Archives pour la catégorie Evénements

Sanary -Venez danser avec le Rotary Club SBO !

Flyer Baleti

Vendredi 7 juillet 2017
4ème Baletti au kiosque du Port de Sanary sur mer A partir de 19 h00

Comme chaque début d’été depuis 4 ans le Rotary Club SBO organise un baletti sur le port de Sanary.
Sous les grands platanes des allées d’Estienne d’Orves, vous pourrez regarder le soleil se coucher, déguster une soupe au pistou et siroter un verre de rosé frais !
Un orchestre sera là pour danser sous les étoiles.
Quel plus sympathique moment pour commencer l’été en musique !
Le Rotary Club SBO vous invite, pour 10€ à danser et passer un très bon moment avec au menu une soupe au pistou « maison » accompagnée de rosé et de navettes provençales.
Cette soirée, en collaboration avec ma mairie de Sanary, est organisée au profit du village de Sinamatella (Zimbabwe) et des œuvres du Rotary Club Sanary, Bandol, Ollioules.
Pendant la soirée, une tombola aura lieu, où vous pourrez gagner un tableau du port de Sanary, peint par Yvette Berenger, peintre provençal qui a vécu à Sanary et fut la seule élève de Maître Edmond Astruc de l’Académie de Marseille. C’est un don de la fille de l’artiste.

ESCAPADES AU CLAIR DE LUNE DANS LES VIGNES

À VOS AGENDAS
PROFITEZ DES DOUCES SOIRÉES D’ÉTÉ

Xperrin4 - Copie

LES INSTANTS VINS (26) – Juin – Juillet – Aooût 2017
Le spot : dans le vignoble de Grignan-les-Adhémar, à quelques kilomètres de Montélimar.
Le concept : pique-nique chic, repas dans les chais, dîner sous les étoiles mais aussi ateliers culinaires, buffets maison et tapas de chef, tout l’été, les vignerons ont à coeur de valoriser le terroir généreux et gourmand de l’appellation.
Pourquoi on y va : des moments de plaisirs chics et partagés, sur fond de carte postale.
Infos et résa : www.grignan-adhemar-vin.fr

FÊTE DES VINS (84) – 13 & 14 juillet 2017
Le spot : dans le vieux village de Vacqueyras
Le concept : une dégustation itinérante des crus de Vacqueyras dans les ruelles du vieux village avec plus de 25 domaines présents. Deux jours de fêtes pour découvrir la diversité des vins de l’appellation et rencontrer les vignerons participants… Ne ratez pas l’incontournable repas champêtre du 14 juillet, servi sous les platanes avec les crus de Vacqueyras.
Pourquoi on y va : pour l’ambiance conviviale et le charme du vieux village…
Invité d’honneur : Francis Perrin
Infos et résa : www.fetesdesvins-vacqueyras.fr

1 4

ART & VIN (83) LES RENDEZ-VOUS DES VIGNERONS INDÉPENDANTS DU VAR
Du 1er jjuillet au 31 août 2017
Le spot : à travers les vignes du Var
Le concept : Un artiste, un vigneron et son domaine Côtes de Provence ou Coteaux Varois en Provence comme lieu d’échange et de création. Le temps d’une saison, les domaines se transforment en galeries d’art éphémères.
Pourquoi on y va : l’occasion de découvrir des sculptures et peintures originales dans un cadre bucolique, où les vignes jouent les muses et les oeuvres se taillent une place de choix pour intégrer parfaitement le vignoble.
Infos et résa : www.art-et-vin.net

WINE & TRANSAT (69) – 12, 19 & 26 juillet & Le 2 août 2017
Le spot : une péniche sur les quais du Rhône au soleil couchant
Le concept : l’appellation Crozes-Hermitage revient sur les berges du Rhône pour la 9e édition de « Wine & Transat by Crozes-Hermitage ». On se retrouve sur la péniche La Plateforme pour des apéros autour d’une carte des vins exclusive, des cours d’oenologie et ateliers de dégustation.
Pourquoi on y va : une ambiance musicale électro et une carte des vins & tapas qui change chaque semaine… Les transats, les amis et la douceur de vivre des soirs d’été.
Infos et résa : www.crozes-hermitage-vin.fr/wine-transat

