Archives pour la catégorie Télévison

Des « crimes parfaits » sur France 3 Mardi 30 juin 21h05

CRIMES PARFAITS

Un meurtrier, connu dès le début de l’épisode, pense avoir commis le crime parfait.
Mais l’enquêteur ou l’enquêtrice va tout faire pour trouver la faille dans le plan machiavélique imaginé par le tueur.
Auteurs : Lucas Marchesi, Morgann Martin & Brice Homs
Réalisation : François Guérin
Avec Antoine Duleéry (Renaud Delaunay) & Elisa Ruschke (Laura Mizon)

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Deux nouveaux épisodes
Un plat qui se mange froid
Guest : Bruno Debrandt
Philippe décide de se débarrasser du mari de sa sœur qui exerce dans la même clinique que lui. Au fait de ses allergies alimentaires, Philippe empoisonne son beau-frère, tout en s’assurant de brouiller méticuleusement les pistes quant à l’heure du décès. Le commandant Delaunay et le lieutenant Mizon devront percer à jour ce médecin un peu trop propre sur lui.

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Pas de fumée sans feu
Guest : Annelise Hesme
Clémence organise le crime parfait du fils de son patron, maquillé en accident de la route, en utilisant un surprenant système de sécurité commercialisé par l’entreprise familiale. Mais c’est sans compter sur le flair incomparable du commandant Delaunay et du lieutenant Mizon qui ne se laisseront pas berner par l’ingénieuse mise en scène.

CRIMES PARFAITS CRIMES PARFAITS

Deux épisodes sont en tournage au Grau du Roi, Nice et Menton depuis le 8 juin  sous la direction d’Emmanuel Rigaut : « Un cœur sombre » et « Master du crime », deux enquêtes menées par Isabel Otéro et Hubert Roulleau avec également Anne Caillon et Alexandra Vandernoot.
Deu autres épisodes sont également prévus :  « Légitime Défense » et « Une étoile est morte » sous la direction de François Guérin avec entre autres, Philippe Caroit, Astrid Veillon, …

CRIMES PARFAITS

Photos Guillaume Bournaud

France 2 – Jeudi 25 juin 21h,05
100 ans de comédies musicales

 LES STARS CHANTENT POUR SIDACTION

SIDACTION 2017

France Télévisions a décidé de mobiliser ses antennes autour de l’Association Sidaction le jeudi 25 juin 2020. Rappelons que l’Association avait été contrainte d’annuler l’édition 2020 du Sidaction en raison en raison de la crise sanitaire sans précédent que nous traversons. Point d’orgue de cette mobilisation, la diffusion, en première partie de soirée sur France 2, du divertissement évènementiel, «100 ans de comédie musicales – Les stars chantent pour Sidaction», enregistré quelques jours avant le début du confinement.

France 2 propose une soirée exceptionnelle autour des grandes comédies musicales le jeudi 25 juin, à 21h05, sous la présidence de Line Renaud.
Inspirée des émissions de Gilbert et Maritie Carpentier, découvrez cette fiction-variété unique en son genre, orchestrée par Marie-Sophie Lacarrau qui vous transportera dans l’univers des comédies musicales de Broadway, Las Vegas ou Paris.
Spécialement conçus et chorégraphiés pour l’émission, vivez de l’intérieur les plus beaux tableaux revisités de «West Side Story», «Notre-Dame de Paris», «New York, New York», «Roméo & Juliette», «Moulin Rouge», «Mozart, l’Opéra Roc », «Cats», «Hello Dolly !», «Chicago», «Les Dix Commandements» et beaucoup d’autres…
De nombreux artistes d’aujourd’hui referont vivre ces spectacles musicaux féériques dans des mises en scène inédites : Patrick Bruel, Maëlle, Vincent Niclo, Nicole Croisille, Jean-Paul Gaultier, les danseuses du Moulin Rouge, Chimène Badi, Agustin Galiana, Véronic Dicaire, Loïc Nottet, Anggun, la troupe du Paradis Latin, Bilal Hassani, Marina Kaye, Kamel Ouali, Élodie Fégé, Arielle Dombasle…

IMG_0171 - Copie DSC00161 - Copie
A7 - Copie E7

Mais aussi les interprètes originaux des comédies musicales de légende qui viendront réinterpréter leurs plus belles chansons : Daniel Lévi (Les Dix Commandements), Florent Mothe(Mozart, l’Opéra Rock), Julie Zenatti (Notre-Dame de Paris), Cécilia Cara & Damien Sargue (Roméo & Juliette)…
Une grande soirée d’engagement pour l’association Sidaction afin de sensibiliser les téléspectateurs et faire appel à leur générosité.
Afin de donner le maximum d’impact et de soutien aux actions de l’Association Sidaction en matière de recherche, d’aide aux malades et de prévention, les antennes et les programmes de France Télévisions accompagneront éditorialement cette mobilisation tout en multipliant les appels aux dons.

Pour faire un don à Sidaction : Par téléphone : en appelant le 110 (numéro d’appel gratuit) ; Par Internet : www.sidaction.org ; Par SMS au 92110 : en envoyant le mot «DON» pour faire un petit don de 5€ (coût d’envoi du SMS gratuit ou inclus dans les forfaits SMS). Par courrier : Sidaction – 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS




France 2 – « Romance », à partir du mercredi 10 juin

Une mini-série de de 6 x 52 min.
Un thriller romantique et fantastique

ROMANCE

Une série écrite et réalisée par Hervé Hadmar
Musique Originale : Eric Demarsan
Avec : Pierre Deladonchamps, Olga Kurylenko, Pierre Perrier, Barbara Schulz,  Simon Abkarian, Anne-Sophie Soldaini, Alain Fromager, Jeanne Rosa, Cécile Paoli, Vincent Steinebach

Paris 2020. Jérémy a 32 ans. Il habite Paris. Solitaire, «refusant d’appartenir à son époque», il tombe amoureux d’une femme sur une photographie. Une photo prise à Biarritz en 1960.
«Romance», c’est l’histoire d’une rencontre qui n’aurait pas dû avoir lieu ; une rencontre amoureuse, passionnelle qui va bouleverser des destins et changer des vies.
Biarritz été 1960 : le début du surf ; l’arrivée du rock ; le soleil et l’insouciance. Jérémy rencontre la femme photographiée. Elle se prénomme  Alice et elle aussi  porte un mystère. Alice : un passé à découvrir, un secret à dévoiler, un amour à vivre… et un destin à sauver. : Jérémy découvre un club «le Wonderland». On y chante et on y danse le rock. Ce club, inexplicablement, va servir à Jérémy de «porte».
Un passage entre le Paris des années 2020 et le Biarritz des années 60.

ROMANCE ROMANCE

Pierre Deladonchamps 
«Romance» c’est un voyage dans le temps… à la fois effrayant et merveilleux.
Jérémy est contraint de voyager dans le temps, des années 2020 à Paris, à Biarrirtz  aux années 60  sans l’avoir voulu.
Il a vu la photo d’une femme dans un club à Paris dont il tombe amoureux. Il s’ennuie dans sa vie et cette photo lui permet de s’évader et de se retrouver dans un cabaret à Biarritz dans les années 60.
Il rencontre Alice qui cache un lourd secret qu’il va essayer de découvrir. Alors que lui aussi cache son secret, il va essayer de l’aider. C’est une histoire d’amour à la fois sombre, romantique et glamour.
C’est grisant de se dire qu’on peut avoir ce pouvoir de se déplacer dans le temps ! »
Olga Kurylenko
«C’est une histoire d’amour qui se déroule comme un thriller. Alice est une femme mystérieuse a un secret, un passé très lourd et qui a une mission.
Le destin fait que Jérémy tombe amoureux d’elle. Quant à elle, elle ne sait pas trop si c’est réciproque. Ce qu’il y a de fort, c’est qu’on lui a prédit cette rencontre qui risque d’être dangereuse.
C’est un retour vers le passé où ce qu’on croit n’est pas ce qui est vrai»

ROMANCE

Simon Abkarian
«Alice» est un conte de fée moderne et musical.
J’y interprète Tony, je tiens une boîte le Wonderland dans le futur et dans le passé et je joue à la fois le père et le fils.
Il va rencontrer Jérémy, il ne sait pas d’où il vient mais il décide de l’aider. Ce qui les lie, c’est l’amour de la musique, du jazz.
Tony n’est pas un voyou, c’est un «démerdard» qui a des connexions.
C’est une belle histoire qui swingue et c’est un vrai thriller.
Barbara Schulz
«C’est une histoire à la fois glamour, mystérieuse, romantique sur fond de jazz.
Tony est amoureux de Margaret mais elle, elle hésite encore à se plonger dans une histoire d’amour car elle a eu un grand chagrin. C’est un secret, un deuil qu’elle n’arrive pas à surmonter. Tony la console et va la ramener à la vie. Entre elle et lui, il y a beaucoup de pudeur, de non-dits. Elle essaie d’écrire un livre avec difficulté mais elle a un don de voyance, elle a accès à l’invisible et va prédire des choses à Alice qui vont les troubler toutes les deux. Elle sent chez elle un lourd secret et elle la trouve touchante. Grâce à ce don, elle est plus apte à accepter l’impossible, les coïncidences.

ROMANCE



FRANCE 3 – Les Mystères des majorettes

LES MYSTÈRES DES MAJORETTES

Samedi 30 Mai à 21.05
Une enquête menée à la baguette… des majorettes !
90 min
Un film réalisé par Lorenzo Gabriele
Scénario et dialogues : Laure Duthilleul et Lorenzo Gabriele
Avec : Isabelle Vitari (Claire), Alexandre Varga (David), Marie Bunel (Patricia), Michèle Moretti (Eliette), Jean Dell (Pierre), Laurent Fernandez (Jo), Lucia Passaniti (Lauren), Matthieu Lermitte (Luc)

LES MYSTÈRES DES MAJORETTESLES MYSTÈRES DES MAJORETTES
LES MYSTÈRES DES MAJORETTESLES MYSTÈRES DES MAJORETTES

Dans une petite ville de Charente-Maritime, une jeune majorette est retrouvée morte dans une glacière située sur le domaine de Madame Li, une riche viticultrice chinoise installée depuis quinze ans dans la région.
Pour Claire, capitaine de gendarmerie en charge de l’affaire, l’enquête s’annonce des plus compliquées, entre les rivalités des majorettes, les soupçons véhiculés par la xénophobie des villageois et les vieilles histoires de famille qui renaissent …
On impose à Claire un criminologue de la région, David, comme partenaire pour son enquête.
Claire, peu encline à se prêter au jeu des analyses psychologiques de ce partenaire, va devoir pourtant trouver un moyen de collaborer avec ce dernier afin de résoudre le mystère qui plane sur la petite ville.
Leur collaboration imposée va révéler chez chacun d’eux de douloureux secrets…

LES MYSTÈRES DES MAJORETTES



FRANCE 3 – MEURTRES EN CORRÈZE

Samedi 2 mai à 21.05
Unitaire — 90 min pour France 3

MEURTRES EN CORRÈZE

Réalisé par Adeline Darraux
Avec Arié Elmaleh – Carole Bianic – Joyce Jonathan  – Jean-Claude Drouot  – Olivier Bénard  – Jennifer Maria
Dans la ville de Tulle, comme chaque année, des processionnaires et pénitents portent la statue de Saint Jean, qui aurait vaincu la grande peste au XIVe siècle. Mais, ce soir-là, en marge de la procession, on retrouve assassiné Manuel Marquis, un artiste local qui s’est fait un nom dans l’art contemporain.

MEURTRES EN CORRÈZE MEURTRES EN CORRÈZE MEURTRES EN CORRÈZE

La capitaine Lena Ribeiro, enfant du pays, est en charge de l’enquête. Seulement, elle est obligée de collaborer avec Axel Zeller un commandant de la SRPJ de Bordeaux, son ancien grand amour, qu’elle n’avait pas revu depuis treize ans. Autant dire que la collaboration entre les deux s’avère difficile pour une enquête qui ne l’est pas moins. En effet, le chiffre 9 gravé sur le front de  la victime laisse penser que son meurtre n’est que le début d’une série macabre…

MEURTRES EN CORRÈZE MEURTRES EN CORRÈZE



Fance 3 dès le mardi 21 21.05 : TANDEM – Saison 4

TANDEM

La série où l’enquête menée est toujours une affaire de fmille fait son retour.
Avec notamment : Astrid Veillon (Léa Soler), Stéphane Blancafort (Paul Marchal)
Piérick Tournier (Erwan Lebellec), Baya Rehaz (Inès Zaidi), Tatiana Gousseff (Sabine Mauriac), Sarah Cheyenne (Alice) Titouan Laporte (Thomas)
Forte d’une saison 3 qui a rassemblé l’année dernière en moyenne 3,6 millions de téléspectateurs pour 16,1 % de PdA, la saison 4 réserve de nouvelles surprises… et de nouveaux personnages avec l’arrivée d’une collègue au commissariat (Tatiana Gousseff) mais aussi… du père de Léa (Patrick Descamps).
Au programme de ces nouveaux épisodes
Après une fin de saison 3 qui a vu Léa s’opposer au colonel et risquer de perdre son poste, devoir quitter Montpellier, où vivent ses enfants et son ex, Paul, nous la retrouvons finalement toujours commandant. Arrive pourtant à la brigade un nouveau colonel qui, à la surprise générale, n’est autre que Pierre Soler, le père de Léa. Si elle se réjouit de retrouver son père qu’elle admire tant, comment cohabiter avec cette figure de la gendarmerie que tout le monde admire ?
Côté personnel, Léa considère qu’il est temps pour elle d’ouvrir un nouveau chapitre de sa vie, elle se sent prête à s’engager en couple avec Grégory, son professeur de yoga, avec qui tout semble bien aller.
Le coup est dur pour Paul, c’est la première fois depuis qu’ils sont séparés qu’il voit Léa en couple.
Il se pose des questions, se demande s’il ne devrait pas progresser en devenant commandant dans une autre brigade, ce qui signifierait quitter Montpellier (et donc ses enfants… et Léa ?).
De son côté, Alice, la fille de Léa et de Paul, découvre qu’elle est enceinte… une nouvelle qui va bouleverser la famille.

TANDEM TANDEM

Épisode 38 : « Dernière danse »
Scénaristes : Denis Alamercery et Eloise Tibet-Zanini
Réalisateur : Lione lChatton
Alexander Williams, chorégraphe à la réputation mondiale, est retrouvé mort sur la scène de l’Agora.
L’une de ses danseuses, Nathalie Parisot, est retrouvée couverte du sang de la victime et en état de choc. Mais elle ne se souvient de rien : elle est atteinte d’un syndrome précoce d’Alzheimer.
En creusant pour trouver des preuves contre elle, Soler et Marchal vont se rendre compte que le meurtre n’est peut-être pas aussi simple qu’il n’y paraît… Alexander Williams semblait cacher plusieurs secrets. L’a-t-on tué par jalousie ? Et si Nathalie n’était pas coupable mais avait assisté au meurtre ?

Épisode 39 :  « Fouilles mortelles »
Scénaristes : Alexandra Julhiet et Laurent Vignon
Réalisateur : Denis Thybaud
Sur un chantier de fouilles archéologiques, le corps de Marion Duval, une étudiante, est retrouvée dans une chambre funéraire hermétiquement scellée.
Un véritable mystère de chambre close que doivent résoudre nos enquêteurs !

TANDEM TANDEM

Épisode 40 : « Les mots de Judith »
Scénaristes : Jean-Marc Dobel et Denis Alamercery
Réalisateur : Denis Thybaud
Judith Collet, artificière, est retrouvée tuée par une fusée du feu d’artifice qu’elle tirait. Depuis quelques mois, Judith cachait un secret. Où se rendait-elle deux soirs par semaine ? Avait-elle un amant, et son mari l’aurait-il découvert ? Est-ce que cela avait un rapport avec la promotion qu’elle avait refusée ? Ou bien est-ce une collègue jalouse du succès de Judith qui l’aurait tuée ?
Épisode 41 : « Peaux Rouges »
Scénariste : Alexandre de Seguins
Réalisateur : Jason Roffe
Le corps de Patricia Raynaud, tuée par balle, est retrouvé à proximité d’une carrière de bauxite, un minerai rouge qui donne au lieu des allures de décors de western. La victime travaillait pour l’entreprise qui exploite la carrière, carrière dont la particularité est d’avoir pour seuls actionnaires l’ensemble de ses salariés. La jeune femme avait été élue directrice trois mois plus tôt.
Paul passe du temps à la carrière, convaincu que la rivalité entre l’ancien directeur et la victime pourrait avoir un lien avec le crime. Pendant ce temps, Léa apprend que la victime venait de découvrir que son père, disparu depuis des années, n’avait probablement jamais quitté la région ! Leurs pistes finiront par converger et lever le voile sur un mensonge vieux de dix ans…

… A suivre…

 

 




France 2 – Candice Renoir – Saison 8 inédite

CANDICE RENOIR

A partir du vendredi 17 avril à 21h
Créée par Robin Barataud, Brigitte Peskine et Solen Roy-Pagenault
D’après un concept de Robin Barataud, Jean Reynard et Brigitte Peskine
Réalisée par Pascal Lahmani , David Ferrier et Raphaël Lenglet
Avec : Cécile Bois (Candice Renoir), Raphaël Lenglet (Antoine Dumas), Ali Marhyar (Mehdi Baddou), Yeelem Jappain (Val), Olivier Cabassut (Marquez), Marie Vincent (Nathalie Delpech), Christophe Ntakabanyura (Ismaël), Clara Antoons (Emma Renoir), Étienne Martinelli (Jules Renoir), Alexandre Ruscher (Léo Lenoir)
En guests : Anne Decis, Charlotte Gaccio, Mathieu Séraphine, Julie-Anne Roth, Didier Bénureau

CANDICE RENOIR- S08

Souvenirs, souvenirs… Cette nouvelle saison est celle de la mémoire, oubliée, enfouie, défaillante, mais toujours vive. Les secrets bien gardés, le syndrome post-traumatique, la valeur sentimentale des objets, la prescription, le passé qui nous rattrape seront autant de thèmes déclinés aussi bien dans les intrigues que dans la vie amoureuse de Candice. A la sortie de son opération du cerveau, Antoine n’est plus tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Entre Candice et lui, les compteurs sont remis à zéro, retour à la case départ ! Comment Candice va-t-elle s’y prendre pour sauver leur amour ? Et jusqu’où ira-t-elle pour le protéger ? La saison 8 s’adressera aussi à la mémoire du spectateur qui, à cette occasion, pourra revoir nos héros tout au début de leur histoire et constater que si les enfants de Candice ont bien grandi, ils font toujours tourner leur mère en bourrique.

CANDICE RENOIR- S08 CANDICE RENOIR

Comme chien et chat
Claire Longval est retrouvée morte dans sa jolie maison, violemment frappée à la tête dans son sommeil. Il y a des traces d’effraction, son sac a disparu, mais on trouve aussi les preuves  d’un sérieux contentieux concernant la maison.
Quelle est cette histoire qui a mal fini ? Une histoire d’amour ? Une histoire d’héritage ? Une histoire de chien ? Ou un peu des trois ? Une enquête où la victime ne sera pas celle que l’on croyait et où Candice disculpe un prévenu grâce à l’ADN d’un chat.

CANDICE RENOIR- S08 CANDICE RENOIR- S08

Souvent le feu éteint dort sous la cendre
Candice et Antoine attendent l’issue des délibérations de leurs adjoints qui ont enfin compris qu’Antoine ne se souvient plus du tout de son commandant, et que Candice est complice de cette défaillance, quand un corps est signalé au pied d’un pont. Une situation tendue, une enquête difficile qui se déroule dans l’univers des victimes, ou supposées telles, d’un incendie. Le groupe en oublie d’accueillir Ismael, leur nouveau coéquipier, tout à fait dans les règles. Ils le payeront très cher…

 



France 2 – « Vivre sans eux »

VIVRE SANS EUX

Fiction inédite – 90′ – Mercredi 08 avril à 21h
Scénario : Jean-Luc Estèbe – Réalisé par Jacques Maillot
Avec : Bernard Le Coq (Martin Calbert), Esther Garrel (Adèle Terrazoni), Grégory Montel (Olivier Mauclair), Lilou Fogli (Solène Mauclair)  Cécile Fisera (Alix Terrazoni), Julie Badoc (Isabelle Favereau), Loïc Guingand (Bernard Lantier)

VIVRE SANS EUX VIVRE SANS EUX

Martin a 60 ans, Adèle en a 25.
Il est bougon, malade et timide. Elle est insolente, effrontée et provocante. Il cherche son fils, elle cherche son père. En sonnant à la dernière adresse du couple que formaient les deux disparus, ils tombent sur le nouveau propriétaire des lieux qui les assure qu’ils sont partis à l’étranger.
Martin et Adèle vont faire l’enquête pour disparition inquiétante que la gendarmerie leur refuse. Et découvrir, au péril de leurs vies, que les deux disparus ont été assassinés…


France 3 : Eric CANTONA, le voyageur revient

LE VOYAGEUR

Mardi 17 mars 21h05
Le Voyageur – La permission de minuit 90’
Ecrit par Hervé Korian
Réalisé par Stéphanie Murat
Avec notamment : Éric Cantona (Thomas Bareski) – Rachida Brakni (Romane Diaz) Lio (Anne Farou) – Anne Benoit (Major Cathy Duchene) – François Chattot (Paul Molina) – Pascal Reneric (Jean-Pierre Malinowski) – Raphaël Thiery (Luc Frero) …

LE VOYAGEUR Tournage "le voyageur" realisation Stephanie MURAT. Avec Eric Cantona

Après avoir rassemblé 5 millions de téléspectateurs en mai dernier sur France 3, Éric Cantona retrouve le personnage de Thomas Bareski pour une nouvelle enquête en Camargue. 
Chaque année en France, 310 homicides restent non élucidés, empêchant des familles brisées de faire leur deuil.
Le système judiciaire national est implacable : pas de résultat, pas de budget pour poursuivre l’enquête.
Une ancienne pointure de la CRIM, Thomas Bareski, s’est donné pour mission de rendre justice à ces familles démunies, une mission qu’il considère comme un devoir.
Itinérant, sans attache et amoureux de la nature, Thomas est un homme atypique mais surtout un policier hors norme prêt à modifier son mode de vie pour mener à bien sa mission.
Depuis trois ans, l’agent Bareski s’est mis en disponibilité de la police et s’est affranchi des codes de la société de consommation pour suivre les meurtriers partout où ils se trouvent.
Lorsque son van arrive au pays d’Arles pour enquêter sur le meurtre d’une jeune femme, Bareski a la certitude que cette dernière est la troisième victime d’un tueur qui sévit depuis 2012 dans la région. Mais, cette fois, il ne sera pas le seul à vouloir retrouver ce criminel, une femme, énigmatique, va se joindre à lui.

Eric Cantona et Lio

Eric Cantona et Lio


France 2 : Nouvelle série de 8×52′
Astrid et Raphaëlle, dès le vendredi 13 mars à 21.05

940x526

Après le succès de leur première enquête, Raphaëlle Coste, commandant à la brigade criminelle, et sa comparse autiste Astrid Nielsen, archiviste à la documentation criminelle, vont de nouveau être confrontées à des énigmes criminelles inextricables.
Avec : Sara Mortensen, Lola Dewaere, Benoît Michel…
Guests : Kamel Isker, Elisabeth Mortensen, Fanny Bastien, Charlélie Couture, Benjamin Egner, Richard Gotainer, Ariel Wizman, Stéphane Guillon, Stéphanie Pareja, Daniel Mesguich, Anne Le Nen, Fauve Hautot, Michel Bompoil, Raphaël Mezrahi, Hugo Horiot, Vincent Moscato, Gérard Miller

ASTRID &RAPHAELLE S01 ASTRID &RAPHAELLE S01

Sarah Mortensen/Lola Dawaere : Rencontre croisée.
Comment vous êtes-vous retrouvées dans cette aventure ? Et qu’est-ce qui vous a séduites ?

Lola Dewaere : La différence et la singularité du duo m’ont beaucoup plu. Et le fait qu’il s’agisse d’un duo femme/femme également !
Sara Mortensen : Grâce d’abord à mon agent qui lit absolument tous les scénarios ! Il y avait aussi une envie de la part de France 2 qu’on tente l’aventure ensemble. Après, jouer un personnage différent, qui prône la différence, c’est un vrai cadeau et un challenge pour un acteur. Ce qui est formidable avec Astrid, c’est que je ne pense pas comme elle, je ne parle pas comme elle, je ne me déplace pas comme elle, je ne fais rien comme elle, en fait et c’est génial d’être à ce point-là «pas soi».
Vous vous connaissiez auparavant ? Aviez-vous déjà eu l’occasion de travailler ensemble ?
Lola : Non, je ne connaissais pas Sara avant.
Sarah : Nous n’avions jamais travaillé ensemble. Nous avons été choisies chacune de notre côté et ensuite on s’est rencontrées autour de la table pour faire la première lecture du scénario. En fait, je crois que ça s’est très bien passé parce que nous sommes aussi différentes dans la vie qu’Astrid et Raphaëlle.
Comment définiriez-vous votre personnage ? Qu’est-ce que Raphaëlle apporte à Astrid, et vice versa ? Quel est le rôle de chacune dans ce duo d’enquêtrices pas vraiment banal ?
Lola : Raphaëlle est une bonne pâte, une flic très intuitive, simple, honnête et entière, ce qui peut l’amener à quelques maladresses, un peu trop souvent d’ailleurs ! Astrid est une autiste, mais ça ne veut pas dire qu’elle n’a pas sa propre singularité, en raison notamment de ses passions : les casse-tête, les puzzles, les énigmes à résoudre… C’est pour cela que ce binôme, pourtant si différent, est très complémentaire. Astrid apporte un cadre à Raphaëlle, qui a des méthodes de travail très bordéliques. Elle va aussi l’aider à redorer son blason auprès de sa hiérarchie. Quant à Raphaëlle, elle donne une chance à Astrid de s’ouvrir au monde qui l’entoure malgré la violence que cela implique pour elle de se confronter aux neurotypiques. Raphaëlle la bouscule dans sa rigidité d’autiste, ça passe ou ça casse… Elle la « sort » de ses archives et veut prouver à Astrid et à son équipe qu’elle est capable de bien plus qu’elle ne le croit et très précieuse pour les enquêtes. Au début, c’est un rapport très intéressé et très opportuniste que Raphaëlle établit avec Astrid et puis, très vite, une amitié sincère et très forte va naître entre ces deux femmes.

