Archives pour la catégorie Evénements

EcoQuartier Chalucet… Ca y est, c’est ouvert !

1

On l’attendait depuis des mois, grâce à une chronique d’un chef d’œuvre annoncé bien entretenue.
Depuis des mois c’était la priorité d’un maire emphatique dès qu’il en parlait et encore il y a à peine quelques jours lors de la conférence de presse.
Après celle-ci, on était très impatient de voir le résultat.
Et depuis vendredi le voici, offert au public et à la hauteur de tout ce qu’on en avait entendu parler. C’est… grandiose !

2

Le jardin Alexandre 1er qui était longtemps quelque peu à l’abandon, a retrouvé plus que son lustre d’Antan, agrandi, métamorphosé, presque difficilement reconnaissable pour un Toulonnais comme moi qui ai vécu toute mon enfance et qui y ai joué des après-midi entiers.
L’hôpital Chalucet a retrouvé son lustre d’Antan et, offre une entrée somptueuse à ce complexe culturel unique en son genre. Un espace de lumière, celle-ci y entrant de partout, une luminosité formidable et un agencement incroyable. Bravo à Mme Corinne Vezzoni !
Et bravo à M le Maire, Hubert Falco,  qui ajoute à sa ville un magnifique fleuron avec ce lieu dédié à la culture, au partage, à la connaissance. Après l’Hôtel des Arts et le Liberté, Toulon peut s’enorgueillir de ce complexe qui va accueillir la jeunesse estudiantine mais aussi toutes les personnes, toutes générations confondues, pour qui le savoir est de première importance.

6

Remarquablement situé en plein centre-ville de Toulon sur un terrain de 3,5 hectares, entre le mont Faron et la Rade, le nouveau quartier de la créativité et de la connaissance a été bâti sur l’ancien site de l’hôpital Chalucet.
Plus de six ans de conception, dont deux ans de travaux, ont été nécessaires pour mener à bien ce chantier exceptionnel, véritable opération de rénovation urbaine pensée par l’architecte Corinne Vezzoni et Associés, qui réalise ici la construction simultanée de différents ouvrages (campus urbain, centre culturel et patrimonial, résidences d’entreprises créatives et quartier de vie), ainsi que la réhabilitation du Jardin Alexandre 1er.

4 3 5

Ce nouvel îlot affiche une exigence de qualité urbaine qui se traduit par des espaces publics ouverts et conviviaux propices à la rencontre entre les populations et les générations.
Le Jardin Alexandre 1er agrandi de 5000m² et recomposé.
La grande médiathèque de 5000m et 70.000 ouvrages, avec sa chapelle historique transformée en espace d’exposition.
La Maison de la Créativité accueillant l’école de commerce Kedge Business School, l’école internationale d’architecture Camondo Méditerranée ainsi que des espaces partagés destinés aux étudiants

7 10
8 9

Quelques chiffres
Superficie de 3,5 hectares, plus grand projet d’Europe en cœur de ville.
Coût total : 120 millions d’€.
4 maîtres d’ouvrages (Conseil départemental du Var, ville de Toulon, CCIV et TPM).
Le jardin agrandi sur 20.000m² avec plus de 350 arbres, 15.000 plantes et arbustes et de nombreux bassins.
Une médiathèque de 5000m² et 70_000 ouvrages.
1200 étudiants attendus à terme.

JB
Photos Monique Scaletta



Toulon – EcoQuartier Chalucet
Naissance du quartier
de la créativité et de la connaissance

2

Il aura fallu sept ans pour que sorte de l’ancien hôpital de la Charité, un nouveau quartier en cœur de ville : l’EcoQuartier Chalucet.
Datant de 1678, avec, dans son prolongement, le jardin botanique qui lui, date de 1852 cet hôpital désaffecté depuis des décennies est devenu ce centre culturel de connaissance et de créativité qui s’ouvrira le vendredi 17 janvier et comprendra une médiathèque, l’école des Beaux-Arts qui déménagera à la prochaine rentrée scolaire, une Maison de la Créativité, un somptueux immeuble de logements avec vue sur la mer et sur le Faron, le Conseil Départemental du Var (Site Lazare Carnot et site Vincent Allègre), la Kedge Business School (école de management), des espaces partagés, le Cnam (Conservatoire des arts et Métiers) et le jardin Alexandre 1er, plus communément nomme le jardin de la ville, revu et corrigé, jardin botanique qui qui possède entre autre un cyprès planté en 1797.
Réunion ce jeudi  à l’Hôtel Métropole où tous les acteurs de ce complexe culturel qui a nécessité des travaux pharaoniques (pas moins de cinq chantiers donc une coordination complexe, beaucoup de contraintes) étaient réunis pour en parler… Enfin, surtout pour entendre en parler par le maire de Toulon, Hubert Falco, qui est intarissable sur ce nouvel édifice culturel qui voit enfin le jour dans sa ville.

