Archives pour la catégorie Théâtre

La Valette – Théâtre Marélios
Bruno PUTZULU, magnifique rital


Bruno, c’est un coup de cœur de 20 ans…
Une rencontre faite autour du livre : lui signant son hommage à Philippe Noiret, moi signant mon hommage à Jean-Claude Brialy.
Côte à côte, ce furent deux jours de rires et de bonne humeur. Depuis, on s’appelle, on se « maile » et on se voit dès qu’il est dans les parages. Et les derniers parages étaient le Théâtre Marélios à la Valette, grâce à Anthony Verchère qui l’accueillait dans sa salle pour « Les ritals » d’après le livre autobiographique de  Cavanna, qu’il a  adapté et qu’il emmène sur les routes depuis plus de trois ans en compagnie de son frère qui signe la mise en scène et de son accordéoniste Aurélien Noël, un génie de cet instrument qui enveloppe les mots de Bruno.
Cette histoire en fait, François, Francesco alias Bruno, il le dit lui-même, ce n’est pas celle des ritals mais de son père, donc du père de Cavanna.
Bruno, durant une heure et demi, se démène, mouille sa chemise , c’est un euphémisme puisqu’il ressort vraiment trempé après nous avoir conté l’histoire de ce petit italo-français, ni vraiment italien, ni vraiment français mais qui cherche sa place entouré de parents aimants, lui tout aussi aimant de ses parents. Bruno devient ce petit garçon magnifique, à la fois tendre et révolté, drôle et émouvant mais toujours prêt à foncer pour réussir sa vie, vivant la vie difficile de ce couple qui lutte au jour le jour avec obstination.
On est très vite pris par l’histoire de ce gamin qui nous fait rire et pleurer et qui est magistralement interprété par l’ami Bruno.


Depuis des mois il est sur les routes avec cette belle histoire et, passionné  et perfectionniste comme il est, il répète chaque soir la pièce entière avant de la jouer devant le public. Bravo l’artiste. Et bravo l’ami que je revois toujours avec joie, comme un petit frère retrouvé.« Depuis quand joues-tu cette pièce, Bruno ?
Depuis 2018, avec l’arrêt forcément à cause du Covid. On en est à 230 représentations !
Pas trop fatigué ?
Non, pas du tout et heureusement car j’en ai encore jusqu’à 2025.
Mais en plus, tu joues une autre pièce ?
Oui, c’est « La lettre ». En fait, je suis associé à la Scène Nationale de Belfort où  Eléonora Rossi, la directrice nous a donné les moyens de créer cette pièce. Nous sommes partis en résidence à Belfort, mon frère Mario a écrit le texte et a fait la mise en scène. Il y a cinq comédiens sur scène. On a déjà donné quelques représentations, nous jouerons à Paris et l’on partira avec en tournée en 2025.
Dès que tu termines cette pièce ?
Non, non… On fera les deux en alternance !
Tu m’étonneras toujours ! Alors parle-moi de cette lettre…
Dans la pièce, le père meurt. La mère veut donner ses vêtements à son fils, qu’il refuse d’abord car il ne se sent pas de porter les affaires de son père. Mais il voit que ça la rend triste et finit par accepter une veste. Rentré chez lui, il trouve une lettre dans la doublure de la veste qui lui annonce qu’il a un frère en Sardaigne. Il va partir pour retrouver ce frère et en même temps sur les traces de son père. Ça se passe donc entre la France et la Sardaigne.

Encore l’Italie !
Eh oui, ça s’appelle d’ailleurs « La lettre d’Italie ». On a changé le titre.
On t’a vu il y a quelque temps dans la série « Ici tout commence » et depuis ?
Je suis très pris par le théâtre mais j’ai un projet de film avec Laurent Vinas-Raymond « Paul emploie » qu’on aurait dû faire en mars mais qui est reporté, la comédienne Emilie Dequenne étant souffrante. Ça devrait se tourner dans la Loire, à Saint-Etienne avec aussi Philippe Torreton, Bernard Lecoq, Fred Testot, Olivier Marchal.
Et la musique ?
Depuis mon album « Drôle de monde » je n’ai rien fait. Avec le théâtre je n’ai pas le temps de faire des concerts. Se consacrer complètement sur une tournée chanson, je n’en ai pas le temps, avec le théâtre c’est difficile. Mais j’aime surtout faire des albums studio…
Et passer à autre chose !
Oui, j’aime mieux jouer. Du coup, pour l’instant j’ai mis la chanson de côté. Je me contente de chanter Tino Rossi dans « Les ritals » !!!
Mais j’ai d’autres projets. Je vais commencer le festival « Culturissimo »…
Qu’est-ce que c’est ?
Ce sont des lectures organisées par les centres Leclerc qui invitent des comédiens comme moi, Pierre Arditi , Philippe Torreton. Ce sont des tournées à travers la France et en Outremer.
Dans les centres Leclerc ?
Non, dans des lieux divers, comme les églises, des médiathèques, les musées, le Frac et l’entrée est gratuite pour tout le monde.
C’est toi qui choisis les textes ?
Non, on m’a proposé de lire « Son odeur après la pluie » de Cédric Sapin-Defour. C’est une histoire d’amour entre un chien et son maître. Jusqu’au jour où son chien meurt.
Et puis je dois venir jouer à Toulon mais je n’ai pas encore de précisions ».

En tous cas, on pourra le retrouver aussi le 5 octobre à la Londe les Maures pour donner une autre lecture : » Le sillage de la baleine » de Francesco Coloane.
Evidemment on sera là !
Et voilà notre ex comédien de la Comédie Française reparti sur les routes de France avec ses ritals qui parlent du père et de l’Italie dont il est un peu issu… Quelque part, même s’il est né à Toutainville !

Jacques Brachet
Photos Alain Lafon

Jérôme ANTHONY… Un avenir radieux au théâtre !

Jérôme Anthony est une boule d’énergie, de gentillesse, de simplicité.
Depuis des années, il voyage de radios en télévisions de RTL à TF1 en passant par M6, Fun Radio, W9 pour animer des shows, les émissions les plus diverses de « La France a un incroyable talent » à « Pékin Express » en passant par « Nouvelle Star » à « Tous en cuisine » ou « Le meilleur pâtissier » et j’en passe, avec une incursion au cinéma (« On va s’aimer » d’Ivan Calbérac) , la télévision (« Meurtre à Nancy » d’où il est natif), l’écriture (« L’âge d’or des variétés ») et la chanson qui a été sa passion, avec un CD « Ma plus belle chanson ». La scène, il connaît pour avoir présenté nombre de spectacles, pour faire des concerts mais aujourd’hui, il ouvre une autre porte : celle du théâtre avec cette pièce désopilante d’Elodie Wallace « Un avenir radieux » où il partage la scène avec Géraldine Lapalus, Nicolas Vitiello, Marie-Laure Descoureaux et Roman Fleury qui remplace Manu Rui Silva.
Une pièce totalement déjantée où Arthur Leroy (Jérôme Anthony) vit entre son boulot d’entrepreneur, son pognon, sa femme et sa maîtresse. Et voilà que la voyante- amie de sa femme, Esmeralda vient lui annoncer que tout va s’effondrer. Ce qu’il ne croit pas.
Et pourtant…

Et pourtant…
Toute une série de gags, de quiproquos, de situations burlesques, avec à chacune un public qui croule de rire, Nicolas Vitiello en voyante est irrésistible et l’ami Jérôme se débrouille comme un chef.
Justement, Roman arrive ce soir-là au Théâtre Galli de Sanary. C’est sa première et les comédiens sont autour de lui pour répéter. Ce qui a failli mettre ma rencontre en péril avec Jérôme Anthony, avec qui nous avions conversé à Marseille lors d’une fête du livre et plus longuement à Juan les Pins où il présentait un spectacle. Mais la rencontre se fait quand même et je retrouve mon Jérôme toujours aussi volubile et charmant qui a décidé de profité de l’air de Sanary pour faire l’interview devant le théâtre.

« Jérôme, enfin comédien !
Oui, on me proposait des pièces depuis longtemps mai j’avoue que d’abord, je suis un peu fainéant, pas très courageux, je n’avais pas l’impression d’avoir assez de mémoire pour ça mais on m’a encouragé, convaincu, on m’a sorti de cette idée que je ne pourrais pas y arriver, du coup j’y suis allé et j’ai l’impression d’avoir 12 ans. Je suis comme un gamin, j’adore, c’est un plaisir, une bouffée d’oxygène…
Le trac ?
Pas tant que ça, car j’ai été assez bien géré. J’ai eu trois semaines de répétitions. Je ne l’ai pas vu venir en fait et pour moi c’est plus une excitation qu’un trac. Mais il paraît que le trac vient avec le talent… Alors j’ai bon espoir !
Le choix de cette pièce ?
Lorsque je l’ai lue, je l’ai trouvée très drôle et surtout, le plus important pour moi c’est que c’était de me retrouver avec une équipe très sympathique car nous faisons beaucoup de dates, nous sommes tout le temps ensemble et ce serait difficile si l’on ne s’entendait pas. Je fais beaucoup de tournées chansons avec mes musiciens, je présente « Les années 80 », j’ai l’habitude de vivre en équipe. Et là je suis avec une très chouette équipe, un bon producteur, un bon metteur en scène, Olivier Macé. Je suis dans une adéquation qui me convient parfaitement.
Vous avez débuté dans la radio très jeune… 14 ans !
Lorsque j’étais gamin, lorsqu’on me demandait ce que je voulais faire, je disais acteur et chanteur. En fait, il y a peu de temps, je me suis rendu compte que, comme j’ai grandi avec les émissions des Carpentier, j’avais envie d’être le protagoniste de ces émissions-là, divertir les gens, jouer, chanter, présenter. Je me suis nourri de cette culture de la télé, de l’animation, du divertissement,  mais aussi des émissions comme « Au théâtre ce soir ».


Mais ce sont des émissions « de vieux » de mon âge !!!
(Il rit) J’ai 55 ans et j’ai grandi quand même avec ça ! Avec cette culture du divertissement élégant. Aujourd’hui on n’est plus dans ce délire mais je me suis nourri de ça. Donc pour faire du théâtre c’était une grosse envie car j’ai toujours eu beaucoup d’admiration  pour ceux qui en faisaient. C’est pour ça que j’ai hésité car je ne voulais pas être en dessous de ces gens que j’admirais. Le fameux problème du syndrome de l’imposteur.
Originaire de Nancy, c’est vrai que j’ai commencé très tôt A cette époque là-bas il y avait un artiste qui émergeait, Charlélie Couture. Son producteur démarrait une radio, et il m’a dit « Si tu as de la tchatche, du temps, une cagette de disques, la porte est ouverte » C’est comme ça que tout a démarré, en faisant des chroniques de cinéma avec mon œil de gosse.
Et après ?
Après il y a eu l’arrivée des réseaux radio. J’ai été débauché sur NRJ, là, j’ai appris une nouvelle manière d’animer puis tout s’est enchaîné, les radios, la télé. J’ai eu beaucoup de chance, j’ai rencontré des gens et je suis toujours surpris de voir comment les choses sont arrivées car je suis plutôt d’un naturel timide et réservé et les choses se sont plutôt bien passées… J’espère que ça va durer encore un petit peu car j’arrive seulement à l’adolescence !
Et vous avez donc choisi d’aborder le théâtre !
Oui, tout est lié.
Par contre, dès qu’on a abordé ce sujet, j’ai mis une condition : ne pas jouer à Paris, avoir tous mes week-ends de libre et ne pas avoir la pression d’une salle parisienne.
Vous ne jouerez pas à Paris ?
Pour l’instant ça n’est pas prévu et c’est vraiment un souhait de ma part. Je ne fais déjà pas de radio le week-end sur RTL pour la même raison. J’ai envie de partir le week-end, de profiter de la vie.
Du coup, les parisiens ne vous verront pas !
Ben non… Mais ils ne loupent rien… Et moi non plus !
Mais c’est un tel plaisir de se retrouver en tournée, on s’amuse bien, on passe de bons week-ends, on est heureux de jouer. De ville en ville les salles sont pleines…

Peut-être grâce à vous !
Je ne me rends pas compte, à mon avis, je ne suis pas connu tant que ça. Il faut encore travailler ! Je débute… et ça fait trente ans que je débute ! Je fais tout ça avec modestie, je fais mon métier, j’adore le public, je n’ai jamais rien fait pour de l’argent. J’ai toujours été content et fier de faire ce métier, les choses se sont passées comme je l’espérais.
Alors, la chanson ?
Je faisais de la radio à Nancy, l’été j’étais en vacances avec mes parents à Saint-Tropez. Le soir j’allais dans un bar qu’avaient loué les frères Cayatte (Blanc bleu) « Pirate Studio »,  nous allions y chanter. L’un d’eux adorant la chanson, avait fait des bandes orchestres et imprimé les paroles sur un cahier… L’ancêtre du karaoké !
Nous, les jeunes nous allions dans cet endroit et nous chantions. Le temps passe, je me retrouve dans les coulisses de « Sacrée soirée » où ma mère m’avait fait passer pour un journaliste. Là, je rencontre le producteur qui me reconnait de Saint-Tropez et me propose de lui passer une cassette. Quinze jours plus tard je passe comme candidat à « Sacrée soirée » Je gagne une dizaine de fois jusqu’à la fin de la saison et je fais un disque… avec Didier Barbelivien ! Tout de suite après on me propose de faire de la télé… C’est pas de la chance, ça ?
Puis vous avez abandonné ?
Il ne se passait pas alors rien de formidable et ça se passait bien en télé. Il y a trois, quatre ans, je vais voir Michel Drucker que j’adore, sur scène et je me dis alors : « Pourquoi se passer de ça » ? Du coup j’ai décidé de produire un album et de partir en tournée. On fait une quarantaine de dates à l’année.

Cet album ?
Il s’appelle « Ma plus belle chansons » où je reprends dix tubes essentiels de la variété française « Pour le plaisir », « Chez Laurette », « Le chanteur malheureux », réorchestrées en swing avec un big band à la manière de Sacha Distel, classe, on arrive tous en smoking. C’est un spectacle intemporel.
En fait, vous vivez pas mal dans la nostalgie ?
Pas vraiment, mais c’est vrai que j’ai grandi avec tout ça, j’y suis attaché car c’est tout ce que je vivais lorsque j’avais quinze ans. C’est une période où tout est alors permis, tous nos rêves sont encore possibles. C’est pour ça que j’ai un attachement à ces chansons, j’adore la chanson française, ces chansons qui ont un sens, les belles orchestrations. Mais j’aime aussi les chansons d’aujourd’hui. L’un n’empêche pas l’autre.
La suite ?
Toujours la radio que j’adore, la télé quand ça se présente, la chanson et puis… le théâtre, si on veut encore de moi car c’est devenu une vrai passion. Là on termine la tournée mais uns seconde s’annonce et après… On verra ! »

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Alain Lafon



Toc-toc… Entrez dans le Théâtre de Fortune !


Marie-Paule Marinetti, Nathan Teissere, Esthelle Clériot, Adam Panardie, Roxane Pauliac,
Lucie Verdier, Laurent Bolusset, Théo Tesseize, Giulia Rossetti-Boya

Toc de vérification : oblige le malade à nettoyer, tout ranger.
Gilles de la Tourette : Donne au malade des tics soudains non maîtrisés de cris et de grossièretés.
Nosophobie : Peur de tomber malade ou de contracter une contamination.
Arithmomanie : Trouble obsessionnel qui oblige le malade à tout compter.
Echolalie palilalie : Qui oblige le malade à tout répéter.
Obsession de symétrie : Obsession de rangement, de propreté. De tout ranger symétriquement.
Voilà six malades, atteints de ces obsessions, qui se retrouvent dans la salle d’attente du Docteur Stern, psychiatre,  en espérant qu’il va faire disparaître leurs tocs (Trouble obsessionnel compulsif), leurs phobies qui pourrissent leur vie.

L’attente est longue, le psy se fait attendre. En attendant, chacun se présente, raconte sa vie perturbée et apprend à se connaître. Ils démarrent même une partie de Monopoly pour passer le temps qui devient long.
On discute, on se moque, on s’engueule, on finit par s’apprécier, des liens se nouent malgré la difficulté à comprendre l’autre.
Ça donne des scènes irrésistibles, comme Marie (Esthelle Clériot) qui tout en cherchant ses clés, en ayant peur de ne pas avoir fermé gaz, eau, électricité chez elle, se signe à chaque grossièreté que Frédéric (Théo Tesseize) vocifère. Bob (Nathan Tesseire) sautille de carreau en carreau en évitant de poser son pied sur une ligne entre deux. Lili (Lucie Verdier) horripile tout le monde à répéter deux fois chaque mot ou phrase qu’elle prononce, tout comme Blanche (Giulia Rossetti) qui part toutes les cinq minutes se laver les mains et revient ouvrir la fenêtre pour chasser les microbes. Vincent (Laurent Bolusset) chauffeur de taxi, tourne toute conversation sur le mode sexuel. Ll’assistante du psy (Roxane Pauliac) qui joue les tampons et sent monter la colère des patients.

 La pièce signée Laurent Baffie est hilarante  et c’est celle-ci que notre dynamique et aventureuse Marie-Paul Martinetti, Professeure du collège Reynier, a choisi cette année de présente et mettre en scène avec ses élèves du « Théâtre de Fortune » qu’elle a créé et qui présente, tout au long des années, des pièces souvent drôles, quelquefois classiques et même déjantées.
Avec patience et passion, elle offre aux élèves qui le désirent, une énorme bouffée de culture, de théâtre et chaque année il y a des pépites dans la troupe.
Hélas, ces pépites s’envolent un jour vers d’autres cieux, d’autres études et elle a quelquefois du mal à avoir le bon compte pour ses pièces.
Aussi, originalité de cette année, elle a fait appel à des comédiens adultes, tous amateurs mais au talent certain. La preuve, dans « Toc Toc » où se mêlent, dans une totale osmose, jeunes et moins jeunes, tous épatants, drôles, d’autant qu’en deux heures de spectacle, aucun ne quitte la scène… Il faut le faire ! Et ils le font avec justesse, avec humour, avec talent et on sent le plaisir partagé à dire un texte signé Baffie qui n’est pas piqué des vers.
On s’est régalé !

Et si vous avez raté la première séance, un conseil : venez voir cette belle troupe qui rejouera samedi prochain à 19h30 dans l’auditorium du Collège Reynier et le dimanche 26 mai 17heures au théâtre de la Porte d’Italie. Je vous jure, ça vaut le déplacement !
Et encore un grand bravo à Marie-Paule qui, chaque année, avec une folle énergie, nous offre des spectacles digne de professionnels… Et qui accueillera avec plaisir tous ceux qui veulent tâter du théâtre !
Ah, n’oublions pas Adam Panardie, comédien de la troupe, qui s’est sacrifié pour faire la technique !

Jacques Brachet

Un avenir radieux pour Jérôme ANTHONY

Arthur Leroy a tout pour lui : une femme dévouée, une maîtresse torride, une entreprise florissante et un compte en banque bien rempli.
Mais un jour, ce businessman quarantenaire, opportuniste et sûr de lui, voit débarquer dans sa vie Isadora, la voyante extra-lucide de sa femme qui
lui prédit que tout va s’effondrer : il va faire faillite, sa femme va le quitter, ses amis vont le trahir, et il finira ruiné. Mais Arthur est un cartésien qui ne croit que ce qu’il voit, alors les salades des charlatans, il ne les gobe pas !
Sauf que… Les prévisions d’Isadora vont commencer à se réaliser les unes après les autres et Arthur va assister à l’effondrement de tout son petit monde !
Aidé de Diego, son ami d’enfance maladroit et envahissant, il va tenter d’empêcher la catastrophe.
Va-t-il y arriver ? L’avenir nous le dira… Si vous venez découvrir la comédie désopilante d’Elodie Wallace & Manu Rui Silva « Un avenir radieux », le vendredi 29 mars à 20h30 au Théâtre Galli de Sanary, menée tambour battant par Jérôme Anthony, Géraldine Lapalus, Nicolas Vitiello, Marie-Laure Descoureaux, Manu Rui Silva, dans une mise en scène d’Olivier Macé.
Rires garantis

Six-Fours – Théâtre Daudet
Benjy DOTTI enflamme la salle !


Bon, d’abord une petite précision : je ne me prénomme pas Michel.
C’est cet enfoiré de Benjy Dotti qui l’a décrété et il a profité que j’étais au premier rang pour que je devienne sa tête de turc !
Ça fait 15 ans  ou plus qu’on se connaît et jamais je ne m’y ferai. Alors mon vieux, tu l’auras cherché et si tu m’as pourri la soirée, je vais te pourrir la vie avec un article dont tu ne remettras pas ! Tu vas voir… Tu vas prendre !
Mais voilà… Il est bon ce c.. mec et difficile d’en dire du mal tant dans la vie que sur scène, où il possède une énergie et un humour fous, il embrase la salle qui sort avec les zygomatiques enflammées !
Devenu un habitué du Théâtre Daudet, le revoici donc dans son « Late show à l’Américaine… sans américains et sans budget »
A la manière d’un « live » il nous parle de l’actualité, nous annonce des stars qui ne viendront pas et qui pourtant « Avec le pognon qu’ils touchent »… Lui peut, « en toute simplicité et pour pas cher » faire la même chose.

Et le voilà qui nous embarque sur la croisière « Âge tendre et jambe de bois » avec toutes les mémés qui hurlent autours des stars qui ont leur âge, avec Dave entre autres qui ne sait pas si le bateau est à voile ou à vapeur, puis il repart sur l’émission « Danse avec l’escarre » pour mieux revenir sur « Star 80 » où le public et les chanteurs ont le même âge ! Un peu de « Starmania » avec le fameux « S.O.S d’un médecin en colère ». Il ne peut pas s’empêcher de nous parler de cette belle émission qu’est « Star Ac et demi » qui reçoit une chanteuse qui nous propose « Le dernier jour de mes kilos »…
En pleine émission en direct il demande au technicien de lancer Mike Brant… que l’on voit s’envoler de la fenêtre et il reçoit un appel « niasqué » de Johnny qui veut revenir dans son show. Et ce sont deux heures d’un spectacle iconoclaste, d’une drôlerie incroyable (Hormis qu’il n’arrête pas de m’envoyer des vannes… Mais qu’est-ce que je lui ai fait ?) où il se donne à 100%.

Et il termine par une note d’émotion où il fait revivre « Nos chers disparus », Brel, Piaf, Cloclo, Johnny, Bashung, Gainsbourg… » Et quel imitateur !
Il sait tout faire le bougre. Alors comment le critiquer si ce n’est pour dire qu’aujourd’hui Benjy fait partie des grands showmen. A preuve, sa tournée qui n’arrête pas de s’allonger, on pourra d’ailleurs le retrouver au City Vox à Avignon du 14 au 17 juillet.
Le retrouver est « malgré tout » un vrai plaisir, à la scène comme à la ville, d’autant que chaque fois il s’améliore, son show s’affine, s’affirme car il sait bouger, chanter, imiter et raconter.
Que demander de plus ?
Salut mon Benjy… Et sans rancune !

Jacques Brachet alias Michel
Photos Alain Lafon

Jeanfi JANSSENS… « J’arrive des nuages »


Nous nous étions brièvement rencontrés au Théâtre Galli de Sanary où nous avions rendez-vous pour une interview. Mais les aléas ont fait que, son arrivée retardée nous a empêchés de la faire.
Nous nous étions vus après le spectacle et m’avait fait une promesse : « Lors de mon prochain passage dans la région, on fera l’interview ».
Le temps a passé, le Covid aussi et pourtant, voici Jeanfi durant deux jours à Toulon où il teste son nouveau spectacle au Colbert : « Tombé du ciel ».
Il a tenu sa promesse et nous voilà réunis à son hôtel pour cette interview promise, barbu et toujours aussi simple, souriant, volubile.

« Jeanfi, parlons donc de ce nouveau spectacle !
Je suis très heureux de revenir tout seul sur scène, même si j’ai adoré jouer au théâtre avec Stéphane Plaza et Valérie Mairesse. Là, je me retrouve « moi » !
Ça te manquait ?
Oui, je l’avoue. Dans le premier spectacle, on venait de me découvrir, les gens venaient voir qui j’étais. Ce nouveau spectacle est plus en profondeur. Aujourd’hui j’ai 50 ans…
Déjà ? On dirait un ado !
(Il rit) Je les aurai dans dix jours ! Bien sûr, comme dans le premier spectacle, je parle de ma vie, de mon arrivée dans le show biz, de ce qui a changé pour moi mais aussi pour mes parents, de mes moments de solitude, de la vieillesse, de mes déboires médicaux…
Ça n’est pas très gai tout ça !
Mais c’est dit avec humour et il y a des choses plus drôles comme ma relation avec mon animal et d’être devenu tout ce que je ne voulais pas devenir.
C’est-à-dire ?
Que je suis devenu un vieux pédé avec sa chatte !!!
Enfin, je parle plus de moi. Au premier spectacle les gens découvraient l’ancien steward devenu artiste. Je parle plus de ma mère, de mon enfance. J’ai été élevé chez les bonnes sœurs de Ste Thérèse d’Avila parce que mes parents voulaient que j’aie une bonne éducation. Je parle de mes croyances, de mes superstitions qui me pourrissent la vie. Etre superstitieux c’est très contraignant, surtout lorsqu’on est comédien. Je suis capable de faire le tour de la ville pour ne pas passer sous une échelle !
Rassure-moi : ta chatte n’est pas noire ?
Ah non ! Sinon je l’aurais assassinée !

Ta mère est toujours très présente…
Oui, aussi bien dans ma vie que dans mon spectacle. Elle était déjà très contente de m’accompagner dans mes voyages lorsque l’étais steward et aujourd’hui elle est très heureuse de connaître le monde des paillettes. Être assise à côté de Marie Laforêt lors de mon Olympia ça l’a remplie de joie !
Dans ce nouveau spectacle, il est encore question de vol !
« Tombé du ciel », ça veut dire que, depuis sept ans, je me suis amarré au sol. Pour moi le ciel a un côté providentiel. J’aime à dire que le ciel m’a connu avant la terre. Je suis tombé du ciel pour raconter mes histoires du plancher des vaches. J’arrive des nuages. Le ciel reste important dans ma vie.
C’est ton second ou troisième spectacle ?
C’est le second mais le premier a changé de nom en cours de route.
Pourquoi ?
Parce que « Au sol et en vol », c’était lorsque je démarrais. C’était une version « amateur », Et puis, étant plus connu, j’ai changé, adapté des choses… J’ai trouvé que « Jeanfi décolle » était plus adapté à ce qu’était devenu le spectacle. Et ce que j’étais devenu.
Depuis quand aimes-tu faire rire les gens ?
Depuis toujours ! Très jeune ma mère m’a appris l’humour, la dérision. Dans l’avion, durant dix à quinze heures de vol, pour passer le temps, j’aimais faire rire les passagers. Mes collègues me disaient que j’avais un don, de faire du théâtre. Mais au départ, je n’étais pas persuadé que ce que je racontais dans les avions pouvait intéresser et faire rire les gens au sol.
Et alors ?
Alors c’est une copine qui m’a inscrit dans un concours, « Le Printemps du Rire » à Toulouse. Je suis arrivé finaliste, je n’ai pas gagné mais ça m’a donné l’envie d’écrire, mais en dilettante, sans jamais penser en faire un métier.
Mais écrire était quand même dans l’idée de jouer ?
Non, c’était d’abord pour le plaisir, faire rire les copains mais aussi bien sûr, monter sur scène sans jamais penser pouvoir en vivre un jour. C’est un milieu où il n’y a pas de garantie de succès. Les places sont chères. En plus, j’étais très bien à Air France, c’était un métier que j’adorais, j’avais une bonne situation, je gagnais bien ma vie. Je ne me voyais pas tout remettre en cause.
Ce sont les hasards de la vie, l’importance que les choses ont prises. J’ai dû choisir. Et j’ai choisi d’entrer dans le grand bain !

Tout a suivi : la télé, le théâtre, le cinéma… De belles rencontres…
Oui, j’ai fait de très belles rencontres, de Dany Boon à Stéphane Plaza en passant par tous les gens que j’ai pu connaître aux « Grosses Têtes » ou à la télé.
Tu as beaucoup de projets ?
Oui, j’ai envie d’essayer plein de choses. Par contre, je suis mono-tâches : je ne sais pas faire plusieurs choses à la fois. Donc, aujourd’hui c’est ce nouveau spectacle, cette tournée-test, Paris puis une grande tournée. Il n’y a pas de place dans ma tête pour faire plusieurs choses à la fois !
Tu es un vrai ch’ti donc il était évident que tu rencontres Dany Boon ?
Oui, je suis de Maubeuge ! Quant à Dany, c’est Laurent Ruquier qui me l’a présenté aux « Grosses têtes ». Il préparait un film, « La chtite » famille », le contact s’est bien passé et aussitôt il m’a proposé un rôle dans son film… Il l’a rajouté pour moi, il a fait un essai… Et il a gardé la scène !
Et le théâtre, avec entre autre Stéphane Plaza pour la pièce « Un couple magique ».
Grâce encore à Laurent Ruquier qui a écrit la pièce. Ça a été très dense et couronné de succès  puisqu’on a rempli des Zéniths. 293 représentations sur un an de tournée ! C’était énorme… et épuisant ! Surtout que les producteurs ne se rendent pas compte de ce qu’ils nous font endurer, un jour à Marseille, le lendemain à Nantes, pour revenir à Toulon ou à Colmar. Il n’y a pas de logique. Heureusement qu’on s’aimait et qu’on s’entendait bien !
Alors, cette mini-tournée ?
Une tournée de rodage en quelque sorte. C’est un spectacle que j’ai écrit et que je teste avec le public. Je vois comment il réagit, ce qui lui plaît ou pas. Du fait de jouer dans de petites salles, j’ai un rapport direct avec lui, je parle avec lui. Ça me donne des fulgurances, c’est créatif. Chaque soir je filme le spectacle. Le lendemain matin je le visionne, je corrige, je rajoute, j’enlève, je réécris. La matière est posée mais je construis de jour en jour. J’ai déjà changé plein de choses, le spectacle a déjà beaucoup bougé. Ce qui me touche c’est que les gens m’écoutent, me parlent. De descends dans la salle. Il me semble qu’aujourd’hui je fais partie de la famille, une famille qui s’agrandit. Il y a aussi une certaine pression car ce n’est pas parce que ça a marché une fois que ça va encore marcher.



Y a-t-il des gens qui t’ont marqué dans ce métier ?
Il y en a beaucoup comme par exemple Pierre Bénichou qui m’a beaucoup impressionné. On a eu du mal au départ à s’apprivoiser car on venait de deux milieux différents. Mais j’ai eu la chance de rencontrer des gens que j’admirais lorsque j’étais plus jeune. Jamais alors je n’aurais pensé à les rencontrer, travailler avec eux. Muriel Rubin avec qui j’ai collaboré, jamais je n’aurais pensé que ça puisse arriver un jour. Mais je suis resté ce gamin admiratif qui se dit aujourd’hui : « Tu te rends compte avec qui tu parles ? »
Tu as aussi écrit un livre « Le carnet de vol de Jeanfi »
Oui mais c’est surtout, comme son nom l’indique, des anecdotes que j’ai vécu durant mes voyages.
Y aura-t-il une suite ?
Je ne pense pas. S’il y a une prochaine fois, ce sera plutôt une sorte de biographie, mon parcours, mes rêves, ce qui s’est passé dans ma vie…
Il y a donc bientôt Paris ?
Oui, ce sera au Point-Virgule, à partir du 18 janvier, dans la grande salle. C’est là que tout a commencé. Pour moi ça a un côté affectif car je me sens bien dans cette salle. Il y a aussi un côté familial. C’est un peu comme à la maison. C’est pour quatre mois, quatre fois par semaine. Et puis il y aura la tournée avec de grandes salles de 1550 à 3000 personnes. » Et l’on a déjà rendez-vous sur la tournée !
En attendant, il a du taf  notre « vieux » comédien et dans dix jours… Joyeux anniversaire au quinquagénaire !!!
Jacques Brachet
Photos Alain Lafon

Marseille – Théâtre Toursky
Richard MARTIN nous aquittés mais l’aventure continue


Il nous a quittés le 16 octobre, suite à une longue maladie.
Richard Martin était un homme on ne peut plus chaleureux, sympathique et passionné. Une grande gueule au cœur tendre.
Comédien et directeur du théâtre Toursky c’était un homme volubile, plein d’humanité dont la passion pour la culture, le théâtre et les gens était sans bornes. Il a passé sa vie à se battre pour eux et entre autres pour ce théâtre qu’il a créé voici plus de cinquante ans, il n’a jamais baissé les bras, il a su élever la voix malgré les coups bas, les baisses de subventions quand ce n’était pas leur suppression pures et simples pour des excuses fallacieuses.
Bref, Richard a toujours été un battant jusqu’à faire des grèves de la faim pour sauver ce superbe espace de culture et de convivialité qui possède trois salles de spectacles et des tas de petits lieux intimes où l’on peut se rencontrer, discuter, boire un coup ou manger. Un vrai lieu de vie qui était à son image.
Son histoire est une véritable épopée qu’il m’a un jour racontée avec humour, tendresse, amour et émotion… Et surtout une volubilité qu’on avait du mal à endiguer !
«C’est vrai – me disait-il dans un de ces petits coins de prédilection en toute intimité – que c’est une longue histoire qui commence à Nice où je suis né, qui continue à Paris pour aboutir à Marseille que je n’ai plus quittée, qui est devenue ma ville, mon pays.
Au départ, mon destin était d’être peintre. A 15 ans je voulais peindre mais au vu des résultats, j’ai très vite compris qu’il fallait prendre un autre chemin. Étant un homme très excessif, j’ai tout laissé tomber et j’ai donc décidé de faire du théâtre. Et comme j’étais un jeune con, (Heureusement la pierre s’est taillée depuis !) je décidai qu’il n’y avait qu’à Paris qu’on pouvait faire le saltimbanque.

