Archives pour la catégorie Télévison

France 3 – Mardi 9 novembre à 21
Sophie Cross Série inédite – 3 x 90 min

SOPHIE CROSS

Écriture : Paul Piedfort
Adaptation et dialogues : Marie-Anne Le Pezennec
Réalisation : Franck Van Mechelen
Avec Alexia Barlier (Sophie Cross), Thomas Jouannet (Thomas Leclercq), Cyril Lecomte (Gabriel Deville), Mariama Gueye (Amina Dequesne), Oussama  Kheddam (Fred Fontaine), Wanja Mues (Alexander Brandt), Aurélien Recoing (Olivier Breton), Fred Bianconi (Maxime Lecomte), Olivier Soler (Olivier Marchand), Frédéric Van Den Driessche (Paul Renaud), Naïma Rodric (Estelle Renaud), Frédérique Tirmont (Edith Mueller)…

Sophie Cross, brillante avocate, et son fils de six ans Arthur profitent d’une belle journée dans les dunes de la mer du Nord qui bordent leur maison. Quelques secondes d’absence de Sophie suffisent pour que son fils disparaisse. Le cauchemar commence alors pour elle et son mari Thomas, pourtant commissaire de police, mais impuissant face à ce drame et anéanti de ne pouvoir retrouver leur fils.
Trois ans plus tard, Sophie et Thomas restent dévastés. Alors qu’il est convaincu qu’ils ne reverront jamais Arthur, elle se refuse de perdre espoir et, après une formation, se prépare à intégrer la police afin de retrouver la trace de son fils.
C’est dans l’unité criminelle dirigé par son mari Thomas que Sophie va devoir se faire une place parmi les membres de l’équipe plus ou moins heureux d’accueillir cette nouvelle recrue.

SOPHIE CROSS S01
Alexia Barnier & Thomas Jouannet

Episode 1
A la suite de la disparition d’Arthur, son fils de six ans, Sophie Cross brillante avocate, n’arrive plus à exercer son métier qui la conduit à devoir parfois défendre des criminels. Trois ans plus tard et après avoir passé son équivalence d’officier de police avec succès, Sophie intègre l’unité criminelle dirigée par son mari Thomas. Alors qu’il est convaincu qu’ils ne reverront jamais Arthur, elle refuse de perdre espoir et passe ses nuits à chercher la vérité.
Dès son arrivée au commissariat Sophie doit trouver sa place dans une équipe qui apprécie peu son statut de femme du patron. Sous les ordres du Capitaine Gabriel Deville et avec ses coéquipiers Amina et Fred, Sophie va se trouver rapidement projetée dans une enquête où les meurtres se succèdent étrangement.
Episode 2
Sophie a reçu par mail une photo d’Arthur qui prouverait qu’il est vivant. Méfiante, suite à de nombreuses désillusions, elle enquête en secret sur l’origine du mail sans en parler à Thomas qui pense que cette obsession est destructrice.
Le corps sans vie d’un professeur est découvert sur le parking d’un lycée par sa toute jeune compagne. L’enquête progresse difficilement : entre jalousies, mensonges et secrets de famille, l’équipe tourne en rond, ce qui provoque la colère de Deville. Sophie, à qui on reproche d’avoir joué solo, se heurte à l’autorité.
L’équipe va-t-elle pouvoir se ressouder pour trouver le coupable ? Et la piste d’Arthur va-t-elle confirmer qu’il est encore en vie ?

SOPHIE CROSS S01 SOPHIE CROSS S01
SOPHIE CROSS S01 SOPHIE CROSS S01
Mariama Gueye – Cyril Lecomte – Mark Grosy – Wanja Mues

Episode 3
Désespérée par la perte de la seule piste réelle qu’elle possédait dans la recherche de son fils, Sophie se confie enfin à Thomas qui décide de l’épauler.
L’équipe est chargée d’enquêter sur la mort d’un détective privé. Aucun élément concret ne permet d’avancer jusqu’à ce que le légiste, en livrant son analyse, fasse repartir l’enquête cinq ans en arrière. Mystères, secrets, fausses pistes et IGPN ralentissent l’équipe.
Sophie et Thomas ont trouvé des informations importantes concernant un trafic d’enfants. Arriveront-ils à retrouver leur fils Arthur ?

SOPHIE CROSS S01

France 3 – Samedi 16 octobre 21h05 : Magellan revient !

Inédit – Commissaire Magellan « Mortel refrain »

COMMISSAIRE MAGELLAN

Mathieu Deschamps est un chanteur qui a connu son heure de gloire avant d’interrompre brutalement sa carrière. Si certains de ses refrains sont encore sur toutes les lèvres, il a été un peu oublié. Après des années d’absence, il préparait enfin son grand retour grâce à un nouvel album et une tournée dans toute la France. Mais ce soir-là, alors qu’il finit d’enregistrer son dernier morceau, il est assassiné dans son studio de musique.
Qui en voulait assez à cet homme pour l’empêcher de revenir au-devant de la scène ? Le Commissaire Magellan et le Lieutenant Berraya vont devoir rivaliser de perspicacité pour répondre à cette question et découvrir l’assassin…

COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN
COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN

Réalisation : Stéphane Kopecky – Scénario : Thomas Luntz

Avec Jacques Spiesser (Simon Magellan), Selma Kouchy (Selma Berrayah), Nathalie Besançon (Florence Higel), Franz Lang (Ludovic), Marie de Stefano (Cordélia)…
Guests Anne Caillon (Elsa Deschamps), Eric Boucher (Mathieu Deschamps), Avy Marciano (Stéphane Larrieux), Jean-Pierre Michaël (Gordon), Jade Pradin (Manon Deschamps), Agnès Soral (Barbara), Bernard Alane (Paul Gavrillac)…
Guests Anne Caillon (Elsa Deschamps), Eric Boucher (Mathieu Deschamps), Avy Marciano (Stéphane Larrieux), Jean-Pierre Michaël (Gordon), Jade Pradin (Manon Deschamps), Agnès Soral (Barbara), Bernard Alane (Paul Gavrillac)…

COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN


France 3 – Inédit – Alex Hugo revient

Dès mardi 21 septembre à 21.05 « La voie de l’esprit »
Une collection qui continue de fidéliser un très grand nombre de téléspectateurs.
Après plus de 6 millions de téléspectateurs rassemblés par la collection la saison passée, France 3 propose deux nouveaux inédits dès le 21 septembre.

