Toulon – Fête du Livre
David LELAIT-Helo dans l’intimité de la reine d’Angleterre

1

Paul Scarborough est un garçon timide, timoré, sans ambition réelle, que sa femme a quitté et qui vit à Londres chez sa mère.
Sans boulot, il boit plus qu’il ne devrait et vit un peu comme un zombie.
Jusqu’au jour où il entend à la radio que le Brexit a été voté. Tout à coup le voilà qui se réveille, qu’il s’énerve pour la toute première fois et qu’il prend une décision, ce qu’il n’a jamais fait de sa vie : il décide d’aller rendre visite à la reine d’Angleterre.
Il semble qu’on ne puisse approcher facilement sa majesté, cloîtrée dans son immense palais de Buckingham mais, aujourd’hui il ose et est prêt à toutes les tentatives pour l’approcher.
En fait, ce ne sera pas si difficile, profitant d’un jour de visite du palais, il se laisse enfermer dans ce lieu immense où, quand vient la nuit, il arpente couloirs et escaliers pour trouver la chambre de la reine… qu’il trouve, s’y introduit et découvre la reine endormie.
La reine se réveille et, à peine surprise de cette intrusion, contre toute attente, elle commence à discuter avec Paul, le trouvant sympathique et la faisant sortir de son ordinaire. Et voilà que tout étonné, il va converser toute la nuit avec elle.
David Lelait-Helo nous offre avec ce roman «Un oiseau de nuit à Buckingham» (Editions Anne Carrière), un conte original, surréaliste plein de fantaisie, d’humour et d’émotion mêlés et lui qui est habitué à écrire des biographies, il nous raconte habilement une situation improbable et nous fait découvrir la reine comme on n’aurait jamais pu l’imaginer, qui, si elle n’était pas ce qu’elle était, aurait pu être une ménagère lambda, qu’on découvre en chemise de nuit liberty, qui n’en peut plus de s’ennuyer, de se geler dans cet immense vaisseau.
Ayant trouvé cet être simple et naïf, elle va se confier comme jamais elle ne l’a fait, lui raconter des bouts de sa vie passée à faire quelque chose dont elle ne rêvait pas : être reine, une vie pas si rose que ça, pas idéale du tout, qu’elle subit par la force des choses.
C’est à la fois drôle et émouvant, même si David extrapole un peu, n’étant pas dans l’intimité de la reine ! (Enfin, je le pense que si c’était le cas, il m’en aurait parlé !) C’est aussi une réflexion sur la liberté, cette liberté qu’en fait elle n’a jamais connue, sur la destinée, la sienne n’ayant pas été choisie «of course» et l’on suit donc ce dialogue avec délice et curiosité.
C’est à la Fête du Livre que je retrouve cet ami chaleureux qui est à la fois journaliste, biographe, auteur de chansons et de romans et de recueil de sagesse.

David, la reine d’Angleterre pour héroïne… Gonflé, non ?
Ça fait écho à un fait divers qui s’est passé en 82, où un homme s’était introduit dans la chambre de la reine. Bien entendu il n’y est pas resté longtemps car il a très vite été interpellé.
J’avais trouvé ça incroyable mais j’étais aussi déçu qu’on l’ait arrêté tout de suite. Et je me suis alors posé la question : que ce serait-il passé s’il avait pu y rester plus longtemps ?
A partir de là j’ai commencé à penser à ce face à face et j’ai imaginé un dialogue entre eux.
Au départ, je voulais en faire une pièce de théâtre et j’avais pensé à Line Renaud pour jouer la reine. Mais à 90 ans passés elle ne se voyait pas remonter sur scène. Du coup, j’en ai fait un roman !
Qui pourrait toujours devenir une pièce de théâtre ?
Oui, bien sûr car c’est très dialogué mais à part Line, je ne vois pas qui pourrait endosser ce rôle. S’il me vient une idée, pourquoi pas ?
Il y a beaucoup de descriptions du palais de Buckingham et beaucoup de choses que tu fais dire à la reine. Je suppose que tu as étudié la question à fond. Est-ce que tout est exact ?
Tout est exact sauf le ressort dramatique que j’ai bien sûr inventé. J’ai lu une dizaine de livres, de bios, beaucoup de témoignages de ses proches, de ses majordomes. Mais bien sûr, ce n’est pas une biographie ni un documentaire sur la reine. C’est une rencontre que j’ai inventé sur des faits réels. Lorsque le prince l’appelle «ma saucisse», je ne l’ai pas inventé ! Toutes les anecdotes sont vraies.

2 3

Et la chemise de nuit Liberty ?
C’est plausible, non ? Je ne l’imagine pas avec des déshabillés ou des dessous rouges par exemple ! C’est aujourd’hui une vieille dame et même jeune, je ne pense pas qu’elle ait pu porter des dessous affriolants !
Le ton est à la fois plein d’humour mais il y a aussi de jolis moments d’émotion.
Oui car je pense que la reine a beaucoup d’humour et c’est en fait une rencontre pleine de tendresse avec Paul. De plus, ce livre sort comme par hasard au moment où sort aussi la série télé «The crown» car aujourd’hui, la reine a retrouvé sa popularité un peu perdue avec les événements que l’on sait. La revoilà au-devant de la scène et il y a un nouvel attrait pour elle. C’est certainement dû à ce qu’elle est une vieille dame. Après avoir été ringardisée, elle est devenue une icône. C’est souvent le cas pour des personnalités qui, en, vieillissant ou en mourant, sont portées au nues. Regarde Line, Annie Cordy, Dalida…
C’est pareil pour la reine et lorsqu’elle disparaîtra, ce sera un grand choc et pas seulement pour son peuple. Aujourd’hui elle est passée à la postérité.
Envisages-tu de lui envoyer le livre ?
C’est drôle que tu me poses cette question qui m’a aussi été posée par une dame à la Fête du Livre de Toulon. Je ne l’avais pas envisagé mais pourquoi pas ?
Je pense qu’elle a assez d’humour et de recul pour livre ce livre, d’autant qu’elle lit très bien le français. Je ne vois rien qui puisse la choquer car le roman l’humanise et j’y ai mis beaucoup de tendresse.
C’est presque une psychanalyse que tu lui fais subir !
C’est vrai, d’abord parce qu’elle se confie à un inconnu, ce qui n’a jamais dû lui arriver car elle est enfermée dans sa fonction, dans sa posture. Elle est verrouillée et n’a pas le droit de s’épancher. Ce qui exclut toute pensée personnelle dite à haute voix…  «Never explain, never complain», ça dit bien ce que ça veut dire car elle n’a pas le droit, hélas, de s’exprimer sur ses sentiments, la couronne est lourde à porter, elle ne peut jamais se permettre d’osciller. Elle ne peut s’exprimer que par symboles.
Tu lui fais d’ailleurs dire : «A quoi je sers ?»
Oui car elle doit souvent se poser cette question. Elle incarne quelque chose d’énorme mais elle a les mains liées, elle n’a pas le droit de s’exprimer, ce n’est pas elle qui décide. C’est ce qui la rend émouvante, d’autant que, au contraire de sa sœur, ce n’est pas la vie qu’elle avait choisie de vivre. Elle l’a vécue par la force des choses, par devoir, par amour pour son père. Mais il lui a toujours manqué la liberté qu’elle aurait voulu avoir.
En face d’elle, Paul, qui est l’antithèse de la reine !
Il est totalement à l’opposé ! Et lui qui pense avoir tout raté dans sa vie, qui l’envie, ne comprend pas qu’elle se plaigne car il lui semble qu’elle a tout pour être heureuse. Elle va le persuader que c’est lui qui a tout : la jeunesse, la liberté, le droit de choisir sa vie… Tout ce qu’elle n’a jamais pu avoir. Elle a renoncé à beaucoup de choses.
Cette rencontre aura pour résultat que la reine aura pu parler pour une fois à cœur ouvert et que Paul verra la vie différemment »

Propos recueillis par Jacques Brachet

La Seyne-sur-Mer – Villa Tamaris :
Alun Williams : « Lux Fecit »

1

En ce novembre pluvieux, en présence de nombreuses personnalités, la Directrice de la Villa Tamaris, Isabelle Bourgeois, présenta Alun Williams, artiste peintre qu’elle connaît bien puisqu’elle l’avait déjà exposé il y a quelques années à la Galerie Le Moulin  à La Valette, et qu’il était également venu à La Tête d’Obsidienne à La Seyne sur Mer.
Isabelle Bourgeois rappela que cette exposition était le fruit d’une résidence d’un mois de l’artiste, qui travailla jusqu’à 14-15h par jour. Elle nous dit comment Alun williams s’était emparé du lieu et de son histoire pour créer in situ ce « Lux Fecit ». Elle reprit succinctement la genèse de cette villa dont le nom complet était Villa Tamaris-Pacha, du nom de son constructeur, Michel Pacha*.
Celui-ci fut le bâtisseur des phares et balises en méditerranée et sur le Bosphore pour l’Empire Ottoman. Il eut trois épouses Augustine, Marie Rose et Amélie et une fille Elodie, toutes choses qui vont servir d’éléments picturaux à Alun Williams.
La Villa Tamaris-Pacha qui resta inachevée jusqu’en 1991 fut réhabilitée et transformée en Centre d’Art en 1995. Depuis, elle a acquis une renommée nationale et internationale.
Ensuite Alun Williams donna quelques clés de son œuvre. Tout d’abord le titre « Lux Fecit » qui veut dire à peu près « Il a fait la lumière, ou bien ce que la lumière fait », d’où son emploi des phares et de la lumière méditerranéenne comme thèmes de base, ainsi que des personnages de la famille de Michel Pacha (cités plus haut) et de sa rencontre avec Jules Verne.
D’autre part cette exposition s’inscrit dans le cadre de la réouverture du Musée de Toulon avec l’exposition « Picasso et le paysage méditerranéen », thème qui va aussi servir d’expressions à Alun Williams.
A l’issue de la présentation, par choix du peintre, un comédien lut « Les phares », poème de Charles Baudelaire tout à fait de circonstance puisque Baudelaire y dépeint le style de quelques peintres majeurs de l’histoire de l’art. C’est aussi l’ouverture à la visite car de nombreux peintres sont cités dans les tableaux d’Alun Williams: Picasso, Matisse, Boudin, Manet, Ingres, Moreau, Signac, Magritte, d’Ursule, de Staël, Rothko, Morandi, De Chirico, Tiepolo… Il est facile de les reconnaître au fil des toiles. Le peintre s’est exprimé avec une maîtrise parfaite dans sa réappropriation des styles et à l’aide de citations de certaines des œuvres de ces peintres.

2 3

La facture de ceux-ci se retrouve magnifiquement interprétée, majoritairement pour les phares, sur des sortes de fresques, toiles de jutes déployées comme une pellicule de film sur les murs des grandes salles. Voyages dans la peinture et autour de la Méditerranée.
Si la peinture est d‘abord lumière, Alun Williams en fait la démonstration triomphante. Cette « lux » sort de la peinture pour éblouir l’œil du regardeur. Le dessin peut être très précis en écho à une nature impressionniste, tel « Aux visionnaires modernes : la rencontre de Jules Verne et de Michel Pacha. ». Ou bien un décor très précis pour entourer des personnages matissiens comme cet « Hommage à la ténacité des femmes : Marie Rose, Amélie et Elodie Michel ». Un humour léger baigne toutes les œuvres, ce qui rend leur appréhension encore plus jubilatoire.
Les peintures d’Alun Williams sont belles, accessibles au premier coup d’œil, puis lentement on se laisse glisser à l’intérieur, et comme l’écrit Baudelaire : « …C’est un phare allumé sur mille citadelles… ». Ce sont les phares de la peinture qui nous éclairent.
Pour que « Lux Fecit », que la lumière fasse,  il a fallu d’abord que « Fiat lux et facta est lux », Que la lumière soit et la lumière fut ; et c’est ainsi que la peinture d’Alun Williams donne ses lumières.
Serge Baudot

4

Villa Tamaris Centre d’Art – 295 avenue de la Grande Maison – 83500 La Seyne sur Mer. Tel : 04 94 06 84 00 – www.villatamaris.fr
*Marius Michel, comte Michel de Pierredon, dit Michel Pacha (1819-1907) qui fut d’abord capitaine au long-cours, puis vice-amiral sous Napoléon III avant de devenir le bâtisseur des phares et balises en méditerranée et au Bosphore pour l’empire Ottoman (d’où ce nom de Pacha). Né à Sanary sur Mer il se retire à La Seyne sur Mer où il est mort. Il fit de Tamaris une station touristique à la mode.

 

Sanary… un Noël comme nulle part ailleurs !

1

Cette année encore, Sanary invite les petits et les grands à vivre des moments inoubliables pour les fêtes de fin d’année. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, venez vivre aux rythmes des parades lumineuses, feux d’artifice, embrasements, concerts d’orgue, spectacles de magie, déambulations d’échassiers lumineux, crèches grandeur nature et provençales, chasse au trésor… Sans oublier l’arrivée très attendue du Père Noël en bateau !
Après avoir déposé leur lettre dans la Boîte aux Lettres géante du Père Noël, les enfants pourront laisser libre cours à leur imagination lors des ateliers créatifs, rire aux éclats devant les spectacles de marionnettes, ou bien s’émerveiller en découvrant les Univers de Noël et les bulles à thèmes dans le centre-ville. Une envie gourmande ? Venez déguster les savoureux produits du terroir du marché gourmand et découvrez le marché des créateurs. La patinoire vous attend pour glisser tout en admirant les pointus illuminés… Pour clôturer les festivités en beauté, l’incontournable caravane des Rois Mages apportera une dernière touche de magie le samedi 5 janvier, au cœur de la Ville.
Fêter Noël à Sanary, c’est vivre intensément des moments de joie, de partage et de sérénité… Enfin, mon objectif est de créer toutes les conditions pour, qu’en famille, vous puissiez vivre de vrais moments de rêves et de partage.

