Archives pour la catégorie Tourisme

Sanary ou la vie en ros…é
sur le plus beau marché de France !

A

Si Toulouse avait vu ces jours-ci Sanay, elle aurait pâli tant la ville avait revêtu ses habits roses annuels de la manifestation « Just Rosé » !
Entre pluie et soleil, le rose a donc dominé pour la sixième fois, le vin a coulé sans modération, les domaines et châteaux ont pu faire apprécier leurs millésimes sur un port où il était difficile de faire un pas. Quant aux voitures, n’en parlons pas, tous les parkings affichaient « complet » et si l’on ne venait pas à l’aube, entre les bouchons (qui n’étaient pas millésimés, eux !) et le manque de place, on mettait des heures pour se garer quelquefois fort loin.
La rançon de la gloire !
L’an dernier, près de 60.000 personnes ont investi la ville, cette année sûrement, le record aura été battu tant le succès de cette manifestation a dépassé la commune, le Var, les départements limitrophes, sans compter les réseaux sociaux qui ont été inondés de photos roses !

E C

L’an dernier, nous avions eu une ville toute décorée de ballons roses, de parapluies roses. Cette année, plus sagement, elle fut décorée de rubans, toujours roses évidemment mais peut-être de moins bel effet.
120 bénévoles repérés par leur tee-shirt « Just rosé » se sont démenés comme de beau diables roses, toujours avec le sourire, pour répondre au questions, aider les gens et leur distribuer ce verre aujourd’hui devenu collector. Et 70 exposant ont prouvé que notre terroir sait donner de beaux produits, nos vins en l’occurrence.

F G H
I

Emilie PARRA, pour voir la vie en rosé.
Mais à la boutique, l’on pouvait découvrir, outre les verres, des mugs, des tee-shirts, des tabliers, des stylos, des tire-bouchon, des bouchons avec le logo « Just Rosé » mais aussi avec une très sympathique affiche signée Emilie Parra.
Elle est illustratrice free lance, vit à Six-Fours et, toute souriante, cette jolie maman est heureuse et fière de voir sa belle affiche illustrer cet événement.
Comment a-t-elle été choisie ?
« Tout simplement – m’explique-t-elle – en ayant été contactée par le syndicat des commerçants qui avait vu mon travail sur mon blog.
Comment vous est venu ce talent et cette envie de faire ce métier d’illustratrice ?
J’ai toujours aimé dessiner et en 2014, j’ai créé un blog pour montrer ce que je faisais. Dès la première semaine, j’ai commencé à avoir des commandes. Aujourd’hui, je travaille pour des magasins de modes, pour de grandes marques comme Minelli, Beauty Success, Réminiscences car je reste dans un univers très féminin, très « girly ».
Et vous travaillez chez vous à Six-Fours ?
Oui, je suis restée 5 ans à Paris en finalement me rendant compte que je pouvais très bien travailler de chez moi, d’autant qu’entre temps j’ai eu deux enfants. Et avec les réseaux sociaux, ça marche très fort.
En dehors de ces marques citées, quelle est votre clientèle ?
Elle est très diverse. Ce peut être un particulier qui veut un portrait de famille. Auquel cas je demande des photos, je me renseigne sur leur taille, leurs goûts, leurs habitudes vestimentaires. Je travaille aussi pour de nombreuses petites marques mais encore pour des cartes d’anniversaires, d’événements divers comme les enterrement de jeunes fille. Je m’adapte à ce que les gens désirent…
Et tout ça sans rencontrer les gens ?
Oui, c’est ça la force des réseaux sociaux et du coup, je travaille sur la France entière, la Suisse, la Belgique… Quelquefois plus loin. En fait, c’est avec ma région que je travaille le moins ! Ma clientèle se compose de 30% de particuliers et de 70% de pub.
Alors, pour cette affiche, comment ça s’est passé ?
Nous avons fait un briefing car il fallait que je sache ce que je devais faire. Le sujet était donc « La vie en rose » et il fallait que sur l’affiche on voit une famille, un pointu et le clocher de l’église. Ceci mis à plat, j’ai donné libre cours à mon imagination. Je n’ai d’ailleurs réalisé qu’une maquette qui a été acceptée !
Donc vous êtes une artiste heureuse ?
(Grand sourire) Bien sûr, c’est très valorisant de voir son travail décliné sur plein de supports et de voir son affiche un peu partout.
Des projets ?
oui, j’ai toujours quelques projets à développer et j’espère que mon affiche aura plu et que je serai encore là l’an prochain ! »

J K
M L

La ville en fête
Durant quatre jours, malgré la pluie qui a par moments gâché la fête, cette ruée familiale venue de tous bords a trouvé de quoi passer de belles journées car si le rosé était le phare de cette manifestation, toute la famille pouvait y trouver son compte. Et si les grands sirotaient, les petits n’étaient pas en reste puisqu’on pouvait trouver au fil des stands un rosé… sans vin !
Un rosé sans alcool ? Une aberration ? Une blague ? Eh non, aujourd’hui on peut donc boire du rosé sans se saouler !!!
Mis à part cette nouveauté, les enfants trouvaient des tas de jeux à pratiquer, l’on eut droit à l’aubade brésilienne avec Alex Rosa et son équipe, des tas d’artistes et sportifs venus se produire sur le podium, des magiciens et artistes en tous genres dont des street-artistes nous offrant des oeuvres sur place, à emporter aussitôt faites…
Bref, Sanary a vécu durant quatre jours la vie en ros et le maire, Ferdinand Bernhard peut se targuer d’avoir une ville qui bouge en tous sens puisque, durant cette manifestation, une autre avait lieu : « L’homme et l’espace » avec la venue de scientifiques et de cosmonautes russes et français. Dommage d’ailleurs que ces deux manifestations se chevauchent car elles avaient toutes deux un très grand intérêt et que par moments, il fallait choisir.
A revoir si l’an prochain les deux manifestations ont à nouveau lieu.

B D

Sanary élu plus beau marché de Farnce !
Enfin, cerise (ou plutôt… raisin !) sur le gâteau, voilà que dans la course au plus beau marché de France, organisée par TF1, Sanary est arrivée en tête et remporte le concours. Mardi on y pensait un peu en voyant TF1 débarquer dans le ville mais c’est ce mercredi, comme par hasard jour du marché, qu’à 13 heures est apparu à l’écran Jean-Pierre Pernault dans le kiosque à musique emblématique de la commune et quelques minutes plus tard, l’on voyait le maire brandir le trophée, ému, heureux et fier, offrant à sa commune une vision nationale qui va certainement amener un afflux de curieux et de vacanciers.
Pour rappel, l’opération « Votre plus beau Marché », une initiative totalement inédite de Jean-Pierre Pernault et de son équipe, a été lancée le 15 janvier dernier dans le JT de 13 heures, en partenariat avec la presse régionale.
Cette toute première élection a déclenché une mobilisation exceptionnelle dans les villes et régions concernées, avec à la clé 3,8 millions de votes sur le site TF11Vous, à la clôture du concours, vendredi 4 mai.
Avec tout ça, pourvu que les prix n’y flambent pas !!!

O N

 Jacques Brachet

Journée Internationale des Forêts

LA METROPOLE TOULON PROVENCE MEDITERRANEE ORGANISE LA JOURNEE INTERNATIONALE DES FORETS A LA MAISON DE LA PLEINE NATURE DE JANAS 
dimanche 25 Mars 2018 de 10h à 17h au Cap Sicié

CPresseJourneeInternationaledesForets-1

En 2011, la Journée internationale des forêts a été proclamée le 21 mars de chaque année par l’ONU. Coordonnée en France par l’association Teragir, l’opération met à l’honneur la forêt, l’arbre et le bois afin de faire découvrir à tous les citoyens leurs multiples fonctions. Associations, collectivités, entreprises et professionnels de la filière forêt-bois sont invités à organiser du 17 au 25 mars 2018 tout événement local en France et dans les DOM-TOM pour faire découvrir la forêt au grand public.
Depuis son lancement en France en 2014, la Journée internationale des forêts a réuni plus de 100 000 personnes grâce aux 920 manifestations organisées chaque année partout en France
Dans le cadre de la 5e saison de la Journée internationale des forêts, la Métropole Toulon Provence Méditerranée vous invite à la Maison de la Pleine Nature de Janas pour une journée de découverte du Massif du Cap Sicié le dimanche 25/03/2018. En présence de l’Office National des Forêts, du Refuge aux Abeille, de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, venez découvrir les richesses de ce massif forestier.
Ce projet vise à présenter le Massif du Cap Sicié : ses richesses naturelles et paysagères, la gestion durable de ce massif forestier et ses nombreux acteurs.
Au programme de cette journée grand public :
– des jeux et animations sur le thème de la forêt méditerranéenne et des abeilles,
– un atelier citoyen pour lutter contre la chenille processionnaire du pin
– une visite guidée à 14h00 (réservation au 07.85.89.31.17)
– une projection du documentaire les « Ailes de la Nuit » à 16h00.
Depuis son lancement en France en 2014, la Journée internationale des forêts a réuni plus de 100 000 personnes grâce aux 920 manifestations organisées chaque année partout en France
Venez nombreux le dimanche 25 mars 2018, à la Maison de la Pleine Nature (1812 route de Janas, 83 500 La Seyne-sur-Mer).

Renseignements et réservation au 07.85.89.31.17

 

BARCELONE, ville de beauté, de culture, d’Histoire

2

Barcelone est une ville catalane qui fut le centre d’une grande liesse en 1992 en recevant les Jeux Olympiques mais aussi au cœur d’une tragédie : l’attentat de 2017.
Entre ces deux extrêmes, Barcelone reste la deuxième ville d’Espagne, située sur le littoral méditerranéen. C’est une ville riche d’Histoire mais aussi très importante au niveau économique, touristique, artistique, qui reçoit quelque 9 millions de touriste chaque année.
Premier port de passage d’Europe, deuxième port pour le fret elle représente la superficie de quatre fois Paris intra muros.
L’architecture, tout comme à Rome, côtoie allègrement l’ancien et le moderne, l’ancien, venu des Romains et du Moyen-Âge principalement, le moderne représenté par des artistes comme Mirö, Gaudi, Picasso…
Gaudi qui a laissé nombre de chefs d’œuvres comme la Sagrada Familia, qu’il n’a pu achever et qui est toujours en chantier, le parc Güell du nom du mécène qui l’avait commandé à Gaudi et qui fait aujourd’hui partie du patrimoine national de l’Unesco, tout comme l’hôpital de Santt Pau ou encore le Palais de la Musique construits au début du siècle dernier par Lluis Domenech i Montaner….

9
12  10 11
On ne peut pas ne pas parler de la Rambla, qui sépare la ville moyenâgeuse et la ville moderne, hélas aujourd’hui tristement célèbre par cet attentat de 2017. Mais la vie continue et il est difficile de se faire un chemin le samedi, tous les Barcelonais s’y retrouvant pour baguenauder, faire leurs courses ou simplement s’y promener.
Dans le somptueux quartier moyenâgeux de type gothique, on découvre des merveilles à chaque pas, dans chaque rue et ruelle, sur chaque place : statues, colonnades, gargouilles, vitraux, ferronnerie, bas reliefs… Tout est d’une richesse et d’une beauté incroyables.
Les civilisations qui se sont succédées se mêlent allègrement et avec bonheur. Les musées sont pléthore et il faudrait y rester plusieurs mois pour tous les découvrir comme, bien sûr, les Musées Mirö, Picasso, Gaudi, le Musée National d’Art et le Musée d’Art contemporain, le Cosmo Caïxa, superbe musée des sciences, de toutes les sciences, qui date de 2004, avec entre autres une reproduction de la forêt amazonienne et surtout un musée interactif où nombre de scolaires viennent apprendre mille choses.

5 6
7
Quant au Palais de la Musique, qui date du début du siècle dernier, il regroupe toutes les techniques : sculpture, ferronnerie, mosaïque, vitraux, savant mélange d’ancien et de moderne qui possède un escalier monumental, une salle de concert superbe, où se pressent les Barcelonais amoureux de musique classique mais aussi de concerts d’artistes modernes.
A côté de ces incontournables, l’on peut découvrir des petits musées aussi inattendus qu’originaux comme le Musée du chocolat, de Musée de l’érotisme, le musée du parapluie !
En cette période troublée où s’affrontent les indépendantistes et les autres, il est difficile de photographier tous ces lieux sans avoir des drapeaux qui flottent un peu partout sur les balcons, les façades, les fenêtres…
Deux originalités : les taxis, fort nombreux, aux carrosseries jaune et noir et, sur la place Royale, un nombre incalculable de perruches et de perroquets qui cancanent dans les palmiers !

15 14 16
1

La mer n’est pas très loin, il suffit de quelques kilomètres pour joindre les superbes plages de Lloret de Mar, au cœur de la Costa Brava. Des plages de sable blanc qui se succèdent entre deux criques, recevant des milliers de touristes chaque été sur 9 kilomètres de côte, cinq plages d’une grande beauté.
Partir à l’aventure dans une telle ville sans parler un seul mot d’espagnol est un risque que l’on peut prendre.
Nous, nous ne l’avons pas pris, nous assurant tous les plaisirs d’un voyage grâce à un Toulonnais : Jean-Marc Tedone.

  13

Jean-Marc TEDONE : Pour le plaisir

21

Quel plaisir de rencontrer un tel homme, homme passionné d’art (Il est peintre et ferronnier), continuellement tourné vers les autres et qui a fait de ses passions, sinon un métier, un vrai plaisir, organisant des voyages à travers l’Europe.
En dehors de ses passions artistiques, il oeuvre dans quatre associations : Le Street painting, manifestation devenue internationale, qui reçoit chaque année à Toulon des artistes dessinant sur les places des oeuvres éphémères. Il est également un membre très actif de l’association des Italiens de Toulon, on le retrouve aussi au COF (Comité Officiel des Fêtes de Toulon) et enfin, il est président d’honneur de l’association Reflets d’Art.
Comme vous le voyez, un monsieur très occupé !
C’est ainsi que, réunissant sa passion de l’art et des voyages, il aime découvrir et faire découvrir les richesses des villes, des arts, des monuments, des musées d’Europe. Il s’est donc rapproché de l’agence des autocars Correia dont il est devenu un correspondant actif… et bénévole !
Comment travaille-t-il ?
Il me répond en riant : « Il suffit de leur proposer une destination, de la proposer à des amateurs de voyages, de trouver 50 personnes pour remplir un bus… et de partir à l’aventure ! »
Une aventure qui demande tout de même une grande préparation, une belle organisation afin de savoir où aller, que découvrir et organiser des séjours en proposant des visites de lieux, de monuments, de musées. Car il ne lâche jamais ses voyageurs dans la nature. Il les accompagne partout, commente les visites car il possède une grande culture.
« J’aime ce que je fais – me dit-il – j’ai la passion des voyages, des découvertes et j’ai envie de les faire partager. Car je pense qu’il faut aussi aimer les gens.
Je suis curieux et j’essaie toujours de trouver des lieux et de monter des programmes originaux »;

18 19

Aujourd’hui, nombre d’amateurs de voyages de la région, ne voient que par lui et il n’a aucun mal à rempli un car en quelques jours.
« Au départ – me dit-il encore – c’est parti avec le bouche à oreille qui a très vite fonctionné. J’ai rempli les premiers cars avec des amis, les amis des amis et ça a très vite fait boule de neige. Peu à peu le cercle s’est agrandi. Il y a à chaque voyage, des fidèles qui emmènent des nouveaux ».
Et croyez-moi, l’ambiance est joyeuse et amicale car aujourd’hui, nombre d’entre eux se connaissent et font toute confiance au « maître » !
Ainsi ont-ils découvert Rome, Florence, Prague, Barcelone… où nous l’avons suivi !
Il est intarissable sur ses voyages :
« Mes plus beaux souvenirs, mes plus grandes émotions sont entre autres la découverte en 72 de Berlin encore coupé par le mur, où je découvrais deux civilisations tellement différentes… Prague m’a subjugué. C’est, je pense, la plus belle ville d’Europe. La Norvège est également un pays magnifique
Comment choisis-tu tes destinations ?
Je propose souvent mais aujourd’hui, ceux qui me suivent me proposent aussi. Si c’est faisable… j’organise, à condition de remplir le car Aujourd’hui on est à Barcelone, bientôt ce sera la Hollande, dans quelques mois ce seront les Pouilles et quelques propositions sont à l’étude.
Tu parles toutes ces langues ?
(Il rit), non, je baragouine, je dessine, je parle avec les mains et j’arrive toujours à me faire comprendre, je m’en sors toujours ! »
Malgré un énorme boulot de préparation, il avoue qu’il fait tout ça pour le plaisir de faire partager ses émotions, ses coups de cœur, l’amour des voyages et des découvertes de tant de belles choses.
A chacun de ses voyages, il écrit un livre agrémenté de photos, mais hélas, on ne les verra pas :
« Éditer un livre est trop difficile et trop onéreux aujourd’hui. Je garde donc tous ces souvenirs de voyage pour moi… Et je les feuilletterai lorsque je serai vieux et que je ne pourrai plus voyager ! »

4

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta

TARADEAU
Le Château de Saint-Martin dévoile son Histoire

thumbnail_Affiche-journees-du-patrimoine-chateau-de-saint-martin

Pour la 34ème édition des Journées européennes du patrimoine*, Adeline de Barry ouvre les portes du Château de Saint-Martin les samedi 16 et dimanche 17 Septembre, lieu chargé d’histoire qui fait partie du patrimoine provençal.
Ce patrimoine chargé d’histoire se découvrira au fil des :
Visites de la cave souterraine et des fouilles romaines en présence du Centre Archéologique du Var. Du 1ER au XIIème siècle après J-C, une civilisation gallo-romaine occupe Saint-Martin durant 8 siècles. Du Xème au XVIIIème siècle, Saint-Martin devient un prieuré des Moines de Lérins. Ces derniers bâtirent une chapelle d’un style très pur et une cave souterraine datée du XIIème siècle. (Différents horaires – se renseigner 04 94 99 76 76)
Vinoscénies : où l’histoire du Château de Saint-Martin est contée au cœur de la cave souterraine du XIIème siècle. Un voyage magique entre le monde du vin, la Romanité et le Moyen-Âge. (Différents horaires – se renseigner au 04 94 99 76 76)
La Provence et son patrimoine artisanal seront également présents :
Signatures de livres écrits par différents auteurs régionaux sur le thème de la Provence. Avec la présence exclusive du Pape de la cuisine Provençale, le chef Gui Gedda*.
Ateliers poterie et balades à dos d’âne : en mémoire des périples de Saint Martin à dos d’âne, l’histoire prêtant la taille de la vigne à son âne ayant grignoté les sarments de vignes d’un prieuré.
(5€/personne)
Marché artisanal : bougies, bijoux, savons, produits du terroir…
Déjeuner sur place
Dégustations de vins du domaine et du vin cuit traditionnel
Assiettes de charcuterie et fromages sur place (entre 12 et 15 euros)
Dégustation de la « socca » niçoise (crêpe à base de farine de pois chiche, délayée avec de l’eau et de l’huile d’olive à déguster bien poivrée et bien chaud. Elle est particulièrement appréciée à l’heure de l’apéro avec un verre de rosé !
Sur réservation, le Château organise un déjeuner autour du cochon de lait à la broche.
(20€/personne, verre de vin et dessert inclus.)
Renseignements et réservations : Château de Saint-Martin – route des Arcs – 83460 Taradeau
Tel. 04 94 99 76 76 – mailto:alexandra@chateaudesaintmartin.com

thumbnail_plan-d_acces-chateau-de-saint-martin

Le Castellet
Le Château des Costes fait peau neuve

image6

Le village du Castellet fait partie des haut-lieux touristiques du Var.
Ce superbe petit village féodal, datant du XIIIème siècle, perché au sommet de son promontoire est composé de petites places, de ruelles aux boutiques multicolores aux senteurs de Provence, dans une architecture des plus authentique.
C’est un village médiéval assis au sommet d’une colline, dominant les plaines et les coteaux viticoles du célèbre terroir AOC de Bandol, où l’on peut voir au loin le massif de la Ste Baume et la Méditerranée à perte de vue..
Le château des Costes fut la propriété des frères Lumière, et vient d’être superbement restaurée tout en gardant son authenticité.
Elle est devenue aujourd’hui une demeure de prestige aux prestations haut de gamme, un lieu de caractère au charme authentique offrant une vue sur mer, les vignobles et les villages environnants.

image1

C’est sous le soleil que s’est déroulée l’inauguration en présence de nombreuses personnalités accueillies par le propriétaire Nicolas : Mme boizis maire du Castellet
Mme Dominique Blanc élue déléguée à l’urbanisme et à l’Europe, Marc Auriol conseiller départemental, Léo Pouzoulet et Magali Bernard du circuit Paul Ricard, Gérard normand secrétaire du club de la presse Var, Anthony Caulfield gestionnaire de la propriété, Mme Patricia Ortiz, gestionnaire de la propriété et gérante de Accent Immobilier

Villeneuve-lès-Avignon
Cédric POLLET à l’Abbaye St André
L’homme qui murmure aux écorces des arbres

A

C’est dans ce lieu magnifique et magique, l’Abbaye St André à Villeneuve lès Avignon, que Cédric Pollet a installé ses œuvres photographiques.
C’est un Niçois hors norme que Cédric Pollet, à la fois ingénieur paysagiste, botaniste et photographe qui a très vite été attiré, d’abord par les arbres de sa région et qui, très vite, est tombé amoureux de leurs écorces, en découvrant que, si l’on y prêtait attention et s’en approchait au plus près, la nature nous offrait de véritables oeuvres d’art. Après avoir fait le tour de celles-ci dans sa région, épris de voyages et passionné de photo (il est autodidacte), il est parti à travers le monde en « quête d’écorces », traversant 35 pays, découvrant et photographiant plus de 500 espèces.
C’est en Angleterre, où il est tombé amoureux d’un chêne plus que centenaire qu’il a photographié sous toutes les coutures, que sa double passion pour les arbres et la photographie a pris naissance, lui révélant le monde des écorces, ses richesses, ses formes, ses couleurs changeantes, véritables œuvres d’art à elles seules.

F

Il en découvre les textures, les couleurs qui changent selon les saisons, l’hydrométrie, le sol, le climat, le soleil et la pluie, la chaleur et le froid…
Ainsi photographie-t-il au fil des mois, des saisons, des années et il nous offre aujourd’hui cette exposition éclatante de couleurs, de formes et de beauté qui, précise-t-il, ne sont ni retouchées ni « photoshopées » !
Depuis des années, il photographie, il récolte, il collectionne et répertorie bois et écorces regroupés dans un lieu aujourd’hui trop étroit pour contenir tous ses trésors qu’il a installés dans une pièce de la maison de sa mère et qui constitue une « phloiothèque », mot qu’il a inventé puisqu’il n’en existait pas pour ce genre de collection. Petit musée qu’il espère pouvoir bientôt installer dans un plus grand espace, regroupant tous ces échantillons par familles botaniques et y ajoutant quelque deux mille fruits et graines.

B

Il possède des contacts dans le monde entier, le parcourant pour rencontrer, échanger, découvrir et bien évidemment photographiant ces étranges et multiples formes et couleurs qui aujourd’hui inspirent peintres, céramistes, designers tant est surprenant et magnifique le résultat. A noter qu’aujourd’hui il possède aussi une photothèque de quelque 20.000 clichés.
Il organise aussi des stages d’initiation avec la passion qui est la sienne et il est également l’auteur de trois livres formant un triptyque : « Ecorces, Voyage dans l’intimité des arbres du monde » – « Ecorces : galerie d’art à ciel ouvert » – « Jardins d’hiver, une saison réinventée », magnifique livres d’art qui nous font voyager dans la beauté des arbres du monde et où il vous conseille, pour le dernier, afin de créer un jardin où toutes les saisons sont prétextes à la découverte et l’émerveillement.
Sa passion et son talent, il nous les fait partager dans ce lieu ancestral qui met ses œuvres en valeur et que l’on peut admirer jusqu’au 26 avril.

J

Un peu d’Histoire : L’abbaye St André
Installée au cœur du fort éponyme qui a été construit pour la protéger, cette abbaye bénédictine se situe au sommet du Mt Adaon, à Villeneuve-lès-Avignon, dans le Gard.
Commandité à la fin du XIIIe siècle par Philippe le Bel, le fort est réalisé dans les années 1360 sous Jean le Bon. Alors que l’abbaye est devenue une abbaye royale
C’est en 1916 que Gustave Fayet, ami de Gauguin, rachète le lieu tombé en désuétude et en ruine. Aidé de la poétesse Elsa Koeberlé, il la rénove peu à peu, y fait revivre ses jardins à l’italienne faisant, depuis 2014, partie des jardins remarquables. Ainsi rénovée et embellie, elle y retrouve son faste et y voit passer des noms illustres tels que Paul Claudel ou Robert Doisneau. C’est la petite-gille de Gustave Fayet, Roseline Bacou, qui prend la relève et va continuer le magnifique travail de reconstruction et d’embellissement. Et aujourd’hui, les nouveaux gestionnaires de la famille, Gustave et Marie Viennet, petits-neveux de Roseline Bacou, y continuent cette belle tradition, leur récompense étant les deux étoiles obtenues au guide vert Michelin.
L’abbaye est devenu, outre un lieu de promenade empreint de romantisme et de sérénité, un lieu où l’on découvre de multiples artistes grâce à ces expositions, des ateliers et à des concerts donnés dans les jardins.

I H
G

Jacques Brachet
Photos Monique Scaletta
Abbaye St André – Rue Montée du Fort – 30400 – Villeneuve lès Avignon
www.abbayesaintandre. fr www.cedric-pollet.com/photo

Roquebrune sur Argens
La Maison du Terroir fête ses 10ans!

LOGO-MDT-Couleurs-01

Trait d’union entre les maures et l’Esterel, un patrimoine naturel, culturel ou architectural, une terre gourmande… une cité provençale incontournable.
La Maison du Terroir est le lieu incontournable pour consommer local !
Gérée par la SEML SARGET et L’Office de Tourisme, la Maison du Terroir souhaite contribuer au maintien du savoir-faire et à la mise en valeur de notre agriculture locale, une volonté de boutiques raisonnées.
Les engagements de la Maison du Terroir pour garantir des produits locaux de qualité :
100% des vins, des miels, des huiles d’olives sont issus de Roquebrune-sur-Argens.
Toutes les autres gourmandises salées et sucrées sont issues de Provence.
Les produits de beauté et bougies Durance sont fabriqués dans la Drôme.

Panier-1 D032--®OfficeTourisme_Maison-du-Terroir-HD

Nouveauté cet été, la Maison du Terroir élargit son offre avec l’arrivée d’une offre de tissus provençaux, fabriqués par l’Ensoleillade à Draguignan : trousses de voyages, jupes, robes et accessoires pour petites filles, torchons, gants de cuisine…
Une belle dédicace à la Provence…
Le 26 juillet prochain, la Maison du Terroir fêtera ses 10 ans ! Un concept fort, un succès incontestable ! Pour fêter cet anniversaire, La Maison du Terroir proposera une dégustation / découverte autour d’un apéritif convivial tous les mardis à 18h30 durant l’été !
Cet été, la Maison du Terroir part à la rencontre des vacanciers ! Retrouvez un stand de la Maison du Terroir sur le marché provençal des Issambres tous les lundis matins de juillet et août !

Panier-2

Monument tracker, le guide touristique et culturel

Un tour du monde culturel et ludique en une seule application mobile
75 destinations à découvrir à travers jeux et activités inédites

Communiqu+® Monument Tracker World Guide 2016 09 05 2016-1

Vous manquez d’inspiration et de temps pour organiser vos vacances cet été, en couple, en famille ou en solo ?
La nouvelle version World Guide de Monument Tracker invite plus que jamais à une découverte ludique des lieux secrets des 75 destinations les plus visitées dans le monde.
Société d’édition de guides touristiques pour smartphones, Monument Tracker a été fondée en Septembre 2010 à Cannes par 3 associés issus du tourisme et de l’hôtellerie : Jean-Jacques Lottermoser, ancien Directeur du tourisme de Cannes, Claire Boucau détenant hôtels et casinos et Jean Astolfi, titulaire d’un Mastère en urbanisme.
Elle compte aujourd’hui 8 salariés dont 2 développeurs pour Apple et Android.
Simple, interactive et ergonomique, l’application permet une immersion à travers un large éventail d’histoires et de légendes, activités insolites, quiz, cartes embarquées offline et circuits thématiques personnalisés, avant, pendant et après le séjour du voyageur-nomade, en quête de sensations fortes !

A

Les atouts plus du phone trotter World Guide
Alerte automatique
Dès l’ouverture de l’application, le mobinaute est informé des monuments géolocalisés proches de lui et de leur histoire en mode push, sans publicité intrusive.
Carnets de voyage personnalisés
Chaque mobinaute sélectionne les monuments qu’il souhaite visiter. En fin de journée, il dispose ainsi d’un historique détaillé des kilomètres parcourus, du tracé et des visites qu’il lui reste à faire. Il peut partager ses photos et stocker ses souvenirs sur son cloud personnel.
Planification du voyage en mode offline
Téléchargez gratuitement le contenu et cartes embarquées offline, économisez ainsi le coût des données à l’étranger via www.monument-tracker.com
Version disponible en français, anglais et jusqu’à 10 langues selon la destination. Compatible sur iPhone et Android
World Guide version 2016 varie les plaisirs pour petits et grands : plus de 2000 quiz questions et photos à tester sur les destinations
Défis mondiaux entre joueurs
Plus de répit pour les joueurs invétérés et fans de culture générale. Débutants, amateurs ou experts peuvent affronter les mobinautes mondiaux et gravir le classement mondial, suivre leur progression et changer de statut.

 B

Nouveautés 2016
Vous privilégiez le culturel authentique et souhaitez suivre vos envies en toute liberté ?
Pour vous faciliter la vie et vivre des séjours sereins,
Monument Tracker World Guide version 2016 vous propose 6 dispositifs innovants :

City PASS VIP : une formule court séjour intense tout compris – transports, attractions, visites des monuments majeurs avant l’ouverture au public -au meilleur prix.
Plaisirs des Papilles : dîner spectacle comique d’arts martiaux à Séoul, Tapas à Barcelone, Soirée dîner et tournoi Sumo à Tokyo, visite gourmande à New York, dégustation de cicchetti à Venise, découverte de Saint Emilion à Bordeaux, visite brasserie Bavaroise à Munich, dîner flamenco à Madrid…
Séquences émotions : cours de Calligraphie japonaise, visites des forêts et grottes du Mont Fuji, tours de pirogue et de jeep, spectacle de samba à Rio, vol en hélicoptère à Chicago, motoneige ou chiens de traîneau à Montréal, soirée cirque à Moscou, Crazy Horse à Paris, journée Kayak sur l’archipel de Stockholm, Sur les traces d’Harry Potter, des Beatles ou de James Bond à Londres…
Billets coupe-file: finies les longues files d’attente ! Vous pouvez désormais réserver en ligne l’activité de votre choix (navette aéroport-hôtel, spectacles, haltes gourmandes).
Visites originales : chaque destination-partenaire propose des activités atypiques aux contenus de qualité, commentés par des professionnels pour voyager autrement : visite de la Havane sur la thématique « la Mafia à Cuba », visite de la tour Eiffel avec un comédien à Paris, Visite en GoCar de Barcelone, Croisière à New York à la tombée de la nuit, Autour du mur à Berlin, circuits films et séries à New York…

Domaine de l’Olivaie à Gilette :
un havre de paix

Domaine-Olivaie-Gilette

Quand on remonte la vallée du Var, on ne tarde pas à apercevoir sur les hauteurs, les villages perchés de l’arrière-pays niçois. Quelques beaux lacets en épingle à-cheveux et nous voici à Gilette. Là s’étendaient en 1976 de nombreuses plantations d’oliviers dont une propriété sur laquelle étaient aussi construits une maison d’habitation, un petit établissement de soins et une piscine. Vue magnifique sur le sud et la mer, ensoleillement sans pareil…
L’acquérir ne fut pas simple, il fallut beaucoup d’audace et même un peu d’inconscience.
L’achat a eu lieu avec joie et émotion le 24 novembre 1976, après emprunt à la banque, optimisme et garanties de plusieurs municipalités.
Les travaux ont commencé, ils ont été difficiles de même que les évolutions des finances et des tractations…
L’inauguration eut lieu en 1981 malgré bien des aléas quant aux paiements des créanciers et la finition des travaux. L’essuyage des plâtres (au sens propre et figuré!) sera un peu difficile puisque l’Olivaie verra passer 9 directeurs en 7 ans … mais les vacanciers sont heureux !

ULVF - Domaine de l'Oliveraie à Gilette - Nice ULVF_Domaine_Olivaie_
ULVF - Domaine de l'Oliveraie à Gilette - Nice 40_ans_Vacances_ULVF_Viard7

De 2000 à 2006 les pouvoirs publics et le Ministère du Tourisme débloquent des fonds pour un vaste plan de rénovation. En 2014, réfection complète de la piscine, quant aux 83 unités d’hébergements, elles ont été restructurées en 2015 et 2016 pour disposer de 22 studios tout neufs et de 61 chambres rafraîchis et mises au goût du jour.
La fierté de l’Olivaie tient en plusieurs points. La qualité de l’emplacement, bien sûr, mais aussi la beauté des bâtiments et l’exigence des prestations. Accueil et restauration sont de « qualité hôtelière ». Les repas sont servis « à l’assiette » et non uniquement au plat ou en buffet. Les animations sont du meilleur niveau… Tout cela grâce aussi à une permanence des équipes de travail qui permet bonne entente et ambiance.

Nabil_ELBADAWI_VACANCES_ULVF

Le directeur actuel, nommé en 2014, Nabil Elbadawi a eu le coup de foudre : « Ici, c’est magnifique! »s’est écrié ce franco-libanais de 50 ans, en France depuis 31 ans et professionnel de l’hôtellerie traditionnelle depuis 28 ans.
Il évoque les groupes de cyclistes ou de motards qui viennent profiter des multiples circuits rayonnant autour du domaine. Il est très fier aussi d’avoir accueilli un mariage. des séminaires ou des groupes de formation et en saison basse c’est avec impatience qu’il attend « l’arrivée de tout son monde »

Oenotourisme : De vignes en garennes

A

Voilà six ans que Var Matin a créé « les escapades » qui ont, chaque année, beaucoup de succès.
De quoi s’agit-il ?
Tout simplement de convier les gens à investir un domaine d’appellation Bandol et d’en faire le tour du propriétaire de façon originale et ludique.
En effet, ce circuit pédestre a non seulement pour but de découvrir le domaine en question, ses vignes et des bois mais aussi, au fur et à mesure de la promenade, faire des escales gourmandes accompagnées de vins de Bandol dont l’association est partenaire.
Ainsi, d’une étape à l’autre, vous vous arrêtez dans un lieu sympathique où l’on vous accueille avec des amuse-bouche, une entrée, un plat chaud, des fromages, le dessert suivi du café, le tout accompagné de vins de Bandol… à déguster évidemment avec modération !

B C

Vous faites ainsi connaissance avec des appellations aux noms qui chantent : Olivette, la Bégude, Pibarnon, Cagueloup….
Cette année, 17 domaines on joué le jeu des trois couleurs sous un soleil un peu voilé, une petite brise, temps idéal pour marcher sans transpirer et se reposer tout au long du chemin avec ces étapes gustatives.
Et, c’est le domaine de la Garenne à la Cadière, qui recevait les organisateurs et les marcheurs et nous y étions cordialement invités par l’association des Vins de Bandol.

D
Béatrice de Balincourt

Voici 300 ans qu’existe ce domaine, qui a toujours appartenu à la même famille, les de Balincourt, le comte Jean de Balincourt ayant été le premier à vinifier en 1960.
Auparavant, s’il y a toujours eu des vignes, il y avait aussi un élevage de lapins de garenne, d’où le nom du domaine. Depuis 2000, c’est la fille de Jean, Béatrice de Balincourt, qui dirige le domaine, qui est en train d’étendre le vignoble sur une surface de 26 hectares dont 12 en vignes.
Vignes où farandolent toujours des lapins en toute liberté !
Cette année, soulignons que le domaine a obtenu une médaille d’argent pour sa cuvée tradition et une médaille d’or pour sa cuvée »M3, rouges et rosés en grande partie composés de mourvèdre.

E F

Elle a donc accueilli avec son charme et son sourire, tous les marcheurs qui ont parcouru quelque quatre kilomètres, terminant leur périple-découverte en musique au pied du domaine.
Ce genre de manifestation est en train de se développer un peu partout et à se pérenniser, la formule étant aussi sympathique que conviviale et permettant aux gens de découvrir à la fois la nature, un domaine et les vins de ce Bandol aujourd’hui réputé dans le monde entier.
De quoi éveiller tous les sens et confirmer que notre Var reste l’une des régions les plus belles et les plus attrayantes.

G
Il y a encore des lapins de Garenne !

Jacques Brachet