4

«C’était un défi d’envergure – nous dit-il – mais un défi collectif car les collaborations et les aides ont été nombreuses, du département à la région, de la municipalité à l’Etat, de tous les métiers qui ont reconstruit ce lieu qui fut un lieu de souffrance et de soins. Entre autre l’architecte Corinne Vezzani, femme de la mer et du soleil, femme de cœur, qui a su garder le patrimoine et l’histoire de ce lieu avec la modernité d’aujourd’hui.
Je lui avais simplement demandé : «Dessinez-moi Chalucet», ce qu’elle a fait avec talent, laissant entrer partout la lumière. Elle nous en parlera le 18 janvier à 17 heures lors d’une rencontre avec le public. Ce projet a coûté 120 millions d’Euros et sera ouvert à tous dès le 17 janvier, avec trois jours de portes ouvertes».

3

A noter, nous a précisé Rémi Kertinian, directeur des affaires culturelles, que la médiathèque, qui possède 70.000 ouvrages, sera ouverte  même le dimanche, avec de nombreuses animations pour toutes les tranches d’âges, dont la 4ème Nuit de la Lecture, manifestation nationale, qui se déroulera le 18 janvier, avec des lectures publiques, des tournois de jeux vidéo, des conférences, des rencontres, une bourse aux livres, des jeux de société.
Avec l’aide du Musée d’Art, sera proposée dans la chapelle une exposition des grands peintres de la Provence de 1800 à 1950, qui ont porté haut les couleurs de notre région, et on fait la renommée de notre ville.
Une précision : cet espace est totalement sécurisé.

1

A noter encore que durant les trois jours portes ouvertes, un petit train gratuit vous emmènera sur les lieux,  d’est en ouest jusqu’à destination.
L’ EcoQuartier a obtenu le label national et, après le Théâtre Liberté, l’Hôtel des Arts, le Musée d’Art rénové, ajoute un magnifique fleuron culturel à la ville de Toulon.

Jacques Brachet



Six-Fours : Jean-François MUTZIG et Frédéric MASSE
invités du Club Phot’Azur

3

Jean-François Mutzig est journaliste et photographe. Après avoir suivi une école de photos à Lille et avoir été laborantin, il choisit de venir s’installer en Provence où il travaillera pour Nice Matin et pour le Dauphiné. Passionné d’animaux et de leurs relations avec l’humain, il consacrera quinze ans de sa vie aux éléphants d’Asie, pays qu’il parcourra avec son complice Frédéric Masse, responsable logistique, qui partage cette passion et avec lequel il créera l’association «Les clichés de l’aventure»
Tous deux étaient invités par le président de l’association «Phot’Azur», Henry Chich et son épouse Francine, présidente de l’Union Régionale PACA de la Fédération Française de Photographie.
Ils nous présentèrent des photos de ces animaux dont ils sont littéralement tombés amoureux. «Des photos – précise Jean-François – que je ne considère pas comme des photos d’art car je reste journaliste et ce sont des reportages en noir blanc. Le noir est blanc fait partie de ma formation et lorsque je prends une photo, je la vois en noir et blanc»

 2013 7
6 8

Hormis cette précision, il a été effectivement plus question d’éléphants que de photos mais celles-ci, parlantes et superbes, nous ont montré comment sont traités les éléphants d’Asie qui sont domestiqués depuis quelque 5000 ans et ont des relations différentes et chaotiques avec l’Homme. Il peut y avoir de très belles relations avec l’homme mais nombre d’entre eux, dans la jungle de Birmanie en particulier sont souvent exploités, maltraités, par des cornacs violents. Heureusement que sur les huit pays différents qu’ils ont traversés, nos deux aventuriers ont rencontré de belles relations avec cet animal.
Par contre, ils ont de moins en moins le temps de se reproduire dans la mesure où ils travaillent trop. Il y en a donc de moins en moins, d’autant que la surpopulation fait qu’il y a de moins en moins de forêts, ce qui nuit à ceux qui sont encore à l’état sauvages. D’autant que ceux-ci, dans certaines régions, sont pourchassés, non pour leurs défenses car l’éléphant d’Asie n’en a peu ou prou mais pour des vertus médicinales qu’utilisent les Chinois en particulier, avec leur peau. Leurs viscères…
Suite à ce reportages, nos deux compères nous ont offert un reportage très différent, «Des chevaux et des hommes» sur des poneys de Galice en voie de disparition, qui vivent à l’état sauvage mais qui, une fois par an, sont rassemblés pour tondre leur crin et leur donner des vermifuges afin qu’ils restent en bonne santé. C’est une grande fête traditionnelle, à laquelle participent toutes les familles, du plus jeune au plus vieux dans une atmosphère énergique et assez violente, au risque d’accidents pour l’homme car l’animal est assez rétif.