ALEX HUGO 19

Épisode 19 : La voie de l’esprit 
Au retour d’une course en montagne, Alex sauve Élise d’une tentative de suicide. Cherchant à comprendre les causes de son geste, il découvre que la jeune femme a été victime d’un viol. Le crime remonte à une semaine, mais Élise n’en a aucun souvenir car elle a été droguée et son agresseur a frappé lors d’une soirée en boîte de nuit où tout le monde portait des masques. Alex la convainc de porter plainte et met la rurale et la criminelle sur le coup. Alors qu’Angelo confie la jeune femme aux soins de Thérèse, une vieille amie qui aide les victimes d’agressions sexuelles à surmonter leur traumatisme, Alex mène son enquête et découvre qu’une jeune femme, Ariane Brazac, également présente lors de la soirée, a un comportement étrangement destructeur, signe qu’elle aurait elle aussi été agressée. De leur côté, Dorval et Renart réalisent que l’homme qui a agressé Élise est le violeur en série qu’ils traquent depuis des mois…
Auteur : Julien Guérif – Réalisatrice : Muriel Aubin – Musique originale : David Salkin
Avec  Samuel Le Bihan (Alex Hugo), Lionnel Astier (Angelo), Mikaël Fitoussi (Renart), Marilyne Canto (commissaire Dorval), Fabien Baïardi (Tony Leblanc), Élise Diamant (Marie), Pauline Serieys (Élise), Annick Blancheteau (Thérèse) Florence Muller (Hélèna), Alice Daubelcour (Ariane), Bastien Bernini (Max).

ALEX HUGO 19 ALEX HUGO 19
 ALEX HUGO 19

Prochainement, l’épisode 20 : La fin des temps
Tandis que le cadavre d’un homme est recraché par les eaux d’un torrent, une jeune adolescente sans identité s’est réfugiée dans le chalet d’Alex. Muette, apeurée, elle semble découvrir le monde et la technologie pour la première fois. Est-elle parvenue à s’échapper d’une longue séquestration, ou vivait-elle à l’écart de tous, quelque part dans la montagne ? En tout cas, le danger rôde : une « ombre » semble bien décidée à la récupérer. Alex la prend sous son aile et se lance dans une double enquête. Une recherche de vérité qui va le plonger au cœur de l’univers parfois inquiétant des survivalistes.
Auteurs :  Niko Tackian / Franck Thilliez
Réalisateur Olivier Langlois  – Musique : Jérôme Lemonnier / Alexandre Delilez
Avec Samuel Le Bihan (Alex Hugo), Lionnel Astier  (Angelo), Mikaël Fitoussi (Renart), Marilyne Canto (commissaire Dorval) Fabien Baïardi  (Tony Leblanc), Natacha Krief (Iris), Emmanuelle Galabru (Mathilde Dumont), Nicolas Wanczycki (Éric Brochant)

ALEX HUGO 19


« The Artist » Sur France 2, Culturebox et France.TV

Samedi 11 septembre dès 20h40

the artist

Découvrez les 22 artistes en compétition 
Samedi soir en direct, l’expérience «The Artist» démarre pour 22 auteurs-compositeurs et interprètes !
Aux manettes, Nagui, dans le Jury, Elodie Mermoz, Emmanuel Virot et Clara Luciani, marraine de l’émission et invitée de choix de cette grande première ; et depuis chez eux, les téléspectateurs, qui évalueront eux aussi les prestations des candidats via un système de votes totalement gratuit.

Samedi soir, 22 talents réaliseront une reprise de leur choix, enrichie d’une vraie prise de liberté de réécriture et/ou de recomposition, inspirée de leur univers artistique.
Deux choix s’offriront au Jury et aux téléspectateurs à l’issue de chaque passage : une étoile dorée (J’aime) ou un octogone (Je n’aime pas)
Pour décrocher une étoile du Jury, il faudra convaincre un minimum de 2 juges sur 3. Quant aux téléspectateurs, plus de 50% de votes favorables permettront d’obtenir leur soutien.
Pour la première fois en France, ces derniers pourront voter gratuitement, via Instagram et la page officielle de l’émission @theartistoff ainsi que par SMS au 3 2323 (appel non surtaxé).
Pour nos artistes, l’enjeu de ce premier passage sera de taille : aligner les deux étoiles dorées du Jury et des téléspectateurs pour assurer une place en semaine 2.
Aucune étoile n’entrainera une élimination sur le champ. En cas d’étoile unique, les artistes en ballotage auront une deuxième et dernière chance de faire l’unanimité grâce à une composition de leur répertoire personnel. Mais s’ils n’y parviennent pas ils seront eux aussi éliminés du concours.

visuelcompothertsit

De gauche à droite (haut)
Esken, 22 ans, Valentin, 24 ans, Laura Crowe & Him (duo), 31 et 47 ans
Rouquine (duo), 28 et 44 ans, De grands enfants (duo), 37 et 38 ans Coline Capel, 17 ans, Fils Cara, 26 ans, Félixita, 26 ans, Nikola, 20 ans Alphée, 27 ans
De gauche à droite (bas)
Claire Hardy, 25 ans, Diese, 19 ans, Elisa Erka, 32 ans, Cynthia, 27 ans Bandit Bandit (duo), 26 et 30 ans, Petite Gueule, 34 ans, François Henri, 28 ans, Gabiel Joseph, 25 ans, Anissa al Tmayer, 32 ans, Igee, 23 ans, Mauvais oeil (duo), 28 et 30 ans, Joseph Kamel, 25 ans

Quels artistes réussiront à aligner les étoiles ?

 



France 2 : « Deux femmes »
avec Odile Vuillemin et Agathe Bonitzer

DEUX FEMMES

Lundi 6 septembre 21h05
En 1965, Colette, qui revendique sa liberté de mœurs, est accusée à tort de meurtre par des policiers misogynes.L’affaire est confiée à Anne-Marie, une jeune juge d’instruction timide et réservée. Pourra-t-elle résister au machisme de la hiérarchie judiciaire de l’époque ?
Librement inspiré d’un fait divers réel, ce film raconte le combat convergent et inattendu de deux femmes aux tempéraments opposés.

DEUX FEMMES

Librement adapté d’une affaire qui a défrayé la chronique en 1965,  «Deux femmes» est un film historique qui parle de la condition féminine dans les années 1960, période de notre histoire à la fois proche et si lointaine. On a peine à croire que c’est seulement cette année-là que les femmes ont été enfin autorisées à avoir un chéquier à leur nom L’histoire de ces deux femmes que tout oppose – Colette est une jolie femme aux mœurs libérées, Anne Marie est une juge d’instruction, timide et réservée qui habite encore chez ses parents – est émouvante, touchante et surprenante.
Deux personnages qui, l’une comme l’autre, sont victimes du sort réservé aux femmes dans ces années-là. Une histoire qui fait encore écho aujourd’hui.

DEUX FEMMES DEUX FEMMES

Avec notamment : Odile Vuillemin (Colette Chevreau, Agathe Bonitzer (Anne-Marie Leroux), Aurélien Recoing (Commissaire Faurens), Nicolas Beaucaire (Pierre Chevreau), Pierre Rochefort (Inspecteur Berthelot), Wallerrand Denormandie (Robert Ferrand), Nicolas Wanczycki (Docteur Marcellin), Stephan Wojtowicz (Pierre Selignac) Réalisation : Isabelle Doval
Scénario & dialogues : Stéphane Brisset
Adaptation : Chantal de Rudel & Stéphane Brisset



France 2 – « Les Invisibles »
A partir du mercredi 08 septembre – 6×52’

1

Réalisée par Chris Briant & Axelle Laffont
Une série créée par Olivier Norek, Christian Mouchart, Patrick Tringale
Avec la collaboration de Christophe Joaquin
D’après une idée originale d’Olivier Norek
Écrite par Christian Mouchart &  Patrick Tringale
Avec : Guillaume Cramoisan (commandant Darius), Nathalie Cerda (Marijo), Déborah Krey (Duchesse), Quentin Faure (Ben),  Cécile Rebboah (Angie)…
Special guests : : Élodie Hesme, Jérémie Covillault, Benjamin Egner, Laurence Côte, Adèle Galloy, Édouard Montoute, Virginie Caliari, Bastien Bouillon, Roby Schinasi, Abraham Wapler, Élise Tilloloy, Arnaud Binard, Gaëla Le Dévéhat, Arnaud Lechien.

LES INVISIBLES LES INVISIBLES
LES INVISIBLES LES INVISIBLES

Darius, vif, passionné, un brin magouilleur est le boss des « Invisibles », une brigade à la marge qui gère des enquêtes sur les corps sans identité, sans histoire, sans passé…
Son obsession ? Leur redonner une dignité, une humanité afin que les familles puissent faire leur deuil.
Son équipe ? Marijo, gouailleuse au grand coeur, toujours à râler ; Ben, ancien champion de boxe, gros nounours aux poings sensibles ; Duchesse, petite bourgeoise de 25 ans, brillante mais peu habituée au terrain et Angie qui reconstitue les corps avec un peps malicieux.
Leur mission ? Identifier les corps avant qu’ils ne finissent à la fosse commune.  Un corps calciné, une mariée emportée par les flots, des morceaux de corps à travers la ville… Ils sont mandatés pour reconstituer une vie, une destinée et rendre la justice.

LES INVISIBLES



Carqueiranne – Auditorium Clairval
Tom LEEB : «Je vais où le vent me pousse»

1

Il est beau comme un dieu, regard bleu-vert sous la casquette, sourire carnassier et en plus… Il ne se la pête pas !
Il n’y a pas plus gentil, simple et souriant.
Humoriste, chanteur, comédien, à l’instar des américains, avec qui il a partagé quelques années, Tom Leeb sait tout faire. Et tout bien faire.
Pas encore très connu comme chanteur, il crève les écrans, petits et grands car on l’y voit partout. Trois films entre 2020 et 2021, idem pour la télé. Beau parcours d’artiste dont il va me parler après plus d’une heure de répet’ pour le concert qu’il donne ce soir-là dans ce bel amphi en plein air de Carqueiranne avec des oliviers pour décor. Si nous n’avions pas été attaqués par les moustiques, c’eut été idyllique. !

6 5
4 3
Tom & Kevin – Avec Camille Lou dans « Pourris Gâtés » –
Avec Claire Keim dans Infidèle » – Avec Alice Pol dans C’est la vie »

Tom, tu es sur tous les fronts. Par quoi tout a commencé ?
En fait, tout a commencé en même temps. J’ai commencé à suivre des cours de théâtre aux Etats-Unis, puis j’ai trouvé une guitare chez moi, j’ai commencé à jouer et à composer des chansons, puis j’ai rencontré Kevin Levy avec qui on a commencé à écrire des textes humoristiques. Et on a créé un duo. Tout est arrivé en même temps, en 2013.
C’est ton père, Michel Leeb, qui t’as mis le pied à l’étrier, puisque tu as joué à ses côtés dans «Madame Doubtfire» ?
Oh, là j’avais 12 ans mais à l’époque j’étais attiré par le tennis où je me débrouillais bien et j’aurais pu en faire une carrière si je n’avais alors pas été centré sur moi : je faisais des trucs sur le terrain uniquement pour qu’on me regarde ! Ça n’a pas duré !
Alors ?
Alors j’ai laissé tomber et en 2014 j’ai été engagé dans la seconde mouture de la série «Sous le soleil.»
Il y a eu aussi «Section de recherches»…
Non, là je n’avais pas de rôle récurrent, j’y suis venu en guest pour un épisode.
Passant d’un art à l’autre, n’as-tu pas eu peur de t’éparpiller ?
Je crois que ça c’est très français, même si aujourd’hui ça s’estompe un peu. Des comédiens chantent, des chanteurs viennent au cinéma. J’avoue que je me suis même pas posé la question. Lorsqu’on me propose quelque chose que j’ai envie de faire, je ne me vois pas refuser sous prétexte que je suis chanteur ou comédien. Je vais où le vent me pousse.
Ton duo «Kevin et Tom» a bien marché ?
Oui, avec Kevin on a traversé la France et la Belgique. Ca fait six ans que ça tourne et c’est le Covid qui a tout freiné. On était en pleine tournée. Avec lui tout est arrivé par hasard. On rigolait bien ensemble, on se renvoyait la balle et on a commencé à écrire des sketches. Ça a marché. Avec l’arrêt, chacun est parti dans une autre direction mais ça ne veut pas dire que c’est terminé. On se retrouvera !

7 EUROVISION 2020 - SOIRÉE À LA Tour Eiffel

Et puis il y a eu le concours Eurovision… qui n’a pas eu lieu en 2020.Comment l’as-tu vécu ?
Pas si mal que ça. D’abord parce que j’étais surpris qu’on fasse appel à moi pour un tel concours alors qu’il y a tant de chanteurs qui ont envie de le faire et que ça ne faisait vraiment pas partie de mes objectifs. Et puis parce que ça a été annoncé en janvier et qu’en mars tout était annulé. Je n’ai donc pas eu grand-chose à faire sinon à présenter la chanson, «Mon alliée», ce qui m’a un peu exposé. Donc ça ne m’a pas vraiment contrarié. D’ailleurs, on m’a proposé de me représenter en 2021 et j’ai refusé. Je suis très fataliste, je me suis dit que si ça n’avait pas marché la première fois c’est que je ne devais pas le faire.
A propos du Covid, comment l’as-tu vécu ?
Du mieux possible. Je n’ai pas voulu broyer du noir et durant le confinement, j’ai eu une période très créative. J’ai écrit pas mal de chansons que je trouvais de moins en moins mauvaises et j’ai eu la chance que le label Roy Music me tende la main. J’ai enregistré, je suis sur des plateformes et je fais des concerts. J’aime la solitude donc tout s’est bien passé.
Tu chantes en anglais. Pourquoi ?
On me pose souvent la question. Ca me vient naturellement et ça fonctionne comme ça pour moi.
Et puis, en dehors de la musique,   j’ai eu la chance que, hors confinement, les tournages aient pu continuer.
A ce propos, depuis «Edmond», tu n’as pas arrêté, au cinéma comme à la télévision !
J’ai eu cette chance puisque, au cinéma, j’ai tourné «C’est la vie» de Julien Rombaldi et «Pourris gâtés» de Nicolas Cuche, avec Gérard Jugnot et Camille Lou qui sortira à la rentrée.
Et que j’ai eu la joie de voir !
Oh la chance ! Tu sais que je ne l’ai pas encore vu ! Alors qu’en as-tu pensé ? Excuse-moi, c’est moi qui fais l’interview !
J’ai beaucoup ri et ton rôle de Colombien avec l’accent est irrésistible. Tu crèves l’écran !
Merci, ça me fait très plaisir. Nous avons tourné un peu à Monaco, beaucoup à Marseille, on s’est beaucoup marrés, Jugnot est sympa et Camille Lou, en plus d’être belle, est d’une gentillesse  extrême.
Par ailleurs, e viens de tourner dans le film de et avec Dany Boon «8, rue de l’Humanité» pour Netflix, avec Laurence Arné, Yvan Attal, François Daemiens, Alison Wheeler.
A la télé, il y a eu deux séries.
Oui l’an dernier : «Infidèle» avec Claire Keim, Jonathan Zaccaï et Chloé Jouannet  et «Plan B» avec Julie de Bona pour TF1. Et là j’enchaîne en parallèle avec «L’amour (presque) parfait», une comédie romantique avec Maud Baeker, Antoine Dulery, Isabelle Vitalli, François Vincentelli, Evelyne Bouix pour France 2, et pour TF1-Netflix je tourne «Les combattantes», une épopée historique tournée dans les Vosges et en baie de Somme avec une belle distribution*
Comment arrives-tu à tout faire ?
(Il rit), il faut beaucoup d’organisation, j’ai un planning très serré et… Je m’en sors !»

9 10
11 12

Le soir-même, tenue décontractée, casquette vissée sur la tête, savates aux pieds, en compagnie de son acolyte guitariste Romain, dit «Poc», tout aussi décontracté, en short, il nous offrit une concert tout en anglais de sa belle voix un peu rocailleuse, mi-jazzy, mi-bluesy, mi-country avec des riffs de guitare de folie, en totale complicité tant avec son excellent guitariste qu’avec le public, discutant avec l’un, avec les autres (C’est l’humoriste qui ressort !). On sent, et il l’avoue, l’influence de John Mayal ou de Chris Isaak qui sont ses idoles et dont il reprend une de leurs chansons entre deux de ses compositions.
C’est un concert intimiste qui s’accorde avec ce lieu magique et avant de partir, il revient seul avec un piano voix qui a fait se lever le public.
Inutile de préciser qu’après le concert, nombre de jeunes filles… et quelques mamans, ont voulu un selfie avec lui qui s’est prêté au jeu avec ce sourire qui en a fait se pâmer plus d’une !

PLAN B
« Plan B ». (Photo François Lefebvre)

Jacques Brachet
Photos Carqueiranne Patrick Carpentier
* «Les combattantes» avec Audray Fleurot, Julie de Bona, Camille Lou (les trois héroïnes du «Bazar de la charité», Sofia Essaïdi, Sandrine Bonnaire, Laurent Gerra, Tcheky Kario, Tom Leeb…..


Cécile BOIS : Le retour de Candice Renoir sur France 2

Saison 9 inédite – A partir du vendredi 27 août à 21.05

CANDICE RENOIR EPISODE 6

Candice Renoir, que l’on avait laissé dans la tourmente, revient plus combative que jamais dans une nouvelle saison.
Elle devra ainsi composer avec une nouvelle collègue : Pénélope Valier, interprétée par Maëlle Mietton, chef du groupe stups à la BSU (Brigade de sûreté urbaine) de Sète. Ambitieuse et compétente, elle pourrait convoiter son poste. Mais Candice n’a qu’une devise : « Jamais vaincue ! ».
Candice, qui a couvert les frasques d’Antoine a reçu une double sanction : administrative – un blâme – et judiciaire – elle s’est vue retirer son habilitation d’OPJ par la procureure. Elle conserve son grade de commandant sans avoir le droit d’enquêter ni de rédiger d’actes. La voilà détrônée à la tête de son groupe par une enquêtrice hors pair, Pénélope Valier. Candice feint l’indifférence et cultive son jardin, mais combien de temps tiendra-t-elle ?
Sa mise au placard est aussi un cataclysme qui oblige Candice à repenser sa vie personnelle, à commencer par sa relation avec Antoine. Partant du constat qu’ils sont toxiques l’un pour l’autre, Candice décide d’instaurer une distanciation amicale entre eux. Oui, mais… peut-on vraiment être amis quand on s’aime d’un si grand amour ?
Pendant ce temps, la BSU de Sète se retrouve, au propre comme au figuré, au cœur d’une tempête…

CANDICE RENOIR CANDICE RENOIR

On retrouve Candice depuis maintenant dix ans avec toujours le même plaisir. Son beau regard et son sourire irrésistible font… qu’on n’y résiste pas !
J’avais envie de la retrouver pour parler de ces nouveaux épisodes qui nous seront proposés dès la fin du mois.
Cécile, comment avez-vous retrouvé Candice ?
Je sortais trois jours avant de mon tournage de «Gloria» qui avait été dur et éprouvant. Retrouver ma famille et mon personnage a été un grand plaisir même si la Covid est passée par là, qui nous a beaucoup impactée, d’autant que l’ai eue et là, on a conscience de la réalité de la maladie. Ce n’est pas un leurre, c’est loin d’être anodin. On bascule dans une tout autre vie… Sans compter qu’au départ il n’y avait pas de précédent, on ne savait pas où on aller. Nous avons tourné de septembre à la mi-mai avec deux arrêts.
Le tournage n’a-t-il pas été un peu compliqué ?
Evidemment que ça n’a pas facilité les choses puisqu’on a dû être souvent testés, il fallait avoir les masques sauf lorsqu’on tournait. Nous avons eu deux cas dans l’équipe. Mais en prenant toutes les précautions, nous y sommes arrivés.
Alors, que va-t-on découvrir cette saison ?
Tout d’abord, c’est une saison qui sera plus tournée vers la comédie. La saison dernière était plus dramatique, il a été décidé que celle-ci serait plus légère, même si l’on aborde des sujets sérieux, des sujets de société, réalistes, comme l’homosexualité, la chirurgie esthétique…Donc plus de scènes drôles, afin de lutter, de résister contre cette sinistrose qui pèse sur nos épaules.
Dans cette série, j’ai aussi rendez-vous avec mon fils, Jules (Etienne Martinelli)

CANDICE RENOIR SAISON 6 1F CANDICE RENOIR SAISON 6

Avez-vous votre mot à dire sur le scénarios, les situations ?
Pas forcément… Mais je le fais ! Pas par fronde mais simplement pour améliorer la scène ou mon personnages. On m’écoute quand même car depuis dix ans, je commence à le connaître, mon personnage ! Mais on en parle tous, réalisateurs et comédiens et jusqu’à la chaîne
Depuis deux, trois ans, on peut intervenir car avec le temps les histoires sont plus difficile à trouver. Ceci dit, je découvre le scénario cinq à dix jours avant.
Candice arrive-t-elle encore à vous surprendre ?
Pas vraiment et ça ne me gêne pas. C’est moi qui la réveille dans mes intentions, ma façon de l’interpréter et de m’en émanciper.
La série a de loin dépassé la France et passe dans de nombreux pays. Vous êtes-vous entendue doublée dans d’autres langues ?
Pas beaucoup mais en Italien le débit est beaucoup plus rapide, en Allemagne c’est très drôle ! Bien sûr ça surprend de se voir parler dans d’autres langues mais ça me va !
Par contre, il y a une version polonaise, je crois, qui a été tournée avec des comédiens du pays. C’est très drôle aussi et en même temps, c’est très gratifiant de savoir que ce personnage est apprécié dans d’autres pays.

CANDICE RENOIR SAISON 6

Lorsque nous nous étions rencontrés à la Rochelle, nous avions ri d’un sujet : votre poids : les producteurs ne voulaient pas que vous maigrissiez ! C’est toujours le cas ?!
Non, ça s’est amélioré ! En fait, l’équipe s’en moque un peu et surtout tous m’ont dit qu’ils me trouvaient très jolie, ce qui est très valorisant. Alors quelques kilos de plus ou de moins, ça ne change pas grand-chose.
Vous avez tourné à Sète où se tourne également «Demain nous appartient». Vous rencontrez-vous ?
Pas beaucoup car le tournage est intense, d’un côté comme de l’autre. On n’a pas beaucoup de temps pour faire du tourisme et se rencontrer. Comme c’est la même production, un jour elle a organisé un repas où tout le monde s’est rencontré et c’est bien de tous se connaître. J’avais deux amis sur le tournage : Alexandre Brasseur que je vois souvent et Samira Lachhab qui n’est plus dans la série.
Sinon, c’est vrai, nous nous croisons de temps en temps mais on n’a pas le temps de se voir vraiment.

1M
Ce n’était pas à Sète mais au festival TV de la Rochelle !

Raphaël Lenglet est aujourd’hui comédien et réalisateur de la série. Comment cela se passe-t-il ?
Très bien, il est très bienveillant. Nous nous entendons bien comme avec tous d’ailleurs. Pour moi, c’est une seconde famille».

Jacques Brachet

CANDICE RENOIR SAISON 6 CANDICE RENOIR SAISON 6 CANDICE RENOIR

Saison 9
Episode 1
: Petite négligence accouche d’un grand mal
Réduite à effectuer des tâches administratives, Candice sanctionnée pour avoir couvert Antoine, doit faire l’inventaire des scellés. Elle essaie de faire bonne figure devant les membres de l’équipe qui tour à tour viennent lui rendre visite.
C’est alors qu’une jeune femme se présente à l’accueil : Professeur d’acrobatie, cordiste intérimaire, elle se dit victime de harcèlement. Le temps que Candice plante son inventaire pour la rattraper, la jeune femme a disparu… Elle est retrouvée morte au pied du phare de Sète.
Candice ne croit pas aux coïncidences, il s’agit très certainement d’un meurtre. Mais comment va-t-elle enquêter en ayant perdu son habilitation d’OPJ ?
Episode 2 : Rien ne sert de courir
Tandis que Candice est toujours confinée dans le petit bureau au niveau de l’accueil, Antoine envoie Val sur les lieux d’un accident de la route dont le conducteur a été tué sur le coup… A priori un banal accident. Mais, en examinant l’intérieur de la voiture, Val remarque qu’une cache, vide, s’est ouverte sous l’effet du choc, typiquement du genre qui sert à dissimuler de la drogue. Pourtant, la victime a tout d’un inoffensif
papy de 75 ans… Pénélope, la patronne du groupe stups qui assure l’intérim de Candice, débarque avec une équipe cynophile qui détecte bien des traces de drogue. Une double question se pose : s’agit-il vraiment d’un accident ? Et où est passée la drogue ?

CANDICE RENOIR SAISON 6

Réalisation : Pascal Lahmani – Christelle Raynal – Raphaël Lenglet
Direction de collection : Fabienne Facco
D’après un concept de Robin Barataud – Jean Reynard – Brigitte Peskine
Avec : Cécile Bois (Candice Renoir), Raphaël Lenglet (Antoine Dumas), Ali Marhyar (Mehdi Badou), Yeelem Jappain (Valentine Atger), Olivier Cabassut (Armand Marquez), Marie Vincent (Nathalie Delpech), Clara Antoon s(Emma Renoir), Christophe Ntakabanyura (Ismaël Ndongo), Maëlle Mietton (Pénélope Valier)




Francis PERRIN : Tout commence à Sète

4
Pho
to TF1

En dehors du fait que notre amitié remonte à… 40 ans, nous avons deux points communs : nous avons le même âge et nous avons débuté notre carrière il y a 55 ans, moi dans le journalisme, lui dans le théâtre.
« J’ai – me confie-t-il – signé mon premier contrat le 18 juin 1966 (encore un point commun : c’est la date de mes 20 ans !) comme régisseur au théâtre Antoine, Je débutais avec Jean-Pierre Marielle, Claude Piéplu, Jean Rochefort. Depuis, je n’ai jamais arrêté, passant du théâtre au cinéma et à la télévision ».
Depuis quatre ans nous nous envoyions des SMS faute de nous rencontrer. Il se passera encore quelques mois que nous nous retrouvions sur sa prochaine tournée théâtrale.
Curieusement, ma dernière rencontre avec le confinement fut celle avec Francis Huster à Bandol, qui m’annonçait le début de la série de TF1 «Ici tout commence». Entretemps… il est mort… dans la série, rassurez-vous !
Et voilà que mon autre Francis m’annonce son entrée dans l’autre série de TF1«Demain nous appartient». Depuis quelques semaines, il tourne aux côtés de Catherine Jacob qui y joue son épouse et ils sont les parents de William (Kamel Belghazi). Ils apparaîtront courant juillet.
L’occasion de lui consacrer une interview.

6
4
0 ans d’amitié… Tout continue… Demain nous appartient !

