Archives pour la catégorie Musique

Sanary sous les étoiles : Amaury a encore frappé !

1

Et nous revoici avec Amaury Vassili à Sanary où il était passé l’été dernier.
Le revoici dans son récital piano-voix avec son pianiste habituel Timothée Bakoglou avec qui l’on sent la complicité entre les deux artistes. Derrière son magnifique piano il mène la danse  avec ses arpèges qui enveloppent  la voix immense d’un Vassili décontracté, parlant avec le public… qui lui répond et qui reprend avec lui les chansons.
Avec maestria et une facilité déconcertante, il passe de la pop au classique il se réapproprie les musiques, charmant un public conquis dès la première chanson, époustouflé par la maîtrise de cette voix ample et unique de ténor.

2 3
Avec Noël et Mathilde Lebrethon

Standing ovation de celui-ci, avant qu’il ne se précipite pour lui faire signer disques et photos qu’Amaury signera jusqu’au dernier.
L’après-midi, il avait consciencieusement répété avant qu’on ne s’installe un moment pour bavarder, suivi d’une petite et devenue traditionnelle séance photo.
A la fin du spectacle, Noël Lebrethon, président de Sanary Animation, s’il ne lui a pas offert le bouquet traditionnel qu’il offre aux dames, et venu avec Mathilde, son épouse, le féliciter.
Ce fut encore une belle soirée estivale.

4
Avec son pianiste Timothée Bakoglou

Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier


Gilbert BECAUD… 2O ans déjà !

1

Eh oui, voici déjà 10 ans que Mr 100.000 volts nous a quittés. Et voici 50 ans qu’il a créé ce tube international qu’est devenu «Et maintenant». On ne pouvait passer sous silence ce double événement, d’autant que depuis sa disparition, on a beaucoup plus fait cas d’Aznavour, de Breln de Dassin ou de Cloclo que de lui, pourtant immense auteur-compositeur et chanteur, lui qui a tout inventé de la musique et des rythmes “modernes”, lui qui a été le premier à dépoussiérer la chanson française, lui qui a été “idole” avant les idoles et qui a été l’objet du premier fan club, lui qui est à l’instigation de cette mode étrange de casser les fauteuils de plaisir, de joie, de folie, lui qui a rendues folles les premières fans de chanteurs…
Bref, lui sans qui peut-être, les années 60 françaises n’auraient pas été ce qu’elles ont été.
Et que ce soit un Toulonnais qui soit au début de ce revirement musical incroyable, me comble d’aise, de joie, de fierté. Par contre, ce qui me désole c’est qu’aujourd’hui, il semblerait qu’on l’a oublié alors qu’on commémore des fêtes de beaucoup d’autres chanteurs qui n’ont pas eu, loin de là, la carrière internationale qu’il a eu.
Bien entendu, durant mes pérégrinations journalistiques, j’eus l’occasion de rencontrer souvent l’ami Bécaud car, quoiqu’on ait pu dire de son caractère, il m’a toujours reçu avec gentillesse et simplicité, jusqu’à sa dernière tournée où, comme un symbole, alors qu’il se prêtait à une petite séance photographique, il me fit ce “bonjour” (ou cet adieu !) de la main… Il devait disparaître quelques mois après…
Disparu en 2001, François Silly de son vrai nom, est donc né à Toulon, bercé par ces marchés de Provence qui sont loin d’être entièrement toulonnais, comme on aimerait à le croire
Il est un des seuls artistes à avoir franchi la barrière américaine et certaines de ses chansons ont franchi les mers pour devenir des tubes internationaux comme “Et maintenant”, “Nathalie”, “Je t’appartiens”, “Madame Rosa”, une comédie musicale… qu’il n’a pu monter en France et que devait jouer Annie Cordy…
Nombre d’artistes internationaux ont repris ses chansons qui sont intemporelles.

4 5

Il avait le rythme dans la peau et ce n’est pas pour rien qu’il fut surnommé “Monsieur 1000.000 volts !”
C’est en 1994, alors qu’il fêtait, comme il m’avait dit, “40 ans d’amour”, que je le rencontrai pour la dernière fois.
Incroyable…Les années étaient passées, la maladie aussi et il restait le fringant jeune homme qui, en quelques notes assenées sur un solide piano bien tempéré, avait changé la face de la chanson française, par le rythme qu’il y apportait, la folie qui faisait casser les premiers fauteuils de l’Olympia…
Musicalement, l’éclatement des années 60 en France, se fait grâce à lui.
Fidèle à l’Olympia qui l’a alors accueilli 29 fois, il aura fêté ses 40 ans… au Palais des Congrès !
Si nombre de chanteurs ont écrit un livre de mémoires, lui, il fait un nouveau disque “Mea culpa”.
Ce qui mérite une explication. Qu’il me donnera avec le sourire et la simplicité dont il ne s’est jamais départi, confortablement installé dans sa loge du Zénith-Oméga de… Toulon, duquel il a fait l’ouverture et où il revient deux ans après !

“Deux fois en deux ans à Toulon, c’est exceptionnel tant il est vrai que, par le hasard des itinéraires, je ne m’y suis finalement pas produit souvent… Et pourtant, bien évidemment, je reste attaché à cette ville… Mais comme je le dis dans une chanson : “Quand t’es petit dans le Midi, t’es pas petit comme ailleurs….avant de parler… tu mens !”
Justement, quels souvenirs gardez-vous de votre ville natale ?
Surtout le souvenir de vacances d’été car il faut savoir que je suis allé habiter Nice alors que j’avais un an.
Mais je revenais à Toulon pour revoir ma mémé, mon pépé et mon “tonton jardin”…
Je me souviens d’une petite maison, d’un appartement au troisième étage d’où l’on voyait, d’un côté, les rails de chemins de fer et l’usine à gaz, et de l’autre, un grand jardin… Y revenant adulte, j’ai retrouvé les rails, mais beaucoup moins imposants, l’usine avait disparu et le jardin… je l’ai trouvé vraiment beaucoup plus petit que dans mes souvenirs !

3 2

Alors, ce “Marché de Provence”, finalement, il est toulonnais ou Niçois ?
Il est… provençal ! Né à Toulon et découvrant ce marché du Cours Lafayette l’été et vivant à Nice et voyant le marché tous les jours, je me suis rendu compte qu’il y avait plein de points communs et c’est donc en fait un mélange des deux !
Ces points communs ?
Les sensations, les odeurs, le soleil, l’accent… C’est en fait le marché de Louis Amade !
Alors, cette année, vous fêtez vos 40 ans de carrière et, au lieu d’écrire, comme nombre de vos collègues, un livre de souvenirs, vous nous offrez un disque..
Le disque, ce n’est pas une idée à moi mais de mon équipe…
Je n’aime pas parler de moi et je n’aurais jamais eu l’idée d’écrire mes mémoires, même si nombre d’éditeurs me l’ont demandé. Je pense que je n’aurais même pas eu l’idée de faire ce disque et mon entourage a dû insister deux ans et demi avant que je ne dise oui. Mais attention : ce n’est pas un disque testament. C’est simplement l’histoire d’un homme et d’un chanteur et tout ce que je chante est authentique. Quant au livre, sachez qu’il n’y aura jamais une bio signée de moi.
D’abord parce que je n’ai pas de mémoire, puis parce que je ne suis pas passéiste et enfin parce que j’ai trop de projets pour m’appesantir sur moi et sur mon passé…
Vous avez toujours été fidèle à l’Olympia depuis vos débuts et voilà que vous allez faire la fête au Palais des Congrès !
Et alors ????
Il faut bien de temps en temps changer l’eau des églises !
Vous savez, je fais rarement ce qu’il est “normal” de faire ! Ne vous en faites pas, il y aura un Olympia ! C’est une salle plus intime où l’on se sent plus proche du public… Comme je le chante, “Il est à moi” (l’Olympia !)… Mais le Palais des Congrès est une très belle salle et j’avais envie de m’y installer… Voilà tout.
Satisfait ?
Satisfait !… Après tant d’années, arrivez-vous encore à surprendre le public ?
(Il rit). Difficile de faire parler botanique aux fleurs ! C’est au public qu’il faut poser cette question ! En tout cas, ce qui est formidable, c’est que le public, lui, continue à me surprendre. Il n’est pas toujours là où je l’attends, il fait un succès d’une chanson à laquelle je ne m’attendais pas… Et vice-versa. C’est mystérieux… Et c’est bien !

