Archives pour la catégorie Expositions

Sanary – Atelier des Artistes
Claudie MESNIER, dans un monde de beauté et de sérénité

1

Claudie Mesnier est peintre et photographe. Elle excelle dans ces deux arts qui la passionnent et, au gré de ses envies, photographie, peint et même trouve le moyen d’allier les deux dans des toiles originales. Elle nous a d’ailleurs proposé des expositions mixtes pour mieux repartir sur une expo photo ou sur une expo peinture.
Et là, à Sanary, dans de très beau lieu qu’est l’Atelier des Artistes, elle nous propose jusqu’au 1er avril, des peintures, essentiellement des gouaches et quelques huiles.
C’est une réunion d’anciennes toiles de petits formats, dont 15 gouaches représentant des paysages provençaux et varois comme Six-Fours, Sanary, Notre-Dame de Pépiole, le Gaou mais aussi le lac de Saint-Croix avec un petit détour par la Corse et de grands détours vers les pays lointains qu’elle a approchés comme l’Himalaya, la Martinique mais aussi la Charente Maritime ou la Normandie.
Car, où qu’elle aille l’accompagnent, crayons, pinceaux, couleurs, carnets de croquis… et appareil photo !
Issue des Beaux-Arts de Paris, elle a été enseignante en arts appliqués mais, curieuse de tout, elle aime à dire qu’elle s’est dispersée avec la peinture, la gravure, la sérigraphie, la photographie étant arrivée plus tard.

2 3 4

Elle peint comme elle respire et lorsqu’elle trouve un lieu qui l’inspire, elle installe son petit siège, sort son carnet de croquis et selon l’inspiration, pose les bases d’un tableau à venir. Sinon elle photographie pour pouvoir travailler ensuite dans son atelier ou encore, elle sort palette, gouaches, pinceaux et de là, nait un paysage empreint de sérénité, de joie, des paysages intimistes où très souvent les  camaïeux de verts dominent… Même lorsqu’elle peint un clocher gris qui devient gris-vert, m’avoue-t-elle en riant.
L’on découvre alors des paysages stylisés qui ne ressemblent à aucuns autres, qui sont – et c’est formidable – inclassables. C’est «la patte Mesnier» à nulle autre pareille.
Les palmiers côtoient la mer, des coquelicots  bordent un champ ombragé par un chêne, derrière une barrière se révèlent des collines ou des herbes folles où encore des champs du Poitou grillés par le soleil qui explosent d’un jaune intense.
De ses voyages, elle ramène photos et croquis qui deviennent par enchantements des paysages empreints de douceur, de quiétude dans lesquels on se plonge avec un extrême plaisir. Car c’est un véritable plaisir que de découvrir ces paysages magnifiés par cette artiste qui donnnt envie de la suivre dans ses pérégrinations d’où naissent des œuvres inspirées, d’une grande simplicité, d’une grande beauté.

5 7 6

Après cette exposition, l’on pourra découvrir en septembre l’autre facette de ses passions : la photographie  puisqu’elle exposera dès le vendredi 4 septembre, ses photos au Casino des jeux de Sanary. Pour mieux revenir à la peintre à l’Atelier des artistes du 24 octobre au 18 novembre pour une exposition qui réunira tous les artistes en résidence.
Après s’être imprégné de son monde bucolique fait de sérénité, difficile de se retrouver dans le monde réel des bruits de la ville.
Vivement qu’on y replonge !

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta



Six-Fours – Maison du Patrimoine
La fine fleur de la peinture provençale

1

Il y a sans conteste une peinture provençale. Celle qui fleure bon la mer, la lavande et la garrigue
Et il y a des peintres talentueux, essentiels, qui portent ou ont porté haut les couleurs de la Provence.
Parmi eux, Paul Cèze, Xavier Etienne, Claude Gémy et Henri Borowski.
De ces quatre, les deux premiers ont disparu, l’un, l’an dernier, l’autre en 2017. Mais tous les quatre sont réunis grâce à Dominique Baviéra, directeur du Pôle Arts Plastiques de Six-Fours et on retrouve leurs œuvres sur les deux étages de cette belle Maison du Patrimoine, face à la mer, où ils ne pouvaient avoir meilleur écrin !
Au vernissage, l’on retrouvait donc la fille et la veuve de Paul Cèze, la veuve de Xavier Etienne. Claude Gémy, souffrant, ne pouvait être là mais Henri Boroswski, lui, était bien présent !
Que dire de cette exposition qui explose en mille couleurs «bien de chez nous», sinon que nous avons là quatre représentations de la Provence qui se complètent à merveille.
Chez le Toulonnais Xavier Etienne, l’on passe de paysages en marines dans des tons harmonieux et il excelle entre autres dans des tons moins exploités de la Provence mais tout aussi réels, tendus vers les bleus et les mauves de fin du jour ou de fins d’automne, pour mieux se retrouver dans la sérénité de l’été provençal.
Chez le Carnoulais, Paul Cèze qui fut professeur, écrivain et maire de sa ville, l’on sent une tendance cubiste mâtinée d’académisme, mélange de Cézanne et de Braque mais avec toujours la touche personnelle et provençale dans les couleurs chaudes et lumineuses, les contrastes ombre et lumière.

2 etienne 3 Ceze

Chez Claude Gémy le Valettois,  l’on découvre  toute la Provence chatoyante que l’on trouve aussi bien dans sa nature, qu’elle représente la campagne ou la mer, que dans l’intimité d’une maison qu’il peint avec délicatesse, avec mille détails.
Enfin, pour Henri Borowski , toulonnais et… ancien footballeur, la reconversion est magistrale et ses toiles, balançant entre impressionnisme et figuratif, éclatent de soleil et de couleurs contrastées, pleines de lumière,  de fantaisie, de joie de vivre.

5 Gemy 4 Borowski

Belle rétrospective et belle idée que de réunir quatre beaux artistes, que nous propose Dominique Baviéra qui nous confie :
«La griffe de chaque artiste représenté est bien spécifique, bien reconnaissable mais leurs univers se recoupent : ils se complètent et s’unissent pour le meilleur…» et surtout pour nous offrir une ode à la Provence, leur Provence, qu’ils décrivent, chacun avec sa personnalité mais avec talent et amour.
Une belle initiative à ne pas manquer, l’exposition étant visible jusqu’au 23 février. Et vous pourrez rencontrer les artistes et leurs représentants le samedi 1er février à 15h  lors d’un «Art-Thé/dialogue», autour de leurs œuvres.

Jacques Brachet



Maria MOLIO, Bohémienne de l’Art

2
Maria devant « Tanhauser », inspiré de l’opéra de Wagner

Molio… C’est la fougue, l’exubérance de l’Espagne
Molio… C’est la force, la ténacité de la Bretagne
Molio… C’est la plénitude, la joie de la Provence
Maria Molio a le cœur et l’accent de son Espagne natale, mitigée par quelques années passées en Bretagne puis son installation à Toulon.
Peintre et décoratrice, elle a la bohême en elle, la fantaisie et surtout la passion ce son art qui, d’année en année, a évolué mais, ayant gardé ses fibres bohémiennes, qui lui font sans cesse prendre des chemins de traverse, tant est grande sa curiosité d’autre chose à découvrir.
Car avec une folle énergie, elle continue à chercher, se chercher pour mieux se connaître, à s’engager dans d’autres chemins de traverse.
Belle évolution depuis des années qu’on se connaît et où j’ai pu voir avec étonnement, éclore une originalité sans limites, de la dilettante que j’ai connue à la passionnée qu’elle est devenue, toujours à la recherche du Graal, toujours prête à vivre un nouveau voyage artistique à trouver, une nouvelle route à prendre, ce qui fait qu’on a du mal à la suivre car en éternel changement de cap.

3 4
« Les maîtres chanteurs » – « Lohengrin »

Mais c’est certainement dû à ses trois étapes : Espagne – Bretagne – Provence qui sont imprégnées en elle, qui s’unissent, se contrarient, s’opposent pour mieux se mélanger et nous offrir une œuvre originale susceptible de nous désorienter.
Que de changements entre sa période wagnérienne où les opéras du compositeur lui ont fait nous donner des œuvres fortes, à la fois violentes et romantiques puis de la retrouver au milieu de nymphéas qu’elle  voit de sa fenêtre et lui procurent plus de sérénité, qui la font revenir aux couleurs éclatantes de ses débuts.
Sa peinture peut-être joyeuse et optimiste comme elle l’est elle-même. Mais aussi empreinte de gravité, sentiment que lui procure la musique classique.
Femme du soleil et de la mer,  elle garde en elle cette joie de vivre, cet optimisme, mêlés de simplicité, d’humilité devant son travail qu’elle remet sans cesse en question.
Le soleil de son pays, de sa nouvelle terre promise, mêlé aux brumes de l’océan, ont donné un délicieux cocktail qui font qu’elle est unique en son genre.
Fugueuse, fougueuse, Molio avance et voyage dans son imagination fertile et multiple pour nous offrir une œuvre universelle.

5 6 7
Les nymphéas

Vous pourrez vous en rendre compte à l’Espace d’Art du Moulin de la Valette, du 21 janvier au 7 février.  De là, elle enchaînera directement avec la galerie Flor Davelia à Toulon. Début Mars on l’attend à Madrid puis, fin mars, ce sera le Portugal suivi de la Grèce, l’Italie, Miami et New-York.
De quoi lui faire découvrir de nouveaux chemins et des inspirations nouvelles.

Jacques Brachet

Photos Monique Scaletta




Six-Fours – Maison du Cygne
De Fouque à Cartereau… Deux mondes différents !

4

D’un côté, la tradition, la magie toujours renouvelée de la crèche provençale.
De l’autre, le monde fantasmagorique d’un artiste inspiré.
Qui aurait pu penser que deux mondes aussi différents se côtoient un jour ?
C’est ce qui se passe à la maison du Cygne où le Pôle Arts Plastiques reçoit Jean-Marie Cartereau et, dans la salle Claude-Henri Pollet les santons traditionnels et célèbres de la maison Fouque !
Fouque, c’est l’incontournable nom des santons d’un sculpteur inspiré, prénommé Paul qui a créé ces petits personnages de nos crèches provençales ancestrales. Quatre générations d’artistes, de Paul à Catherine en passant par Mireille et Emmanuel. Ils nous font chaque année rêver, que l’on soit croyant ou pas et nous offrent au fil des années des nouveaux personnages d’argile, comme ce célèbre «coup de mistral», représentant un berger courbé par le vent qui fait virevolter sa cape.

6 5
8 7

Ce sont Isabelle et Georges Dalmas, autres santonniers réputés, qui ont acquis cette crèche de Paul Fouque, qui s’est donc installée à la Maison du Cygne en attendant de prendre sa place définitive à la Villa Simone.
Pour cette inauguration, Isabelle, Georges et Camille Dalmas, ce dernier, petit-fils du couple qui prend la relève, sont venus, accompagnés de Jean-Sébastien Vialatte, Maire de Six-Fours, son adjointe aux Affaires Culturelles, Dominique Ducasse et de nombreux adjoints, tous venus saluer ce couple cher à la commune.
En 2010, la maison Fouque a obtenu le label «Atelier d’art de France», prix mérité puisque portant haut les couleurs de notre Provence en créant ces centaines de petits personnages et représentant tous les vieux métiers comme le berger, le meunier, le boulanger, le garde champêtre et bien d’autres, jusqu’à certains métiers d’aujourd’hui comme le pompier ou le chef de gare venus rejoindre les premiers.
Si l’on regarde bien et surtout si l’on connait le santonnier, on le retrouve dans la crèche où il s’est donné la place de choix, à côté de Joseph, Marie et Jésus !

1

Puisqu’on est en Provence, restons-y et découvrons Jean-Marie Cartereau qui expose ses œuvres jusqu’au 12 janvier dans la galerie du Cygne. Il vit à  Carnoules, a fait ses études à l’école des Beaux-Arts de Toulon, remarqué par l’association Elstir qui récompense les jeunes talents. Il expose aujourd’hui , en France, en Chine, en Allemagne, au Canada et bien d’autres pays encore.
Que dire de son œuvre sinon qu’esthétiquement, elle est à la fois somptueuse et originale mais… pas de tout repos !
Il nous offre des paysages tourmentés (Ce n’est peut-être pas pour rien que l’exposition s’intitule «La nature du tourment», des animaux inquiétants issus de son imagination, quelquefois décharnés, un monde effrayant, déroutant, nous faisant penser aux gargouilles, ces fabuleuses statues de Notre-Dame de Paris.
Cartereau nous entraîne dans un autre monde… son monde ? C’est à la fois lunaire, onirique et très photographique car il joue sur les flous, les camaïeux de gris, bleus et beiges.
Une œuvre très forte qui met quelquefois mal à l’aise mais une œuvre maîtrisée, très personnelle, d’une esthétique redoutable.

2 3

A vous de choisir entre l’enfer et le paradis !

Jacques Brachet

Marseille : Galerie1809 présente son « Expositon de Noël »

1

Du jeudi 5 décembre au mardi 17 décembre 2019, Galerie1809 présente sa grande exposition de Noël.
En cette occasion, Galerie 1809 a chosi de mettre en avant six artistes,principalement de la région :
Laëtitia Giraud : lumières et couleurs étranges de la nuit
France Gobbo : des paysages urbains entre fiction et réalité
Alexandra Delya : notre coup de cœur Art Brut du moment
Valérie Betoulaud : un univers mêlant nostalgie et modernité
Renaud Grizard : une valeur sûre de l’art contemporain
Grégoire Gardette : Reverso ou une vie à rebours 2019-1961
Artistes présents côté corner shop :
Stéphane Dupuis, Alexandra Melin Lopez, Clément Garnung, Lionel Borla, Valérie Betoulaud, Julien Solé, Raphaële Anfré, Nathalie Berger, Salam, Alexandra Delya, Elise Oudin Gilles, Sophie Geider, Séverine Dietrich, Sébascen Arcouet, Lcot, Marynn, Cécile Pujol, Julien Isnard, Silas, Clémence Renaud, Florent Touchot, Amandine Maria, Sourski.
L’exposition aura lieu juste à côté du Vieux Port, au 84 rue d ela République, dans un bel eipace de 250M2.
«Les amateurs d’art et collectionneurs, ainsi que le grand public, pourront apprécier cette nouvelle exposition de Galerie 1809 où une fois de plu éclectisme des artistes de la galerie mais aussi où de nouveaux artistes sont à l’honneur. Pour cet événement nous avons sélectionné dei artistes aux styles et univers variés, est il y aura un corner shop avec une sélection petits formats, parfaite pour se faire plaisir ou pour offrir, avec Noël qui
approche !» nous explique Florent Touchot, artiste est co-fondateur de Galerie 1809.
Vernissage vendredi 6 décembre 2019 à partir de 18h30
Adresse : 14 rue de la République 13001 Marseille
Métro Vieux Port – Parking Charles De Gaulle – Parking République
Exposition tous les jours du 5 au 17 décembre 2019 de 11h à 19h30.
contact@galerie1809.com – Florent Touchot 06 64 19 93 16

La Seyne-sur-Mer – Villa Tamaris :
Alun Williams : « Lux Fecit »

1

En ce novembre pluvieux, en présence de nombreuses personnalités, la Directrice de la Villa Tamaris, Isabelle Bourgeois, présenta Alun Williams, artiste peintre qu’elle connaît bien puisqu’elle l’avait déjà exposé il y a quelques années à la Galerie Le Moulin  à La Valette, et qu’il était également venu à La Tête d’Obsidienne à La Seyne sur Mer.
Isabelle Bourgeois rappela que cette exposition était le fruit d’une résidence d’un mois de l’artiste, qui travailla jusqu’à 14-15h par jour. Elle nous dit comment Alun williams s’était emparé du lieu et de son histoire pour créer in situ ce « Lux Fecit ». Elle reprit succinctement la genèse de cette villa dont le nom complet était Villa Tamaris-Pacha, du nom de son constructeur, Michel Pacha*.
Celui-ci fut le bâtisseur des phares et balises en méditerranée et sur le Bosphore pour l’Empire Ottoman. Il eut trois épouses Augustine, Marie Rose et Amélie et une fille Elodie, toutes choses qui vont servir d’éléments picturaux à Alun Williams.
La Villa Tamaris-Pacha qui resta inachevée jusqu’en 1991 fut réhabilitée et transformée en Centre d’Art en 1995. Depuis, elle a acquis une renommée nationale et internationale.
Ensuite Alun Williams donna quelques clés de son œuvre. Tout d’abord le titre « Lux Fecit » qui veut dire à peu près « Il a fait la lumière, ou bien ce que la lumière fait », d’où son emploi des phares et de la lumière méditerranéenne comme thèmes de base, ainsi que des personnages de la famille de Michel Pacha (cités plus haut) et de sa rencontre avec Jules Verne.
D’autre part cette exposition s’inscrit dans le cadre de la réouverture du Musée de Toulon avec l’exposition « Picasso et le paysage méditerranéen », thème qui va aussi servir d’expressions à Alun Williams.
A l’issue de la présentation, par choix du peintre, un comédien lut « Les phares », poème de Charles Baudelaire tout à fait de circonstance puisque Baudelaire y dépeint le style de quelques peintres majeurs de l’histoire de l’art. C’est aussi l’ouverture à la visite car de nombreux peintres sont cités dans les tableaux d’Alun Williams: Picasso, Matisse, Boudin, Manet, Ingres, Moreau, Signac, Magritte, d’Ursule, de Staël, Rothko, Morandi, De Chirico, Tiepolo… Il est facile de les reconnaître au fil des toiles. Le peintre s’est exprimé avec une maîtrise parfaite dans sa réappropriation des styles et à l’aide de citations de certaines des œuvres de ces peintres.

2 3

La facture de ceux-ci se retrouve magnifiquement interprétée, majoritairement pour les phares, sur des sortes de fresques, toiles de jutes déployées comme une pellicule de film sur les murs des grandes salles. Voyages dans la peinture et autour de la Méditerranée.
Si la peinture est d‘abord lumière, Alun Williams en fait la démonstration triomphante. Cette « lux » sort de la peinture pour éblouir l’œil du regardeur. Le dessin peut être très précis en écho à une nature impressionniste, tel « Aux visionnaires modernes : la rencontre de Jules Verne et de Michel Pacha. ». Ou bien un décor très précis pour entourer des personnages matissiens comme cet « Hommage à la ténacité des femmes : Marie Rose, Amélie et Elodie Michel ». Un humour léger baigne toutes les œuvres, ce qui rend leur appréhension encore plus jubilatoire.
Les peintures d’Alun Williams sont belles, accessibles au premier coup d’œil, puis lentement on se laisse glisser à l’intérieur, et comme l’écrit Baudelaire : « …C’est un phare allumé sur mille citadelles… ». Ce sont les phares de la peinture qui nous éclairent.
Pour que « Lux Fecit », que la lumière fasse,  il a fallu d’abord que « Fiat lux et facta est lux », Que la lumière soit et la lumière fut ; et c’est ainsi que la peinture d’Alun Williams donne ses lumières.
Serge Baudot

4

Villa Tamaris Centre d’Art – 295 avenue de la Grande Maison – 83500 La Seyne sur Mer. Tel : 04 94 06 84 00 – www.villatamaris.fr
*Marius Michel, comte Michel de Pierredon, dit Michel Pacha (1819-1907) qui fut d’abord capitaine au long-cours, puis vice-amiral sous Napoléon III avant de devenir le bâtisseur des phares et balises en méditerranée et au Bosphore pour l’empire Ottoman (d’où ce nom de Pacha). Né à Sanary sur Mer il se retire à La Seyne sur Mer où il est mort. Il fit de Tamaris une station touristique à la mode.

 

Sanary – La Farandole
Quand la culture et l’amitié franco-russe
ne sont pas de vains mots

1
Oleysia Sudzhan & Georges Klimoff

C’est devenu aujourd’hui un rendez-vous incontournable que nous devons à Olesya Sudzhan, directrice de la galerie Kvartiras à Moscou, qui nous propose, deux fois dans l’année dans ce magnifique hôtel de bord de mer qu’est la Farandole, de découvrir des peintres russes, parrainés par un plasticien français de notre région.
Le principe est fort sympathique puisque les artistes russes viennent en résidence à Sanary pour découvrir la région et s’en inspirer pour nous offrir, quelques semaines plus tard, une exposition d’œuvres que lui ont inspirés nos paysages, sur un thème donné.
Vaste thème que celui de cet automne : les femmes !

8 6 7
Oleysia avec Elyane Thibaux, Pierre Chazal et la pianiste Victoria Appelia

Des femmes donc, vues par un homme : Denis Petrulencov et une femme : Natalia Onufrieva.
Et un couple français, plus précisément six-fournais et créateur de ces petits bonhommes qui ont inspiré Luc Besson : les Minikeums : Céline et Patrice Garcia.
Tous les quatre étaient donc réunis ce samedi 2 novembre à la Farandole, entourés d’Oleysia, de son équipe, de Georges Klimoff notre «russo-seynois» qui est le pont amical entre la France et la Russie, entre Sanary et Moscou et qui, avec son épouse, Marie, les soutient depuis quelques années.
L’on pouvait aussi rencontrer Elyane Thibaux, déléguée à la Médiathèque Jacques Duhamel et Pierre Chazal, adjoint à la Culture de Sanary.
Arts, mêlés, cultures mêlées, langues mêlées, ce fut comme à l’accoutumée une chaleureuse soirée franco-russe.

2 3
5 4
Denis Petrulenkov, Natalia Onufrieva, Patrice & Céline Garcia

Les Français découvraient donc deux beaux artistes venus de la lointaine Russie. Deux artistes dont le style était surprenant, Denis Petrulenkov nous offrant des aquarelles, ce qui est déjà rare pour un homme. Aquarelles qu’il dût peindre pour la plupart de son appartement car une chute dans les escaliers et une jambe cassée l’empêchant d’aller découvrir la ville et ses environs. Ce fut donc de sa fenêtre que lui vint l’inspiration. Natalia Onufrieva quant à elle, nous offrit des œuvres ensoleillées, pleines de couleurs et de joie mêlées. Quant à nos deux amis six-fournais, loin de leurs personnages de BD, ils nous firent découvrir des œuvres belles et inattendues, Patrice Garcia nous offrant des femmes éthérées, oniriques et Céline Garcia des collages inventifs et originaux.
La soirée ne faisait que commencer lorsqu’est arrivé un couple jeune et beau : le russe Guillaume Blanc de Lanaute et la russe Yana Ussenko qui nous offrirent des danses de salons aussi maîtrisées qu’élégantes, dignes de «Danse avec les stars». De la valse au jive, ils conquirent un public émerveillé de tant de talent et de grâce.

9 10 11

Et puis, alors que le cocktail battait son plein, c’est Victoria Appelia qui nous offrit un bel instant musical. Romancière, historienne et musicienne d’origine russe, elle anime une école de musique à Brignoles. Joli moment pianistique qui rythmait cette soirée où chacun découvrait l’autre, en russe, en français, en anglais, l’art n’ayant pas de frontières et Oleysia nous le prouvant avec cette chaleureuse soirée sous le signe des arts…
C’est ce qu’on appelle l’entente cordiale artistique et culturelle, entre deux pays, deux cultures si éloignés l’un de l’autre par la distance mais ayant tant de choses en commun.
Si tous les pays du monde pouvaient ainsi se donner la main…

Jacques Brachet

Sanary – Espace St Nazaire
Une exposition qui sent bon la Provence

1
Serge et Maryse Loigne, Bernadette Porcu

La Provence, c’est une région où le patrimoine où les coutumes sont tenaces et se passent de générations en générations. L’un des plus beaux exemples est l’association «La Coustièro Flourido» (Ce qui signifie la petite côte fleurie), présidée par Martine Dalmarre dont la cinquantaine de membre s’est attachée au costume de notre région des XVIIIème et XIXème siècles.
Ainsi nous présente-t-elle jusqu’au 3 novembre à l’Espace St Nazaire, une exposition qui nous fait remonter le temps avec délice et nostalgie en nous présentant des superbes costumes d’époque, avec de nombreuses pièces authentiques qui ont traversé les décennies, et des pièces reconstituées grâce à l’atelier de couture de l’association qui, tous les lundis, de 14h à 17h, à l’îlot des Picotières, recrée les costumes d’époques suite à de studieuses recherches historiques.

2 3
7 8 9

Les pièces authentiques, elles, sont méticuleusement recherchées chez les particuliers, dans des brocantes et en tous lieux où l’on peut trouver une pièce rare entièrement d’époque.
Il faut savoir que tous les membres, hommes et femmes, font eux-mêmes leurs costumes après avoir retrouvé des patrons, des tissus, des dentelles, des chapeaux, des rubans et c’est en partie ces costumes que l’on peut découvrir sur les deux étages de l’Espace St Nazaire car chacun a prêté avec joie ses propres œuvres.
Car ne nous y trompons pas, c’est du vrai travail d’art et de recherches qui nous est présenté là. On y trouve des robes, des jupons, des fichus, des bonnets, des costumes d’hommes et de femmes de paysans, de bourgeois, d’enfants, on y découvre un magnifique voile de mariée, des gants de dentelle d’une grande beauté. C’est avec curiosité qu’on remonte le temps  de nos aïeux qui bien sûr étaient vêtus ainsi,
Entre deux personnages costumés on retrouve les «vrais» personnages d’aujourd’hui grâce à de superbes photographies réalisées par les adhérents du club photo «Photographier autrement» dont le président est Eugène Ivanez et qui ont fait poser les adhérents de «l’autre» association dans leurs plus beaux atours. On reconnait même sur l’une d’elles un incontournable ami qui, chaque année nous régale avec son complice Serge Loigne de deux mois de concerts sous les étoiles, j’ai nommé Noël le Brethon, plus amicalement prénommé Nono !

6 4 5
Maryse Loigne, qui nous fait visiter l’expo avec Serge Loigne et Bernadette Porcu, nous précise que l’association, hormis ses cours de couture et de recherches historiques, nous propose des cours de provençal et des cours de cuisine de la région.
Elle regrette d’une part, qu’il n’y ait plus de musiciens et de danseurs dans l’association et que nombre d’associations qui ont pour but de faire vivre le patrimoine provençal ne s’ouvrent pas aux autres associations. Sauf quelques-unes comme les associations du Beausset, de la Garde, de la Valette, qui jouent le jeu et s’unissent pour offrir aux nouvelles générations des événements pour perpétrer les traditions.
A l’heure des portables, mobiles et autres outils de communication, vivre une pratique en famille se fait plus difficile et hélas la relève est mal assurée et la jeunesse se fait rare dans ce genre d’associations.

10 11

Et pourtant c’est d’hier que naissent le présent et le futur et il ne faudrait pas perdre nos racines et ne plus savoir d’où l’on vient.
Ce genre d’exposition nous fait connaître un pan de vie de nos ancêtres et il est important qu’elles continuent à perdurer.
En tout cas, c’est une très belle exposition que nous propose la Coustièro Flourido, qui nous fait remonter au temps de Mistral, de Roumanille, d’Aubanel et quelques autres. Et ici, les artistes sont les adhérents de cette association, hommes et  femmes de l’ombre mais aussi, de talent qui nous proposent un bel et grand échantillon de la mode d’autrefois.

Jacques Brachet

Centre d’Art de Sainte-Anastasie
Compositions photographiques : Manuela DONATINI – Elian BACHINI

1

Sainte-Anastasie-sur-Issole s’est donnée en 2012 un magnifique Centre d’Art, peu ordinaire, dans l’ancienne cave coopérative, baptisée galerie Albert Garnier du nom du fondateur de la cave.
La galerie à laquelle on accède par une volée d’escalier en pierres sèches se compose d’une très grande salle à l’entrée dont les murs servent à montrer les collages de Manuela Donatini. Puis on pénètre dans une très longue salle, très sombre, sorte de couloir géant parsemé à intervalles réguliers de grandes ouvertures sur les anciennes cuves, offrant maintenant de grandes niches, écrins sublimes pour les grands formats d’Elian Bachini. Ces deux artistes ont été choisis par Eliette Berthet et Michel Potier.
Dans la première salle, très lumineuse, les murs accueillent les collages de Manuela Donatini sur le thème « La vie à l’envers ». C’est un travail minutieux. Elle découpe ses éléments dans des magazines et les assemble au gré de sa fantaisie et de ses sentiments. C’est alternativement surréaliste, humoristique, drôle, émouvant, parfois le tout en même temps. Le collage est si précis, si parfait, qu’on a l’impression de se trouver face à une photo en soi. C’est un plaisir sans fin d’admirer, de se promener dans chaque œuvre, d’essayer de la décrypter, ou encore de la prendre comme une image pour elle-même, et de se laisser emporter dans la rêverie ou le rêve que toutes provoquent. Les œuvres sont présentées dans des cadres sous-verre qui donnent de la profondeur au collage. L’accrochage les met bien en valeur et propose un savant parcours.

2 3

Le photographe Elian Bachini n’est plus à présenter. Rappelons qu’il fut attaché pendant plus de 20 ans à Châteauvallon, qui était alors le Théâtre de la Danse et de l’Image, que depuis 1991 il est chaque année invité aux « Hivernales d’Avignon. Il eut l’idée de sortir du tirage sur papier pour présenter ses photographies sur différents supports : toile de jute, de lin, pierre, papier aquarelle…ce qui tire souvent la photo vers la peinture. Ses photographies sont vues dans le monde entier ; on ne compte plus les expositions auxquelles il a participé.
Pour Sainte-Anastasie il présente « Osmoses minérales II ». Ce sont des créations photographiques numériques dans lesquelles matières minérales et autres s‘unissent aux corps, aux visages. Le rendu est époustouflant. L’utilisation des couleurs, de la lumière, les superpositions d’éléments divers créent un envoûtement qui vous emporte dans un ailleurs où tout est  beauté, trouble, et volupté. Mais Bachini n’oublie pas la réalité, l’esclavage, le migrant, l’horreur souvent là, hélas. Cependant  tout est sublimé par l’art d’Elian Bachini qui, partant du réel, nous aide à nous en  détacher pour mieux l’affronter.
Je cite l’artiste : « Osmoses minérales II est la suite d’Osmoses minérales I, mais en couleurs, avec des personnages d’origines différentes et une technique qui a évolué avec le temps. Je puise la part humaine de mes compositions dans mes archives de spectacles : danseurs, comédiens, amis…

4 5

La matière, je la trouve sur les murs délabrés, le crépi des façades, les vieux bois, la roche. Parfois, dans cette recherche, des restes délavés de réclames peintes me renvoient vers le passé, la Renaissance, Pompéi, les cavernes…
Depuis la plus lointaine époque, l’homme laisse les traces de son passage dans les grottes, sur les murs qu’il construit, les pierres et les bois qu’il taille. Traces qui arrivent jusqu’à nous souvent décolorées, rongées par le temps. Mais fortes de sens, touchantes, mystérieuses aussi, elles nous parlent de la vie d’autrefois. »
On entre dans ce large couloir, très sombre, sorte de caverne ancienne, chaque œuvre offerte au regardeur par un éclairage minimaliste, mais les yeux s’habituent, on est dans l’intime, dans le mystère de la création, chaque photographie envahit le regard, l’esprit, excite les sens.
Il faut voir chaque grand format trônant au centre d’une niche. Il prend toute la place, magnifié ; il vous plonge dans la contemplation, puis en vous-même. Difficile de s’en détacher. Et ces images vous poursuivrons longtemps.

6 7

Un bémol quant à la répartition des œuvres. Je ne comprends pas qu’on ait cru bon de placer quelques collages parmi les photographies. Ils ont une place de choix dans la grande salle. Chacun la sienne. Ce sont des œuvres de natures complètement différentes, montrées dans des atmosphères antagonistes.
Deux grandes et belles expositions. Il y faudrait un catalogue pour emporter avec soi la trace de toutes ces images, même si elles restent vivantes dans la mémoire.

Serge Baudot
Exposition du 16 octobre au 8 décembre 2019 – Du vendredi au dimanche de 14 à 18h
06 33 27 43 61www.caprovenceverte.fr

Toulon – Galerie FlorDavelia
Daniel GIACCHI : Une explosion de joie et de couleurs

2

Depuis quatre ans, la galerie FiorDavelia, tenue par David Mac Millan reçoit des artistes contemporains, des artistes de Provence, souligne-t-il avec un très bel accent british, dans une atmosphère conviviale, sur des murs cramoisis, ce qui est une originalité en soi pour une galerie.
Et sur ces cimaises, jusqu’au 3 novembre, c’est Daniel Giacchi qui s’y colle pour présenter une rétrospective de ses œuvres sur dix ans.
Peinture essentiellement au couteau qui nous montre une évolution certaine de son travail et toutes les passions qu’il y a peintes, du jazz au golf en passant par la musique classique, la mer, les bateaux… dans une symphonie de couleurs qu’il sait harmoniser avec de grands aplats, d’infimes détails que l’on découvre en s’approchant de la toile, une toile toujours en mouvement, les sujets choisis, hormis les paysages, s’y prêtant et étant totalement maîtrisés.
C’est de la belle ouvrage pour cet artiste qui, passionné de jazz et étant lui-même batteur, a commencé par croquer des musiciens avec des pastels, pour, me dit-il, pour s’amuser car il ne s’était pas encore pris au jeu de cet art. La musique l’inspirant il s’amusait dont à peintre des musiciens, qu’ils soient classiques ou jazz, jusqu’au jour où un certain Daniel Michel, bien connu des Toulonnais « jazzophones » puisque notre « Nanou » National présidait alors au Festival de jazz de Toulon, lui demanda à deux reprises de créer l’affiche de ce festival, en 2000 et 2001.
A partir de là, il a commencé à être approché par des galeristes et, son « vrai » métier d’infirmier le menant à la retraite, il s’est totalement investi dans sa passion, peignant ses passions comme la musique, la voile ou le golf.

5 4 3

Ainsi, me dit-il en riant, au fil des jours il est passé dans la deuxième dimension, ses passions alimentant sa peinture mais devenant plus abstraites, plus imaginaires, plus spirituelles.
«Mon travail est semi figuratif mais j’aime par moments me rapprocher de l’abstrait.
Ce qui m’excite c’est la liberté et l’aventure. La liberté car je suis totalement libre de m’exprimer à ma guise sans contraintes et l’aventure car devant une toile vierge l’aventure commence. J’ai une idée en me couchant, je la mets sur la toile le lendemain, sans croquis car je ne sais pas vraiment dessiner mais aussitôt avec mon couteau et mes couleurs que j’aime assembler. J’essaie à chaque fois une nouvelle approche. Devant ma toile mes possibilités de créations sont sans fin. J’aime la couleur et le mouvement, j’essaie de tout donner car je ne me contente pas de l’à peu près et j’essaie à chaque fois de voir les choses autrement ».
Ainsi s’est-il essayé à toutes les techniques, du pastel aux collages en passant par les techniques mixtes.
Ces dix ans de travail exposés montrent à la fois une évolution et une cohérence dans son œuvre qui a atteint une maturité mais aussi une sérénité qu’on retrouve dans chacune de ses époques, les couleurs explosant sur des tableaux pleins de vie et de joie que l’on ressent dans chacune de ses œuvres.
Aujourd’hui il est invité dans de nombreuses galeries, dans des salons comme le Luxembourg ou la Belgique, l’aventure continue de plus belle et c’est pour lui une joie tous les jours recommencée à l’idée d’une nouvelle œuvre à naître.

1

Jacques Brachet
Galerie FlorDavelia – 21, rue Peiresc – Toulon  www.flordavelia.com – 04 94 62 74 11