à une « trrrrès » grosse bosse sur le crâne et aujourd’hui écrit ce roman, une vie à 300 à l’heure que rien n’arrête.
Surveillée par un père juif autoritaire qui parcourt la France et l’Italie pour développer son entreprise de chaussures, une mère qui crée sans cesse des vêtements originaux et d’avant-garde et se perd dans la boisson entre deux découpes de patrons, Patricia ne compte pas ses heures de travail, d’ailleurs lui arrive-t-il de dormir ?
Des moments succulents lorsque l’auteur rappelle les souvenirs de jeunesse avec Cohn Bendit, Jean-Luc Godard, Romain Goupil, déjà l’apparition de Gabriel Matzneff tombeur de très jeunes filles, puis beaucoup plus tard un épisode sulfureux dans Sequoia Park aux États-Unis où Patricia échappe à un violeur professionnel généreux en champignons hallucinogènes !
Impossible de raconter ce foisonnant roman, il y a du vrai, beaucoup d’exagération, mais surtout un vibrant hommage du fils à sa mère, un fils qui n’a pas choisi la filière de la chaussure mais qui réussit tout de même dans l’écriture puisque ce livre vient d’être édité.
Ne pas tout prendre au pied de la lettre bien sûr, mais suivez les aventures et mésaventures de cette famille animée par la joie et le sens du travail.
NB. Allez faire un tour sur le net voir les chaussures de Patricia Blanchet,ça vaut le détourle détour, elles sont très belles !

8 7 9

Meredith MAY :  D’amour et de miel. (Ed Mazarine – 377 pages)
Traduit de l’américain par Alice Seelow
Ce livre est l’histoire vraie de l’auteure, petite fille, qui a été sauvée par la nature et par un des plus petits êtres vivants au monde : les abeilles.
Meredith, cinq ans, et son petit frère vivent très mal le divorce orageux de leurs parents… jusqu’au jour où le père part de l’autre côté du pays. Les enfants étant les vestiges d’une existence passée que leur mère veut effacer de sa mémoire, celle-ci s’accroche à son statut de « victime » à force de médicaments et d’autres abus.
Difficile de s’adapter à ses humeurs incontrôlées.
Tous trois vont se réfugier chez les grands parents maternels, des originaux. En rentrant pour la première fois dans le vieux bus aménagé par le grand père, un apiculteur excentrique, Meredith va découvrir les abeilles, leur fabuleuse organisation et leur vie incroyable.
Il lui montre les sacrifices que font celles-ci pour sauver leur colonie et les liens qui les lient avec leur apiculteur. Tout ce que Meredith n’avait jamais connu : cocon familial, courage, persévérance, compassion. En observant ces petits êtres, elle découvre l’amour inconditionnel.
D’une lecture fluide, c’est une belle histoire écrite par une auteure, journaliste, apicultrice (cinquième de sa génération!).
Ce livre illustre comment la nature, abeilles comprises, peut nous sensibiliser à l’écologie, nous éduquer et nous guérir.
Geneviève SENGER : le premier amour est il éternel ? (Ed Presses de la Cité – 267 page)
Nous faisons la connaissance d’une famille dont l’auteur nous décrit le portrait psychologique de chacun. On va deviner alors comment chacun peut réagir dans différentes circonstances, on Les personnages, sont tous assez attachant,s sauf le père, patriarche dominateur,à qui tout le monde doit obéir. Se calmera t il en vieillissant ?
C’est lui qui est à la naissance du roman.
Il a interdit  à sa fille cadette Ariana, 15 ans, de poursuivre ce qu’il jugeait être une amourette avec un jeune homme syrien prénommé Mansour.. Les deux jeunes gens obéissent, chacun continue sa vie dont le lecteur est informé jusqu’au jour où, plusieurs années après, la grand-tante  d’Ariana décède et lui lègue sa maison à Cahors, maison où Ariana allait souvent quand elle était enfant.
Aujourd’hui, Ariana est mariée à un médecin et a deux jeunes enfants. La famille vit à Paris, va-t- elle accepter de quitter cette vie là pour aller s’installer à Cahors ?
Et Mansour, où est il ? elle n’y pense même plus. C’est tout le sujet de la deuxième partie du livre
C’est un roman distrayant où on ne s’ennuie pas une minute!
William LEMERGIE : Mirebalais ou l’Amour interdit (Ed Albin Michel – 298 pages)
Le roman se passe sous Louis XV. Le mirebalais est un homme qui honore de sa fougue les dames délaissées par leurs nobles maris fatigués ou absents.
Le héros se nomme Maro  Mortesagne.
Nous assistons d’ailleurs à quelques rencontres  de ce type !
A cause de cela, il va se faire des ennemis, doit faire face à un duel pour lequel  il est condamné au supplice de la roue (écartèlement) qui doit se dérouler le lendemain mais ses amis et acolytes sont là et le délivrent  car il est très bien entouré.
L’épopée historique est bien légère, Mme de Pompadour n’apparaît qu’aux toutes dernières pages et n’apportera rien à la petite histoire ni d’ailleurs  à la grande Histoire.
C’est un livre d’aventures.

11 10 12

Jean-Paul LEFAUCONNIER : La Mitterrandiade –  tome 1   Ed Temporis –  471 pages)
Quoi de plus original que de célébrer le quarantième anniversaire de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, et le vingt-cinquième anniversaire de sa disparition qu’en écrivant une épopée en quatre volumes à sa gloire ?!
Dès les premiers vers, le ton est donné, Jean-Paul Lefauconnier chantera les combats d’un familier de la victoire dans un duo réjouissant entre la muse et le poète qui déclament leurs vers tout comme Voltaire dans « La Henriade ». La muse impose ses règles « Tu dois être documenté et du témoignage, hanté», et c’est parti pour 350 pages malicieuses, pertinentes qui raviront le lecteur, qu’il soit politiquement de droite ou de gauche.
Tout commence en 1940, notre héros va travailler pour l’Oréal, il faut bien gagner sa vie une fois marié. Les années de guerre lui permettent mille intrigues.
Ambition, intelligence, rouerie l’amèneront vers des postes ministériels toujours utiles pour avoir un pied, que dis-je, un œil sur l’information donc la censure, puis la politique en Afrique. Que de belles années à manipuler, flatter, exécuter sans remords, passer de la droite à la gauche sans hésiter !
La France doit sortir de sa guerre en Indochine, puis de celle avec l’Algérie et toujours notre héros se glisse là où le paysage politique est influent, avec toutefois une responsabilité dans les exactions bien coupables de nos dirigeants.
Jean-Paul Lefauconnier  versifie joyeusement sur ces années 1940-1958, et entraine le lecteur dans ce tourbillon qu’est la vie de Mitterrand, et déjà c’est la dernière page de ce premier tome qui annonce le duel avec  «L’homme de Londres, rude et tranchant comme l’épée».
Soyez patient, notre héros doit dormir et préparer le prochain volume.
Nous saurons attendre, prêts à savourer et nous délecter de ce travail merveilleux que nous offre l’auteur.
Françoise HARDY : Chansons sur toi et nous (Ed Equateurs – 430 pages)
Alors que ses signes de santé sont au plus bas, Françoise Hardy nous offre son dernier livre un livre fort original où, durant plus de 400 pages, nous retrouvons les paroles de ses chansons, signées d’elle ou d’autres auteurs, ce qui est déjà magnifique tant on se rend compte de la richesse de son œuvre, quoiqu’elle en dise Mais ce qui est aussi intéressant, c’est qu’elle les commente, les dissèque, nous en offre l’historique.
Ce qui est incroyable, c’est qu’au fil des pages on se rend compte de la mauvaise image qu’elle a d’elle, de son œuvre dont elle est très critique, et, dit-elle encore, elle a honte en partie. Eternelle insatisfaite, une minorité de ses chansons trouve grâce à ses yeux. Aussi bien celles qu’elle a chanté que celles qu’elle créées pour d’autres artistes.
Qu’elle trouve ses premières chansons maladroites et puériles,  cela peut se comprendre mais il faut se remettre dans le contexte des années 60, de son jeune âge et se rendre compte déjà, de sa maturité. Sans compter qu’à l’époque où tous les chanteurs se contentaient d’adapter des chansons anglaises ou américaines, elle était la seule ou presque auteure, compositrice et il faudra attendre la venue de Véronique Sanson pour qu’elle ne soit plus seule dans ce cas !
Elle est tellement peu sûre de son talent qu’elle finira par arrêter de composer à cause de son ignorance musicale.
Elle dit être un peu maso et c’est le cas tant elle se demande ce que les gens peuvent lui trouver alors qu’elle a écrit des chansons qui sont entrées dans le patrimoine de la chanson française.
Elle est sans concession. Sa lucidité est au bord du dénigrement et elle s’étonnait que tant de gens aient eu envie de travailler avec elle. Que les gens l’admirent et l’aiment tout simplement. Pourtant, son talent, sa beauté, ont fait d’elle une icône internationale de son vivant, chose qui, loin de la flatter, la dérange, l’embarrasse !
Et ils sont nombreux, ceux qui sont venus vers elle, avec qui elle a collaboré et de plus, de toutes les époques : Jane Birkin, Etienne Daho, Julien Clerc, Henri Salvador, Guesh Patti, Mader, Patrick Juvet, Julien Doré, Calogero et même Alain Delon qui n’avait enregistré qu’avec Dalida.
Elle va laisser derrière elle une œuvre véritable et nombre d’auteurs et compositeurs ont écrit avec elle de très belles choses et non les moindres, de Louis Chedid à Michel Jonasz en passant par Catherine Lara, Wiliam Sheller, Michel Fugain, Michel Berger, Jean-Michel Jarre, Serge Gainsbourg, Jacques Dutronc, bien sûr et bien d’autres.
Un caractère ambigu et à la fois paradoxal, la fait sans cesse douter d’elle.
Lorsqu’on lit ce qu’elle a écrit, on se rend compte qu’elle est une vraie poétesse, mais aussi une mélomane, quoi qu’elle en dise. On peut lire ses écrits comme des poèmes, mystérieux parfois, nostalgiques souvent et tout en les lisant la mélodie arrive aussitôt, accompagnant notre lecture, indissociable de l’œuvre.
Elle a souvent écrit dans la souffrance, elle pose un regard angoissant sur la vie d’aujourd’hui et constate qu’heureusement, il y a la musique et les chansons qui lui donnent des émotions : «Une grande chanson est intemporelle – écrit-elle dans ce livre – et j’ai toujours été en quête de mélodies qui me semblaient l’être. Le texte est aussi important que la mélodie mais il doit être à son service et non l’inverse. C’est le secret».
Ce secret qui lui a permis d’écrire et de chanter, durant près de soixante ans, des chansons qui resteront éternelles «longtemps, longtemps après que les poètes ont disparu»
A noter, en couverture,  une très belle photo de l’ami Jean-Marie Périer son premier grand amour.
Isla MOSLEY : Le vallon des lucioles (Ed.Seuil – 475 pages)
Traduit de l’Anglais par Emmanuelle Aronson.
L’époque : 1937. C’est le début de l’histoire
Le lieu : Kentucky_ USA
Les personnages : Deux jeunes journalistes-photographes envoyés en reportage dans ce coin reculé des Appalaches.
L’intrigue : Enquête sur une étrange famille qui vit au cœur de la forêt.
L’ objet : Faire un reportage sensationnel car la splendide jeune fille est «bleue». sa peau est bleue ! Et comme tout ce qui n’est pas conforme fait peur elle incite au rejet et doit se cacher pour survivre.
Lancés dans l’aventure, ils vont vivre une histoire passionnante  afin de l’approcher, de photographier ces étranges êtres repliés sur eux-mêmes, terrés, épiés par tout un chacun. Ce devrait être un « scoop » pour les deux journalistes.
Mais, l’histoire n’est pas si simple et leur aventure s’étendra sur des années jusqu’à nos jours  où tout se dénouera à travers la passion, la violence, la discorde, dans une société américaine en proie au racisme et aux préjugés bien enracinés.
Avec ce roman d’amour tiré d’une histoire vraie, celle d’une magnifique jeune fille atteinte De méthomoglobinemie  nous avons l’occasion de découvrir une fresque historique des USA aux temps tout proches, 1972.
Bouleversant.
Et tout cela au cœur d’une nature hostile  qui s’oppose à l’arrivisme sordide de la recherche du scoop journalistique
Un excellent roman
1 2 3

Catherine CLÉMENT : Autoportrait de Calcutta (Ed du Seuil -206 pages)
Calcutta, fondée en 1690 sur le site de Kalikata c’est-à-dire la terre sacrée de Kali, mégapole à la densité de 24306 habitants par km², prend la parole et se raconte de façon non chronologique sous la plume de Catherine Clément.
Un récit dans lequel on se perd un peu tant il est varié mais qui intéresse de bout en bout.
Politique, géopolitique, histoire, cinéma, fêtes religieuses, anecdotes se succèdent agréablement car cette ville a de l’humour et aime à parler de ses habitants, morts ou vivants, illustres ou moins connus.
Patrick CHAMOISEAU : Le conteur, la nuit et le panier (Ed du Seuil – 260 pages)
Auteur martiniquais né en 1953, Prix Goncourt en 1992 pour son livre « Texaco », Patrick Chamoiseau poursuit dans cet essai sa réflexion sur les mystères de la création artistique et la créolité.
De par ses origines, l’auteur a été confronté au phénomène du conteur créole qui ne peut s’exprimer que la nuit, faute de se retrouver transformé en panier. Au XVIIème siècle, aux Antilles, la veillée mortuaire d’un esclave se faisait à la lueur des flambeaux, un vieil esclave devenait pour la nuit le « maître-de-la-Parole », discourant au son des tambours. Autorisé par le maître, cette assemblée appelée La Ronde, se faisait, selon l’auteur, alors que l’obscurité faisait oublier la domination esclavagiste et ouvrait au conteur un accès possible à la pensée du nouveau et lui permettait d’échapper au sortilège du panier qui l’aurait rendu impuissant à accéder à l’imaginaire.
Au cours de l’ouvrage, l’écrivain évoque le créole dite langue dominée par rapport au français, dite langue dominante. Il s’appuie sur les écrits d’Aimé Césaire, père du mouvement de la Négritude et d’Édouard Glissant visualisant chacun à sa manière la cale du bateau négrier et le déracinement des africains.
Un ouvrage dense, parfois redondant, qui nécessite une lecture concentrée et fait découvrir la vision de la complexité créatrice de l’acte dénommé « l’écrire » par Patrick Chamoiseau.
Santiago LORENZO : Les Dégueulasses (Ed du Seuil – 236 pages)
Traduit de l’espagnol par Lori Saint-Martin
Samuel, 27 ans, vit à Madrid.
Un travail inintéressant pour un opérateur de télécommunications, malgré son diplôme d’ingénieur, un logement dans un box avec toilette et lavabo tenu par un marchand de sommeil, pas d’amis, plus de relations familiales depuis qu’il a quitté ses parents, à l’exception de son oncle.
Tout bascule un après-midi de manifestation alors que Manuel pense avoir tué un policier croisé dans le hall de son immeuble. Avec l’aide de son oncle, il part se cacher dans un village abandonné au milieu du désert castillan.
Quelles seront les réactions de Manuel face à cet exil, le privant de confort matériel et de contact humain ? Ce refuge sera-t-il un petit paradis ?
Le récit, mené par l’oncle qui est le narrateur, est d’une veine comique qui réjouira le lecteur.
L’auteur, qui vit lui-même retiré du monde, livre une farce satirique de notre époque, engluée dans le superflu et nous interroge sur nos modes de vie contemporains.
Un bon moment de lecture.

NOTES de LECTURES

1 2 3

Christophe BATAILLE : La brûlure (Ed Grasset – 152 pages)
Quoi de plus beau qu’un grand arbre qui s’élève vers les cieux ?
Mais combien de dangers menacent les élagueurs chargés de les entretenir : chutes de branches, chutes au sol, chenilles, guêpes, abeilles, frelons et depuis peu frelons asiatiques.
Dans ce court roman, l’auteur s’inspire de ce qui est arrivé il y a sept ans à son cousin, Philippe, joliment nommé le grimpeur d’arbres. Un élagage tourne au drame. Caché dans les hautes branches, un essaim de frelons asiatiques s’en prend à l’homme. Il subit des milliers de piqûres provoquant cette brûlure dans tout son corps, son transport à l’hôpital, sa mise en coma artificiel pour qu’il ne sente plus ces douleurs atroces.
Le romancier présente ce fait divers en deux parties. Dans la première partie, intitulée «Les grandes chaleurs», c’est un écrit poétique à deux voix, celle de l’élagueur puis, quand l’homme est hospitalisé, celle de la femme qu’il aime et qui va le soutenir dans cette épreuve. Une belle ode à la nature et à l’amour.
Puis c’est le récit de l’homme, tel que recueilli auprès de Philippe par l’écrivain et dont l’issue diffère du récit de la fiction.
Le lecteur appréciera surement ce livre dont le héros est l’arbre, dans une nature non transformée.
Mais il pourra regretter comme nous ce double récit qui est une quasi redite.
Gianfranco CALLIGARICH : Le dernier été en ville (Ed : Gallimard –  213 pages)
Traduit de l’italien par Laura Brignon
Ce sera le dernier été en ville, mais surtout le dernier jour pour Léo Gazzaro, étrange électron libre déambulant dans Rome, regardant sa vie d’errance avec humour.
Ce dernier été où pour vivre, Léo a dû travailler dans un journal à rédiger quelques articles, un journal tenu par un aristocrate complètement ruiné mais toujours élégant, un dernier été et sans doute un dernier amour avec une jeune femme psychiquement perturbée.
Un dernier été aussi à courir dans les bars pour boire un puis deux whiskys et pourquoi pas la bouteille. Et toujours la rencontre de personnes fortunées offrant le gîte et le couvert à Léo pendant leurs longues croisières dans les îles tropicales.
Difficile de vivre dans la légèreté, l’aisance, la mobilité d’une société fermée quand on a l’intelligence et que l’on sait que cela ne peut durer éternellement. Léo aime Rome, il y a ses habitudes, particulièrement sur la Place Navone, mais le sens de la vie lui échappe. Connaît-il  ses erreurs, ses défauts, ses manquements ?
Un roman délicat qui retrace avec beaucoup d’humour la lente descente aux enfers d’un homme amoureux, déçu, acceptant l’inévitable chute et lucide jusqu’à son dernier jour.
Un beau roman sur la dolce vita que l’auteur décrit avec un regard d’adulte sur des enfants gâtés mais perdus.
Un très bon moment de lecture
Yves DUTEIL : Chemins de liberté (Ed l’Archipel – 228 pages)
Les grands poètes de la chanson française, aujourd’hui on les compte sur le doigt d’une main.
Yves Duteil est de ceux-là. Le sens des mots qu’il nous inocule avec précision, avec poésie, avec émotion nous a donné et nous donne toujours de superbes petits bijoux sertis dans des mélodies aussi simples que belles.
On s’est beaucoup gaussé de lui, on ne sait pourquoi mais lorsqu’on crée des chansons comme «La langue de chez nous», «Prendre un enfant», élue «Plus belle chanson du XXème siècle» on peut se targuer d’être dans la droite ligne de Brel, Barbara, Brassens.
Mais lui ne se targue de rien : il vit en toute simplicité avec son épouse Noëlle, immuable et indispensable depuis des décennies auprès de lui et compose sa vie avec amour, passion, avec surtout une humanité que l’on rencontre peu aujourd’hui.
Il nous dit être devenu «obsédé textuel grâce à Nougaro». Tout son œuvre est tournée vers la poésie, la musique et l’amour. L’amour de son prochain, des belles et simples choses de la vie, de la nature et des grandes causes, sans jamais y mêler la politique, même s’il est resté maire de son village, Précy (où vivait sa voisine Barbara) très longtemps et s’il partageait une amitié sans faille avec Chirac.
L’ouverture de ce livre est en hommage à Noëlle, sa femme, son amour, sa complice et tout au long du livre elle y est omniprésente car il n’aurait pas fait tout ce qu’il a fait sans elle à ses côtés.
Ce livre, est un livre d’émotion que l’on partage tout le temps le regard embué tant il  sait nous délivrer de belles choses avec cette poésie unique : «Ecrire une chanson c’est attraper un courant d’air avec un filet à papillons».
Et tout au long des pages, Duteil nous parle d’amour, de tendresse, de fidélité. Comme cette chanson «Dreyfus» dont il est le petit neveu, à qui il a dédié cette chanson après avoir pu apprendre tout ce qu’il pouvait de cet ancêtre malmené et dont en famille on ne parlait pas.
Fidèle, il l’est avec ses amis, avec les artistes qu’il aimait, de Gréco à Barbara, de Devos à Brassens, de d’Ormesson à Jeanne Moreau, de Barjavel à Félix Leclerc avec qui il partagea l’amour du Québec et de la langue française.
C’est grâce à Monique le Marcis, directrice des programmes de RTL, que par deux fois la chanson «Prendre un enfant» fut sauvée. D’abord en l’imposant sur sa radio alors que personne n’en voulait et en la rajoutant à la liste des chansons où elle avait été «oubliée», devenant ainsi une chanson universelle.
On ne compte plus les causes humanitaires qu’il a défendues avec Noëlle, et cela sans s’en donner la vedette mais en les menant au bout et en y entraînant plein de gens, d’associations et souvent les politiques.
Couvert de prix, il en parle toujours comme un honneur en s’en excusant presque et à chaque fois, c’est un grand moment d’émotion, qu’il nous parle de ses amis, de ses combats, de ses rencontres.
Lui si discret nous ouvre son cœur en grand et si cela était possible car on s’en doutait, on découvre un homme, un vrai, courageux, sensible toujours prêt à aider, à combattre pour de justes causes, pour les enfants malmenés par la vie, avec toujours à ses côtés cet «ouragan de douceur» nom dont il affuble sa femme avec infinie tendresse.
Un homme beau, libre, d’une grande humanité et un de nos plus beaux artistes qui soit.