«D’abord la Covid. Comment l’as-tu vécu Francis ?
Le plus simplement du monde, dans ma maison du Vaucluse, en famille, avec ma femme et mes quatre enfants. Je n’ai pas à me plaindre par rapport à d’autres. J’en ai profité pour travailler et préparer la rentrée.
Avant de parler de la série, parlons de l’arrêt d l’autre série, «Mongeville» sur France 3 qui s’arrête en plein succès. Sais-tu pourquoi ?
Je ne suis pas le seul puisque mon ami Jacques Spiesser subit le même traitement avec «Magellan» !
5 millions et demi de téléspectateurs par épisode, crois-tu que ce soit normal ? Sans compter que personne n’a eu la délicatesse de nous prévenir. J’ai appris la nouvelle par la presse. C’est un tel mépris pour les artistes et les spectateurs de la part de France Télévision ! De plus, les parts de marché étaient énormes. C’est incompréhensible. Je leur en veux beaucoup.
En connais-tu la raison ?
Crois-tu qu’ils nous l’ont dit ? C’est certainement un bureaucrate qui a décidé de changer la marque…
De quelle marque parles-tu ?
(Il rit) Le produit devait devenir trop vieux ! Un artiste, en fait, est considéré comme une lessive. Perrin et Spiesser sont devenus obsolètes, il faut changer le packaging, trouver une lessive qui lave plus blanc !
Mais bon, tournons la page…

5
Photo TF1

… Et passons à cette nouvelle série dans laquelle tu viens de t’installer : «Demain nous appartient»
J’ai été étonné et néanmoins heureux qu’on fasse appel à moi. Mais c’était la bonne nouvelle après l’arrêt de «Mongeville», ce qui me rassure qu’on a encore besoin de la vieille lessive ! J’y joue donc le père de Wiliam qui est chirurgien, moi je suis opticien à la retraite et, avec ma femme (Catherine Jacob), nous venons rendre visite à notre fils et à sa famille.
On ignorait tout de la famille de William !
Et ça fait partie des surprises de la série ! Mais je ne peux pas t’en dire beaucoup plus car je n’en ai pas le droit. Mais des secrets de famille vont ressurgir.
Connaissais-tu Catherine Jacob ?
Oui, nous nous étions rencontrés sur un épisode de «Mongeville». Nous nous sommes bien entendus et c’est encore le cas. De même qu’avec les autres comédiens qui constituent ma famille et je sais qu’ils sont heureux d’avoir «un vieux» à leur côté. De plus le lieu est magnifique et Sète est une très belle ville.
L’ambiance ?
Comme le temps, magnifique ! Nous nous entendons tous très bien, par contre nous travaillons beaucoup pour garder chaque jour dix minutes d’images. L’organisation est parfait, nous travaillons dans le plaisir même si les journées sont très denses car le rythme est soutenu. Mais je suis habitué à ce rythme-là. Il faut être disponible et sur le coup en permanence et j’aime ça.
Du coup, tu es installé à Sète ?
Pas vraiment car je ne suis qu’à 200 kilomètres de chez moi. Travaillant trois à quatre jours par semaine, le reste du temps je rentre retrouver ma famille.

1 3

Ta famille dont tu vas retrouver quelques membres… sur scène ?!
Oui, puisque je monte pour la rentrée «L’école des femmes» de Molière et je serai donc entouré de mon fils Louis, ma fille Clarisse et Gersende ma femme. C’est une belle aventure que nous créerons pour 55 représentations à Lyon et qui sera suivie d’une tournée de 37 dates. Et nous pourrons nous y retrouver à Marseille, Fos, Marignanne, la Ciotat.
As-tu le temps de répéter avec le tournage ?
Oui, nous le faisons un peu à la maison mais nous nous installerons à Lyon tout le mois de juillet.
Tu enchaîneras avec Paris ?
Non. J’ai décidé de ne plus jouer à Paris. Ça ne me dit plus rien.
Ne m’avais-tu pas dit que tu ne voulais plus partir en tournée ???
(Il rit) C’est vrai mais là, c’est un beau projet qui me tient vraiment à cœur. Et qui est en famille. Mais bon… on verra !

Propos recueillis par Jacques Brachet


Tournage France 3 à Marseille
Francis HUSTER & Jeremy BANSTER… Flics père et fils

6

Auguste Armand est mort… Vive Pierre Mariani !
Juste avant le confinement, j’avais rencontré mon ami Francis Huster, barbe et cheveux blancs, qui s’apprêtait à inaugurer la série de TF1 «Ici tout commence» où il jouait le rôle d’un grand chef cuisinier qui avait créé une école de cuisine de réputation internationale. Hélas, il mourrait assez vite laissant deux filles éplorées mais qui se détestaient et un fils dont on découvrait la paternité.
Mais comme Francis a le don de très vite ressusciter et d’enchaîner sur un autre projet, voilà que je le retrouve à Marseille sous les traits d’un flic, pour la collection «Meurtres à… » et ce sera «Meurtres sur les iles du Frioul». La barbe a disparu et le tablier de chef est devenu un costume et manteau très élégants.  Il va y mener une enquête auprès de son fils Victor qu’il retrouve après des années où ils ont rompu leurs relations. Le fils est interprété par Jérémy Banster, vu dans nombre de séries dont «Un si grand soleil», que vous pouvez voir chaque soir sur France 2.

