Archives pour la catégorie Télévison

Du nouveau sur France 3

MEURTRES À ALBI

Meurtres à Albi – Samedi 23 janvier à 21h05 – 90’
Ecrit par  Delphine Chouraqui et Fabien Adda – Réalisé par Delphine Lemoine
Un nouvel opus de la collection « Meurtres à » au cœur de la cité épiscopale et de ses mystères.
Avec  : Léonie Simaga (Annabelle Dalmasio), Bruno Debrandt (Marc Lemaire), Frédérique Kamatari (Léopoldine Morel), Hélène Vincent (Suzanne Dalmasio), Alain Doutey (Michel Dalmasio), Catherine Allégret (Mylène Bouvier), Amélie Robin (Gloria Cazals), Daniel Njo Lobe (Gilles Carasco)

MEURTRES À ALBI

Après de longues années d’absence, Annabelle rentre à Albi, où elle a grandi, avec  sa fille Pauline, 12 ans. Tout juste promue commissaire, elle est la première femme à prendre la direction du commissariat, au grand dam de Marc, convaincu que le poste lui revenait. Le meurtre d’un vieil agriculteur, bientôt suivi de celui d’une assistante sociale, va l’entraîner dans une enquête qui lui fera découvrir ses origines.

ALEXANDRA EHLE

Alexandra Ehle Ep. 6 « La Peste », mardi 26 Janvier à 21h05 – 90 min
Créé et écrit par Elsa Marpeau
Réalisé par Magaly Richard-Serrano
Julie Depardieu retrouve le personnage d’Alexandra Ehle pour un sixième épisode, après le succès des précédents opus qui ont réuni en moyenne 4,5 millions de téléspectateurs.
Avec : Julie Depardieu (Alexandra Ehle), Bernard Yerlès (Antoine Doisneau), Xavier Guelfi (Théo Durrel), Sara Martins (Diane Dombres), Sophie Le Tellier (Ludivine Moret), Émilie Lehuraux (Iggy), Quentin Baillot (Louis Pincé)
Avec la participation de Thomas VDB (Samuel), Catherine Allégret (Arlette)
Alexis Loret (Luc), Kim Higelin (Thétis), Rio Vega (Ulysse), Marie Le Cam (Emilie), Julie Papin (Angèle), Jérôme Thévenet (Jérémie), Mathieu Barbet (Docteur Mangin), Françoise Goubert (Mme Le Gall)

ALEXANDRA EHLE ALEXANDRA EHLE

Un homme est retrouvé mort dans un bateau amarré au port de plaisance de Bordeaux.
Son corps est couvert de pustules, ses extrémités noircies… Pour Alex, le diagnostic est sans appel : cet homme est mort de la peste !
Un périmètre de sécurité est établi autour du bateau, et les dernières personnes à l’avoir fréquenté, des membres de sa famille, mises en quarantaine sur le domaine viticole qu’ils possèdent.
Très vite, Alex découvre que cet homme n’a probablement pas été contaminé par hasard. Quelqu’un lui a inoculé le bacille. Mais qui ? Le coupable est forcément parmi ses proches, et Alex va devoir résoudre le mystère de ce Cluedo familial…

 



Du nouveau sur France 2

 

LES SANDALES BLANCHES

Les Sandales blanches avec Amel Bent – Lundi 25 Janvier à 21h05 – 90′
Écrit par Mikaël Ollivier et Christian Faure Un film réalisé par Christian Faure
D’après le livre de Malika Bellaribi-Le Moal (Éditions Calmann Lévy, 2008)
Avec Amel BENT (Malika), Naidra AYADI (Fatima), Mhamed AREZKI (Mohamed), Stéphane RIDEAU (Christian), Théo FRILET (Paul), Laurence JOSEPH (Gabrielle)
Malika Bellaribi, la Diva des quartiers
Tirée d’une histoire vraie, la fiction « Les Sandales blanches » retrace la vie de Malika Bellaribi, une mezzo-soprano française d’origine algérienne rescapée d’un grave accident de la route alors qu’elle n’était qu’une fillette dans les années 1960.
Les soins qu’elle doit suivre seront pour elle, de nombreuses souffrances qui l’éloignent de sa famille et la conduisent d’hôpitaux en maisons de convalescence. Soignée par les sœurs de Saint Vincent de Paul, elle se rend à la messe. Ce jour est une révélation : elle découvre le chant sacré et au final, sa voie (et sa voix!), jusqu’à devenir « la diva des banlieues ».

LES SANDALES BLANCHES LES SANDALES BLANCHES

LES SANDALES BLANCHES LES SANDALES BLANCHES

Tout commence au début des années 60, dans le bidonville algérien de Nanterre.Malika a 5 ans. Sa mère vient de lui acheter une paire de sandales neuves.
Des sandales si blanches que la fillette ne les quitte pas des yeux et ne voit pas le camion qui recule.
C’est le début d’années d’hôpital, d’opérations à répétition, de souffrance et de lutte. Des années loin des siens durant lesquels la petite musulmane, aux mains de bonnes sœurs et d’infirmières catholiques, va, à la messe, découvrir la musique et le chant. Dès lors, affrontant le racisme d’une société française qui peine à se remettre de la guerre d’Algérie, mais butant aussi contre les aprioris tenaces de sa propre communauté, Malika va suivre son rêve et déplacer des montagnes pour devenir celle que toutes et tous appelleront un jour « la Diva des quartiers. »

 DISPARITION INQUIETANTE

Disparition inquiétante : Une affaire personnelle – Mercredi 27 janvier à 21.05 – 90’
Réalisation  Arnauld Mercadier  – Scénario Johanne Rigoulot
Une Affaire Personnelle
Avec : Sara Forestier (Maya Rosetti), Pierre Rochefort (Clément Herrmann), Bruno Dreyfürst (Lieutenant Dietsch), Selma Kouchy (Lieutenant Perez), Nicolas Giraud (Tony Koenig), Delphine Cogniard (Alexandra Koenig), Arthur Huster (Mathis Koenig)
Avec la participation de Gabrielle Lazure
Marié, deux enfants, un petit pavillon, Tony coche toutes les cases du bonheur de carte postale. Mais, cette perfection a un prix et ses fins de mois seraient intenables sans les petits deals auxquels il se livre en cachette de sa famille. Tony s’accommode de ces coups de canif à ses valeurs jusqu’à ce que, Laura, l’une de ses clientes meurt d’une overdose. L’enlèvement de la procureure Dassault serait-il en lien avec ce fait divers ? C’est ce que va tenter de découvrir Maya Rosetti, enceinte, en explorant l’intimité d’une femme dont elle ignorait tout.

DISPARITION INQUIETANTE DISPARITION INQUIETANTE
DISPARITION INQUIETANTE DISPARITION INQUIETANTE

 

 



France 3 – Les secrets du château

LES SECRETS DU CHÂTEAU

Samedi 19 décembre 21h05 (90’)
Réalisatrice : Claire de La Rochefoucauld
Avec Anny Duperey (Duchesse Hélène de L’Essile) – Jean-Charles Chagachbanian  (Commandant Alex Meurisse) – Hélène Seuzaret (Louise de Breuil) – Myriam Bourguignon (Lieutenant Sarah Slimani) – Jean-Claude Dauphin (Duc Thibaut de L’Essile) – Nadia Fossier (Docteur Sophie Daney) – Stéphan Wojtowicz (Daniel Nerac) – Dominique Frot (Jacqueline Daney) – Chantal Ravalec (Sylvie de Breuil)

LES SECRETS DU CHÂTEAU LES SECRETS DU CHÂTEAU LES SECRETS DU CHÂTEAU
LES SECRETS DU CHÂTEAU

Un crime sanglant vient d’être commis lors de la fête annuelle donnée au château de La Rochefoucauld situé à quelques kilomètres d’Angoulême. La victime, Cédric de Breuilcélèbre entrepreneur de la région, était le mari de la comtesse Louise de Camaran. Une comtesse que le commandant Alex Meurisse nommé sur l’enquête semble très bien connaître…
Louise et Alex ont vécu vingt ans plus tôt une histoire d’amour étouffée par la volonté d’Hélène et de son mari, ThibautLes châtelains ne voyaient pas d’un très bon œil leur fille fréquenter le fils de l’intendant du domaine de l’époque.

LES SECRETS DU CHÂTEAU

Alex, épaulé par le lieutenant Sarah Slimani, revient donc sur les lieux de son enfance et ne peut masquer une certaine émotion quand il retrouve Louise totalement anéantie.
La procureure Balmont annonce à Alex qu’il va devoir collaborer avec madame la Duchesse, personnage influent et haut en couleur, également maire de la petite ville de La Rochefoucauld. À ce titre, elle a en effet fait prévaloir ses droits auprès du parquet, en tant que premier officier de police judiciaire, pour accompagner Alex et élucider le meurtre singulier de son gendre.
Le corps sans vie de Cédric a été retrouvé dans le boudoir du château, un peigne en forme de serpent planté dans l’abdomen. Une allusion directe à la légende de la fée Mélusine ? Quelle est le lien avec cette femme mythologique détentrice d’un lourd secret ?…




France 3 – Black and white

1

A partir du jeudi 2 décembre 21h05
Mini-série de 4×52’
Réalisation : Moussa Sène Absa
Adaptation, scénario et dialogue de Jacques Kirsner
Avec : Marême Niaye (Fari Ciss) – Olivier Chantreau (Alain de Bourbon) – Isabelle Gélinas (Hélene Favier) – Laurent Du Saussay de Greville (Richard Favier) – Dominique Labourier (Catherine Paolini) – Aurélien Wiik (Victor Lepage)

France Télévisions  est partenaire de la saison Africa2020, qui sera lancée dès le mois de décembre et se déroulera jusqu’au mois de juillet 2021.
À cette occasion, le groupe a élaboré une programmation riche et variée à travers une opération spéciale « France Télévisions, regards sur l’Afrique » afin d’offrir aux téléspectateurs de toutes les générations un regard nouveau sur l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui, à travers des documentaires, des fictions, des captations, des concerts, des émissions événementielles, mais aussi une offre éducative inédite sur ses antennes linéaires et digitales.
Cette série inédite s’inscrit dans cette démarche.
Black and White : une saga romanesque en 4 épisodes qui nous plonge dans le Dakar de la fin des années 1930 à 1960 et raconte les passions d’une époque rythmée par les amours, les haines et les guerres.
Colons et militants indépendantistes résistent ensemble ou s’affrontent jusqu’au jour de l’indépendance du Sénégal le 4 avril 1960.
Une série qui aborde le quotidien d’une colonie, son histoire qui s’inscrit dans la grande Histoire, interprétée par des comédiens européens et africains sous la direction du réalisateur sénégalais Moussa Sène Absa.

5 4 3

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.
Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.
Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ? »
Léopold Sédar Senghor

2

Ces dernières années, les problèmes liés au passé colonial de la France ont mobilisé, avec raison, l’opinion, suscitant polémiques et controverses. « Black and White » est une œuvre de fiction qui tente d’apporter sa pierre à ces débats. Évidemment, son propos entre en résonance  avec certains événements sociétaux actuels.
S’agissant du colonialisme, rappelons que la France n’était pas la seule puissance coloniale au XIXe siècle.
La plupart des puissances européennes possédaient des colonies. La France disposait d’un Empire où s’exerçaient l’esclavage, des violences, les injustices au quotidien. Mais paradoxalement, dans les même temps, dans les mêmes lieux, la France a semé, presque contre son gré, les idées du siècle des Lumières, les principes des Droits de l’homme et du citoyen, sans oublier la langue française qui est souvent devenue la langue officielle des pays indépendants.
Nos personnages sont à l’image de cette contradiction. Ils subissent le colonialisme et utilisent les armes qui lui ont été enseignés pour le combattre.
Blancs et Noirs ont vécu ces contradictions et nous livrent dans cette fiction leurs vérités.
Le premier congrès des artistes écrivains noirs s’était terminé en proclamant : « Laissez entrer les peuples noirs sur la grande scène de l’Histoire ».
À sa manière, modestement, « 
Black and White « répond à cette injonction C’est une saga romanesque en 4 épisodes qui nous plonge à Dakar à la fin des années 1930 à 1960 et raconte les passions d’une époque rythmée par les amours, les haines et les guerres.
Colons et militants indépendantistes résistent ensemble ou s’affrontent jusqu’au jour de l’indépendance du Sénégal le 4 avril 1960.
Une série qui aborde le quotidien d’une colonie, son histoire qui s’inscrit dans la grande Histoire.
Jacques Kirsner, producteur

 «Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.»
Léopold Sédar Senghor


Gil ALMA… 200% sympa !

CESAR WAGNER

Il a une belle gueule mais, à l’instar d’un Courtemange, il a le don élastique de la transformer d’un sourcil qui remonte, d’un sourire narquois et c’est ainsi qu’il s’est fait connaître en quelques pubs qui ont fait recette en mêlant grimaces et accents divers.
Et puis, il y a eu la série «Nos chers voisins», qui l’a propulsé dans le vedettariat et depuis, du théâtre à la télé en passant par le cinéma, et le one man show, l’humoriste-comédien-producteur n’a pas arrêté de jouer. On a pu le voir dans «Camping Paradis», «Joséphine ange gardien», «Alice Nevers», «Les toqués». Il a même fait des clips avec Olivia Ruiz et Jenifer, il s’est payé le luxe de tourner avec Costa-Gavras et le voici aujourd’hui dans cette série qui le consacre, passant avec justesse et bonheur de l’humoriste à l’excellent comédien qu’il est : «César Wagner» sur France 2, le premier épisode en janvier dernier ayant rassemblé cinq millions et demi de téléspectateurs ! (23% de parts de marché)
Nous nous étions rencontrés au Festival TV de la Rochelle où nous avions partagé une coupe de champagne et depuis, avec ce COVID de malheur, nous avons raté plusieurs rendez-vous.
Il devait passer au Colbert à Toulon le 14 décembre avec son spectacle «200% naturel» (Entre son dernier spectacle, il a augmenté de 100%, après être passé par la série «10%»…
Les hauts pourcentages, ça le connait !
Pour le moment, Gil fait comme tout le monde et, depuis ce satané virus, on s’est raté au Colbert à Toulon où, pour a seconde fois, il est déprogrammé puisqu’il devait passer avec «200% naturel» ce 14 décembre. Espérons qu’un troisième déconfinementne  le déprogrammera pas encore le 29 janvier au Théâtre Daudet de Six-Fours et en juin au Colbert de Toulon !
En attendant, nous allons le retrouver sur le petit écran avec «César Wagner» et dans plusieurs émissions pour parler de son nouveau spectacle en duo avec Benoit Joubert, intitulé «Gil et Ben».
Je l’appelle donc pour parler de tout cela.

4 3

«Gil, comment se passe ce confinement ?
Bof… En dehors du fait que je ne joue plus, je n’ai pas trop à me plaindre, tout va bien, je vis en reclus avec ma femme et mes enfants, nous sortons pour les amener à l’école et le reste du temps, on vit comme tout le monde. J’en profite pour peaufiner le spectacle que nous avons écrit avec Benoît Joubert, que je produis, qui est mis en scène par Catman et que, je l’espère, nous pourrons très vite jouer sur scène.
Ce sera celui-ci ou «200 % naturel» que vous jouerez à Toulon et à Six-Fours comme annoncé ?
Non, ce sera le duo car on a abandonné l’autre. Il y a eu trop de coupures, d’arrêts, de reprogrammations… et de déprogrammations. Et puis, on a tellement ri en écrivant ce spectacle que nous avons très envie de monter sur scène avec… Le plus tôt possible ! Je pense que ça va être du bonheur.

CESAR WAGNER

Revenons à «César Wagner» second épisode, que nous découvrirons le 11 décembre sur France 2. Comment vous êtes-vous retrouvé dans ce rôle de flic solitaire ?
Par casting, tout simplement. Jean-François Luccioni, le programmateur de la fiction m’avait vu dans
la série «A l’intérieur» et j’ai été retenu. J’étais très heureux de tourner ce qui était un pilote au départ, qui est passé en janvier sur France 2, qui a fait un carton. Du coup la série continue, on a tourné deux nouveaux épisodes qui passeront les 4 et 11 décembre… Face à la finale de «Koh Lanta»,
Ce qui nous fait un peu peur car déjà, l’émission est costaude et en plus c’est la finale qui attire le plus de téléspectateurs… Mais bon, on va faire au mieux… Et essayer d’être seconds !
C’est un rôle important pour vous… On vous voit moins qu’en simple humoriste ou acteur dit «comique»…
Je ne sais pas. J’ai toujours essayé de varier les plaisirs entre ciné, télé, théâtre mais peut-être qu’aujourd’hui on me fait plus confiance en me proposant des rôles plus vrais, plus sensibles, plus nuancés, plus émouvants. Et ça a l’air de fonctionner.
Grâce à ces approches diverses, il semble que le cinéma vous appelle alors que souvent, ciné et télé sont cloisonnés…
Il y a toujours un petit fossé mais doucement, il se comble avec des rôles qui ne sont pas encore des premiers rôles. J’ai quand même fait du cinoche avec Dany Boon, Costa-Gavras…
Costa-Gavras, quand même !
Oui et c’est très agréable qu’un grand réalisateur fasse appel à moi, même si ce n’est pas le rôle principal. Sans compter que j’ai rencontré un grand réalisateur, un grand monsieur d’une simplicité et d’une gentillesse incroyables. C’est un homme admirable, un vrai gentleman comme on en voit peu dans le métier. J’ai tourné en 2008 avec lui et cette année a été un grand tournant pour moi car hormis ce tournage, je suis entré à l’agence Artmédia et j’ai eu mon premier fils…

CESAR WAGNER 6

Vous êtes aujourd’hui sur le casting de deux films…
Oui, dont hélas, on ne sait quand ils sortiront.
Il y a «Dou you dou Saint-Tropez de Nicolas Benamou avec une distribution étincelante : Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Benoît Poelvoorde, Jerôme Commandeur, Rosy de Palma, Gérard Depardieu, Virginie Hocq…
Et puis, «Le sens de la famille» de Jean-Patrick Benès et la distribution n’est pas mal non plus : Alexandra Lamy, Franck Dubosc, Artus, Sébastien Chabal… Tout ça devrait sortir en janvier… Si tout va bien !
Votre chemin est semé de surprises… Vous avez aussi tourné des clips !
Oui c’est vrai, avec de jolies filles, ce qui ne gâte rien ! Jenifer m’a demandé d’être son petit ami qu’elle malmène dans «Les jours électriques». Quant à Olivia Ruiz, nous avions tourné ensemble à Marseille dans «Etat d’urgence» dont le thème était le suicide d’un flic. Et elle m’a demandé de jouer dans «Elle panique». J’ai aussi tourné dans le clip de Renan Luce «La fille de la bande».
Et ça vous plait ?
Oui car je suis une feignasse et tourner des clips ça veut dire ne pas avoir de texte à apprendre ! Je rigole mais c’est très sympa à faire… Et je ne suis pas vraiment une feignasse !
Vous participez aussi à des associations caritatives comme Ela et d’autres, vous avez participé à un livre pour les autistes….
Quand je le peux, je le fais avec plaisir car tout ce qui touche les enfants me touche, d’autant plus lorsqu’ils sont malades. Et si l’on peut apporter un peu de soi, un peu de joie et de réconfort, je suis toujours partant.
Même pour vous mettre à poil ???
(Rires). Oui mais là c’est pour la seconde émission de TF1 «Stars à nu», pour le dépistage du cancer. On a fait ça au Lido. Ont participé entre autre Linda Hardy, Christophe Beaugrand, Camille Lacourt, Nathalie Marquay, Catman, Jeanfi Janssen… Mais, si les spectateurs du Lido ont tout vu, vous, à la télé, vous ne verrez pas tout !
Mais l’actualité la plus proche devrait être ce fameux duo. Comment est-il né ?
Avec Ben, ça fait dix ans que nous nous connaissons. Nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre sans que ma femme en prenne ombrage. Et au bout de dix ans, nous avons décidé de faire un enfant qui s’appellerait Gil et Ben».
Beau parcours pour cet artiste multi-casquettes qui reste l’un de nos plus sympathiques comédiens. En attendant ce «two-men show», retrouvons-le avec sa casquette de flic sur TF1.

8 10
Champagne !

Propos recueillis par Jacques Brachet

CESAR WAGNER

César Wagner
César Wagner, notre flic au grand cœur, célibataire endurci et hypocondriaque compulsif, est de retour pour deux nouvelles enquêtes inédites !
Découvrez ce soir le deuxième et dernier épisode inédit qui se déroule dans le monde de l’art.
Réalisation : Antoine Garceau Auteurs : Sébastien Paris et Eric Vérat
Avec : Gil Alma (César Wagner), Olivia Côte (Elise Beaumont), Fanny Cottençon (Marie-Ange Wagner), Soufiane Guerrab (Farid Belladj), Joséphine de Meaux (Frédérique Koelher), Coralie Russier (Léa Saskevitch)… En guests : Bruno Todeschini, Ophélia Kolb, Emilie Caen.
Sombres desseins
Deux personnes sont retrouvées mortes à quelques heures d’intervalle dans le même coin de Strasbourg, le quartier du Musée d’art moderne.
L’enquête montre qu’elles se connaissaient et s’étaient même appelées avant de mourir. Leur point commun : un designer local devenu une star de son milieu, Peter Breck. Et accessoirement le mari du Dr. Beaumont. Beaumont, mariée ?
Voilà qui va compliquer l’enquête de César…



France 3 – Mardi 24 novembre 21h05 – « Crimes parfaits »

CRIMES PARFAITS

«Crimes parfaits» est une série phare de France 3, qui a rassemblé 4,4 millions de téléspectateurs la saison dernière. Ce sont des enquêtes inédites menées tambour battant et avec toute l’énergie et le charme d’Isabel Otéro, alias le commandant Claire Moreno et son adjoint le jeune et bel Hubert Roulleau alias Hubert de Montalembert
(sans lien familial avec Thibeault de Montalembet, héros de la série «Dix pour cent» !)
Voici donc deux nouveaux épisodes qui nous arrivent le 24 novembre avec deux guste stars féminines : Alexandra Vandernoot pour l’épisode «Master du crime» et Anne Caillon pour l’épisode «Un cœur sombre». La première a une déjà longue carrière télévisée, de «Profilage» à «Cassandre» en passant par «Commissaire Magellan», «Le sang des îles d’or», une famille formidable». La seconde, nous la voyons presque tous les soirs dans «Demain nous appartient». Elle y interprète Flore, celle qui vole son mari, Alex, alias Alexandre Brasseur à Chloé, alias Ingrid Chauvin !Mais elle aussi a bourlingué de chez Magellan à chez Allice Nevers, en passant par «Camping Paradis» à «Section de recherches». La brune et la blonde, deux belles comédiennes que l’on a plaisir à retrouver.

Jacques Brachet

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Master du crime 
Avec Alexandra Vandernoot
Et Arsène Jiroyan, Fabian Wolfrom, Eric Poulain, Michel Biel, Laura Mathieu
C’est une enquête particulièrement complexe qui attend le commandant Claire Moreno et son adjoint Hubert de Montalembert.
Dans la bibliothèque de l’université, les enquêteurs découvrent le corps d’un étudiant gisant au milieu d’une fausse scène de crime mise en place par le professeur Lise Lenoir pour illustrer son cours de criminologie. La multitude d’indices rend les policiers quelque peu perplexes : difficile en effet d’y démêler le vrai du faux.
Malgré tout, il ne faut pas longtemps à Claire pour soupçonner l’enseignante, son amie de longue date, au grand dam d’Hubert, qui ne peut croire en la culpabilité de son ancien mentor. D’autant plus que Lise Lenoir a un alibi imparable : elle jouait au poker avec Claire à l’heure du crime.
Alors pourquoi Claire persiste-t-elle à soupçonner son amie ? Et pourquoi cette femme, dont la réputation a dépassé les murs de l’université, aurait-elle décidé d’éliminer son meilleur étudiant ?
Entre ces deux spécialistes du crime, la partie ne fait que commencer…

5 CRIMES PARFAITS

Un cœur sombre
Avec Anne Caillon
Et Patrice Juiff, Clara Quilichini, Yannik Mazzilli, David Marchal, Valéry Schatz, Julien Bravo
Claire Moreno et son adjoint Hubert de Montalembert sont appelés pour constater le décès d’un agent d’entretien à l’aquarium de la ville. Simple infarctus inévitable ou crime parfait ? La question ne reste pas longtemps en suspens grâce à l’instinct et à l’esprit de déduction de Claire Moreno.
Lorsque l’autopsie confirme le piratage du simulateur cardiaque de la victime, commence alors une enquête singulière. Au sein de cet aquarium, les prédateurs ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Rapidement, les soupçons de nos deux enquêteurs s’orientent sur la vétérinaire du parc. Brillante et sympathique, Marie Michalik, mère d’une enfant autiste, n’a pourtant rien d’une coupable idéale…

CRIMES PARFAITS


TF1. Après «Demain nous appartient»… «Tout commence»

1 2

Bon, tout d’abord une mise au point car, au départ de l’histoire, on n’y comprenait plus rien. Depuis de nombreux mois, on suit avec passion «Demain nous appartient» sur TF1 et voilà qu’on nous annonce une autre série passant après celle-là, intitulée «Ici tout commence» et qu’on y retrouve pas mal d’artistes transfuges de la première.
Alors ? DNA-ITC… Qu’en est-il ?
Je suis donc allé aux nouvelles auprès de deux amis qui vont se retrouver dans la seconde série : Francis Huster et Bruno Putzulu.
Tous deux sont en plein tournage mais Francis est venu jouer pour un soir «Bronx» au théâtre Jules Verne à Bandol, nouveau look de patriarche, cheveux et barbes blanches, et évidemment, je me le suis accaparé.
Comme toujours très volubile, il m’a tout expliqué :
«Cette série n’est pas une série dérivée de DNA, c’est une autre histoire, même si l’on y retrouve quelques personnages de DNA. J’ai fait mon apparition dans la première mais je vais la quitter pour la seconde, comme Vanessa Demouy, Clément Remiens, Frédéric Difenthal. Seule Ingrid chauvin sera sur les deux.
La série passera tous les soirs à 18, après «Quatre mariages pour une lune de miel» et avant DNA.
Pourquoi toute cette confusion ?
Aujourd’hui, l’avenir de la télévision passe par des productions comme on en voit sur Netflix. Mais il faut se mettre au diapason car les séries qui marchent sont celles qui sont achetées par le monde entier. Il faut donc que la France créé des séries à la fois typiquement françaises mais qui abordent des sujets qui passionnent tout le monde. Et quoi de mieux, pour la France, que de parler cuisine, idéalisme et amour ? C’est pour cela que producteurs et scénaristes ont choisi ces sujets.
Et le cinéma alors ?
On le sait, il est en perte de vitesse, avec le Covid, ça n’a pas arrangé les choses. Du coup, les gens se reportent sur les séries télé. Il y a des jeunes qui passent aujourd’hui la nuit à regarder des séries sur Netflix, bien meilleures que des films, avec aujourd’hui des moyens colossaux. Et ils aiment s’approprier des personnages et les suivre au fil des saisons.
C’est ce que nous essayons de faire.
Quel intérêt pour un comédien de devenir un personnage récurrent ?
Il y a le pour et le contre. Ce genre de série crée des personnages de légende et tout acteur est demandeur de ce genre de rôle. Un film, ça dure une heure et demi, le sujet et le héros sont formatés pour ça. Une série, ça permet à un comédien de développer, approfondir un personnage, une variété de jeu, un nombre de scènes et de situation infinies que le cinéma ne peut pas se permettre. Le hic c’est que souvent, l’acteur est tellement fort qu’il lui est quelquefois difficile d’en sortir.
Ça tourne à une vitesse grand V !
Oui, mais il y a beaucoup d’auteurs qui ne sont plus solitaires car ils travaillent en duo, en trio. Il faut savoir qu’il faut tourner 26 minutes par jour, ce qui oblige les auteurs à aller très vite. Il ne reste qu’un homme seul : le réalisateur.
Et puis, ça va aussi permettre à des auteurs de pouvoir adapter de grandes œuvres, de Zola, d’Hugo et autres… J’ai lu par exemples toutes les lettres en trois tomes de Laurence d’Arabie… Il y a une magnifique série à réaliser, impossible à faire au cinéma.

3

Mais y a-t-il les mêmes moyens qu’au cinéma ?
Tu ne t’en doutes pas mais aujourd’hui il y a des moyens considérables… C’est Hollywood ! Car ces séries vont être les représentations d’un pays. Pour ITC, la production a choisi un château, le château de St Laurent d’Aigouze près de Sète, tout y a été repensé, on a créé des décors formidables il y a 200 personnes qui y travaillent, 17 metteurs en scènes qui sont changés tous les 15 jours, nous avons 15 coaches, deux caméras qui tournent sur une même scène, des techniciens… Tout est grandiose. La série est programmée pour les deux ans qui viennent mais on espère tenir autant que «Plus belle la vie» ou «Demain nous appartient» !
Te voilà donc promu chef étoilé !
Oui et surtout propriétaire de cette école de l’excellence que j’ai créée et où je travaille désormais avec mes deux filles, Clotilde et Rose (Elsa Lughini et Vanessa Demouy) Pour être au plus près de ce grand chef que je joue, je me suis inspiré de plusieurs chefs : Pierre Gagnaire, dont je me suis fait la tête, d’où cette barbe blanche et Guy Savoy et Bernard Loiseau. J’ai vraiment voulu être dans la vérité d’un vrai chef, je devais être crédible. Il fallait que ça sonne vrai.
Ça doit te prendre un temps fou, cette série, toitqui est tout le temps sur 36 projets ?
Je vais me calmer ! D’abord, je vais faire beaucoup moins de théâtre. Je ne jouerai que si l’on me propose un projet fort, original, si j’ai un coup de cœur et choisir des projets télé qui m’inspirent comme «De Gaulle» ou cette série…
Donc retour à la télé ?
Oui, car c’est l’avenir des acteurs. Au départ, on m’a beaucoup critiqué de passer à la télé. Aujourd’hui tous les comédiens rêvent de grands rôles à la télé, faute de les avoir au cinéma. Et puis, être acteur, ce n’est pas être «acteur de cinéma ou acteur de télé». On est acteur, point final et si le rôle, le scénario, le réalisateur sont bons, il faut y aller».

4

Tout comme Francis, Bruno Putzulu est en tournée théâtrale et jongle avec la tournée et le tournage :
«Lorsqu’on m’a proposé cette série, j’étais très heureux car c’est la première fois que je tourne une série. Je n’avais jamais connu cette expérience et je ne regrette rien.
Comment as-tu fait avec ta tournée théâtrale ?
J’ai posé mes conditions à la production car je ne voulais pas annuler la tournée, même si, à cause du Covid, des dates se sont annulées.
Quelle est la pièce que tu joues ?
«Les ritals», d’après l’autobiographie de François Cavanna que j’ai adaptée et que mon frère Bruno a mise en scène. Je suis accompagné de l’accordéoniste Grégory Daltin.
Alors, comment fais-tu ?
C’est quelquefois compliqué car je tourne au château de St Laurent d’Aigouze dans la journée, le soir je prends un train pour jouer quelque part en France le soir suivant et pour revenir le surlendemain sur le tournage.
J’avoue que c’est un peu fatigant mais le tournage est très excitant et agréable et puis, je ne vais pas me plaindre alors que tant de camarades comédiens ne font plus rien avec ce Covid !
Qui es-tu dans cette série ?
Je suis Guillaume Davaut, le mari de Clotilde Armand, fille d’Auguste (Huster). Clotilde est Elsa Lunghini que je suis heureux d’avoir retrouvée car, dans mon premier (et seul !) disque, nous avions enregistré un duo «Je t’aimais, je t’aime plus» d’Yves Simon.
J’e suis donc l’adjoint au proviseur que joureFrédéric Difenthal.
Connaissais-tu d’autres artistes ?
Pa vraiment, même si j’avais côtoyé Frédéric Difenthal, Vanessa Demouy, Catherine Marchal…
Mais l’ambiance est formidable.
Que va-t-il se passer ?
(Il rit)… Tu n’en sauras rien car nous avons obligation de ne rien dévoiler. Il y aura des histoires de famille, des histoires de couples, des histoires entre profs et élèves… Mais il faudra attendre le 2 novembre pour tout découvrir !»

6 5
7 8

Bon, on n’en saura pas plus que le résumé de l’histoire :
Auguste Armand a créé un institut, l’une des meilleures écoles de cuisine de France. Elle enseigne, outre la cuisine et la gastronomie, l’excellence, la rigueur, le talent, le respect et la discipline.
Bien évidemment, dans ce lieu clos vont se tramer des histoires d’amour, d’amitié, de trahisons, de jalousies, de rivalités, tous les sentiments humains de la vie en communauté autour d’un but final : devenir chef.
Outres les comédiens cités, on y rencontrera aussi Augustin Galiana et bien d’autres comédiens. La liste est longue… Un casting digne d’une  superproduction, qui démarrera sur TF1 le 2 novembre.

Philippe Garnier, Pierre Isoard,Pascal Maillard, Laurent Lecetre

Jacques Brachet


France 2 : « Dix pour cent » – Saison 4…
Cent pour cent stars !

A partir du mercredi 21 octobre 2020 à 21.05

DIX POUR CENT

Cette saison sera celle de toutes les audaces et de tous les dangers pour ASK, qui sous la direction d’Andréa et malgré les craintes de Gabriel, va recruter une nouvelle agent senior, Elise Formain, venue de chez Starmedia, pour le meilleur ou pour le pire.

DIX POUR CENT - SAISON 4 DIX POUR CENT S04 DIX POUR CENT - SAISON 4

En quatre saisons, « Dix pour cent » a su se hisser au rang des séries françaises dont tout le monde parte.
Pourquoi ? Parce que cette famille d’agents passionnés, névrosés et touchants, ont su faire écho à nos contradictions intimes. Et sans doute aussi parce que dans chaque star, nous reconnaissons nos doutes, nos propres angoisses et notre aspiration, parfois contrariée, à être aimé.

DIX POUR CENT - SAISON 4
DIX POUR CENT - SAISON 4 DIX POUR CENT S04DIX POUR CENT S04

Pour cette nouvelle saison, « Dix pour cent » réalise une fois de plus le tour de force de satisfaire notre goût plus ou moins assumé du sensationnel, en le nourrissant de tendresse, de drôlerie et de glamour.
Bref, en explorant, une fois de plus, tous les recoins des passions humaines.
Dans ce dernier volet, la maison ASK brûle. Et c’est un divorce qui y a mis le feu : Celui de Mathias et Noémie avec les autres agents. Andréa, Mathias, Gabriel, Arlette, Hervé, Sofia et Camille vont devoir se battre pour la garde de leurs talents. Et quels talents !*
Et ce combat fait de sang, de larmes et de rires, ils le mèneront avec fougue et panache.

9

Rencontre avec Thibault de Montalembert
« Qu’est-ce qui vous a fait accepter ce rôle dans cette série à succès ?

Je viens de la scène où j’ai beaucoup interprété de drames. Aussi, qu’on me propose une comédie a été un grand bonheur. D’autant que c’est une comédie à la fois humaine et élégante. Les métiers du spectacle fascinent les gens, surtout lorsqu’on les emmène dans les coulisses. Là, ils entrent dans le monde d’une agence artistique, avec des comédiens qui jouent leur propre rôle et ça les fascinent. Les gens s’y retrouvent.
A la ville, vous n’avez pas, loin de là, le look du film !
(Il rit) Je joue un bourgeois bien assis, avec un look un peu rond, qui se donne la carrure du chef qu’il voudrait être mais qui ne l’est pas. C’est un personnage à double fond, qui a une vie à côté. Il joue sur plusieurs tableaux, il cache longtemps une fille qui se fait embaucher dans l’agence et c’est formidable à jouer. En fait, il ressemble à tout le monde, il peut être à la fois charmant et odieux. Il est un peu lâche, ambiguë, ce qui ne l’empêche pas d’avoir de l’humour.
Mêler des acteurs qui jouent un rôle avec des acteurs qui jouent leur propre rôle, c’est assez rare et original !
C’est aussi ce côté qui m’a plu. Grâce à Dominique Besnehard, qui les connaît tous, peu refusent de venir tenir leur propre rôle. Dans la saison trois, nous avons eu la chance d’avoir Monica Bellucci, Isabelle Huppert, Béatrice Dalle, Jean Dujardin qui est incroyable, Isabelle Adjani, Gérard Lanvin, Julien Doré*…
Et ça, ça plait beaucoup au public qui se retrouve derrière le rideau
Et ça marche !
A tel point qu’il y a une saison quatre !
Pourtant, au départ, ça n’était pas gagné car personne ne voulait de la série. On a mis près de dix ans pour que ça se débloque, grâce à Cédric Klapisch qui a été intéressé pour la réaliser. Aujourd’hui, grâce à son passage sur Netflix, toute l’Amérique connaît la série et nous a fait connaître.

DIX POUR CENT - SAISON 4 DIX POUR CENT S02

Et ça a eu une incidence sur votre carrière ?
Oui car c’est grâce à ça que j’ai reçu des propositions de là-bas. J’ai ainsi joué dans le film de David Michôd « The king », d’après « Henri V » de Shakespeare, produit par Brad Pitt, avec Sean Harris et Lily-Rose Depp entre autres. il va sortir aux Etats-Unis.
Et en France ?
Ça, c’est une autre histoire, mais je l’espère».
Entretemps on a pu le voir dans encore un tout autre registre, en travesti prostituée dans le film de Ruben Alvès «Miss».
*Quant à cette nouvelle saison de «Dix pour cent» elle nous réserve un plateau comme en aimeraient de nombreux producteurs.
*Avec L’agence ASK :Camille Cottin, Thibault de Montalembert, Grégory Montel, Liliane Rovère, Fanny Sidney, Nicolas Maury, Laure Calamy, Stéfi Celma, Assaad Bouab, Ophélie Kolb.
Participations exceptionnelles : Charlotte Gainsbourg, Franck Dubosc, José Garcia, Sandrine Kiberlain, Sigourney Weaver, Jean Reno.
Mais aussi : Anne Marivin, Stéphane Freiss, Mimie Mathy, Nathalie Baye, Muriel Robin, Marina Roliman, Guillaume Galliene, Valérie Donzelli, Xavier Beauvois, Julie Gayet, Bernard Verley, Rayane Bensetti et le clin d’oeil de Tony Parker !

Jacques Brachet



France 3 – Mardi 13 octobre à 21h05
CAPITAINE MARLEAU

Ep. 21 « La Reine des glaces »

CAPITAINE MARLEAU

Avec Corinne Masiero, Sylvie Testud et Christophe Lambert90 minutes
Un film de Josée Dayan
Auteurs : Alexia De Oliveira Gomes et Emmanuelle Michelet
Produit par Josée Dayan et Gaspard de Chavagnac
Avec : Corinne Masiero (Capitaine Marleau) – Sylvie Testud (Salomé Revel) – Christophe Lambert (Thierry Bégodeau) – Côme Levin (Adjudant Chabert) – Bastien Pujol (Adam Bégodeau) – Nino Kirtadzé (Jacqueline Longueville) – Bertrand Degrémont (Sébastien Revel) – Steevy Boulay (Steve Duteil) – Stéphane Grossi (Marcello)

CAPITAINE MARLEAU CAPITAINE MARLEAU CAPITAINE MARLEAU

Vedette d’un spectacle sur glace, Salomé Revel voit approcher avec angoisse la fin de sa carrière de patineuse. Lors d’une répétition, elle se blesse, ce qui permet à sa jeune rivale Lucie Engelberg de la supplanter. Quelques heures plus tard, Lucie est retrouvée morte, victime de coups violents. Salomé fait figure de suspecte idéale, mais Marleau est trop fine pour ne pas voir que l’affaire est plus compliquée : derrière des rivalités professionnelles se révèlent des secrets de famille…

CAPITAINE MARLEAU


France 2 : « Les petits meurtres d’Agatha Chistie »… dernière

Un cadavre au petit déjeuner – Vendredi 16 octobre à 21.05

LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE

Eh oui, avec ce 27ème épisode, notre trio de charme et de choc Samuel Labarthe – Blandine Labrevois – Elodie Frenk, tire sa révérence pour laisser la place à un nouveau trio : Annie Gréco (Clem, les bracelets rouges) – Arthur Dupont (Joséphine, Alice Nevers, Julie Lescaut…) et Chloé Chaudoye (Profilage).
On change d’époque, on va vers la fin des années 60 et on ne va pas tarder à les découvrir.
Mais pour en revenir à notre trio précédent, c’est au Festival de la Fiction Télé de la Rochelle qu’ils ont fait leurs adieux l’an dernier.
Des adieux musicaux puisque cet ultime épisode nous entraîne dans une comédie musicale inédite et surtout originale puisque non tirée de l’œuvre d’Agatha Christie.
Un épisode très spécial donc, filmé sous la forme d’une comédie musicale. Nous aurons donc le plaisir de voir  nos trois artistes danser et chanter.
Avouons-le, ce n’est pas le plus réussi, les chansons et les chorégraphies viennent un peu comme un cheveu sur la soupe et si les filles s’en tirent pas mal côté danse, Samuel Labarthe, lui, n’a pas dû apprendre à danser à la Comédie Française. Et n’est pas Jacques Demy-Michel Legrand qui veut.

1
Rencontre à la Rochelle 2019

Blandine Bellavoir nous avouait : «Je trouve merveilleux qu’une production ait eu le culot de défendre cette idée que j’avais amenée il y a déjà des années. J’adore chanter et danser, je trouve formidable d’utiliser tous les arts sur lesquels on travaille pour faire vivre une histoire et surprendre les spectateurs. Il y a une enquêtes, des chansons et tout le monde danse».
Samuel Labarthe, conscient de ses possibilités chorégraphiques limitées s’est prêté malgré tout à ce nouveau challenge avec le même enthousiasme. «Je ne sais pas du tout ce que ça va donner mais nous avons pris énormément de plaisir à le faire parce c’est nouveau et c’est un challenge incroyable. Il a fallu enregistrer les chansons, travailler les chorégraphies… La comédie musicale ne s’improvise pas, c’est vraiment énormément de travail ! Mais ça nous a tellement enthousiasmés de le faire. J’étais comme un gosse. C’est tout ce que j’aime et j’avais très peur d’avoir l’air totalement idiot mais, finalement, ça a été plus facile que je ne le pensais. Après c’est mon sentiment, peut-être qu’en le voyant, je vais me dire «Mais quelle catastrophe !».
Qu’il se rassure, ce n’est pas si catastrophique que ça, même si on ne le confondra pas avec Fred Astaire !
Quant à Elodie Frenck, l’actrice était rassurée de ne pas chanter comme elle avait dû le faire dans l’épisode spécial de Noël, dans lequel on avait découvert que la secrétaire chantait aussi faux qu’elle s’habillait avec goût. «J’ai évidemment posé tout de suite la question : « Il va falloir que je chante comme Marlène ? » et heureusement non. C’était juste le temps du tournage d’une petite séquence humoristique pour présenter l’épisode spécial de Noël. Dans l’épisode musical, Marlène chante juste. Ça a été extraordinaire à faire, on a pris des cours de danse et de chant. On est sorti de là vraiment rincés mais on a 13 chorégraphies et 13 danses originales».

LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE
LES PETITS MEURTRES D'AGATHA CHRISTIE

Finis donc, la perruque vaporeuse et les tenues sexy d’Elodie, le cynisme et la distinction de Samuel, l’intrépidité de Sandrine. On aura certainement du mal à les oublier, comme on l’avait fait avec le duo précédent Duléry-Colucci. D’ailleurs, en clin d’œil, apparaît dans ce dernier épisode, Antoine Duléry !
Mais on s’était fait à eux, à ces atmosphères désuètes, cette époque nostalgique…
Attendons donc  l’arrivée des trois nouveaux héros. !

Jacques Brachet

Auteur : Thierry Debroux
Réalisateur : Nicolas Picard-Dreyfuss
Avec :  Samuel Labarthe • Blandine Bellavoir • Élodie Frenck • Cyril Gueï • Dominique Thomas • Antoine Duléry