Archives pour la catégorie Evénements

Les chefs de Saint-Tropez fêtent les producteurs

1

Le temps est maussade, il pluviote, et nous roulons direction Collobrières, sur une route sinueuse dont on ne voit pas la fin.
Ouf, une pancarte qui nous annonce la Bastide de la Cabrière, lieu de notre rendez-vous.
Comme son nom l’indique, nous sommes accueillis par un troupeau de chèvres et leur propriétaire, le comte Loïc de Saleneuve, qui, dans une autre vie fut rugbyman … et poète ! Il est aujourd’hui chevrier, éleveur, fromager, cultivateur… Bref, depuis 45 ans le comte est devenu paysan, par passion, pour le plaisir et tout aussitôt il nous présente ses chèvres, ses poules, son potager de légumes, de fraises, de framboises, ses plantations d’oliviers et de poiriers entre autres, dans une nature magnifique qui ne nous fait pas regretter les virages.
Comme nous le dit en riant son propriétaire : «Après 280 virages… ça se mérite !»
Avec son fils Geoffroy qui a pris le relais, il nous fait avec fierté visiter sa fromagerie… dont nous apprécierons un peu plus tard avec délice ses produits tout ce qu’il a de plus naturel et bio.

2
3 4

Si l’on est aujourd’hui chez lui c’est qu’il y a réuni quelques paysans, artisans et restaurateurs de la région de Saint-Tropez où se déroulera, du 23 au 26 avril une superbe manifestation qui réunira chefs et producteurs de cette belle et célèbre région varoise.
Entre autres présents, Robert van Straeten de la Villa Belrose à Gassin, Eric Canino du restaurant la Réserve de Ramatuelle, Sébastien Rosella de l’hôtel Sezz à St Tropez, Philippe Colinet du Château la Gordonne,  Vincent Maillard, directeur de la restauration Lily of the Valley et quelques autres…
«Ce sera – nous confie Robert van Straeten – un événement exceptionnel afin d’honorer tous ces hommes, paysans, artisans, vignerons, pécheurs, chef, de notre région qui nous montreront
le fruit d’un travail acharné, authentique, un savoir-faire et nous révèleront les richesses, les trésors de notre terroir. Durant quatre jours, sur la place des Lices de Saint-Tropez, ce seront eux les stars»
Éric Canino poursuit : «Nous voulons montrer la face caché de notre travail, de notre savoir-faire, faire connaître nos histoires faites d’engagements et de passion. C’est une fête que tous méritent, un coup de projecteur à tous ces métiers, producteurs, cuisiniers, qui travaillent cachés et modifier une image quelquefois surfaite et fausse de Saint-Tropez»

5

«En effet – poursuit Loïc de Saleneuve – nous voulons montrer que Saint-Tropez n’est pas que cette image mondialement connue d’une commune estivale et festive, un peu superficielle. Saint-Tropez l’hiver, c’est un petit port paisible, magnifique où les gens sont accueillants. J’y ai rencontré de belles personnes, de «vrais» chefs, comme Arnaud Donckele, chef de la Vague d’or, devenu mon frère, Vincent Duclos, maraîcher à Tourves… Tous ces gens qui ont une démarche d’authenticité, de simplicité, des hommes de passion car il faut imaginer l’énergie qu’il faut déployer, une constante remise en question et qui réalisent de belles choses».
Avant d’organiser cette réunion in situ, toute l’équipe est allée présenter cette grande manifestation à Paris, reçus par le chef des cuisines de l’hôtel Bristol, Éric Frechon qui est partie prenante, tout comme l’est Arnaud Donckele à Saint-Tropez, tous deux parrains de ces journées.
C’est donc en grande partie sur la mythique place des Lices, que, durant trois jours, se déroulera cet événement public afin de présenter tous ces métiers de bouche qui font la richesse de notre terroir autour de l’excellence, la sincérité, le partage, l’authenticité, la convivialité.
Quatre jours d’échanges, de partage, de transmissions et peut-être de secrets révélés autour des dégustations.
Le but est donc de célébrer tous ces artisans et producteurs, de faire découvrir une région autrement que par «le ciel, le soleil et la mer» et sa saison estivale mais aussi de faire découvrir, aux jeunes comme aux moins jeunes, toutes ces richesses d’un département magnifique.
Et Loïc d’ajouter : «Si vous prenez le temps d’écouter la vie des plantes, vous vous rendrez compte qu’on peut réaliser des choses extraordinaires»

7 6

Et chacun nous le prouvera lors de ces journées, autour d’un programme festif où chacun trouvera son plaisir.
Les trois coups seront frappés le jeudi 23 avril à 18h avec l’accueil des chefs sur le port et un cocktail de bienvenue offert par la Mairie de Saint-Tropez dans les jardins de l’Annonciade.
Ouverture des réjouissances le vendredi 24 avril à 9h avec l’ouverture du Marché des Producteurs, place des Lices, des démonstrations culinaires avec la complicité du Collège Culinaire de France.
Un atelier de pâtisserie sera proposé aux  «pitchouns» à 16h, à 17h un concours incontournable de pétanque qui réunira des équipes de trois : un chef, un producteur, un invité. Cela se passera en musique autour de la dégustation de produits artisanaux.
A 20h, disséminés dans les établissements partenaires, vous seront proposés des repas à quatre, quelquefois six mains, les chefs se regroupant pour offrir des plats originaux.
Avec à peu près les mêmes animations, s’ajouteront, le samedi 25 avril, à 10h30, une course de garçons de café, tradition aujourd’hui hélas disparue. Le départ se fera place des Lices avec arrivée sur le port.
A 16h aura lieu un concours de pâtisserie où nous retrouverons les pitchouns pour un dressage qu’ils nous proposeront de déguster. Concours de  pétanque et « re-dîner » à quatre mains clôtureront la journée.
A noter que vendredi et samedi aura lieu, à 15h30 un tirage au sort des dîners offerts aux producteurs.
Enfin pour terminer en beauté ces journées gourmandes, un barbecue géant sera proposé le samedi midi sur la sublime et mythique plage de Pampelonne à Ramatuelle, en présence de tous les participants.
Quant à nous, malgré la pluie, nous avons passé un magnifique moment ensoleillé en dégustant quelques produits du terroir, dont la fameuse tropézienne et la bière de châtaignes de Collobrières mais aussi les fameux fromages de chèvre de Loïc et Geoffroy.
C’est vrai que ce lieu se mérite et qu’au bout de la route nous avons découvert un vrai coin de paradis.
Et inutile de vous dire que nous ne manquerons pas ces belles journées tropézienne qui vont nous faire découvrir toutes les richesses et les saveurs de notre Provence.

8
9

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta


Ollioules : Inauguration de la Maison du Patrimoine

1

La Maison du Patrimoine, centre d’Interprétation du Patrimoine Métropolitain à Ollioules, est officiellement inauguré. Plus d’une année de travaux a été nécessaire pour réhabiliter entièrement ce lieu exceptionnel qu’était l’ancienne «Maison des têtes», inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
Ses richesses architecturales et ses décors de gypserie classés ont été minutieusement restaurés. Le bâtiment abrite désormais 500 m2 d’espaces muséaux innovants, immersifs et interactifs, sur le thème du patrimoine métropolitain à la fois passé et contemporain. De nombreux visiteurs sont attendus dès l’ouverture au printemps prochain.
La Maison du Patrimoine à Ollioules, inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, est un hôtel particulier du XVIIème siècle doté d’une façade néo-Louis XVI des années 870.
De cet édifice, on possède peu d’information, si ce n’est qu’il a appartenu à un certain Melchior Martinenq qui l’acheta en 1632. Plus tard, cette demeure fut revendue successivement à différents propriétaires jusqu’à nos jours ; elle fut acquise par la ville d’Ollioules et transférée à TPM en 2007. La ville compte environ une vingtaine de ces imposantes et élégantes demeures bourgeoises.
Celle-ci, située en plein centre ancien, a la particularité d’être un bâtiment traversant entre les rues Gambetta et Berthelot.

Microsoft Word - 20200228 DP Inauguration Maison du Patrimoine

Elle a été autrefois communément appelée «La Maison des têtes» du fait de ses imposantes têtes gypseries maniéristes (sculptures en plâtre typique de la Renaissance), datant de 1620 et qui garnissent harmonieusement le corridor d’entrée ainsi que les couloirs des étages. Elle possède également de grandes voûtes d’arrêtes d’époque Renaissance, un escalier monumental à balustres ainsi que des plafonds à la française situés au dernier étage de la demeure. L’exceptionnelle qualité de ces décors de gypserie et leur bon état de conservation leur ont valu d’être classés Monument historique.
La Métropole, avec la ville d’Ollioules, a entrepris sa réhabilitation. Les travaux débutent en juin 2018. L’objectif est de créer la Maison du Patrimoine, centre d’interprétation du patrimoine métropolitain : un nouvel espace muséal, tourné vers le numérique et les nouvelles technologies, invitant le public à découvrir les merveilles passées et contemporaines du territoire.
Plusieurs mois de travaux, menés à bien par la Métropole TPM, ont été nécessaires pour que la
Maison du Patrimoine prenne forme et couleurs et puisse aujourd’hui proposer des espaces muséaux modernes, accueillant le public dans des conditions optimales.
Coût total de l’opération : 5 350 000 € TTC
Le bâtiment a été entièrement réhabilité et restructuré afin de reconstruire les différents espaces de l’ensemble du bâtiment, du sous-sol jusqu’à la toiture. L’ensemble de ces travaux a été réalisé dans le plus strict respect des normes de construction garantissant à la fois, la sécurité, l’accessibilité, et les normes environnementales.

Microsoft Word - 20200228 DP Inauguration Maison du Patrimoine

En même temps que les travaux de réhabilitation, un minutieux travail de restauration sur les décors de gypseries et des peintures murales a été effectué. S’étendant du sol au plafond sur une large partie du bâtiment, ces décors exclusivement faits de plâtre, classés Monuments historiques, ont été complexes à restaurer et ont nécessité des savoir-faire exceptionnels issus de métiers devenus rares. Pas moins de 80 ornements différents, d’époque Louis XIII, typiquement provençaux pour la plupart, ont été restaurés dans leur aspect d’origine. On retrouve des putti, guirlandes, animaux fabuleux, atlantes, frises végétales, clés de voûte, clés pendantes, ainsi que d’énigmatiques têtes d’empereurs romains César, Néron, Vitellius, Vespasien…
Tout a été pensé pour que cet espace devienne un lieu emblématique, pour la ville mais aussi pour l’ensemble du territoire de TPM grâce à une muséographie innovante et interactive. Celle-ci propose aux visiteurs une immersion totale dans l’histoire du territoire : ses grands personnages, son architecture emblématique, ses grandes épopées, ses traditions… Pour ce faire, c’est un parcours pensé comme un spectacle scénographique qui a été souhaité par la Métropole. Chaque visiteur, muni d’une tablette, voyage dans le temps et se trouve, au fil des salles, dans de multiples univers virtuels, ludiques et sensoriels.
Ainsi, au fil de leur visite dans cet intérieur bourgeois du XVIIème siècle, les visiteurs découvrent 7 salles d’exposition réparties sur 3 niveaux de façon cohérente et logique. Ils sont invités à suivre un parcours muséographique ludique, didactique et virtuel, qui ira du dernier étage vers le rez-de-chaussée du bâtiment.
La visite dure environ 1h30 avec au programme un voyage à travers le temps pour découvrir un panorama du patrimoine de la Métropole TPM, donner des clés de lecture du territoire local, de ses richesses, de son architecture contemporaine.
L’originalité de ce lieu réside dans le fait qu’il ne propose pas une simple visite de la Maison du Patrimoine, mais un véritable parcours de découverte immersif. Il s’agit d’une «expérience à vivre» au travers d’ambiances et de médias ludiques, pédagogiques et interactifs.
Pas moins de six entreprises spécialisées dans la mise en scène muséale, se sont relayées pour donner vie au scénario d’exposition imaginé par TPM et mis en œuvre sous la responsabilité et l’expertise de la Directrice de la Maison du Patrimoine afin de créer un parcours, intégrant des outils de médiation innovants qui répondent aux attentes du plus grand nombre. Cette scénographie originale invite ainsi le visiteur à découvrir et à accéder aux connaissances en s’immergeant, en jouant, en expérimentant. Investi de ce pouvoir d’action, sa posture de recherche documentaire change et il devient acteur de sa visite.

Microsoft Word - 20200228 DP Inauguration Maison du Patrimoine
Chacune des salles de la Maison du Patrimoine est en effet dotée des dernières technologies : tablettes et écrans tactiles, personnages virtuellement animés, jeux de manipulation, carte interactive… mais aussi de pièces de collection d’une grande diversité, des maquettes en 3D…
Ces technologies viennent épouser à la perfection le lieu, plongeant ainsi le visiteur tantôt dans le virtuel, tantôt dans le réel.
Pour accompagner les visiteurs tout au long de leur visite, un visio-guide surnommé «Gaspard» (de Besse) permet de visiter le musée salle par salle en toute liberté.
Ce brigand au grand cœur bien connu des provençaux, se manifeste dès l’accueil du musée par le biais d’une tablette numérique. Une géolocalisation permet ensuite d’accéder à des contenus (textuels, images, audio), de guider les visiteurs et faciliter leur accès au savoir. Ainsi, ce compagnon, haut en couleur, à l’accent provençal, les accompagne, les informe et les incite à participer et à interagir notamment pour trouver les différents indices d’une chasse au trésor permettant d’obtenir le diplôme du «chercheur de trésors», «Grand explorateur », «Grand aventurier» et «Super héros»
La Maison du Patrimoine est un outil culturel, scientifique, pédagogique et ludique au service du plus grand nombre. Elle organisera dès son ouverture des expositions, visites guidées, conférences, ateliers pour le jeune public et est dotée d’outils du 21ème siècle misant sur l’accessibilité, l’accueil, la médiation en s’appuyant sur les nouvelles technologies.



Boostez votre énergie par la gymnastique taoïste

2 3

Cécile Limier, CN 6 eme dan de karaté, professeur de karaté et de tai-chi-chuan Diplômée d’état organise un stage d’initiation de Gymnastique taoïste Dimanche 8/03/2020 au Gymnase Reynier- Rue du Collège  à Six-fours de 9h30 à 11h30. 
La gymnastique taoïste fait partie de la médecine chinoise comme le chi-kong et le Tai-chi-Chuan. Le but est d’ouvrir l’espace intérieur pour y faire  rentrer le maximum d’énergie, ainsi libérer les tensions et prévenir les maladies modernes. Après une séance de Gymnastique taoïste, vous sentirez une euphorie vous habitez et un état de détente optimisé, en libérant en vous les tensions. 
Inscription souhaitée.


Jocelyne CAPRILE : Un livre pour honorer les femmes
«Meilleur Ouvrier de France»

1

Née en 1924, l’association des Meilleurs Ouvriers de France (MOF) a créé un concours professionnel qui se déroule tous les quatre ans afin de nommer des ouvriers et des artisans méritants, qui ont porté leur métier à l’excellence. Un diplôme leur est remis, certifié par le Ministère du Travail.
C’est ainsi que la six-fournaise Jocelyne Caprile a reçu cette distinction en 2000 dans la catégorie Teinturier-apprêteur.
Femme énergique, dynamique, au sourire constant, et aussi conseillère municipale de sa ville, elle a reçu, voici quelque temps la médaille de chevalier de l’ordre national du mérite.
Toujours en mouvement, elle œuvre pour cette association et s’est rendu compte que cette appellation «Meilleur Ouvrier de France» était souvent, pour le public, associée aux métiers de cuisine, tant il est vrai qu’un chef distingué est repéré par son col bleu, blanc, rouge.
Et pour aller plus loin, elle s’est aussi rendu compte que l’on parlait beaucoup des hommes et peu des femmes qui ont reçu cette récompense. Et Dieu sait pourtant s’il y en a, dans toutes les catégories, allant de la dentellière à la bouchère, de la boulangère à la créatrice de mode, sans parler de la menuiserie, de la décoration et milles autres métiers d’artisanat où elles excellent.
Du coup, elle a eu l’idée d’éditer un livre regroupant 57 femmes de la région PACA qui ont eu l’honneur d’être nommées «Meilleur Ouvrier de Franc ».

3 4

Un livre superbe où l’on découvre des portraits de femmes magnifiques qui ont quelquefois eu beaucoup de mal à s’imposer mais qui, par leur talent, leur volonté, ont réussi à s’imposer dans leur travail et leur passion.
Ce bel album sortira le dimanche 8 mars lors de la Journée de la Femme.
On retrouvera Jocelyne et quelques-unes de ces femmes le samedi 4 avril au JEMA, Journée Européenne des Métiers d’Art, qui se déroulera à Ollioules.
Mais ces femmes se retrouveront également à Paris et ce n’est pas la première fois puisque ces femmes ont déjà été reçues sous les ors du Sénat, en présence de la sénatrice Elizabeth Doineau Mais cette fois, les 7 et 8 mars, ce sera un voyage amical pour se retrouver autour de balades qui les feront visiter le Palais Garnier, raviver la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe et visiter certains quartiers de la capitale.
Jocelyne Caprile est de vif argent, toujours en mouvement et toujours prête à organiser un voyage, une manifestation sous l’égide de cette «MOF» qui l’a honorée et à qui elle le rend bien.

2

Jacques Brachet



Toulon – Les Halles gourmandes
Une belle promesse en cœur de ville

2

Rencontre matinale et… réfrigérante avec le maire de Toulon, président de  TPM, Hubert Falco sur le lieu des Halles de Toulon pour nous présenter les avances du projet de rénovation de ce lieu historique de Toulon, qui fut un poumon du cœur de ville, tombé en désuétude et qu’Hubert Falco a décidé de ramener à la vie. Le projet devait être livré en septembre 2020 mais est reporté à octobre.
« Lorsqu’on s’attaque à de l’ancien, on a souvent de mauvaises surprises – nous explique-t-il – ce qui a été le cas. C’est un chantier difficile mais comme vous le voyez, les travaux vont bon train et ce lieu emblématique va redevenir ce qu’il était avant.
Lors de ma première campagne en 2001, il ne restait que deux commerçants. Le lieu était vétuste et devenait inexploitable. Il faut savoir que ce bâtiment de style Arts Déco, date de 1920. Il a donc 100 ans et la structure était en plus mauvais état que ce que l’on croyait.
– Il a fallu – rajoute Paul du Hays, directeur du développement d’Altaréa Cogedim – faire un énorme travail d’équipe avec nos partenaires car c’est un très important projet, la clef de voute pour redémarrer la vie en cœur de ville. Il a fallu renforcer les structures, mettre ce lieu aux normes actuelles tout en gardant l’esthétique du bâtiment.

1

– Pour cela – reprend le président de TPM – il fallait des moyens et la confiance des investisseurs privés, afin de ne pas s’endetter. Je vous rappelle que Toulon est une des quatre villes qui ont été désignées les mieux gérées de France. Il faut mériter ce titre et faire en sorte de le  garder.
Après la réhabilitation de l’ouest de la ville, nous continuons avec l’est. Il a fallu démolir dix-sept habitations vétustes, une fontaine a déjà été érigée place Vincent Raspail. Et on va continuer.
– Il y aura aussi – précise Paul du Hays – un travail d’animation et de commercialisation. Le choix des commerçants qui s’installeront dans ce lieu est important afin de créer un vrai lieu de vie.
Antoine Savelli, responsable des opérations de Carrefour Property, précise que la réhabilitation de ce lieu emblématique toulonnais est une opération ambitieuse pour retrouver son lustre d’antan.
Richard Curnier, directeur de la banque des territoires PACA confirme que la caisse de dépôts est partenaire depuis longtemps de la région et de la ville de Toulon :
« Nous avons financé nombre d’habitations du centre-ville pour lui redonner de la vie économique grâce votre livret A… Alors continuez à d’alimenter » ajoute-t-il en riant

5 4
Jérôme Chabert et Jean-Baptiste Arènes – Patrick Padel et Eric Dufaye

Jean-Rémy Mulattière, capitaine des Halles Bilttoki, exploitant de ce futur lieu, le dernier maillon de la chaîne nous précise :
« Nous voulons offrir aux Toulonnais les meilleurs commerçants et artisans de bouche. Déjà une dizaine nous a rejoints, comme Patrick Padel, créateur de Gekko Gourmet, entreprise bouchère varoise et Eric Dufaye, créateur des boulangeries l’Hermitage, qui sont aujourd’hui parmi nous. L’idéal serait de réunir un maximum de 25 commerçants. Mais nous prenons le temps pour trouver les meilleurs, qui regrouperont des produits provençaux, ibériques, corses… A l’entrée des Halles sera installé le café Bilttoki, afin de renforcer le côté convivial ».
« Nous avons « reprend Hubert Falco – travaillé sur l’ensemble du quartier périphérique. 2000m2 de maîtrise foncière. Quant aux immeubles réhabilités, nous aimerions que les rez-de-chaussée soient repris par des commerces. L’offre commerciale tiendra compte des commerces alentour, ils devront être complémentaires et ne pas les concurrencer. Ce pourraient être des bars, des brasseries, des restaurants, des services à la personne.
Nous avons confié ce projet d’aménagement à Var Aménagement Développement, représenté par Jérôme Chabert, directeur général et son directeur adjoint Jean-Baptiste Arènes, ici présents ».

