Archives pour la catégorie Evénements

La Foire de Marseille fait son cinéma

1

C’est sous une pluie discontinue que s’est ouvert la 95ème Foire de Marseille et ce n’était pas du cinéma !
Désolation pour tous les stands qui se trouvaient à l’extérieur et qui voyaient «passer les passants» sans s’arrêter pour aller s’abriter dans les halls, bien à l’abri mais dans le brouhaha d’une foule compacte.
C’est donc très humides que nous avons découvert, pour la 95ème fois (pour les plus, plus âges !) cette foire internationale connue du monde entier, monde entier que nous y avons également découvert, nombre de pays, 47 y étant représentés parmi ces 1200 exposants  puisque 180 y étaient étrangers.
Le thème de cette année était le cinéma.

2
6 4 5
3

Un cinéma qui avait tout à fait sa place, le Berceau du cinéma étant la Ciotat et son fameux Eden, première salle de cinéma au monde grâce aux frères Lumière. Bien entendu, Pagnol, Fernandel, Raimu, ont fait la gloire de la saga cinématographique française, tous issus d’Aubagne, Marseille, Toulon. Et puis, ont pris la suite Robert Guédiguian et son épouse Ariane Ascaride, toute auréolée du prix d’interprétation féminine au festival de Venise grâce à un film de son réalisateur de mari «Gloria Mundi». On peut également citer le ciotadin Olivier Dahan à qui nous devons «La môme» avec Marion Cotillard, film césarisé et oscarisé. Sans parler du nombre de films tournées dans nos paysages provençaux.
Donc le cinéma avait toute sa place dans cette nouvelle édition de la foire de Marseille dont le parrain n’était autre de Pierre-François Laval dit PEF, qui est venu présenter trois de ses films «Les profs», «Gaston Lagaffe», «Essaye-moi» et dont le prochain film ne va pas tarder à sortir : «Fahim»  qu’il est venu présenter il y a peu au Six N’Etoiles de Six-Fours (Voir rubrique cinéma)
Belle cohue lors de sa venue avec l’équipe des Robin des Bois : Elise Larnicol, Maurice Barthelemy, Pascal Vincent et Isabelle Nanty où chacun voulait dédicaces et selfies.
Pas loin de là, on pouvait rencontrer toute l’équipe de l’Eden, que des femmes entourant Michel Cornille, son président et qui, depuis la réouverture toute neuve et confortable de ce lieu mythique, n’arrêtent pas de nous proposer de films… évidemment mais aussi des rencontres, des expos… Un cinéma qui bouge. Les Lumières de l’Eden ne sont pas près de s’éteindre. A côté de l’Eden, le vidéaste Jean-Pierre Sénelier nous offre à sa manière la mythique entrée en gare de la Ciotat, ce fameux train qui apeura un public découvrant le cinématographe.  A sa manière car il a reconstitué la gare, le train, les voyageurs en stratirama, une technique qui permet de réaliser des images en 3D et c’est bluffant car on y voit le fameux train entrant en gare et les passager y montant et descendant.
Tout à côté je retrouve mon amie journaliste, Catherine Merveilleux avec qui l’on a partagé nombre de manifestations dont le festival de Cannes qui lui a inspiré un roman «Cannes for ever», roman qui se déroule en 2016 au festival dans une ambiance particulière, celle des attentats de janvier et novembre, ambiance un peu tendue malgré les grandes fêtes de l’Eden Roc, du Martinez, du Carton, de la fameuse montée des marches journalière qu’elle nous fait revivre à travers ce roman.

12 13 14
16 15 17

Quittons donc le cinéma où, durant toute la foire, des événements, des animations, des projections, des expositions et même des castings auront lieu chaque jour.
Pour rester à l’abri de cette pluie incessante, nous voilà donc dans le hall international où nous allons faire un tour du monde en 80 minutes, avec plus de 40 pays des cinq continants représentés. Nous visitons tous les pays d’Afrique du Burkina Fasso à l’Egypte, du Maroc au Niger, de la Tunisie au Sénégal…
Avec l’Amérique c’est l’Argentine, la Colombie, le Canada, le Brésil, l’Equateur et bien sûr les Etats-Unis.
L’Asie n’est pas de reste avec l’Inde, l’Indonésie, le Vietnam, la Thaïlande. Visits des îles avec le Cap Vert, Cuba, la Guadeloupe, Tahiti, la Réunion….
Enfin l’Europe bien sûr où autour de la France gravitent l’Angleterre, l’Espagne, l’Autriche, la Pologne. Quant à l’Italie, elle a un halle qui lui est totalement consacré. Et là, vous y découvrez des multitudes de pâtes diverses, une huile d’olive comme on n’en fait nulle part ailleurs, des fromages dont on ne peut imaginer la variété, de la charcuterie à en avoir une montée de cholestérol, car à chaque stand, un goûte, on hume… et on achète ! Plus on avance plus on a de sacs… et de kilos… A ne pas se peser en rentrant. On a fait une découverte : la pinsa romaine, à ne pas confondre avec la pizza. C’est une pâte réalisée avec du blé (du vrai, du bio !) du soja et du riz. Cela donne une pâte croustillante, délicieuse qui peut servir pour la pizza mais que l’on peut croquer avec délice.
La gastronomie est partout, dans les stands comme dans les multiples restaurants et food trucks qui vous offrent leurs spécialités. Là encore, entre charcuterie, fromages et spécialités montagnardes, on a découvert la racletterie, un restaurant toulonnais situé rue Lamalgue qui, outre des bonnes choses à manger, vous propose des bières de toutes sortes. Je vous recommande la bière au genépi qui est une tuerie !
Car «par-dessus tout ça», comme le chante Bécaud, il ne faut pas oublier biscuits, gâteaux, bonbons, chocolats, glaces dont les parfums et la couleurs vous attirent  comment des aimants.
Bien entendu, ne sont pas oubliés le village du terroir où l’on retrouve macarons, calissons, pour la première fois des eaux minérales provençales issues de la région d’Aix-en-Provence, des confitures artisanales, les gâteaux à la châtaigne, des huiles d’olives de la plaine de la Crau, des vins de tous nos domaines, et bien d’autres choses à boire, à manger… et à vous faire craquer !
Mobiliers divers, équipements ménagers, spas, maisons à construire, matériaux nouveaux, carrelages, tissus…. Tout vous est proposé dans le hall de l’habitat et de la déco, le marché de la mode consacré aux vêtements vintage très marrants à redécouvrir et l’on reste surtout pensif en nous remémorant qu’on a pu être ainsi vêtu et que tout ça revient à la mode !…

10 11
8 7 9

Malheureusement, en une journée et un jour de pluie, difficile de faire le tour de cette immense foire qui reste la seconde après celle de Paris, et le quatrième événement national après le salon de l’auto, qui reçoit quelque 300.000 visiteurs chaque année sur 17 hectares…
Le parc Chanot sous la pluie, ce n’est pas vraiment la joie mais vous avez encore jusqu’au 30 septembre pour la découvrir sous des cieux plus cléments.
Attention à certains parkings qui, pour la circonstance, en profitent pour multiplier leurs taris : 20€ la journée c’est quelque peu se foutre du monde !
Mais bon, il y a toujours des profiteurs et en cherchant bien on trouve des places si l’on aime un peu marcher… Comme vous le ferez durant toute la visite !

Jacques Brachet

Toulon – Le Télégraphe
Une artothèque vient de voir le jour

Microsoft Word - DP INAUGURATION EMPREINTE TELEGRAPHE .docx

Aujourd’hui à Toulon, il faut compter sur un lieu devenu incontournable : Le Télégraphe.
Installé dans le bâtiment de l’ancienne poste, 2, rue Hyppolite Duprat, en dix mois, le Télégraphe est devenu un lieu de rencontres qui nous offre une culture éclectique allant d’expositions en concerts, de conférences en ateliers avec bar et restaurant dans un cadre cosy à la décoration originale, à la fois simple et de bon goût.
Tous les thèmes sociaux-culturels y sont abordés dans une grande liberté et une belle convivialité.
On doit ce lieu et cette ambiance à son créateur François Veillon avec à ses côtés son président, Mario Ferreri.
En mai de cette année a eu lieu un premier festival de l’estampe où il a été question d’impression, de lithographie, de sérigraphie, de linogravure, de xylogravure et d’autres techniques de ces arts ancestraux. Ateliers, expos, conférences, projections, démonstrations, création d’une œuvre collective ont permis à un nombreux public de découvrir un art pas si connu que cela même s’il existe depuis des siècles. Le tout orchestré par Mario Ferreri qui reste l’un des cinq grands lithographes existant en France, qui a entre autre travaillé avec Picasso, Dali et quelques autres grands peintres de notre temps.

3 4 5

Le succès aidant, l’idée n’était pas loin de créer une artothèque et un atelier de lithographie ouvert à tous, qui a été inauguré ce 19 septembre et baptisé «L’Empreinte».
Ce bel atelier s’ouvre donc aux métiers du livre, de l’édition et recevra des artistes divers qui animeront des ateliers et des master-class. Le journal du Télégraphe sera imprimé sur place et d’autres activités se développeront comme l’édition de livres d’artistes, la reliure, la typographie.
Mario nous a dit son émotion de cette rencontre-coup de foudre avec François, qui a débouché sur cet atelier : «Emotion parce que l’on remet ainsi en avant cet art qui a traversé les siècles et a un peu disparu depuis qu’est née l’informatique, qui reste un travail artisanal qu’il ne faut pas laisser mourir car le contact avec la pierre, avec les couleurs est un dialogue permanent avec l’artiste, avec ces techniques anciennes, ces instruments particuliers. Il faut que ce travail perdure malgré l’ordinateur et peut-être envisager de travailler avec lui. Nous allons montrer ce qu’on peut faire et la magie de cet art magnifique».

1

De plus, l’artothèque sera constituée d’un fonds de quelque 600 œuvres qui pourront être louées aux adhérents pour un certain temps. De nombreux artistes ont déjà été appréhendés pour venir y faire un séjour comme le Niçois Éric Cartier qui y est en ce moment en résidence, qui a collaboré à «Spirou»  à «Fluide glacial», Avec Lewis Trondheim, Scotch Arleston, et à qui nous devons aussi «Toute 78»
Ils animeront des tables rondes, des ateliers, sont aussi prévus des séances dédicaces, des projections en collaboration avec le Pathé Liberté.
A noter, belle coïncidence que la majestueuse et impressionnant presse installée dans l’atelier, a le même âge que le bâtiment, puisque tous deux nés en 1848 !
Suite à cette visite et à cette inauguration, François Veillon nous a présenté le groupe musical formé par des musiciens de la région, qui animeront des soirées cabaret et accompagneront des chanteurs invités à se produire, comme Omri Swafield qui nous a proposé un mini-concert lors de l’inauguration.
Toulon s’est encore doté d’un magnifique lieu culturel, le Télégraphe, qui nous réserve encore quelques belles surprises.

Microsoft Word - DP INAUGURATION EMPREINTE TELEGRAPHE .docx 7

Jacques Brachet

Six-Fours : Une belle journée africaine

IMG

Dimanche 15 septembre 2019 de 10h00 à 18h00, l’association «Un Dojo Pour Réo» organise une journée africaine conviviale et festive, ouverte à tous, sur la promenade de la plage de Bonnegrâce à Six-Fours-les-Plages.
Une cinquantaine de stands (associations humanitaires, culturelles et sportives, artisanat, mode, littérature africaine, santé,…) vous accueilleront pour vous faire découvrir le visage souriant de l’Afrique.
Pour le déjeuner, des repas africains seront mijotés par le restaurant d’insertion « Le Petit Prince » et un service de boissons  sera constamment assuré.
Tout au long de cette journée, diverses animations (musiques, danses, défilés de mode, contes,…) égaieront les visiteurs,  public sensibilisé, familles ou simples curieux.
Cette journée, coordonnée par Michel Clerc, est organisée pour célébrer la culture africaine en favorisant le rapprochement avec les peuples africains et l’échange entre les différentes associations.

Mise en page 1 K

Un Dojo pour Réo
C’est l’histoire de Cécile Limier CN 6ème dan de Karaté, belle créatrice de cette association qui avait pour but de créer uneécole de karaté à Réo, à 120 km de Ouagadougou au Burkina Faso et dont nous vous avons déjà raconté l’aventure.
Cette école existe aujourd’hui, réunissant quelque 70 femmes que Cécile va régulièrement rencontrer.
Elle a voulu que l’Afrique soit au centre de cette journée qui rassemble  associations, créateurs, artistes en tous genres venant de toutes les régions de France faire découvrir la vie africaine dans tous ses arts et son humanitaires.
Ainsi, durant toute la journée, vous pourrez découvrir des chanteurs, des plasticiens, des créateurs de mode, des conteurs, des danseurs, des musiciens, vous pourrez aussi participer  à des démonstrations de kankudaï Karaté, de danse, des intervenants vous parleront de l’Afrique mais aussi de toutes les associations culturelles et humanitaires vous aider et la mieux connaître, à la mieux comprendre.
Quand le soleil de l’Afrique rencontre celui de Six-Fours…

Renseignements : 06 03 48 07 88 – 06 62 12 04 49

NICE – Hommage à Freddie MERCURY

6e8ee238-564f-4602-b796-7bb8515f252a

Pour la sixième année consécutive, Hard rock Café Nice rend hommage à Freddie Mercury «Freddie for a week», pour la première fois une semaine complète, du jeudi 5 au 12 septembre.
Au programme de cette semaine exclusive et solidaire :
Deux soirées exceptionnelles avec un Tribute Live to Queen, un Milkshake en édition limitée spécial « Freddie », les incontournables Moustaches et des Produits dérivés exclusifs au bénéfice de la Mercury Phoenix Trust.
Let’s get ready to Freddie!
Une nouvelle fois, Hard Rock Nice va revêtir sa plus belle moustache et lance sa célébration annuelle de la vie et musique de la légende Freddie Mercury en accueillant dans ses murs la désormais “Freddie for a Week” du Jeudi 05 Septembre – date anniversaire de Freddie Mercury – au Jeudi 12 Septembre 2019.
En hommage à l’icône du Rock, Hard Rock Cafe® Nice proposera deux grandes soirées à thèmes, un milkshake en édition limitée et des articles exclusifs en boutique pour lesquels une partie des bénéfices sera reversée à la Mercury Phoenix Trust, une association caritative britannique créée communément par Brian May et Roger Taylor, membres de Queen et Jim Beach, manager du groupe en soutien à la recherche contre le SIDA.
Au programme de cette édition:
Jeudi 5 septembre : KaraoQueen – Don’t Stop me Now! Party
 De la folie 100% QUEEN ! Vous vibrez aux premières notes des mythiques «We will Rock you» ou encore «We are the Champion » ? Cette soirée est faite pour vous ! Venez-vous aussi fêter l’anniversaire de Freddie au cours d’un événement exceptionnel et des plus festifs.
– Ambiance 100% Queen avec playlist, clips, équipe costumée et Photobooth.
– KaraoQueen – Karaoké en hommage au groupe de Légende
– QueenTrivia – Un Blind test 100% Queen
– DJ Set
– Cadeaux offerts par Universal Music et la Fox.
Lors de cette journée très spéciale, les clients du Hard Rock Cafe ainsi que son équipe auront la possibilité s’ils le souhaitent de revêtir leur plus beau costume rappelant Freddie ; l’occasion de profiter de cette soirée en musique comme il se doit.

3eb22e75-073d-48d3-87e7-4ea0879b0811

Samedi 7 septembre : «Freddie for a night». Tribute par In Extremis
Rendez-vous dès 21h00 pour une nouvelle soirée musicale et festive avec Concert Live par In Extremis – Queen Tribute.
Créé en 1994 et avec plus de 300 concerts à son actif, In Extremis est un Live Tribute to Queen français. Durant deux heures non-stop, ils vous proposeront un véritable voyage au cœur de la spectaculaire carrière du légendaire groupe de Rock.
Les fans qui rejoindront le Hard Rock® pour célébrer “Freddie for a Week” pourront savourer le “Freddie’s Mustache Milkshake”, une combinaison de Bourbon et de Rhum ambré avec de la glace vanille et recouvert d’un coulis chocolat noir, de crème fouettée au chocolat blanc et d’un onctueux brownie en forme de Moustache.
Ce très original milkshake sera également disponible dans une version non-alcoolisée pour satisfaire le plaisir des rockeurs de tous âges.
Avis aux intéressés par les articles « Freddie », Hard Rock Cafe Nice vous donne rendez-vous dans son Rock Shop® sur la Promenade des Anglais pour découvrir un t-shirt en  édition limitée et un pin’s à l’image de Freddie sur scène.
Lors de cette soirée, une tombola sera organisée avec de nombreux cadeaux Queen à la clé, offerts par nos partenaires Universal Music & Fox.
HARD ROCK CAFE NICE – 5 Promenade des Anglais 06000 Nice

Renseignements : 04 92 00 20 75 – nice_sales@hardrock.com
Une soirée aussi exceptionnelle que solidaire puisqu’une nouvelle fois, les clients auront la possibilité d’acheter les célèbres moustaches, vendues 2€, leur permettant de devenir réellement «Freddie pour une journée» dont les bénéfices récoltés seront intégralement reversés à la Mercury Phoenix Trust.

Sanary – Les Disques d’Or… au féminin !

IMG_20190815_190550
Toute l’équipe des Sanary Animations et le jury des Disques d’Or

C’est devenu une tradition : chaque été, Noël Lebrethon, président de Sanary Animations, propose au public un concours de chant «Les Disques d’Or». Concours très couru des amateurs, aussi bien varois que vacanciers et Dieu sait s’ils sont pléthore !
Certains viennent pour le plaisir de chanter, d’autres pour faire plaisir à la famille et aux amis, d’autres encore espèrent que ce sera le marchepied d’une future carrière. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux passant à Sanary, se sont retrouvés en compétition à l’émission «The Voice»
Beaucoup d’appelés mais peu d’élus, c’est la loi de la jungle musicale mais on peut quand même citer en exemple celle qui reste le symbole de ce concours : Hélène Ségara.
Mais ce concours reste malgré tout un jeu bon enfant présenté depuis des années par Yves Julien à la faconde toute provençale et mettant en confiance certains concurrents un peu stressés.

B A
Encore des dames à Sanary Animations… et quelques hommes : Yves Julien et Noël le Brethon

Cette année, à la demande d’un public nombreux, Noël, dit «Nono» avait décidé que les concurrents chanteraient en français et c’et une bonne chose car beaucoup chantaient avec plus ou moins de bonheur en anglais alors que nous avons un répertoire français on ne peut plus riche et des auteurs et compositeurs de grand talent. D’ailleurs il est un peu dommage que beaucoup de filles se cristallisent sur Piaf ou Céline Dion, tant il y a de magnifiques chansons à interpréter.
A propos de filles, la grande surprise de cette année a été le manque de mecs… Où sont-ils passés ?
Sur la sélection des juniors, huit filles en finale  et pour les adultes trois hommes pour treize filles !
Et le palmarès est 100% féminin !
Chez les juniors, sont arrivées dans le trio de tête :
3ème : Liu-Jane Jacotot qui a interprété «Alors regarde» de Patrick Bruel
2éme : Lola Martin-Teissère qui a interprété «Vole» de Céline Dion
1ère : Laly Docq qui a interprété «Ordinaire» de Robert Charlebois, version… Céline Dion !

DSC_0016 DSC_0026 DSC_0031
Liu-Jane Jacotot – Lola Martin-Teissère – Laly Docq

Chez les adultes :
3ème : Cécile Labadens qui a choisi «Hananera», tiré de l’opéra de Bizet «Carmen» et ça, ça fait du bien !
2ème : Stella Cino qui a chanté «Le blues du businessman» de l’opéra-rock «Starmania»
1ère : Manon Maley qui a interprété «Quand on n’a que l’amour» de Jacques Brel.
Chacune a reçu un trophée des bons d’achat de 100 à 200€ et pour la gagnante et un week-end à la Neige à la station de Puy St Vincent, sponsor de la manifestation et fidèle depuis des années.
Six voix magnifiques et l’on est étonné d’entendre, surtout chez les juniors qui ont 11/12 ans des voix aussi amples, des notes si élevées et si justes. Vraiment nos six finalistes nous ont époustouflés et ont époustouflé le jury qui, comme chaque année, se retrouvait avec joie : Nadine et Claude Millour (Guitar ZZ), Daniel Darigot qui s’occupa durant des années à la Ciotat des animations musicales, Jean-Michel et Geneviève Machto, respectivement musicien et productrice, Brigitte Benabida, responsable culturelle à la Ciotat et moi-même.

DSC_0097 DSC_0083 DSC_0127
Cécile Labadens – Stella Cino – Manon Maley

Ce fut une belle cuvée 2019 avec seulement une petite critique : la venue sempiternelle de certains candidats que l’on retrouve chaque année, certains n’ayant pas leur place dans ce concours qu’ils ne gagneront jamais et enlevant la place à d’autres qui ne peuvent pas s’inscrire. On aimerait un peu plus de sang neuf et surtout une sélection un peu plus sévère… A bon entendeur, Nono !!!
A noter aussi que quelques jeunes n’ont pas voulu s’inscrire parce qu’ils ne pouvaient pas chanter en anglais. Mais bon sang, on est en France et si un jour ils arrivent à être produits, leur disque se fera en français. Sans compter que souvent, ils chantaient sans connaître le sens de la chanson et dans un anglais très approximatif. SI si… c’est arrivé !