1

Un petit bémol : que ces photos ne soient pas commentées à la projection car ce n’est pas un diaporama d’art où tout commentaire est inutile, c’est avant tout un reportage et l’on devra attendre les explications après le reportage photo.
Enfin, troisième reportage, «Pêcheurs d’Asie» qui montre deux façons d’appréhender la pêche au Cambodge et au Sri Lanka en particulier : celle qui est un moyen de subsistance de nombreuses familles et celle, industrielle qui rafle des tonnes de poissons pour en faire de la farine animale en partance pour le Brésil.
Si faire des photos avec les premiers fut facile, avec les seconds, ils furent souvent interdits de photographier et approchés pour qu’ils effacent leurs photos. C’est en rusant qu’ils purent ramener ce reportage.
Aujourd’hui si Jean-François et Frédéric restent fidèles à leurs éléphants, ils sont toujours par monts et par vaux pour de nouveaux reportages dont la thématique reste inchangée : les rapports entre les animaux et l’Humain et ils ne sont pas en manque de sujets !
A noter que Jean-François s’est vu décerner en 2015, la médaille de Chevalier des Arts et Lettres par Fleur Pèlerin alors ministre de la Culture pour son reportage sur «Les éléphants et les hommes». Par ailleurs, de nombreux prix ont été décernés à nos deux amis pour divers reportages et photos. Ils organisent des stages et ont écrit plusieurs livres sur leurs voyages à travers le monde.

Jacques Brachet

Six-Fours… Un Noël Magique !

1

«Vous avez vu ? Nous avons fait un effort colossal pour les décorations de Noël !»
C’est la première phrase que nous lance Jean-Sébastien Vialatte, maire de Six-Fours, lors de la rencontre presse. Et il rajoute : «Bien entendu, si la ville est partie prenante, c’est aussi grâce aux associations des commerçants qui se remuent pour que la ville vive et nous offre un beau Noël»
Ces trois associations sont celles du centre-ville «Hello Six-Fours», celle des commerçants du Brusc et celle des artisans et commerçants des Lônes.
Dominique Ducasse, adjointe aux Affaires Culturelles de la ville, précise, après les avoir remerciés, que ces associations œuvrent avec tous les services de la mairie : services technique, culture, communication…

2 3 4

Cette année, nous pouvons déjà admirer des crèches tout azimut, de l’Hôtel de Ville à la Maison du Cygne en passant par l’Agence Postale du Brusc et la Collégiale St Pierre. A l’hôtel de Ville on peut découvrir les santons d’Isabelle et Georges Delmas, à la Maison du Cygne ce sont les santons Fouque qui, lorsque la crèche sera démontée, viendront prendre place définitivement à la Villa Simone. A la Collégiale St Pierre, la crèche est réalisée par l’association Lou Raioulet.
Pléthore de manifestations donc, aux quatre coins de la commune et toutes ces manifestations, vous les retrouverez sur le site de la ville.
Notons quelques points d’orgue comme, le 7 décembre à partir de 11hn le prix des lecteurs les plus assidus adultes et enfants sera remis à la BDthèque.
Le manège installé place des poilus jusqu’au 7 janvier, va battre son plein dès ce week-end et il est à noter que 3000 tickets ont été offerts aux écoles à raison de quatre tickets par enfant. A ses côtés, se tiendra la Maison du Père Noël auquel les enfants pourront venir apporter leur courrier.

5 6

Le mercredi 11 décembre, espace culturel André Malraux à 15h sera proposé un spectacle de Noël « Le Royaume enchanté » offert à tous les enfants.
Autour du Père Noël avec lequel vous pourrez vous faire prendre en photo , les 21, 23 et 24 décembre, les Lônes vont devenir un quartier pirate où tous les commerçants porteront des tenues adéquates, où seront proposées des promenades en calèche.
Ce mercredi au centre-villei, à l’occasion de la Ste Barbe, nous ferons connaissance avec la nouvelle mascotte SixF’Ours qui vous accueillera avec un chocolat chaud, des jeux de société et des animations diverses.
Le 7 décembre au matin, le marché du centre-ville proposera une castagnade. Et à 18h, la parade de la Saint Nicolas avec distribution de bonbons.
Le 14 décembre à 18h : parade son et lumière « Les anges de la glace ».
Grosses journées les 21 et 22 décembre, avec, de 10h à 12h, déambulation de mascottes. A 10h30, un spectacle folklore ou zumba, à 11h, parade « Luna Rossa ». De 14h à 18h, balade en poneys. Une géode proposera des films, à 16h, place Décugis : spectacle de marionnettes. 17h30, rue de la République : parade Magic Winter. Avec Mickey et Minnie.
Le 14 décembre à l’Espace Malraux, de 9h30 à 19h, un marché de Noël regroupera des artisans d’art, de bouche, une séance photo avec le Père Noël, une tombola et nombre d’animations.
Un carnet de réductions, cadeaux et bons d’achats sera offert durant tout le mois de décembre par une trentaine de commerçants du centre-ville.

