La Rochelle – 20ème festival de la fiction TV
Un Toulonnais à l’honneur : Christophe CHARRIER

F

Eh oui… à Toulon, nous pouvons nous targuer que c’est un Toulonnais qui a fait le buzz au festival de la Rochelle !
Un tout jeune réalisateur, Christophe Charrier, puisque c’est son premier film, qu’il en est l’auteur, le scénariste et le réalisateur, ce qui est déjà rare et ce qui n’est jamais arrivé, c’est qu’il est le premier à emporter trois prix pour un premier film : le prix du meilleur téléfilm, le prix de la meilleure réalisation, les deux prix les plus importants et le prix de la meilleure musique signée par Alex Beaupin.
Le film s’intitule « Jonas », co-produit par « En Cie des Lamas » et Arte France et il a également fait une grosse impression sur le public et même sur les professionnels. La preuve.
Car le film est vraiment original, abordant plusieurs sujets dont la quête d’un passé douloureux, inexpliqué d’un garçon d’une trentaine d’années, Jonas (Félix Maritaud) à qui il est arrivé un drame alors qu’il avait quinze ans, drame dont il ne se souvient plus et qu’il cherche à reconstituer. Il va donc affronter son passé et en le remontant c’est un autre jeune comédien Nicolas Bauwens, qui joue l’adolescent. Entre les deux Jonas, un personnage étrange et ambiguë (Tommy-Lee Baïk) dans une atmosphère lourde, quelquefois glauque, qui vous tient en haleine.
Un film totalement maîtrisé malgré la jeunesse de Christophe, une histoire hallucinante et de jeunes et superbes comédiens avec en prime, la musique très forte, qui ajoute à l’ambiance, d’Alex Beaupin qui n’en n’est pas à sa première oeuvre pour le cinéma puisqu’il a signé toutes les musiques du réalisateur Christophe Honoré, celle du film de Michèle Laroque (Brillantissime) et qui avait déjà collaboré sur un court métrage avec Christophe.
Plaisir donc de rencontrer Christophe et ses comédiens avec en prime, celle qui joue la mère de Jonas : Aure Atika.

B A

Christophe, c’est ton premier film… Un rêve d’enfant ?
Tout à fait. J’ai toujours aimé et voulu écrire et réaliser. Je n’ai pourtant pas fait d’école de cinéma mais dans ma tête, il n’y a toujours eu que ça. Et si je n’avais pas ça, je ne sais pas ce que j’aurais pu faire.
Le scénario est une idée à toi ?
Oui, j’ai écrit tout seul dans mon coin sans savoir où ça allait me mener. C’est une fois fini le scénario que j’ai commencé à chercher un producteur et la chance a voulu que je rencontre Sandrine Brauer et Marie Masmonteil qui m’on très vite dit la phrase magique que j’espérais : « Le scénario nous plait ». Je pouvais alors commencer à vivre mon rêve !
Avais-tu pensé au cinéma ou à la télévision ?
Avec la production on s’est très vite dit que c’était un sujet pour la télé. Je pensais que le film serait vu par un plus grand nombre de spectateurs qu’au cinéma. Et là encore, Arte a très vite dit oui.
Tu es toulonnais, tu as tourné à Toulon… Y a-t-il des éléments biographiques ?
C’est un mélange de trucs perso mais j’avais envie de tourner chez moi, entre autre au Collège Notre-Dame où je suis allé, dans mon gymnase… Après, dans un film, surtout le premier, il y a toujours des éléments personnels mais j’avais envie d’écrire et réaliser un récit romanesque. On est sur de la chronique, de la romance avec du suspense, du mystère où tout se décante au fur et à mesure. Donc on retrouve des choses de moi, de mes parents… de mon chien !
Je suis parti d’un homme basique derrière lequel se trouve un prédateur auquel aura affaire Jonas. C’est en fait une jolie histoire au départ qui va, à un moment, déraper. C’est un film sur le silence, la lâcheté.

I H j
Tommy-Lee Baïk – Nicolas Bauwers – Félix Maritaud

Le choix de tes comédiens est tout juste formidable !
Le problème était que je trouve deux comédiens qui se ressemblent pour jouer deux époques de la vie de Jonas. J’avais besoin d’indices pour qu’il y ait une vérité. J’ai donc choisi Félix Maritaud, qui a déjà beaucoup tourné et Nicolas Bauwens qui poursuivait des études et n’avait jamais tourné. Je les ai beaucoup fait travailler ensemble afin qu’ils aient des postures, des gestes qu’on retrouve chez les deux. Mes comédiens, c’est du kif, du béton armé !
Justement, dans le film, Félix Martinaud, vous êtes homosexuel… C’est votre quatrième rôle d’homosexuel… N’avez-vous pas peur que l’on y vous cantonne ?
(Il rit) Même pas peur ! C’est vrai que le hasard fait que j’ai enchaîné quatre fois sur ce type de rôle. Rassurez-vous, je ne veux pas m’y spécialiser mais les propositions sont venues comme ça et comme les rôles étaient intéressants, pourquoi les refuser ? C’est mon métier de jouer et si les histoires, les rôles sont bons, pourquoi dire non ? J’ai 25 ans, j’ai le temps de jouer d’autres rôles. La notoriété n’est pas ce qui m’intéresse. Ce qui m’intéresse, c’est jouer. Mon rêve aujourd’hui serait d’interpréter un mec qui pête un câble !
Et c’est ce que vous avez toujours voulu faire ?
(Il rit à nouveau) Non, mon rêve était d’être gogo danseur à Los Angeles ! En fait, je n’avais aucun rêve précis, le cinéma est venu par hasard, par un concours de circonstances.

D
Aure Atika

Aure Atika, vous jouez la mère d’un fils de plus de trente ans alors que vous semblez être sa sœur !
(Elle rit, elle aussi) Merci du compliment mais il y a des femmes qui ont des enfants très jeunes. Je pense être une mère crédible. Ca donne d’ailleurs des rapports différents de complicité par le fait que le rapport d’âge est étroit.
Votre rôle est intéressant car vous jouez une jeune mère cool, complice et sans tabou avec l’homosexualité de son fils puis une mère plus âgée et meurtrie
Et c’était très intéressant à jouer. Le plus difficile était de me rajeunir lorsque pour la première partie de la vie de son fils !!! Et après, c’est une mère qui doit vivre avec une douleur indicible et qui doit continuer à avancer pour son autre fils.
Christophe, pourquoi avoir appelé votre héros Jonas qui n’est pas un prénom courant ?
Au départ le film devait s’intituler « Game Boy » mais le titre était déjà pris. J’ai choisi d’appeler le héros Jonas et de donner son prénom comme titre du film. Ca signifie une personne qui ne peut pas échapper à son destin.

G

Propos recueillis par Jacques Brachet
Christophe viendra au cinéma Royal à Toulon avant qu’il ne soit diffusé. Ce sera début octobre m’a-t-il dit.