JUMELAGE FRANCO-ITALIEN AU CASTELLET

A

Après l’Allemagne et l’Israël, sur une idée de la conseillère municipale Dominique Blanc, un troisième et sympathique jumelage vient d’être signé dans le petit village varois du Castellet : celui d’une commune de la province de Mantoue : San Benedetto Po.
C’est sous un magnifique soleil presque estival que le maire du Castellet Gabriel Tambon, Nicole Boizis, première adjointe et Dominique Blanc recevaient Marco Giobazzi, maire de San Benedetto et le consul général italien de Marseille, Paolo di Nicolo lors de la signature officielle.
Le maire italien (qui avouait en français parler cette langue « petit petit » !) présentait sa ville en appuyant sur le fait de sa richesse culturelle et de son patrimoine monastique, l’un des plus beaux d’Europe, qui possède de nombreux trésors malgré quelques disparitions dues au passage de Napoléon qui en ramena quelques trésors que l’on peut retrouver au Louvre !
Ville de traditions artistiques mais aussi gastronomiques et agricoles, qui furent souvent battues en brèche mais qui ont survécu grâce à de profondes racines, elle est en cela « soeur » du Castellet par de nombreuses ressemblances, de part aussi ses paysages, son climat méditerranéen et jusqu’aux drapeaux français et italien qui ont une certaine similitude, se partageant deux couleurs sur trois.

B C
Le Consul le précisait également, ces deux communes étant particulièrement bénies des dieux  il était donc bienvenu de créer ces liens d’amitié et de fraternité. De paix et d’humanisme, devait rajouter Dominique Blanc qui avouait avoir retrouvé, après une période difficile, une force de vie dans cette région italienne.
Nombre d’associations étaient venues se joindre à cette manifestation, comme le Comité de Jumelage, présidé par Jean-Pierre Guillermot, l’association France-Italie de l’agglomération et du Var présidée par Robert Arpino, ou encore les Amis Varois de l’Union Européenne .
Le but de la réunion de ces deux communes, devait préciser le maire du Castellet est bien sûr de dialoguer, d’échanger des expériences et des compétences, de rapprocher deux villes et deux pays voisins, de mettre les efforts en commun pour le succès de cette entreprise.
Et, devait encore préciser le maire de San Beneditto Po, pas seulement célébrer l’amitié entre deux peuples mais de mettre en état un parcours d’amitié dans l’esprit européen si malmené aujourd’hui.
A la fois solennelle et chaleureuse, cette manifestation se termina par la signature d’une charte commune sous la musique des hymnes italien, français et européen et l’échange traditionnel de cadeaux.
Une fraternelle et amicale manifestation sous le soleil commun de la Méditerranée.

D

 Jacques Brachet