6 7 8
En tournée. Arrêt à Nice.

Avez-vous des exemples ?
“Et maintenant” que l’on a écrit très vite alors qu’on bloquait sur une chanson qui me tenait particulièrement à cœur. Si je ne me souviens même pas du titre de la première, la seconde a littéralement explosé en France et dans le monde entier sous le titre de “What now my love”, qu’ont chanté des tas d’artistes comme Petula Clark, Franck Sinatra, Elvis Presley, Sonny and Cher, Bob Dylan, Diana Ross, Johnny Mathis, Shirley Bassey, Sammy Davis, Marianne Faithfull, Barbra Streisand, Judy Garland, Nana Mouskouri
Pour rigoler et imiter les Platters, j’ai fait “Le jour où la pluie viendra” qui a été chantée par plein de chanteurs et a également fait le tour du monde et un énorme succès en Allemagne sous le titre de “Am tag als der regen kam” par Dalida qui l’a aussi enregistré en italien et en espagnol). Elle a d’ailleurs fait aussi un tube en Italie avec “Et maintenant” (Che mai faro) ainsi que Milva, Ricchi e Poveri. Sans compter les chanteurs français qui sont aussi nombreux. (On garde en mémoire les versions de Johnny ou encore de Grégory Lemarchal)
On ne fait pas des standards tous les matins et c’est ça l’intérêt du métier.
A propos de ces chansons qui ont fait le tour du monde, quelles sont vos versions préférées ?
Oh la colle !!!
D’abord, je ne dois pas les connaître toutes… Disons Sinatra, Petula Clark Elvis Presley… Pas mal le petit, belle voix !
Enfant, vous imaginiez-vous que vous deviendriez une star internationale ?
Petit, surtout dans le Midi, comme je le chante sur cet album, tout paraît possible…
J’ai toujours aimé la musique, j’ai fait des études classiques au conservatoire, donc, je savais déjà que ce serait la musique. Mais devenir chanteur et “vedette” comme on disait alors, a été un concours de circonstance. Organisant une fête pour les soldats alors que je faisais mon service militaire, je me suis mis à chanter en m’accompagnant au piano.
Et c’est parti comme ça !
Vous savez, quelquefois on choisit sa vie, son métier et quelquefois ce sont eux qui vous choisissent… C’est ce qui s’est passé”.

9

Ultime interview d’un artiste hors norme, hors du temps, qui a sans le savoir, ouvert la porte à toutes ces têtes de bois qui avaient un âge tendre lorsqu’il a débuté, qui est de toutes les époques et qui, aujourd’hui encore, nous surprendrait.
Aujourd’hui je regrette qu’on n’évoque pas Bécaud plus souvent. Il semble oublié et pourtant, il a donné ses lettres de noblesse à la chanson française dans le monde entier.
Petite anecdote : alors qu’il était déjà star, un tout jeune chanteur essayait de percer. Il était alors marié à une danseuse qui, fatiguée de ramer et de vivre avec un chanteur sans avenir, qui plus est, au caractère exécrable, alla travailler avec Bécaud.
Elle se nommait Janet Wollacoott et son mari était… Claude François !
Elle devint sa compagne, lui fit un enfant… Ce que Claude eut du mal à digérer et à pardonner, même si, finalement, il fit la paix avec la star lorsqu’il devint star lui-même… La rencontre eut lieu chez les Carpentier.
Mais ça… C’est une autre histoire !

Jacques Brachet



ANGELINE The new queen of the soul

1

Une tornade est passée sur Sanary
Un corps de sirène, un regard étincelant sous une mousse de cheveux, elle surgit sur scène sur des hapeaux de roues… et se poursuivra jusqu’au bout, nous laissant haletants, éblouis.
La tornade Angeline vient de passer, pour rendre hommage à Tina Turner.
Et comme elle le fait bien, sans pour autant lui ressembler car elle a sa propre voix, sa façon de danser à elle. Ni un sosie, ni un clone, ni une pâle copie, elle ressemblerait plutôt à Shirley Bassey, avec l’énergie de Tina.
Des tenues super sexy mais jamais vulgaires, qui mettent sa silhouette en valeur, une aisance et une grâce, aussi bien pour danser que pour entrer en contact avec le public qu’elle tient en main d’un bout à l’autre d’un show éblouissant, Angeline est une révélation.
Et pourtant, elle a déjà fait un long bout de chemin musical, surtout avec les autres.
Les autres qui se nomment Johnny, Sardou, Nicoletta, Farmer, Pagny, Montagné dont elle fut tour à tour choriste. Elle a prêté sa voix pour de nombreuses pubs, a fait des apparitions à la télé, a chanté, avec Catherine Ringer, le générique du film de Josiane Balasko «Un grand cri d’amour», elle était également dans la comédie musicale «Rocky Horror Show» et la voici qui se lance en solo, préparant un disque et une tournée.
Rencontre avec un phénomène à la voix exceptionnelle.

5 6

Angeline, comment êtes-vous arrivée à la chanson ?
Par hasard ! Je travaillais… au Ministère des finances, je suivais des cours de micro-économie !
On est loin de la chanson !
Pas tant que ça car, après les cours, je montais sur le bureau et je faisais le show pour les collègues.
Il faut dire que j’ai toujours chanté. Je suis née au Cameroun, ma mère est africaine et là-bas, tout le monde chante.
Et alors ?
Alors un soir mes collègues m’ont piégée en m’amenant dans un bar-concert. Ils avaient tout combiné et le directeur m’a demandé de chanter. Ça a très bien marché. Il voulait même que je continue. Dans la salle, il y avait un musicien, d’afro-jazz, Rido Bayonne, il fut bassiste de Dizzy Gillespie et de James Brown entre autre. Il était aussi camerounais et avait un orchestre. Il me proposa d’en devenir choriste. Je suis donc partie en tournée avec lui, j’ai commencé à rencontrer des gens dont l’un m’a branché sur Herbert Léonard. C’est donc le premier chanteur avec qui j’ai travaillé. Il y a eu aussi Pierre Vassiliu, puis il y a eu des tas de chanteurs pour qui je faisais la choriste en tournée ou en studio. Sylvie, Pagny, Farmer et bien d’autres.
J’ai aussi travaillé à la télé : « Nulle part ailleurs », « Tapis rouge », où j’accompagnais les chanteurs invités aux émissions.
Puis il y a eu Johnny
La première fois que j’ai joué avec Johnny, c’était au Stade de France, où le premier concert a été annulé pour cause de pluie et où le lendemain il a plu tout autant et nous avons pris une belle douche ! C’était très rock’n roll pour le coup ! Mais ce fut une bonne école car on doit travailler quel que soit le temps.
Mais avant Johnny, j’ai travaillé avec Nicoletta et le chœur gospel dans les églises.
Puis il y a eu Sardou
Oui, en alternance avec Johnny. Lorsque l’un ne chantait pas, je rejoignais l’autre.