3

 

Six-Fours – Auditorium du Collège Reynier
Elian BACHINI, le photographe du corps

H
Henry Chich, président de Phot’Azur, Francine Chich, présidente de l’Union Régionale de Photographir de la région PACA, Elian Bachini

Lorsque Elian Bachini a un jour débarqué à Châteauvallon, le Centre de la danse en était alors à ses balbutiements et cherchait un photographe pour y inscrire la mémoire du lieu.
Il était là avec son appareil photo… Alors, pourquoi pas lui ?
Il a aussitôt dit oui sans savoir que le chemin n’était pas si rectiligne que ça : réaliser des photos avec des lumières improbables autour de danseurs sans cesse en mouvement, sans les gêner avec le clic de l’appareil… Pas une mince affaire !
Mais à force de travail, de volonté et de talent il a fini par maîtriser au plus haut point l’art et la technique de fixer des images arrêtées sur des corps qui ne le sont pas.
Vingt ans après, il était connu et reconnu à tel point que nombre de compagnies ont fait de ses images leurs photos et affiches officielles. Photos qui ont fait le tour du monde.

B C

« La photo de danse – nous dit-il – est un travail particulier, un travail de patience où il faut savoir improviser, anticiper, s’adapter dans l’instant à la situation sans avoir eu le droit d’assister aux répétitions. On doit donc faire des photos d’un spectacle qu’on ne verra peut-être qu’une fois ».
Travail de longue haleine et de précision, donc qui, au bout de vingt ans, a commencé à peser sur l’artiste qu’est Elian, en ayant fait le tour de la question et voulant s’essayer à autre chose.
Ce fut le théâtre, le travail sur le portrait, sur le corps bien sûr qui reste son cheval de bataille mais qu’il va sublimer en le mêlant à la couleur, aux tissus, au dessin, à la peinture (il a démarré aux Beaux Arts) à la pierre, jusqu’à en faire de véritables sculptures.
Puis il s’est lancé dans le recherche sur de nouveaux supports comme la toile de jute, travaillant sur la minéralité du corps.

F G

La photo étant un art à part entière, il crée artisanalement dans la passion, la curiosité, transformant, recomposant, créant son propre monde, son propre univers, en constante recherche, faisant de lui un des photographes les plus doués de sa génération.
Invité du club Phot’Azur de Six-Fours, il nous a offert un florilège de ses oeuvres en perpétuelle progression, en constante évolution, les membres du club étant suspendus à ses explications, à son cheminement, à ses images qu’il sait si bien sublimer.
A tel point qu’au pot qui a suivi, tout le monde s’est agglutiné autour de lui pour découvrir ses albums, et poser encore mille questions.
Avec lui, la saison du club s’est terminée en beauté. D’ailleurs, il est déjà invité la saison prochaine, tant il a encore beaucoup de choses à nous faire découvrir !

Jacques Brachet

Six-Fours
Elian BACHINI, invité de Phot’Azur

La passion d’Elian Bachini a toujours été la photographie. Durant des années il a en quelque sorte été le photographe « officiel » de Châteauvallon où aucun chorégraphe, aucun danseur n’a pu lui échapper. Puis il s’est essayé, toujours avec bonheur, à d’autres thèmes, à d’autres supports.
Il sera l’incité de Phot’Azur, mercredi 7 juin à 20h à l’auditorium du collège Reynier.
Une rencontre sous le signe de l’art pur.

A

Élian Bachini, né en Toscane, fait des études de Lettres Italiennes à Aix-en-Provence, pratique le dessin, la peinture, avant de se consacrer à la photographie, sa passion. Attaché pendant plus de vingt ans à Châteauvallon, scène nationale de Toulon (1980-2001), aux Hivernales d’Avignon (1991-2017)et à d’autres lieux, il photographie la danse, le théâtre, la musique et les événements culturels. Ses images de spectacle partent avec les compagnies, sont publiées des États-Unis jusqu’au Japon, et font l’objet de plusieurs expositions.
Hors scène, il développe un travail sur le corps qui aboutit à plusieurs expositions très différentes : Picturales de danse et Silences écrits de danse, dont il fait lui-même les tirages grand format sur toile de jute sensibilisée artisanalement; Amours premières, dont les photographies, par le post-traitement, évoquent le dessin, la peinture, la sculpture.

B
Rosella Hightower

Certaines commandes le rapprochent des éléments de la nature. Il aborde la matière minérale dans l’exposition Pierre(S); l’eau dans Fantastiques fontaines de Brignoles; la mer, les poissons – et l’humour – dans Civilisation aquatique.
Aujourd’hui son travail artistique se poursuit dans les mondes du minéral et du vivant, qu’il unit dans Osmoses minérales.
Rapide portrait
«La réalité du quotidien ne m’a jamais suffi pour vivre. Dès mon enfance, je l’ai embellie par le dessin et la peinture, et depuis longtemps par la photographie».
Sa curiosité, son désir d’aborder autrement la réalité, le refus de s’enfermer dans un dogme, nous conduisent à ses travaux actuels sur le corps et la matière.
Sur le plan technique, le passage à la photographie numérique lui ouvre des horizons nouveaux. L’appareil numérique et les nouvelles possibilités du traitement de l’image sont des outils de création très performants qui lui permettent de dépasser la photographie pure.

Six-Fours – Maison du Cygne
Rendez-vous ensoleillé et artistique aux jardins

A
Dominique Ducasse, adjointe aux Affaires Culturelles, devant les coquelicots de Maria Siri

Quoi de plus judicieux et d’agréable que d’installer cet annuel « rendez-vous aux jardins » que dans ce lieu idyllique qu’est la Maison u Cygne où, entre jardin potager, jardin arborescent, pelouse, se dressent des sculptures, où musiciens, artisans, jardiniers, écrivains s’installent durant un wwek-end pendant qu’à l’ombre de la galerie une exposition réunissant trois plasticiens : Agnès Mader, Renaud Jobin, Patricia Vasseur qui ont exprimé leur idée de la nature… Voici donc des fleurs, des feuilles et des branches qui inventent des jardins extraordinaires, des fleurs luxuriantes, des arbres qui dressent leurs bras au ciel, un paysage qui se mire dans l’eau…

C B
Les arbres d’Agnès Mader et ceux des élèves de CP de l’école Dodero

Dehors, au soleil de juin, jouent des musiciens : les jeunes six-fournais du Conservatoire National à rayonnement régional ou encore Jazz Effet Mer.
Dans cette belle et bucolique sérénité, comment ne pas être Zen, surtout lorsque Claude Hervé vous enseigne la méditation, Anne Joignaux vous intie au Qi Gong, où Véronique Vauter vous fait pratiquer le yoga ?
Si vous êtes là c’est que vous aimez la nature… Alors apprenez à jardiner sans pesticide, à rempoter, à protéger les oiseaux, à découvrir l’apiculture. Ou tout simplement regardez pousser les haricots, les artichauts, les fèves ou les fleurs.