4 5 6

Gilert BORDES : La prisonnière du roi (Ed Presses de la cité – 374 pages)
A partir d’un fait réel situé aux XII° et XIII° siècles Gilbert Bordes bâtit un superbe roman racontant de façon romancée le mariage du roi de France Philippe Auguste  avec la belle et jeune princesse danoise Ingeburge.
Que s’est il passé après les fastes de la noce pour que le roi répudie sa jeune épouse et la fasse enfermer dans la forteresse d’Étampes puis le cloitre  sans qu’elle comprenne les raisons de sa disgrâce ?
Comme toujours l’auteur nous impressionne par la véracité des faits historiques, le réalisme de ses descriptions et le foisonnement de ses reconstitutions donnant à cette fiction un très grand réalisme.
Chantal THOMAS :  De sable et de neige (Ed Mercure de France – 208 pages.
L’auteure romancière, essayiste, dramaturge, chercheuse est de  l’Académie Française Elle poursuit son œuvre autobiographique.
Voici des mémoires magnifiquement vivantes, des réserves  inépuisables de bonheurs physiques. C’est l’art de vivre l’instant. C’est la liberté d’une enfance au bord de l’océan, de la grande  dune d’Arcachon, des excursions au Cap Ferret.
L’auteure aime l’eau, la  mer, l’océan. Ses souvenirs reviennent comme des vagues : sa copine
Louisette, les aiguilles de pin qui piquent, les huîtres, le sable qui  file entre les doigts, la chaleur d’un galet rond chauffé au soleil, le  jeu des poupées  citadines et rurales……
Elle rend un bel hommage à son père, à ses parties de pêche, à ses  ballades à ski. Cet homme- si secret, si silencieux mais si aimant,  meurt à quarante trois ans alors qu’elle en avait dix sept; ce qui  marquera la fin de son enfance et  de ce lien d’amour.
Grande voyageuse, elle sera un 31 décembre  à Kyoto, ville mélancolique et magique d’où elle décrira la beauté de la  neige, son silence. Elle découvrira le rite du nom des morts qui la  stupéfiera . D’autres souvenirs, d’autres voyages.
Savoir exprimer la beauté des choses et la puissance de leur silence, savoir exprimer les sensations les plus fugitives avec l’élégance de phrases tantôt lumineuses et claires, tantôt drôles et féroces, c’est magique.
Très, très beau texte de Chantal Thomas illustré par des photographies d’Allen Weiss  expliquées en fin de livre.
Michel SARDOU : Je ne suis pas mort… je dors (XO Ed – 155 pages)
Nous avons déjà eu droit à plusieurs bios ou auto bios de Sardou, dont une assez copieuse.
Surprise, après ce premier plat de résistance, voilà qu’il nous propose un dessert qui nous laisse un peu perplexe, avec ce petit livre fait de bric et de broc, qui nous révèle en fait peu de choses, quelques bribes de souvenirs, quelques petites anecdotes dont certains sont connus, servis dans un curieux désordre.
On peut se poser la question… pourquoi ce livre ? Pour prouver qu’il n’est pas mort ?
Il l’a écrit sur l’instant, lorsqu’une idée lui venait, il n’y a aucun lien entre chaque histoire, sinon – et ça c’est la seule drôle d’idée du livre ! – il a imaginé un dialogue avec sa mère Jackie Sardou, qui lui pose des questions, qui le coupe où le renvoie à un sujet, lui confie ses réflexions sans mâcher ses mots… C’est une conversation à bâtons rompus et ce qu’il y a d’incroyable c’est que, connaissant sa mère par cœur, évidemment,   ç’aurait pu être un vrai dialogue entre eux, comme lorsqu’elle l’interrompait dans son tour de chant alors qu’il chantait  sur scène «Comme d’habitude».
A tel point qu’en la lisant, on croit entendre sa  voix haut perchée de titi parisienne !
Heureusement qu’il y a cette idée car le livre n’est pas très passionnant
C’est un livre à lire sur la plage cet été.

7 8 9

Annie DEGROOTE :  Des cendres sur nos cœurs  (Presses de la Cité- 512 pages)
Un beau titre de roman, mérité par l’histoire très riche et très documentée de l’auteure, sur les guerres de religion en Flandres et aux Pays Bas espagnols (1563) avec les rôles importants de Charles Quint et de Philippe II d’Espagne
L’inquisition est omniprésente avec des tortures plus cruelles les unes que les autres
Les calvinistes finissent par avoir beaucoup d’adeptes, la religion catholique en perd à cause du trafic des indulgences, de ses richesses étalées et de l’Inquisition
Le lecteur est emporté dans la vie quotidienne de l’époque grâce à un jeune chevalier qui fréquente les grands d’Espagne, dont la sœur et la fiancée se rapprochent peu à peu des Calvinistes.
Ce jeune chevalier réussira-t-il à réunir sa famille et à réaliser sa vie et celle des siens dans ce contexte extrêmement dangereux et instable avec des guerres qui n’ en finissent pas et bien sûr des exils, parfois très lointains
Jonathan ZACCAÏ : Ma femme écrit (Ed. Grasset – 208 pages)
Jonathan Zaccaï plus connu comme acteur de la série «Le bureau des légendes» se lance dans la littérature avec ce premier roman inspiré par le lien très fort qui le reliait à sa mère décédée en 1910, artiste peintre talentueuse et méconnue, avec il avait un lien très fort.
Alors qu’il entreprend l’écriture de ce témoignage il se rend compte que son épouse, actrice elle aussi, a commencé en cachette à écrire sur cette femme disparue.
La guerre est ouverte. De quel droit peut-elle s’approprier ce personnage dont lui seul est le dépositaire de ses souvenirs ? S’ensuit une autofiction fantaisiste et burlesque nous livrant son expérience personnelle et dévoilant peu à peu son penchant à la paranoïa.
Brouillant les pistes tant familiales que de voisinages, créant des situations tant burlesques que déjantées il ruinera les relations ce qui conduira à un dénouement inattendu.
Roman bizarre mais prenant quand même, foutraque, exubérant. Il crée la surprise ou la sidération en termes souvent crus mais bien écrit, agréable quand il revient dans une actualité plus sereine.
Bizarre !
Régis JAUFFRET : Le dernier bain de Gustave Flaubert (Ed du Seuil – 330 pages)
Ce roman n’est pas une nouvelle biographie de Flaubert.
L’imagination de l’auteur l’amène, certes, à rappeler les grands évènements de la vie de l’écrivain, en passant par ses multiples aventures homosexuelles et hétérosexuelles, son voyage en Orient mais surtout il le fait parle et  commenter les faits actuels de 2021 puis dialoguer avec son héroïne Emma Bovary.
Nous sommes ainsi face à un ouvrage curieux composé de trois parties intitulées : « Je puis », « Il », « Chutier ». Un récit mêlant vérité et fiction, mélangeant les époques, dans une écriture riche et subtile.
On sent que le romancier a fait un vrai travail de recherches, montrant les pratiques de lectures à haute voix par Flaubert auprès de ses amis, son obsession du style, ses relations avec sa nièce Caroline.
Mais on ne peut qu’être surpris par la dernière partie, intitulée « Chutier », dont la calligraphie est en si petits caractères qu’elle en rend la lecture quasi impossible et extrêmement fatigante. Elle trace une chronologie qui reprend beaucoup de points évoqués dans les pages antérieures et dont on ne comprend pas dès lors la nécessité.
Serait-ce pour cela que l’on ne peut pas le lire ? Drôle de choix.

