Franck SEMONIN, comédien et homme de cœur

C

Chaque année, sur le tournage de la série TV de TF1 « Section de recherches » qui se tourne dans les environs de Grasse, nous essayons de rencontrer un des protagonistes qui tourne autour du héros de la série, l’ami Xavier Deluc, que je retrouve toujours avec le même plaisir.
L’an dernier, si nous avions pu déjeuner avec Xavier et Franck Sémonin, alias le lieutenant Lucas Auriol, le tournage très serré ne nous avait pas permis de l’interviewer.
On avait promis d’y réussir cette année… Voilà qui est fait !
Ce beau ténébreux dont les sourires sont rares dans la série est dans la vie un garçon sympa, drôle, volubile… et, je vous le jure, il possède également un beau sourire !
Entre deux scènes et un changement à vue de costume, il nous a parlé de son chemin fait de hasard, de chance et de talent.

A B

Franck, on t’a découvert dans la série « Plus belle la vie » mais avant, il y a eu une grande période théâtrale.
C’est vrai, j’ai commencé dans une école de théâtre-chant-danse, appelée à juste titre « Fame ». C’était en 98. En 2002, j’ai rejoint la compagnie Acthalia, créée par Olivier Couasnon, qui m’a beaucoup appris et avec qui j’ai joué plein de pièces durant dix ans. J’ai aussi créé le site Internet de la compagnie pour annoncer toutes les pièces et en parler. Enfin, en 2006, j’ai rejoint Robert Hossein. Ca a été une belle surprise et un grand bonheur.
Pourquoi une surprise ?
Parce que j’ai passé les auditions pour « Ben Hur et Messala » qu’il devait monter mais c’est Anthony Delon qui a été choisi. Puis il s’est désisté et… jackpot !, c’est moi qui ai eu le rôle de Messala.
La télé est venue après ?
Tu sais, lorsqu’on travaille pour un bonhomme comme Hossein, on commence à avoir du crédit et les portes qui s’ouvrent. J’ai joué dans « Cyrano » auprès de Jacques Weber et mon agent m’a trouvé des rôles dans des séries comme « Julie Lescaut », « Diane, femme flic », « No limit ». En 2012, j’ai été appelé sur « Plus belle la vie ». Là encore, au casting, j’ai été coiffé au poteau par un autre comédien. Mais il était trop gourmand. Du coup, on m’a appelé pour le remplacer !
J’ai donc intégré l’équipe le 8 février 2012. Le 23, Olivier Couasnon décédait et n’a donc pas pu me voir dans la série. C’est l’un des grands regrets de ma vie car c’était un homme magnifique.

 D

Tu vas donc quitter Marseille pour Nice… Comment cela s’est-il fait ?
C’est encore une chance : Marie-Anne le Pezennec, scénariste entre autres de « Section de recherches », ne manquait jamais un soir « Plus belle la vie » dont elle était fan. Elle m’y découvre et appelle aussitôt la productrice Dominique Lancelot en lui disant qu’elle veut créer un personnage pour moi dans la série, qui, de Bordeaux, venait s’installer à Nice. Je n’ai aes au beaucoup de chemin à faire pour les rejoindre !
Sans regrets de quitter Marseille ?
Bien sûr que oui car j’ai rencontré des techniciens et des comédiens formidables. Je me suis fait des amis dont Philippe Caresse avec qui j’ai fait beaucoup de musique. C’est un type extraordinaire. Mais bon, intégrer la série de TF1 qui est la meilleure série française, ça ne se refuse pas !
Donc… heureux ?
(Rires) Oui… et à la fois très angoissé !
Pourquoi ?
Je ne sais pas pourquoi, j’avais une peur énorme que la série s’arrête car elle était déjà très haut et souvent, ça ne peut que redescendre. J’ai emm… dé Xavier avec cette idée durant trois ans !
Et aujourd’hui ?
Me voilà enfin rassuré de voir que la série continue à faire des scores incroyables… même pendant les élections !
Et toujours pas de lassitude ?
Comment en avoir lorsqu’on te propose toujours de bons scénarios, que tu as vraiment un rôle fort à jouer, avec toujours de belles surprises. Avec Laurent Perrier et Elise Castel, les scénaristes, nous collaborons étroitement et souvent notre vie, nos histoires, nos anecdotes sont incorporées dans les sscénarios. C’est toujours un bonheur que de venir « travailler » sur ce plateau.
Je crois savoir que tu as aussi la musique pour passion ?
Oui, c’est vrai. Gainsbourg disait qu’il avait raté sa vie de peintre pour la musique. Moi j’ai raté ma vie de musicien en devenant comédien !
J’ai eu ma première guitare à 14 ans et pour mes 40 ans, ma femme m’en a offert une magnifique. Je suis devenu un élève assidu et un vrai fou. J’ai aujourd’hui 13 guitares ! J’ai fait de la scène avec des groupes comme « Glamour » avec Lionel Aubet ou encore avec « Miss América » avec Tommy Rovs. C’est un groupe de pop-rock qui va faire mal !
D’autres passions ?
Oui mais je me suis surtout investi dans une superbe association créée par Frédéric Gamet, qui travaille à l’hôpital Larcher à Nice et qui s’appelle « Sourire et partage ». Elle a pour but d’aider moralement, affectivement et financièrement les enfants gravement malades et leurs parents, souvent très démunis devant la maladie de leurs enfants. Nous organisons des opérations diverses, des spectacles, faisons venir des artistes ou des sportifs, recevons les plus valides sur le tournage, leur offrons des cadeaux… Je me suis totalement investi et j’appelle tous tes lecteurs à nous aider.
Nous passons l’info *
Encore deux questions
Vas-y !
Ne peux-tu pas demander à tes scénaristes de te faire un peu plus sourire ?!
(Il s’esclaffe) D’abord, c’est mon personnage qui veut ça et puis, avec Xavier nous avons eu une idée : Tu te souviens de Roger Moore et Tony Curtis dans « Amicalement votre » ? Eh bien nous avons voulu jouer sur ce duo où Xavier est le flegme et l’élégance et moi le bourru, l’impulsif. Et je crois que le duo contrasté est efficace et marche bien !

E F

Entre temps, on vient apporter à Franck son costume pour la prochaine scène. Et le voilà qui, en riant, nous offre un strip-tease tout en continuant la conversation comme si de rien n’était, disant à Christian, le photographe, qu’il pouvait continuer à faire ses photos ! C’est aujourd’hui chose surprenante et rare lorsqu’on voit combien certains artistes font attention à leur « image de marque » !
Alors, ta dernière question ?
Qu’est-ce que vous faites, Xavier et toi, pour que toutes les comédiennes désertent la série ? (Chrystelle Labaude, Manon Azem, Julie Fournier, Valérie Kaprisky et bientôt Raphaëlle Bouchard) ?
(Il rit et avec un regard plein d’humour) Après qu’elles soient passées dans ma loge, on ne les revoit plus… Va savoir pourquoi ?!

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier
*www.sourireetpartage.com