Archives pour la catégorie Festivals

JAZZ à TOULON – 29ème édition

15 GROUPES PRESTIGIEUX – 12 PLACES AU CŒUR DE LA VILLE – 9 SOIRÉES DE FESTIVAL 
ACCÈS GRATUIT

CARLOS-MAZA-FAMILIA-3_preview
Carlos Maza Familia

Pour cette 29ème édition, « Jazz à Toulon » vous invite à venir vibrer au son de 15 concerts exceptionnels qui retentiront partout dans la ville, de la célèbre rade toulonnaise jusqu’au Mont Faron. Festival gratuit, pour tous les publics, Jazz à Toulon met à l’honneur une programmation éclectique et prestigieuse, associant talents internationaux et régionaux. Un rendez-vous musical estival incontournable, près de 10 jours de pur délice jazz à ne pas manquer.
Parce que Toulon a rendez-vous avec le jazz
Du 20 au 29 juillet, venez assister à des concerts inoubliables dès 17h30 en plein coeur de Toulon. Ce festival itinérant s’invite sur les places toulonnaises et dans les quartiers chaque jour pendant plus d’une semaine, une volonté d’aller à la rencontre de son public.
9 soirées jazz, 2 horaires à retenir : 17h30 et 21h30.
Un jazz sans frontières au pays des cigales
Métissé, populaire, éclectique, le Festival Jazz à Toulon vous propose de vous imprégner des multiples couleurs du Jazz. Parmi la programmation de cette année, 4 concerts remarquables et immanquables :
Si les crooners vous font rêver, rendez-vous avec le plus français des chanteurs britanniques, Hugh Coltman, qui ouvre le voyage musical, le vendredi 20 juillet sur la place de la Liberté avec son dernier album « Who’s Happy ? ». Pour les amateurs de blues, Lucky Peterson venu des États-Unis et son touchant « Tribute to Jimmy Smith ». À ne pas manquer également, dotée de techniques vocales subtiles, la coréenne Youn Sun Nah en présentation de son album « She Moves On ». Et pour terminer en beauté cette édition, l’un des plus célèbres bassistes du monde : Stanley Clark, à retrouver sur les plages du Mourillon le 28 juillet.
Dans la cuvée artistique 2018 de Jazz à Toulon : le chilien Carlos Maza accompagné de la Familia Septeto, Trilok Gurtu Quartet un métissage entre le jazz et la musique indienne, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc rendent hommage à son frère Michel avec « Remember Petrucciani » et Michele Hendricks reprend le répertoire d’Ella Fitzgerald etc…

HUGH-COLTMAN-3_preview MICHELE-HENDRICKS-3_preview JEAN-PHILIPPE-SEMPERE-(c)-JACK-URVOY-1_preview
Hugh Coltman – Michele Hendricks – Jean-Philippe Sempéré

Concert « coup de Cœur » 2018
Le coup de Cœur est aussi un coup de pouce. Il est attribué cette année au groupe Lo Triò. Réunissant trois jeunes musiciens du Sud de la France (Toulon et Toulouse), ils sont compositeurs-interprètes mais revisitent également les grands standards du Jazz ou de la Pop dans une formule intimiste et acoustique (place Mgr Deydier au Mourillon à 18h30 dimanche 29 juillet).
Déambulation jazz dans les rues de Toulon
Retrouvez les 20 et 25 juillet les parades du festival. Dès 10h30, en vous baladant dans les rues de Toulon où dans les quartiers de St-Jean du Var ou du Mourillon vous serez certainement happés par le rythme syncopé de « l’Incroyable Freaks Band » ou du « Stabbin Cabin Brass Band ».

TRILOCK-GURTU-(c)-MADHUR-SHROFF-3_preview STANLEY-CLARKE-(c)-RAJ-NAIK-1_preview
Trilok Gurtu – Stanley Clark

Programme

Vendredi 20 juillet : Hugh Coltman, place de la Liberté
Samedi 21 juillet : Lucky Peterson, place Martin-Bidouré
Lundi 23 juillet : Michele Hendricks Quintet, place Bouzigues
Mardi 24 juillet : Youn Sun Nah, place Victor-Hugo
Mercredi 25 juillet : Philippe Petrucciani – Nathalie Blanc, place St-Jean
Jeudi 26 juillet : Carlos Maza & famille Septeto, place de l’Equerre
Vendredi 27 juillet : Trilok Gurtu Quartet, place Louis-Blanc
Samedi 28 juillet : The Stanley Clarke Band, plages du Mourillon
www.jazzatoulon.com

Sanary bientôt sous les étoiles

022

Comme chaque année Sanary préparait en secret sont traditionnel événement estival : « Sanary sous les étoiles ».
Concocté par Sanary Animations et ses deux têtes pensantes Serge Loigne et Noël le Brethon, aidé par la mairie et son responsable animations Robert Porcu, cette année encore la fête sera belle et Ferdinand Bernhard, maire de Sanary, entouré des organisateurs et de quelques-un de ses élus, était heureux d’être à leurs côtés pour présenter la saison.
Heureux aussi de nous dire, en préambule, la joie et la surprise qu’il a eue que sa ville reçoive le prix du plus beau marché de France.
« J’étais déjà surpris qu’il soit sélectionné, tant il y a en Provence et en France de beaux marchés et donc d’autant plus surpris et heureux que l’on remporte la victoire. C’est un résultat inespéré.
Et je remercie du fond du cœur, tous les Sanaryens qui se sont tant mobilisés pour arriver à ce résultat. je dois dire qu’on a tout fait pour et qu’on a vécu ce moment comme une campagne électorale, en dehors du fait que le vote a duré des mois et qu’on pouvait voter plusieurs fois !
Aujourd’hui nous recevons des messages enthousiastes du monde entier : l’Angleterre, le Canada, les Etats-Unis qui sont heureux de ce résultat.

019 020 016
Noël le Brethon, Robert Porcu, Ferdinand Bernhard, Serge Loigne

Ceci dit, nous allons continuer à vivre avec les habitants et accueillir au mieux les vacanciers qui, sans nul doute, vont venir nous rendre visite.
Et pour cela, notre festival annuel va permettre, durant quelque 40 dates, d’offrir – puisque tous les spectacles sont offerts – un programme éclectique qui va du classique au jazz en passant par la variété, l’humour, la danse, les expositions, le marché de l’artisanat, les soirées du livre;;; Tout le monde y trouvera son compte ! Sans compter les feu d’artifice du 14 juillet et, le 23 juillet, de la libération de Sanary. »
Avant de laisser la parole à Serge Loigne qui présenta le programme, il devait ajouter que le budget de ce festival était de 140.000€ et souligner que le budget culturel de Sanary était le premier budget de la ville.

  5a7052582f014132610587 magrini wells
Pascal Marsault, Lisa Magrini, Angie Wells

Serge donc, nous présenta ce superbe festival, dont l’affiche originale et humoristique est signée Romain, représentant un gros ananas à lunettes surfant sur la vague
Un festival donc qui se scinde en plusieurs volets, s’ouvrant sur un festival d’art sacré qui se déroulera du 2 au 6 juillet à l’Eglise St Nazaire et recevant de magnifique artistes tels Lisa Magrini, chanteuse classique, le jeune pianiste Benoît Dumont, l’organiste Pascal Marsault, le duo de clarinettes Eva Villegas et Brice Montagnoux. Sur le parvis, du 19 au 24 août nous aurons droit à « Sanary en musique » grâce au collectif Fractales qui invitera des artistes de divers horizons comme le trio de marimba SR9, le 20 août, le violoniste Gilles Apap les 21 et 22 août, les Voix Animées le 23 août
A partir du 7 juillet, artistes confirmés, chanteurs, musiciens, humoristes, compagnies ou associations régionales se relaieront sur l’immense scène, qui risque de changer de lieu cette année mais qui sera toujours équipée, du nec plus ultra du son et des lumières.
On ne peut citer tout le programme mais quelques dates comme Christelle Chollet le lundi 16 juillet et l’orchestre de Franck Castellano, invités de la tournée Var-Matin, les Petits chanteurs d’Asnières le 20 juillet, la chanteuse de jazz Angie Wells, accompagnée du trio de Raphaël Lemonnier, le 22 juillet.

index vz-232ab4be-a060-4a15-b935-9f182a1315e5 vz-A03A245F-C7C8-4E83-9611-0BA43BA042B0

Un magnifique duo féminin : Julie Zenatti et Chimène Badi, qui nous offriront un concert intitulé « Méditerranéennes » titre éponyme de leur album en commun, nous faisant voyager en musique à travers les pays de Méditerranée. Notre ami Yves Pujol va sortir ses dossiers le mardi 7 août « pour de rire », Amandine Bourgeois, gagnante de l’émission « la nouvelle star » nous proposera son nouvel album dans un spectacle qu’elle a composé avec Mat Bastard, un spectacle blues-rock-jazz qui lui va bien, des tributes à Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Téléphone, les Beatles complèteront ce programme.
N’oublions pas les fameux et incontournables « Disques d’Or », chers à notre ami Noël le Brethon, qui existe depuis des décennies, qui a vu naître Hélène Ségara et qui durant deux demi-finales, les 8 et 12 août et la finale le 15 août, verra défiler les voix de demain et récompenser les trois meilleurs talents;
Expositions, master class, spectacles de danse, marché nocturne, carré des artistes, complèteront ces manifestations tout azimut dont vous trouverez le programme complet sur le site www.sanarysurmer.com.
A vous de choisir !

Jacques Brachet

Bandol : Les Aoûtiennes… deuxième !

010011

L’an dernier, le stade Ferrari de Bandol avait vibré durant trois soirées, avec Véronique Sanson, Matt Pokora et The Avener.
C’était la première d’un festival intitulé les Aoûtiennes… nom tout trouvé pour un festival se déroulant en août !
Comme tout nouvel avènement de cette importance, il y a toujours un doute quant au succès de l’opération; mais avec un tel trio d’artistes, ce fut un total succès regroupant en trois soirées 15.000 spectateurs.
Ce festival, organisé par la municipalité et le journal Nice Matin, ne pouvait alors que présager une suite. Et cette suite aura donc lieu les 9, 10 et 11 août, même ville, même lieu avec encore une belle programmation.
Dalida Sarkissian, adjointe à la culture, ne pouvait qu’être heureuse de voir se renouveler une telle manifestation :

008001
Jean-François Roubaud – Dalida Sarkissian

« Nous voulions créer à Bandol une manifestation d’envergure qui s’inscrive dans le paysage de la ville, qui ait un goût de fête, d’été, de soleil. C’était un souhait, une volonté d’un rendez-vous vrai et festif.
Grâce à une grande et belle équipe, le succès a été total et nous espérons que ce festival s’enracinera dans la région et deviendra un rendez-vous annuel incontournable ».
L’équipe, c’est entre autres Jean-François Roubaud, président du conseil de surveillance de Nice-Matin qui a expliqué que ce journal régional, comme tous les autres, était en perte de vitesse et que, pour continuer à exister, à pouvoir payer de vrais journalistes et rester près de l’information, il fallait trouver des moyens parallèles, ce qu’est en train de faire de plus en plus la PQR, en organisant de grandes manifestations ou en reprenant des festivals. Etre créateurs d’événements.
« Dans notre région de soleil, nous avons les vignes, le vin mais aussi la musique et c’est avec excitation que nous avons créé, avec l’aide de la mairie mais aussi de Jean-Louis Andréani, notre programmateur qui a fait les beaux jours des Voix du Gaou à Six-Fours, ce festival dédié à la chanson francophone.
L’an dernier, nous avons eu quelques nuits un peu compliquées à cause d’un mistral qui a été omniprésent; cette année nous espérons qu’il ne se mêlera pas à la fête. Nous avons changé le sens de la scène afin d’avoir vue sur la mer et que le son puisse aller l’y retrouver, gênant moins les habitants alentour et ne gênant que les poissons ! Nous avons aussi décidé de ne pas mettre de chaises, les gens l’an dernier se plaignant de voir le devant de la scène envahi par les fans et de ne plus voir le spectacle.
Notre idée, notre envie, c’est d’organiser un événement festif qui puisse réunir les gens de Bandol, des villes environnantes et les vacanciers qui sont nombreux à cette époque de l’année.
Notre idée folle c’est tout simplement donner du plaisir ».

illustration-marina-kaye-explicit-tour_1-1509616944 405421d53046954fb46f1a341735fda9.960x960x1
Marina Kaye – MC Solaar

3cf19f3af40a116f08113e5ba87b2442-vannes-voodoo-story-realise-son-reve-americain-en-chine BBB
Voodoo story – BB Brunes

Ainsi donc le programme de cette année sera de haute qualité avec :
Le jeudi 9 août : les BB Brunes qui fêteront leurs dix ans d’existence, la petite Marseillaise issue de l’émission « Incroyable talent », Marina Kay et un jeune groupe venu de six-Fours Voodoo Story qui vient de signer sur un label… chinois !
Le vendredi 10 août : Ce sera une soirée dance floor électro-accoustique…belge !
Elle réunira les groupes Lost Fréquence, 2ManyDJs et Head on Television.
Enfin le samedi 11 août, grand retour de MC Solar, tout auréolé de sa victoire de la Musique, chanteur poétique et rapant qui, avant la tournée des Zéniths cet hiver, se produira sur cette seule date exceptionnelle estivale. En première partie, The Weird Art, un grouper mené par le Toulonnais Bruno G, DJ inspiré par la musique électronique, la house, le hip-hop, le rap, le disco… On ne peut donc plus éclectique et dansant.
Trois soirées de folie… face à la mer !

150d3a_eb8b2ed7f05b4fbfb08667a2f577cbbd~mv2

Jacques Brachet

 

 

Solliès-Pont – Festival du Château
« A bientôt en Juillet ! »

A
Fred Blondin – Marie-Aurore Smadja – Rabah Houia –  André Garron

La tradition veut qu’à la fin du mois de mai ou début juin, l’on se retrouve dans le magnifique parc du Château de Solliès-Pont pour regrouper l’équipe de la Mairie, les sponsors, les amis, la presse et toute l’équipe de Sud Concert pour que nous soit dévoilée la programmation de ce festival aujourd’hui incontournable, tout simplement nommé « Festival du Château » qui se déroulera cette année du 25 au 28 juillet.
17ème édition qui, comme l’a rappelé le Maire, André Garron a eu des hauts et des bas avant qu’en 2010, Rabah Houia, directeur de Sud Concert et son équipe, ne prennent le relais de la Mairie et ne devienne professionnellement, l’un des festivals estivaux les plus courus, qui tienne le coup.
Alors qu’il y avait au départ trois soirées, Sud Concert, en toute amitié, offre depuis deux ans une quatrième soirée, ce qui permet de recevoir quatre pointures durant quatre soirs.
Le maire l’en a chaudement remercié, ajoutant qu’une véritable relation amicale s’était développée entre les deux équipes et il n’oublia pas de citer dans la sienne ses deux « bras droits » : Marie-Aurore Gotta- Smadja, adjointe à la Culture et Chantal Simon, responsable du cabinet du Maire, toutes deux totalement investies dans ce festival en particulier. D’ailleurs Rabah Houia rechérit en y ajoutant ses remerciements.
Surprise : cette année au programme, pas l’ombre d’une femme puisqu’on pourra revoir deux chanteurs déjà venus au festival du Château : Patrick Fiori, déjà présent en 2012 et Julien Doré venu en 2009 et dont c’était les débuts.
Patrick Fiori sera donc là le mercredi 25 juillet, suivi de Julien Doré, le jeudi 26 juillet, puis viendra Francis Cabrel le vendredi 27 juillet et les stars du rap, Bigflo & Oli fermeront la marche le samedi 28 juillet.

C francisCabrel en concert 40x60 ok.qxp_Mise en page 1
E F

A noter que, comme chaque année, une première partie nous fera découvrir de nouveaux artistes comme Vigo avec Patrick Fiori, un artiste non encore dévoilé avec Julien Doré qui a demandé à ses fans de le choisir. Francis Cabrel sera accompagné d’un artiste déjà connu, qui a une belle carrière : Fred Blondin. Compositeur et chanteur, il a offert des chansons à Patricia Kaas, Johnny Hallyday, Julio Iglesias, Noah, Michel Sardou et bien d’autres. Mais sa voix éraillée a inspiré des artistes comme Calogero, CharlElie Couture qui, à leur tour, lui ont écrit des chansons. On le retrouvera donc avec plaisir. En tout début de spectacle, Cabrel étant un « rural » pur et dur, accueillera les Tambourinaïres de San Sumian de Brignoles. Enfin, aux côtés de notre duo rappeur, se produira Bat.
Joli programme qui, malgré le manque de femmes, sera à la hauteur de ce beau festival.
Rabah devait nous confier : « La public revient aujourd’hui dans les spectacles, ça ne peut qu’évidemment nous plaire puisque ça nous permet d’accueillir de beaux artistes, qu’ils soient stars ou en devenir. Et ce festival existe et se pérennise, d’abord parce qu’il est ouvert à toutes les générations mais surtout grâce à une superbe entente et une belle collation de la Mairie, des sponsors avec Sud Concert. On s’y sent bien accueillis, on s’y sent chez nous, en famille et l’on est heureux de se retrouver chaque année.
Le plaisir est réellement partagé et l’on espère que ce trium virat continuera car l’an prochain sonnera l’heure de l’appel d’offre entre la Mairie et Sud Concert. Et l’on ne peut qu’espérer que ce beau mariage pourra continuer encore longtemps.

B

Et comme souvent, tout finit par des chansons, en live et avec simplement sa guitare, Fred Blondin nous a offert deux chansons : un succès ancien « Elle allume les bougies » et un titre tout nouveau qui fait partie d’un album qui vient de sortir : « Pas de vie sans blues ».
Un petit intermède qui laisse présager d’un beau spectacle.
Et comme nous l’a souhaité : « A bientôt » en juillet !

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta

Le festival les Aoûtiennes de Bandol
une programmation 100% francophone

Visuel_Aoutiennes_1200x628

Le festival Les Aoûtiennes revient pour une deuxième édition à Bandol (83) les 09, 10, et 11 août prochain. La première édition en 2017 a rassemblé près de 9000 personnes venus assister aux performances de Matt Pokora, Véronique Sanson ou encore The Avener sur la scène à ciel ouvert du stade Deferrari. Au programme cette année : un plateau de talents francophones éclectique et transgénérationnel.

A D

Le programme 2018 :
Top départ le jeudi 09 août avec les BB BRUNES : dix ans après leur premier album qui a déchainé les passions avec des tubes comme « Dis-moi », les BB rockeurs ont bien grandi et présenteront leur quatrième album « Puzzle » plus métissé : pop, rock, électro, groove. A leurs côtés la jeune marseillaise MARINA KAYE découverte en 2011 dans l’émission La France a un incroyable talent qui entame la tournée de son second album « Explicit ».
Le vendredi 10 août sera une nuit électro venue du Plat Pays dont les héros seront le jeune prodige de la « Tropical House » LOST FREQUENCIES et les mythiques Frères de 2MANYDJS fondateurs du groupe d’électro-rock Soulwax
Après 10 ans d’absence, l’interprète de « Bouge de là » et « Solaar pleure » revient en 2018 avec sa tournée « GÉOPOÉTIQUE », du nom de son nouvel album aussi inattendu qu’enthousiasmant. MC SOLAAR, à l’affiche de nombreux festivals, sera sur la scène des Aoûtiennes le 11 août prochain pour sa seule date de l’été dans le sud-Est.

B C

Jeudi 09 août : Voodoo Story // Marina Kaye // BB Brunes
Vendredi 10 août
 : Head on Television // 2manydjs // Lost Frequencies
Samedi 11 août
 : The Weird Art // MC Solaar

Informations pratiques :
Billetterie en ligne sur www.lesaoutiennes.com ou dans les points de vente habituels : FNAC, Digitick…
Tarifs : pass 1 jour à partir de 27€ (hors frais de location)
Pass 2 jours : 64€, -Pass 3 jours : 83€.
Contacts : Festival : lesaoutiennesbandol@gmail.com

Cannes 2018 – Du 12 au 19 mai : VISIONS SOCIALES

Parrain : Nicolas Philibert
Renccontres – débats – expositions
Château des Mineurs, Domaine d’Agecroft, Mandelieu-La Napoule.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Depuis plus de vingt ans, les Activités Sociales de l’énergie s’attachent à montrer un cinéma d’auteur ouvert et exigeant, qui questionne l’ordre social et l’état du monde.
Après des années de présence sur l’Esplanade Pantiero, à Cannes, elles se sont installées en 2003 dans le fantastique décor du domaine d’Agecroft, sur les hauteurs de Mandelieu-La-Napoule (à 10 mn de Cannes), donnant ainsi naissance à Visions Sociales, une manifestation en accès libre pour tous.
Visions Sociales, dont la 16e édition se déroulera du 12 au 19 mai, sera parrainé par le grand cinéaste du réel, Nicolas Philibert (Le Pays des sourds, Être et avoir…). Lors du week-end d’ouverture, il présentera deux de ses films : La Maison de la Radio (12/05, 21h) et Retour en Normandie (13/05, 18h).
Un parcours à travers le cinéma lusophone actuel, du Portugal au Mozambique en passant par le Brésil, et une sélection de longs et de courts métrages découverts dans les festivals soutenus par les Activités Sociales de l’énergie seront montrés en journée, en présence des cinéastes et de spécialistes invités, et en soirée (21h), chacun des partenaires de Visions Sociales – l’ACID, la Semaine de la Critique, la Quinzaine des Réalisateurs et le Festival de Cannes – Un Certain Regard – fera découvrir aux festivaliers un film inédit de sasélection. Enfin, le samedi 19 mai, un film de la Semaine de la Critique (10h) et un film primé de la Quinzaine des réalisateurs (14h30) viendront clore cette l’édition 2018 de Visions Sociales.
Comme chaque année, une exposition et des débats viendront enrichir cette édition qui n’oubliera pas de fêter les 50 ans de mai 68 !

Capture d’écran 2018-04-10 à 16.39.23

PARRAIN 2018 – NICOLAS PHILIBERT
Selon le critique de cinéma Patrick Leboutte, «on doit à Nicolas Philibert d’avoir réconcilié le grand public avec le cinéma documentaire, sans rien lâcher de son art et sans la moindre concession. Film après film, il met en lumière le quotidien et ce qui en constitue les joies, les peines, la grandeur et les petits riens. Bien réels et souvent drôles, parfois poignants, on ne peut oublier ses personnages qui nous ressemblent bien souvent.»
Réalisateur dedocumentaires internationalement reconnus, auteur entre autres de La Voix de son maître (son premier film co-réalisé avec Gérard Mordillat en 1978), La Ville Louvre (1990), Le Pays des sourds (1992), Être et avoir (2002) ou encore Nénette (2010), Nicolas Philibert nous fait l’honneur de sa présence lors du week-end d’ouverture où il présentera La Maison de la Radio (2013) – le 12/05 à 21h – et Retour en Normandie (2007) – le 13/05 à 18h – deux films qui, comme il le dit lui-même «ne sont pas des films sur, mais des films avec et grâce à».

THÉMATIQUE 2018 – CINÉMA LUSOPHONE
La lusophonie, c’est plus de 260 millions de personnes dans le monde, de l’Angola au Brésil, du Cap-Vert à la Guinée-Bissau, du Portugal au Mozambique et jusqu’à Macao ! A l’image du Portugal, marqué depuis des siècles par le contact avec différentes civilisations, le cinéma lusophone, varié, audacieux, attachant, a cette extraordinaire capacité à promouvoir la rencontre de différentes cultures. Les 16es Visions Sociales proposent un focus sur la production cinématographique lusophone actuelle à travers dix films choisis pour leur liberté de création et leur originalité, qui seront montrés en présence des cinéastes.

Programmation lusophone (sous réserve de modifications)
Menina, Cristina Pinheiro – Saint Georges, Marco Martins – L’Usine de Rien, Pedro Pinho – Casa grande, Fellipe Barbosa – Comboio de sal e Açúcar, Licínio Azevedo – Ausência, Chico Teixeira – Lettres de Guerre, Ivo M Ferreira – Tous les rêves du monde, Laurence Ferreira-Barbosa – Sélection « ACID Trip Portugal ».

SOUTIENS AUX FESTIVALS PARTENAIRES
Les Activités Sociales de l’énergie soutiennent de nombreux festivals en France. Chaque année, Visions Sociales présente une sélection de films découverts et primés par les bénéficiaires des Activités Sociales de l’énergie lors de ces festivals, et invite deux d’entre eux lors de séances spéciales «Festivals invités».

Site : www.ccas-visions-sociales.org
Facebook : www.facebook.com/visions.sociales

RAMATUELLE 2018 : Demandez le programme !

Le programme, commenté par Michel Boujenah

a

Mercredi 1er août : « Edmond » – Mise en scène et création Alexis Michalik
C’est le spectacle – phare qui, depuis deux ans, bat tous les record alors qu’il n’y a aucune vedette. Un très beau texte, celui de Rostand entre autres, qui tourne autour de la création de « Cyrano de Bergerac ». C’est un spectacle magnifique qui a obtenu 5 Molière en 2017. On a eu beaucoup de mal à l’avoir mais on y est arrivé

b c

Jeudi 2 août : Francis Cabrel
Là encore j’ai eu beaucoup de mal à faire venir Francis Cabrel Nous avons des bureaux mitoyens et chaque fois que je le croisais, je lui disais : tu viens quand ? Tu viens quand ? Il me répondait : Continue, tu es sur la bonne voie ! Lorsque son producteur Gilbert Coulier, m’a appelé et demandé quand il pouvait venir, je n’en revenais pas ! Je n’en suis toujours pas revenu car je ne vous dit pas ce qu’il nous coûte… Et encore il nous a fait un prix ! Aussi, les places sont à 70€. Mais je crois que ça en vaut la peine.
Vendredi 3 août : Ary Abittan « My story »
Je l’ai vu démarrer et là, c’est lui qui me tannait : je viens quand ? Il a fait d’énormes progrès donc je lui ai dit oui. Il a sauté au plafond ! Il en rêvait… Je l’ai réalisé, on est heureux. Lui aussi !

d

Samedi 4 août : « Art » de Yasmina Reza avec Charles Berling, Jean-Pierre Darroussin, Alain Fromager
La pièce est déjà venue à Ramatuelle avec Pierre Vaneck, Pierre Arditi et Fabrice Luchini. Entre temps, elle a fait un succès dans le monde entier. Toujours dans la mise en scène de Patrice Kerbrat, elle revient donc avec trois autres et magnifiques comédiens

e f

Dimanche 5 août : « La raison d’Aymé de et avec Isabelle Mergault, mise en scène et avec Gérard Jugnot
C’est une pièce un peu fantastique où Isabelle Mergault est une sorte de Jiminy Cricket. Et ça fonctionne. Isabelle en vacances, viendra tout exprès pour le festival.
Lundi 6 août : « Fausse note » de, mise en scène de Didier Caron avec Christophe Malavoy et Tom Novembre.
Tous deux pour la première fois à Ramatuelle. Tom est formidable. Christophe est incroyable et difficilement reconnaissable dans cette pièce forte, dure qui tourne autour d’un vengeance sur fond de musique classique.
Mardi 7 août : « Silence, on tourne » de et mise en scène de Patrick Haudecoeur
Après l’incroyable succès de « Thé à la menthe ou t’es citron ? », Patrick nous revient avec une pièce tout aussi déjantée. C’est le genre de pièce iconoclaste dont on se dit : mais pourquoi j’ai ri ? Et ça fonctionne d’un bout à l’autre de la pièce.

g

Mercredi 8 août : Julien Clerc
Il revient à Ramatuelle. Quand il m’a dit j’ai 50 ans, je lui ai répondu… Tu les fais pas ! 50 ans de carrière, Julien fait partie intégrante du patrimoine de la chanson française. Il est magnifique et prend la mesure du temps qui passe. Dans l’intimité, il se livre peu. Sur scène il s’ouvre. C’est superbe.
Jeudi 9 août : « Faisons un rêve » de Sacha Guitry mise en scène et avec Nicolas Briançon avec Marie-Julie Baup, Eric Laugerias, Michel Dussarat
Retour d’un fidèle parmi les fidèles car il est rare qu’il ne soit pas d’un festival, en tant que comédien ou metteur en scène. Il nous offre un Guitry grave et léger, plein d’humour, avec un quatuor pétillant
Vendredi 10 août : « Deux mensonges, une vérité » de Sébastien Blanc et Nicolas Poiret , mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Lionel Astier, Raphaëlle Goupilleau, Frédéric Bouraly, Julien Kirsche
Nicolas Poiret est le fils de Jean Poiret et Caroline Cellier. La pièce est un beau duo sur le thème : est-ce qu’après 25 ans de mariage chacun connaît vraiment l’autre ? Lionel Astier y est incroyable. J’aurais aimé jouer ce rôle !

015 - Copie

Samedi 11 août : Alex Lutz
On termine donc avec celui avec lequel on aura commencé ! Dans son précédent spectacle, il jouait un cheval dans l’un de ses sketches. Là il fait fort car il amène un cheval sur scène ! On est en train d’étudier comment il va pouvoir monter sur scène !
Alex est un malade de travail et de précision… pas comme un certain Méditerranéen que je connais !!!

Propos recueillis par Jacques Brachet
Réservations à partir du 11 avril : www.festivalderamatuelle.com

 

Draguignan – Théâtres en dracénie – 3 au 7 avril
Festival l’ImpruDanse – 2ème édition

A

La première édition du festival L’impruDanse fut un moment mémorable de la saison passée. Comment oublier « Plan B » d’Aurélien Bory où les artistes ont défié la gravité avec une aisance sans pareil ; « Bataille » de Pierre Rigal jouant sur l’humour et la dérision ; « Stimmlos » d’Arthur Perole mêlant émotion et pureté du geste ? Comment oublier « La Fresque », magnifique création que nous a offerte Angelin Preljocaj ?
Et surtout comment oublier tous les instants partagés, les échanges, les verres qui trinquent au bar du Comptoir, la fatigue des lendemains, les retrouvailles heureuses ?…
La 2ème édition sera à coup sûr un nouveau temps fort de partag
Des rendez-vous incontournables avec les œuvres d’Andrés Marín et Jean-Claude Gallota, de la grâce à l’état pur avec Fanny Soriano, de la prouesse et de la voltige avec Joris Frigerio et Matthieu Renevret, de l’intelligence du verbe mêlé à celle du corps avec Christophe Garcia et Erika Tremblay-Roy, des retrouvailles émouvantes avec Frank Micheletti… Ne manquez pas le spectacle hybride et hypnotique de Romain Bertet et la pièce, véritable œuvre de salut public, de Hillel Kogan…
Que de temps forts nous vivrons ensemble…
La danse à l’honneur, le mouvement et le geste, à l’unisson…

C D
My ladies rock (Ph Stéphanie Para) – We love Arabs (Ph Gadi Dragon)

PROGRAMME
Mercredi 4 avril
16h – Auditorium Pôle Culturel Chabran
Lettre pour Eléna – Chorégraphie Christophe Garcia
La partition dansée et jouée est vive comme l’été, rouge comme les robes qui virevoltent, profonde comme l’amitié, brodée comme une fine dentelle
Jeudi 5 avril
19h – Chapelle de l’Observance
De là bas – Chorégraphie Romain Bertet
Danse de contact avec la matière, danse de lumière et de mémoire, la performance de Romain Bertet de découvre à tâton
21h – Complexe Saint-Exupéry
D.Quixote – Chorégrphie Andrès Marin
Virtuose et grisant, « D.Quiwote » ressuscite l’esprit fr Cervantès avec une inventivité exceptionnelle, entremêlant chant, danse, image et texte
Vendredi 6 avril
19h – Auditorium Pôle Culturel Chabran
Hêtre et phasmes – Mise en scène Fanny Soriano
Deux courtes pièces qui ouvrent sur l(ailleurs avec sensualité et fougue : le songe et la métamorphose pour « Hêtre », l’animalité et les mirages pour « Phasmes »
21h – Auditorium Pôle Culturel Chabran
We love Arabs – Chorégraphie Hillel Kogan
Pièce engagée et audacieuse « We love Arabs » réunit le chorgraphe israëlien Hillel Kogan et le danseur arabe Adi Boutrous dans un acte de foi et d’espérance
Samedi 7 avril
16h – Chapelle de l’Observance
City – Joris Frigerio
« City » entrelace acrobatie, danse, texte et vidéo en une seule séquence qui fait du cirque contemporain un formidable terreau de création
19h – Auditorium Pôle Culturel Chabran
No.W.here – Frank Micheletti
U duo féminin magnétique en prise directe avec une création musicale live : de quoi donner le vertige de l’ici et maintenant
21h – Complexe Saint-Exupéry
My ladies rock – Jean-Claude Gallotta
La revue rock’n roll de Jean-Claude Gallotta est à son image, tonique et mélancolique, intrépide et optimiste. Elle fait mouche à tous les coups !

B
D.Quixote (Ph Alain Scherrer)

Renseignements – réservations : 04 94 50 59 50 – 04 94 50 59 59 – www.theatresendracenie.com

 

Mars en musique, du Var aux Bouches du Rhône

Du 23 au 31 mars, il faudra vadrouiller dans le Var, entre Toulon et la Valette, en passant par St Mandrier et le Pradet.
Du 26 mars au 8 avril, c’est à Aix-en-Provence qu’il faudra aller de théâtre en théâtre.
Pourquoi ? Tout simplement parce que, si vous êtes amateur de musique classique, deux grands festivals vous seront proposés. Dans le Var, pour découvrir le 8ème festival « Présences Féminines », créé par Claire Bodin. A Aix pour assister au 5ème Festival de Pâques, organisé par Dominique Bluzet et Renaud Capuçon.

Tiziana de Carolis anne baquet
Taziana de Carolis – Anne Baquet

Présences Féminines
Une fois n’est pas coutume, la parité ne sera pas respectée et sera remportée par les femmes car les hommes y seront rares. Mais le titre du festival annonce la couleur !
Ce sont donc des concerts, des rencontres, des conférences, des balades musicales que Claire Bodin, claveciniste reconnue, et son équipe nous proposent dans divers lieux culturels varois.
Le 23 mars, le Musée National de la Marine de Toulon accueillera le quatuor Alcea, qui proposera des oeuvres de trois compositrices : Maddalena Laura Lombardini Sirmen, Laura Aulin Valborg et Iris Szeghy.
Le 24 mars, direction de foyer Campra de l’Opéra de Toulon qui recevra un magnifique trio d’artistes: la pianiste Anne le Bozec, la violoniste Olivia Hughes, violoniste et Marion Grange, soprano. Sous le titre « Dans les jardins de Lili Boulanger, cent ans après », elle lui rendront hommage ainsi qu’à sa sœur Nadia, en interprétant quelques-unes de leurs oeuvres.
A noter une conférence qui sera proposée par Fiorella Sassanelli, dans ce même lieu le samedi 24 mars à 18h, sur le thème « Lili Boulanger, une clairière dans la musique française »
Le 25 mars, rendez-vous au théâtre Marc Baron de St Mandrier pour écouter la claveciniste Marie Van Rhijn et découvrir un danseur et chorégraphe : Pierre-François Dollé. Sous le titre « L’inconstante », ils interprèteront des pièces d’Elisabeth Jacquet de la Guerre. En lever de rideau des pièces d’Asaoka Makiko seront interprétées par Emmanuel Arakelian au clavecin et par la danseuse Eléonore Pinet.
Le 26 Mars au conservatoire TPM de Toulon, une master class sera animée par la soprano Jazmin Black-Grollemund et le pianiste David Jaackson

marie van rhijn Marie Ythier
Marie Van Rhijn – Marie Ythier

Le 27 mars, l’Espace des Arts du Pradet, recevra un quatuor composé de Jazmin Black-Grollemund, soprano, Angélique Charlopain, violoniste, Et deux Hommes encore : le contrebassiste Jérémie Decottignies et le pianiste David Jackson, qui dirigera ce quatuor et interprètera, en création mondiale « L’heure exquise » de Tiziana de Carolis ainsi que 22 mélodies d’Irène Régine Poldowski sur des textes de Verlaine. A noter une rencontre avec Taziana de Carolis, le vendredi 23 mars 16h45 au Café-Culture de Toulon.
Le 29 mars, il faudra se retrouver au Théâtre Marélios de la Valette pour un duo… mixte composé de la violoncelliste Marie Ythier et du pianiste Jonathan Fournel qui interprèteront des oeuvres de trois compositrices : Kaija Saariaho, Ethel Smyth, Dora Pejacevic. à 18h30 ce même jour, la Médiathèque de la Valette proposera « Un espace à soi » pour découvrir l’univers de Taziana de Carolis
Enfin, ce festival se terminera le 30 mars salle Fanny Ardant, au Liberté de Toulon qui, sous litre « Sur un piano perché » recevra un second duo mixte : la soprano Anne Baquet et le pianiste Damien Nédonchelle qui interpréteront des oeuvres diverses et variées d’Isabelle Aboulker, Christiane Verger, Marie-Paule Belle, Tiziana de Carolis et quelques autres compositrices. En première partie, la pianiste Léa Garnier interprètera « Tarentella » de Sophie Lacaze.
Un petit plus, les samedis 24 et 31 mars à 10h30, où l’association vous proposera, sous le titre « Suivez les femmes », une balade dans les rues de Toulon à la découverte de quelques figures et histoires de femmes, promenade guidée et animée par Anna Veyrene.
Pour tous renseignements et réservations :
06 13 06 06 82 –  presencesfeminines.contact@gmail.com – www.presencesfeminines.com

CAPUCON-R.-BUNIATISHVILI-Franck-Grieg-Sonates
Renaud Capuçon et Khatia Buniatishvili

Festival de Pâques
Ce sont 23 concerts que nous offrent Dominique Bluzet, directeur du Grand Théâtre de Provence et du Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence, ainsi que du Théâtre du Gymnase à Marseille, aidé dans cette aventure par le violoniste internationalement connu Renaud Capuçon.
Ils recevront dans les deux théâtres aixois ainsi qu’au conservatoire Darius Milhaud et en la cathédrale St Sauveur, le nec plus ultra de la musique classique internationale dont le London Symphony Orchestra, la Camerata de Salzbourg, l’Orchestre National de France, le Luzerner Sinfonieorchester, l’Orchestre National de Russie et quelques autres.
Un magistram tour du monde musical avec des artistes connus du monde entier comme la pianiste Khatia Buniatishvili, les violonistes Alina Pogostkina Vadim Gluzman, la mezzo-soprano Catherine Trottman, le quatuor Hagen, le ténor John Irvin, le flûtiste Emmanuel Pahud, le chef d’orchestre Raphaël Pichon et bien d’autre encore.
Le programme étant particulièrement riche et chargé, nous ne pouvons vous le présenter dans son entièreté .
Nous vous conseillons donc de le consulter sur : www.festivalpques.com – 08 20 13 20 13

Alina Pogostkina Catherine Trottmann
Alina Pogostkina – Catherine Trottmann

Jacques Brachet

La Rochelle 2017
Quand « les grands »… deviennent grands !

1

Arrivée à la Rochelle d’une vraie colonie de vacances : Vianney Lebasque, le réalisateur de la série d’OSC « Les grands », entouré de toute son équipe avec cinq des comédiens de cette série à succès qui a reçu l’an dernier à la Rochelle trois prix dont les deux prix d’interprétation jeunes espoirs : la belle Adèle Wismes et le toujours hirsute Grégoire Montana. Avec eux, Pauline Seyriès, Sami Outalbali, Théophile Baquet.
Joyeuse bande que celle-ci, dont les cinq comédiens qui passent cette année du collège au lycée. Et du coup, les grands deviennent les petits mais restent potaches, pleins de vie et d’espoir même si, grandir, devenir ado n’est pas toujours un long fleuve tranquille.
On les retrouve donc avec plaisir dans de nouvelles aventures estudiantines et il sortiront même de leur huis clos pour une petite escapade à Amsterdam… lieu de tous les interdits.
En tout cas à la Rochelle, ils étaient bien dissipés même si, le soir de la remise des prix, Vianney, seul sur scène, était très ému de recevoir ce quatrième prix : le prix du meilleur réalisateur !
Nous les avions tous rencontrés dans l’après-midi et s’ils étaient tous heureux de se retrouver, déjà le réalisateur était un peu inquiet :
« C’est d’abord émouvant de se retrouver cette année à la Rochelle. Ayant raflé trois prix l’an dernier nous ne pensions pas être sélectionnés pour la compétition.
Avec cette seconde saison, nous nous remettons en danger car nos ados franchissent une nouvelle étape, nos ados se retrouvent au lycée et l’on aborde donc des sujets plus graves, plus adultes. Ils ont grandi ».
Les scénaristes et auteurs nous disent la joie que OSC leur ait totalement fait confiance pour une seconde saison alors même qu’ils ne savaient pas encore si la série aurait du succès ou non. Du coup, ils sont d’autant plus heureux qu’ils ont déjà signé pour une troisième saison !

Grégoire Montna Vianney Lebasque Pauline Seyriès
Grégoire Montana – Vianney Lebasque – Pauline Seyries 
Grégoire Baquet – Adèle Wismes – Sami Outalbali

 Grégoire Baquet Adèle Wismes Sami Outalbali

Vous êtes trois scénaristes : Joris Morio, Victor Rodenbach, et vous, Vianney.
Comment travaillez-vous ?
Nous faisons des ateliers à trois, chacun explique comment il voit évoluer les personnages, leur trajectoire, les histoires qui peuvent se créer entre eux. Nous avons, cette année, essayé d’aller plus loin, les sujets ayant changé, les préoccupations des ados n’étant plus les mêmes. On écrit, on se raconte ce qu’on écrit, on le propose aux producteurs, on repart, on revient sur des événements, on confronte nos idées et peu à peu les histoires s’imbriquent, le scénario voit le jour.
Cette année, le sujets semblent plus sombres…
Sombres… c’est peut-être exagéré mais nous avons voulu monter les enjeux. Disons que c’est plus dramatique car ils commencent à avoir des problématiques d’adultes. On aborde des sujets plus interdits, plus dangereux. Des sujets qui se confrontent à la réalité.
Et puis, l’on connaît mieux nos comédiens, l’on s’en nourrit mutuellement, on voit jusqu’où on peut les amener.
Les comédiens sont-ils restés les mêmes ?
Les personnages récurrents sont restés, certains sont partis, d’autres ont pris la place. Du coup d’autres personnages ont vu le jour et l’on va voir si l’on peut en faire évoluer certains. Ca donne un peu de sang neuf. »

Grégoire Montana2

J’avais eu l’occasion de rencontrer Grégoire Montana l’an dernier et nous nous retrouvons avec plaisir. A l’époque, il ne savait pas s’il y aurait une suite. Il y était un ado un peu immature, un peu poète, lunaire et timide, ayant des difficultés à aborder les filles.
Grégoire, as-tu pris du plaisir à retrouver ton personnage ?
Plaisir et stress mêlés. Plaisir parce que j’aime cette série, j’aime mon personnage qui, tout en étant le même, a évolué avec le temps, il a vécu plein de choses au collège, il a mûri. Il a évolué dans la vie et la question était de savoir si j’avais ou j’allais bien évoluer !

Vianney, combien de temps a duré le tournage ?
Vingt-cinq jours… pour mettre en boîte dix épisodes de 26′ ! Nous avons tourné à Tours et à Amsterdam. Et même si nous avions moins de moyens qu’une grande chaîne, grâce à OCS nous avons travaillé en toute liberté, dans une confiance totale ».
Et Adèle Wismes d’ajouter : « Nous avons été heureux de tous nous retrouver car aujourd’hui nous formons une grande famille. Il y a entre nous une telle fusion que, même hors tournage, nous continuons à nous réunir ! »

2

Propos recueillis par Jacques Brachet.