3

Encore un bel événement à mettre au compte d’Hubert Falco qui, en quelques décennies, a réhabilité une ville devenue phare de la région PACA

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta



Châteauvallon – Scène Nationale
Présentation été 2020 – Orient-Occident

1

Traditionnelle présentation de la programmation de Châteauvallon, scène nationale, pour le Festival d’été 2020, devant une salle archi-comble. Présentation assurée par le co-directeur, Charles Berling, et par des membres de la production, Cynthia Montigny, Stéphane de Belleval, Olive Benoît, et d’une traductrice en langage des signes pour les sourds et muets. D’autres intervenants viendront présenter leur spectacle. Chaque spectacle bénéficie d’une courte apparition filmée, avant goût du plaisir à venir.
Cette année la programmation est placée sous le signe de la fraternité entre l’Orient et l’Occident. Après les remerciements d’usage, Charles Berling expose avec la passion et l’engagement qu’on lui connaît, toute la richesse des deux cultures et leur enrichissement de l’une par l’autre, dans la convivialité et la fraternité. Il rappelle que Châteauvallon est une « Utopie réaliste » créée par deux couples, Gérard et Marielle Paquet, Henri et Simone Komatis, avec justement ce désir de métissage.
Il y aura de la danse, du cirque, des concerts, des films, des conférences, du théâtre et des ateliers. Qui dit mieux ?
Chaque soirée sera précédée d‘un « Crépuscule » (gratuit), une sorte de mise en appétit dans le même esprit que, et avant le grand spectacle. Une façon de faire vivre tout le site.
Aperçus du programme au jour le jour :
Crépuscules à 19h: Le danseur-chorégraphe Frank Micheletti emmènera le public dans une déambulation à travers le site –  Underground, une exploration des sous-sols, une plongée poétique dans le paysage de Châteauvallon – la « Compagnie de l’œil ivre » pour une danse insolite – La Compagnie « Le fils du Grand Réseau » pour une comédie grinçante – Charles Berling lit Jean Giono – G.U.I.D du Ballet Preljocaj – La « Compagnie Choses Dites » de Sébastien Depommier dans  « l’œil égaré » à propos de Victor Hugo et André Du Bouchet – Une table ronde sur le thème Orient/Occident peut-être avec Amin Maalouf, suivie par Les Chanteurs d’oiseaux – Une lecture musicale « Cosmos Beethoven et l’Inde » – La Cultura flamenca, une conférence suivie du film « Impulso » d’Emilio Belmonte.

2

Les spectacles du soir à 22h :
Fiq ! (Réveille-toi !) par le groupe acrobatique de Tanger, de Maroussia Diaz Verbèke, avec 15 artistes acrobates. Une autre vision du Maroc – La chanteuse Lisa SImone en quartette pour un « Wonderful Tour »,  du Jazz à la Soul  – Une journée Jean Giono pour les 50 ans de sa mort, après la lecture de Charles Berling, une conférence de Jacques Mény (Giono le Méditerranéen), puis le film « Crésus » de Giono avec Fernandel – Les subtilités chorégraphiques de Anne Teresa De Keersmaeker/Rosas sur des musiques de Bartòk, Beethoven et Schönberg – Emmanuel Gat Dance pour Sacre/Works sur un mode swing-salsa et la virtuosité de la danse – Le oudiste chanteur tunisien Dhafer Youssef avec un trio pour les musiques de « Sounds of Mirrors » – « Franito » spectacle hilarant de Patrice Thibaud qui mélange Théâtre, danse et musique – Le « Secession Orchestra » de Clément Mao avec Takacs pour Mille et une vies/Mille et une voix, une épopée musicale dans un Orient fantasmé – Les Oiseaux oubliés par la pianiste Shani Diluka et les Chanteurs d’Oiseaux, des dialogues poétiques entre oiseaux et œuvres musicales, le 19 juillet à 11h30,
Ce Festival d’été se terminera par les Nuits Flamencas sous la direction artistique de Juan Carmona :
Jeudi : Conférence sur la culture flamenca suivi du film « Impulso » d’Emilio Belmonte.
Vendredi : Un atelier d’initiation à la Sévillane, enchaîné par « Juerga Familia », un flamenco traditionnel par une famille gitane –  La chorégraphe et danseuse Rocío Molina, de Malaga, accompagnée par quatre musicien donnera sa version de « Impulso » entre tradition et modernité.
Samedi : Une master-class de danse et une master-class de guitare.  –  « Viva ! »  un ballet de Manuel Liñan, entre tradition et avant-garde, avec des danseurs de Grenade, des musiciens et des chanteurs.
Pour clore ce festival, Le Bal Sévillan, animé par le groupe  flamenco sévillan de Giraldillo.

3 4

Cette présentation devait se terminer par une nouveauté dans se genre d’exercice, un « tablao » flamenco par le groupe de Paco Carmona, lui même à la guitare, deux chanteurs, tout à fait dans la tradition, et une danseuse à l’énergie communicative et au zapateado endiablé. Gros succès public.
Il ne restait plus qu’à se lancer vers le buffet.
Serge Baudot

Renseignements : chateauvallon.com – theatre-liberte.fr –
Réservation : 04 94 22 02 02 – 04 98 00 56 76 – reservation@chateauvallon.com
Programmes : Aux théâtres et dans les lieux habituels.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




EcoQuartier Chalucet… Ca y est, c’est ouvert !