7 8

L’élevage de lamas de Six-Fours est aujourd’hui bien connu et apprécié aussi bien des adultes que des enfants. Ils  feront leur entrée le 23 décembre, accompagnés de lutins.
Au Brusc, les 14 et 15 décembre des tas d’animations recevront petits et grands : manège, sculpture de ballons, origami et, de 14h à 18h, une ferme d’autrefois présentera une trentaine d’animaux et les métiers de la ferme. Des ateliers créatifs, festifs et gourmands complèteront cette journée autour de nombreux artistes et artisans locaux qui vous proposeront leurs produits. Des tee-shirts de la ville seront en vente.
Le 22 décembre, castagnade au marché des Lônes avec, à 10h, déambulation de mascottes. A 10h30, concert d’Andréa Caparros. De 14h à 18h, parade « Twirling de Noël » accompagnés des commerçants déguisés; balade en poneys. 15h, concert du conservatoire de musique et 16h, concert d’Andréa Caparros. 17h, déambulation de mascottes.
A 17h30, spectacle de magie, suivi de l’apparition du Père Noël qui arrivera de la mer et sera entouré de la flottille de Lou Capian. Il sera accueilli par la Reine des Neiges et de son ami Olaf et  à 18h, esplanade de la Libération, sera offert un « Conte pyrotechnique et musical ».
Apothéose le 25 décembre où à 18h sera tiré un feu d’artifice à partir de la Batterie du Cap Nègre.

9

A noter que, du 20 décembre au 5 janvier, tous les parkings aériens resteront gratuits.
Enfin, un coup des chapeau à tous les commerçants qui jouent le jeu et aux nombreux bénévoles qui encadreront toutes ces manifestations… et les autres, nombreuses, que vous retrouverez sur le site de la ville.

Jacques Brachet

Toulon – Le Telegraphe : Joyeux anniversaire !

16

Il y a un an, le 24 novembre 2018, naissait dans l’ancienne poste de Toulon, 2, rue Hyppolite Duprat, le Telegraphe, lieu de culture unique, original, à la fois beau et convivial, devenu en, une seule année un lieu incontournable de la vie culturelle toulonnaise. Un lieu de découvertes, de rencontres, où tous les arts, toutes les expressions sont représentés, du théâtre à la danse en passant par les musiques, les arts plastiques, le cabaret, le cinéma, la science…
L’on peut y découvrir des spectacles en tous genres, des expositions, y pratiquer des ateliers de création et aujourd’hui un atelier de lithographie, «Empreinte» animé par Mario Ferreri, l’un des derniers lithographes en France.

2 3

5   4

Pour fêter cet événement, son directeur, François Veillon, fils de la célèbre nutritionniste Marion Kaplan, tous deux instigateurs de ce magnifique projet, nous offrait un grand brunch tout droit issu de chez « Maman», traiteur et restaurant sis  2bis, rue Baudin, qui nous a offert entre autres mets délicieux, sa spécialité, le burger mouillé cuit à la vapeur, garni de sauce bolognaise… Une tuerie !
C’est dans le bar-restaurant du rez-de-chaussée, qu’a donc débuté cette journée anniversaire, alors que les hamburgers cuisaient dans le «Vitaliseur» inventé par Marion Kaplan, tenu par Florent Lamiaux qui, avec son éternel sourire, sa gentillesse et son humour, a pris un bain de vapeur tout en discutant avec tout le monde.

6 7
9 8

Suite à ce brunch apprécié de tous, nous avions rendez-vous au premier étage dans l’atelier Empreinte, où, dans son coin, très concentré, Mathurin Louis préparait le dessin de l’affiche anniversaire qu’allaient réaliser Mario Ferreri et Joël Ramos, sous l’œil attentif d’un public silencieux et curieux. Affiche qui sera tirée et vendue à 30 exemplaires seulement, véritable travail d’art ancestral.
Et puis la musique et la danse prirent la relève avec le groupe marseillais Rara Woulib qui, pour la circonstance, avait invité quarante choristes gospel à se joindre à lui. Ambiance on peut plus festive et joyeuse.

11 10
12 13

Durant cette journée, deux femmes d’exception, étaient présentes : Marion Kaplan et Rona Hartner.
Marion Kaplan est donc, comme je vous l’ai dit, nutritionniste connue et reconnue, qui nous a offert de nombreux livres sur l’alimentation, la micro nutrition, la psychologie.
Dès 15 ans, elle s’intéresse au «bien manger» en découvrant… le jeûne ! Depuis, elle a collaboré avec les plus grands professeurs : Henri Joyeux, André Cocard, Catherine Kousmine, Alain Bondil, Albert-Claude Quemoun, Vincent Castronovo… Elle anime des séminaires et est aussi l’inventeur de ce Vitaliseur qui conserve toutes les spécificités, les vitamines, les qualités nutritives des aliments… Et c’est délicieux !