E D

Comme dans des tableaux impressionnistes, quelques peintres prennent le pinceau pour immortaliser le lieu. Ecoutez des extraits littéraires dits par les Amateurs Maladroits, l’association La Lettre sous le bruit où de renommés écrivains comme Jacques Séréna, Michel Costagutto, Gilbert Renouf, Colette Gibelin, Rémy Durand…
Quelques 15 sculpteurs ont disséminé leurs œuvres dans ce lieu magique, on peut même y apercevoir un champ de coquelicots plantés par la belle plasticienne italienne qu’est Maria Siri. Au premier étage de la villa, vous pouvez découvrir le très beau travail de deux classes de CP de l’école Dodéro… Des artistes en herbe prometteurs.
Bref, l’art et la nature sont en parfaite symbiose dans cette maison du savoir, qui prône de belles valeurs esthétiques et culturelles…
Et l’on s’y sent bien

F

Jacques Brachet

Le Chœur du Sud au Zénith-Oméga de Toulon
… Un feu d’artifice !

O

Le Zénith-Oméga est, en ce samedi 27 mai, une immense ruche on ne peut plus bourdonnante, riante et chantante. Rarement cette salle a vu autant de monde envahissant plateau, coulisses, loges…
Pas moins de 600 abeilles venues de tout le Var sont réunies autour de leur roi : Frank Castellano, créateur du Chœur du Var, le chœur le plus important du Var, de France… et même de l’univers, nous dit-il en riant !
Un autre roi de la soirée : Patrick Fiori.
La répétition bat son plein dans la joie, les rires, dirigée par un Frank toujours aussi passionné, à la fois directif, gentil, éternel sourire aux lèvres et une éternelle bienveillance.
Patrick, lui, reste fidèle à lui-même, simple, avenant, ayant un mot gentil pour tous et chacun, heureux et agréablement surpris de découvrir l’habillage que tous ces artistes non professionnels ont fait à ses chansons.

A E F
D C B

Les flashes crépitent autour de lui car pour cette répétition, il y a presque autant de monde dans la salle que sur scène, celle-ci étant envahie par les familles !
Ce soir il y aura 5.300 spectateurs pour découvrir le spectacle émaillé de jolies surprises.
On revoit l’ordre des chansons, les entrées et sorties de chacun et après les ultimes recommandations du chef, tous s’éparpillent comme une envolée de moineaux dans le Zénith pour boire un coup, manger un morceau, trinquer, rigoler et… chanter car même hors spectacle, ça chante dans tous les coins ! Chassez le naturel…
Les loges sont prises d’assaut. Patrick, lui, après un petit bonjour amical et une bise, s’est enfermé dans la sienne, au grand désespoir des choristes qui auraient bien aimé une dédicace ou un selfie… Mais vue le nombre, impossible !
Du coup, chacun fait son selfie devant sa porte où son nom est écrit… On se contente comme on peut !
Patrick n’accorde aucune photo, aucune interview hors scène car il est en stand by, est en train de préparer son nouvel album et veut se faire oublier en attendant. Sauf pour ces deux soirées du Chœur du Sud, ce soir au Zénith, le 24 juin aux arènes de Fréjus.
Dont acte.
Et le spectacle va démarrer.

G H
I J K
L
Trois heures de concert où vont arriver tous les choristes venus du Pradet, de Draguignan, de Six-Fours, chantant avec toute leur joie et leur passion, électrisés par un chef qui se donne à fond, chante avec eux, bouge, danse, tape des talons, monté sur ressorts, ses bras menant une danse infernale. Tournant le dos au public, un écran le montre de face et notre Frank est un spectacle à lui tout seul !
Il recevra des « guests » dont Claire, sa lumineuse épouse à la voix d’or, mais aussi l’incroyable Kristaa Williams avec qui il fera un trio avec Patrick, Adélaïde qui nous offrira une danse acrobatique avec les tissus, moment de pure poésie, Cindy Leblanc, Nicolas Giusti, Aurélie qui chantera entourée de Frank et Patrick.
Patrick bien sûr, qui chantera ses plus grands succès qui prennent avec cette chorale et sa voix puissante, des airs d’opéra, et, joli moment, lorsque les Kids viendront l’accompagner.
Un grand cœur descendu des cintres, des confettis par milliers, des effets de lumière somptueux… Bref, ce fut une soirée totalement magique, faite d’émotions très fortes, de voix magnifiques… Un travail gigantesque où Frank, trempé jusqu’aux os, perd 500 grammes par concert tant il se donne avec une énergie inépuisable.
Inutile de dire qu’on s’est… ré-ga-lé !

M

Jacques Brachet
Photos Christian Perrin – Jacques Brachet

Toulon
Le work shop de « La Petite Nacelle »…
Au delà de nos différences…

A

Ecole de Val Fleuri, dans de quartier de Siblas à Toulon.
On entre par une petite porte pour découvrir un petit groupe de gamins en train de chanter dans ce lieu où Cathy Hennemann a posé ses décors et ses costumes et répète ses pièces de théâtre avec la compagnie qu’elle a créée : la Nacelle.
Mais aujourd’hui, c’est Christine Maravella, chargée de mission à l’Inspection d’Académie, qui y est installée avec une équipe de Kids baptisée « La Petite Nacelle », qui y répètent un spectacle qui verra le jour le dimanche 11 juin à 19h au Café-Théâtre de la Porte d’Italie.
Dans cette belle entreprise, Christine a entraîné, évidemment Cathy Hennemann qui supervise les jeunes « théâtreux », Nicole Scudo qui les fait chanter, Erick Margourt qui les fait danser avec Sabine Laurence.
Tout ce petit monde est donc impliqué dans ce spectacle vivant où seront représentés tous les arts, même le cirque.
« Cette démarche – m’explique Christine – a plusieurs buts : initier ces jeunes à toutes ces formes de spectacles, mais aussi apprendre à travailler ensemble et en osmose dans la joie et le plaisir, avec ses différences, dans un esprit de solidarité car dans ce groupe, certains ont des handicaps plus ou moins visibles, dont la sclérose en plaques ».
Maladie dont souffre d’ailleurs Christine et qu’elle combat avec courage et optimisme, en aidant les autres, en s’investissant et en faisant découvrir à ces enfants, outre ces arts divers, l’entr’aide, l’empathie et cet autre art qu’est celui de vivre ensemble.
Depuis trois mois et demi, tous les samedis de 14h à 18h, l’équipe participe à la création de ce spectacle, chacun ayant un rôle à jouer et sachant que tous sont là pour aider la Ligue Française de la Sclérose en Plaques (SEP).

D B C

« Ce genre de projet – continue-t-elle – permet aussi à ces enfants de changer leur regard sur le handicap, leur apprendre à s’aider autour d’expériences ludiques et enrichissantes ».
D’ailleurs, lorsque je demande à ces gosses pourquoi ils sont là, les réponses sont toutes différentes et finissent par converger :
Matei, le seul garçon de la bande : « Je voulais vaincre mes peur, mes émotions, prendre confiance en moi et gérer mon stress ». Et le voici chantant et jouant de la guitare !
Mia : « J’ai toujours aimé chanter et j’ai trouvé l’idée de faire un spectacle, rigolote ». Et elle s’éclate.
Eléonore : « C’est Christine qui m’inspire. Avec elle je découvre plein de choses et grâce à elle j’ai envie de continuer… jusqu’à 20 ans ! »
Charlotte : « J’aime la musique, je suis des cours de violon au conservatoire et, en plus du violon, ici j’apprends à chanter et à danser ». Ce qu’elle fait sur une ballade irlandaise.
Lily-Rose : « Je suis venue accompagner Grâce, mon amie, qui est en fauteuil roulant, et j’ai voulu participer au spectacle »…
Le fauteuil fait d’ailleurs partie d’un sketch qui permet de dramatiser la situation et chacun s’éclate en jouant, chantant, dansant. A tel point que Matei nous avoue avoir préféré venir aux répétitions ce samedi plutôt que d’aller à l’anniversaire d’un copain !

E F G

Tous s’en sortent magnifiquement, passant des chansons de France Gall au « Barbier de Belleville » de Reggiani avec une pêche incroyable, un hommage aux enfants tués dans l’attentat de Manchester pour lesquels ils chanteront « Imagine » de John Lennon, pour terminer par « On écrit sur les murs » qui clôt le spectacle, chanson on ne peut plus symbolique de paix, de liberté.
A noter que ce soir-là, l’on découvrira les oeuvres de Vincent Boubenech, qui a 20 ans, est handicapé et a surmonté son handicap grâce à la peinture.
Hormis ce 11 juin, on retrouvera tout ce petit monde le 25 juin à l’église de Claret, spectacle qui sera donné pour aider à l’achat d’un nouveau tapis dans la salle Chaptal. Et puis, on les retrouvera le 24 juillet au parc Cravéro du Pradet, dans le cadre du festival du livre pour enfants « Lire en short ».
Déjà des projets se dessinent pour 2018 : un spectacle au foyer Campra de l’Opéra de Toulon. Peut-être l’adaptation d »Alice au pays des merveilles »
Lorsqu’on voit ce qu’arrive à faire Christine et son équipe, on se dit qu’il y a encore des gens de bonne volonté pour penser aux autres et qu’ils méritent notre admiration et nos encouragements.

H
Une partie de l’équipe avec Nicole Scudo et Christine Maravella
Jacques Brachet

Saint-Tropez – Classic Tennis Tour, 21 & 22 juillet
Lucas Pouille rejoint Richard Gasquet !

A

Le français Lucas Pouille (13ème mondial) a confirmé qu’il participerait pour la 1ère fois au Classic Tennis Tour Saint-Tropez. Il rejoint son partenaire de Coupe Davis, Richard Gasquet (24ème mondial) mais aussi Mickaël Llodra, Mansour Bahrami, Ilie Nastase et Sergi Bruguera habitués du tournoi depuis sa création en 2011. A noter également, la 1ère participation de l’ancien vainqueur de Roland-Garros, l’italien Adriano Panatta.

Le Classic Tennis Tour, organisé par Sports TG est devenu un événement estival incontournable dans la célèbre cité varoise. Plus de 20 joueurs et joueuses de légende d’hier et d’aujourd’hui ont foulé le court central éphémère du port de Saint-Tropez. Après les perturbations climatiques et les malheureux attentats de Nice survenus en 2016 qui avaient gâché la fête, Christian Bimes, l’organisateur du tournoi tenait à réunir un plateau prestigieux et inédit cette année : « Nous sommes très heureux de la présence de Lucas Pouille, étoile montante aujourd’hui confirmée du tennis mondial les 21 et 22 juillet prochains. Le face à face Gasquet – Pouille sera inédit puisqu’ils seront hors du circuit ATP, dans un cadre magnifique, ils seront la pour prendre du plaisir et le partager avec le public présent. Il y aura bien sur des doubles orchestrés par les magiciens de la petite balle jaune Mansour Bahrami et Mickaël Llodra, sans oublier, les anciens vainqueurs de Roland Garros, Sergi Bruguera, Adriano Panatta et Ilie Nastase. »

B

Programme 2017
Jeudi 20 juillet
18h30 : Partie de pétanque avec la participation des joueurs et personnalités – Place des Lices
(entrée gratuite pour le public)
Vendredi 21 juillet
16h30 : Clinic Head avec les espoirs régionaux
17h-21h : Matchs (simples et doubles)
Samedi 22 juillet
10h : Tournoi PRO-AM (entrée gratuite pour le public)
17h-21h : Matchs (simples et doubles)
Dimanche 23 juillet
10h-13h30 : Tournoi PRO-AM au Tennis Club de St-Tropez (entrée gratuite pour le public)

C

Infos pratiques
Prix des places: Plein tarif 30 €, Tarif réduit 18 €
Gratuit pour les moins de 14 ans
Vente Billetterie: www.fnac.com
Philippe Pons Smash – 04 94 97 41 13
Tennis Club de Saint-Tropez – 04 94 97 15 52
Office du tourisme – 0 892 68 48 28 ou sur site le jour de l’événement

 

Frank CASTELLANO et Choeur du Sud
Retour à Toulon et Fréjus avec Patrick FIORI

A

S’il existe un passionné, c’est bien Frank Castellano qui, depuis 1999, dirige des chorales et a créé en 2012 le Chœur du Sud.
Ce Chœur du Sud réunit quelque 700 choristes, tous venus du Var, de Toulon au Pradet, de Six-Fours à la Crau, et propose d’immenses concerts qui ont fait sa popularité, d’autant qu’à certains concerts, des « guests » viennent s’ajouter à ce plus grand chœur de France. Ainsi sont venus Hélène Ségara, Maurane, Mikelangelo Loconte (Mozart,) Daniel Levi, Maurane, Joyce Jonathan, Julie Zenatti et bien d’autres…
Et pour deux concerts exceptionnels, c’est l’ami Patrick Fiori qui s’y colle : le samedi 27 mai au Zénith-Oméga de Toulon et le samedi 24 juin aux Arènes de Fréjus.
Patrick qui chantera ses plus grands succès dont on vous laisse la surprise, au cour de ce grand show qui durera deux heures et demi, avec écran géant de 11 mètres sur 6, pyrotechnie et en prime, un duo Patrick-Frank dont on vous réserve la surprise.
Depuis plusieurs mois déjà, nos 700 voix répètent de ville en ville dans des grandes salles prêtées par les communes, car il faut faire entrer tout ce monde !
Déjà, plus de 4.000 personnes ont réservé leurs places au Zénith de Toulon… et il y en a encore. Réservez vite car ce serait dommage de rater un si bel événement !
Si Patrick a évidemment déjà choisi les chansons qu’il interprètera, il arrivera le jour même pour répéter avec cette chorale géante et découvrira les arrangements faits à ses chansons et Frank est déjà sûr qu’aussitôt la magie s’opèrera car ils ont travaillé d’arrache-pied… (et d’arrache-voix !) pour offrir un splendide écrin à la voix puissante de notre ami Patrick… Et croyez-moi, le soir du concert, ça va dépoter !
On sera là, évidemment !

B C

Patrick Fiori, invité du Chœur du Sud
Il porte sur lui la gentillesse.
Il a le soleil dans la voix, le sourire au bord du cœur et la simplicité. Ce qui devient rare aujourd’hui chez les chanteurs.
Notre première rencontre remonte à ses débuts et c’est mon ami Franck Fernandel qui me l’avait présenté alors qu’il avait 12 ans et jouais dans une pastorale auprès de Franck. Je devais le retrouver en première partie d’une autre amie, Michelle Torr…
Patrick est un fidèle et chacune de nos rencontres est marquée par le sceau de la fraternité.
Lors d’une interview (et il y en a eu beaucoup !) il me confiait :
« Franck a été plus que mon parrain, c’est grâce à lui que tout a commencé puisqu’il m’a présenté à un grand monsieur, René Baldaccini, qui montait alors une comédie musicale « La légende des santonniers ». Franck m’a présenté à lui pour jouer le fils du rémouleur.
Quant à Michelle, c’était l’époque où il y avait encore une première partie dans les spectacles et elle m’a pris avec elle. Comme l’ont fait d’ailleurs aussi Gilbert Montagné, Fabienne Thibeault… Je leur dois beaucoup, à tous ces gens.
Marseille, la Corse, l’Arménie… Tes origines sont riches…
Oui et je me considère comme l’homme le plus riche du monde. J’ai trois origines dont je suis très fier. Je suis bien dans mes pompes. J’ai ainsi plusieurs familles et je me sens bien avec les trois !
Tu es un homme de passion !
C’est vrai. mais tout vient de mon héritage, de l’éducation que j’ai eue : être poli, respectueux, faire les choses avec le cœur, avec l’envie, sans penser à ce que ça va rapporter…

E D
Retour à Marseille, le Coeur au Sud, avec Michèle Torr, Bosso et Hélène Ségara

Revenons à Marseille où tu as des milliers de souvenirs. S’il ne devait qu’y en avoir qu’un, lequel serait-il ?
Oh, il est tout simple, tout bête : c’est le jour où mes parents m’ont donné l’autorisation de sortir tout seul, comme un grand. Je suis descendu sur le port, je me suis assis à une terrasse près de la mairie et je me suis dit : « Je suis enfin libre de vivre ma vie, de faire ce que j’aime, chanter ». J’ai eu un sourire de confiance en regardant la Bonne Mère qui était en face, alors que je ne suis pas spécialement croyant et j’ai encore devant les yeux cette image de carte postale. Je me suis encore dit : « Je vais y arriver ». Et j’y suis arrivé.
Marseille est une grande et belle ville, les Marseillais ont toujours été là pour moi comme moi je serai toujours là pour eux.
Je suis toujours très heureux d’y revenir et ‘y retrouver « mes tribus » !
Heureux aussi de retrouver le Sud et c’est avec plaisir qu’il viendra s’immiscer dans cet immense chœur du Sud de Franck Castellano pour deux dates : le 27 mai au Zénith-Oméga de Toulon, le 24 juin aux arènes de Fréjus.
Jamais le Chœur du Sud n’aura si bien porté son nom !

Jacques Brachet
Photos F Castellano : Frank Bulteau

Bandol
Le Festival des Écoles du Monde

1

Centre Culturel – Salle Pagnol – Rue Gabriel Péri à Bandol
Mercredi 10 mai

17 h 00 • Inauguration du Festival des Écoles du Monde
17 h 30 • Conférence de Jean-Jacques Cruchant (Hamap-Humanitaire) : “Les écoliers du Burkina Faso”
Jeudi 11 Mai
à partir de 9 h • Activités ludo-éducatives “les Écoles du Monde”
17 h 30 • Témoignages : nos invités partageront avec le public leur expérience sur le système éducatif de différents pays
Vendredi 12 Mai
à partir de 9 h • Activités ludo-éducatives “les Écoles du Monde”
17 h 30 • Conférence de Marion Duvauchel : “Langue khmère et place du français au Cambodge”
Samedi 13 Mai
à partir de 9 h • Activités ludo-éducatives “les Écoles du Monde”
11 h 00 • Conférence de Florence Makpolo-Soni (Congo-Action) : “Les écoles du Congo”
14 h 30 • Clôture du Festival des Écoles du Monde. Intervention des “Jeunes Reporters” de l’association Taoumé
15 h 00 • Spectacle de danse sur les musiques du Monde par les associations “Etoiles de Rue” et “Clé de Sol”. Spectacle suivi d’un gâteau d’anniversaire pour les 10 ans de Taoumé !
Toutes nos conférences sont suivies d’un apéritif…

2

Centre Culturel – Hall d’accueil – Rue Gabriel Péri à Bandol
Du Mercredi 10 au Samedi 13 Mai 2017
à partir de 9 h Rencontre avec des bénévoles humanitaires : Association Congo-Action – Association Hamap-Humanitaire – Association Pteah Barang (la maison Française)
Samedi 13 Mai 2017
à partir de 9 h Présence d’auteurs jeunesse du “Cercle des Auteurs Bandolais” qui dédicaceront leurs ouvrages (bandes dessinées, romans,…) : Behem – Josiane Bonnot – Hélène Botasso – Myriam Collet – Chantal et Francis Porta – Ann Villiers Collomb

Médiathèque – Rue des écoles à Bandol
Du Lundi 8 au Samedi 20 Mai 2017
Exposition photos “À la découverte des Écoles du Monde” par l’association de solidarité internationale “Partage”, l’association ”Jeunesse et d’Éducation Populaire” – Club Unesco

3

www.taoume.cominfo@taoume.com
contact : 33 9 70 44 85 70 – Florence Butterati