1

On l’attendait depuis des mois, grâce à une chronique d’un chef d’œuvre annoncé bien entretenue.
Depuis des mois c’était la priorité d’un maire emphatique dès qu’il en parlait et encore il y a à peine quelques jours lors de la conférence de presse.
Après celle-ci, on était très impatient de voir le résultat.
Et depuis vendredi le voici, offert au public et à la hauteur de tout ce qu’on en avait entendu parler. C’est… grandiose !

2

Le jardin Alexandre 1er qui était longtemps quelque peu à l’abandon, a retrouvé plus que son lustre d’Antan, agrandi, métamorphosé, presque difficilement reconnaissable pour un Toulonnais comme moi qui ai vécu toute mon enfance et qui y ai joué des après-midi entiers.
L’hôpital Chalucet a retrouvé son lustre d’Antan et, offre une entrée somptueuse à ce complexe culturel unique en son genre. Un espace de lumière, celle-ci y entrant de partout, une luminosité formidable et un agencement incroyable. Bravo à Mme Corinne Vezzoni !
Et bravo à M le Maire, Hubert Falco,  qui ajoute à sa ville un magnifique fleuron avec ce lieu dédié à la culture, au partage, à la connaissance. Après l’Hôtel des Arts et le Liberté, Toulon peut s’enorgueillir de ce complexe qui va accueillir la jeunesse estudiantine mais aussi toutes les personnes, toutes générations confondues, pour qui le savoir est de première importance.

6

Remarquablement situé en plein centre-ville de Toulon sur un terrain de 3,5 hectares, entre le mont Faron et la Rade, le nouveau quartier de la créativité et de la connaissance a été bâti sur l’ancien site de l’hôpital Chalucet.
Plus de six ans de conception, dont deux ans de travaux, ont été nécessaires pour mener à bien ce chantier exceptionnel, véritable opération de rénovation urbaine pensée par l’architecte Corinne Vezzoni et Associés, qui réalise ici la construction simultanée de différents ouvrages (campus urbain, centre culturel et patrimonial, résidences d’entreprises créatives et quartier de vie), ainsi que la réhabilitation du Jardin Alexandre 1er.

4 3 5

Ce nouvel îlot affiche une exigence de qualité urbaine qui se traduit par des espaces publics ouverts et conviviaux propices à la rencontre entre les populations et les générations.
Le Jardin Alexandre 1er agrandi de 5000m² et recomposé.
La grande médiathèque de 5000m et 70.000 ouvrages, avec sa chapelle historique transformée en espace d’exposition.
La Maison de la Créativité accueillant l’école de commerce Kedge Business School, l’école internationale d’architecture Camondo Méditerranée ainsi que des espaces partagés destinés aux étudiants

7 10
8 9

Quelques chiffres
Superficie de 3,5 hectares, plus grand projet d’Europe en cœur de ville.
Coût total : 120 millions d’€.
4 maîtres d’ouvrages (Conseil départemental du Var, ville de Toulon, CCIV et TPM).
Le jardin agrandi sur 20.000m² avec plus de 350 arbres, 15.000 plantes et arbustes et de nombreux bassins.
Une médiathèque de 5000m² et 70_000 ouvrages.
1200 étudiants attendus à terme.

JB
Photos Monique Scaletta



Toulon – EcoQuartier Chalucet
Naissance du quartier
de la créativité et de la connaissance

2

Il aura fallu sept ans pour que sorte de l’ancien hôpital de la Charité, un nouveau quartier en cœur de ville : l’EcoQuartier Chalucet.
Datant de 1678, avec, dans son prolongement, le jardin botanique qui lui, date de 1852 cet hôpital désaffecté depuis des décennies est devenu ce centre culturel de connaissance et de créativité qui s’ouvrira le vendredi 17 janvier et comprendra une médiathèque, l’école des Beaux-Arts qui déménagera à la prochaine rentrée scolaire, une Maison de la Créativité, un somptueux immeuble de logements avec vue sur la mer et sur le Faron, le Conseil Départemental du Var (Site Lazare Carnot et site Vincent Allègre), la Kedge Business School (école de management), des espaces partagés, le Cnam (Conservatoire des arts et Métiers) et le jardin Alexandre 1er, plus communément nomme le jardin de la ville, revu et corrigé, jardin botanique qui qui possède entre autre un cyprès planté en 1797.
Réunion ce jeudi  à l’Hôtel Métropole où tous les acteurs de ce complexe culturel qui a nécessité des travaux pharaoniques (pas moins de cinq chantiers donc une coordination complexe, beaucoup de contraintes) étaient réunis pour en parler… Enfin, surtout pour entendre en parler par le maire de Toulon, Hubert Falco, qui est intarissable sur ce nouvel édifice culturel qui voit enfin le jour dans sa ville.

4

«C’était un défi d’envergure – nous dit-il – mais un défi collectif car les collaborations et les aides ont été nombreuses, du département à la région, de la municipalité à l’Etat, de tous les métiers qui ont reconstruit ce lieu qui fut un lieu de souffrance et de soins. Entre autre l’architecte Corinne Vezzani, femme de la mer et du soleil, femme de cœur, qui a su garder le patrimoine et l’histoire de ce lieu avec la modernité d’aujourd’hui.
Je lui avais simplement demandé : «Dessinez-moi Chalucet», ce qu’elle a fait avec talent, laissant entrer partout la lumière. Elle nous en parlera le 18 janvier à 17 heures lors d’une rencontre avec le public. Ce projet a coûté 120 millions d’Euros et sera ouvert à tous dès le 17 janvier, avec trois jours de portes ouvertes».

3

A noter, nous a précisé Rémi Kertinian, directeur des affaires culturelles, que la médiathèque, qui possède 70.000 ouvrages, sera ouverte  même le dimanche, avec de nombreuses animations pour toutes les tranches d’âges, dont la 4ème Nuit de la Lecture, manifestation nationale, qui se déroulera le 18 janvier, avec des lectures publiques, des tournois de jeux vidéo, des conférences, des rencontres, une bourse aux livres, des jeux de société.
Avec l’aide du Musée d’Art, sera proposée dans la chapelle une exposition des grands peintres de la Provence de 1800 à 1950, qui ont porté haut les couleurs de notre région, et on fait la renommée de notre ville.
Une précision : cet espace est totalement sécurisé.

1

A noter encore que durant les trois jours portes ouvertes, un petit train gratuit vous emmènera sur les lieux,  d’est en ouest jusqu’à destination.
L’ EcoQuartier a obtenu le label national et, après le Théâtre Liberté, l’Hôtel des Arts, le Musée d’Art rénové, ajoute un magnifique fleuron culturel à la ville de Toulon.

Jacques Brachet



Six-Fours : Jean-François MUTZIG et Frédéric MASSE
invités du Club Phot’Azur

3

Jean-François Mutzig est journaliste et photographe. Après avoir suivi une école de photos à Lille et avoir été laborantin, il choisit de venir s’installer en Provence où il travaillera pour Nice Matin et pour le Dauphiné. Passionné d’animaux et de leurs relations avec l’humain, il consacrera quinze ans de sa vie aux éléphants d’Asie, pays qu’il parcourra avec son complice Frédéric Masse, responsable logistique, qui partage cette passion et avec lequel il créera l’association «Les clichés de l’aventure»
Tous deux étaient invités par le président de l’association «Phot’Azur», Henry Chich et son épouse Francine, présidente de l’Union Régionale PACA de la Fédération Française de Photographie.
Ils nous présentèrent des photos de ces animaux dont ils sont littéralement tombés amoureux. «Des photos – précise Jean-François – que je ne considère pas comme des photos d’art car je reste journaliste et ce sont des reportages en noir blanc. Le noir est blanc fait partie de ma formation et lorsque je prends une photo, je la vois en noir et blanc»

 2013 7
6 8

Hormis cette précision, il a été effectivement plus question d’éléphants que de photos mais celles-ci, parlantes et superbes, nous ont montré comment sont traités les éléphants d’Asie qui sont domestiqués depuis quelque 5000 ans et ont des relations différentes et chaotiques avec l’Homme. Il peut y avoir de très belles relations avec l’homme mais nombre d’entre eux, dans la jungle de Birmanie en particulier sont souvent exploités, maltraités, par des cornacs violents. Heureusement que sur les huit pays différents qu’ils ont traversés, nos deux aventuriers ont rencontré de belles relations avec cet animal.
Par contre, ils ont de moins en moins le temps de se reproduire dans la mesure où ils travaillent trop. Il y en a donc de moins en moins, d’autant que la surpopulation fait qu’il y a de moins en moins de forêts, ce qui nuit à ceux qui sont encore à l’état sauvages. D’autant que ceux-ci, dans certaines régions, sont pourchassés, non pour leurs défenses car l’éléphant d’Asie n’en a peu ou prou mais pour des vertus médicinales qu’utilisent les Chinois en particulier, avec leur peau. Leurs viscères…
Suite à ce reportages, nos deux compères nous ont offert un reportage très différent, «Des chevaux et des hommes» sur des poneys de Galice en voie de disparition, qui vivent à l’état sauvage mais qui, une fois par an, sont rassemblés pour tondre leur crin et leur donner des vermifuges afin qu’ils restent en bonne santé. C’est une grande fête traditionnelle, à laquelle participent toutes les familles, du plus jeune au plus vieux dans une atmosphère énergique et assez violente, au risque d’accidents pour l’homme car l’animal est assez rétif.

1

Un petit bémol : que ces photos ne soient pas commentées à la projection car ce n’est pas un diaporama d’art où tout commentaire est inutile, c’est avant tout un reportage et l’on devra attendre les explications après le reportage photo.
Enfin, troisième reportage, «Pêcheurs d’Asie» qui montre deux façons d’appréhender la pêche au Cambodge et au Sri Lanka en particulier : celle qui est un moyen de subsistance de nombreuses familles et celle, industrielle qui rafle des tonnes de poissons pour en faire de la farine animale en partance pour le Brésil.
Si faire des photos avec les premiers fut facile, avec les seconds, ils furent souvent interdits de photographier et approchés pour qu’ils effacent leurs photos. C’est en rusant qu’ils purent ramener ce reportage.
Aujourd’hui si Jean-François et Frédéric restent fidèles à leurs éléphants, ils sont toujours par monts et par vaux pour de nouveaux reportages dont la thématique reste inchangée : les rapports entre les animaux et l’Humain et ils ne sont pas en manque de sujets !
A noter que Jean-François s’est vu décerner en 2015, la médaille de Chevalier des Arts et Lettres par Fleur Pèlerin alors ministre de la Culture pour son reportage sur «Les éléphants et les hommes». Par ailleurs, de nombreux prix ont été décernés à nos deux amis pour divers reportages et photos. Ils organisent des stages et ont écrit plusieurs livres sur leurs voyages à travers le monde.