14 15

Rona Hartner est une artiste multi-casquettes : chanteuse, danseuse, comédienne, qui a un parcours original et incroyable.
Née à Bucarest, franco-roumaine d’origine allemande – ce qui n’est déjà pas banal ! – parlant cinq langues, sa carrière est parsemée de récompenses. La liste des gens avec qui elle a collaboré est impressionnante : David Lynch, Tony Gatlif, Charles Berling, Romain Duris, Denis Granier-Deferre, James Ivory, Xavier Deluc, Brigitte Roüan, Jean-François Séevenin… et j’en passe !
Elle joue de la guitare, du piano, du sax, danse et chante. Elle a entre autres sorti un album en hommage à Boris Vian, chante du jazz, du tzigane, du gospel…
Incroyablement, elle est venue s’installer à Toulon où elle s’est mariée l’an dernier… au Télégraphe dont elle est la marraine !
Un gros grain de folie, une grosse pincée d’humour et de joie de vivre… elle mérite le détour !
Nous reviendrons sur ces deux femmes exceptionnelles.
Ce fut une belle journée de convivialité, de joie, de bonne humeur et l’on souhaite un joyeux anniversaire et une longue route à ce lieu magnifique, chaleureux et multi-culturel.
On en avait bien besoin !

Jacques Brachet

Sanary… un Noël comme nulle part ailleurs !

1

Cette année encore, Sanary invite les petits et les grands à vivre des moments inoubliables pour les fêtes de fin d’année. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, venez vivre aux rythmes des parades lumineuses, feux d’artifice, embrasements, concerts d’orgue, spectacles de magie, déambulations d’échassiers lumineux, crèches grandeur nature et provençales, chasse au trésor… Sans oublier l’arrivée très attendue du Père Noël en bateau !
Après avoir déposé leur lettre dans la Boîte aux Lettres géante du Père Noël, les enfants pourront laisser libre cours à leur imagination lors des ateliers créatifs, rire aux éclats devant les spectacles de marionnettes, ou bien s’émerveiller en découvrant les Univers de Noël et les bulles à thèmes dans le centre-ville. Une envie gourmande ? Venez déguster les savoureux produits du terroir du marché gourmand et découvrez le marché des créateurs. La patinoire vous attend pour glisser tout en admirant les pointus illuminés… Pour clôturer les festivités en beauté, l’incontournable caravane des Rois Mages apportera une dernière touche de magie le samedi 5 janvier, au cœur de la Ville.
Fêter Noël à Sanary, c’est vivre intensément des moments de joie, de partage et de sérénité… Enfin, mon objectif est de créer toutes les conditions pour, qu’en famille, vous puissiez vivre de vrais moments de rêves et de partage.

Joyeux Noël à tous !
Ferdinand Bernhard, Maire de Sanary-sur-Mer, Président de la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume, Conseiller Départemental du Var

2

Programme
Samedi 23 novembre 2019
Foire aux jouets de Noël – Allée d’Estienne d’Orves, de 9h à 17h. En partenariat avec l’UNICEF (En cas d’intempéries, consultez le site www.sanarysurmer.com pour rester informés).
Projection du dessin-animé Auditorium Ernest Blanc, 10h : «Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur»
Flashmob par les élèves du groupe de danse Funky Dinamix Kiosque à musique, 15h
Participation ouverte à tous – Chorégraphie sur le site de la Ville et les réseaux sociaux
Mardi 26 novembre 2019 au samedi 4 janvier 2020
Exposition photos. Retour en images sur les animations de Noël 2018 (Club Photographier Autrement), Médiathèque Jacques Duhamel
Mercredi 27 novembre 2019
Ateliers créatifs de Noël. Création d’un calendrier de l’avent, pour adultes et enfants Médiathèque Jacques Duhamel, 15h. Sur réservation : 04 94 32 97 80
Vendredi 29 novembre 2019
Inauguration des illuminations de la place Arnaud Beltrame,16h30
Samedi 30 novembre 2019
Messe de l’Avent Église Saint-Nazaire, 17h
Ouverture Officielle, illuminations de la Ville, Gospel de Noël, Parvis de l’église Saint-Nazaire, 18h30 – Mise en lumière de la bougie de l’Avent Église Saint-Nazaire, à l’issue du discours – Feu d’artifice Port de Sanary-sur-Mer, 19h – Forêt de sapins et bulles des automates
Quai Esménard et Place Cavet
Mercredi 4 décembre 2019
Spectacle enfants «Enfant de neige» Médiathèque Jacques Duhamel, 16h30 – Sur réservation : 04 94 32 97 80
Vendredi 6 décembre 2019
Concert de Noël – Musique au Temple, Ensemble Horae, Église Protestante Unie, 20h30
Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2019
Salon des créateurs – «Chœurs de créateurs» – Quai Esménard, 9h – 19h
Jeudi 12 décembre 2019
Inauguration des univers de Noël et de la ferme de Noël – Parvis de la mairie, rendez-vous à 17h30
Vendredi 20 décembre 2019
Parade lumineuse «Fiers à cheval», Port de Sanary-sur-Mer, 18h
Samedi 21 décembre 2019
Feu d’artifice Port de Sanary-sur-Mer, 19h
Dimanche 22 décembre 2019
Parade lumineuse «Les gondoles célestes» Port de Sanary-sur-Mer, 18h

4 3

Lundi 23 décembre 2019
Arrivée du Père Noël Port de Sanary-sur-Mer, 15h – Goûter des enfants Port de Sanary-sur-Mer, 15h30 – Concert Middle Jazz Orchestra – Parvis de l’Église, 17h Feu d’artifice Port de Sanary-sur-Mer, 19h
Mardi 24 décembre 2019
Veillées de Noël – Crèche vivante pastorale – Théâtre Galli, 17h – Messe anticipée – Théâtre Galli, 18h – Veillée de Noël – Église Protestante Unie, 18h – Veillée et Messe de Noël – Église Saint-Nazaire, à partir de 23h30
Mercredi 25 décembre 2019
Messes de Noël – Église Saint-Nazaire, 9h – Théâtre Galli et Église Protestante Unie, 10h30
Fermeture des univers de Noël mais ouverture de la ferme de Noël Place des Poilus, 14h – 19h
Vendredi 27 décembre 2019
Spectacle de marionnettes – Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Samedi 28 décembre 2019
Parade lumineuse «La magie de la lumière» Port de Sanary-sur-Mer, 18h
Dimanche 29 décembre 2019
Concert d’orgue – Grégoire Rolland, Organiste de la cathédrale d’Aix-en-Provence, Église Saint-Nazaire, 16h
Lundi 30 décembre 2019
Spectacle de marionnettes Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Mercredi 1er janvier 2020
Fermeture des univers de Noël mais ouverture de la ferme de Noël Place des Poilus, 14h – 19h
Jeudi 2 janvier 2020
Spectacle de marionnettes Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Vendredi 3 janvier 2020
Chasse aux trésors Départ du kiosque à musique, 14h30 – Spectacle de marionnettes Parvis du Théâtre Galli, 15h30
Samedi 4 janvier 2020
Les Rois Mages – Port de Sanary-sur-Mer, 15h

5

Animations quotidiennes «Chœurs de Lumière»
Samedi 21 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020
Ateliers créatifs et exposition interactive Église Saint-Nazaire, 14h – 18h
Samedi 14 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020
Marché gourmand et patinoire Parking de l’Esplanade – derrière l’Office de Tourisme,
Marché
Du 14 au 19 décembre 2019 : 16h – 22h es mercredis – samedis – dimanches : 11h – 22h
À partir du 20 décembre : 11h – 22h
Patinoire
Du 14 décembre 2019 au 4 janvier 2020 : 14h – 20h
Samedi 21 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020 Spectacle de magie au Théâtre Galli Petit Galli, 16h / 17h / 18h

 

Toulon : Le Télégraphe fête son premier anniversaire !

annivtelegraphe

LE TELEGRAPHE Fête son premier anniversaire
Dimanche 24 NOVEMBRE à partir de 12h30 sera en fête pour le premier anniversaire du Telegraphe !

Pour l’occasion un brunch sera soigneusement concocté : du salé, du sucré, à boire et à manger, pour célébrer la première année de notre foyer !
C’est entrée libre pour le reste de l’après-midi : dès 14h30, chacun pourra assister à l’impression d’une lithographie anniversaire par Mario Ferreri, une œuvre crée  par Mathurin Louis, en 30 exemplaires disponibles à la vente…
Le Telegraphe offrira aussi son écrin magique à la compagnie Rara Woulib, pour une carte blanche. La chorale de 50 chanteurs investira l’ensemble du lieu en fin d’après-midi… Un moment unique construit autour du projet SOUVNANS, entre création et cérémonie, un concert-fête entraînant le public sur le fil d’un voyage passant par Port-au-Prince en Haïti, Santiago de Cuba et la Nouvelle-Orléans…

souvnans

Un répertoire né de la rencontre d’un quartet de musiciens traditionnels issu de la compagnie (chants sacrés afro-caribéens, percussions, conques, vaksins…) avec un quartet de jazz, accompagnés pour cette occasion par la chorale afro-caribéenne Afrimayé.
Direction musicale, chef de chœur : Alexandra Satger
Mise en scène : Julien Marchaisseau
Musiciens : Alexandra Satger, Wilda Philippe, Olivier Boyer, Matthieu Maigre, Pierre Mougne, Djamel Taouacht, Sylvian Terminiello, Wim Welker

Sanary – La Farandole
Quand la culture et l’amitié franco-russe
ne sont pas de vains mots

1
Oleysia Sudzhan & Georges Klimoff

C’est devenu aujourd’hui un rendez-vous incontournable que nous devons à Olesya Sudzhan, directrice de la galerie Kvartiras à Moscou, qui nous propose, deux fois dans l’année dans ce magnifique hôtel de bord de mer qu’est la Farandole, de découvrir des peintres russes, parrainés par un plasticien français de notre région.
Le principe est fort sympathique puisque les artistes russes viennent en résidence à Sanary pour découvrir la région et s’en inspirer pour nous offrir, quelques semaines plus tard, une exposition d’œuvres que lui ont inspirés nos paysages, sur un thème donné.
Vaste thème que celui de cet automne : les femmes !

8 6 7
Oleysia avec Elyane Thibaux, Pierre Chazal et la pianiste Victoria Appelia

Des femmes donc, vues par un homme : Denis Petrulencov et une femme : Natalia Onufrieva.
Et un couple français, plus précisément six-fournais et créateur de ces petits bonhommes qui ont inspiré Luc Besson : les Minikeums : Céline et Patrice Garcia.
Tous les quatre étaient donc réunis ce samedi 2 novembre à la Farandole, entourés d’Oleysia, de son équipe, de Georges Klimoff notre «russo-seynois» qui est le pont amical entre la France et la Russie, entre Sanary et Moscou et qui, avec son épouse, Marie, les soutient depuis quelques années.
L’on pouvait aussi rencontrer Elyane Thibaux, déléguée à la Médiathèque Jacques Duhamel et Pierre Chazal, adjoint à la Culture de Sanary.
Arts, mêlés, cultures mêlées, langues mêlées, ce fut comme à l’accoutumée une chaleureuse soirée franco-russe.

2 3
5 4
Denis Petrulenkov, Natalia Onufrieva, Patrice & Céline Garcia

Les Français découvraient donc deux beaux artistes venus de la lointaine Russie. Deux artistes dont le style était surprenant, Denis Petrulenkov nous offrant des aquarelles, ce qui est déjà rare pour un homme. Aquarelles qu’il dût peindre pour la plupart de son appartement car une chute dans les escaliers et une jambe cassée l’empêchant d’aller découvrir la ville et ses environs. Ce fut donc de sa fenêtre que lui vint l’inspiration. Natalia Onufrieva quant à elle, nous offrit des œuvres ensoleillées, pleines de couleurs et de joie mêlées. Quant à nos deux amis six-fournais, loin de leurs personnages de BD, ils nous firent découvrir des œuvres belles et inattendues, Patrice Garcia nous offrant des femmes éthérées, oniriques et Céline Garcia des collages inventifs et originaux.
La soirée ne faisait que commencer lorsqu’est arrivé un couple jeune et beau : le russe Guillaume Blanc de Lanaute et la russe Yana Ussenko qui nous offrirent des danses de salons aussi maîtrisées qu’élégantes, dignes de «Danse avec les stars». De la valse au jive, ils conquirent un public émerveillé de tant de talent et de grâce.

9 10 11

Et puis, alors que le cocktail battait son plein, c’est Victoria Appelia qui nous offrit un bel instant musical. Romancière, historienne et musicienne d’origine russe, elle anime une école de musique à Brignoles. Joli moment pianistique qui rythmait cette soirée où chacun découvrait l’autre, en russe, en français, en anglais, l’art n’ayant pas de frontières et Oleysia nous le prouvant avec cette chaleureuse soirée sous le signe des arts…
C’est ce qu’on appelle l’entente cordiale artistique et culturelle, entre deux pays, deux cultures si éloignés l’un de l’autre par la distance mais ayant tant de choses en commun.
Si tous les pays du monde pouvaient ainsi se donner la main…

Jacques Brachet

Six-Fours… Une journée d’enfer !

1

Adams’s family is alive and well and living in Six-Fours… Qui l’eut cru ?
Pas nous en tout cas, tant que nous n’avons pas entr’ouvert un portail, pas loin de chez nous, où nous ont accueillis des monstres en tous genres, plus effrayants les uns que les autres, navigant entre une araignée géante, des ossements humains, un squelette de chat, une bouilloire où batifolaient quelques pieds et mains tous frais coupés, sans parler d’un corbeau au regard pas très accueillant veillant des tombes d’où dépassaient des restes humains.

2 3 4

Mais nous n’étions pas au bout de nos surprises car dans l’antre de nos chers voisins nous attendaient quelques friandises sanguinolentes, des yeux bien globuleux flottant dans un jus qui n’avait pas trop l’air d’un jus de fraises, quant aux chamallows, difficile d’en récupérer un, une tête de mort aux yeux vermillon nous fonçant sur nos mains. Un gâteau nappé de toiles d’araignées complétait ce tableau et croyez-moi, nous n’avons pas demandé la permission de nous échapper très vite avant que l’un d’eux plante ses canines dans notre cou !!!
En fait, les monstres existent vraiment… nous les avons rencontrés !

5 6
7 8

Jacques Brachet

Nice, du jeudi 21 au samedi 23 novembre
« Les maltraitances, moi j’en parle ! »

3 journées de sensibilisation contre les maltraitances faites aux enfants

2

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant qui a lieu le 20 novembre 2019, Nathalie Cougny, auteur du livre « Dis, pourquoi tu m’fais du mal ? Mettons fin aux maltraitances faites aux enfants » (Éditions Sudarènes), et Valérie Saboureau, formatrice à la Croix Rouge, invitées par la mairie de Nice, interviendront devant une assemblée de plus de 200 enfants, pour les sensibiliser aux maltraitances.
Violences physique, psychologique, sexuelle, négligence, les maltraitances sur mineurs sont multiples et fréquentes. Les chiffres en sont la preuve : en France en 2017, 1 enfant sur 4 a subi des violences physiques et 1 sur 3 des violences psychologiques, plus de 150 000 mineurs sont victimes de viol ou tentative de viol (1 toutes les heures) (source : l’Observatoire des Violences).
Bien souvent commises au sein de l’environnement familial ou bien dans des lieux accueillant des enfants, ces maltraitances sont un réel problème de santé publique, et sont la cause de nombreux troubles somatiques, psychologiques, cognitifs et d’insertion sociale qui peuvent se répercuter toute la vie durant.
Peur, ignorance, déni… Nathalie Cougny et Valérie Saboureau ont ainsi pour objectif de briser le tabou et faire germer une graine de bienveillance. Engagées dans la défense des victimes, les deux femmes souhaitent sensibiliser et guider les enfants vers une prise de conscience réelle, en intervenant auprès d’élèves de primaire et collège sur ce fléau, dont les victimes sont bien trop nombreuses et souvent ignorées. D’ailleurs, elles ont mis en place un programme d’intervention spécifique innovant de prévention pour les écoles : « Les maltraitances, moi j’en parle ! ».
De ce fait, durant 3 jours – du jeudi 21 au samedi 23 novembre 2019 – plusieurs interventions et conférences seront organisées au sein des bibliothèques Raoul Mille et Louis Nucera à Nice. Lors de ces 3 journées de sensibilisation et de prévention, l’objectif est de permettre aux enfants de comprendre, reconnaître, anticiper et surtout se protéger des situations à risque, tout en favorisant l’échange et la parole pour briser le secret, dans un environnement protecteur et bienveillant.
Les thèmes abordés seront notamment :
Les différentes formes de maltraitance  – Les conséquences des agressions sexuelles sur les enfants  – Les violences éducatives ordinaires  – Comment repérer un enfant maltraité ?  – Qu’est-ce que le consentement ?  – A qui en parler ?

3 4

«Il me semble primordial d’aller au coeur des préoccupations et d’impliquer les enfants sur ce sujet qui les touche directement et principalement. Nous devons donc aller à leur rencontre pour initier à la prévention et à la sensibilisation. Notre but est de libérer la parole sur ce sujet trop souvent ignoré et toujours tabou. Malgré ce que nous pouvons penser, la parole n’est pas toujours accordée aux enfants, et l’éducation du parent tout-puissant est encore prédominante. Toutefois, les enfants comprennent beaucoup de choses et il est plus qu’essentiel de les sensibiliser, les informer en leur donnant les outils pour repérer les signes de maltraitance et pouvoir en parler. Grâce à ces interventions, nous essayons de faire comprendre aux enfants qu’être un héros, c’est avant tout faire un acte de bienveillance et, aussi, refuser toute violence, qu’ils en soient victime ou témoin, en ce qui concerne le harcèlement scolaire notamment. L’enfant est désemparé et vulnérable face à la violence, il est donc au cœur du sujet, c’est notre axe majeur» nous confie Nathalie Cougny
«La violence subie durant l’enfance impacte grandement l’adulte en devenir. C’est pourquoi nous devons agir le plus tôt possible, car les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain. En nous adressant aux enfants nous posons une graine de non-violence et de bienveillance. Nous essayons de les mettre en garde sur les différentes violences, de les aider à les identifier. Les enfants sont perméables, observateurs et à l’écoute. Il y a beaucoup d’actions à entreprendre pour éviter ces violences, et les enfants sont beaucoup plus prêts à entendre et agir que ce que l’on a tendance à penser» ajoute Valérie Saboureau.

1

Jeudi 21 novembre à la bibliothèque Raoul Mille
14h30-16h : intervention devant les classes, projection du clip de prévention « C’est mon corps, c’est ma vie ! », échange avec les enfants.
19h – 22h : film « Les chatouilles » et conférence/débat.
Vendredi 22 novembre à la bibliothèque Raoul Mille
9h-10h30 / 10h30-12h et 14h00-15h30 /15h30-17h : intervention devant les classes, projection du clip de prévention « C’est mon corps, c’est ma vie ! », échange avec les enfants.
Samedi 23 novembre à la bibliothèque Louis Nucera
15h-17h : conférence/débat, projection du clip « C’est mon corps, c’est ma vie ! ».