Annie CORDY… Ma Nini que j’aimais…

2

Annie… Ma Nini…
Pour la première fois tu ne me fais pas rire…
Pour la première fois tu me fais de la peine…

Nous nous sommes connus en 1973. Tu passais à l’Opéra de Toulon avec «Hello Dolly».
Entre nous ce fut un coup de foudre. A tel point que, quelques jours plus tard, je te rejoignais à Cannes pour fêter la 200ème !

3 4 5
200ème de « Hello Dolly » à Cannes

De ce jour, nous ne nous sommes jamais perdus de vue. Rencontres multiples, petits mots, coups de fil. Tout était prétexte à nous retrouver avec ta nièce, Michèle, fidèle compagne de ta vie depuis la disparition de Bruneau, ton mari, ton mentor, ton producteur qui te «badait », comme on dit chez nous. Combien de fois m’appelait-il pour me dire de te faire «un bon papier» !
On s’est vu sur des tournages, sur des spectacles, sur «Age Tendre» et que de moments magiques, de rires, d’émotions, de tendresse toujours.

11 9 10
8 6 7
Avec C.Jérôme pour la première de Michèle Torr à l’Olympia – Avec la famille Thibault, Mei Chen Chalais – Avec Marcel Amont… 80 ans… -Visite de la villa Michel Simon à la Ciotat – « Les joyeuses commères de Windsor » – En tournée.

Je me souviens de cette soirée à Paris où, après l’Olympia de notre amie Michèle Torr, on se retrouvait avec plein d’amis dont C Jérôme, mon «petit frère».
Je me souviens de Ramatuelle où tu étais venu jouer «La Célestine» et où nous avions fini la soirée avec Charles Aznavour.
Je me souviens de la magnifique présidente du jury que tu fus lors du festival du premier film de la Ciotat où je t’avais invité avec la famille Thibault au grand complet, Corine le Poulain et Mei Chen Chalais.
Je me souviens du télé-film «Les rebelles de Moissac» tourné à St Raphaël, où l’on n’a pas arrêté de rire de la journée.
Je me souviens de la tournée de la comédie musicale «Nini la chance» avec Edward Meeks et Jacqueline Monsigny… De jolis moments de complicité.
Je me souviens de l’anniversaire commun durant la tournée Age Tendre» où l’on avait fêté tes 80 ans avec Marcel Amont qui en avait un de moins.
Je me souviens de nos retrouvailles avec l’ami Patrick Préjean avec qui tu avais joué dans «Envoyez la musique» et qu’on retrouvait dans «Les joyeuses commères de Windsor»
Je me souviens de cette tournée de «Lily et Lily» que tu reprenais après Jacqueline Maillan et où tu étais époustouflante, jouant des jumelles, sortant côté jardin en Lily 1 et revenant quelques secondes après côté cour en Lily 2…

15 16
Lili &… Lili !

Evidemment, je ne peux pas raconter 50 ans d’amitié en un article mais que de bons moments nous avons passé entre Gémeaux, toi née un 16 juin, moi un 17 juin…
Aujourd’hui tu ne me feras plus rire, nous n’aurons plus de moments de connivence et de complicité, nous ne nous souhaiterons plus d’anniversaires, de Noëls de Bonne Année, nous ne nous enverrons plus de petits mots et je suis très triste comme doit l’être Michèle… Vous vous aimiez tant !
C’est elle qui veillait sur toi depuis la mort de Bruneau avec qui je partageais des parties de boules alors que je ne jouais pas très bien et que je me faisais engueuler !
Du jour où il est parti, j’ai eu peur que tu sombres car vous étiez tellement fusionnels. Mais avec courage, avec une folle énergie et l’optimisme qui te caractérisait, tu t’es lancée dans le travail, accumulant les rôles sur scène, à la télé, en concerts. Tu n’arrêtais jamais.
Je me souviens d’une tournée Age Tendre où on ne te voyait pas arriver… Et te voilà, déboulant comme une tornade, venant de… Belgique où tu tournais un film entre deux spectacles de la tournée…

14 13 12
Tournée « Age Tendre » avec Denise Fabre, Christian Estrosi, maire de Nice, Richard Anthony, Frank Alamo, Danyel Gérard, Stone et… son mari, Patrick Topaloff

Je pouvais t’appeler n’importe quand et à chaque fois tu m’apprenais que tu allais tourner, jouer ou chanter aux quatre coins de la France… et de Belgique où tu étais née, où tu fus anoblie, où un parc porte ton nom et une fresque te représente à Bruxelles. Tu es aussi commandeur des Arts et lettres en France car tu étais autant aimée dans un pays comme dans l’autre.
Et surtout, tu as traversé les générations sans jamais être démodée, sans jamais décliner, étant toujours là où l’on ne t’attendait pas, tes fans étant ceux de Tintin… et plus encore !
Et il ne faut pas passer sous silence que, si sur scène, tu étais une amuseuse et une show-woman incroyable, tu étais aussi une comédienne prodigieuse, ce qu’on n’a peut-être pas assez mis en exergue dans  ce métier où, lorsqu’on te met dans une case, difficile de t’en sortir.
Aux Etats-Unis tu aurais fait une carrière incroyable mais ce n’était pas dans vos envies, à Bruneau et à toi. Mais tu nous as tellement donné de grands moments, de grandes leçons de ce qu’est une vraie artiste.

 17 19 18
Annie dans tous ses états… Le nez rouge… C’est moi qui l’ai !

Je me souviens d’un jour où l’on parlait des «stars» de la télé- réalité et où tu avais eu cet avis très juste : «Etre star, c’est facile, être artiste, c’est un peu plus compliqué»
Mais toi tu étais mon artiste, ma star, mon amie…
Et je te pleure aujourd’hui.

22 21

Jacques Brachet