2 5
4 3
Sylvie Aymé – Francis Huster – Jérémy Baster – Myra Bitout

Nous voici à la Villa Gaby, sur la corniche Kennedy, lieu huppé de Marseille, face à la mer qui, aujourd’hui est plutôt grise, due au fort mistral et au crachin qui nous y accueille.
Heureusement, tout se tourne dans la villa, au chaud dans cet hôtel particulier cossu. Nous somme accueillis par l’un des producteurs, Stephan Kalb qui nous explique la journée et nous dit où nous mettre pour ne pas gêner le tournage. Le père et le fils de fiction sont là, décontractés, discutant et riant et Francis m’accueille comme toujours, chaleureusement, me présentant à tout le monde comme l’un des plus grands journalistes de tous les temps… S’il le dit, ça ne coûte rien de le croire… même si personne n’est dupe de la plaisanterie.
Il me présente donc à Sylvie Aymé, réalisatrice de ce «Meurtres à… ». Petit bout de femme rieuse, sympathique, patiente mais qui assure  avec à la fois poigne et gentillesse.
On l’a très souvent vue au générique de nombre de séries comme «Sous le soleil», «Cassandre», «Candice Renoir», «Mongeville», «Alex Hugo» et j’en passe…
Tout le monde s’affaire à la préparation de la séquence à tourner, un petit coup de peigne par ci, un raccord maquillage par là, répétition des dialogues. On tourne, silence, moteur, action…
Avec une patience infinie, la scène sera tournée plusieurs fois avant que la réalisatrice soit contente du résultat. On y retrouve Francis, Jerémy et Marie Daguerre, issue de la série «Sous le soleil».
Entre deux scènes, on bavarde, on rigole, on prend des photos souvenirs car aujourd’hui chacun fait son selfie, sa photo avec son téléphone.
L’ambiance est plus ensoleillée que le temps et tout se passe dans la bonne humeur, chacun se laisse photographier par mon acolyte, Christian Servandier. Ils prennent la pose sans problème et Francis en rajoute en lui proposant des idées.

8 9
Tournage avec Marie Daguerre

Et puis c’est la pose repas et Huster en profite pour nous présenter Jean-Marc Coppola… Non pas le réalisateur mais l’adjoint à la Culture de Marseille qui est invité… Y aurait-il des projets dans l’air ? Mystère. On n’en saura pas plus.
Mais avant le repas, le père et le fils, accompagnés de la toute jeune comédienne Myra Bitout, qu’on a pu voir dans la série «Hyppocrate», s’installent autour d’un bureau de ministre que je vais devenir pour en savoir plus sur ce tournage.
«Tu te rends compte – me confie Francis – qu’on va bientôt fêter la cinquantième de la série «Meurtres à…». Je suis heureux de faire partie de cet épisode car j’ai trouvé en Jérémy, un comparse magnifique et j’espère qu’on va pouvoir se retrouver ensemble très vite.
Mais pas sur «Meurtres à…», car les duos ne sont jamais les mêmes !
Non bien sûr, mais je rêve de tourner une série avec lui qui s’intitulerait «Deux flics à Marseille» ou «Tel père, tel flic», avec aussi les autres acteurs qui sont tous épatants… Dont Myra Bitout, bien sûr car elle est douée et c’est une grande actrice en devenir. Nous formons vraiment une vraie troupe avec les comédiens.*
En fait, quel est ton rôle ?
Je suis un flic à l’ancienne qui vient éluder le meurtre d’un éditeur qui monte «Le comte de Monte Cristo». Il se trouve que c‘est un ami mais surtout, je vais retrouver sur l’enquête, mon fils qui est également flic et que je n’ai pas vu depuis des années.
Pourquoi ?
Jérémy : Il a tué ma mère dans un accident de voiture. Depuis cet accident, je n’ai plus voulu le revoir. Je me suis fait une vie, je suis devenu flice t ma compagne attend un enfant. Du coup, tu peux imaginer que les retrouvailles ne sont pas chaleureuses.
– En effet – reprend Francis – les rapports sont à couteaux tirés et tout ne va pas bien se passer. Et entre eux il y a Myra qui a des rapports passionnés avec lui.

10 12

Qu’est-ce qui t’as plu dans ce scénario, Francis ?
Plein de choses et la première est qu’il est très bien écrit. Et puis, il y a ce mélange de polar et de moments intimes. Il y a des scènes qui sont bouleversantes. Et puis, nous tournons dans des lieux exceptionnels : Le Frioul, le château d’If, cette villa, le fort… Nous sommes allés jusque dans les souterrains… C’est incroyable !
Ce qui m’a plu également, c’est que c’est traité comme les polars américains. Il y a ce duo, moi le flic à l’ancienne, lui le flic nouvelle génération, leurs rapports sont explosifs et l’histoire emmène le public d’un bout à l’autre en le perdant à plaisir et sans savoir jusqu’à la fin, qui a tué.
– A tel point que nous ne le savons pas nous-mêmes, coupe Jérémy en riant.
Ce qui est intéressant c’est que nous avons des méthodes tout à fait différentes pour mener l’enquête, ce qui, de temps en temps, pose problème. L’intrigue se joue sur deux tempéraments, deux façons de faire, deux générations.
– Deux façons de faire que tout oppose, précise Francis, entre le père, flic traditionnel et le fils qui est fougueux, quelquefois violent, actif… un vrai flic d’aujourd’hui.
Justement Jérémy, ça te change du rôle de Julien Bastide dans «Un si grand soleil»…
Oui, c’est l’intérêt de ce métier, surtout lorsqu’on joue un rôle récurrent. Je vais d’ailleurs bientôt reprendre le tournage. Nous avons déjà tourné 700 épisodes !»
A noter que l’on retrouvera deux autres comédiens que l’on a l’habitude de voir dans d’autres séries : Nathalie Roussel , la fameuse Augustine Pagnol dans «La gloire de mon père» et «Le château de ma mère» et qu’on retrouve en ce moment dans la série «Je te promets» sur TF1 et Avy Marciano, marseillais bon teint, comédien de théâtre et vu à la télé entre autres dans «Sous le soleil» et «Plus belle la vie»
C’est avec regret que nous quittons cette belle ambiance de plateau car il faut arriver à Toulon avant le couvre-feu !
Mais nous ramenons de belles photos et de jolis souvenirs d’un tournage fort sympathique que nous vous offrons.

7
Qui questionne qui ?

11 13
Avec Jean-Marc Coppola

Jacques Brachet
Photos Christian Servandier