Mon père avait fini par dire oui alors que j’avais 18 ans et que la majorité était à 21. Il pensait qu’en étant d’accord, je reviendrais vite au bercail ! Mais j’ai résisté, physiquement et moralement, j’ai commencé par être cascadeur. Le train, les voitures, les chevaux, les ailes d’un moulin, les sauts du haut d’une tour, j’ai été raseteur… J’ai tout fait, j’étais fou. Puis j’ai rencontré Robert Lamoureux, Robert Murzeau, alors de grands comédiens. Murzeau était un vrai humaniste qui m’a beaucoup aidé.
J’ai très vite travaillé dans le théâtre de boulevard. Sans être célèbre je gagnais bien ma vie, surtout que je n’avais pas fait de conservatoire. Mais j’ai très vite compris que c’était une situation de facilité car ce n’était pas le théâtre «sensible» que j’avais envie de faire.
Je l’ai donc quitté pour passer sur la rive gauche où j’ai découvert ce théâtre, même s’il était loin d’être aussi populaire et s’il fallait ramer pour travailler. J’ai même couché sous les ponts !
C’était à quelle époque ?
On n’était pas loin de mai 68 et bien évidemment j’y ai participé. On a occupé l’Odéon où comme les autres, j’ai fait de la résistance «poétique», où j’ai découvert la fraternité… Mais aussi bon nombre de comédiens qui prônaient des convictions qui n’étaient pas les leurs… et qu’ils ont vite abandonnées dès les événements passés !
Mais j’ai compris qu’il fallait que je me batte pour que le théâtre soit pour tout le monde et non pas, comme je le voyais, simplement pour «des privilégiés». Mots que j’ai d’ailleurs retrouvés à Marseille plus tard.

Marseille, justement… Le Toursky
Un jour, dans le quartier de la Belle de Mai, je découvre une sorte de hangar désaffecté et j’ai tout de suite vu ce que je pouvais en faire. Je suis allé voir Gaston Defferre alors maire de Marseille, qui a accepté de me le confier. Il y avait du travail et j’investissais tout ce que je gagnais comme comédien dans ce lieu que j’avais fait insonoriser avec 5000 boîtes d’œufs !
Le jour de l’inauguration un grand poète est mort  Alexandre Toursky. Le soir même j’apposais son nom sur le théâtre.
Savais-tu alors ce que tu voulais en faire ?
Oui. Je voulais travailler avec tous les pays de Méditerranée, proposer du vrai théâtre, de la vraie poésie, de la vraie chanson française. Un copain m’a alors présenté Léo Ferré. De ce jour on ne s’est plus quitté, il a été en quelque sorte le parrain du théâtre où il est venu souvent et où nous avons créé «L’opéra des rats». Sont alors venus Nougaro, Moustaki, Barbara et quelques autres.
Mon objectif aussi était de faire un haut lieu de la culture dans le quartier le plus misérable de Marseille et lui redonner une virginité.
Ça ne s’est pas fait sans mal mais ça va faire 50 ans l’an prochain que ça existe et que ça perdure. C’est devenu un lieu populaire, une belle aventure humaine, théâtrale, citoyenne, un lieu ouvert à tous à qui on propose des spectacles, de la danse, du théâtre, de la musique, des expos, des ateliers, des conférences, des rencontre et même un festival russe qui fête ses 25 ans et est devenu le plus important d’Europe. Nous travaillons avec tous les pays de Méditerranée et le Toursky rayonne partout à travers cette aventure. Nous réunissons quelque 70.000 spectateurs par an.

Mais ça n’a pas été un long fleuve tranquille…
Jamais, même aujourd’hui où je viens encore de faire une grève de la faim pour que la ville me redonne notre subvention. Tout le temps tout est remis en question parce que je gêne certainement quelques personnes. Mais c’est un lieu de culture et de fraternité qui a vu passer tous les artistes du monde. Mon travail est de rester un donneur d’alarme»

Ce jour-là nus nous sommes quittés en nous claquant trois bises. Surpris je lui demande pourquoi, moi qui, Ardéchois en ai l’habitude… Réponse claire : « Liberté, égalité, fraternité » !
De la fraternité, il y en a eu beaucoup ce jour-là… Et plein d’autres jours !
Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier

Frédéric ANDRAU : Un comédien guidé par le hasard


1987. Frédéric Andrau va jouer « par hasard » son premier rôle au Revest. Il sera Roméo dans Roméo et Juliette » de Shakespeare.
De ce jour il n’arrêtera pas entre théâtre, cinéma, télévision, mise en scène…
C’est cette année-là que nous nous sommes connus car je connaissais déjà sa maman qui œuvrait pour Amnesty International.
J’ai donc suivi sa carrière qui pourtant n’avait pas débuté à Toulon mais… à Budapest !
Eh oui, moi qui connaissais tout de lui, j’étais sûr que c’était un Toulonnais pure souche !
Il rit de cette découverte alors qu’il répète à l’Espace Comédia, où il a souvent joué, la pièce de Diastème « Geli » en compagnie de la belle Alienor de la Gorce.

« C’est – me confie-t-il – une pièce que j’ai jouée au festival d’Avignon. Geli était la nièce d’Hitler, qui s’est officiellement suicidée en 1931.Un auteur va essayer d’élucider ce mystère et se met à parler avec elle. Il fouille toutes les pistes avec elle, chacun va apporter quelque chose à l’autre. Lui va la faire exister, elle va l’accompagner.  En essayant de comprendre, il va comprendre des choses sur lui. C’est le directeur du Comédia André Neyton qui a voulu que je vienne jouer cette pièce chez lui. André qui est un ami, un fidèle et qui m’a accompagné sur plusieurs projets. Ici, je me sens chez moi. Puis nous reprendrons la pièce à la Manufacture des Abesses à Paris fin novembre »
C’est donc avec plaisir que je retrouve l’ami Fred dans ce théâtre où depuis des décennies, nous avons vécu et nous vivons toujours de bons moments.
Mais avant tout je veux découvrir les lieux de son enfance. Ce qui le fait rire.

« En fait je suis né en Allemagne, mon père était coopérant et professeur. Puis nous sommes partis en Tunisie, au Maroc et sommes restés sept ans à Budapest. C’est là que j’ai vécu ma première expérience cinématographique.
Raconte …
J’avais dix ans, le réalisateur Gazdaz Gyula tournait un film « Soyez les bienvenus » avec Laszlo Szabo, Bernadette et Pauline Laffont. Quelqu’un est venu à l’école demandant qui serait intéressé pour tourner dans un film. Spontanément j’ai dit « Moi ! ». Ça a été un hasard et surtout le moyen de sortir de l’école ! Je trouvais ça rigolo.
Tu avais déjà cette envie de jouer ?
Pas du tout ! J’étais très branché informatique, sciences physiques, maths… Et je voulais faire des études de commerce.
Et le théâtre alors ?
Je faisais des ateliers de théâtre et c’est à Toulon, où nous sommes venus juste après le tournage, que j’ai rencontré Jeanne Mathis qui faisait partie d’une compagnie « L’insolite traversée ». Ça a été le déclencheur : j’ai revendu mes ordis et j’ai décidé de faire du théâtre.
Et alors ?
Je me suis inscrit aux ateliers de Parvis Khazraï, puis au conservatoire de Toulon… où je n’ai pas fait long feu. Puis j’ai couru dans les pattes de Chateauvallon !  (Où il est venu quelques années plus tard jouer « Electre » de Sophocle avec Jane Birkin en 2006 – NDLA). J’avais une amie homonyme, Frédérique Andrau à qui je donnais des cours de math et de physique. Elle connaissait Cyril Grosse qui travaillait au théâtre du Revest et avait la compagnie « L’insolite traversée ». Hasard encore, je suis allé, sur son invitation, voir les répétitions de « Roméo et Juliette ». Il m’a proposé d’y jouer Benvolio. Puis il m’a demandé de jouer Roméo. C’est avec eux que j’ai vécu un moment le plus fort.
Il y a aussi la rencontre avec Diastème où, pour la seconde fois, j’ai eu cette sensation.

Comment s’est passée la rencontre ?
Encore par hasard ! Je passe un essai pour un de ses courts métrages qui, au départ, devait devenir un long métrage mais qui ne s’est pas fait. Il s’appelait « Même pas mal ». Alors il m’a proposé de jouer dans « La nuit du thermomètre ». Depuis, nous travaillons ensemble.
Combien as-tu fait de pièces avec lui ?
Beaucoup et des films aussi !
A propos, cinéma, télé ont suivi…
Le cinéma m’a fait beaucoup voyager en Corée, en Lituanie, en Suisse, en Irlande, en Inde. Ce sont de belles histoires, de beaux souvenirs. A la télé, j’ai fait quelques séries, j’ai aussi joué dans « Clémenceau », « La malédiction du lys, « L’accident »…
Qu’est-ce qui te plait dans le fait de jouer ?
De m’approprier des histoires qui ne sont pas les miennes, découvrir d’autres façons de penser, passer par un autre prisme que le mien, être en immersion dans un autre univers que le mien. Et au théâtre surtout, d’avoir le public en face. J’adore aussi faire de la mise en scène, construire un monde magique.
Tu as aussi mis en scène des opéras… Hasard encore ?
Oui ! Claude-Henri Bonnet, qui était alors le directeur de l’Opéra de Toulon, vient me voir jouer au Comédia « Un visible Théo » de Renaud le Bas. Il a été bouleversé. Il me propose alors de venir visiter l’Opéra. Ce jour-là soixante choristes répétaient sur scène. J’ai trouvé ça d’autant plus fabuleux qu’aujourd’hui on est souvent deux sur scène sans décor ! Il m’a alors proposé de mettre en scène un opéra. Je n’ai pas réfléchi, j’ai dit tout de suite oui, il m’a alors montré cinq opéras et m’a dit de choisir. J’ai choisi « L’enfance du Christ » un oratorio. Travailler avec un chœur a été quelque chose de fabuleux. Puis j’ai mis en scène « Lohengrin » et « Jules César ».

Alors, aujourd’hui, quel chemins prends-tu ?
J’ai joué « La malédiction du lys » de Philippe Niang qui est passé il y a quelques semaines à la télé. J’ai fait une petite participation dont je suis très fier dans le film de Vanessa Filho « Le consentement ». Nous nous étions connus sur « La paix dans le monde » de Diastème. J’ai participé à une série sur Coco Chanel « The New Look » avec Juliette Binoche. Je vais faire une tournée théâtrale avec « La brève liaison de maman » avec Francine Bergé que j’adore et qui joue ma mère.
Je vais aussi faire une tournée avec la pièce « Marion, 13 ans pour toujours » d’après le superbe roman de Nora Fraisse que j’ai mis en scène et qu’on a joué au festival d’Avignon. A chaque étape il y a des ateliers,  je vais dans une école pour parler du harcèlement scolaire car c’est un sujet important que notre pays ne considère pas assez et à qui on ne donne pas assez de moyens. Je rencontre beaucoup de jeunes et ce sont des rencontres très constructives.
Après ça… A quand des vacances à Toulon ?
 Il rit). Mais j’y suis !
Pour trois jours que tu passes au Comédia !
C’est toujours ça ! »


Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier

Sanary – Théâtre Galli : Zize se dédouble !


Zize du Panier est, ce qu’on appelle chez nous « Une cagole » qui fut en son temps Miss Marseille. Une femme à la voix qui porte, à l’accent à couper au couteau, un brin caractérielle, à l’humour corrosif n’épargnant personne.
Avec tous ses « atouts », elle est devenue une star : la Grâce Kelly de Marseille… Une lady loin d’être Gaga… Rien que ça !
Aujourd’hui elle fait des tournées internationales, plus dans le Midi qu’ailleurs et malgré tout cela, elle  est une femme seule, à peine divorcée, qui subit en plus, depuis quatre ans, son règlement climatique et biologique.
Du coup, elle cherche un majordome pour s’occuper d’elle et lui tenir compagnie.
Comme sorti d’une boîte, car elle n’a même pas eu le temps de poser une annonce, se présente Jacob, un brin farfelu, fan de la diva et qui profite qu’elle est en tournée pour prendre sa place, ses affaires, ses vêtements. Son rêve : devenir son sosie (en marseillais son sôsy !)

Ce qui met Zize, de retour de tournée, dans une rage folle, hallucinée de voir Jacob dans ses propres robes, dans lesquelles elle ne peut plus rentrer. Et du coup, appelle son producteur avec son téléphone à reconnaissance… anale !
De là, crises de colère, discussions à n’en plus finir, disputes « avé l’assent »… et beaucoup de crises de fous-rires qui ne sont pas dans le texte !
Cette pièce burlesque et truffée d’humour est signée Thierry Wilson… qui n’est autre que Zize dans la vraie vie. Alors qu’elle nous avait habitués à des « seule en scène », la voici encombrée d’un jacob dont elle pense qu’il a « un dérèglement de la fougasse » !
Jacob, c’est Didier Constant, personnage truculent qu’on a pu voir dans des choses plus sérieuses : Guitry, Pagnol, Feydeau, Beaumarchais et quelques grands noms du théâtre. Il a sévi au cinéma, dans des séries TV et là, il trouve un rôle incroyable de folie, d’énergie et forme avec notre Zize un duo digne de « La cage aux folles » où les répliques cinglent, pétillent d’humour et de jeux de mots quelquefois limite licencieux mais tellement drôles !

Tous deux se sont bien trouvés et le théâtre plein à craquer a ri et applaudi à tout rompre.
A noter que les costumes extravagants sont signés Mine Vergès, une grande parmi les grandes qui, depuis  60 ans, habille et déshabille tous les artistes du Moulin Rouge, mais aussi les artistes des shows Carpentier, Dalida, Nana Mouskouri, Mylène Farmer, Juliette Gréco, Line Renaud,  Joséphine Baker, Barbara dont j’ai eu la chance de découvrir la dernière robe qu’elle lui avait confectionné pour une rentrée qui n’a hélas pu se faire. Une très grande dame avec qui j’ai passé une journée de rêve au milieu de ses créations.
Et là, pour nos deux stars, elle leur a offert entre autre un costume de drag-queens incroyables. Qui ajoute au succès de ce nouveau spectacle drôle et chatoyant.
Didier et Thierry ont eu la gentillesse de nous recevoir avant le spectacle pour une petite séance photos, malgré un trac incroyable, le spectacle étant encore tout neuf et le trac était omniprésent.
Que vous dire de plus sinon que l’on a passé une soirée inoubliable.


Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier

Ghislaine LESEPT, alias Gigi…
Du rire jusqu’au bout des cheveux !


Ghislaine Lesept est un phénomène, une boule d’énergie et de gouaille provençale, avec de l’humour à revendre, ce qui prouve qu’on peut être belle et faire rire les gens.
Elle m’a toujours fait rire, ce qui n’empêche pas d’avoir ensemble des conversations sérieuses mais surtout amicales.
Elle vient à peine de terminer la tournée « Route 83 » qu’elle enchaîne déjà sur d’autres spectacles ! Et la voilà dans ce lieu magique qu’est Clairval à Carqueiranne où elle chauffé à bloc un amphi plein à craquer. Et on avait besoin de chaleur car, malgré la fin août, il faisait frisquet !
Arrivée vers 17 heures, elle va tout étudier du lieu, se faire du soucis pour le vent qui pourrait faire tomber les décors et surtout répéter, avec un débit de mitraillette, le spectacle du soir : « Gigi vous décape la tignasse ».
Le public aussi, elle l’a décapé, avec une voix tonitruante, un à-propos incroyable, même lorsque la sono fait des siennes et qu’elle retourne la situation devant un public hilare  Même lorsqu’elle prend des gens dans le public qui au départ se méfient mais qui très vite entrent dans le jeu !
Mais avant le spectacle, on se retrouve dans l’intimité de la loge pour faire un peu le point car depuis le covid on ne s’était pas revu.

« Gigi, tu viens de terminer une longue tournée avec « La route 83 »…
En fait, pas si longue que ça ! Longue dans la durée puisque ça s’est passé sur deux mois mais avec seulement 12dates alors qu’avant, ce genre de tournées en faisait 40. Manque d’argent des mairies ?  Public qui a changé ses habitudes ? Malgré tout, tout s’est très bien passé pour moi.
Mais tu n’as pas perdu de temps puisque tu es déjà sur scène !
Oui, j’ai repris ce spectacle que j’ai joué en tournée un peu tronqué. Du coup c’est pour ça que tu m’as vu répéter d’un bout à l’autre pour me le remémorer, me le remettre en bouche. Je le reprendrai aussi au Théâtre de la Porte d’Italie le vendredi 23 octobre, ainsi que « Noces de rouille, les débuts de l’embrouille » les 29 et 30 décembre. Avec aussi d’autres dates car on continue à me les demander.
Et puis, entretemps j’ai écrit un nouveau spectacle que je jouerai, toujours à la Porte d’Italie, du 17 au 19 novembre.
Parle-moi de ce spectacle.

Il s’intitule « Fromage de chèvre sauce thaï ». Je ne l’ai joué que trois fois au mois de juin et ça été un gros succès. D’habitude je joue avec Fabrice Schewingrober, mon éternel Jeannot marchand d’olive, qui joue mon mari. Mais là je vais jouer avec Mickaël Coinsin qui sera mon fils.

Qui est-il ?
J’ai connu Mickaël à travers les spectacles qu’il est venu jouer au Théâtre de la Porte d’Italie.  Je l’ai remarqué car il est un excellent comédien qui possède un vrai sens du comique et un sens du rythme incroyables. Plusieurs fois je me suis dit « J’aimerais jouer avec lui ». J’ai fini par lui demander si ça l’intéresserait. Il me répond qu’il a vu et aimé tous mes spectacles et qu’il rêve de jouer avec moi. Tu parles que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd !
Un jour je l’appelle et je lui demande s’il aimerait être mon fils. Je savais qu’il jouait dans plusieurs compagnies mais il me répond : « Si tu veux de moi, j’arrête tout et je viens ! »
Je me suis empressée de lui envoyer le texte qu’il a adoré  en me disant que c’était le rôle de sa vie. Il avait tout compris de ce que je voulais faire passer. Et on l’a créée au Colbert à Toulon. A la fin du spectacle, la directrice me dit « J’étais très émue, ça m’a fait penser à « Jean de Florette ». Tu imagines comme j’étais heureuse !
« Jean de Florette », c’est un beau compliment mais ce n’est pas que comique !
C’est exactement le cas de cette pièce…
Raconte.
Je dois partir en Thaïlande avec Jeannot, mon mari mais il a une crise d’hémorroïdes et doit entrer en clinique. Du coup je pars avec mon plus jeune fils. Mais tout au long du voyage il me dit « J’ai quelque chose à te dire ». Il est un peu « ensuqué » et s’est toujours senti inférieur à son frère qui réussit tout. Il se dénigre tout le temps.
Il finit par m’annoncer qu’il ne veut plus travailler avec nous au magasin d’olives mais qu’il veut devenir chevrier… avec un certain Momo. Je comprends qu’il m’avoue en même temps être homo. Et là, il y a un passage entre nous où il se sent coupable, où il a peur de nous faire de la peine ou de nous mettre en colère. Je lui explique que les parents veulent avant tout le bonheur de leurs enfants et que si c’est sa vie, il faut qu’il la vive.
Il y a un tel moment d’émotion que l’on finit en larmes… Avant que ça reparte sur le rire !
Et tu sais ce qu’un spectateur m’a dit : « C’est du Pagnol du XXIème siècle » !!!

Ça va pour toi ??
Très bien ! Et on va partir avec la pièce.
Et tu continues la programmation de la Porte d’Italie ?
Oui, je le fais toujours mais moins qu’avant car je ne peux pas tout faire. Tu sais que l’an dernier j’ai fait 103 dates. C’est presque trop car lorsque tu n’es pas au bureau pour trouver des contrats, tu es sur scène, tu es sur la route…  Toulon-Compiègne, ça en fait des kilomètres !
Tu n’as pas un producteur ou un tourneur ?
Écoute, j’ai rencontré deux producteurs l’an dernier à Avignon. Mais quand j’ai vu ce qu’ils prenaient par rapport à ce qu’ils me proposaient, il me semblait que j’allais faire la p…e !
Ils sont juste là pour remplir leurs propres poches et pas pour te faire plaisir. J’aurais dû travailler pour un bol de riz !
Finalement, je préfère travailler seule même si c’est plus difficile et si j’en fais moins. Mais d’abord, aujourd’hui, les théâtres me font confiance et prennent mes spectacles et surtout je suis libre de travailler en toute connaissance de cause.
Je ne suis à la botte de personne ! »

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier