Archives pour la catégorie Télévison

France 2 : « Les petits meurtres d’Agatha Chistie »… dernière

Un cadavre au petit déjeuner – Vendredi 16 octobre à 21.05

LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE

Eh oui, avec ce 27ème épisode, notre trio de charme et de choc Samuel Labarthe – Blandine Labrevois – Elodie Frenk, tire sa révérence pour laisser la place à un nouveau trio : Annie Gréco (Clem, les bracelets rouges) – Arthur Dupont (Joséphine, Alice Nevers, Julie Lescaut…) et Chloé Chaudoye (Profilage).
On change d’époque, on va vers la fin des années 60 et on ne va pas tarder à les découvrir.
Mais pour en revenir à notre trio précédent, c’est au Festival de la Fiction Télé de la Rochelle qu’ils ont fait leurs adieux l’an dernier.
Des adieux musicaux puisque cet ultime épisode nous entraîne dans une comédie musicale inédite et surtout originale puisque non tirée de l’œuvre d’Agatha Christie.
Un épisode très spécial donc, filmé sous la forme d’une comédie musicale. Nous aurons donc le plaisir de voir  nos trois artistes danser et chanter.
Avouons-le, ce n’est pas le plus réussi, les chansons et les chorégraphies viennent un peu comme un cheveu sur la soupe et si les filles s’en tirent pas mal côté danse, Samuel Labarthe, lui, n’a pas dû apprendre à danser à la Comédie Française. Et n’est pas Jacques Demy-Michel Legrand qui veut.

1
Rencontre à la Rochelle 2019

Blandine Bellavoir nous avouait : «Je trouve merveilleux qu’une production ait eu le culot de défendre cette idée que j’avais amenée il y a déjà des années. J’adore chanter et danser, je trouve formidable d’utiliser tous les arts sur lesquels on travaille pour faire vivre une histoire et surprendre les spectateurs. Il y a une enquêtes, des chansons et tout le monde danse».
Samuel Labarthe, conscient de ses possibilités chorégraphiques limitées s’est prêté malgré tout à ce nouveau challenge avec le même enthousiasme. «Je ne sais pas du tout ce que ça va donner mais nous avons pris énormément de plaisir à le faire parce c’est nouveau et c’est un challenge incroyable. Il a fallu enregistrer les chansons, travailler les chorégraphies… La comédie musicale ne s’improvise pas, c’est vraiment énormément de travail ! Mais ça nous a tellement enthousiasmés de le faire. J’étais comme un gosse. C’est tout ce que j’aime et j’avais très peur d’avoir l’air totalement idiot mais, finalement, ça a été plus facile que je ne le pensais. Après c’est mon sentiment, peut-être qu’en le voyant, je vais me dire «Mais quelle catastrophe !».
Qu’il se rassure, ce n’est pas si catastrophique que ça, même si on ne le confondra pas avec Fred Astaire !
Quant à Elodie Frenck, l’actrice était rassurée de ne pas chanter comme elle avait dû le faire dans l’épisode spécial de Noël, dans lequel on avait découvert que la secrétaire chantait aussi faux qu’elle s’habillait avec goût. «J’ai évidemment posé tout de suite la question : « Il va falloir que je chante comme Marlène ? » et heureusement non. C’était juste le temps du tournage d’une petite séquence humoristique pour présenter l’épisode spécial de Noël. Dans l’épisode musical, Marlène chante juste. Ça a été extraordinaire à faire, on a pris des cours de danse et de chant. On est sorti de là vraiment rincés mais on a 13 chorégraphies et 13 danses originales».

LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE
LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE

Finis donc, la perruque vaporeuse et les tenues sexy d’Elodie, le cynisme et la distinction de Samuel, l’intrépidité de Sandrine. On aura certainement du mal à les oublier, comme on l’avait fait avec le duo précédent Duléry-Colucci. D’ailleurs, en clin d’œil, apparaît dans ce dernier épisode, Antoine Duléry !
Mais on s’était fait à eux, à ces atmosphères désuètes, cette époque nostalgique…
Attendons donc  l’arrivée des trois nouveaux héros. !

Jacques Brachet

Auteur : Thierry Debroux
Réalisateur : Nicolas Picard-Dreyfuss
Avec :  Samuel Labarthe • Blandine Bellavoir • Élodie Frenck • Cyril Gueï • Dominique Thomas • Antoine Duléry

 



«Demain nous appartient»… Linda HARDY revient !

DSC_0394 - Copie

Elle est belle et lumineuse, ce n’est pas pour rien qu’elle fut Miss France. Celle qui voulait être pédiatre avant de devenir Miss puis comédienne, est aujourd’hui Cllémence, prof de gym qui a eu beaucoup de problèmes à cause d’un accident, qui a lâché son mari, prof également pour Maxime, un de ses élèves qu’elle quitte pour tomber dans les bras de Victor puis être enlevée par son notaire… Bref, c’est une tombeuse malgré elle et qui se laisse prendre à chaque fois par le charme d’un homme.
Elle avait disparu du petit écran pour aller danser avec les stars où, avec son coach et partenaire, Christophe Licata, elle a tenu dix semaines.
Elle réapparait donc dans la série de TF1 où elle retrouve son métier de coach et où, dès les premiers épisodes, une histoire est en train de se dessiner avec l’autre coach avec lequel ils sont en compétition. Elle ne s’arrêtera donc jamais !

«Vous avez un rôle bien ambigu, Linda !
Vous trouvez ? Je n’ai pas cette impression. Elle montre la femme sous des facettes différentes, C’est une femme d’aujourd’hui, libre avant tout. Je vous accorde qu’elle est quelquefois un peu naïve mais je crois qu’elle est toujours sincère.
Malgré tout elle quitte son mari pour un élève, invente une histoire invraisemblable pour sauver son mari, a une histoire avec un type peu recommandable et fait confiance à son notaire qui l’enlève… Ça fait beaucoup, non ?
Oui, c’est vrai que Clémentine n’est pas hyper simple mais ce n’est pas de sa faute si elle plait aux hommes et c’est très excitant de jouer un tel rôle, avec plein d’histoires, de rebondissements. C’est ce que j’inspire aux auteurs qui me font confiance. Il se trouve que mon personnage leur inspire des malheurs et qu’ils me font vivre des événements difficiles. Peut-être arriverai-je à leur inspirer des choses plus gaies à l’avenir !

DSC_0395 - Copie Hardy - Copie

Les évènements vont vite chez vous !
C’est aussi peut-être parce que le format de la série qui est en fait un soap, exige une rapidité dans l’action. Il faut que ça aille vite et ce n’est donc pas le temps de la vie réelle. On ne peut pas rester X temps sur une histoire sinon on ennuierait vite le public. Il faut le tenir en haleine. C’est pour cela que la façon de vivre de Clémentine est si rapide. On n’est pas dans la vraie vie.
Qu’est-ce qui vous plaît dans ce rôle ?
C’est justement les changements qui se bousculent dans sa vie. De femme aimante, bien rangée entre fille et mari, tout à coup elle tombe amoureuse d’un ado. Elle sait que ça ne pourra pas durer, que ça peut scandaliser et que ça va lui apporter des complications. Mais elle se lance à corps perdu dans cette histoire. L’affaire terminée elle tombe amoureuse de Victor dont elle sait qu’il peut être un homme dangereux. Elle vit en fait tout le temps sur un fil.
En fait, elle est assez solitaire ?
C’est vrai, elle n’a pas d’amis, sa fille ne vit plus avec elle et elle a besoin de protection. Et surtout elle est très attirée sexuellement par Victor. A chaque fois, elle ne joue pas sur les mêmes sentiments et c’est pour cela qu’elle représente la femme actuelle, faible et forte à la fois, libre de sa vie, de son corps, malgré les conséquences  qui peuvent en découler, elle en est consciente mais elle fonce.
Je vous signale que tout cela est très loin de moi dans la vie. Je ne serais pas capable de vivre ce qu’elle vit !
Ce serait effectivement difficile à vivre !
Oui mais l’idée est que le spectateur soit toujours en attente, se pose des questions, reste sur sa faim pour mieux repartir dans l’histoire. C’est le principe de la série et je pense que mon personnage va encore évoluer. Dans quelle direction ? Je suis aussi curieuse que vous de le découvrir !»

Jacques Brachet


M6 – Arnaud DUCRET, «Un homme ordinaire»

A
Son passage sur M6 aura mis un an. Le film de  Pierre Aknine «Un homme ordinaire» est tiré d’un fait divers qui a fait couler beaucoup d’encre. On se souvient de cette abominable histoire de cet homme, Xavier Dupont de Ligonès, qui, avant de disparaître, a tué sa femme, ses quatre enfants et ses chiens, les a enterrés et s’est enfui.
Anne Badel et Pierre Aknine, ont décidé d’en faire une série de quatre épisodes de 45’ qui a été présentée en ouverture du Festival de la Fiction TV à la Rochelle en septembre dernier. Inutile de dire que la projection a quelque peu plombé l’atmosphère festive de l’événement. Déjà, avant sa projection, des rumeurs assez négatives circulaient sur cette série : Pourquoi faire un film de ce crime sordide, de cette tuerie abominable ? Pourquoi Arnaud Ducret pour jouer le rôle de cet homme alors qu’il représente le papa  sympa de la série «Parents mode d’emploi» ou le mec déjanté de ses one man show ?
Le soir de la représentation, après que Madénian, le présentateur de la soirée, l’ait chambré en disant que la série aurait pu s’intituler «Une famille formidable», une chape de plomb est tombée sur la dernière image, les applaudissements ont été très brefs et tout le monde est parti se précipiter sur le repas d’ouverture.
Il est vrai que ces deux épisodes ont mis le public très mal à l’aise, même si Arnaud Ducret en contre-emploi, y est sidérant. Mais l’événement était encore trop frais, trop horrible, l’enquête n’étant toujours pas close peut-être pour en faire un film, qui plus est une série et le scénario pêchant par des scènes invraisemblables, entre autre la pauvre Emilie Dequenne qui a un rôle de hackeuse qui arrive à entrer dans les arcanes des réseaux de la police et, plus forte que celle-ci, fait des découvertes.
Beaucoup de choses inventées pour la circonstance, tant l’histoire est ténébreuse, mystérieuse et cet homme étant terriblement complexe.
Arnaud Ducret, alias Christophe de Salin (On n’a pas gardé le nom du vrai héros» le procès n’étant pas clos !), y est époustouflant de froideur, d’ambiguïté, jouant le feu et la glace, mais voilà, la sauce ne prend pas, d’abord parce que le film est très lent et peut-être qu’un unitaire aurait mieux servi le scénario qui est quelquefois à la limite de la caricature.
Nous avons rencontré l’équipe à la Rochelle le lendemain de la projection, déçue évidemment par l’accueil mitigé de la veille mais Ducret, fidèle à lui-même, marrant, sympa, comme on a aimé à le retrouver, a joué le jeu, aux côtés d’une Emilie Dequenne quelque peu éteinte.

UN HOMME ORDINAIRE UN HOMME ORDINAIRE

Pourquoi avoir choisi ce rôle, Arnaud et comment entre-t-on dans un tel personnage ?
Parce que, tout d’abord, c’était en contre-emploi total avec ce que je fais habituellement.
J’ai donc abordé ce rôle en lisant beaucoup d’articles et de bouquins sur l’affaire… et j’avais le choix ! J’ai surtout voulu faire exister le personnage en gommant tout ce qui pouvait ressembler à «du Ducret», car le personnage est très, très loin de ce que je fais habituellement.
En dehors du fait que je peux lui ressembler physiquement, j’y ai ajouté les lunettes, j’ai modifié ma voix. Il a fallu faire avec un personnage qui a existé et même si ça reste une fiction, la base est une histoire vraie. Il fallait que je sois sans arrêt dans la sobriété et la retenue. Mais c’est ça la vraie fonction d’un comédien, que de changer de personnalité.
Pourquoi, Pierre Aknine, avoir l’idée de cette série ?
J’ai travaillé avec Anne Badel sur ce fait divers qui a aujourd’hui huit ans et qui n’est pas terminé et mon but était d’essayer de comprendre un tel personnage qui, dans la vie, semblait être une personne ordinaire et qui, tout à coup, va passer à un tel acte. Que pouvait-on en faire ?
– Anne Badel : C’est vrai que, psychologiquement, il est difficile à comprendre et ce qui nous intéressait c’était d’essayer – je dis bien essayer – de comprendre comment un homme «normal» peut arriver à commettre un acte aussi barbare.
Arnaud, comment ressort-on d’un tel rôle ?
D’abord il existe et jusqu’à nouvel ordre on ne sait toujours pas s’il est mort ou vivant. Il faut donc faire avec les éléments que l’on a à notre disposition. Mais je l’ai abordé comme n’importe quel rôle même si c’est un personnage complexe et que moi, père, je me suis posé beaucoup de questions dont comment peut-on arriver à tuer ses propres enfants. Ça semble impensable et indéfendable, d’où l’ambigüité du personnage. Peut-on lui trouver des excuses ?
Indépendamment de tout ça, il ne faut pas oublier que c’est un rôle et que, heureusement pour moi, j’en sors indemne sinon il serait difficile de jouer des méchants, des tueurs, des fous… La seule scène qui m’a mis très mal, à l’aise c’est lorsque je tue mon fils. Ça a été un moment difficile car je me suis imaginé devant mon propre fils. Heureusement, sur un plateau, on a le rire pour exutoire et on y a beaucoup ri. Il fallait ça pour désamorcer le stress, cette ambiance parfois glauque. On n’aurait pas pu tourner autrement.
Mais il m’a fallu beaucoup de concentration. J’ai d’ailleurs travaillé mon rôle avec une coach remarquable, Patricia Palin, qui m’a beaucoup aidé.
Pierre Aknine, pourquoi ce choix d’Arnaud Ducret qui est à l’opposé du personnage ?
D’abord parce que je trouve qu’il lui ressemble physiquement et ça m’a beaucoup aidé à construire le personnage. Une fois les lunettes mises, j’ai su que c’était lui.  Et justement, parce qu’il en était à l’opposé et je dois dire qu’il n’a pas «joué» mais «incarné»
Arnaud : J’avoue que j’ai d’abord été surpris de son choix mais je me suis très vite dit que c’était un rôle pour moi et… que ça allait être chaud ! C’est quand même excitant de jouer un personnage si complexe. C’est plus agréable que de jouer un professeur de Karaté ! Ce qu’il a fait est détestable mais il a ses raisons, que l’on ne connaît pas. De plus, dans la vie, il était peut-être un homme très sympathique Il a plusieurs couleurs… Il a fait quelque chose d’inimaginable, d’autant qu’il aimait ses enfants. Ça dépasse la raison.

5 6
D E

Anne Badel, vous êtes psy, est-il possible de s’attacher à un tel personnage ?
Non, on ne peut ni l’aimer ni l’excuser, c’est certain. On peut juste essayer de le comprendre et savoir ce qui peut amener à un tel geste. Ce qu’il fait est horrible mais a ses raisons. Il y a le poids de la mère, de la religion, d’une vie ratée, d’humiliations… Ce qui n’empêche que ça dépasse la raison.
Emilie Dequenne, vous avez un rôle un peu en retrait mais très important puisque vous faites des découvertes qui vont servir à la police. Parlez-nous de ce rôle ?
Je joue une hackeuse qui a permis de découvrir des choses. Au départ, dans la vraie histoire, c’est un hackeur et on n’en sait pas beaucoup sur lui. Et puis, la rencontre avec le personnage est inventée, suite à un accrochage de voitures qui aurait pu être sans importance. Mais, découvrant le drame, elle reconnait cet homme et décide d’en savoir plus. Et ça va devenir obsessionnel.
J’ai été confrontée à un exercice, disons technique et original puisque mon partenaire principal était… un ordinateur !
C’était un challenge et c’est ce qui m’a plu, sans compter qu’elle a l’obsession de comprendre, de découvrir qui est cet homme. J’ai dû construire un personnage solitaire qui a une énergie farouche. C’était à la fois très amusant et très fatigant !»

Voilà. Aujourd’hui bien sûr, beaucoup de questions se posent encore.  Est-il mort ? S’est-il suicidé ? A-t-il changé de pays et de personnalité ? On peut imaginer le dilemme des scénaristes. Comme l’a également dit Madénian, peut-être ce soir est-il dans la salle pour se découvrir sur l’écran !!!
Une histoire n’est donc pas terminée et, n’ayant vu qu’un épisode à la Rochelle, on est curieux de savoir ce que nos deux scénaristes ont écrit pour la suite.
A suivre sur M6 à partir du 15 septembre.

Propos recueillis par Jacques Brachet


France 2 : théâtre et fiction

LA GARÇONNIÈRE

Théâtre : « La garçonnière », samedi 19 septembre à 23h25
D’après le film de la Métro-Goldwyn-Mayer
Écrit par Billy Wilder et I.A.L. Diamond
Adaptation Théâtrale de  Judith Elmaleh et Gérald Sibleyras
Mise en scène José Paul
Réalisée par Dominique Thiel
Avec :
Guillaume De Tonquédec, Claire Keim, Jean-Pierre Lorit, Jacques Fontanel, Benoit Tachoires, Muriel Combeau, Sophie Le Tellier, Jean-Yves Roan, Bénédicte Dessombz, Grégory Gerreboo, Astrid Roos, Michel Lerousseau
« The Appartement » (en français La Garçonnière) est un des films les plus célèbres de Billy Wilder. Dans un article du New York Times de 1660, Billy Wilder raconte qu’à l’origine il avait conçu l’histoire pour le théâtre, mais qu’à cause de la difficulté de monter l’immensité des bureaux sur une scène, I.A.L. Diamond, son coscénariste et lui en ont fait un film.
Pourtant, Gérald Sibleyras et Judith Elmaleh ont brillamment réussi à relever le défi d’en faire une adaptation théâtrale et José Paul de la mettre en scène.
Nommée six fois lors de la Nuit des Molières 2017, c’est l’un des plus grands succès de ces dernières saisons.

LA GARÇONNIÈRE LA GARÇONNIÈRE

Nous sommes dans l’Amérique des années 50, celle des gratte-ciel et du rêve américain triomphant.
Monsieur Baxter, un « petit employé de bureau » dans une importante compagnie d’assurances new yorkaise, prête régulièrement son appartement à ses supérieurs hiérarchiques qui s’en servent comme garçonnière. En échange, ils lui promettent une promotion qui n’arrive jamais.
M. Sheldrake, le grand patron, s’aperçoit du manège. Il demande à Baxter de lui prêter l’appartement pour y emmener sa maîtresse, mais il exige d’être dorénavant le seul à en profiter. Shelkdrake est un mari et un père respectable, il a besoin de discrétion. Baxter accepte, il monte en grade de façon spectaculaire.
Mais lorsque Baxter comprend que Sheldrake y emmène celle qu’il aime, mademoiselle Novak, Baxter est face à un dilemme : renoncer à son amour, ou à sa carrière.

LAETITIA

 «Laetitia» dès lundi 21 septembre à partir de 21h05
Une mini-série (6×45′) réalisée par Jean-Xavier de Lestrade, écrite par Antoine Lacomblez et Jean-Xavier de Lestrade, d’après le livre d’Ivan Jablonka « Laetitia ou la fin des hommes (Ed Seuil-Point), prix Medicis et prix littéraire du Monde 2016. Une tragédie qui, loin d’être un simple fait divers, a bouleversé les Français et mis en lumière à la fois les fragilités liées à l’adolescence et les ressorts souvent invisibles d’une violence ordinaire.
Avec : Sophie Breyer, Marie Colomb, Yannick Choirat, Sam Karmann, Kevin Azaïs, Noam Morgensztern, Alix Poisson, Clotilde Mollet, Guillaume Marquet, Cyril Descours, François Raison.
A noter que la série sera proposée en intégralité an avant-première sur France.tv dès le vendredi 18 septembre à 6h.
Lundi 21 septembre : Diffusion des trois premiers épisodes.
Lundi 28 septembre : Soirée Continue. « Laviolence pour destin ». Diffusion des trois derniers épisodes suivie d’un débat animé par Julian Bugier.
Que s’est-il passé pour que la jeune Laetitia, qui tentait d’échapper à son destin et à la violence, se retrouve dans le piège de son meurtrier ? Quelles aides mais aussi quelles erreurs et quels dysfonctionnements ont jalonné l’enfance de cette jeune fille et de sa soeur jumelle auxquelles rien n’a été épargné ?
Qul a été le rôle de l’Aide Sociale à l’Enfance dans leur parcours ?

LAÉTITIA LAÉTITIA
LAËTITIA LAÉTITIA

Présenté par Julian Bugier
Production : France Télévisions Studios
Réalisateur : Eric Simon
Préparé par : Dorothée Costenoble
Unité Magazines de société de France 2 : Patrick Charles, Thibault Romain, Caroline Dumont, Elodie Breseau

Un des marqueurs importants de France Télévisions est de s’appuyer sur le genre et les codes de la fiction pour raconter et interroger notre société dans toute sa complexité et, parfois, sa noirceur et ses zones d’ombre.
Adaptée de l’enquête d’Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes (Éditions du Seuil), prix Médicis et Prix littéraire du Monde en 2016, la mini-série Laëtitia (6 x 45 minutes), réalisée par Jean-Xavier de Lestrade, revient sur une tragédie qui, loin d’être un simple fait divers, a bouleversé les Français et mis en lumière à la fois les fragilités liées
à l’adolescence et les ressorts souvent invisibles d’une violence ordinaire. Laëtitia est le portrait émouvant, saisissant et beau d’une jeune fille d’aujourd’hui au seuil
de s’en sortir et coupée net dans son élan vital.
La diffusion sur France 3 de cette œuvre constitue un temps fort de la rentrée de France Télévisions.
Notre objectif est de créer une nouvelle fois, en étroite liaison avec le tissu associatif et les acteurs de la société civile concernés, un écho autour de questions de société impliquant les jeunes au moment charnière entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte : la prise de risque et la mise en danger, la notion et l’appréhension des limites alors que l’on est encore fragile et vulnérable, les premières expériences sexuelles et la question du consentement, le ra pport à l’alcool et à la drogue…
La série sera aussi l’occasion de revenir sur la condition parfois catastrophique des enfants placés mais aussi sur les questions de la maltraitance infantile et les violences faites aux femmes.
Au regard du contenu de la fiction et des questions que cette affaire continue à soulever
,Julian Bugier prolongera en plateau la seconde soirée, entouré de plusieurs invités et experts.
Plus généralement, pour donner encore plus d’impact à cette nouvelle mobilisation citoyenne de France Télévisions, les magazines et rendez-vous d’information du groupe accompagneront cette programmation, au travers d’une diversité d’angles et éclairages éditoriaux : émissions spéciales en rapport avec les thèmes de la fiction, chroniques, reportages, invités…

Les réseaux sociaux de France Télévisions seront également mobilisés.

France 2 – Fictions

LA GARÇONNE

Nouvelle série – 6×52’
La Garçonne dès lundi 31 août à 21.05
«Il enquête le jour, elle s’infiltre la nuit»
Une série créée par Dominique Lancelot
D’après une idée originale de Dominique Lancelot, Harold Valentin               
Réalisée par Paolo Barzman
Scénaristes : Dominique Lancelot, Marie-Anne Le Pezennec, Alexandra Juilhet
Avec : Laura Smet (Louise Kerlac), Gregory Fitoussi (Roman Ketoff), Tom Hygreck (Antoine Kerlac), Clement Aubert (Max), Aurelien Recoing (Pardieu), Lilly-Fleur Pointeau (Lydia) & Jérome Deschamps (Docteur Paul), Noémie Kocher (Madame Vandel), Aladin Reibel (Monsieur Vandel)
Dans le Paris des Années folles, Louise Kerlac est témoin du meurtre d’un proche, commis par des agents de l’Etat. Pour échapper au pire, elle doit disparaître.
Convaincue que c’est au sein de la police qu’elle va trouver la meilleure planque et le moyen de se disculper, elle se travestit et prend l’identité de son frère jumeau, brisé par la guerre. Elle entre alors à la « Criminelle » à sa place ! Un monde interdit aux femmes et son rêve de toujours…

LA GARÇONNE LA GARÇONNE LA GARÇONNE
Tom Hygreck – Laura Smet – Clément Aubert

La disparition d’une série de jeunes modèles qui posaient pour les peintres de Montparnasse va l’entraîner dans le monde de la fête et de la nuit, mais aussi la confronter à la part d’ombre de son jumeau tant aimé. La guerre a-t-elle pu en faire le monstre pervers que les preuves semblent désigner ?
Et peut-elle se rapprocher de Roman Ketoff, un séduisant journaliste franc-tireur, sans mettre en danger le secret de sa double identité ?

LA GARÇONNE

Propos de Laura Smet
«Dès que j’ai lu le scénario, j’ai été intriguée par la personnalité de Louise et très impactée par la palette de jeux du personnage. Je me suis reconnue en elle car elle est à la fois enfantine, fonceuse et surtout l’idée d’interpréter un homme était intéressante. Il y a ce jeu d’enfant entre frères et sœurs qui jouent au flic et au voyou. Elle est très attachée à son jumeau, Antoine, ils sont orphelins. C’est quelque chose d’un peu irréel dans le réel.
La guerre est terminée, Louise a travaillé durant toute la guerre et aujourd’hui on lui conseille de retourner à son rôle de femme. Ca la met en colère, elle est virulente et a envie que ça change.
Et puis son frère a été témoin d’un meurtre, Antoine doit disparaitre et elle va prendre la place de son frère. Devenir Antoine.
Il y a un travail extraordinaire sur le maquillage car je dois être par moments très féminine, extravertie et par d’autres plus virile, introvertie, je devais changer de voix. J’adore les déguisements et c’est un film d’époque. C’était passionnant à jouer ».

ALEX HUGO 16

Inédit : Alex Hugo
A partir du mercredi 2 septembre 21h05
Auteurs : Franck Thilliez/ Nicolas Tackian
Réalisateur : Olivier Langlois
Musique originale composée par : Jérôme Lemonnier
Avec :  Samuel Le Bihan/ Lionnel Astier / Mikaël Fitoussi / Marilyne Canto/ Fabien Baiardi/ Marie Matheron / Ambre Hasaj/ Yann Tegouet / avec la participation d’Anne Suarez
Une collection qui continue de fidéliser de plus en plus un grand nombre de téléspectateurs.
Après avoir rassemblé plus de 5,5 millions de téléspectateurs la saison passée, France 2 propose de nouveaux inédits.

ALEX HUGO 7 ALEX HUGO 7 ALEX HUGO 7
Florence Fauquet – Hélène de Saint-Père – Patrick Catalifo

Episode « Les racines du mal »:
Des randonneurs font une macabre découverte en installant leur tente : le corps d’une jeune fille de Lusagne sauvagement assassinée puis  dissimulée sommairement dans les buissons. Rapidement, des lettres anonymes vont dénoncer un habitant de la région, qui s’avère avoir un lourd passé criminel…

ALEX HUGO 16
Lionel Astier – Samuel le Bihan


France 2 – CANDICE RENOIR – Saison 8
10×52 Saison inédite, suite & fin

Retrouvez les aventures du commandant de police aux méthodes peu conventionnelles dans la suite et fin inédites de la saison 8 de « Candice Renoir ».
Vendredi 28 août 2020 à 21.05

Candice Renoir Saison 6 Episode 55 CANDICE RENOIR

Réalisée par Pascal Lahmani , David Ferrier et Raphaël Lenglet
Avec : Cécile Bois (Candice Renoir), Raphaël Lenglet (Antoine Dumas), Ali Marhyar (Mehdi Baddou), Yeelem Jappain (Val), Olivier Cabassut (Marquez), Marie Vincent (Nathalie Delpech), Christophe Ntakabanyura (Ismaël), Clara Antoons (Emma Renoir), Étienne Martinelli (Jules Renoir), Alexandre Ruscher (Léo Lenoir)
En guests : Anne Decis, Charlotte Gaccio, Mathieu Séraphine, Julie-Anne Roth, Didier Bénureau

 Souvenirs, souvenirs…
Cette nouvelle saison est celle de la mémoire, oubliée, enfouie, défaillante, mais toujours vive. Les secrets bien gardés, le syndrome post-traumatique, la valeur sentimentale des objets, la prescription, le passé qui nous rattrape seront autant de thèmes déclinés aussi bien dans les intrigues que dans la vie amoureuse de Candice. A la sortie de son opération du cerveau, Antoine n’est plus tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Entre Candice et lui, les compteurs sont remis à zéro, retour à la case départ ! Comment Candice va-t-elle s’y prendre pour sauver leur amour ? Et jusqu’où ira-t-elle pour le protéger ? La saison 8 s’adressera aussi à la mémoire du spectateur qui, à cette occasion, pourra revoir nos héros tout au début de leur histoire et constater que si les enfants de Candice ont bien grandi, ils font toujours tourner leur mère en bourrique.

Candice Renoir Saison 6 Episode 55 CANDICE RENOIR Candice Renoir Saison 6 Episode 55 CANDICE RENOIR CANDICE RENOIR

Rappel des 4 premiers épisodes :
Frappé d’une amnésie très partielle, Antoine a tout oublié de Candice, leurs enquêtes communes comme leur histoire d’amour. Pour Candice, c’est un choc qu’il lui faut apprendre à surmonter. Prête à tout pour raviver sa mémoire, elle l’aide à reprendre son poste de commissaire espérant que ses méthodes d’enquêtes si particulières lui provoquent un déclic. Mais le retour d’un copain d’adolescence dans la vie d’Antoine perturbe ses plans et marque le début des ennuis. C’est alors qu’un nouveau venu dans le groupe, mal à l’aise avec la personnalité de sa patronne, envoie une lettre à son syndicat pour signaler ce qui lui paraît être une faute de Candice : aurait-elle placé délibérément une pièce à conviction lors d’une perquisition ?

Candice Renoir Saison 6 Episode 55 CANDICE RENOIR

Episode 5 : Tout vient à point à qui sait attendre
Le corps d’un jeune homme d’une vingtaine d’années a été retrouvé dans une carrière, avec des traces de strangulation autour du cou. Mais ce qui intéresse Candice, ce sont ses blessures au visage et derrière la tête. Elle reconnaît dans cette forme caractéristique les crampons d’une chaussure de foot. Vu le nombre de fois que cette même constellation a crotté sa maison, elle ne l’a pas oubliée ! L’enquête plonge l’équipe au cœur des destins tragiques de jeunes migrants isolés, et aussi parfois de ceux qui les aident. Rivalité, trafics mensonges pour survivre, ou mauvaises rencontres surgies du passé ? En privé, Candice qui a bien oeuvré pour oublier Antoine, ne sait plus quoi faire du charmant pompier dont elle s’est rapprochée…


France3 – « La Stagiaire » saison 5 inédite (8×52’) – Et de 5 !

Dès le mardi 25 août 21h05 – 2 épisodes inédits par mardi

LA STAGIAIRE

Constance Meyer (Michèle Bernier) retrouve les couloirs du palais de justice de Marseille pour une cinquième saison et de nouvelles enquêtes aux côtés du juge Boris Delcourt (Antoine Hamel), le tout accompagné de nombreux guests.
« La Stagiaire » séduit toujours autant le public. La saison 4 avait fédéré 4,8 millions de téléspectateurs en moyenne pour 19,5 % de PdA.
Auteurs : Episode 30 « Espace détente » : Nicolas Douay – Episode 31 « La parole à la défense » : Kristel Mudry et Sébastien Vitoux  – Episode 32 « Les liens du sang » : Kristel Mudry et Sébastien Vitoux – Episode 33 « Le silence de la mer » : Mathieu Gleizes
Réalisés par Philippe Bérenger
Avec : Michèle Bernier (Constance Meyer) – Antoine Hamel (Boris Delcourt) – Philippe Lelièvre (Barth Meyer) – Nicolas Marié (Vladimir Quiring) – Géraldine Loup (Fanny Pelletier) – Soraya Garlenq (Nadia Saïdi) – Clément Moreau (Antoine Meyer) – Jeanne Lambert (Alice Meyer) – Cyrielle Voguet (Solène) – Andréa Ferreol (Chantal)
Parmi les guests : Arthur Mazet, Rebecca Hampton, Jean-François Malet, Cyril Garnier, Aurélie Vaneck, Renaud Leymans

LA STAGIAIRE LA STAGIAIRE LA STAGIAIRE

Episode 30 : « Espace détente »
Une jeune masseuse, employée d’un hôtel-spa de luxe, est retrouvée morte sur son lieu de travail. Constance et Boris découvrent que la jeune femme recevait quotidiennement des messages d’insultes de la part d’un mystérieux corbeau …
Episode 31 : « La parole à la défense »
Jeanne Vernay, une avocate, est retrouvée assassinée dans son cabinet. Constance et Boris vont découvrir qu’elle a été victime du harcèlement sexuel de son ancien patron, avocat en vue à la tête d’un cabinet influent.
Episode 32 : « Les liens du sang »
Le corps sans vie de Liliane Maizières, une femme d’une cinquantaine d’années, est découvert dans un petit square. Originaire de Lyon, elle était depuis cinq jours à Marseille, à la recherche de sa petite-fille Lou, une ado difficile en fugue. Tout en la recherchant, Constance et Boris vont devoir reconstituer le parcours de la victime pour découvrir la vérité.
Episode 33 : « Le silence de la mer »
Eric Duval, commandant de la gendarmerie d’Aubagne, est retrouvé sans vie. La veille, il fêtait son proche départ à la retraite et la passation à sa fille qui prend sa suite. Mais qui peut vouloir la mort d’un homme a priori respecté de tous ? Les juges vont devoir composer avec la fille d’Eric Duval, nouvellement à la tête de la gendarmerie pour trouver le coupable.

LA STAGIAIRE LA STAGIAIRE


France 2 – J’ai 10 ans – Mercredi 29 juillet à 21h05

Préquel de la série « Faites des gosses »
Retrouvez les trois familles aussi différentes qu’attachantes de la série « Faites des gosses » dans cette comédie familiale inédite qui retrace la rencontre de Jean Paul, Anouk et Brune, 10 ans, la naissance de leur amitié indéfectible et de leur famille.

FAITES DES GOSSES S01

Jean-Paul est un petit garçon chinois de dix ans qui vient d’arriver en France avec ses parents. Ils ont été obligés de quitter la Chine en urgence à cause des prises de positions politiques de son père, professeur de littérature française à Pékin.
Sectorisé à l’école du quartier, Jean-Paul ne tarde pas à devenir le premier de sa classe mais surtout à se faire deux amies : Anouk et Brune, deux filles aux tempéraments a priori totalement incompatibles.
Pourtant lorsque Brune et Anouk découvrent le talent insoupçonné de Jean-Paul pour la chanson et sa passion immodérée pour Céline Dion, elles décident de s’allier pour lui faire prendre conscience de son talent et le persuadent qu’il doit absolument passer un casting télé.
Tandis que Jean-Paul s’embarque dans le rêve fou de devenir aussi célèbre que Céline Dion – son idole – ses parents, eux, traversent l’aventure de l’intégration.

D FAITES DES GOSSES S01

Réalisation  : Philippe Lefebvre  – Scénario : Diane Clavier et Samantha Mazeras
Avec : Fred TESTOT (Serge), Amelle CHAHBI (Anissa), Cassiopée MAYANCE (Anouk), R.Jonathan LAMBERT (Clément), Constance DOLLE (Odile), Philippe LEFEBVRE (Alexandre), Eléna PLONKA (Brune), Eva DARLAN (Claudine), Linh-Dan PHAM (Meï), Maurice CHENG (Chang), Alexis BAUDRY (Jean-Paul), Achille POTIER (Armand), Luna LOU (Violette)

FAITES DES GOSSES S01


Des « crimes parfaits » sur France 3 Mardi 30 juin 21h05

CRIMES PARFAITS

Un meurtrier, connu dès le début de l’épisode, pense avoir commis le crime parfait.
Mais l’enquêteur ou l’enquêtrice va tout faire pour trouver la faille dans le plan machiavélique imaginé par le tueur.
Auteurs : Lucas Marchesi, Morgann Martin & Brice Homs
Réalisation : François Guérin
Avec Antoine Duleéry (Renaud Delaunay) & Elisa Ruschke (Laura Mizon)

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Deux nouveaux épisodes
Un plat qui se mange froid
Guest : Bruno Debrandt
Philippe décide de se débarrasser du mari de sa sœur qui exerce dans la même clinique que lui. Au fait de ses allergies alimentaires, Philippe empoisonne son beau-frère, tout en s’assurant de brouiller méticuleusement les pistes quant à l’heure du décès. Le commandant Delaunay et le lieutenant Mizon devront percer à jour ce médecin un peu trop propre sur lui.

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Pas de fumée sans feu
Guest : Annelise Hesme
Clémence organise le crime parfait du fils de son patron, maquillé en accident de la route, en utilisant un surprenant système de sécurité commercialisé par l’entreprise familiale. Mais c’est sans compter sur le flair incomparable du commandant Delaunay et du lieutenant Mizon qui ne se laisseront pas berner par l’ingénieuse mise en scène.

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Deux épisodes sont en tournage au Grau du Roi, Nice et Menton depuis le 8 juin  sous la direction d’Emmanuel Rigaut : « Un cœur sombre » et « Master du crime », deux enquêtes menées par Isabel Otéro et Hubert Roulleau avec également Anne Caillon et Alexandra Vandernoot.
Deu autres épisodes sont également prévus :  « Légitime Défense » et « Une étoile est morte » sous la direction de François Guérin avec entre autres, Philippe Caroit, Astrid Veillon, …

CRIMES PARFAITS

Photos Guillaume Bournaud

France 2 – Jeudi 25 juin 21h,05
100 ans de comédies musicales

 LES STARS CHANTENT POUR SIDACTION

SIDACTION 2017

France Télévisions a décidé de mobiliser ses antennes autour de l’Association Sidaction le jeudi 25 juin 2020. Rappelons que l’Association avait été contrainte d’annuler l’édition 2020 du Sidaction en raison en raison de la crise sanitaire sans précédent que nous traversons. Point d’orgue de cette mobilisation, la diffusion, en première partie de soirée sur France 2, du divertissement évènementiel, «100 ans de comédie musicales – Les stars chantent pour Sidaction», enregistré quelques jours avant le début du confinement.

France 2 propose une soirée exceptionnelle autour des grandes comédies musicales le jeudi 25 juin, à 21h05, sous la présidence de Line Renaud.
Inspirée des émissions de Gilbert et Maritie Carpentier, découvrez cette fiction-variété unique en son genre, orchestrée par Marie-Sophie Lacarrau qui vous transportera dans l’univers des comédies musicales de Broadway, Las Vegas ou Paris.
Spécialement conçus et chorégraphiés pour l’émission, vivez de l’intérieur les plus beaux tableaux revisités de «West Side Story», «Notre-Dame de Paris», «New York, New York», «Roméo & Juliette», «Moulin Rouge», «Mozart, l’Opéra Roc », «Cats», «Hello Dolly !», «Chicago», «Les Dix Commandements» et beaucoup d’autres…
De nombreux artistes d’aujourd’hui referont vivre ces spectacles musicaux féériques dans des mises en scène inédites : Patrick Bruel, Maëlle, Vincent Niclo, Nicole Croisille, Jean-Paul Gaultier, les danseuses du Moulin Rouge, Chimène Badi, Agustin Galiana, Véronic Dicaire, Loïc Nottet, Anggun, la troupe du Paradis Latin, Bilal Hassani, Marina Kaye, Kamel Ouali, Élodie Fégé, Arielle Dombasle…

IMG_0171 - Copie DSC00161 - Copie
A7 - Copie E7

Mais aussi les interprètes originaux des comédies musicales de légende qui viendront réinterpréter leurs plus belles chansons : Daniel Lévi (Les Dix Commandements), Florent Mothe(Mozart, l’Opéra Rock), Julie Zenatti (Notre-Dame de Paris), Cécilia Cara & Damien Sargue (Roméo & Juliette)…
Une grande soirée d’engagement pour l’association Sidaction afin de sensibiliser les téléspectateurs et faire appel à leur générosité.
Afin de donner le maximum d’impact et de soutien aux actions de l’Association Sidaction en matière de recherche, d’aide aux malades et de prévention, les antennes et les programmes de France Télévisions accompagneront éditorialement cette mobilisation tout en multipliant les appels aux dons.

Pour faire un don à Sidaction : Par téléphone : en appelant le 110 (numéro d’appel gratuit) ; Par Internet : www.sidaction.org ; Par SMS au 92110 : en envoyant le mot «DON» pour faire un petit don de 5€ (coût d’envoi du SMS gratuit ou inclus dans les forfaits SMS). Par courrier : Sidaction – 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS