Archives pour la catégorie Evénements

Six-Fours prépare la fête des voisins

B

20 ans.
Vingt ans déjà que chaque année, Six-Fours organise la Fête des Voisins qui, partie de Paris, a conquis toute la France pour célébrer cette fête quasi nationale.
Elle aura lieu cette année le vendredi 7 juin et le principe en est simple : chaque quartier s’associe pour une rencontre festive à laquelle chacun apporte qui un plat salé ou sucré, qui des boissons, pour partager une soirée de rencontres.
Rencontres très importantes pour connaître les voisins qui vivent autour de nous, certains âgés, certains solitaires, afin de faire connaissance et passer une soirée de convivialité qui débouche souvent par des relations amicales et qui resserrent les gens d’un quartier, un lotissement, un immeuble.

A
Le maire et ses « trois grâces »

Chaque année le nombre de points de rencontres s’amplifie. 69 l’an dernier, qui ont réuni quelque 3000 personnes. Le record sera-t-il battu cette année ?
Le lancement de cette jolie manifestation a donc été faite cette année ce samedi 20 avril, en présence du maire de Six-Fours, Jean-Sébastien Vialatte et, comme il les appelle, « ses trois grâces » qui ne sont autres que les trois adjointes de quartiers : Delphine Quin, adjointe du quartier Cap Sicié/Cap Nègre, Nadine Espinasse, adjointe du quartier Tante Victoire, Christiane Giordano, adjointe du quartier du Fort.
Chaque responsable doit donc inscrire son quartier à partir du 23 avril à la Mairie qui offrira, à partir du 30 avril, sur demande, son aide en mettant à disposition tables, chaises, nappes, ballons, affiches et tee shirts au logo de la Fête des Voisins. Nos trois adjointes seront là pour aider les six-fournais et proposera des passages de musiciens et danseurs dans chaque lieu qui sera investi par la fête, sans compter des animations qui seront proposées au centre-ville. Cette année les animations auront pour thème le Mexique et rien ne vous empêche de devenir pour un soir des mexicains !
Cette année aussi, reconduction du concours photo chacun usant de ses dons artistiques et créatifs pour réaliser des photos originales à envoyer à l’adresse suivante : maphotofetedesvoisinssixfours@gmail.com en précisant bien l’organisateur et l’adresse où le cliché a été pris. Les meilleures photos seront publiées sur le profil facebook de la ville et le bulletin municipal de l’été.
Enfin pour prolonger ce moment de convivialité, la mairie propose de fêter l’été, le 21 juin à partir de 16 heures, autour d’un grand pique-nique dans le parc Jean robert. Il vous suffit d’apporter votre pique-nique, d’emmener vos voisins et amis, tables et chaises seront installées, un apéritif sera offert par la mairie, le tout accompagné d’un concert de jazz. D’ailleurs tous les artistes y seront les bienvenus. Les enfants ne seront pas oubliés puisque des animations diverses leur seront proposées.

C D E
Delphine Quin, Nadine Espinasse, Christiane Giordano

Lors de cette réunion, Le maire en a profité pour parler de l’incendie de Notre-Dame de Paris, ajoutant que les dons étant faramineux, il a préféré garder ceux de la ville pour la rénovation des divers monuments de la ville et a engagé les six-fournais à en faire autant. Certains bâtiments ont aussi besoin de soutiens, dans tout le sens du terme !
La fête s’annonce encore une fois festive, d’autant qu’on n’a pas tous les jours 20 ans.
Pour tous renseignements, l’on vous conseille de vous adresser au coordinateur de l’événement, Gérald Lerda, au 04 94 34 93 69 ou au 06 76 72 38 14
Nous souhaitons à tous une bonne fête.

Jacques Brachet

Toulon – événement
BARTABAS dans nos murs avec son théâtre équestre Zingaro

C
Hubert Falco, président de la Métropole TPM, Bartabas, Pascale Boeglin Rodier, co-directrice de la scène nationale Le Liberté-Châteauvallon, et Robert Beneventi, maire d’Ollioules, conseiller régional et vice-président de TPM.

C’est un magnifique événement qui va se dérouler à Toulon du 19 novembre au 15 décembre grâce à la scène nationale Le Liberté-Chateauvallon : la venue de Bartabas et de son spectacle équestre Zingaro.
Il nous proposera son ultime spectacle « Ex Anima » sous chapiteau, sur les plages du Mourillon pour 20 représentations, les mardis, vendredis et samedis à 20h30 et les mercredis et dimanches à 18h30
« Comme un souffle de l’âme, un cheval hennit quelque part jusqu’à la fin du monde ». S’inspirant de cette phrase de Joseph Delteil, Bartabas crée une ode à la gloire du cheval sans cavaliers ni voltigeurs.
Quand les chevaux deviennent les acteurs de leur propre spectacle, c’est tout à coup une magie nouvelle, imprévue, qui surgit. Pour « Ex Anima » qu’il présente comme son « ultime spectacle », Bartabas laisse tout l’espace à l’animal qui prend, seul, la lumière. Il en résulte des scènes à la beauté soufflante, telles ces colombes qui se posent, une à une, sur le dos d’un irish cob. Jamais, peut-être, l’artiste n’avait atteint un tel sens de l’épure. Sur une musique puissamment animiste, il célèbre les chevaux avec une tendresse infinie et en révèle la beauté sous mille facettes. Auréolé de son mystère, le cheval apparaît sous un jour à la fois poétique et à certains égards, proche de l’humain auquel il tend un déroutant miroir.
« J’ai vu parfois dans le regard du cheval, la beauté inhumaine d’un monde d’avant le passage des hommes » nous dit-il.
Pour cet extraordinaire événement qu’on attendait depuis longtemps, Bartabas était l’invité d’Hubert Falco, président de la Métropole TPM, Pascale Boeglin Rodier, co-directrice de la scène nationale Le Liberté-Châteauvallon, et Robert Beneventi, maire d’Ollioules, conseiller régional et vice-président de TPM.

D E

Chacun de vos spectacles semble trouver sa genèse dans le spectacle précédent. Qu’y avait-il dans « On achève bien les anges » qui vous a conduit à créer Ex Anima ?
Avec le temps, ma relation avec les chevaux évolue. Elle s’approfondit. Je travaille avec eux, je les regarde vivre, je comprends chaque jour un peu plus, spectacle après spectacle, ce qu’ils m’apportent. C’est comme cela qu’aujourd’hui il m’a semblé qu’il était temps pour moi de leur rendre un hommage à la hauteur de ce qu’ils m’ont donné, de les célébrer comme les acteurs véritables de notre Théâtre équestre. Voilà presque trente ans qu’au coeur de l’aventure de Zingaro les chevaux vivent et travaillent à nos côtés (certains sont là depuis vingt ans). Ils sont les inspirateurs de nos créations, notre moteur de désir. Nous nous sommes servis d’eux depuis tant d’années, à notre tour de les servir. Je parle aussi bien de Zingaro que de l’humanité en général, les chevaux ont payé un lourd tribut à l’humanité dans les siècles passés.
La phrase de Joseph Delteil « Comme un souffle de l’âme, un cheval hennit quelque part, jusqu’à la fin du monde » pourrait être l’argument poétique de ce spectacle…
Oui, et j’ai fait le pari que non seulement une telle « démonstration » pourrait constituer un spectacle entier mais que ce spectacle-là saurait emmener les spectateurs au plus près des chevaux, de ce qu’ils sont vraiment quand ils ne sont pas eux-mêmes en représentation, pour qu’ils découvrent d’autres beautés, pour qu’ils leur apprennent à s’ensauvager.
Des chevaux et des hommes. Sur la piste, pas de cavaliers, pas de voltigeurs, pas d’exploits. Des femmes et des hommes, à pied, dans l’ombre, et des chevaux dans la lumière...
Les interprètes de la compagnie seront là, mais différemment, en effet ils ne seront pas des cavaliers, il seront des ombres, vêtus d’habits sombres, à la façon des « acteurs » visibles/invisibles du bunraku, au service des chevaux. Il faudra qu’ils se dépouillent de leur égo, de leur corps individuel au profit d’un corps partagé. Il ne s’agit plus alors de proposer au public d’apprécier une technique, une virtuosité, mais bien d’accepter humblement de recevoir les leçons que les chevaux nous donnent, de comprendre qu’ils sont « une partie mémorielle de nous-mêmes » comme l’écrit Michel Onfray.
Peut-on dire que vous prenez là un risque majeur avec un tel spectacle ?
Il y a bien sûr un risque énorme à construire un spectacle de la sorte, unique je crois, où le metteur en scène n’a plus aucune prise sur l’impondérable. Jamais je n’ai été dans un tel état d’incertitude. Les chevaux referont chaque soir ce qu’ils ont à faire seulement s’ils le veulent bien. Il n’y a pas de garde-fou, ni de cavalier pour les guider. En même temps, la beauté du spectacle tiendra à ça, à la façon dont chaque cheval se saisira de sa liberté. Ce ne sera pas pour autant un spectacle « désordonné », les séquences sont construites, fortes de l’apprentissage quotidien, de toute la connaissance que nous avons de nos chevaux, de la confiance que nous leur faisons. Nos chevaux « comprennent » ce qu’ils ont à faire. Mais il faut accepter qu’ils le fassent à leur manière, et cette manière on ne pourra évidemment pas la contrôler de façon précise.

B

Le titre « Ex Anima » évoque à la fois l’âme et le souffle ; ceux du cheval, ceux de la musique ?
S’il est un thème dans ce spectacle, c’est en effet le souffle, le souffle puissant et sonore des chevaux, et en même temps le souffle comme principe vital et spirituel qui anime les corps. La musique originale du spectacle ne pouvait être alors que celle qui naît d’instruments « à souffle ». La flûte a des origines immémoriales, comme le cheval elle nous transmet quelque chose de l’histoire profonde des hommes. Dans Ex Anima, on entendra des Hulusi (flûtes de Chine), des Tin-Whistles (flûtes d’Irlande), des Bansuri (flûtes d’Inde du Nord), des Shakuhachi, des Ryuteki, des Nokan (flûtes du Japon).
Pourrez-vous jamais atteindre un degré supplémentaire dans votre relation au cheval ? À propos d’ »Ex Anima », vous parlez d’ultime création…
Si le spectacle fonctionne comme je l’espère, que puis-je faire après ? Je vois bien, sans le vouloir vraiment, que c’est là un achèvement. Je fais un rêve depuis quelques temps, je vole. Je vole comme s’il était normal de voler. Cela vient je crois de ces moments, dans le Centaure et l’Animal, où, sur mon cheval Soutine, bras écartés, j’avais réellement l’impression de voler. Alors, après ce spectacle, entreprendre un voyage extatique avec lui, façon Pégase ? Est-il bien certain que ce jour-là je pourrai emmener le public avec moi ?

Photos Marion Tubiana

SANARY – JUST’ROSE – 10/12 MAI
FESTIVAL INTERNATIONAL DU ROSÉ

JUST ROSE 10 - 12 Mai 2019

Le festival Just’Rosé est né de l’initia ive de l ’associa ion des commerçants de la ville de Sanary-sur -Mer. Il s’ inscrit aujourd’hui comme l ’évènement viticole incontournable du printemps.
Cette édition 2019 réuni ra 71 vignerons pour cet immense salon à ciel ouvert dans la ville. Dans une ambiance familiale et décontractée chaque domaine fera déguster ses cuvées de vin rosé, et non loin de 80.000 bouteilles seront vendues en trois jours.
Le vin rosé émoustille, séduit et se retrouve sur les plus grandes tables dans le monde entier. Ici on lui dédie un événement magique, ludique et très bien organisé.
La volonté de l ‘association Just’Sanary est simple : proposer une manifestation pour tous ! Que l ‘on soi t connaisseur dans le domaine viticole ou non, que l ‘on soit grand ou petit , de Sanary-sur-Mer, d’Aix-en-Provence ou de Marseille, Réunir ,fédérer autour de notre territoire si riche et particulier est tout simplement l’âme du festival .
Une septième édition qui sera, à n’en pas douter, à la hauteur de l ‘investissement et de l’amour pour leur patrimoine qu’ont les bénévoles.
L’an dernier fut une année record. Le Festival Just ‘Rosé, c’est l ‘aboutissement de l’ambition des membres de l ‘association Just ‘Sanary.
Entre réunions, discussions, ajustements et temps investi , la récompense est évidente et fondée : des festivaliers totalement sous le charme et une organisation plus que professionnelle.

JUST ROSE 10 - 12 Mai 2019

Dégustations, déambulation au fil des rues du centre-ville, balade au bord de l ‘eau sur le port et animations, tout est pensé pour émerveiller et faire rosir les joues de plaisir des 7 à 77 ans.
Varier les goûts et les plaisirs …Prendre le temps de découvrir l’ensemble des exposants, animations et spectacles …Pas une rue, pas une place qui ne sera parée de rose et ne vivra au rythme de cet élan coloré et convivial !
Just’Rosé c’est la volonté de transmettre aux visiteurs l’incroyable patrimoine viticole et gastronomique varois. Autour des 71 vignerons, ce sont 17 restaurateurs qui penseront et cuisineront un menu 100% « pink attitude ».
Le Village Gourmand sera à nouveau installé et proposera tout au long de la  manifestation de quoi se restaurer sur le pouce sans en oublier le bon goût et l’envie de cuisiner local.
Enseigner, faire découvrir, partager de façon ludique et sympathique, voilà le dessein de l’association des commerçants de Sanary-sur-Mer.
Animations musicales, cours de danse ou de pilates, street art, expositions, randonnées mais également le parcours Just’Kids pour les plus jeunes en quête d’aventures et de rires : ces trois jours ont été pensés de façon à intéresser et combler l’ensemble de la famille.
Pas moins de 22 animations artistiques différentes sur les trois jours de festival sont mises en place. Le tout en plein air !
Le résultat impressionne et ce voile de rose, jouant des ombres, posé sur la ville propulse cette dernière sur le devant de la scène nationale et internationale.
Une nouveauté
Une borne éthylotest pour reprendre la route en toute sérénité.
Cette année les festivaliers qui viennent à Sanary en voiture pourront tester leur taux d’alcoolémie avec une nouveauté sécurité : une borne éthylotest électronique sera à leur disposition les 3 jours du festival, de 14h à 19h à l’entrée du parking de l’Esplanade. Un animateur invitera les festivaliers à se tester avant de reprendre la route, les sensibilisera et pourra éventuellement réorienter les festivaliers vers d’autres moyens de transport pour rentrer chez eux :tuk-tuk, navettes jusqu’à la gare, transports en commun.
Rappel : Lors du retrait de son pass, chaque festivalier complète une charte de dégustation, il déclare être majeur et consommer avecmodération, s’engage à tester son alcoolémie avant de reprendre la route.

JUST ROSE 10 - 12 Mai 2019 D

Informations pratiques
billetterie
comment obtenir votre kit de dégustation ? Achetez vos billets à Sanary Au Bureau du Festival, salle Flotte du 3 au 9 mai – Pendant le Festival, auprès des équipes des tentes
accueil
Tarif sur place : 10€ le kit dégustation pour 3 jours
Horaire de points de vente et de retrait des verres : Du vendredi 10 au dimanche 12 mai de 10h à 16h
Les vignerons vous accueillent du  vendredi 10 au dimanche 12 mai : 10h – 18h
Retrait de vos achats : Tente logistique, parking de l’esplanade, tous les jours : 12h – 19h
Parking extérieur ouvert du 10 au 12 mai
Un parking en extérieur vous est proposé les 3 jours du festival : garez-vous au parking du jardin d’hiver (ancien chemin de Toulon) et pro tez des navettes offertes jusqu’au port de Sanary.
Dormir sur place
Renseignements et informations Office du Tourisme de Sanary-sur-Mer
sanary-tourisme.com • 04 94 74 01 04

JUST ROSE 10 - 12 Mai 2019

Sanary : Les Floralies reviennent !

B
G

Les Floralies de Sanary furent, durant dix ans, l’un des temps fort de cette ville qui est l’une des plus culturelles de la région.
Mais c’était certainement l’une des plus onéreuses manifestations de la ville et elle disparût.
Avant de renaître cette année, du 7 au 10 juin, plus belle, plus colorée, plus inventive que jamais.
La culture horticole a été l’un des fleurons de la ville de Sanary. Alors que l’arrière pays était la terre de fleurs cultivées en plein air, les zones plus proches du centre ville, telles La Baou ou la Vernette, ont progressivement développé leur nombre de serres, abritant œillets, tulipes, glaïeuls, renoncules, anémones, plantes en pot… Aujourd’hui, riche de son passé,
Sanary possède le label « Villes et villages fleuris » avec 4 fleurs obtenues dès 2004, fruit des actions menéesen faveur de l’embellissement du cadre de vie et de la qualité environnementale et du fleurissement exceptionnel. Elles sont le reflet valorisant d’un accueil optimal, que ce soit pour les touristes ou les administrés. Son patrimoine végétal, sa politique culturelle et touristique, son attachement aux valeurs en terme de développement durable, ses initiatives pour gérer au mieux les ressources, sont autant d’atouts qui lui valent aujourd’hui une estimable reconnaissance nationale

C

Les Floralies de Sanary sur Mer, c’est toute une ville qui se mobilise pour rendre un hommage vibrant à la Fleur, en un mariage harmonieux de savoir-faire horticole, d’art floral et d’ambiance festive.
Avec 50 000 visiteurs en moyenne, les Floralie’s de Sanary sont incontestablement l’un des événements les plus populaires de la région. Mises en scène dans un écrin authentique et convivial, au cachet à la fois provençal et méditerranéen, elles contribuent au rayonnement de toute une région.
La ville de Sanary est ainsi faite que le visiteur a tout loisir de se hasarder délicieusement au cœur de ses multiples ruelles.
La fine stratégie des lieux d’implantation des Floralie’s l’amène à découvrir, au fil de ses déambulations, d’innombrables et charmants recoins. Les Floralie’s sont, de plus, une occasion rêvée pour les résidents occasionnels de séjourner à Sanary.
Forte de sa certification à l’accueil, une chose est sûre, les visiteurs seront reçus avec chaleur et enthousiasme.
Pour leur 11ème édition, les Floralie’s 2019 vous proposent un véritable tour du monde floral et végétal.

D

Les sites (galeries d’expositions, médiathèque Jacques Duhamel, théâtre Galli, église, chapelles, temple,…) se muent en autant d’écrins rivalisant de créativité pour magnifier le thème de l’Art Floral… C’est en les parcourant que les visiteurs pourront apprécier la créativité de nombreux spécialistes mondiaux, qui mettront pour l’occasion plus de 100 000 fleurs en scène afin de créer des espaces enchantés, riches d’une poésie incroyable.
Les places et ruelles de la Cité se parent, avec la complicité des commerçants et des résidents, des mille couleurs des jardins, métamorphosant le cœur historique de Sanary en un somptueux théâtre à ciel ouvert, dont la vedette est la fleur coupée….
De longs mois de préparation, de réflexion et un remarquable travail d’équipe qui unit associations, commerçants, élus et services municipaux va commencer pour faire de l’édition 2019 un vrai spectacle !
En quelques chiffres pour cette 11ème édition : 4 jours de fête animées par les 12 meilleurs ouvriers de France, 200 personnes mobilisées, 7 sites à découvrir où s’épanouiront quelque 10.000 fleurs, 19 artistes présents…
De multiples thèmes au programme comme les paysages d’Asie, Perles de lumières, sensibilité marine, les jardins d’Eden et évidemment ne seront pas oubliés les pointus et celui qui a obtenu le label 2018 du plus beau marché de France. De la musique partout et en tous genres ajoutera un côté festif. Et les enfants ne seront pas oubliés puisque sont prévues pour eux des tas d’animations.

E

L’Art Suspendu des Floralie’s est une exposition de toiles géantes (150 X 200 cm) qui aura lieu dans les rues de Sanary-sur-Mer, du 7 au 15 juin 2019 inclus. Véronique Dessaint, Steevens Hill, Diodore, Claire Tresse et Manon Giai Via vont nous présenter leur thème « Des fleurs et des couleurs »
Et à l’heure où la ville annonce une autre manifestation annuelle qui se déroulera du 10 au 12 mai « Just Rosé » qui réunit chaque année 71 domaines, évidemment le vin ne sera pas oublié puisque Le domaine Ray-Jane, issu d‘une lignée de vignerons installée au Castellet depuis 1288, s’associe à l’événement et propose une édition spéciale de la Cuvée de la ville de Sanary «La cuvée des Floralies». Les visiteurs pourront acheter leurs verres sérigraphiés aux couleurs de l’événement et déguster cette édition spéciale.
l’Association des Commerçants Just’Sanary sur l’Allée D’Estienne d’Orves, organisera « Les terrasses des Floralies ». Tout pour aménager votre espace extérieur, que vous disposiez d’un petit balcon ou d’un grand jardin :
Venez à la rencontre des exposants pour créer votre petit coin de paradis avec les conseillers en aménagement paysager, optimiser votre surface et meubler votre terrasse, décorer votre extérieur ou même installer un spa ou une piscine dans votre jardin.

F

Toulon – Le Liberté : 33ème Thema : « Féminin-Masculin »

D
Charles Berling et Pascale Boeglin-Rodier, co-directeurs du Liberté et de Chateauvallon

Chaque année, le Liberté propose un travail avec les jeunes autour d’un thème choisi en rapport avec les discriminations. Ce travail consiste à réaliser des courts-métrages autour du thème choisi et ce 33ème Théma est donc inscrit sur « Féminin-Masculin ». Grande question d’aujourd’hui où, même si le mariage pour tous est devenu une loi il est encore loin de faire l’unanimité, tout comme le transgenre, l »homosexualité, les travestis qui posent encore de nombreuses questions sur la normalité. Peut-on être un homme efféminé, une femme masculine ? Quelle part chaque être a de féminin ou de masculin ?
Y a-t-il une norme ?
Toutes ces questions vont donc être abordées au cours de ce Théma et nombre de personnalités viendront se joindre à Mme Christiane Taubira, qui sera la marraine de cet événement et présidera une table ronde le lundi 13 mai à 19h30, entourée d’artistes, de réalisateurs, d’intellectuels, de jeunes…
De nombreux films seront présentés tournant autour de ces thèmes, présentés par des réalisateurs, des conférenciers des chorégraphes, des photographes, qui, d’ailleurs, proposent leur travail au Liberté.

A
B C

Il s’agit de Stéphanie Renoma, styliste et photographe qui a créé avec sa famille la marque Renoma, d’où son pseudonyme. Styliste et photographe, ses modèles sont androgynes, ce qui l’intéresse particulièrement, et dans la mode et dans la photographie. On y retrouve une part de sensualité, de mystère, de glamour et d’érotisme, où hommes et femmes se mêlent dans un jeu de miroir, de faux-semblants.
Quentin Houdas s’est intéressé au phénomène « Queer » qui signifie, » étrange, bizarre » créé dans les années 2000 aux Etats-Unis, regroupant tous les genres sexuels. Et si la Gaypride représente tous ces genres, toutes ces identités dans une fête colorée et exubérante. Quentin Houdas a voulu montrer que dans tous les genres, il y a l’humain. il n’a pas voulu montrer des corps mais des personnages habillés de façon originale. Ses portaits ressemblent à des peintures des XVIIIème et XIXème siècles.
On pourra également découvrir au centre historique de Toulon, rue des Arts, des photographie d’Alejandra Carles-Tola, artiste espagnole basée à Londres où elle présente des vietnamiens masqués qui se distinguent justement par ces masques et une équipe de rugby féminine loin des stéréotypes qu’on se fait d’une sportive.
La sexualité dans tous ses états durant deux mois au Liberté

Jacques Brachet

Conservatoire TPM
un trimestre d’événements et de spectacles

123

Toujours fidèle à sa volonté de présenter des programmes qualitatifs, le Conservatoire TPM dévoilera durant tout ce trimestre un ensemble de travaux pluridisciplinaires (musique, danse, théâtre, cirque) ou plus exclusifs aux pratiques individuelles des élèves, de quoi contenter tous les goûts et toutes les curiosités.
Toute l’équipe du Conservatoire TPM aura ainsi à cœur de vous y retrouver et de vous accueillir à chaque moment que vous aurez choisi dans le programme.
Des événements tout azimut : Créations, spectacles hors les murs, productions d’élèves, concerts, spectacles, conférences, rencontres, master clas…
Lieux de spectacles ; Conservatoire TPM deToulon, de la Seyne, de Hyères – Chapiteau-école de la Seyne-sur-Mer – Chateauvallon, Ollioules – Eglise anglicane de Hyères – Eglise St Flavien de Toulon – Espace Malraux de Six-Fours – Jardin du Las, Muséum départemental de Toulon – Le Port des créateurs de Toulon – le Lycée Dumont d’Urville de Toulon – Le Musée des Arts asiatiques de Toulon – l’Opéra de Toulon – le Théâtre de Verdure du Faron – le Théâtre Jean Racine de Toulon – le Liberté Toulon – le site archéologique Olbia de Hyères.

Programme : www.conservatoire-tpm.fr

Cannes
Croix-Rouge Française : Première COP humanitaire

0219_CRF_worldconference_plaquette_VF-1

Santé et changements climatiques : soigner une humanité à +2°C
Une Conférence mondiale organisée par la Croix-Rouge française les 15 et 16 avril 2019 à Cannes.
À l’occasion du centenaire de la création de la Fédération internationale Croix-Rouge et Croissant-Rouge, la France organise la première «COP humanitaire» pour faire le point sur les dernières recherches scientifiques et présenter des solutions innovantes pour relever le plus
grand défi de santé publique du XXIème siècle.
Les changements climatiques ont déjà des effets sur la santé humaine et les projections sont alarmantes. Même en limitant la hausse à +2°C, ambition portée par l’Accord de Paris sur le climat (COP21), il y aura des conséquences, parfois dramatiques, pour les populations. Du nord au sud, tous les pays du monde sont concernés et doivent s’adapter, notamment pour protéger les plus vulnérables.
Vagues de chaleur en milieu urbain, épidémies, catastrophes, mouvements de populations, malnutrition, conflits, santé mentale : pendant deux jours nous croiserons les regards d’experts internationaux et d’ONG, les actions et témoignages de terrain, pour formuler des solutions d’adaptation concrètes et innovantes et mobiliser les citoyens et les décideurs publics et privés sur le rôle de la prévention, de la préparation et de l’action collective.

13

Sur place : 400 experts internationaux et acteurs de terrain, 15 conférences-débats, un espace projets, un studio de réalité virtuelle, des projections de films, des expositions photos, etc.
Parmi les intervenants : Pr. Sir Andy Haines (Président de la commission On Planetary Health, Nick Watts (The Lancet Countdown), Diarmid Campbell-Lendrum (OMS), Virginia Murray (Public Health England), Mihir Bhatt (All India Disaster Mitigation Institute), Maarten K. Van Aalst
(Centre Climat de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge), Githinji Gitahi (Amref Health Africa), Laurent Fabius (Président du Conseil Constitutionnel,
ancien Président de la COP21), Lionel Zinsou (SouthBridge), Philippe Quénel (EHESP), Dorothea Hilhorst (International Institute of Social Studies), Susan Clayton (GIEC), etc.
1919-2019 : 100 ans d’action humanitaire
La Conférence mondiale est organisée à l’occasion des 100 ans de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
(FICR), plus grand mouvement humanitaire mondial. La FICR a été créée le 5 mai 1919 à l’initiative des Croix-Rouge américaine, britannique, italienne,
japonaise et française. Un mois avant, du 1er au 11 avril 1919, ces sociétés nationales s’étaient réunies lors d’une conférence médicale à Cannes, pour proposer une meilleure coordination des actions et une mutualisation des ressources des «Comités» Croix-Rouge : l’Histoire de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge était en marche.
Informations pratiques :
Dates : lundi 15 et mardi 16 avril 2019.
Lieu : Théâtre Croisette de Cannes, lieu historique de la Conférence médicale de 1919.
Traductions : français et anglais
Programme complet et liste des intervenants sur worldconference.croix-rouge.fr

Six-Fours : l’UR 13 invitée de l’UR PACA
pour le concours régional de l’audiovisuel

D

C’est à Six-Fours, reçu par le club photo Ph’o’Azur, que l’Union Régionale 13 de photographie, invitée par l’Union Régionale PACA présidée par Mme Francine Chich, est venu sélectionner les diaporamas de ce concours régional, qui existe depuis plus de 25 ans.
En lice, 28 diaporamas représentant une dizaine de clubs de la région PACA.
Le jury était composé de Chantal Marchal, présidente de l’ODM de Marseille (Ne pas confondre avec l’Olympique de Marseille !), Marcel Boi, auteur et commissaire de l’UR13, Yves Demit, président du Club Photo Toucassin (Solliès-Toucas) et Daniel Rimallo du vidéo-club de Six-Fours.
Nos quatre jurés devaient donc sélectionner quatre ou cinq projections qui pourront représenter la région au concours national 1 qui se déroulera à Rouen les 12 et 13 avril.
Sachez que nos concurrents s’appellent des diaporamistes, même si l’on ne trouve pas encore ce mot dans le dictionnaire. Sur ces 28 montages présentés, bien évidemment il n’y a pas que des chefs d’œuvres mais, tous sujets abordés, nous avons vu quelques diaporamas de grande qualité et le jury en a sélectionné cinq.
A noter qu’au départ, seuls quatre d’entre eux sont officiellement sélectionnés mais, certains clubs photos régionaux n’ayant pas de diaporamistes, un cinquième peut être repêché pour participer au concours.

ABC

Ainsi en ont décidé nos quatre jurés et les sélectionnés sont donc :
– Marc Pélissier, représentant le club IBM en pays d’Auge, qui nous a proposé « La glace », des photos somptueuses prises dans l’Antarctique. Il est un habitué des grandes manifestations photographiques et très souvent lauréat.
– Claude-Marie Auger, du club de Mouans-Sartoux, qui nous a offert un superbe film sur un couple magnifique d’éleveurs nomades de rennes au fin fond de l’Oural, sous le titre « La vie d’Yvan et d’Alexandra »

L'automne en Oural, visite et vie au milieu d'une famille Komis éleveurs de rennes - Alexandra, Tamara, Yvan et Dimitri - nature et paysages colorés.

– Anne-Marie Gimenez, du Club photo Marius de St Mître les Remparts, nous a émus en nous présentant « Un foulard dans la nuit », l’histoire du petit David, déporté avec son frère et ses parents et dont le foulard de sa mère est l’unique souvenir de celle-ci.
– Dominique Garcia, du club IBM Côte d’Azur, nous a offert de superbes « Silences d’hiver », des photos de paysages sous la neige dont ont sait la difficulté à réaliser et qui ressemblent, par leur finesse, à des oeuvres à l’encre de Chine.
– Renée Brachet (Non, ce n’est pas ma cousine !) du club Caméra de Cannes, a choisi, pour dénoncer la violence et la brutalité des spectacles de tauromachie, le montage de 178 peintures absolument magnifiques de beauté, d’élégance et de mouvement, sous le titre de « Danseuse ridicule », accompagnées de la chanson de Cabrel « La corrida ».

2

Ainsi donc en a décidé le jury.
Les concurrents se retrouveront donc à Rouen parmi une soixantaine de concurrents venus de toute la France dont dix seront sélectionnés en coupe de France.
La concurrence sera dure et… que les meilleurs gagnent !

Jacques Brachet

Sanary – 1er Festival Jeune Public

Festival Jeune Public _ 14 au 17 fev-1

Le Festival Jeune public se déroulera du 14 au 17 février, et se tiendra chaque année pendant les vacances de février. Ce nouvel évènement s’inscrit dans la volonté de la ville d’offrir des animations à destination de la jeunesse, au cours de chaque vacance scolaire.
Une programmation artistique et culturelle
A travers ces différentes animations et créations artistiques à destination d’un public familial, le Festival a pour vocation d’éveiller la curiosité, l’invention, le rêve, susciter l’imagination et l’interrogation du public et donner toute sa place aux enfants dès le plus jeune âge.

Du 14 au 17 :
« La placette des mots doux » – Place des pénitents blancs – Accès libre
Katia Polles, l’atelier des Simone, Créactions
Jeudi 14
À 14h30 et 15h30 – Kiosque à musique. + 7 ans : Pour l’ouverture du festival, rendez-vous au kiosque à musique pour un départ en histoires. Et comme c’est la Saint Valentin, Colette nous emmènera vers un endroit lové au creux des rues piétonnes pour découvrir « la placette des mots doux » : Conte-atelier « Filles d’argile » de Fatiha Sadek, par la Compagnie « Conte sur moi »À 16h et 19h au Petit Galli. + 5 ans : Il était une fois une femme qui n’avait jamais eu d’enfant. Un jour l’idée lui vint de se fabriquer une poupée d’argile. Elle créa donc une jolie poupée à qui elle ne cessait de parler comme on le ferait avec un enfant… Et si le cœur vous en dit ce sera au tour de vos mains de s’exprimer et de dire. A partir de l’argile, vous ferez naître, à votre tour, votre petite créature.
Vendredi 15
Théâtre d’ombres par La Compagnie des Montreurs d’Ombres
À 15h et 17h – Petit Galli. + 3 ans – 40 mn : « La maison de Zacharie ». Une histoire toute en finesse d’une maison mobile, qui réveillera peut être votre envie de voyage suivie d’un atelier de manipulation de 20 à 30 minutes pour quelques-uns.
À 19h – Petit Galli. + 7 ans – 60 mn : 3 histoires en théâtre d’ombres trois univers bien différents, de quoi se laisser emporter dans un monde noir et blanc mais pas que.
Trois histoires, ; « La maison de Zacharie », la maison mobile – « La plongeuse » une plongeuse qui explore les fonds marins à la recherche de vestiges engloutis – « Les trois petits cochons courent toujours » une parodie du conte des trois petits cochons dans un contexte contemporain

7 février_ Festival Jeune Public

Samedi 16
Impro-minots spectacle interactif et familial par Lily, la ligue d’improvisation de Lyon
À 15h et 18h – Petit Galli. + 5 ans – 50 mn
« Range ta chambre ! Finis ton assiette ! Dépêche toi !…» Les parents n’ont jamais le temps, c’est bien connu. Heureusement le génie des histoires, complice espiègle des enfants n’est jamais loin. Ce spectacle improvisé se déroule grâce à l’imaginaire des enfants. Chaque représentation devient ainsi unique !
« II était une oie » : déambulation du troupeau d’oies et contes associés par la Compagnie Dog Trainer. C’est avant tout une histoire de complicité entre les hommes, les chiens et les oies. Spectacles dandinants et gracieux.
14h sur le port :Paroles d’oies, une déambulation améliorée
15h30 Allées d’Estienne d’Orves : les Oies et le Renard, une adaptation de l’œuvre des frères Grimm, quiproquos et jeux de mots
16h30 sur le port : La légende des oies du Capitole, un conte qui leur fait honneur
Dimanche 17
11h et 15 h – Parvis de la mairie : La fox compagnie « La légende de Verbruntschnek »
Nous sommes à quelques minutes du début du spectacle. Le décor est monté, les costumes sont en place, la sono est branchée mais pas de comédiens. Heureusement le public est chaud, grâce à lui le spectacle aura bien lieu ! (Au Petit Galli en cas de mauvais temps)
12h sur le port : La Compagnie Dog Trainer – Paroles d’oies. Une déambulation améliorée
14h30 Allées d’Estienne d’Orves : Les Oies et le Renard . Une adaptation de l’œuvre des frères Grimm. Quiproquos et jeux de mots
16h30 sur le port : La légende des oies du Capitole

04 94 74 01 04 – www.sanarysurmer.com

Sanary – Théâtre Galli
Jean-Michel COUSTEAU rencontre les écoles

A

Les chats ne faisant pas des chiens, Jean-Michel Cousteau, 80 ans aujourd’hui, est le digne fils de son père, le commandant Jacques-Yves Cousteau, explorateur océanographique, scientifique et rendu célèbre entre autres par son film « Le monde du silence » et son célèbre bateau, le « Calypso ».
Il faut dire que, né à Sanary, ville à laquelle il a toujours été fidèle, à 7 ans il plongeait déjà au large de ce port avec sa famille. Il a donc, comme il dit, fait de la randonnée palmée depuis son enfance. Petite confidence : « Tous les matins, avant d’aller en classe, j’allais ramasser les poulpes que je vendais ensuite… Mon meilleur client était le chef de la police ! »

D

Cela, il le raconte devant une salle pleine à craquer, au théâtre Galli où étaient, jeudi, réunies 24 classes des écoles de la communauté de communes Sus-Est-Ste Baume, réunis par le maire en personne, Ferdinand Bernhard, qui eut fort à faire à se faire entendre dans le brouhaha d’une cour d’école puissance dix. Mais le silence se fit dès qu’il prit le micro pour présenter son invité.
« On sait – devait-il dire en s’adressant aux enfants – que la planète va mal et nombre d’individus, d’associations, de communes font beaucoup d’efforts pour la sauver tant qu’il est encore temps.
Dans le cadre du programme d’éducation à l’environnement et au développement durable, créé voici 20 ans par une institutrice sanaryenne, Mme Béranger, nombre de personnes se sont associées au projet, c’était une belle idée et elle est contagieuse, la preuve en est qu’elle existe toujours.
Aujourd’hui, nous recevons un homme qui se bat dans cette direction depuis nombre d’années, il va vous apprendre beaucoup de choses et il faudra les apprendre à votre tour à vos parents. »
Jean-Michel alors présenta quelques extraits de films dont certains remontaient aux tout débuts de la création des caméras sous-marines qui ont bien changé depuis, devait-il souligner en riant.

C B

« Grâce à ces expériences que j’ai commencé à faire à votre âge, j’ai très vite compris qu’il fallait s’occuper des mers et des océans. La planète est recouverte de 70% d’eau, elle s’évapore, la pluie et la neige la renvoient à l’océan et c’est grâce à elle que nous pouvons y vivre.
Aujourd’hui, beaucoup d’espèces souffrent, disparaissent et l’eau est essentielle à leur survie car elle ne peuvent pas se défendre. Il n’y a que l’humain qui peut décider de disparaître ou pas.
Grâce au progrès fait sur le matériel cinématographique sous-marin, aujourd’hui on peut descendre jusqu’à 300 mètres et filmer en trois D, permettant de découvrir des espèces qu’on ne connaissait pas.. Après 73 ans de plongée, je suis encore heureux de découvrir des merveilles ».
Ainsi nous montra-t-il des images d’animaux superbes et incroyables, semblant tout droit sortis de la science-fiction.

E F

Puis il nous parla, images à l’appui, des poissons qui sont ses préférés : les requins (il y en a 46 espèces), dont le plus grand, nommé le requin-baleine est le seul à n’avoir pas de dents. Les mérous dont il a découvert les cachettes pour y pondre et élever les petits, et qu’il va visiter tous les ans. Et puis ses préférés entre tous : les orques-épaulards à qui il a consacré un livre qu’il offrira aux écoliers.
Toutes ces expéditions, il les fait aujourd’hui avec ses enfants, Fabien et Céline, dont il ramène des films, des documents qu’il présente lors de conférences afin de dire aux gens de prendre soin du système aquatique dont nous dépendons tous.
C’est toujours sa mission depuis des années et le jeune public a été passionné par cet homme magnifique qui méritait bien une école qui porte son nom à Sanary !

Jacques Brachet