ASTRID &RAPHAELLE S01

Sarah : Raphaëlle est une femme très spontanée, très bordélique, très borderline, très intuitive et qui va jusqu’au bout des choses. Astrid, au contraire, est quelqu’un de très organisé, très méthodique, qui a besoin de points de repère en permanence et ne supporte ni l’improvisation ni l’imprévu. Elle travaille de fait « sous terre », puisqu’elle opère dans un service de documentation au sous-sol, alors que Raphaëlle est dehors sur le terrain, elle est plus « solaire ». Grâce à elle, Astrid, qui enregistre tout ce qu’elle lit, va enfin pouvoir aller sur les scènes de crime « en vrai » et utiliser ses capacités hors du commun.
Ça saute aux yeux : vous êtes très différentes physiquement. Était-ce une volonté de la part des réalisateurs ? Avez-vous l’impression que ça vous a aidées à construire votre personnage ?
Lola :
Oui, je crois que c’était une volonté très nette de la part des réalisateurs, de la production et de la chaîne. Et en effet ça aide, parce que, du coup, il n’y a aucun effet miroir, donc on réussit à trouver plus facilement sa singularité dans le jeu.
Sarah : À mon avis, il y avait surtout au départ la volonté de mettre deux énergies ensemble ; le fait d’être à l’opposé physiquement, le fait d’avoir une brindille et un bulldozer, je pense que ça rajoute du punch à ce duo, qui est improbable. Et puis cette différence entre les deux permet à toutes les femmes de pouvoir s’identifier aux personnages. Le duo fonctionne hyper bien parce qu’elles se complètent totalement.
Vous êtes-vous renseignées sur l’autisme avant le tournage ? Le personnage d’Astrid est-il crédible ?
Lola :
Je suis une personne très curieuse, je m’intéresse à tout, donc j’avais lu des choses sur l’autisme, mais je n’ai pas voulu faire de recherches plus précises quand on m’a proposé ce rôle. Je voulais me rapprocher du personnage de Raphaëlle et en savoir le moins possible sur l’autisme.
Sarah : Évidemment que je me suis renseignée sur cette différence cognitive, évidemment que j’ai énormément échangé avec des autistes, avec les personnes du spectre, comme on dit. J’ai beaucoup évolué avec eux. Et oui, le personnage est crédible. Il y a autant de neurotypiques et d’autistes qu’il y a d’êtres humains. Tout le monde est différent… De son côté, Raphaëlle, elle aussi, est un cliché de neurotypique, elle oublie d’aller chercher son fils à l’école, etc. Ce qu’on peut dire d’Astrid, c’est qu’elle n’a pas eu beaucoup d’efforts à faire, parce que son cadre d’évolution sociale et environnemental n’a pas été défavorable et qu’elle n’a pas eu à s’adapter à trop de choses en fait. Quand elle va être confrontée à des rapports sociaux, elle va être obligée d’apprendre à gérer. Mais c’est tout à fait plausible.

ASTRID &RAPHAELLE S01

C’était compliqué, Lola, de se retrouver en face d’un comédien qui joue quelqu’un de «différen » ? Et vous Sarah, de s’astreindre à ne pas regarder les autres dans les yeux, d’avoir à retenir vos gestes ?
Lola :
C’est troublant au début. Mais Sara a une énergie et une force de jeu telles que, même si j’avais dû jouer les yeux bandés, je n’aurais jamais été perdue ou seule.
Sarah : C’est beaucoup, beaucoup de concentration, parce que l’essentiel pour moi était que tous les gens concernés de près ou de loin par le spectre autistique ne se sentent ni ridicules, ni trahis, ni blessés. C’était ça, la part la plus importante du travail. Je suis donc restée extrêmement concentrée, sur le fil, comme pour un exercice de funambulisme. Après, ça reste un plaisir ; ce qu’il faut avec Astrid, c’est qu’elle me plonge dans un état où je suis complètement avec elle, c’est-à-dire qu’il y a des séquences où moi-même je ne sais pas comment elle va réagir, où je la laisse faire, où je la laisse prendre le dessus dans ce qui va se passer. Le fait de ne pas regarder les gens est assez intéressant, parce que ça force à une autre écoute, à observer d’un autre point de vue, à bouger de cadre, et ça force du coup à regarder des choses que d’habitude je ne regarderais jamais : les vêtements des gens, leur gestuelle, leurs bouches, leurs mains, leurs pieds, des choses dans le décor, et finalement ça ouvre une écoute absolument incroyable puisqu’on n’est que dans l’écoute auditive et dans l’observation.

Propos recueillis par Beatriz Loiseau