10 11 12

Patrice QUELARD :  Place aux immortels (Ed Plon 383 – pages
Prix du roman de la Gendarmerie Nationale 2021
En 1915, Léon Cognard, le héros du livre , lieutenant de gendarmerie rejoint le front de Picardie. On apprend le rôle important et ingrat des gendarmes pendant cette guerre et que l’armée traite de planqués car ils ne sont pas directement sur le front.
Nous connaissons les horreurs de cette guerre que l’on nous décrit quand, brusquement, l’armée fait appel à la gendarmerie à propos d’un suicide qu’il va falloir élucider.C’est tout le sujet du roman, dur, impitoyable, très intéressant malgré tout ce que l’on sait déjà sur cette terrible période.
Ondine KHAYAT : Le parfum de l’exil (Ed  Charleston – 443 pages)
Taline est une jeune femme heureuse, elle vit auprès de sa grand-mère qui lui a révélé le monde très particulier des parfums, le travail de compositions pour arriver à la perfection.
Or Taline a ce don exceptionnel de mémoire des odeurs. Le jour où sa grand-mère meurt, celle qu’elle croyait éternelle lui laisse, tel un jeu de piste, trois carnets qui lui révèleront le parcours difficile de ses ancêtres arméniens, victimes du génocide perpétré par les Turcs, et le chemin des survivants traumatisés par les drames qu’ils ont vécus.
Des traumatismes qui se transmettront sur plusieurs générations : pourquoi ses grand et arrière-grand-mères n’arrivent-elles pas à aimer leurs enfants ?
La réponse est dans les lignes écrites par Louise, une arrière-grand-mère.
Il faudra que Taline comprenne la complexité des êtres humains confrontés à l’inhumain pour qu’elle-même découvre sa véritable personnalité et aille vers son épanouissement.
Un roman sur l’exil et le parcours des ancêtres de l’auteur, ainsi que sur le monde très technique et passionnant des parfums.
Mireille CALMEL :  La louve cathare –  Tome 2 (Ed XO – 363 pages)
Mireille Calmel poursuit son roman inspiré de l’histoire des cathares.
Nous avions quitté Griffonelle en décembre 1226 poursuivie par le fils du sinistre Simon de Montfort, Amaury de Monfort qui cherche une carte de l’emplacement des mines d’or de la Montagne Noire qu’elle détiendrait de Mahaut,sa mère.
Le jeune roi Louis, futur Louis IX, l’avait sauvée de la mort en la déposant à l’abri de l’Abbaye royale de Montmartre. Trois ans plus tard en avril 1229, par le traité de Meaux, la régente Blanche de Castille met un terme à la croisade des albigeois en faisant plier lourdement Raymond VII de Toulouse mais elle n’a toujours pas trouvé cette carte des mines d’or qui l’intéresse aussi au plus haut chef.
Commence alors de nouvelles péripéties pour Griffonelle qui réussit à s’échapper de l’abbaye et à aller au château de Lastours, encore occupé par les seigneurs de Cabaret et des populations cathares qui doivent aller se réfugier dans la forteresse de Montségur.
L’auteure excelle toujours dans les complots, félonies, combats, poursuites, rebondissements en tout genre. Les amateurs seront ravis.
Ceux que l’Histoire intéresse, liront avec attention les dernières pages de l’ouvrage dans lesquelles l’auteure indique ses sources et décrit  ceux des  personnages du roman qui ont réellement existé dans leur chronologie.

 