2 3

Entretemps vous chantiez en solo ?
J’en avais l’idée, je suis auteur et compositrice, donc j’ai écrit des chansons mitigées rock et camerounais, ce que j’appelle du rock africain ! Avec mon orchestre on a fait des galas. On a même joué pour la Fête de l’Humanité ! Une tornade est passée sur Sanary
Un corps de sirène, un regard étincelant sous une mousse de cheveux, elle surgit des coulisse, sexy en diable et tout à coup une voix explose, et le spectacle démarre sur des chapeaux de roues… et se poursuivra jusqu’au bout, nous laissant haletants, éblouis.
Puis il y a eu Johnny
La première fois que j’ai joué avec Johnny, c’était au Stade de France, où le premier concert a élé annulé pour cause de pluie et où le lendemain il a plu tout autant et nous avons pris une belle douche ! C’était très rock’n roll pour le coup ! Mais ce fut une bonne école car on doit travailler quel que soit le temps.
Mais avant Johnny, j’ai travaillé avec Nicoletta et le chœur gospel dans les églises.
Puis il y a eu Sardou ?
Oui, en alternance avec Johnny. Lorsque l’un ne chantait pas, je rejoignais l’autre.
Entretemps vous chantiez en solo ?
J’en avais l’idée, je suis auteur et compositrice, donc j’ai écrit des chansons mitigées Rock et camerounais, ce que j’appelle du rock africain ! Avec mon orchestre on a fait des galas. On a même joué pour la Fête de l’Humanité ! C’est là que j’ai été sélectionnée pour le stade de France. Il y a même Jean-Louis Foulquier venu me voir, qui voulait nous écouter en «live» pour les Francofollies mais ça n’a pas pu se faire.
Et Tina Turner alors ?
J’ai une grande admiration, autant pour la chanteuse que pour la femme qui a eu une vie incroyable, pas de tout repos, et une carrière formidable. Une femme belle, courageuse. J’avais envie de lui rendre hommage et surtout d’intervenir entre deux chansons pour raconter sa vie et le choix de ses chansons. Car elle n’a pas eu que des tubes originaux. Je voulais que les jeunes génération connaissent son parcours.
Vous écrivez des chansons. Quand allez-vous  les chanter ?
Je vais commencer à en glisser une ou deux dans mon show Tina, pour le faire évoluer, et j’espère qu’avec Jacky Lacomba, producteur de «Atout Scène Production» avec qui je travaille, on va arriver à faire un disque. J’ai aussi, dans un tout autre genre, écrit un conte musical ! J’ai créé un orchestre What’s love, d’après un titre de Tina Turner «What’s love to do with it».
Vous avez aussi enregistré beaucoup de voix off pour des pub…
Oui, toujours au hasard des rencontres. C’’est intéressant à faire car il ne suffit pas de chanter la chanson, il faut être synchro avec les images et j’aime beaucoup faire ça.
En voix off encore, vous avez enregistré le générique du film de Josiane Balasko : «Un grand cri d’amour» et pas avec n’importe qui : Catherine Ringer !
Oui, c’est un grand souvenir, tant Catherine est simple, gentille, adorable, pleine d’humour. C’est une très belle rencontre. On lui a proposé de chanter le générique et j’ai été choisie pour chanter avec elle.

4

Lorsqu’on voit votre show si plein d’énergie, on se dit qu’à la sortie de scène vous devez être épuisée !
Même pas ! D’abord, cette énergie, je l’ai en moi et le public est tellement à fond qu’il la centuple. A la sortie, je suis heureuse, j’ai une pêche pas possible !»

Jacques Brachet



Sanary sous les étoiles
Les belles rencontres de Natasha Saint-Pier

2

Bleu regard lumineux, sourire éclatant, Natasha Saint-Pier arrive à Sanary avec Bixente son petit bout de chou qui ne la quitte pas une seconde.
Retrouvailles avec cette belle chanteuse à la voix d’or née au Canada, vivant en France. Et c’est avec une grande gentillesse que nous allons parler de ses rencontres qui ont fait qu’en plus de 20 ans, elle s’est façonnée une carrière riche et originale.

«J’ai démarré au Canada en 95. J’avais alors 14 ans et mon premier disque s’intitulait «Émergence». Ma première rencontre importante a donc été le producteur Steve Barakatt qui m’a proposé d’enregistrer ce disque. Pour moi, qui aimais chanter depuis déjà longtemps, cela m’a semblé tout naturel. J’avais une amie, qui pratiquait  le haut niveau, j’étais entourée de gens qui réussissaient. Naïve, je trouvais donc que c’était normal que moi aussi je réussisse !
Et puis il y a eu «Notre-Dame de Paris»
J’avais 17 ans. C’est Guy Cloutier qui m’a proposé le rôle de Fleur de Lys que j’ai donc chanté en français au Canada et en anglais en Angleterre. Mais, malgré ce qu’on a pu écrire ou dire, je n’ai jamais joué le rôle en France.
C’est pourtant grâce à ça que tu viens en France et que tu rencontres Robert Goldman, le frère de Jean-Jacques.
Oui, je préparais mon nouvel album et je voulais une chanson qui soit typiquement française. Robert, qui était ami avec mon producteur, m’a proposé «Je n’ai que mon âme ». Il se trouve que la chanson a été choisie pour représenter la France au 46ème concours Eurovision, à Copenhague en 2001. Je suis arrivée 4ème.
Autre rencontre importante : Pascal Obispo
Nous nous sommes rencontrés pour l’album «De l’amour, le mieux». C’était un an après l’Eurovision. Très vite une grande amitié est née entre nous et nous ne nous sommes plus quittés. Il a participé à presque tous mes albums. Nous travaillons souvent ensemble. Nous sommes devenus un vrai tandem qui fonctionne bien. Je l’inspire, me dit-il !

8
Natasha St Pier entourée de Miguel Bose et Pascal Obispo

Justement, comment travailles-tu avec lui ?
On se voit souvent, je lui parle de ma vie, je lui raconte beaucoup de choses car je lui fais totalement confiance. C’est ainsi qu’il s’inspire de ce que je lui confie. Et à chaque fois il tombe juste. Centaines fois, il a l’idée d’un thème, d’un événement dont il a été témoin.
Alors, rencontre inattendue : le chanteur espagnol Miguel Bose !
Je vais souvent chanter en Espagne et en 2002, j’ai voulu enregistrer trois chansons en espagnol  dont «Tu trouveras», devenu «Encontras» et je voulais la chanter en duo avec un chanteur espagnol. Miguel Bose a été d’accord pour faire ce duo avec moi. Nous avons fait une tournée promo ensemble en Espagne et lorsque je vais là-bas, je la chante toujours.
Et il y a eu… Johnny !
Oui, c’est lui qui m’a proposé de faire un duo avec lui au Stade de France. C’était en 2003. Il a choisi «J’oublierai ton nom»
Quel effet cela fait-il de se retrouver sur scène avec l’idole ?
J’étais très impressionnée et pas seulement par Johnny qui a été adorable mais surtout par cette énorme machinerie qui se déploie autour de lui, par ce public frénétique énorme qu’il déplace. C’est très impressionnant de chanter dans un tel lieu avec autant de monde. J’avoue que c’était plus impressionnant que Johnny lui-même !
Il y a aussi l’aventure de la comédie musicale «Don Juan»
Ça, c’est un très bon souvenir, j’ai adoré cette comédie musicale qui n’a pas eu le succès mérité en France. J’ai beaucoup aimé travailler avec Félix Gray qui est un artiste talentueux et un homme adorable. J’avais le rôle d’Elvira, un personnage très torturé que j’ai trouvé passionnant à jouer.
Et puis, je retrouvais le metteur en scène de mes débuts, Gilles Maheux avec qui j’avais travaillé sur «Notre-Dame de Paris». Entretemps, j’avais mûri, évolué et je me suis sentie totalement à l’aise. J’avais pris de l’assurance, confiance à moi. Ça a té une belle aventure et un joli moment de ma carrière.