DSC_0140

Alors, vive la France et les chansons françaises et bravo aux six finalistes méritantes et talentueuses !

DSC_0001

Jacques Brachet

Michèle TORR à Pertuis… La renaissance

A

C’est devenu un rendez-vous immuable chaque été : Amis, famille et fans de Michèle Torr se retrouvent autour d’elle le temps d’un week-end, d’abord pour fêter son anniversaire, même si celui-ci a lieu en réalité le 7 avril et le lendemain, pour un concert exceptionnel où quelques amis artistes de retrouvent pour partager la scène afin de les soutenir, elle et Romain, son fils qui a la sclérose en plaques.
Deux jours show-chauds dans son village natal, à Pertuis où « elle a laissé ses souvenirs » et les retrouve très vite, entourée de sa famille.
Pour Michèle, ce fut une année difficile puisque, en dehors de Romain qui lutte vaillamment contre la maladie, elle a eu elle-même quelques ennuis de santé et surtout la séparation d’avec son mari qui a été un moment intense et critique car ça ne s’est pas fait sans douleur. Mais aujourd’hui, c’est un soulagement pour elle que d’avoir pu se sortir d’une situation qui devenait très pesante.
Du coup, la voici qui reprend goût à la vie, qui retrouve son sourire et qui, plus belle que jamais, est arrivée à la salle Georges Jouvin, rayonnante, toute de blanc vêtue, comme un symbole de la sérénité retrouvée.

A
Parmi les cadeaux, des chaises et un tapis pour sa nouvelle maison

Inutile de dire que tout le monde a également été soulagé de retrouver la Michèle que l’on aime et qui, pour fêter ce renouveau, nous a offert un magnifique album dont je vous ai parlé et qui résume tout puisque intitulé « Je vais bien » !
Comme chaque année, tout le monde l’a beaucoup gâtée et a pensé qu’à nouvelle vie, nouvelle maison, il fallait de nouveaux objets pour la meubler. Après un excellent repas, nous avons eu droit au gâteau traditionnel, un superbe fraisier que nous avons partagé avec elle.
L’habitude veut que le concert ait lieu avant l’anniversaire. Cette année, les journées furent interverties pour des problèmes techniques et du coup, Michèle partit en fin d’après-midi pour se reposer, la chaleur et le stress aidant, et être en forme le lendemain pour ce concert spécial puisque toute la recette est reversée à l’association « SEP en pays d’Aix » créée par elle et Romain, qui est parrainée par le professeur Pelletier qui œuvre dans ce service à la Timone.

B C
E D

Chaque année, un nombre incroyable d’artistes vient les soutenir. Sont déjà venus Dave, Michel Leeb, Hervé Vilard, Stone, François Valéry, Danyel Gérard, les Chevaliers du Fiel, Claude Barzotti, Nicolette, Christian Delagrange, Herbert Léonard… J’en oublie…
Fidèles au poste le musicien et chef d’orchestre Guy Mattéoni et sa fille Stella qui sont toujours là et qui, cette année, ont participé au dernier CD de Michèle.
Ils étaient donc là encore cette année, accompagnés du groupe Condor, de Frédéric Zeitoun e de la présence exceptionnelle de Michel Drucker, revenu tout exprès de Londres où il était allé rencontrer Céline Dion.
C’est sous un chaud soleil que les répétitions démarrent. Déjà beaucoup d’amis sont là. Michèle est sur scène, rayonnante et joyeuse malgré la fatigue de la veille. Il y a longtemps qu’on ne l’a pas vue ainsi.
Richard Gardet, ses musiciens et ses deux beaux choristes entreprennent de répéter avec elle les chansons du nouveaux disque. Sous l’œil attentif et heureux de son père, sa mère et sa grand mère, Stella répète son duo avec Michèle, une chanson très sixties écrite par le père et la fille pour Michèle et qu’elles chantent en riant, très complices, « Les jours heureux » une chanson de circonstance tant aujourd’hui ceux-ci semblent être revenus pour notre belle chanteuse.
Pendant ce temps tous les petits enfants sont là pour tenir le stand de l’association « La SEP en Pays d’Aix », tous les bénéfices allant, comme la soirée au profit de celle-ci.

H G C
E
D B I
David Lelait-Helo, Pierre Maldiney, Charles Vitello, Frédéric Zeitoun, Michel Drucker,
Guy Mattéoni, Adda Abdelli, Jean-François Gérold, alias Condor

Frédéric Zeitoun arrive et l’on est très heureux de se retrouver, se remémorant une certaine journée de la Fête du Livre de Toulon où nous étions l’un à côté de l’autre parlant évidemment musique. Une belle surprise aussi : David Lelait-Helo, écrivain de talent et qui a écrit beaucoup de chansons, dont certaines pour Michèle, est venu d’Avignon où il présente sa pièce, tirée de son dernier livre « Quand je serai grand je serai Nana Mouskouri » mise en scène par Virginie Lemoine. Là encore retrouvailles chaleureuses car nous avons aussi de jolis souvenirs ensemble. Et puis, voici qu’arrive un beau quatuor de grands médecins venus soutenir Michèle, Romain et l’association : Evidemment le professeur Pelletier en tête, entouré du docteur Pierre Maldiney, cardiologue réputé, médecin nutritionniste et anti-âge, le docteur Charles Vitemo, médecin anti-âge venu de St Etienne et le docteur Audrey Rico, neurologue à la Timone.
Et puis voici qu’arrive un gay luron : le comédien de la série « Vestiaires » Adda Abdelli, qui est aussi scénariste. Etant dans les parages, évidemment concerné par les handicaps et de surcroît fan de Michèle, il et venu à sa rencontre.

F
Une partie de la famille de Michèle avec le Condor et Michel

Tout ce petit monde se retrouve dans la fraîcheur de la Chapelle de l’Enclos de la Charité pour un sympathique repas catering. Ca discute, ça fait connaissance, la médecine se mêle à la chanson.
Bien entendu il y a également tout l’orchestre et les belles danseuses de Richard Gardet qui papillonnent autour de nous et aussi toute l’équipe du Condor, alias Jean-François Gérold qui fait partie du spectacle avec son magnifique concert, mêlant la musique provençale aux rythmes d’aujourd’hui, qui remplit les salle et les amphis du monde entier. Il fit, il y a quelques années, la première partie du spectacle de Michèle à l’Olympia. Depuis, ils ne se quittent plus et travaillent souvent ensemble. Il était donc évident pour lui d’être là pour l’épauler.
Le dernier arrivé fut Michel Drucker, revenu tout exprès de Londres pour être de la fête.
Tout le monde étant là, le spectacle pouvait démarrer avec les ballets multicolores et l’orchestre de Richard Gardet. Envol de jambes, de plumes et de paillettes pour un magnifique hommage à Charles Aznavour.
Puis Michèle vint sur scène, avec Romain et son fils Raphaël, rappeler les buts de cette association et de ce spectacle.
Nos médecins furent présentés par Michèle et ils expliquèrent au public cette maladie dont Romain est atteint, la sclérose en plaques, les progrès qui sont faits chaque année avec beaucoup d’espoirs à la clé et le travail attentif de nombreux médecins et chercheurs travaillant dans l’ombre.

IMG_0216 basse defB C
A

La sublime Stella vint chanter, accompagnée de son père et recueillit des bravos bien mérités puisqu’elle est autant talentueuse que belle.
Quant à Frédéric Zeitoun, il nous enchanta littéralement avec ses « duos en solitaires ». En fait de duos c’était avec son guitariste et en solitaire car toutes les chansons qu’il nous chanta fut celles composées et chantées dans son CD avec Oldelaf, Fugain, Marie-Paule Belle, Aznavour, Linda Lemay, Duteil et quelques autres, toutes des pointures qui font que la vraie chanson française existe encore. De belles mélodies et des textes pleins d’humour, de poésie, d’émotion qui enchantèrent le public plus beaucoup habitués à entendre des textes de cette qualité. D’ailleurs, il se pourrait qu’on retrouve Frédéric sur un prochain disque de Michèle avec qui l’on a beaucoup bavardé.
Toujours bon pied bon oeil l’ami Drucker nous proposa une compilation de quelques histoires de son tout premier show agrémenté de quelques anecdotes de on second qu’il prépare. Il est à lui seul la mémoire de la télé, de la chanson, du théâtre, du cinéma et c’est toujours un plaisir de le retrouver pour échanger quelques souvenirs de toutes nos rencontres et des amis que nous avons en commun.

IMG_0427 basse def F
D E

Puis Michèle vint terminer la première partie en mêlant ses tubes incontournables à ses nouvelles chansons, dont son duo avec Stella Mattéoni, et en terminant avec « Hallelujah » qu’elle chanta en se promenant avec le public heureux de la voir de si près.
Cette année le spectacle était loin d’être fini puisque, durant un entre acte où Michèle signa livres, CD, DVD, programmes à tour de bras, le Condor installait son orchestre, et ses nombreux instruments typiquement provençaux pour nous offrir un fabuleux feu d’artifice avec toutes ces musiques que le public chanta avec lui tant chez nous la musique provençale est ancrée dans nos gènes. Toutes ces chansons mâtinées rock ou à consonance celtiques prennent avec lui et ses splendides musiciens des teintes multicolores, universelles qui nous emmènent autour du monde comme cette version de « Titanic » qui emporta la salle.

IMG_0777 basse def

Ultime estocade, Michèle vint le rejoindre sur scène pour chanter avec eux l’hymne provençal « Coupo Santo », Moment ultime d’émotion et de joie mêlées que le public levé ovationna.
Dieu sait si, grâce à Michèle et ses amis artistes, nous avons eu depuis ces années, de beaux moments mais cette année, la qualité et le concept du spectacle atteinrent des moments intenses et exceptionnels.
Ce fut une grande soirée qui se termina vers deux heures du matin après que ceux qui restaient aient trinqué une dernière fois avec l’héroïne de cette grande fête.
On est déjà partant pour la prochaine !

IMG_0093 basse def 071

Jacques Brachet
Photos JB et Christain Servandier

Six-Fours – La Maison du Cygne
La leçon de musique de Jean-Christophe SPINOSI

A

Entre un concert à l’Opéra de Monte-Carlo dimanche, un concert mardi au Château de Versailles, et avant de nombreux concerts en Allemagne, en Russie et à… Six-Fours dans le cadre du Festival de Musique*, notre ami Jean-Christophe Spinosi a fait une halte amicale à la Maison du Cygne de Six-Fours, invité par Dominique Ducasse, adjointe au service culturel, pour parler musique avec des élèves de CM1/CM2 et CE/CE2 du collège Reynier, du Brusc et des Lones. En tout cinq classes et quelque 150 élèves sont arrivés en file indienne, s’installant sur le gazon de la cour de la Maison du Cygne, encadrés par leurs professeurs.
Auparavant, on leur avait projeté le DVD du violoniste-chef d’orchestre pour qu’ils aient une idée plus précise de ce qu’est la vie d’artiste qui passe son temps sur les routes, dans les avions et sur les scènes du monde entier avec l’orchestre qu’il a créé, l’ensemble Matheus ou en tant que chef invité par d’autres orchestres.

H I
028

Ils ont aussi eu une approche de la musique classique et sont arrivés armés de petites questions. Entre eux et lui, le courant est immédiatement passé, les gamins tout heureux de rencontrer un grand musicien, d’autant que simple et d’une gentillesse extrême, Jean-Christophe a aussitôt entamé le dialogue. Très vite les questions ont fusé sur le métier de musiciens, certains enfants jouant d’un instrument… mais pas un seul jouant du violon, à la grande surprise du chef d’orchestre. Ca ne les a pas empêchés de poser de nombreuses questions sur un orchestre, les différents instruments, les compositeurs, le travail avec les musiciens, jusqu’au questions plus personnelles comme l’âge du violoniste, où il habitait, s’il avait des enfants et comment il faisait pour les voir…
Avec sa gentillesse et son humour il n’a éludé aucune question, fait passer sa passion qui date de l’enfance, en précisant que, pour devenir musicien, ou tout autre métier d’ailleurs et bien le pratiquer, il faut avant tout l’aimer.
Avec Dominique Ducasse, il les a invités à venir à la Collégiale avec leurs parents, lors d’une répétition générale. Puis, n’ayant aucun instrument de musique, il leur a expliqué les notes en les faisant chanter, en trois groupes, dans des tons différents, une chanson que tous connaissaient : « Petit Papa Noël ». Il fut en cela aidé par Fabiola Casagrande, conseillère communautaire qui nous a ainsi révélé sa belle voix !
La rencontre terminée, les enfants eurent droit à un goûter mais certains ont préféré continuer à discuter avec Jean-Christophe, et lui demandant des autographes.
Bel après-midi ensoleillé, sous le signe de la musique.

E G F

Jacques Brachet

*Festival de Musique – Concerts à la Collégiale Saint-Pierre de Six-Fours
Le 17 juillet 20h30 «Index Pro Memoria» avec l’Ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi dans un répertoire Vivaldi.
Le 19 juille 20h30 «La Battle des Anges» avec l’Ensemble Matheus et le chœur de chambre Melisme(s) dirigé par Gildas Pungier et le chœur Matheus, à nouveau dans un répertoire Vivaldi.
Le samedi 20 juillet 21h au Parc de la Méditerranée «Baroque and Pop – Return to Forever» Il Giardino d’Amore avec Natalia Kawalek (mezzo), Stan Plewniak (chant), Stefan Plewniak (violon et direction). Sur de célèbres musiques pop et classiques.

Opéra de Toulon
Grand succès pour la semaine de la jeunesse

-®Kbouffard 5

Les actions de sensibilisation sont au cœur du projet d’ouverture mené par l’Opéra de Toulon. Trois opérations se sont déroulées du 4 au 11 juin 2019
Elles ont eu pour objectif de réduire les inégalités d’accès dans les grands domaines des arts et de la culture, spectacle vivant, art lyrique et musique.
Un parcours d’éducation artistique et culturel a ainsi été élaboré durant le temps scolaire et le temps libre des élèves sur trois programmes d’intervention :
Le Printemps des jeunes a pour objectif d’entrer dans une démarche de création et de production musicale et vocale
Ont été présentés Comptines de Jean-Pierre Haeck et Quel Etrange Orchestre !  création de Hugo Gonzalez-Pioli
Les Rencontres chorales, leur but de développer les chorales au sein des établissements scolaires
L’Ecole à l’Opéra spectacle réalisé par les élèves, associant les trois piliers de l’éducation artistique et culturelle : rencontre, pratique et connaissance
Durant cette semaine l’Opéra de Toulon a accueilli plus de 4400 jeunes de la maternelle au lycée
Plus de 160 classes des établissements scolaires de la métropole et du Var
Ces actions sont pilotées par l’Opéra de Toulon, le Festival de Musique de Toulon et sa région, l’Inspection Académique du Var, le service éducation de la ville de Toulon et le Conservatoire TPM.

-® Kbouffard 4

photos ©Kévin Bouffard Opéra de Toulon

les beaux rendez-vous au jardin de Six-Fours

A

Décidément ce week-end varois aura été un hymne à la nature.
Des floralies de Sanary aux rendez-vous aux jardin partout en France et particulièrement à Six-Fours, l’Art et la Nature se sont admirablement mariés.
Ces rendez-vous aux jardins sont devenus incontournables, grâce au ministère de la Culture et aux municipalités et chaque année c’est un véritable plaisir que de se retrouver à Six-Fours, à la Maison du Cygne, haut lieu de l’art grâce aux magnifiques expositions que l’on découvre toute l’année et à ce jardin extraordinaire labellisé « Jardin remarquable » où si les canards ne parlent pas anglais, les sculptures monumentales poussent aux milieu des fruits, des fleurs, des feuilles, des branches et même des légumes.

B C D

Cela, nous le devons à son maire, Jean-Sébastien Vialatte et à ses deux têtes pensantes culturelles : Dominique Ducasse et Dominique Baviéra.
Durant un week-end, donc, ce jardin vit à l’heure de la musique, de la peinture, de la sculpture et de la nature.

E

Arrêtons-nous d’abord devant l’œuvre exceptionnelle en noir et blanc d’Ursula Caruel, cette arlésienne d’adoption (elle est née dans les Ardennes). Une œuvre pas banale que ce soient des dessins, des gravures, des installations, des sculptures, toutes reliées à la nature, aux arbres, aux écorces, avec une dominante noire qui, sur le blanc font s’enchevêtrer des branches, des racines, des ombres fantomatiques et mystérieuses. Et pour Six-Fours, elle a composé des installations avec du bois de la région. Ursula nous fait entrer dans son monde étrange, éthéré, élancé, d’une belle esthétique. Grâce à elle le bois calciné devient objet d’art ou oeuvre d’art, tant le végétal l’inspire et nous transmet de l’émotion, de la force, de la poésie, de l’énergie.

G F H

Un détail amusant : toute de noir vêtue, son beau visage de madone surmonté de lunettes cerclées de noir, ses longs cheveux noirs l’encadrant, elle entre dans ses œuvres et se mêle à ces branchages torturés y apportant une certaine sérénité. C’est superbe.

K M L

Et puis, dans l’espace Claude-Henri Pollet, l’on découvre une autre nature : une nature débridée, fugace, inventive, créée par les élèves des écoles, Des papillons faits de feuilles et de végétaux, des insectes étranges, des mobiles multicolores… C’est plein d’inventivité même si c’est du land art, c’est à dire de l’art éphémère. C’est une exposition qui a été conçue tout au long de l’année par les enseignants et leurs élèves et les enfants des classes potager du Pôle Arts Plastique. et parmi tous ces artistes en herbe, sortiront certainement quelques talents de demain.

N O

N’oublions pas ces beaux sculpteurs qui se sont disséminés dans le jardin : Dany Arnault, Emmanuelle Not, François Disle, Saïd Taffahi, André et Renée Andreini, Frédéric Ferrara, Manuel Paoli, Richard et Hervé di rosa, Dominique Sagnard, Marc da Costa.
L’inauguration a été faite en musique par les élèves du conservatoire à rayonnement régional-antenne de Six-Fours, placés sous la direction de Laura Laino.
Le thème de cette année étant « Les animaux au jardin », durant deux jours des animations seront proposées autour des ruches, des insectes, les oiseaux, vous pourrez aussi faire du troc de plantes, vous pourrez écouter des lecture proposées par la Cie des amateurs Maladroits et les Editions la lettre sous le bruit. Des ateliers de peinture, de rempotage, un concert musical donné par L’Uni-Verse Trio…
Bref, ce sera du non stop durant ces deux joyeuses journées où petits et grands, parents et enfants pourront se retrouver dans une ambiance festive, artistique et écologique.
Que demande le peuple ?

Jacques Brachet

La fête des voisins, toutes générations confondues

A

C’est la fête qu’aujourd’hui tout le monde attend pour se retrouver autour d’un verre, d’une pizza, d’un gâteau. Une fête devenue incontournable au fil des années et qui est devenue un moment d’amitié, de chaleur humaine à l’heure où toute communication se passe au travers d’Iphones, de mails, toutes ces machines, certes utiles et devenues -trop ? – indispensables mais qui ont tué les relations toutes simples d’un voisin à un autre.

D C
La dernière arrivante du lotissement : Prada, dans bras de Jean-Philippr Pastor.
Ah, les fameux cannelées de Mme Névain qu’on attend chaque année avec impatience !

Et l’on découvre aujourd’hui que cette fête favorise les rapprochements dont on a tellement besoin, les personnes seules retrouvant de la compagnie, les couples faisant connaissances avec d’autres couples, ce qui leur donne envie de faire des balades, des voyages, des repas ensemble, et même les gosses qui, au cours d’une soirée, font connaissance et au bout de cinq minutes jouent au ballon, aux patins, à la trottinette… Et ça fait chaud au cœur de retrouver tous ces gens qui, quelquefois, sont à quelques encablures l’une de l’autre, se voient peu et se retrouve autour de plein de bonnes choses concoctées par chacun

F G E

Au lotissement le Verger, à Six-Fours, aujourd’hui tout le monde se connaît. La preuve, certains partent en voyage ensemble où se retrouvent pour un repas, on fait connaissance des nouveaux arrivés, d’un enfant, d’une compagne ou d’un compagnon et même cette année d’une chienne avec qui le conseiller municipal Jean-Philippe Pastor, venu rejoindre le clan a fait ami-ami…Venue également en voisine et amie, Gisèle Hamm-Creveau, conseillère municipale, qui elle aussi aujourd’hui partie du clan. Un clan très ouvert et très accueillant.
On prend des nouvelles de chacun, des absents pour diverses raison à qui on envoie des selfies. C’est la grande mode et, à quelque chose malheur est bon, la photo arrive à destination en quelques secondes !

B

Mais bien sûr rien ne vaut la présence humaine et ce genre de fêtes ne peut que rapprocher les gens et se rendre compte qu’avec pas grand chose, un sourire, une parole, un regard, un peu d’attention envers l’autre, le monde est bien plus joli.

Jacques Brachet