Joyeux Noël à tous !
Ferdinand Bernhard, Maire de Sanary-sur-Mer, Président de la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume, Conseiller Départemental du Var

2

Programme
Samedi 23 novembre 2019
Foire aux jouets de Noël – Allée d’Estienne d’Orves, de 9h à 17h. En partenariat avec l’UNICEF (En cas d’intempéries, consultez le site www.sanarysurmer.com pour rester informés).
Projection du dessin-animé Auditorium Ernest Blanc, 10h : «Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur»
Flashmob par les élèves du groupe de danse Funky Dinamix Kiosque à musique, 15h
Participation ouverte à tous – Chorégraphie sur le site de la Ville et les réseaux sociaux
Mardi 26 novembre 2019 au samedi 4 janvier 2020
Exposition photos. Retour en images sur les animations de Noël 2018 (Club Photographier Autrement), Médiathèque Jacques Duhamel
Mercredi 27 novembre 2019
Ateliers créatifs de Noël. Création d’un calendrier de l’avent, pour adultes et enfants Médiathèque Jacques Duhamel, 15h. Sur réservation : 04 94 32 97 80
Vendredi 29 novembre 2019
Inauguration des illuminations de la place Arnaud Beltrame,16h30
Samedi 30 novembre 2019
Messe de l’Avent Église Saint-Nazaire, 17h
Ouverture Officielle, illuminations de la Ville, Gospel de Noël, Parvis de l’église Saint-Nazaire, 18h30 – Mise en lumière de la bougie de l’Avent Église Saint-Nazaire, à l’issue du discours – Feu d’artifice Port de Sanary-sur-Mer, 19h – Forêt de sapins et bulles des automates
Quai Esménard et Place Cavet
Mercredi 4 décembre 2019
Spectacle enfants «Enfant de neige» Médiathèque Jacques Duhamel, 16h30 – Sur réservation : 04 94 32 97 80
Vendredi 6 décembre 2019
Concert de Noël – Musique au Temple, Ensemble Horae, Église Protestante Unie, 20h30
Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2019
Salon des créateurs – «Chœurs de créateurs» – Quai Esménard, 9h – 19h
Jeudi 12 décembre 2019
Inauguration des univers de Noël et de la ferme de Noël – Parvis de la mairie, rendez-vous à 17h30
Vendredi 20 décembre 2019
Parade lumineuse «Fiers à cheval», Port de Sanary-sur-Mer, 18h
Samedi 21 décembre 2019
Feu d’artifice Port de Sanary-sur-Mer, 19h
Dimanche 22 décembre 2019
Parade lumineuse «Les gondoles célestes» Port de Sanary-sur-Mer, 18h

4 3

Lundi 23 décembre 2019
Arrivée du Père Noël Port de Sanary-sur-Mer, 15h – Goûter des enfants Port de Sanary-sur-Mer, 15h30 – Concert Middle Jazz Orchestra – Parvis de l’Église, 17h Feu d’artifice Port de Sanary-sur-Mer, 19h
Mardi 24 décembre 2019
Veillées de Noël – Crèche vivante pastorale – Théâtre Galli, 17h – Messe anticipée – Théâtre Galli, 18h – Veillée de Noël – Église Protestante Unie, 18h – Veillée et Messe de Noël – Église Saint-Nazaire, à partir de 23h30
Mercredi 25 décembre 2019
Messes de Noël – Église Saint-Nazaire, 9h – Théâtre Galli et Église Protestante Unie, 10h30
Fermeture des univers de Noël mais ouverture de la ferme de Noël Place des Poilus, 14h – 19h
Vendredi 27 décembre 2019
Spectacle de marionnettes – Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Samedi 28 décembre 2019
Parade lumineuse «La magie de la lumière» Port de Sanary-sur-Mer, 18h
Dimanche 29 décembre 2019
Concert d’orgue – Grégoire Rolland, Organiste de la cathédrale d’Aix-en-Provence, Église Saint-Nazaire, 16h
Lundi 30 décembre 2019
Spectacle de marionnettes Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Mercredi 1er janvier 2020
Fermeture des univers de Noël mais ouverture de la ferme de Noël Place des Poilus, 14h – 19h
Jeudi 2 janvier 2020
Spectacle de marionnettes Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Vendredi 3 janvier 2020
Chasse aux trésors Départ du kiosque à musique, 14h30 – Spectacle de marionnettes Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Samedi 4 janvier 2020
Les Rois Mages – Port de Sanary-sur-Mer, 15h

5

Animations quotidiennes «Chœurs de Lumière»
Samedi 21 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020
Ateliers créatifs et exposition interactive Église Saint-Nazaire, 14h – 18h
Samedi 14 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020
Marché gourmand et patinoire Parking de l’Esplanade – derrière l’Office de Tourisme,
Marché
Du 14 au 19 décembre 2019 : 16h – 22h es mercredis – samedis – dimanches : 11h – 22h
À partir du 20 décembre : 11h – 22h
Patinoire
Du 14 décembre 2019 au 4 janvier 2020 : 14h – 20h
Samedi 21 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020 Spectacle de magie au Théâtre Galli Petit Galli, 16h / 17h / 18h

 

Toulon : Le Télégraphe fête son premier anniversaire !

annivtelegraphe

LE TELEGRAPHE Fête son premier anniversaire
Dimanche 24 NOVEMBRE à partir de 12h30 sera en fête pour le premier anniversaire du Telegraphe !

Pour l’occasion un brunch sera soigneusement concocté : du salé, du sucré, à boire et à manger, pour célébrer la première année de notre foyer !
C’est entrée libre pour le reste de l’après-midi : dès 14h30, chacun pourra assister à l’impression d’une lithographie anniversaire par Mario Ferreri, une œuvre crée  par Mathurin Louis, en 30 exemplaires disponibles à la vente…
Le Telegraphe offrira aussi son écrin magique à la compagnie Rara Woulib, pour une carte blanche. La chorale de 50 chanteurs investira l’ensemble du lieu en fin d’après-midi… Un moment unique construit autour du projet SOUVNANS, entre création et cérémonie, un concert-fête entraînant le public sur le fil d’un voyage passant par Port-au-Prince en Haïti, Santiago de Cuba et la Nouvelle-Orléans…

souvnans

Un répertoire né de la rencontre d’un quartet de musiciens traditionnels issu de la compagnie (chants sacrés afro-caribéens, percussions, conques, vaksins…) avec un quartet de jazz, accompagnés pour cette occasion par la chorale afro-caribéenne Afrimayé.
Direction musicale, chef de chœur : Alexandra Satger
Mise en scène : Julien Marchaisseau
Musiciens : Alexandra Satger, Wilda Philippe, Olivier Boyer, Matthieu Maigre, Pierre Mougne, Djamel Taouacht, Sylvian Terminiello, Wim Welker

Toulon – Fête du Livre
Jean SICCARDI , un polar de montagne !

1

Chaque année, la fête du Livre de Toulon me permet de retrouver un ami de longue date ave qui on a fait, comme on dit «Les cent dix-neuf coups» avec d’autres copains aujourd’hui hélas disparus : Jean-Michel Thibaux et Jean-Max Tixier.
Un ami écrivain dont les romans sentent la Provence, cette Provence qu’il aime profondément, qu’il n’a jamais quittée et qu’il décrit toujours, après une soixantaine de romans, avec un amour profond, un talent  toujours renouvelé et dans cette Provence qu’il décrit, à chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait différente, il a le don d’y inscrire une histoire originale où drames et joies se mêlent, une histoire toujours forte, âpre et belle comme le sont les paysages qu’il dépeint avec minutie, avec de belles envolées lyriques, avec un vocabulaire choisi qui donnent la force à ses histoires.
Avec lui, on parcourt les chemins de la Provence profonde avec une histoire et des personnages hauts en couleur, aux personnalités bien campées, comme Noël Bertrand et Gaston des Vignes, ce dernier ayant donné le titre à cet ultime roman paru chez Calmann-Levy.
Nous voilà dans la Haute Provence d’après-guerre, à la ferme du Saut du Loup où vivent Noël et sa mère, Madeleine. Revenu de la guerre en héros, Noël va se retrouver confronté à Cécile, qui fut son amour de jeunesse, qui vit une vie dissolue avec un étrange visiteur qui a l’air d’avoir des vues sa ferme. Il retrouve Gaston des Vignes, devenu son mari, un mari trompé, berné et vieillissant duquel il va se rapprocher avant que celui-ci ne meure dans d’étranges conditions, juste après sa femme assassinée et son amant disparu.
Qu’est-ce qui se trame dans ce paysage si calme, au pied du Bec du Ponchon qui, tel un volcan non éteint, menace de s’écrouler sur le village et ses environs.
Jean nous offre là un thriller qu’on ne peut plus lâcher dès les premières pages, qui nous entraîne dans une histoire sombre et dramatique dans un pays de taiseux où peu à peu vont, malgré tout se révéler d’étranges histoires.
Il a encore frappé fort, cet homme placide et à l’imagination débordante, à la fois romancier, poète, auteur de théâtre, qui vient d’obtenir avec ce roman, le prix Nice Baie des Anges 2018.

5 3

Jean, peut-on dire que tu as écrit un thriller provençal ?
Plutôt un polar de montagne ! Le mot «provençal» aujourd’hui, ça me gave un peu. Lorsqu’on dit que je suis un auteur provençal, je réponds que je suis un auteur comme les autres qui vit en Provence au lieu de vivre à Paris.
Bon, ceci mis au point, revenons à ce «polar de montagne» !
C’est un roman sur la désertion. Après «L’auberge du gué» j’avais toujours mes personnages en tête et je m’y étais attaché. Je n’arrivais pas à m’en détacher mais je ne savais pas quoi en faire. Je voulais que mes héros aient une vie plus romanesque, plus terrible. J’ai pensé qu’ils pouvaient avoir un secret. J’ai eu l’idée d’en faire disparaître quelques-uns comme dans une tragédie grecque.
Je trouve que tu fais des descriptions de paysages magnifiques…
Tu sais, pour moi c’est facile, j’y vis dedans, au milieu des forêts, des roches, je connais les lieux, je les aime, si je ne suis pas provençal dans l’écriture, je le suis dans le cœur et je suis enchaîné à cette terre, à cette montagne, à l’Italie qui est toute proche. Ce sont des choses qu’on ne peut pas inventer. J’ai failli être bloqué par la neige pour venir à la fête du livre mais c’était tellement beau !
Tu es un véritable peintre !
(Il sourit) Tu sais, la littérature a bouffé ma vie, il ne se passe pas un jour que je n’écrive. J’ai écrit jusqu’à huit, dix heures par jour. Aujourd’hui je me suis calmé et je vis dans la solitude et dans une sérénité presque bouddhiste ! Je n’ai personne autour de moi, rien qui ne vienne me troubler. J’écris moins longtemps mais j’arrive à écrire des choses différentes sans que ce soit complexe. Nous avons une belle langue, à la fois simple et difficile.
Comment travailles-tu ?
Beaucoup ! Le travail, c’est le plus important. J’écris dans mon bureau. En principe, lorsque je commence à écrire, j’ai toute l’histoire dans la tête. Après, je mets le temps qu’il faut pour écrire. Pour «Gaston des vignes», ça fait plus d’un an que je suis dessus. Il y a un roman sur lequel je travaille depuis près de 18 ans. Je l’avais commencé en 2002 et je pense que ce sera le dernier que j’écrirai. Je ne veux pas écrire un roman de plus mais faire une œuvre littéraire.
Ça veut dire que tu vas arrêter d’écrire ?
Oui, ce roman sera mon testament posthume ! Mais j’ai encore quelques idées avant d’arrêter. D’ailleurs, mon prochain roman sort le 14 janvier. Il s’intitule «Les dames du mardi». Il se déroule entre Nice et Gênes et ça n’a plus rien à voir avec mes précédents romans. C’est l’histoire d’un homme qui rêve de devenir riche et pour cela il est prêt à tout, même à devenir «barbot» (proxénète). Ça se passe dans un bar qui est en fait le dernier bordel existant du côté du Cannet.
J’écris aussi un autre livre avec Hélène Grosso : «Le relieur du diable». C’est la vie romancée du dernier tanneur de peau humaine !
Et puis je suis sur un autre livre : «Voyage en folitude» sur tout ce qui m’est arrivé de fou en tant qu’écrivain.
Bon, je vois que la retraite, ce n’est pas pour tout de suite ! Ça ne va pas te manquer de ne plus écrire ?
Je ne crois pas car lorsque je suis dans ma montagne, je n’arrête pas… J’ai appris à ne rien faire que lire, rêver, écouter. Tiens, un exemple : il est un compositeur que je n’aimais pas : Bruckner. Eh bien, j’ai appris à l’écouter et à l’aimer.

2

Mendy RAYNAUD, illustratrice et carnettiste
Aux côtés de Jean Siccardi, une femme au sourire lumineux qui n’est pas à côté de lui sans raison. Elle est illustratrice et carnettiste. De descendance hollandaise, elle un parcours, selon ses dires, «biscornu» car elle est autodidacte. Elle a pratiqué différents métiers alimentaires avant de se rendre compte qu’elle avait un certain talent pour le dessin et les arts plastiques en général. Elle s’y est donc jetée et sa rencontre avec Jean et Hélène Grosso a été déterminante.
« J’ai fait des expositions mais j’aimais écrire aussi. J’avais envie de lier les deux en proposant des livres. Mais j’étais loin d’être sûre de moi. Hélène m’a alors formée dans des ateliers d’écriture  puis j’ai eu le courage de solliciter Jean pour qu’il me dise ce qu’il pensait de mes écrits et de mes poèmes. Il a lu et il m’a prodigué beaucoup de conseils. Nous avons donc travaillé ensemble sur un premier livre qui est sorti voici un an : «Alioth, le croqueur de nuages», un conte pour enfants qu’il a écrit et que j’ai illustré. Et je viens d’écrire et illustrer «D’encre et la nuit»  (Ed Encres de Siagne). En parallèle, j’ai créé une collection de livres pour enfants.
Je prépare un livre qui s’intitulera «La petite histoire du papier», un conte pour enfants, l’histoire d’une petite boule de papier qui va raconter comment elle est née. Il sortira au printemps. Et je prépare une exposition en collaboration avec Hélène Grosse au Moulin à Papier».

7 8 6

Voilà donc un nouveau virage pour Jean : mentor. Alors, on n’est pas près de le perdre de vue.

Jacques Brachet

Toulon – Fête du Livre
Danièle THOMPSON-Jean-Pierre LAVOIGNAT :
En souvenir de Gérard OURY

1

Avec Jean-Pierre Lavoignat, nous nous sommes rencontrés voici quelques mois à Toulon où il était venu présenter un superbe livre consacré à Romy Schneider, tout simplement intitulé «Romy» avec l’aide sa fille Sarah Biasini (Ed Flammarion).
Avec Danièle Thompson il y eut plusieurs rencontres : Mon invitation à Toulon pour présenter «La boum», une superbe après-midi passée aux Oliviers à St Tropez avec son père, Gérard Oury, pour la sortie de «Rabbi Jacob» et voici peu à la Ciotat pour l’inauguration de la place Gérard Oury.
Retrouvailles donc sur la Fête du livre de Toulon où ils présentaient «Gérard Oury, mon père, l’as des as» (Ed de la Martinière) écrit à quatre mains et dont je vous ai déjà parlé (Voir rubrique écriture)
Danièle, Jean-Pierre, comment travaille-t-on à quatre mains ?
Danièle : Ce sont beaucoup de rencontres, de notes, d’enregistrements, d’interviewes où Jean-Pierre me mettait sur des voies où il voulait aller et où je faisais de même. Après quoi il y avait les allers-retours où il m’envoyait ses écrits, où je corrigeais, où j’ajoutais quelque chose…
Jean-Pierre, je suppose que dans votre longue vie de journaliste, vous aviez eu l’occasion de rencontrer Gérard Oury ?
Oui, à plusieurs reprises et surtout lors d’une semaine en Inde au cours d’un voyage du cinéma français sur lequel nous étions invités. J’ai passé beaucoup de temps à discuter avec lui… enfin, il parlait plus que moi car il aimait raconter et c’était un merveilleux conteur. Je l’accompagnais dans ses visites et j’ai passé de très jolis moments avec lui. Et puis, son petit-fils, Christopher, le fils de Danièle, m’a demandé de faire un film avec Gérard pour lui dire, à travers ses images, tout ce qu’il n’osait pas lui dire. Là encore, c’est un très beau souvenir.
Danièle : C’est aussi un film très émouvant car mon père n’était pas encore trop malade, il aimait se raconter et ce face à face avec son petit-fils reste un beau moment.
Comment est né ce livre ?
Danièle : Ce sont les éditions de la Martinière qui m’ont proposé ce projet pour le centième anniversaire de mon père. J’ai dit oui, à condition que je le fasse avec Jean-Pierre parce que j’avais beaucoup aimé toutes les belles choses qu’il avait écrites sur lui.
Je suppose, Danièle, que vous aviez beaucoup de documents à votre disposition ?
Presque trop car d’abord, sa mère découpait tout ce qui concernait Gérard et gardait tout ça précieusement dans des albums. Et puis il y avait toutes les photos de son enfance, de mon enfance aussi… Sans parler des toutes les photos de tournage. Nous avions des archives extraordinaires.

4 5

Comment trier toutes ces archives ?
Jean-Pierre : Tout d’abord par rapport au texte, afin de l’illustrer au plus près. Nous voulions justement que les photos illustrent le texte et pas le contraire.
Danièle : Ce qui a été quelquefois difficile car La Martinière voulais un livre plutôt iconographique, ce que nous ne voulions pas. Je voulais pouvoir parler de mon père à ma manière mais aussi de ma mère pour mettre les choses au clair…
C’est-à-dire ?
Beaucoup de gens pensent que ma mère était Michèle Morgan car c’est vrai qu’ils étaient un couple mythique. Mais mon père a quand même vécu vingt ans avec ma mère, je voulais que ça se sache et par là, lui rendre hommage.
Jean-Pierre : Nous voulions également bien évoquer cette relation père-fille, mais qui étaient aussi des collaborateurs. Il y avait entre eux une fusion qu’on voulait montrer.
Danièle : Je voulais aussi que les gens sachent que mon père a beaucoup ramé dans sa vie car il a été acteur avant de faire des films et le succès n’est venu qu’à 40 ans lorsqu’il est devenu réalisateur. Ce peut être un exemple et un espoir pour les jeunes générations, pour leur dire qu’il ne faut jamais baisser les bras et qu’on peut arriver un jour à force de talent, de persévérance, de travail.
Jean-Pierre : C’est ce qu’on montre aussi dans le film avec Christopher d’autant que, lorsque nous avons réalisé ce film, celui-ci était un jeune débutant qui cherchait sa voie, qui ramait aussi.
Je suppose aussi que votre mère, votre grand-mère vous ont raconté beaucoup de choses…
Effectivement et surtout ma grand-mère qui me racontait l’enfance de mon père et qui m’a fait découvrir beaucoup de choses dont le secret de son enfance, de sa vie, dont il ne m’avait, lui, jamais parlé.
Le livre est à la première personne du singulier. Vous avez préféré cette formule à une grande interview ?
Une journée par semaine je parlais avec Jean-Pierre, il posait des questions, je répondais, il m’a beaucoup fait parler mais une longue interview aurait, à mon avis, fait trop journalistique, trop impersonnel.

2 3

Jean-Pierre : J’ai voulu m’effacer devant Danièle car en fait ce sont ses propos, c’est elle qui me racontait, qui se racontait et c’était beaucoup plus vivant et personnel que ce soit elle qui raconte car c’est son histoire.
Alors, le choix des photos ?
Danièle : J’ai privilégié les photos de familles qui sont moins connues que les photos de tournage. Mais là aussi, j’ai préféré privilégié les photos prises sur le tournage, avec son équipe, des moments de vie qui sont en fait l’envers du décor, les coulisses qu’on connaît peu. Les photos de films, on les connait par cœur.
Jean-Pierre : Il fallait aussi que ces photos fassent un tout avec les écrits et la maquette et le choix a pris beaucoup de temps. On a mis sept mois pour terminer ce livre. On ne se voyait pas tous les jours bien sûr mais j’avoue que j’ai beaucoup de boulot et qu’en plus je ne suis pas un rapide ! A cause de moi, le livre est sorti avec quinze jours de retard par rapport à la date anniversaire !
Jean-Pierre, vous avez l’habitude de travailler à quatre mains ?
Oui, j’ai fait ça très souvent, avec Dominique Besnehard, avec Pierre Lescure par exemple. J’aime beaucoup ça. C’est plus agréable que de travailler seul dans son coin
Danièle, est-ce que vos enfants ont participé au livre ?
Non, car ce n’est pas un livre de famille, c’est un livre sur mon père, l’homme, le père, l’artiste. Il était très proche de ses petits-enfants, c’était une importante partie de sa vie mais leur intervention ne s’y prêtait pas. Peut-être un jour écriront-ils un livre sur moi !

Propos recueillis par Jacques Brachet

Toulon – Fête du Livre
Pierre BILLON : Passion moto, passion Johnny

3

Avec Pierre Billon, ce sont des retrouvailles de longue date et c’est donc avec plaisir que je le retrouve à la Fête du Livre de Toulon. Il est venu, avec son pote Pascal Louvrier, signer un magnifique album consacré à ses «road trips» à travers l’Amérique avec Johnny Hallyday, avec qui il a longtemps travaillé et qui était son ami. Le titre, paru aux éditions Tohu Bohu, s’intitule justement «Road Trip – Johnny Hallyday on the road»
Tous deux partageaient les mêmes passions de la musique, de l’Amérique, de la moto, passions de liberté qui leur a fait traverser cet immense pays avec arrêts dans tous les lieux mythiques des rêves d’enfance cinématographique de l’idole qui, à ce niveau-là, était resté un grand enfant. Par ailleurs, loin de France où il n’était pas connu, il redevenait Jean-Philippe Smet, fan du cinéma américain et de ses grandes stars qui bercèrent son enfance.
Pierre, qui a parcouru jusqu’à sa disparition, ces voyages à califourchon sur des motos de rêve, nous raconte, humour et émotions réunis, toutes leurs aventures hors show-biz où ils devenaient des hommes, tout simplement, dans une ambiance de totale amitié partagée avec un cercle restreint. Des belles images, très souvent inédites de leurs périples, viennent illustrer ce très bel album, à la fois hommage à la moto et hommage à l’ami. Avec eux, nous revivons leurs aventures qui se reproduisaient presque chaque année.

4 2

«J’ai connu jeune l’Amérique – me confie Pierre – grâce à ma mère, la chanteuse Patachou, qui s’y est installée pour faire carrière. J’y vivais, et plus tard,  je racontais mon Amérique à Johnny et je voyais que, plus on avançait, plus on en parlait, plus il lui devenait important d’aller découvrir ce pays qui a fait fantasmer son enfance. Jusqu’au jour où tout s’est décidé et il en a tellement pris goût qu’il a décidé que ça se ferait tous les ans. A tel point que, même très malade, le jeudi soir 5 décembre, veille de sa mort, j’étais chez lui et il envisageait qu’on reparte en septembre prochain, ce qu’hélas, je savais déjà que ça ne se ferait pas.
Tu as continué à y aller ?
Oui, en 2018 et 2019, sans lui évidemment. Je l’ai souhaité en souvenir de lui, même si c’était difficile.
Et c’est aussi pour cela que j’ai fait ce livre et ce pour plusieurs motifs : d’abord pour lui rendre hommage et pour montrer un autre visage que celui que tout le monde connaît : la star avec ses spectacles incroyables, l’idole flamboyante. Alors que là, il était tout autre, il redevenait le jeune homme qui a grandi avec le cinéma américain, les westerns et ses idoles, de James Dean à John Wayne en passant par Clark Gable. Il voulait découvrir tous les endroits mythiques où avaient été tournés ces films comme «Autant en emporte le vent», «Rio Bravo», «Easy Rider» évidemment. On est d’ailleurs allé à Taos, sur la tombe mexicaine de Dennis Hopper, une tombe très colorée, très fleurie, qui ressemble à la sienne à St Barth.
Il a d’ailleurs rencontré Peter Fonda ?
Oui, il était comme un enfant, un fan devant son idole et là, il redevenait timide, il n’était plus la star qu’on connaissait, il osait à peine lui parler. Tout comme le jour où il a rencontré Elia Kazan et qu’il n’a pas osé lui demander une dédicace. Tu vois, c’est ce Johnny-là que je voulais montrer et qu’on ne connaît pas.
Tu me disais qu’il y avait plusieurs motifs à ce livre ?
Oui, l’autre motif c’est que je voulais qu’on sache c’est que, ce qu’on faisait, tout le monde peut le faire à partir du moment où tu as un engin car là-bas, tu trouves toujours des petits motels pas chers et c’est d’ailleurs ce qu’on faisait. On ne s’arrêtait pas dans des hôtels de luxe ou des grands restaurants. On cassait la croûte, on s’arrêtait quand on voulait, on dormait où on trouvait une chambre. Car Johnny voulait retrouver vraiment l’Amérique de sa jeunesse, celle de Tennessee Williams. Pas question d’aller dans les grandes villes mais plutôt découvrir les grands espaces et bien sûr Hollywood qui l’a tant fait rêver, Monument Valley, la vallée de la mort, la fameuse route 66. D’ailleurs, lorsque nous y sommes retournés sans lui, nous avons apposé une plaque commémorative à Mexican Hat.
Lui qui en avait un peu marre d’être photographié, il y a des centaines de photos prises sur ces road trips.
Oui mais ça, c’était la volonté de Johnny. Il voulait ramener des souvenirs personnels, les photos, pour la plupart, ne sont pas celles de photographes professionnels mais des amis avec qui nous étions. J’en ai fait pas mal. Et il voulait toujours qu’on réalise de petits films qu’il regardait, rentré à Paris. Souvent ces films ont été une inspiration pour ses spectacles ou pour ses clips.

1
Pierre et Pascal Louvrier

Johnny a donc été une grande histoire d’amitié. Avant lui il y a eu Michel Sardou que tu as quitté un jour. Pourquoi ?
(Il rit) Justement parce que j’ai rencontré Johnny, que j’ai travaillé avec lui et Sardou m’en a voulu durant une dizaine d’années oùnous sommes restés fâchés. C’était un ami d’enfance que j’ai connu grâce à ma mère qui l’avait accueilli dans ses cabarets. Nous avons écrit beaucoup de chansons comme «Je vole», «Dix ans plus tôt», «Etre une femme»… Et puis il y a eu Johnny et il me prenait beaucoup de temps car j’ai produit certains de ses albums, de ses concerts… Puis j’ai revu Sardou et c’est moi qui ai produit son dernier album et sa dernière tournée «La dernière danse». Je l’ai d’ailleurs accompagné aux percus, à la guitare et nous avons chanté ensemble «Les Ricains».
Mais j’avoue que j’avais plus d’affinités avec Johnny qu’avec Sardou : lui il aime les chevaux, le golf, ce n’était pas notre truc avec Johnny. Un peu les chevaux peut-être. Mais surtout les motos et les voyages.
Que penses-tu de cet album symphonique réalisé par Yvan Cassar ?
(Il reste un moment dubitatif). On ne peut pas dire que ce soit mal fait mais faire du symphonique avec un rocker… Est-ce que ça aurait plus à Johnny ? Je comprends qu’on fasse ce genre de choses pour les fans qui ont toujours besoin de quelque chose de nouveau. Mais faire du neuf avec du vieux, je trouve ça un peu compliqué lorsque l’artiste n’est plus là. Ce n’est pas une idée que j’aime particulièrement.
Alors, surprise, on t’a vu ces jours-ci travailler avec Sheila… On est loin du rock ?
(Il rit). Oui mais j’ai deux casquettes, je suis aussi producteur et c’est ma maison de production qui s’occupe de l’émission «Mask singers». Ce n’est pas moi qui ai fait le casting même si je suis un des seuls à savoir qui se cache sous les masques… Et je ne te le dirai pas ! Obligé puisque c’est moi qui leur fait travailler et enregistrer les chansons et pour les chanteurs, leur faire modifier leur voix pour ne pas qu’on les reconnaisse. Mais ça a été très agréable de travailler avec elle. Et ce n’est pas facile de faire ce qu’elle a fait.
Dans ton livre tu nous parle en passant de deux de tes «fiancées» : Liza Minelli et Julia Migenès… Tu ne t’embêtais pas aux USA !
(Il rit). Oui mais c’est vieux et elles n’étaient pas connues alors, pas plus que moi d’ailleurs. Liza, on savait qu’elle était la fille de Judy Garland mais elle débutait. Elle n’était pas la grande star qu’elle est devenue. Mais nous avons gardé des liens, nous avons quelquefois repris notre histoire. On ne s’est pas perdu de vue. Avec Julia, nous avons beaucoup rigolé
En dehors de ce livre, Pierre, quels sont tes projets ?
Faire tourner ma maison de production, continuer à produire des émissions de télé, ce qui m’amuse bien. D’ailleurs j’espère qu’il y aura une seconde saison de «Mask singers», et voyager encore longtemps car la route, c’est quelque chose d’important dans ma vie. Je roule beaucoup dans la province française qui est très belle et je vais régulièrement aux Etats-Unis. Je vais d’ailleurs bientôt repartir pour Daytona».

Propos recueillis par Jacques Brachet

TF1, 18 novembre : Une grande épopée : « Le bazar de la charité »

1

Nous avons pu, en avant-première au festival de la fiction TV de la Rochelle, découvrir la nouvelle grande série de huit fois 52’ qui démarrera le lundi 18 novembre : «Le bazar de la charité», une grande épopée signée Catherine Rambert et Karine Spreuzkouski pour le scénario et réalisée par Alexandre Laurent.
Une prestigieuse distribution : Audrey Fleurot, Camille Lou, Julie de Bona, Josiane Balasko, Florence Pernel, Antoine Dulery, Gilbert Melki, Stéphane Guillon dans les principaux rôles.
Une grandiose réalisation dont la scène qui ouvre cette série : l’incendie du bazar de la charité qui a eu lieu à Paris en 1897 et a fait 120 morts et un nombre incalculables de brûlés. Longue séquence qui voit le déploiement de ce feu gigantesque dans lequel sont enfermés nos héros. Une scène d’anthologie.

5  3 4
Julie de Bona, Audrey Fleurot, Camille Lou

Une rescapée : Adrienne de Lenverpré (Audrey Fleurot) qui, humiliée et battue par son mari qui lui aenlevé sa fille (Gilbert Melki), au lieu d’aller à la grande fête où tous les bourgeois se retrouvent pour faire œuvre de charité, va retrouver son amant.
De retour au bazar et voyant l’étendue de l’incendie, elle décide de disparaître, faisant croire à sa mort. Son idée : que lors de son enterrement, le père vienne avec sa fille et préparer l’enlèvement de celle-ci.
A côté de cette histoire, d’autres histoires se greffent comme celle de Rose Rivière (Julie de Bona), bonne d’Alice de Jeansin (Camille Lou), qui, sauvée des flammes, est enlevée par Madame Huchon dont la fille est morte et qui va faire croire à tout le monde qu’elle est sa fille, à la grande détresse de Rose qui se retrouve séquestrée.

6 Le Bazar de la Charite ep5 LE BAZAR DE LA CHARITE

Alice Jeansin, promise à un mariage de raison pour cause de fortune à Jean Rivière (Aurélien Wiik) se retrouve avec lui dans ce bazar et au lieu d’essayer de sauver sa fiancée, il se jette vers la sortie pour se sauver lui-même. Elle doit son sauvetage à Victor Minville (Victor Martelet), un petit malfrat qui ne serait pas étranger à cet incendie, ce qu’elle ne sait pas. Elle en tombe amoureuse au grand dam de ses parents (Atoine Dulery et Florence Pernel) qui voient la fortune du prétendant en danger.
Voilà pour les trois grandes histoires dont, pour une fois, les héroïnes sont un trio de femmes magnifiques, Audrey Fleurot hiératique, Camille Lou lumineuse, Julie de Bona formidable sans oublier Josiane Balasko ambigüe à souhait dans ce rôle de femme taiseuse et résolue pour une raison qu’on découvrira.
La réalisation et brillante, maîtrisée, les décors  et les costumes somptueux et l’on retrouve enfin ce souffle des grandes sagas historiques que la télé avait un peu perdu après «Les dames de la Côte» ou «Les gens de Mogador». Tout y est parfait, de ces destinées croisées au suspense de l’histoire qui nous plonge dans ce monde bourgeois de la société parisienne de la fin du XIXème siècle.
A ne manquer sous aucun prétexte

2

Jacques Brachet

Le coffret d’amour de Rika ZARAÏ

6

Rika Zaraï est l’une des chanteuses que j’ai peu rencontrée durant mes 50 ans de journalisme. Pourquoi ? Je ne sais pas. Tout simplement peut-être parce qu’elle n’est pas souvent venue dans notre région.
Je l’ai donc interviewée il y a… quelques décennies puis, il y a moins longtemps, sur la tournée «Age Tendre» où là, nous avons eu le temps de bavarder très longuement. Il faut dire qu’entre les deux spectacles, les artistes avaient le temps de se reposer et de rencontrer des journalistes.
J’ai donc eu cette joie de passer du temps avec elle, dans l’intimité de sa loge. Elle venait de publier son livre de souvenirs «L’espérance a toujours raison» (EdMichel Lafon). C’était quelques temps avant qu’elle ne fasse un AVC qui allait hélas l’éloigner de la scène.

2 3

Aujourd’hui ce n’est pas pour un livre que nous reprenons contact mais pour un coffret de quatre CD, paru chez Marianne Melody, qui regroupe cent titres, une anthologie allant de 1959 à 2000 d’une richesse incroyable tant on voit l’étendue de son répertoire car, comme Dalida, elle a suivi sinon devancé toutes les modes musicales avec toujours le même succès qui va de «Balappa» à «Et pourtant », de «Sans chemise sans pantalon» à «Exodus», de «Hava Naguila» à «Prague», de «Michaël» à «Alleluia et bien d’autres succès encore signée des plus grands : Charles Aznavour, Jean-Max Rivière, Jacques Plante, Jean-Jacques Debout, Pierre Delanoé, Serge Lama et Alice Dona, Claude lemesle, Vito Palaviccini, Catherine Desage avec qui elle a fait un bon bout de chemin… La liste est longue. (
Sa carrière aussi est longue et belle, traversée de belles rencontres : Denise Glaser, Jacques Brel, Charles Aznavour, Bruno Coquatrix, Eddie Barclay, Claude Lelouch…
Si elle a beaucoup fait parler d’elle en tant que chanteuse, son livre aussi a fait couler beaucoup d’encre, celui où elle nous enseigne la médecine par les plantes.
Il faut quand même savoir qu’elle a étudié durant onze ans la médecine dite «non conventionnelle» et qu’elle a un diplôme de conseillère de santé holistique…
Si sa vie a été ralentie par cet accident, il n’en demeure pas moins qu’elle a gardé une énergie, un courage et un optimisme que je retrouve dans sa voix emplie d’amour et de gentillesse.

1
Lors de notre rencontre sur la tournée « Âge Tendre »

«Rika, tout d’abord, comment ça va ?
On fait aller… Ce n’est pas l’idéal mais ce le sera. J’ai beaucoup d’espoir. Si j’insiste lourdement, je sais que c’est moi qui gagnerai. Comme je l’ai écrit dans mon livre, l’espérance a toujours raison !
Vous êtes toujours positive, Rika, et c’est le principal. Parlons donc de ce beau coffret de 4 CD et 100 chansons, qui vient de sortir. Comment avez-vous choisi ces chansons, tant vous en avez enregistré ?
En fait j’en ai fait plus de 1.000 et j’en ai enregistré près de 600 !
Il y a d’abord les coups de cœur, vous savez, celles que, après vingt ans et plus, vous écoutez avec toujours le même plaisir, celles qu’on trouve toujours belles et dont on retombe amoureux dès qu’on les écoute. Un refrain, un couplet et l’on sait que c’est une belle chanson. Celles dont je me souviens du studio où je l’ai enregistrée, de la robe que je portais et même du sac dans lequel étaient les partitions !
A ce point ?
Eh oui ! Le souvenir est tellement vif que je retrouve les sentiments dans lesquels je les ai enregistrées, avec lesquelles j’ai une relation fusionnelle. J’avoue que j’ai quand même été aidée par Mathieu Moulin, Elysa Rouillat et Jean-Pierre, mon mari. 600 chansons, difficile de tout écouter ! Mais certaines étaient incontournables. Par contre, je n’ai pas fait de compromis : j’écoute, je garde ou je jette et alors c’est un non absolu. C’est tellement physique, la relation avec une chanson ! C‘est un peu comme un vêtement que l’on porte parce qu’on l’aime, qu’il nous représente, parce que c’est élégant et de bon goût.

5 4

On sent tout l’amour que vous portez à votre métier…
Evidemment, sinon je ne l’aurais pas fait car c’est un métier très difficile, très dur physiquement, mais c’est un métier exaltant. Lorsqu’on l’aime, on surmonte toutes les difficultés, on ne pense pas au fait qu’il faut quelquefois se lever à 5 heures pour prendre la route ou un avion, affronter le temps ou tout autre chose. Il faut faire avec. C’est un métier envoûtant, il faut aimer les chansons, le public et chanter pour donner au public de l’amour. Et je peux chanter dix mille fois la même chanson si je l’aime et si cet amour est partagé. Impossible pour moi de chanter une chanson que je n’aime pas, ce ne serait pas sincère et le public s’en apercevrait.
Vous est-il arrivé d’enregistrer des chansons que vous n’aimiez pas ?
Ça m’est arrivé une dizaine de fois mais dès l’écoute j’ai très vite compris que c’était une catastrophe ! Dans ce cas, je savais que je ne pourrais jamais la chanter. Je ne peux pas partager une chanson avec mon public si je ne l’aime pas. C’est pour cela que ce coffret, c’est un coffret d’amour.
Comme ce moment d’amour que vous partagez sur scène. Avez-vous le trac ?
La scène, c’est ma vie. C’est un mélange d’énergie, d’amour, de sentiments partagés. Il y a avec mon public un rapport immédiat. Dès que je suis sur scène je lui envoie des rayons bleus  et je les vois aussitôt revenir vers moi.
Le trac ? Je l’ai juste le temps de monter quelques marches et de me retrouver sur scène. Je suis dans un état second mais dès que j’entends l’orchestre et que le rideau s’ouvre, tout ça disparaît car j’ai un flot d’amour qui me fait face et je n’ai plus peur de rien.
Vous êtes positives, vous avez une âme de battante !
Je me suis toujours dit que, quoiqu’il arrive, la vie vaut la peine d’être vécue. Il y a des choses tellement belles à vivre qu’il ne faut jamais être négatif, ne jamais se laisser aller. Je pense que le plus beau mot qui existe c’est l’espoir. Il faut prendre pour exemple le peuple juif qui, depuis 3.000 ans, on ne sait pas pourquoi, a subi et continue de subir d’énormes souffrances. Et pourtant il n’a jamais perdu espoir. A tel point que leur hymne national s’intitule «Tiqvah», ce qui signifie «espoir». Et c’est cet espoir qui lui permet de vivre.
C’est pour cela que je le considère comme le plus beau mot de l’âme humaine.

7 8

En entendant ces paroles, je ne peux m’empêcher de vous demander quels sont vos projets, car vous en avez sûrement !
J’en ai deux : le projet N°1, le plus grand, le plus positif mais aussi peut-être le plus difficile c’est que j’ai décidé de remarcher normalement et de ne pas repousser la date. Ce sera à la fin de l’année. Je vais remarcher, c’est mon ordre de mission !
Mon projet N°2 est de trouver de belles chansons dont je tomberai amoureuse, de pouvoir les enregistrer pour offrir un nouveau disque à ce public que j’aime et qui m’est resté fidèle. Je le lui offrirai avec tout mon amour.

Propos recueillis par Jacques Brachet

Sanary – La Farandole
Quand la culture et l’amitié franco-russe
ne sont pas de vains mots

1
Oleysia Sudzhan & Georges Klimoff

C’est devenu aujourd’hui un rendez-vous incontournable que nous devons à Olesya Sudzhan, directrice de la galerie Kvartiras à Moscou, qui nous propose, deux fois dans l’année dans ce magnifique hôtel de bord de mer qu’est la Farandole, de découvrir des peintres russes, parrainés par un plasticien français de notre région.
Le principe est fort sympathique puisque les artistes russes viennent en résidence à Sanary pour découvrir la région et s’en inspirer pour nous offrir, quelques semaines plus tard, une exposition d’œuvres que lui ont inspirés nos paysages, sur un thème donné.
Vaste thème que celui de cet automne : les femmes !

8 6 7
Oleysia avec Elyane Thibaux, Pierre Chazal et la pianiste Victoria Appelia

Des femmes donc, vues par un homme : Denis Petrulencov et une femme : Natalia Onufrieva.
Et un couple français, plus précisément six-fournais et créateur de ces petits bonhommes qui ont inspiré Luc Besson : les Minikeums : Céline et Patrice Garcia.
Tous les quatre étaient donc réunis ce samedi 2 novembre à la Farandole, entourés d’Oleysia, de son équipe, de Georges Klimoff notre «russo-seynois» qui est le pont amical entre la France et la Russie, entre Sanary et Moscou et qui, avec son épouse, Marie, les soutient depuis quelques années.
L’on pouvait aussi rencontrer Elyane Thibaux, déléguée à la Médiathèque Jacques Duhamel et Pierre Chazal, adjoint à la Culture de Sanary.
Arts, mêlés, cultures mêlées, langues mêlées, ce fut comme à l’accoutumée une chaleureuse soirée franco-russe.

2 3
5 4
Denis Petrulenkov, Natalia Onufrieva, Patrice & Céline Garcia

Les Français découvraient donc deux beaux artistes venus de la lointaine Russie. Deux artistes dont le style était surprenant, Denis Petrulenkov nous offrant des aquarelles, ce qui est déjà rare pour un homme. Aquarelles qu’il dût peindre pour la plupart de son appartement car une chute dans les escaliers et une jambe cassée l’empêchant d’aller découvrir la ville et ses environs. Ce fut donc de sa fenêtre que lui vint l’inspiration. Natalia Onufrieva quant à elle, nous offrit des œuvres ensoleillées, pleines de couleurs et de joie mêlées. Quant à nos deux amis six-fournais, loin de leurs personnages de BD, ils nous firent découvrir des œuvres belles et inattendues, Patrice Garcia nous offrant des femmes éthérées, oniriques et Céline Garcia des collages inventifs et originaux.
La soirée ne faisait que commencer lorsqu’est arrivé un couple jeune et beau : le russe Guillaume Blanc de Lanaute et la russe Yana Ussenko qui nous offrirent des danses de salons aussi maîtrisées qu’élégantes, dignes de «Danse avec les stars». De la valse au jive, ils conquirent un public émerveillé de tant de talent et de grâce.

9 10 11

Et puis, alors que le cocktail battait son plein, c’est Victoria Appelia qui nous offrit un bel instant musical. Romancière, historienne et musicienne d’origine russe, elle anime une école de musique à Brignoles. Joli moment pianistique qui rythmait cette soirée où chacun découvrait l’autre, en russe, en français, en anglais, l’art n’ayant pas de frontières et Oleysia nous le prouvant avec cette chaleureuse soirée sous le signe des arts…
C’est ce qu’on appelle l’entente cordiale artistique et culturelle, entre deux pays, deux cultures si éloignés l’un de l’autre par la distance mais ayant tant de choses en commun.
Si tous les pays du monde pouvaient ainsi se donner la main…

Jacques Brachet