3 4

Autre belle aventure : «Thérèse, vivre d’amour»
Là encore une belle histoire. C’est Grégoire qui a mis en musique des poèmes de Sainte Thérèse de Lisieux et qui me l’a proposée. Nous avons fait un premier album, puis un second et je suis partie en tournée dans les églises. Tournée hélas qui s’est arrêtée suite au Covid mais nous allons essayer de récupérer les dates à la rentrée et repartir en tournée.
Chanter dans les églises, c’était une nouvelle expérience ?
Oui et une expérience formidable, d’abord parce qu’on est très près du public, en toute intimité avec un piano et des cordes, c’est une écoute tout à fait différente. Ce qui se passe est très émouvant, que le public soit chrétien ou pas.
Et avec ce disque, c’était une occasion de chanter avec Anggun…
Ma rencontre avec Anggun date de beaucoup plus loin. Nous nous connaissons depuis des années, nous avion très envie de chanter ensemble. Mais le moment ne s’était jamais présenté. Et là, cela devenait évident. Anggun fait partie de mes amies et Dieu sait que dans ce métier nous n’en avons pas beaucoup !
Au milieu de toutes ces aventures, tu as aussi été animatrice radio, tu as présenté une émission de télé et tu as même été comédienne !
Comédienne est un très grand mot. J’ai modestement participé en tant que guest à la série «Seconde chance»
J’ai toujours aimé tenter des choses nouvelles, je suis curieuse de découvrir, d’apprendre, de foncer dans quelque chose de nouveau, quitte à me planter. Mais j’adore qu’on me fasse des propositions originales, inattendues.

5 6

Et tu t’es déjà plantée ?
Je touche du bois, pour l’instant pas encore !
Tu as également été jurée de «The voice»… Belgique. Pourquoi la Belgique ?
Tout simplement parce qu’on me l’a proposé ! Il se trouve que j’adore la Belgique qui me fait beaucoup penser au Canada. J’aime aussi beaucoup le peuple belge. Je garde un très bon souvenir de ces deux années. Il y avait une belle équipe et j’ai découvert de beaux artistes. J’ai d’ailleurs gardé quelques contacts avec des participants et avec l’équipe.
Née au Canada, vivant en France, de quel pays es-tu la proche ?
C’est vrai, je suis née au Canada et j’y ai vécu 17 ans. Puis je suis venue en France. J’ai aujourd’hui 40 ans donc j’ai plus d’années passées en France. Il se trouve que mon fils est né en France et que nous y vivons. Par la vie de tous les jours et par l’école, il a appris à y vivre. Mais de mon côté, je lui parle beaucoup du Canada, je lui en apprends l’Histoire. Mais j’ai gardé ma nationalité canadienne.
Le Canada, ça reste mes racines.»

Retrouvant son fils qui s’impatiente, Natasha part se préparer pour monter sur scène.
Elle réapparait en jolie robe printanière et une fois sur scène, accompagnée de l’orchestre de Richard Gardet, elle va nous offrir un spectacle à la fois énergique mais avec de jolis moments d’émotion lorsqu’elle chante un extrait de «Thérèse», «Aimer c’est tout donner», qu’elle dédie une chanson à son fils Bixente qui, sur les marches des coulisses, ne perd pas de vue sa maman, et puis elle nous parle de son pays, de l’Acadie, du Nouveau Brunswick où elle est née, elle reprend «Les Acadiens» de Fugain, «Travailler c’est trop dur» de Zachary Richard, mais aussi un chant tribal en acadien ou encore «Cap Enragé»… Bien sûr, on retrouve les succès qui ont jalonné sa carrière comme «Je n’ai que mon âme», «Tu trouveras», «Si on devait mourir demain»,  une reprise tout en énergie de «Tandem» de Vanessa Paradis, qui a été, dit(elle, sa première chanson coup de cœur lorsqu’elle est arrivée en France. Elle nous offre aussi une chanson country en anglais et, bouquet final, «My way», accompagnée à la trompette par Richard Gardet… Superbe !

7

Ce fut un beau concert avec une petite déception du public car Natasha s’est très vite éclipsée sans s’approcher de lui pour les rituelles dédicaces. Mais on peut le comprendre lorsqu’on vit toujours à l’ombre de cette pandémie qui nous guette chaque jour.
Belle soirée sous les étoiles

Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier


La Ciotat – Festival «Musique en vacances»
Amaury VASSILI, le nouveau rockmantique

1

Depuis 26 ans, Roland Decherchi, président de l’AMEI (Association Méditerranéenne d’Échanges Internationaux) et sa belle équipe, organisent le festival «Musiques en vacances», nous proposant de grandes pointures de la musique classique, du jazz, du gospel, de la variété.
Cette année encore, le programme était fastueux, malgré tous les ennuis qu’ont pu causer ce Covid qui s’incruste et met en péril spectacles, manifestations, festivals.
Le festival a eu lieu avec succès, se terminant en feu d’artifice avec Amaury Vassili, l’un des plus jeunes et plus prometteurs ténors de sa génération.
Heureux donc de retrouver ce magnifique chanteur avec qui, au fil des ans et des disques, nous avons tissé des liens amicaux.
Heureux, lui aussi, de recommencer à pouvoir chanter devant un public et c’est donc dans ce magnifique écrin de la Chaudronnerie que je le retrouve en pleine répétition car c’est son premier concert de la saison, et il est accompagné pour la première fois de Dominique Spagnolo, avec qui il a réalisé son dernier disque, qui s’installe sur ce piano extraordinaire, véritable œuvre d’art qui suit Amaury en tournée.
Consciencieusement, c’est pendant plus de deux heures qu’il répètera, dix, quinze fois, une note, une mélodie, un passage… qu’il rejouera plus tard devant une salle pleine et émerveillée par cette voix unique, ce physique on ne peut plus romantique et un répertoire qui le fera passer du pop au classique tant il peut tout chanter.
Selon un mot inventé par l’amie Catherine Lara, Amaury est un chanteur «rockmantique» dans son costume noir et or duquel il parait sorti d’un conte de Grimm.

4 5 6

Ainsi, durant près de deux heures, il passera de «Smile» de Chaplin aux «Moulins de mon cœur» de Legrand, de «Love story» de Francis Lai au «Parrain» de Nino Rota, de «Con te partiro» de Boccelli à «Caruso» de Lucio Dalla, de Mike Brant à Slimane qui, impressionné par sa voix, lui a écrit plusieurs chansons, de «My way» à «Fragilé» version tirée de «La pathétique» de Beethoven rendue célèbre par Louise Tucker en anglais et Michèle Torr en français sous le titre «Midnight blue»
Et pour finir en beauté, il revient avec «Alléluia» de Léonard Cohen et «L’hymne à l’amour» de Piaf.
Il chante en français, en italien, en anglais.
C’est de la haute voltige, sa voix ample et belle semblant sortir tout naturellement, avec une facilité déconcertant pour accrocher les notes les plus hautes. Et le public lui a fait une ovation bien mérité.
Voilà un festival qui ne pouvait pas mieux se terminer.
Saluons au passage la superbe équipe de bénévoles de l’ami Roland qui fournissent un travail de folie, «dans la joie et la bonne humeur» et aussi l’amitié qui les lie depuis tant d’années pour certains, nous offrant chaque année un festival de haute qualité. Merci de leur accueil.

2

Et Anatoli entra dans sa vie
Entre la répétition et le repas, on a tout juste  temps de parler de ce nouvel album qui vient de sortir «Crescendo» et de son nouveau rôle depuis un mois : celui de papa !
Du coup, par faute de temps, nous avons terminé l’interview par téléphone et là… On a pris le temps !
«Amaury, voici donc ce nouvel album, enregistré durant cet enfermement obligatoire.
Tout d’abord, pourquoi ce titre «Crescendo» ?
Nous cherchions un titre évocateur, à la fois moderne et classique et la chanson n’était pas encore écrite. Ce mot est pour moi symbolique car c’est une évolution dans ma carrière. J’aime me sentir évoluer et c’était la première fois que je produisais un disque de bout en bout. Ce qui est aussi symbolique c’est de retrouver Dominique Spagnolo avec qui j’avais fait mon premier album «Vincero». Nous avons donc enregistré ce disque entre la France et la Macédoine, puisque nous avons trouvé un orchestre symphonique de quelque 50 musiciens qui enregistraient dans un studio à Skopje et avec Dominique nous coordonnions tout de son studio.

9 8

Ce n’est pas un peu compliqué, un peu frustrant d’être si loin ?
En fait non. D’abord c’était une obligation que de travailler par skype et ça a donné une surprenante énergie musicale. C’était intéressant et de plus, nous n’étions que tous les deux dans le studio et nous nous consacrions seulement à la précision de l’enregistrement. Il n’y avait pas de parasite entre nous.
C’était finalement encore plus pro, plus exigeant, plus précis. Lorsqu’on est entouré de musiciens c’est très agréable mais on est toujours perturbé par quelque chose, alors que là nous étions très concentrés, très à l’écoute. Du coup, on a avancé très vite. En un mois et demi tout était enregistré.
Et la communication, comment se faisait-elle ?
En Anglais. Ça n’a posé aucun problème.
Retrouver Dominique Spagnolol après dix ans, quel effet ça fait ?
Déjà, ça c’est fait par hasard, grâce à un ami commun, car nous nous étions un peu perdus de vue. Pourtant, lorsqu’on s’est rencontré la première fois, nous étions tous deux débutants… En pleine croissance ! Il était mon premier violon. C’est lui qui avait écrit les arrangements de la chanson «Alléluia». Cet ami lui a envoyé un message, il a repris contact avec moi et nous avons eu envie de retravailler ensemble sur l’album de Noël que je préparais… et qui n’a pu se terminer à cause du Covid*. Du coup, nous nous sommes lancés dans cet album intermédiaire car je voulais sortir quelque chose au printemps… Et l’album de Noël n’était pas vraiment d’actualité !
Comment as-tu choisi tes chansons ?
J’ai toujours une petite liste de chansons que j’aime et que j’aimerais chanter dans mon téléphone. Chaque fois que je pense à une chanson, je la note. Il y avait des chansons coups de cœur auxquelles je pensais comme «The prayer» que chantent Céline Dion et Boccelli. «Maria» de «West Side Story», un incontournable pour moi, comme la chanson du film «Gladiator» devenue l’hymne du club de foot de Liverpool «You’ll never walk alone» «Vivro per lei». Et puis est venue une proposition de mon label : une vieille chanson qui fut un chant des partisans devenu un phénomène mondial grâce à sa reprise dans la série «La casa del papel» : «Bella Ciao». Il y en a de nombreuses versions de par le monde mais pas une en version totalement symphonique.
J’ai également voulu me faire plaisir en reprenant une chanson de Bocelli que j’adore mais qui n’est pas un de ses gros succès : «Romanza». C’est mon coup de cœur et je voulais la faire découvrir au public.
Il y a quelques duos mais à part Chimène Badi, les autres chanteurs sont moins connus.
Je ne veux pas faire de duos avec des stars juste pour que le disque se vende. Alors bien sûr, il y Chimène avec qui je suis ami depuis longtemps, depuis 20 ans exactement où, lors de mon premier Olympia, alors qu’elle était disque de diamant, elle avait accepté avec enthousiasme de faire un duo avec moi, ce qui était pour moi inespéré et incroyable. Nous rencontrant dans un studio TV , je lui propose une chanson et pas la moindre : «The prayer». Elle était emballée et pourtant doutait en me disant que c’était un challenge pour elle. Je l’ai rassurée en lui disant que ça l’était autant pour moi. Et ça a marché !
Davide Esposito, je trouve son écriture géniale et ses mélodies qui m’emportent. Il m’avait proposé quelques chansons et sur Internet je retrouve par hasard un duo que nous avions fait en 2012 mais qui n’était jamais sorti, ni chez moi, ni chez lui : «Nord». Dix ans plus tard, nous l’avons réenregistrée en version symphonique.
Coralie Ouatmani, , c’est une jeune chanteuse que j’ai découverte lors d’un concert à Rouen. Je lui avais proposé de faire «Vivro per lei» avec moi. Quand j’ai voulu la reprendre sur le disque, autour de moi on pensait que j’allais demander à Hélène Ségara. Mais je me demandais, après le succès avec Boccelli qui en a fait une star, si ça lui dirait. Et puis j’ai pensé à Coralie et ça me permettait de lui donner une chance comme Boccelli l’avait fait avec Hélène.

3

Après avoir fait ce disque symphonique, quel effet cela te fait d’être sur scène en piano-voix ?
C’est tout-à-fait différent car avec un orchestre, on est emporté par les musiciens, on est porté par les orchestrations, on a une telle joie qu’on peut être moins attentif. En piano-voix, l’exigence reste la même mais on ne peut pas se cacher derrière l’orchestre, on ne peut pas cacher voix, c’est un vrai duo, il faut y aller, rester très précis et beaucoup plus attentif. Comme son nom l’indique, il n’y a qu’une voix accompagnée d’un piano, ce doit être plus brut, plus efficace. Il ne peut pas y avoir d’à peu près. De toute façon, on ne chante pas de la même manière dans un théâtre et en plein air, dans une salle ou une église, avec un orchestre ou avec un piano. Il faut savoir s’adapter
Alors, grand événement pour toi : tu as un petit bébé depuis un mois… Ça change la vie, non ?
Oui, et pour beaucoup de raisons : d’abord on est responsable d’un être.
Le plaisir égoïste d’être sur scène donne du bonheur. L’attention se porte sur soi et tout à coup celle-ci se transfère sur cette chose si précieuse qu’est un enfant.
Alors c’est vrai, un fils de chanteur est amené à voir partir son père ou sa mère. J’essaie d’être là le plus possible, de revenir plus vite plutôt que de passer une nuit à l’hôtel …
Tu as choisi Anatoli comme prénom, un prénom russe comme le tien, Vassili. Y a-t-il de la descendance russe dans ta famille ?
Pas du tout ! C’’est ma mère qui avait la passion des prénoms exotiques  et c’est ainsi que je me prénomme Amaury Vassili ! Avec ma compagne, on a eu envie de continuer dans ce sens-là. Anatoli, c’est la version russe d’Anatole, prénom qui revient à la mode. Mais avec Stéphanie, nous ne voulions pas un prénom banal. Nous avons donc choisi ce prénom car ça évoque une belle région de Turquie et que c’est le prénom de Karpov, grand champion d’échecs !
Toute la famille a adoré !»

7
A gauche : Dominique Spagnolo

Propos recueillis par Jacques Brachet

Jacques Brachet
Photos Didier Carpentier
*L’album de Noël sortira… à Noël prochain !
A noter : Vassili passera à «Sanary sous les étoiles» le 5 juillet et le 21 décembre à la Garde


Sanary sous les étoiles : The Rotophonics en concert

roto

 «Return to the Motown» avec «The Rotophonics»

Retrouver l’esprit de La Motown ….. Voyager dans le temps …
Retouvez «The Rotophonics en concert,» en hommage aux formations musicales américaines des années 60 et 70 et aux grandes heures de la Motown et de la soul music.

Pour retrouver l’esprit musical des concerts mythiques de Marvin Gaye, Otis Redding, Ben E King Ray Charles et de nombreux autres artistes des années 1959 à 1972. Les Rotophonicsont choisi d’utiliser sur scène des instruments aussi légendaires que le mythique orgue Hammond B3 et sa cabine Leslie, le piano Fender Rhodes , les guitares Fender ou Gibson … qui restituent des sonorité si particulières et si familières et qui associées à des tenues de scène noires et blanches vous permettront de vivre le ressenti des spectateurs qui découvraient cette nouvelle musique.
Retrouvez des tubes suaves ou énergiques tels que : «Stand By Me», «Let’s stay together», «My girl», «Ain’t no sunshine», «Compared to What»… lors d’un concert exceptionnel à «Sanary sous les étoiles», samedi « & juillet à 21h30.


Sanary sous les étoiles Joyce JONATHAN
un vent de fraîcheur dans la canicule

2Joyce Jonathan arrive toute belle, toute souriante, toute simple, regard lumineux, dit bonjour à tout le monde, ce qui devient rare aujourd’hui chez la jeune génération de chanteurs.
On est aussitôt sous le charme de cette jeune chanteuse qui, voici plus de dix ans, était venue chanter, toute timide à Sanary. Elle devait avoir seize ans, débutait alors et voici qu’aujourd’hui c’est une artiste accomplie qui a gardé le charme et la simplicité de ses débuts.

3 4

Malgré une écrasante chaleur, elle va consciencieusement répéter avant de m’offrir un moment d’entretien, ce qui se fait aussi rare de nos jours.
Dans l’intimité d’un joli salon concocté par la belle équipe de Serge Loigne et de Noël Lebrethon dit «Nono», respectivement directeur et président de Sanary Animation, et de leur équipe de choc, qui nous offrent chaque année deux mois de concerts sous les étoiles, nous nous installons dans ce joli cocon.
«Joyce, question hélas devenue aujourd’hui traditionnelle : comment avez-vous vécu ce confinement ?
Je crois que nous avons tous eu le même ressenti. Tout d’abord ça a été de l’incompréhension, puis la déception de tout devoir annuler et cette incertitude de ne pas savoir où on allait, surtout lorsque le second confinement a été déclaré. Là, ça a commencé à être très long.
Par contre, dans ma vie personnelle, ça s’est mieux passé car j’étais enceinte !
D’un autre côté, ça nous a rapprochés de la terre, de la nature et de la réalité de la vie.
Mais le plus difficile a été le manque de concerts et de public. Ça a duré trop longtemps… Et j’espère de tout cœur que ça ne va pas recommencer car retrouver le public, après la frustration, ça a été le bonheur.
Et vous, qu’avez-vous fait durant cet enfermement ?
J’ai beaucoup travaillé, j’ai réalisé à la maison la moitié de mon album qui paraîtra en fin d’année.
J’ai pu aussi enregistrer quelques chansons lorsque les studios étaient restés ouverts. Comme je suis très perfectionniste, j’ai revu et corrigé toutes mes chansons, j’ai eu le temps de les peaufiner.
Alors, lorsqu’on a une licence de psychologie, comment devient-on chanteuse ?
La chanson est arrivée bien avant les études car j’ai toujours voulu chanter. D’ailleurs, j’ai longtemps, naïvement, cherché à savoir si l’on pouvait passer un bac en chanson ! Du coup, je suis allée jusqu’au bac, en parallèle j’ai appris à écrire, à jouer de la musique et à passer une licence en psychologie. J’ai réussi mon diplôme et en même temps j’ai cherché sur Internet une maison de disques que j’ai trouvé : My Major Compagny.

5

Du coup, plus de psycho ?
Je dois avouer que depuis, j’ai complétement oublié d’aller chercher mon diplôme ! Mais comme j’ai très envie de me lancer dans une maîtrise, il va falloir que j’y pense !
Vous croyez que vous en aurez le temps ?
Vous savez, si l’on voit toujours le bon côté de ce métier de chanteuses, les gens ne voient pas le côté coulisses. On est souvent en attente, on passe du temps sur les routes, on arrive dans une ville, on fait les balances et puis on se retrouve souvent à l’hôtel, à attendre l’heure du concert. Il faut meubler ce temps. Et justement, lorsqu’on passe des heures en voiture, en train, en avion, il faut faire quelque chose. En voyage, sur les routes, je bosse mes chansons, j’en écoute beaucoup, je suis très investie, je donne mon avis. Je regarde aussi des séries. Je me souviens que lorsque j’ai fait ma tournée en Algérie, je me passionnais pour «Downton Abbey». J’étais accro, je n’arrivais pas à la lâcher. Dès ma sortie de scène je la retrouvais !
Vous préférez ça plutôt que de visiter une ville, un pays ?
Là justement, on n’a pas assez de temps. Mais j’ai par contre beaucoup visité la Chine.
A ce propos, vous vivez avec elle une belle histoire d’amour !
Oui, et ça dure depuis dix ans ! Il se trouve que mes parents parlent chinois et j’ai appris le mandarin. Du coup j’ai enregistré un disque dans cette langue qui a beaucoup marché et qui marche toujours. Depuis dix ans je vais là-bas une fois par an. Hélas, avec le Covid, les frontières sont fermées et depuis, je n’y suis plus allée. Ça me manque.

6 9
7 8

Vous êtes chanteuse, auteure, compositrice et de temps en temps comédienne…
Oui, je pense que toutes ces disciplines  se rejoignent, je fais de la scène depuis plus de dix ans, j’ai fait des clips,d onc j’ai l’habitude des caméras, des micros.
A ce propos, vous avez écrit les paroles de la chanson générique de la série «Demain nous appartient» et vous y avez même joué. Comment se fait-il que ce soit Lou qui chante le générique et pas vous ?
Lorsque la série a été créée, la production cherchait une chanson pour le générique, qui serait chantée par une des comédiennes phare de la série. Avec Lou Jean qui a écrit la musique, nous avons présenté la chanson et c’est celle-ci qui a été retenue. C’est Lou qui a été choisie pour la chanter car dans la série elle joue le rôle d’une jeune chanteuse. Du coup, on m’a proposé un rôle dans la série.
J’ai ainsi découvert une ville superbe, Sète, la patrie de Brassens.
Mais pas un rôle récurrent !
Non, c’était juste un passage. Mais je ne me considère pas encore comme une comédienne, même si cela me plaît. J’ai fait des apparitions dans «Nos chers voisins», «Scènes de ménages», «Plus belle la vie» et j’ai également joué dans «Meurtre en Moselle». Mais pour le moment je suis juste un petit moustique !
Il y a aussi quelque chose que vous aimez : les duos.
Oui, ce sont de jolis moments de rencontres et j’aime travailler avec des artistes aussi différents que Vianney, Adamo, Ycare, Lama, Emmanuel Moire…
De toutes vos rencontres, quelles sont les plus marquantes ?
Difficile question mais il y a bien sûr Louis Bertignac qui a collaboré à mon premier album, avec qui j’ai été co-coach sur «The voice». Nous sommes très soudés. Il y a évidemment Vianney avec qui j’ai chanté «Les filles d’aujourd’hui» et que je chante sur scène. Il y a bien sûr Michaël Goldman (le fils de…) qui a créé My Major Compagny et qui a produit mon premie disquer. Tout est parti de lui. Et puis, une nouvelle belle rencontre : Ibrahim Maalouf avec qui je travaille sur mon prochain disque».

10

Avec Joyce Jonathan, on pourrait parler des heures tant déjà, sa jeune carrière est riche en événements, en rencontres. Mais l’heure tourne, il faut qu’elle se prépare à monter sur scène.
Et la voici, dans une adorable robe à fleur, guitare à la main où, durant plus d’une heure, elle va nous enchanter avec sa voix cristalline et des succès  qui jalonnent déjà sa jeune carrière : «Ça ira», «Sur mes gardes», «Les p’tites jolie choses», «Les filles d’aujourd’hui», «Bottero» qu’elle a écrit et chanter avec Ycare…
Les textes sont ciselés, les musiques souvent entraînantes, Joyce passe de la guitare au clavier, se permet deux chansons en anglais qui envoient, deux reprises : «Emmenez-moi» d’Aznavour, «Il jouait du piano debout» de Berger-Gall… Elle a avec le public une belle complicité avec qui elle parle, le tout accompagné de l’efficace orchestre de Richard Gardet et ses deux superbes choristes.
Après le spectacle, en quelques minutes elle s’est retrouvée derrière les barrières où les fans se sont repus de dédicaces et de selfies.
Joyce a fait passer un vent de fraîcheur dans cette canicule estivale. C’était tout simplement un très beau moment.

11

Jacques Brachet


Six-Fours – Jean-Christophe SPINOSI : Tempête à la Collégiale

1

Ce mercredi 21 juillet, la tempête a fait trembler les murs de la Collégiale grâce à Jean-Christophe Spinosi, notre magnifique chef d’orchestre, violoniste et directeur de l’Ensemble Matheus, devenu depuis huit ans incontournable de ce festival estival.
Invité à assister à la répétition de la soirée  intitulée «Tempête et fureur», c’est dans la fraîcheur (et les moustiques !) de la Collégiale que j’ai eu l’immense joie de voir travailler ce magnifique artiste que j’ai plaisir à retrouver chaque année.
Car c’est passionnant de voir naître une œuvre qui, à force de répétitions, sera le soir-même une performance sans faille brillantissime.
«Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage», écrivait Boileau et c’est ce que font tous ces beaux artistes sous la baguette du maître, concentré, à l’écoute de chacun d’eux, reprenant un passage, un mouvement, trois notes jusqu’à l’accord parfait.
Rien ne lui échappe et c’est quelquefois cinq, dix fois, qu’ils recommencent pour être au plus proche de l’œuvre.
Perfectionniste, c’est avec patience et passion, avec énergie, sans jamais une once d’énervement, avec le sourire et l’humour, la joie et la sérénité qu’il prépare ce concert, et surtout le plaisir de retrouver le soir un public qui a manqué à tous.
Après la répétition, c’est sur un banc de pierre, sous un mûrier qui nous lâche au passage quelques fruits et face à un superbe paysage, que Jean-Christophe m’accorde un moment malgré un travail intense de dernière minute.

7 8 6

« Jean-Christophe, comment un artiste comme toi qui passe de théâtres en salles de concerts, d’un pays à l’autre, vit-il le confinement ?
Comme tout le monde : mal ! Ça a été très violent.
Mais je ne suis pas resté sans rien faire, j’en ai profité pour travailler à la «rénovation» de l’Ensemble, essayer des choses, d’autres possibilités, en essayant de garder le contact avec le public avec d’autres moyens de communication. Nous avons joué en streamer, nous avons aussi réalisé une série de courts métrages musicaux que j’espère pouvoir sortir. On a fait ce qu’on a pu pour garder le contact avec le public qui nous a beaucoup manqué.
Les retrouvailles avec le public…
Elles se sont réalisées il y a un mois avec une série de trois concerts à Berlin avec l’orchestre philharmonique de Berlin que j’ai dirigé. Tu ne peux pas savoir le plaisir de retrouver le public après tant de mois de frustration. C’était très émouvant, très beau… Un alignement de planètes incroyable !
Est-ce que ça a changé quelque chose ?
On a retrouvé la joie mais en même temps aujourd’hui, on relativise chaque concert, chaque note, on est à nouveau vivant, concret et on s’émerveille. Retrouver la Collégiale a été un beau moment, comme le seront les concerts que nous allons donner à Uzès, à St Rémy de Provence, en Corse…
A chaque concert, c’est une nouvelle bouffée d’oxygène.

3 4

Parle-moi de ces trois concerts donnés à la Collégiale…
Le premier est ce qu’on appelle aujourd’hui une battle ! C’était en fait une bataille de duos dont le sujet était grave-aigu, ténor-contre-ténor, avec José Coca Lozza, basse et Filippo Mineccia, contre-ténor. Ils se sont battus sur des duos de Vivaldi et Haendel. C’était plein de joie, de verve, d’énergie… et de défis ! Disons que c’était à la fois original et sportif !
Le second de ce soir s’intitule «Tempête et fureur», le sujet étant évidemment la tempête et l’on y découvrira une immense soprano, Sandrine Piau qui n’est jamais venue à Six-Fours mais avec qui j’ai déjà fait des concerts et un enregistrement. Elle vit aujourd’hui à Marseille. C’est un concert voix-instruments,  et l’on se retrouve au milieu de la tourmente qui emporte tout. C’est, je dirais «une météo musicale et tourmentée» !
Tu utilises une drôle de machine : une roue mue par une manivelle qui fait un bruit d’enfer !
C’est la machine à vent que l’on utilisait à cette époque. J’ai trouvé que c’était original de ressortir un tel instrument et c’est plus poétique que d’utiliser cette mécanique plutôt que des sons faits avec des machines d’aujourd’hui, d’autant que le thème est la tempête.
Tu sais qu’on utilisait beaucoup le mot «tempête» à cette époque. Par exemple, lorsqu’on avait un mal de tête, on disait qu’on avait une tempête dans la tête. On utilisait alors beaucoup de paraboles.

9

Et donc, la troisième soirée ?
Je l’ai intitulée «Une soirée chez les Mozart» où se retrouve Mozart, son père Léopold, Boccherini. Une soirée musicale  durant laquelle une comédienne, Lina Bréban, lira des lettres, tirées de la correspondance de Mozart.
J’ai entendu dire qu’en dehors de ce festival, tu allais t’investir dans la ville de Six-Fours ?
C’est vrai, il y a des projets. Le maire, Jean-Sébastien Vialatte, voudrait développer la musique classique qui, dit-il, est un vrai moyen de communication qu’il voudrait démocratiser et transmettre aux plus jeunes.
Nous reviendrons donc en résidence pour offrir des concerts et le plus beau projet c’est de créer un opéra et le jouer au lycée de la Coudoulière en y faisant participer tous les pôles d’enseignement.
C’est un projet qui m’excite vraiment !»

5

Décidemment, une belle histoire d’amour est en train de se nouer entre la ville de Six-Fours et ce musicien passionné devenu un immense spécialiste de la musique baroque.
A suivre donc…

Jacques Brachet

La Ciotat – XXVIème festival Musiques en vacances

Affiche Musique en Vacances 2021

16 au 25 juillet 2021 – Festival organisé par l’A.M.E.I
Fondée en 1984, l’A.M.E.I (Association Méditerranéenne d’Echanges Internationaux),  a pour but La promotion et la diffusion de la culture française sous toutes ses formes par l’organisation de séjours linguistiques, culturels et sportifs en favorisant les rencontres, les échanges avec différents pays étrangers en privilégiant le spectacle vivant.
Depuis sa création, ce sont plus de 995 jeunes musiciens et quelques 483 ensembles (solistes, petites formations, choeurs et orchestres symphoniques) accueillis dans le cadre de nos stages internationaux et, depuis 1996, dans celui du Festival « Musique en Vacances » de la ville de La Ciotat.
La présence des Institutions aux côtés de l’A.M.E.I. pour l’organisation de ce festival, mobilise tous les membres bénévoles de l’Association pour que cet événement poursuive son ascension sur le plan régional, national et international. La qualité et la renommée des artistes qui nous honorent de leur présence sur les différentes scènes contribuent à étendre son rayonnement.
Tout lieu est prétexte à la Musique, des plus traditionnels (théâtre, église, salle des fêtes …) à d’autres plus inattendus comme les squares dans les cités, les places et les rues, pour que la ville entière vive au rythme de la Musique.
Le XXVIème Festival «Musique en Vacances» 2021 qui se déroulera du 16 au 25 juillet gardera les mêmes objectifs que ses prédécesseurs, toujours à dominante classique avec des soirées en direction de quelques grands courants musicaux et souligner par leur différence, la richesse de l’événement.
La programmation 2021 réunira des artistes et formations aussi bien dans le registre du grand répertoire que dans d’autres domaines, sans exclusive de genre, classique, jazz et traditionnel, instrumental ou vocal.
Du jeune lauréat à la grande formation symphonique, ce sont une vingtaine de concerts qui seront ainsi proposés au public.
Chaque soirée, du 16 au 25 juillet verra un lieu s’inonder de Musique, sans oublier pour autant ceux très appréciés des rendez-vous en fin d’après-midi.
Le succès du Festival sans cesse grandissant, montre et stimule notre désir de poursuivre l’aventure pour offrir encore et encore de belles heures musicales à notre fidèle public de plus en plus nombreux à suivre nos rendez-vous.

Nico sextuor du Parvis
Nico New Ideas Chamber Orchestra – Sextuor du Parvis

Programme
Vendredi 16 juillet : Prélude -Théâtre de La Chaudronnerie – 21h00 Soirée caritative – Groupe Percujam
Au profit de l’Association « Un Regard Pour l’Autisme »
Sous l’Egide du «Lion’s Club La Ciotat Lumières»
Samedi 17 juillet : Théâtre de La Chaudronnerie – 21h00 Nico New Ideas Chamber Orchestra. Direction : Gedeminas Gelgotas (Vivaldi – Bach – Richter – Gelgotas )
Dimanche 18 juillet : Eglise Notre-Dame de l’Assomption – 21h00 Sextuor du Parvis (Bach – Pachelbel – Albinoni – Beethoven – Brahms)
Lundi 19 juillet : Théâtre de La Mer – 21h00 Big Band Utah
Grands standards de la musique Soul, Blues & Rythm’n Blues
Mardi 20 juillet : Théâtre de La Mer – 21h00/21h30 Troupe «Première» Autour de «Starmania», Opéra Rock de Michel Berger et Luc Plamandon
Mercredi 21 juillet : Eglise Notre-Dame de l’Assomption – 18h00 Duo Martenitsa – Musiques des Rivages du Danube
Jeudi 22 juillet : Cour du Cinéma Eden Théâtre – 21h00 Clémentine Coppolani & ses musiciens  – Compositions et chansons populaires  de la tradition Corse, d’inspiration jazz ou d’influences latines

borelli DSC_0058 - Copie
Monique Borrelli – Amaury Vassili

Vendredi 23 juillet : Eglise Notre-Dame de l’Assomption – 21h00 Orchestre Impromptu Direction : Alizé Lehon (Mendelssohn – Saint-Saëns – Fauré)
Samedi 24 juillet : Cinéma Eden Théâtre – 10h00 Hommage à Monique Borrelli, Soprano Colorature disparue tragiquement le 22 juillet 2020
Film de son concert donné le 20 juillet 2018 «Maria Callas, l’indomptable» Commentaire : Hervé Deroeux.
Samedi 24 juillet : Eglise Notre-Dame de l’Assomption – 21h00 Trio Alphea (Borodine – Tchaïkovski – Taneïev)  – Concert pour la sortie de leur nouvel album «Matriochkas»
Dimanche 25 juillet : Théâtre de La Chaudronnerie – 21h00 Concert exceptionnel Amaury Vassili (ténor)-Piano/Voix – Des très belles chansons aux plus grands « tubes «

Renseignements / Accueil Public / Billetterie / Réservations : 04 42 83 08 08 du lundi 21 juin au dimanche 25 juillet 2021  Tous les matins, de 9h30 à 12h30 – email : amei@orange.fr



Solliès-Pont – Festival de musique au château

photo_cour du château

La ville de Solliès-Pont, en collaboration avec l’Opéra de Toulon, propose un festival de musique classique qui se déroulera du 27 au 31 juillet.
Avec l’orchestre symphonique de l’Opéra de Toulon dirigé par Benoît Salmon, premier violon.
Premiers violons ; Bruno-Tsilavo Rasamison / Léopold Lucciardi / Sylvie Bonet / Hélène Clément / Laetitia Schiavo
Seconds violons : Agnès Kosaz / Corinne Moirano-Cartigny / Anne Fabre / Liviu Dumbrava / Nathalie Girod
Altos : Alain Pélissier / Guitty Peyronnin / Matéa Ibanez / Anna Duval
Violoncelles : Manuel Cartigny / Natacha Cartigny-Sedkaoui / Manon Ponsot
Contrebasses : Patrice Serrus / Sylvain Zackarin
Hautbois : Guillaume Deshayes

1 2
Benoît Salmon – Guillaume Deshayes

Mardi 27 juillet 2021 – 21h – «Cordes sensibles»
Direction musicale et violon solo Benoît Salmon
Hautbois solo Guillaume Deshayes
Ensemble à cordes de l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon
(Mozart, Elgar, Bartok, Williams)
Mercredi 28 juillet 2021 – 21h – «Éternité»
Avec le quatuor Varèse
(Schumann, Schubert)
Vendredi 30 juillet 2021 – 21h : «Voix nouvelles»
Récital lyrique de jeunes artistes français lauréats de concours nationaux et internationaux
Piano : Nino Pavlenichvili
Samedi 31 juillet 2021 – 21h : «Piano aux étoiles»
Piano Shani Diluka
(Beethoven, Schubert, Liszt)

Renseignements – réservations : Opéra de Toulon – 04 94 92 70 78 – www.operadetoulon.fr
Office de Tourisme de la Vallée du Gapeau : 04 94 28 92 35