St Marc Jaumegarde
Liane FOLY… bis mais non repetita !

LIANE FOLY

Tout d’abord un peu d’histoire et de géographie.
Connaissez-vous St Marc Jaumegarde ? C’est un petit village atypique des Bouches du Rhône situé entre Aix-en-Provence et Vauvenargues. Un petit village perdu dans la nature qu’il faut mériter car il faut y aller avec un GPS sous peine de rater une route ou un chemin !
Un millier d’habitants y vit entre la mairie, l’église, la tour des Templiers et la campagne environnante.
Si ce n’était Liane Foly qui m’en ait parlé, ce village me serait encore inconnu à ce jour.
C’est durant sa tournée d’été que Liane me confie qu’elle va aller s’y produire sur l’invitation d’un de ses complices nommé Marc Jolivet qui s’y est posé et qui, depuis trois ans, y a créé un mini-festival de deux jours accueillant des amis chanteurs dont, cette année, Charlélie Couture et Liane Foly qui en est la marraine.
Accueil chaleureux de son maire, Régis Martin puis, plus tard, de Marc Jolivet quelque peu perturbé par les gouttes qui vont doucement s’abattre durant plusieurs heures, mettant en péril la soirée. Excité comme une puce, volubile, Il n’arrête pas une minute  d’aller et venir, de parler haut, de me promettre une interview qui ne viendra jamais malgré un temps de pause-champagne qu’il va faire durer, sous la tente VIP, à l’abri de la pluie.
Liane arrive, ne peut évidemment pas répéter, sans compter que certains matériels sont endommagés. Le public, lui, commence à arriver et bientôt un rassemblement de parapluies qui ne cesse de s’agglutiner devant l’entrée, attend, stoïque, de savoir si le concert aura lieu.
Finalement, vers 20 heures la pluie a l’air de quitter le territoire, Liane peut faire une succincte balance et les portes s’ouvrent remplissant en dix minutes les quatre cents places de ce théâtre en plein air.
Après la chaleur de la journée, la soirée se fait fraîche mais des plaids vendus 5€ au profit de la Croix Rouge sont pris d’assaut.

LIANE FOLYLIANE FOLYLIANE FOLY

Liane peut arriver… enfin presque, car elle est allée se changer à l’hôtel et n’est pas là. Du coup, c’est avec délectation que notre maître de cérémonie et sa fille Camille, elle aussi comédienne, vont combler l’attente. Et comme toujours, Marc se lance, en fait des tonnes, raconte tout et n’importe quoi mais c’est improvisé et ça fait patienter le public bon enfant.
Liane arrive enfin avec son pianiste Hervé Noirot, musicien magnifique qui accompagne Liane depuis de longs mois en France, au Québec, à Londres avec ce piano-voix jazzy qui colle à la voix de cette chanteuse qui aurait pu faire une carrière dans le jazz mais qui a préféré varier les plaisirs en étant aussi chanteuse de variété, humoriste, comédienne, journaliste à l’occasion et imitatrice de talent. D’ailleurs, durant le spectacle, elle ne se privera pas, entre deux chansons, d’imiter Muriel Robin, Line Renaud, Catherine Frot et quelques autres. Elle ne se privera pas non plus d’égratigner avec plus ou moins de tendresse Brigitte Macron, Line Renaud, André Manoukian qui fut son compagnon…
Mais surtout elle chantera et là, c’est le plaisir extrême car elle mêle, bluzzy-jazzy, ses propres succès avec des chansons de compositeurs qu’elle aime… ou qu’elle a aimés car, avoue-t-elle en riant «il y a beaucoup de morts autour de moi !»… En effet, Michel Legrand, Charles Aznavour, Balavoine, Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Nougaro, Michel Berger, George Michaël, Léo Ferré et je dois en oublier, sont au programme et c’est un véritable plaisir que de retrouver ces succès intemporels revus et corrigés par la sublime voix de Liane : «Hier encore», «C’est extra», «Yentl», «Le cinéma»… Ça, c’est de la belle chanson que nous devons à des artistes français. Elle terminera d’ailleurs avec «Les adieux d’un sex symbol» la chanson phare de Diane Dufresne dans «Starmania», magistrale interprétation qui a fait se lever le public.

LIANE FOLY

Bien évidemment, Marc Jolivet n’a pu s’empêcher de venir occuper la scène et ce fut un moment complètement surréaliste où tous deux sont partis dans des souvenirs communs très particuliers Liane nous dévoilant (info ou intox ?) ses rapports particuliers avec les deux frères Jolivet, la naissance de son show «La folle parenthèse» écrit avec Marc et quelques autres badineries du genre.
Il y eut aussi le gag du bouquet de fleurs impromptu, l’un des organisateurs le lui apportant sur scène croyant qu’elle avait terminé son tour !
Bref, loin de sa tournée d’été, Liane sut habilement mêler chansons, imitations, humour pour le plus grand plaisir d’un public qui, même un peu transi, a su l’apprécier et le lui prouver.
Du grand art, Liane et heureux de t’avoir à nouveau retrouvée, d’autant que, durant quelques semaines – et on l’espère, le plus longtemps possible ! – on va te découvrir à la télé abordant un nouvel art : la danse puisque tu fais partie du casting «Danse avec les stars» avec  à la clef, cinq heures d’entrainement par jour… Courage !
Un nouveau disque, un nouveau show sont sur le feu (voir interview)… Alors à quand ?
L’avenir nous le dira.

Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier