Archives pour la catégorie Expositions

Marseille : Galerie1809 présente son « Expositon de Noël »

1

Du jeudi 5 décembre au mardi 17 décembre 2019, Galerie1809 présente sa grande exposition de Noël.
En cette occasion, Galerie 1809 a chosi de mettre en avant six artistes,principalement de la région :
Laëtitia Giraud : lumières et couleurs étranges de la nuit
France Gobbo : des paysages urbains entre fiction et réalité
Alexandra Delya : notre coup de cœur Art Brut du moment
Valérie Betoulaud : un univers mêlant nostalgie et modernité
Renaud Grizard : une valeur sûre de l’art contemporain
Grégoire Gardette : Reverso ou une vie à rebours 2019-1961
Artistes présents côté corner shop :
Stéphane Dupuis, Alexandra Melin Lopez, Clément Garnung, Lionel Borla, Valérie Betoulaud, Julien Solé, Raphaële Anfré, Nathalie Berger, Salam, Alexandra Delya, Elise Oudin Gilles, Sophie Geider, Séverine Dietrich, Sébascen Arcouet, Lcot, Marynn, Cécile Pujol, Julien Isnard, Silas, Clémence Renaud, Florent Touchot, Amandine Maria, Sourski.
L’exposition aura lieu juste à côté du Vieux Port, au 84 rue d ela République, dans un bel eipace de 250M2.
«Les amateurs d’art et collectionneurs, ainsi que le grand public, pourront apprécier cette nouvelle exposition de Galerie 1809 où une fois de plu éclectisme des artistes de la galerie mais aussi où de nouveaux artistes sont à l’honneur. Pour cet événement nous avons sélectionné dei artistes aux styles et univers variés, est il y aura un corner shop avec une sélection petits formats, parfaite pour se faire plaisir ou pour offrir, avec Noël qui
approche !» nous explique Florent Touchot, artiste est co-fondateur de Galerie 1809.
Vernissage vendredi 6 décembre 2019 à partir de 18h30
Adresse : 14 rue de la République 13001 Marseille
Métro Vieux Port – Parking Charles De Gaulle – Parking République
Exposition tous les jours du 5 au 17 décembre 2019 de 11h à 19h30.
contact@galerie1809.com – Florent Touchot 06 64 19 93 16

La Seyne-sur-Mer – Villa Tamaris :
Alun Williams : « Lux Fecit »

1

En ce novembre pluvieux, en présence de nombreuses personnalités, la Directrice de la Villa Tamaris, Isabelle Bourgeois, présenta Alun Williams, artiste peintre qu’elle connaît bien puisqu’elle l’avait déjà exposé il y a quelques années à la Galerie Le Moulin  à La Valette, et qu’il était également venu à La Tête d’Obsidienne à La Seyne sur Mer.
Isabelle Bourgeois rappela que cette exposition était le fruit d’une résidence d’un mois de l’artiste, qui travailla jusqu’à 14-15h par jour. Elle nous dit comment Alun williams s’était emparé du lieu et de son histoire pour créer in situ ce « Lux Fecit ». Elle reprit succinctement la genèse de cette villa dont le nom complet était Villa Tamaris-Pacha, du nom de son constructeur, Michel Pacha*.
Celui-ci fut le bâtisseur des phares et balises en méditerranée et sur le Bosphore pour l’Empire Ottoman. Il eut trois épouses Augustine, Marie Rose et Amélie et une fille Elodie, toutes choses qui vont servir d’éléments picturaux à Alun Williams.
La Villa Tamaris-Pacha qui resta inachevée jusqu’en 1991 fut réhabilitée et transformée en Centre d’Art en 1995. Depuis, elle a acquis une renommée nationale et internationale.
Ensuite Alun Williams donna quelques clés de son œuvre. Tout d’abord le titre « Lux Fecit » qui veut dire à peu près « Il a fait la lumière, ou bien ce que la lumière fait », d’où son emploi des phares et de la lumière méditerranéenne comme thèmes de base, ainsi que des personnages de la famille de Michel Pacha (cités plus haut) et de sa rencontre avec Jules Verne.
D’autre part cette exposition s’inscrit dans le cadre de la réouverture du Musée de Toulon avec l’exposition « Picasso et le paysage méditerranéen », thème qui va aussi servir d’expressions à Alun Williams.
A l’issue de la présentation, par choix du peintre, un comédien lut « Les phares », poème de Charles Baudelaire tout à fait de circonstance puisque Baudelaire y dépeint le style de quelques peintres majeurs de l’histoire de l’art. C’est aussi l’ouverture à la visite car de nombreux peintres sont cités dans les tableaux d’Alun Williams: Picasso, Matisse, Boudin, Manet, Ingres, Moreau, Signac, Magritte, d’Ursule, de Staël, Rothko, Morandi, De Chirico, Tiepolo… Il est facile de les reconnaître au fil des toiles. Le peintre s’est exprimé avec une maîtrise parfaite dans sa réappropriation des styles et à l’aide de citations de certaines des œuvres de ces peintres.

2 3

La facture de ceux-ci se retrouve magnifiquement interprétée, majoritairement pour les phares, sur des sortes de fresques, toiles de jutes déployées comme une pellicule de film sur les murs des grandes salles. Voyages dans la peinture et autour de la Méditerranée.
Si la peinture est d‘abord lumière, Alun Williams en fait la démonstration triomphante. Cette « lux » sort de la peinture pour éblouir l’œil du regardeur. Le dessin peut être très précis en écho à une nature impressionniste, tel « Aux visionnaires modernes : la rencontre de Jules Verne et de Michel Pacha. ». Ou bien un décor très précis pour entourer des personnages matissiens comme cet « Hommage à la ténacité des femmes : Marie Rose, Amélie et Elodie Michel ». Un humour léger baigne toutes les œuvres, ce qui rend leur appréhension encore plus jubilatoire.
Les peintures d’Alun Williams sont belles, accessibles au premier coup d’œil, puis lentement on se laisse glisser à l’intérieur, et comme l’écrit Baudelaire : « …C’est un phare allumé sur mille citadelles… ». Ce sont les phares de la peinture qui nous éclairent.
Pour que « Lux Fecit », que la lumière fasse,  il a fallu d’abord que « Fiat lux et facta est lux », Que la lumière soit et la lumière fut ; et c’est ainsi que la peinture d’Alun Williams donne ses lumières.
Serge Baudot

4

Villa Tamaris Centre d’Art – 295 avenue de la Grande Maison – 83500 La Seyne sur Mer. Tel : 04 94 06 84 00 – www.villatamaris.fr
*Marius Michel, comte Michel de Pierredon, dit Michel Pacha (1819-1907) qui fut d’abord capitaine au long-cours, puis vice-amiral sous Napoléon III avant de devenir le bâtisseur des phares et balises en méditerranée et au Bosphore pour l’empire Ottoman (d’où ce nom de Pacha). Né à Sanary sur Mer il se retire à La Seyne sur Mer où il est mort. Il fit de Tamaris une station touristique à la mode.

 

Sanary – La Farandole
Quand la culture et l’amitié franco-russe
ne sont pas de vains mots

1
Oleysia Sudzhan & Georges Klimoff

C’est devenu aujourd’hui un rendez-vous incontournable que nous devons à Olesya Sudzhan, directrice de la galerie Kvartiras à Moscou, qui nous propose, deux fois dans l’année dans ce magnifique hôtel de bord de mer qu’est la Farandole, de découvrir des peintres russes, parrainés par un plasticien français de notre région.
Le principe est fort sympathique puisque les artistes russes viennent en résidence à Sanary pour découvrir la région et s’en inspirer pour nous offrir, quelques semaines plus tard, une exposition d’œuvres que lui ont inspirés nos paysages, sur un thème donné.
Vaste thème que celui de cet automne : les femmes !

8 6 7
Oleysia avec Elyane Thibaux, Pierre Chazal et la pianiste Victoria Appelia

Des femmes donc, vues par un homme : Denis Petrulencov et une femme : Natalia Onufrieva.
Et un couple français, plus précisément six-fournais et créateur de ces petits bonhommes qui ont inspiré Luc Besson : les Minikeums : Céline et Patrice Garcia.
Tous les quatre étaient donc réunis ce samedi 2 novembre à la Farandole, entourés d’Oleysia, de son équipe, de Georges Klimoff notre «russo-seynois» qui est le pont amical entre la France et la Russie, entre Sanary et Moscou et qui, avec son épouse, Marie, les soutient depuis quelques années.
L’on pouvait aussi rencontrer Elyane Thibaux, déléguée à la Médiathèque Jacques Duhamel et Pierre Chazal, adjoint à la Culture de Sanary.
Arts, mêlés, cultures mêlées, langues mêlées, ce fut comme à l’accoutumée une chaleureuse soirée franco-russe.

2 3
5 4
Denis Petrulenkov, Natalia Onufrieva, Patrice & Céline Garcia

Les Français découvraient donc deux beaux artistes venus de la lointaine Russie. Deux artistes dont le style était surprenant, Denis Petrulenkov nous offrant des aquarelles, ce qui est déjà rare pour un homme. Aquarelles qu’il dût peindre pour la plupart de son appartement car une chute dans les escaliers et une jambe cassée l’empêchant d’aller découvrir la ville et ses environs. Ce fut donc de sa fenêtre que lui vint l’inspiration. Natalia Onufrieva quant à elle, nous offrit des œuvres ensoleillées, pleines de couleurs et de joie mêlées. Quant à nos deux amis six-fournais, loin de leurs personnages de BD, ils nous firent découvrir des œuvres belles et inattendues, Patrice Garcia nous offrant des femmes éthérées, oniriques et Céline Garcia des collages inventifs et originaux.
La soirée ne faisait que commencer lorsqu’est arrivé un couple jeune et beau : le russe Guillaume Blanc de Lanaute et la russe Yana Ussenko qui nous offrirent des danses de salons aussi maîtrisées qu’élégantes, dignes de «Danse avec les stars». De la valse au jive, ils conquirent un public émerveillé de tant de talent et de grâce.

9 10 11

Et puis, alors que le cocktail battait son plein, c’est Victoria Appelia qui nous offrit un bel instant musical. Romancière, historienne et musicienne d’origine russe, elle anime une école de musique à Brignoles. Joli moment pianistique qui rythmait cette soirée où chacun découvrait l’autre, en russe, en français, en anglais, l’art n’ayant pas de frontières et Oleysia nous le prouvant avec cette chaleureuse soirée sous le signe des arts…
C’est ce qu’on appelle l’entente cordiale artistique et culturelle, entre deux pays, deux cultures si éloignés l’un de l’autre par la distance mais ayant tant de choses en commun.
Si tous les pays du monde pouvaient ainsi se donner la main…

Jacques Brachet

Sanary – Espace St Nazaire
Une exposition qui sent bon la Provence

1
Serge et Maryse Loigne, Bernadette Porcu

La Provence, c’est une région où le patrimoine où les coutumes sont tenaces et se passent de générations en générations. L’un des plus beaux exemples est l’association «La Coustièro Flourido» (Ce qui signifie la petite côte fleurie), présidée par Martine Dalmarre dont la cinquantaine de membre s’est attachée au costume de notre région des XVIIIème et XIXème siècles.
Ainsi nous présente-t-elle jusqu’au 3 novembre à l’Espace St Nazaire, une exposition qui nous fait remonter le temps avec délice et nostalgie en nous présentant des superbes costumes d’époque, avec de nombreuses pièces authentiques qui ont traversé les décennies, et des pièces reconstituées grâce à l’atelier de couture de l’association qui, tous les lundis, de 14h à 17h, à l’îlot des Picotières, recrée les costumes d’époques suite à de studieuses recherches historiques.

2 3
7 8 9

Les pièces authentiques, elles, sont méticuleusement recherchées chez les particuliers, dans des brocantes et en tous lieux où l’on peut trouver une pièce rare entièrement d’époque.
Il faut savoir que tous les membres, hommes et femmes, font eux-mêmes leurs costumes après avoir retrouvé des patrons, des tissus, des dentelles, des chapeaux, des rubans et c’est en partie ces costumes que l’on peut découvrir sur les deux étages de l’Espace St Nazaire car chacun a prêté avec joie ses propres œuvres.
Car ne nous y trompons pas, c’est du vrai travail d’art et de recherches qui nous est présenté là. On y trouve des robes, des jupons, des fichus, des bonnets, des costumes d’hommes et de femmes de paysans, de bourgeois, d’enfants, on y découvre un magnifique voile de mariée, des gants de dentelle d’une grande beauté. C’est avec curiosité qu’on remonte le temps  de nos aïeux qui bien sûr étaient vêtus ainsi,
Entre deux personnages costumés on retrouve les «vrais» personnages d’aujourd’hui grâce à de superbes photographies réalisées par les adhérents du club photo «Photographier autrement» dont le président est Eugène Ivanez et qui ont fait poser les adhérents de «l’autre» association dans leurs plus beaux atours. On reconnait même sur l’une d’elles un incontournable ami qui, chaque année nous régale avec son complice Serge Loigne de deux mois de concerts sous les étoiles, j’ai nommé Noël le Brethon, plus amicalement prénommé Nono !

6 4 5
Maryse Loigne, qui nous fait visiter l’expo avec Serge Loigne et Bernadette Porcu, nous précise que l’association, hormis ses cours de couture et de recherches historiques, nous propose des cours de provençal et des cours de cuisine de la région.
Elle regrette d’une part, qu’il n’y ait plus de musiciens et de danseurs dans l’association et que nombre d’associations qui ont pour but de faire vivre le patrimoine provençal ne s’ouvrent pas aux autres associations. Sauf quelques-unes comme les associations du Beausset, de la Garde, de la Valette, qui jouent le jeu et s’unissent pour offrir aux nouvelles générations des événements pour perpétrer les traditions.
A l’heure des portables, mobiles et autres outils de communication, vivre une pratique en famille se fait plus difficile et hélas la relève est mal assurée et la jeunesse se fait rare dans ce genre d’associations.

10 11

Et pourtant c’est d’hier que naissent le présent et le futur et il ne faudrait pas perdre nos racines et ne plus savoir d’où l’on vient.
Ce genre d’exposition nous fait connaître un pan de vie de nos ancêtres et il est important qu’elles continuent à perdurer.
En tout cas, c’est une très belle exposition que nous propose la Coustièro Flourido, qui nous fait remonter au temps de Mistral, de Roumanille, d’Aubanel et quelques autres. Et ici, les artistes sont les adhérents de cette association, hommes et  femmes de l’ombre mais aussi, de talent qui nous proposent un bel et grand échantillon de la mode d’autrefois.

Jacques Brachet

Centre d’Art de Sainte-Anastasie
Compositions photographiques : Manuela DONATINI – Elian BACHINI

1

Sainte-Anastasie-sur-Issole s’est donnée en 2012 un magnifique Centre d’Art, peu ordinaire, dans l’ancienne cave coopérative, baptisée galerie Albert Garnier du nom du fondateur de la cave.
La galerie à laquelle on accède par une volée d’escalier en pierres sèches se compose d’une très grande salle à l’entrée dont les murs servent à montrer les collages de Manuela Donatini. Puis on pénètre dans une très longue salle, très sombre, sorte de couloir géant parsemé à intervalles réguliers de grandes ouvertures sur les anciennes cuves, offrant maintenant de grandes niches, écrins sublimes pour les grands formats d’Elian Bachini. Ces deux artistes ont été choisis par Eliette Berthet et Michel Potier.
Dans la première salle, très lumineuse, les murs accueillent les collages de Manuela Donatini sur le thème « La vie à l’envers ». C’est un travail minutieux. Elle découpe ses éléments dans des magazines et les assemble au gré de sa fantaisie et de ses sentiments. C’est alternativement surréaliste, humoristique, drôle, émouvant, parfois le tout en même temps. Le collage est si précis, si parfait, qu’on a l’impression de se trouver face à une photo en soi. C’est un plaisir sans fin d’admirer, de se promener dans chaque œuvre, d’essayer de la décrypter, ou encore de la prendre comme une image pour elle-même, et de se laisser emporter dans la rêverie ou le rêve que toutes provoquent. Les œuvres sont présentées dans des cadres sous-verre qui donnent de la profondeur au collage. L’accrochage les met bien en valeur et propose un savant parcours.

2 3

Le photographe Elian Bachini n’est plus à présenter. Rappelons qu’il fut attaché pendant plus de 20 ans à Châteauvallon, qui était alors le Théâtre de la Danse et de l’Image, que depuis 1991 il est chaque année invité aux « Hivernales d’Avignon. Il eut l’idée de sortir du tirage sur papier pour présenter ses photographies sur différents supports : toile de jute, de lin, pierre, papier aquarelle…ce qui tire souvent la photo vers la peinture. Ses photographies sont vues dans le monde entier ; on ne compte plus les expositions auxquelles il a participé.
Pour Sainte-Anastasie il présente « Osmoses minérales II ». Ce sont des créations photographiques numériques dans lesquelles matières minérales et autres s‘unissent aux corps, aux visages. Le rendu est époustouflant. L’utilisation des couleurs, de la lumière, les superpositions d’éléments divers créent un envoûtement qui vous emporte dans un ailleurs où tout est  beauté, trouble, et volupté. Mais Bachini n’oublie pas la réalité, l’esclavage, le migrant, l’horreur souvent là, hélas. Cependant  tout est sublimé par l’art d’Elian Bachini qui, partant du réel, nous aide à nous en  détacher pour mieux l’affronter.
Je cite l’artiste : « Osmoses minérales II est la suite d’Osmoses minérales I, mais en couleurs, avec des personnages d’origines différentes et une technique qui a évolué avec le temps. Je puise la part humaine de mes compositions dans mes archives de spectacles : danseurs, comédiens, amis…

4 5

La matière, je la trouve sur les murs délabrés, le crépi des façades, les vieux bois, la roche. Parfois, dans cette recherche, des restes délavés de réclames peintes me renvoient vers le passé, la Renaissance, Pompéi, les cavernes…
Depuis la plus lointaine époque, l’homme laisse les traces de son passage dans les grottes, sur les murs qu’il construit, les pierres et les bois qu’il taille. Traces qui arrivent jusqu’à nous souvent décolorées, rongées par le temps. Mais fortes de sens, touchantes, mystérieuses aussi, elles nous parlent de la vie d’autrefois. »
On entre dans ce large couloir, très sombre, sorte de caverne ancienne, chaque œuvre offerte au regardeur par un éclairage minimaliste, mais les yeux s’habituent, on est dans l’intime, dans le mystère de la création, chaque photographie envahit le regard, l’esprit, excite les sens.
Il faut voir chaque grand format trônant au centre d’une niche. Il prend toute la place, magnifié ; il vous plonge dans la contemplation, puis en vous-même. Difficile de s’en détacher. Et ces images vous poursuivrons longtemps.

6 7

Un bémol quant à la répartition des œuvres. Je ne comprends pas qu’on ait cru bon de placer quelques collages parmi les photographies. Ils ont une place de choix dans la grande salle. Chacun la sienne. Ce sont des œuvres de natures complètement différentes, montrées dans des atmosphères antagonistes.
Deux grandes et belles expositions. Il y faudrait un catalogue pour emporter avec soi la trace de toutes ces images, même si elles restent vivantes dans la mémoire.

Serge Baudot
Exposition du 16 octobre au 8 décembre 2019 – Du vendredi au dimanche de 14 à 18h
06 33 27 43 61www.caprovenceverte.fr

Toulon – Galerie FlorDavelia
Daniel GIACCHI : Une explosion de joie et de couleurs

2

Depuis quatre ans, la galerie FiorDavelia, tenue par David Mac Millan reçoit des artistes contemporains, des artistes de Provence, souligne-t-il avec un très bel accent british, dans une atmosphère conviviale, sur des murs cramoisis, ce qui est une originalité en soi pour une galerie.
Et sur ces cimaises, jusqu’au 3 novembre, c’est Daniel Giacchi qui s’y colle pour présenter une rétrospective de ses œuvres sur dix ans.
Peinture essentiellement au couteau qui nous montre une évolution certaine de son travail et toutes les passions qu’il y a peintes, du jazz au golf en passant par la musique classique, la mer, les bateaux… dans une symphonie de couleurs qu’il sait harmoniser avec de grands aplats, d’infimes détails que l’on découvre en s’approchant de la toile, une toile toujours en mouvement, les sujets choisis, hormis les paysages, s’y prêtant et étant totalement maîtrisés.
C’est de la belle ouvrage pour cet artiste qui, passionné de jazz et étant lui-même batteur, a commencé par croquer des musiciens avec des pastels, pour, me dit-il, pour s’amuser car il ne s’était pas encore pris au jeu de cet art. La musique l’inspirant il s’amusait dont à peintre des musiciens, qu’ils soient classiques ou jazz, jusqu’au jour où un certain Daniel Michel, bien connu des Toulonnais « jazzophones » puisque notre « Nanou » National présidait alors au Festival de jazz de Toulon, lui demanda à deux reprises de créer l’affiche de ce festival, en 2000 et 2001.
A partir de là, il a commencé à être approché par des galeristes et, son « vrai » métier d’infirmier le menant à la retraite, il s’est totalement investi dans sa passion, peignant ses passions comme la musique, la voile ou le golf.

5 4 3

Ainsi, me dit-il en riant, au fil des jours il est passé dans la deuxième dimension, ses passions alimentant sa peinture mais devenant plus abstraites, plus imaginaires, plus spirituelles.
«Mon travail est semi figuratif mais j’aime par moments me rapprocher de l’abstrait.
Ce qui m’excite c’est la liberté et l’aventure. La liberté car je suis totalement libre de m’exprimer à ma guise sans contraintes et l’aventure car devant une toile vierge l’aventure commence. J’ai une idée en me couchant, je la mets sur la toile le lendemain, sans croquis car je ne sais pas vraiment dessiner mais aussitôt avec mon couteau et mes couleurs que j’aime assembler. J’essaie à chaque fois une nouvelle approche. Devant ma toile mes possibilités de créations sont sans fin. J’aime la couleur et le mouvement, j’essaie de tout donner car je ne me contente pas de l’à peu près et j’essaie à chaque fois de voir les choses autrement ».
Ainsi s’est-il essayé à toutes les techniques, du pastel aux collages en passant par les techniques mixtes.
Ces dix ans de travail exposés montrent à la fois une évolution et une cohérence dans son œuvre qui a atteint une maturité mais aussi une sérénité qu’on retrouve dans chacune de ses époques, les couleurs explosant sur des tableaux pleins de vie et de joie que l’on ressent dans chacune de ses œuvres.
Aujourd’hui il est invité dans de nombreuses galeries, dans des salons comme le Luxembourg ou la Belgique, l’aventure continue de plus belle et c’est pour lui une joie tous les jours recommencée à l’idée d’une nouvelle œuvre à naître.

1

Jacques Brachet
Galerie FlorDavelia – 21, rue Peiresc – Toulon  www.flordavelia.com – 04 94 62 74 11

Pauline RABEAU-BEROUD : De laine et de soie

1

Si elle n’a pas le regard révolver, elle a un regard bleu acier qui vous regarde bien en face et perçoit votre âme.
Pauline Rabeau-Béroud est allemande, a beaucoup bourlingué dans sa vie, resta longtemps du côté de la Rochelle avant de de découvrir l’Ardèche grâce à un ami et elle a eu le coup de foudre pour cette région où elle s’est installée, dans un petit village où j’ai la chance de la rencontrer, lors de vacances dans ma maison d’Ardèche car le varois que je suis est resté ardéchois avant tout !
C’est à St Andéol de Vals, commune ente Vals les Bains et Antraigues, le village de Jean Ferrat, qu’elle a exposé jusqu’au 28 septembre dans cette ancienne mairie devenue une belle galerie d’art et que je la rencontre grâce à mon ami David Marijon, adjoint au maire.
Née d’une famille de créateurs, les chats ne faisant pas des chiens, elle découvre ses dons à l’école des Beaux-Arts de Berlin. Elle pense alors s’adonner à la peinture mais sa rencontre avec un berger va la faire changer de direction et inventer un art : l’art de la fibre. De laine et de soie s’entend !

2 9 3

A côté de ce berger, un tas de laine, un dévidoir, ce petit instrument qui va lui faire découvrir cet écheveau de laine qui s’y  enroule. Fascinée, elle découvre aussi le rouet, les teintures végétales et elle se prend de passion, non pour tricoter mais inventer un art nouveau : celui de la fibre. Et comme le hasard fait souvent bien les choses, déposant ses valises en Ardèche, elle découvre le vers à soie, son cocon, le dévidoir et le fil magique qu’on en tire.
Et la voilà qui triture, teint, tisse, mêle et entremêle fils de laine et fils de soie pour inventer une technique personnelle qu’elle pose sur une toile, de la fibre la plus fine à ces nuages d’une légèreté et d’une délicatesse extrêmes. Le tout devient un tableau impressionniste d’où naissent des fleurs, des paysages, des visages, des silhouettes d’une grande finesse et pleins de poésie et de symboles, allant des plus doux camaïeux aux couleurs les plus violentes, les plus lumineuses. De loin on peut croire à des pastels mais de près on en descelle l’extrême méticulosité des assemblages créés avec patience, inspiration, talent, les fibres se mêlant avec bonheur et légèreté
Pauline est une artiste exceptionnelle, ses œuvres sont éthérées, chargées de symboles, aériennes… à tel point qu’elle a été surnommée «la peintre des fibres» et qu’on ne compte plus les prix, coupes et récompenses obtenues pour cet art à la fois ancestral et original car c’est elle qui a créé cette technique avec toute la sensibilité qu’elle en dégage.

4 5
7 8

«Mon père – me confie-t-elle – était un inventeur, mon grand-père était clown musicien, j’ai pris un peu des deux et je suis très fière qu’un compositeur m’ait dit un jour que mes œuvres étaient une symphonie intérieure.
Je suis persuadée qu’être artiste n’est pas dans la tête mais dans le cœur et l’âme avant tout. C’est après que la tête sert pour créer».
Et on peut la croire en découvrant dans ses œuvres des choses qu’elle n’y a pas intentionnellement mises, qu’elle découvre après coup ou que lui font découvrir des gens : des cœurs, un visage, un corps, un enfant…
« Mes travaux – me dit-elle encore – sont le miroir de mon âme, de ma vie, des événements  que j’ai vécus et que je vis. J’ai aussi été inspirée par les tisseuses que j’ai vues travailler en Inde et je suis sûre que ce n’est pas le hasard qui m’a amenée en Ardèche, dans le pays de la soie».
Une belle rencontre avec une artiste unique, un art original où l’on entre de plain-pied dans son univers de laine et de soie, un univers magique dont elle est la fée, qui nous apporte beauté et sérénité

6
Pauline entourée d’Alain et de David

Une jolie histoire
Un jour elle crée ce visage de Christ blond et qui ressemble à s’y méprendre au visage qui apparaît sur le fameux saint suaire qui a tant fait couler d’encre… et qu’elle ne connaît pas ! Un peu plus tard, elle crée cet homme brun et barbu, pendant du Christ pour incarner la lumière et l’ombre. Il se trouve que, quelque temps plus tard, elle rencontre celui qui deviendra son mari, Alain, qui alors ressemble à s’y méprendre à ce visage de fibre. Qui peut alors croire au hasard ?

10

Jacques Brachet

Sanary – Galerie Barthelemy de Don
Christiane BROUSSARD nous fait voyager

2

Christiane Broussard, nous vous l’avons déjà présentée.
Cette varoise voyageuse est peintre et toutes ses œuvres sont dédiées à ceux-ci. Lorsqu’elle n’est pas en voyage elle s’installe entre Sanary et la Seyne… pour peindre encore les paysages qu’elle aime et qui l’inspirent.
De grands aplats, des couleurs, soit très lumineuses, comme ces champs de coquelicots soit dans des camaïeux de gris et de beige comme ce village des Pouilles que nous avons découvert ensemble lors d’un voyage. Sur ces tableaux qui, quelquefois, frôlent l’impressionnisme, elle ajoute de petits détails qui font qu’au fur et à mesure que l’on approche de la toile, on les découvre.

1 4

Voilà qu’elle nous offre ses souvenirs de vacances à la Galerie Barthélemy de Don à Sanary, jusqu’au 2 octobre. C’est une rétrospective de ces dix dernières années et l’on peut voir que chaque pays traversé lui inspire des couleurs totalement différentes car elle a le don de s’immiscer dans les paysages de chacun d’eux pour en restituer l’ambiance, le ressenti qu’elle nous fait partager.
Malgré la pluie, amis et admirateurs sont venus nombreux au vernissage qui était accompagné de la musique de Dominique Nyssen, guitariste et compositeur de talent issu du Smooth Jazz Project.

6 5 3

C’est à la Seyne qu’entre deux voyages elle pose ses valises, dans la sérénité et le paix de son atelier où elle va poser sur toiles tous les souvenirs qu’elle a emmagasinés, entourée de tas d’objets de statuettes qu’elle ramène aussi dans ses valises.
10 ans d’un magnifique travail, de deux grandes passions : les voyages et la peinture qu’il faut absolument découvrir sur ces deux niveaux de la belle galerie Barthélemy de Don.

7

Jacques Brachet

Anne-Marie GUINET-LEVY
L’art d’aimer et d’écrire malgré tout

8

Anne-Marie a, dès sa plus tendre enfance, toujours écrit en vers. A 8 ans, à l’école, toutes ses rédactions étaient écrites en vers ! Et elle n’a jamais cessé, y trouvant son évasion, son bonheur, même s’il fut bien souvent malmené. Mais c’est sa passion qui l’a sauvée.
« C’est –dit-elle – un exutoire avec le but d’apporter de l’esprit, de jongler avec les mots. On naît poète, on est poète dans sa façon de vivre, de penser, de ressentir ».
Elle n’a jamais considéré son art et son talent comme un métier.
Elle est née en Allemagne, a fait ses études en France et en Angleterre, a reçu depuis, de nombreux prix et diplômes. Elle a enseigné deux ans en Angleterre et depuis dix ans elle intervient dans les écoles pour, dit-elle encore, apprendre aux élèves, aux ados,  «à écrire et à crier», les deux mots ayant, à quelque chose près, les mêmes lettres. Car elle a vécu une vie de maltraitance, d’humiliations, d’infortunes dues à l’être aimé qui était loin d’être aimable. Le sujet hélas n’est pas nouveau et est plus actuel que jamais.
Elle a cru à l’amour, au bonheur sans violence. Elle s’est trompée mais a persisté, espérant l’impossible.
Malgré tout, elle est en apparence souriante, sereine, toujours prête à croire à la vie, à l’avenir.
Elle trouve son exutoire dans son art.

6 5
74

Les poèmes d’Anne-Marie sont forts car profondément vécus souvent émouvants, déchirants même. On y sent toutes ses blessures comme dans «Il ne me reste rien» sinon la solitude après la guerre, «Ni haine, ni rancœur» ou l’aptitude à pardonner même si l’insouciance est à jamais perdue, «A mes petits-enfants», particulièrement poignant ou encore «Plus de «Je t’aime» même si l’espoir est toujours là, enfoui quelque part.
Rencontrant la plasticienne Claude Printemps, celle-ci décide d’illustrer ses poèmes.
Et par effet miroir, Claude répond par des graphismes où s’enchevêtrent, en noir et blanc, des formes géométriques et symboliques qui s’entrelacent et se bousculent et s’entrechoquent comme des bourrasques de rage. Ce n’est pas une œuvre de sérénité mais elle s’imbrique tout à fait aux écrits de son amie.
Un symbiose totale entre deux artistes, deux personnalités, deux femmes que vous pourrez rencontrer  du 18 au 26 octobre, salle du Moulin d’Oli à Solliès-Ville.

 

Jacques Brachet

L’Artiste Peintre Caroline FAINDT
en résidence artistique à Antibes

A

A partir du 4 Septembre, l’artiste peintre Caroline Faindt prendra ses quartiers à la Villa Fontaine à Antibes. Elle y restera jusqu’au 28 Septembre pour créer et s’inspirer de la région, de ses couleurs, de ses odeurs, de son atmosphère… Depuis de nombreuses années, la ville d’Antibes met à disposition cette villa , afin que des artistes peintres, sculpteurs, écrivains viennent y séjourner et créer… Une résidence d’artistes, remplie d’histoire… Avec ses pinceaux, ses couleurs, ses pastels, et ses matières secrètes c’est au tour de Caroline Faindt de raconter la sienne pendant un peu plus de trois semaines. C’est la première fois que cette artiste parisienne part créer ailleurs pendant aussi longtemps, s’immerger dans une nouvelle ville, une nouvelle maison. Caroline Faindt à la bougeotte et fourmille toujours d’idées. Elle cherche toujours à surprendre, innover, toucher les gens…

C D

Cette parisienne a grandi dans l’Est de la France. Elle débute sa carrière dans le domaine des médias et de la télévision. A l’âge de 23 ans, la rencontre d’une artiste peintre Franco-Suisse bouleverse sa vie et lui donne l’envie de peindre ! La peinture devient dès lors son moyen d’expression artistique, la clé de son accomplissement. Si Caroline Faindt explore régulièrement de nouveaux thèmes, de nouvelles techniques, elle s’efforce depuis longtemps de peindre l’âme des choses avec l’envie qu’elles durent toujours.
Elle capture un instant sur la toile, une ville, une foule qui s’unit pour mieux célébrer la vie, et tente de faire ressortir de ce moment ce qu’il a de plus beau et de meilleur, de peindre l’essentiel, de faire ressortir sa nature invisible. Elle cherche en profondeur, touche l’intime et souhaite laisser une empreinte vivante, émouvante, des lignes vibrantes et essentielles.

B E
Avec son compagnon Zinedine Soualem

Dans ses peintures, on sent les cœurs qui battent, les formes et les couleurs vivre. Sa maitrise de la couleur nous fait entrevoir des horizons inattendus et inexplorés. Grâce à de nombreuses collaborations et à la confiance de marques comme Orange, Renault …la peinture de Caroline Faindt et sa créativité, s’invitent sur vos téléphones portables, vos meubles et sur vos bijoux !
Son esprit voyage et son talent aussi : certaines toiles ont rejoint des collectionneurs au Brésil, en Hollande, ou encore en Allemagne et en Belgique. Chacune de ses toiles renferme un secret, une véritable clé en métal est dissimulée dans chacune des toiles de l’artiste. Saurez-vous la trouver ?