JOHNNY – RAUTUREAU – PUTZULU… Chacun son histoire

2

Offenburg en Allemagne, 1964.
Un certain Jean-Philippe Smet y fait son service militaire. Un jour comme les autres, il est demandé à l’entrée. Stupeur : il y découvre un clochard qui lui saute dans les bras et lui offre un ours en peluche. Au même instant éclatent des flashes. C’est son père, venu avec des journalistes qui a monté ce traquenard. Il s’enfuie en courant et en pleurant. Ce père, il ne l’avais jamais vu depuis son enfance. C’est alors qu’un certain Jean-Claude, dit JC console ce soldat qui est en fait Johnny. Johnny lui dit qu’il ne l’oubliera pas.
L’histoire pourrait s’arrêter là…
Vendredi 26 novembre 76, 17heures exactement. On sonne chez JC. Et lorsqu’il ouvre  la porte, il se trouve devant Johnny 33 ans, 11 ans après. Il a tenu sa promesse, il est venu rendre visite à son pote, incognito. Johnny est heureux de son petit effet, JC surpris et heureux aussi. Ils se retrouvent avec beaucoup de joie et de pudeur.
Johnny s’installe chez lui pour trois jours et pendant ces trois jours, ils ne se quitteront pas, Johnny préparant le repas à son pote, JC l’emmenant en balade au bord de l’Océan, comme deux touristes. Deux ami en vacances.
Soirées au coin du feu où ils se racontent leur vie, JC étant correspondant de presse, marié, un enfant , Johnny lui parlant de sa vie d’homme, d’artiste, de star, de Sylvie de David, des fans, des femmes, de ce sacré métier qui le bouffe mais dont il ne peut se passer… Jamais de l’armée.
JC n’a pas une star en face de lui, c’est un Johnny simple, naïf, sincère est vrai, un homme mélancolique, nostalgique, ambivalent aussi qui voudrait être le commun des mortels avec des joies simples mais qui marche à l’adrénaline et qui a besoin de reconnaissance.
Il lui parlera beaucoup de son Amérique fantasmée et vécue
D’ailleurs, après trois jours dans l’ombre,  le dernier soir, il veut aller manger au restaurant où il sait qu’on le reconnaîtra. Ce qui est le cas, il y crée une émeute, est invité à manger par le maire qui soupe là avec sa famille. Maire qui les invitera à dormir chez lui… et il en profitera pour sauter sa femme !!!
Le voilà sur le départ et avant de partir, Johnny lui confie que, le jour où il disparaître, il pourra avoir un beau scoop à raconter et lui propose de l’intituler «La balade de Johnny».
Ils ne se reverront jamais.
Cette histoire est très simple et très émouvante.
Précisons toutefois que c’est un roman et non une histoire vécue, même si l’histoire paraît belle et si on a envie d’y croire. Ce  roman, écrit par David Rautureau, correspondant de presse et romancier, comme celui de l’histoire, date de 2018 et voilà que ce récit paraît sous un coffret de trois CD, toujours  écrit par David mais narré par mon ami Bruno Putzulu et quelle plus belle voix ne pouvait raconter, lui qui est issu de la Comédie Français !
Rappelons qu’il nous a déjà offert un magnifique coffret sur les entretiens qu’il avait eu avec Philippe Noiret, qu’il avait rencontré sur le tournage du film de Michel Boujenah «Père et fils» avec qui il s’était lié d’amitié.
Amitié aussi, avec Johny d’ailleurs, avec lequel il avait tourné «Pourquoi pas moi ?» de Stéphane Giusti, à Barcelone en en 1996, date de leur amitié naissante. Il a 31 ans, Johnny 55 et après le tournage, ils seront inséparables, une amitié, avoue-t-il scellée autour de la bouffe, du sport… et de la peur du temps qui passe car tous deux ont peur de la mort, du départ des gens qu’ils aiment.
Une amitié vraie, réelle, sans intérêt d’aucune part mais faite aussi d’une admiration réciproque, Bruno étant heureux et fier de fréquenter une telle star qui paraissait inaccessible, Johnny admirant et enviant l’artiste de la Comédie Française, ce qu’il savait qu’il ne serait jamais.
Alors que depuis la disparition de l’idole, Bruno n’a jamais voulu en parler malgré nombre de propositions de beaucoup de médias, cette fois, il a accepté, outre de lire le roman mais aussi de parler de Johnny avec David Rautureau.

3 5 4

«Parce que, quoique, David n’ait pas connu Johnny «en vrai», Bruno le retrouve incroyablement comme lui l’a connu, simple et timide, généreux et poète à ses moments, naïf et drôle, bosseur et nonchalant.  Fidèle également et lorsqu’il était fidèle, il voulait qu’on le soit aussi.
«Avec – précise-t-il – le don d’aimer faire des blagues et même de faire exprès de mettre ses potes dans l’embarras, pour le plaisir de rigoler en disant «C’est pas grave, c’est juste une blague», ce qu’il a fait à Bruno en l’invitant à la Lorada pour son anniversaire en même temps que son ex petite amie… Simplement pour voir sa tête ! Très farceur, il était resté un gamin insupportable !
«Par contre – ajoute-t-il – je ne l’ai jamais vu préparer un repas comme le raconte Davis ! Mais ce que je retrouve, c’est cette façon d’être bien ensemble et de rester des heures à ne pas dire un mot.
Il n’exigeait rien de ses amis, sinon une vraie amitié et d’être là lorsqu’il en avait besoin. Par contre, en vacances ensemble, sur son bateau, c’est lui qui me faisait répéter mes textes».
Bruno avoue aussi avoir gardé tous les messages téléphonés de Johnny.
« Même si c’est puéril, je suis heureux de pouvoir dire : c’est Johnny qui m’appelle. Par contre, il ne supportait pas d’entendre un répondeur, il aimait qu’on lui réponde tout de suite.
Un jour il me dit : «Ton message est lugubre, il me donne envie de pleurer. Tu es plus marrant que ton message. Je vais t’en faire un !»

Bruno Putzulu tout azimut.
Avec Bruno, nous nous connaissons depuis 15 Ans. On s’est rencontré à une fête du livre dans ma ville, à Six-Fours. Il signait son Noiret, je signais mon Brialy. Nous nous sommes trouvés côte à côte, nous avons parlé théâtre, cinéma, chanson… italienne aussi car il a été bercé par celle-ci dans les années 60, puisqu’il est de parents italiens et que j’ai toujours adoré la chanson italienne.
Ça a été un coup de foudre qui ne s’est jamais démenti et même si la Covid nous éloigne depuis un bon bout de temps, les mails, SMS et coups de fils ne cessent jamais longtemps entre nous.
Et là, l’occasion était belle, d’autant qu’il va rattraper le temps perdu avec une année on ne peut plus mouvementée.
Bruno, toi qui t’étais toujours refusé à parler de Johnny (même à moi !) depuis sa disparition, voilà que tu te lâches ! Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ?
David Rautureau qui m’a contacté. Au départ, je t’avoue avoir refusé. J’avais tellement lu d’articles, de livres de ses soi-disant amis qui rapportaient n’importe quoi et qui me faisaient gerber, tout ça pour se faire mousser et passer à la télé, que j’avais décidé de me taire mais David m’a proposé de lire le roman et si je refusais, il n’en parlerait plus. J’ai trouvé le roman étonnant, émouvant et bizarrement, alors que David n’a jamais rencontré Johnny, je le retrouve complètement. C’est ce qui m’a fait changer d’avis.

9

Et dans la lancée, après l’enregistrement du livre, tu as accepté une interview avec David !
Oui, ça a provoqué quelque chose en moi et puis ç’était un prolongement du roman. C’était en fait un travail littéraire, puisque ce travail s’est fait avec les éditions Frémeaux & Associés, comme je l’avais fait pour Noiret.. J’y ai ajouté quelques trucs personnels comme ces messages téléphoniques que j’ai toujours. Pas les plus intimes ! J’ai trouvé ça rigolo, mignon, ça donnait une image farceuse de Johnny.
Tu as déjà eu des échos des fans ?
Oui, très positifs. Je crois qu’ils en ont encore et besoin. Ils m’accostent comme un ami de «la famille». Je me rends compte que depuis des décennies, nous avons, quel que soit notre âge et même si on n’est pas fan, quelque chose de Johnny, un souvenir, une chanson. Johnny fait un peu partie de la vie de tout le monde.
Dans le CD, tu dis qu’à un moment tu n’as plus vu Johnny. Y a-t-il eu un problème, une brouille ?
Pas du tout, nous n’avons jamais été fâchés mais il est allé vivre à Los Angeles, mon boulot était à Paris et il y a eu quelques rendez-vous manqués. Je devais le retrouver pour son anniversaire aux USA quand mon père a développé la maladie d’Alzheimer et je ne voulais pas le quitter. Et puis c’est lui qui devait venir me voir au théâtre dans «Occupe-toi d’Amélie» et c’est là qu’il a eu ses problèmes de santé et qu’il est entré à l’hôpital Cedar-Sinaï. Et je n’y suis pas allé comme tous ceux qui sont allés s’y faire voir !
Vous parliez beaucoup avec Johnny ?
Pas tant que ça, on pouvait rester des heures côte à côte sur son bateau sans se dire un mot. Et puis on partait faire la fête et c’était un autre Johnny. On n’avait pas besoin de toujours parler et on restait comme ça, sans aucune gêne. C’étaient les deux facettes de Johnny : le côté taiseux, sombre, silencieux et puis le déconneur. Il était fantasque, quelquefois inattendu.
Je me souviens d’un jour où il se faisait une fête de partir avec moi et Gérard Darmon avec son avion, pour aller voir un match à Marseille. C’est lui qui l’avait proposé mais au bout d’un moment, alors que le match avait commencé, t il s’écrie : «Qu’est-ce qu’on se fait chier… Je ne comprends pas le plaisir que vous avez à voir courir ces mecs derrière un ballon !». Et il est parti. Ce qui lui plaisait en fait c’était d’être parti entre potes avec la promesse d’un bon repas. Et puis il n’e n’avait plus envie.
Il y avait finalement un être humain derrière la star.
On connaissait moins ce Johnny !
Oui, parce qu’il était en perpétuelle représentation, il devait toujours être l’idole, le superman pour qui tout va bien. Il n’y a que les intimes qui voyaient ce côté sombre qu’en fait nous avons tous en nous.

8 7 6

Bon, venons-en à Guillaume Devaut, alias Bruno Putzulu, dans la série qui fait un carton «Ici tout commence»… Tu es loin du rigolo que je connais !
(Il rit !) Il n’y a pas de quoi : j’ai une femme pas toujours sympa qui m’a menti sur ma paternité (Elsa Lunghini), j’ai un fils qui en fait n’est pas mon fils et qui plus est, tombe amoureux de sa demi-sœur, ce qu’il ignore au départ, je suis proviseur «adjoint» car mon beau-père Auguste Armand, le patron de l’école hôtelière (Francis Huster) l’a décidé ainsi… En fait, il ne vit pas sa propre vie, il la subit souvent. Mais c’est un rôle intéressant et plein d’émotion.
Donc, tu restes ?
Oui, tant qu’on ne me tue pas ou qu’on ne m’envoie pas ailleurs et que je disparaisse !
Au théâtre, où en es-tu ?
A cause du confinement, la tournée que je devais faire avec la pièce de Cavanna «Les ritals», avec Grégory Daltin, où je joue Cavanna, mis en scène par Mario, mon frère, a été reportée. Nous avons déjà quelques dates de re-signées, en Normandie le 6 juin, au festival de Sarlat en juillet, à Aix-en-Provence le 23 septembre, à Nice le 3 décembre et au Théâtre Toursky à Marseille. Je ne sais pas encore quand.
Tu m’avais également parlé d’un nouveau disque ?
Ca y est, il est enregistré : Musiques de Denis Piednoir, musiques de… moi !
On est en recherche de producteur, ce qui n’est pas simple aujourd’hui !
De quoi parle-t-il ?
De mon père, de ma mère, du temps qui passe, du monde dans lequel on vit et même de… Donald Trump ! Le titre de l’album est celui de la première chanson : «C’était quand ?»
Et le cinéma ?
Je partirai en octobre/novembre du côté de St Etienne tourner «Paul Emploi», un film choral de Laurent Vinasse-Raymond avec Bruno Solo, Philippe Torreton, Bernard Lecoq, Olivier Marchal…
Pas de femmes ?
Je sais qu’il y aura Delphine Depardieu…»

Eh bien, que voilà une rentrée bien remplie ! Avec tout ça, on essaiera de se voir . Peut-être aussi u festival télé de la Rochelle où en principe les héros de série en sont les vedettes. Si avec ça on ne se croise pas ?!
Car nos rendez-vous nous manquent.

Jacques Brachet