Jacques Brachet

Six-Fours… Un Noël Magique !

1

«Vous avez vu ? Nous avons fait un effort colossal pour les décorations de Noël !»
C’est la première phrase que nous lance Jean-Sébastien Vialatte, maire de Six-Fours, lors de la rencontre presse. Et il rajoute : «Bien entendu, si la ville est partie prenante, c’est aussi grâce aux associations des commerçants qui se remuent pour que la ville vive et nous offre un beau Noël»
Ces trois associations sont celles du centre-ville «Hello Six-Fours», celle des commerçants du Brusc et celle des artisans et commerçants des Lônes.
Dominique Ducasse, adjointe aux Affaires Culturelles de la ville, précise, après les avoir remerciés, que ces associations œuvrent avec tous les services de la mairie : services technique, culture, communication…

2 3 4

Cette année, nous pouvons déjà admirer des crèches tout azimut, de l’Hôtel de Ville à la Maison du Cygne en passant par l’Agence Postale du Brusc et la Collégiale St Pierre. A l’hôtel de Ville on peut découvrir les santons d’Isabelle et Georges Delmas, à la Maison du Cygne ce sont les santons Fouque qui, lorsque la crèche sera démontée, viendront prendre place définitivement à la Villa Simone. A la Collégiale St Pierre, la crèche est réalisée par l’association Lou Raioulet.
Pléthore de manifestations donc, aux quatre coins de la commune et toutes ces manifestations, vous les retrouverez sur le site de la ville.
Notons quelques points d’orgue comme, le 7 décembre à partir de 11hn le prix des lecteurs les plus assidus adultes et enfants sera remis à la BDthèque.
Le manège installé place des poilus jusqu’au 7 janvier, va battre son plein dès ce week-end et il est à noter que 3000 tickets ont été offerts aux écoles à raison de quatre tickets par enfant. A ses côtés, se tiendra la Maison du Père Noël auquel les enfants pourront venir apporter leur courrier.

5 6

Le mercredi 11 décembre, espace culturel André Malraux à 15h sera proposé un spectacle de Noël « Le Royaume enchanté » offert à tous les enfants.
Autour du Père Noël avec lequel vous pourrez vous faire prendre en photo , les 21, 23 et 24 décembre, les Lônes vont devenir un quartier pirate où tous les commerçants porteront des tenues adéquates, où seront proposées des promenades en calèche.
Ce mercredi au centre-villei, à l’occasion de la Ste Barbe, nous ferons connaissance avec la nouvelle mascotte SixF’Ours qui vous accueillera avec un chocolat chaud, des jeux de société et des animations diverses.
Le 7 décembre au matin, le marché du centre-ville proposera une castagnade. Et à 18h, la parade de la Saint Nicolas avec distribution de bonbons.
Le 14 décembre à 18h : parade son et lumière « Les anges de la glace ».
Grosses journées les 21 et 22 décembre, avec, de 10h à 12h, déambulation de mascottes. A 10h30, un spectacle folklore ou zumba, à 11h, parade « Luna Rossa ». De 14h à 18h, balade en poneys. Une géode proposera des films, à 16h, place Décugis : spectacle de marionnettes. 17h30, rue de la République : parade Magic Winter. Avec Mickey et Minnie.
Le 14 décembre à l’Espace Malraux, de 9h30 à 19h, un marché de Noël regroupera des artisans d’art, de bouche, une séance photo avec le Père Noël, une tombola et nombre d’animations.
Un carnet de réductions, cadeaux et bons d’achats sera offert durant tout le mois de décembre par une trentaine de commerçants du centre-ville.

7 8

L’élevage de lamas de Six-Fours est aujourd’hui bien connu et apprécié aussi bien des adultes que des enfants. Ils  feront leur entrée le 23 décembre, accompagnés de lutins.
Au Brusc, les 14 et 15 décembre des tas d’animations recevront petits et grands : manège, sculpture de ballons, origami et, de 14h à 18h, une ferme d’autrefois présentera une trentaine d’animaux et les métiers de la ferme. Des ateliers créatifs, festifs et gourmands complèteront cette journée autour de nombreux artistes et artisans locaux qui vous proposeront leurs produits. Des tee-shirts de la ville seront en vente.
Le 22 décembre, castagnade au marché des Lônes avec, à 10h, déambulation de mascottes. A 10h30, concert d’Andréa Caparros. De 14h à 18h, parade « Twirling de Noël » accompagnés des commerçants déguisés; balade en poneys. 15h, concert du conservatoire de musique et 16h, concert d’Andréa Caparros. 17h, déambulation de mascottes.
A 17h30, spectacle de magie, suivi de l’apparition du Père Noël qui arrivera de la mer et sera entouré de la flottille de Lou Capian. Il sera accueilli par la Reine des Neiges et de son ami Olaf et  à 18h, esplanade de la Libération, sera offert un « Conte pyrotechnique et musical ».
Apothéose le 25 décembre où à 18h sera tiré un feu d’artifice à partir de la Batterie du Cap Nègre.

9

A noter que, du 20 décembre au 5 janvier, tous les parkings aériens resteront gratuits.
Enfin, un coup des chapeau à tous les commerçants qui jouent le jeu et aux nombreux bénévoles qui encadreront toutes ces manifestations… et les autres, nombreuses, que vous retrouverez sur le site de la ville.

Jacques Brachet