Archives pour la catégorie Portraits

Un parfum d’Ardèche
Sylvain JOLY : Quand la reconversion devient passion

1

Sylvain Joly fait partie de ces hommes qui, la quarantaine arrivant, se posent des questions sur leur vie et surtout sur leur futur.
Né du côté de Cadarache, il est devenu, comme nombre de gens de sa génération, informaticien. Puis il s’installe en Ardèche où sa femme est maraîchère. Deux enfants viendront, tous deux aiment la nature, mais très vite ils se rendent compte  que leurs  horaires ne sont pas compatibles avec une vie de famille. Ils se croisent et leur rythme étant devenu différent, Sylvain décide de sauter le pas et de changer de voie.
Mais que faire ?

5

Son grand père est issu de l’agriculture, sa femme y baignant, c’est sa rencontre avec un copain qui élève des cochons, qui lui donne l’idée et l’envie de faire de même.
Leur maison construite, ils s’installent aux Vignoles, juste au-dessus de St Andéol de Vals, entre Vals et Antraigues, le village de Ferrat. Il y monte une bergerie, un gîte pour les cochons et un parc immense en pleine nature pour les y installer. Il s’y donne corps et âme, fait un stage d’apprentissage mais voilà que leur nouvelle vie devient un problème. Etant 24h sur 24 ensemble… le couple se sépare. Le voici seul avec ses brebis, ses cochons… et son chat !
Il organise donc avec courage sa nouvelle vie entre ses enfants, l’élevage et la transformation de ses cochons. Toutes les semaines paires il mène deux cochons à l’abattoir et prépare lui-même ses saucisses, gaudiveaux, saucissons, pâtés, caillettes qu’il vend sur les marchés et dans certaines coops bio. On le retrouve ainsi sur les marchés de Jaujac ou d’Aubenas le samedi.

3 4 2

Quant à ses brebis, elles lui servent surtout à défricher les terrains envahis qui retrouvent ainsi leurs espaces.
Préparant lui-même ses produits, ils sont on ne peut plus bios et il travaille encore à l’ancienne avec l’assurance qu’on ne trouvera pas dans ceux-ci de l’eau dans les godiveaux, des déchets dans les merguez, n’importe quelle herbe dans les caillettes faites avec des épinards frais. Avec lui, on sait ce qu’on mange !
La mutation n’a pas été facile, surtout ajoutée aux problèmes familiaux, et ne l’est toujours pas, mais Sylvain est courageux, passionné, optimiste. C’est un homme solide qui a trouvé sa voie et n’en changerait pour rien au monde, surtout devant un paysage aussi grandiose qu’il redécouvre chaque matin avec un réel plaisir, ce silence et cette nature à perte de vue.

7 6 8

Il ne compte pas ses heures de travail et son sourire en dit long sur la joie de cette vie qu’il s’est choisie et ses bêtes qui ont toute son attention.
Il faut le voir s’en occuper et communiquer avec elles même si, hélas, il doit s’en séparer un jour.
On dit que « tout est bon dans le cochon »… Même la reconversion !

9

Jacques Brachet
Sylvain Joly – Les Vignoles – 07600 – St Andéol de Vals – 06 76 71 82 47

Marseille – Théâtre Toursky
Richard MARTIN : 50 ans d’aventures

RICHARD MARTINC’est un homme on ne peut plus chaleureux, sympathique et passionné. Une grande gueule au cœur tendre.
Richard Martin, comédien et directeur du théâtre Toursky est un homme volubile, plein d’humanité dont la passion pour la culture, le théâtre et les gens est sans bornes. Il a passé sa vie à se battre pour eux et entre autres pour ce théâtre qu’il a créé voici cinquante ans, il n’a jamais baissé les bras, il a su élever la voix malgré les coups bas, les baisses de subventions quand ce n’était pas leur suppression pures et simples pour des excuses fallacieuses.
Bref, Richard a toujours été un battant jusqu’à faire des grèves de la faim pour sauver ce superbe espace de culture et de convivialité qui possède trois salles de spectacles et des tas de petits lieux intimes où l’on peut se rencontrer, discuter, boire un coup ou manger. Un vrai lieu de vie qui est à son image.
Son histoire est une véritable épopée qu’il raconte avec humour, tendresse, amour et émotion… Et surtout une volubilité qu’on a du mal à endiguer !

RICHARD MARTIN 3

«C’est vrai – me dit-il dans un de ces petits coins de prédilection en toute intimité – que c’est une longue histoire qui commence à Nice où je suis né, qui continue à Paris pour aboutir à Marseille que je n’ai plus quittée, qui est devenue ma ville, mon pays.
Au départ, mon destin était d’être peintre. A 15 ans je voulais peindre comme à 80 ans mais au vu des résultats, j’ai très vite compris qu’il fallait prendre un autre chemin. Etant un homme très excessif, j’ai tout laissé tomber et j’ai donc décidé de faire du théâtre. Et comme j’étais un jeune con, (Heureusement la pierre s’est taillée depuis !) je décidai qu’il n’y avait qu’à Paris qu’on pouvait faire le saltimbanque.
Mon père avait fini par dire oui alors que j’avais 18 ans et que la majorité était à 21. Il pensait qu’en étant d’accord, je reviendrais vite au bercail ! Mais j’ai résisté, physiquement et moralement, j’ai commencé par être cascadeur. Le train, les voitures, les chevaux, les ailes d’un moulin, les sauts du haut d’une tour, j’ai été raseteur… J’ai tout fait, j’étais fou. Puis j’ai rencontré Robert Lamoureux, Robert Murzeau, alors de grands comédiens. Murzeau était un vrai humaniste qui m’a beaucoup aidé.
J’ai très vite travaillé dans le théâtre de boulevard. Sans être célèbre je gagnais bien ma vie, surtout que je n’avais pas fait de conservatoire. Mais j’ai très vite compris que c’était une situation de facilité car ce n’était pas le théâtre «sensible» que j’avais envie de faire.
Je l’ai donc quitté pour passer sur la rive gauche où j’ai découvert ce théâtre, même s’il était loin d’être aussi populaire et s’il fallait ramer pour travailler. J’ai même couché sous les ponts !
C’était à quelle époque ?
On n’était pas loin de mai 68 et bien évidemment j’y ai participé. On a occupé l’Odéon où comme les autres, j’ai fait de la résistance «poétique», où j’ai découvert la fraternité… Mais aussi bon nombre de comédiens qui prônaient des convictions qui n’étaient pas les leurs… et qu’ils ont vite abandonnées dès les événements passés !
Mais j’ai compris qu’il fallait que je me batte pour que le théâtre soit pour tout le monde et non pas, comme je le voyais, simplement pour «des privilégiés». Mots que j’ai d’ailleurs retrouvés à Marseille plus tard.

6 RICHARD MARTIN

Marseille, justement…
Je suis d’abord parti en Corse comme décorateur mais là encore ce n’était pas ça. J’ai alors débarqué à Marseille et là, ça a été un coup de foudre. J’y ai posé mes valises en sachant que j’étais arrivé chez moi.
J’ai travaillé à l’Alcazar qui n’allait pas tarder à baisser le rideau. Puis, par l’intermédiaire de ma femme, Tania, je découvre la salle Massalia qui donnait tous les dimanches une représentation pour les personnes âgées. Je propose au directeur d’animer les autres jours. Durant un an je jouerai «Le journal d’un fou» de Gogol, souvent devant dix, une ou zéro personne ! C’est une jeune lycéenne qui, m’ayant vu et apprécié, est revenue avec des élèves du lycée Marie Curie. Peu à peu ça s’est su et la salle a commencé à se remplir.
Et le Toursky alors ?
Un jour, dans le quartier de la Belle de Mai, je découvre une sorte de hangar désaffecté et j’ai tout de suite vu ce que je pouvais en faire. Je suis allé voir Gaston Defferre alors maire de Marseille, qui a accepté de me le confier. Il y avait du travail et j’investissais tout ce que je gagnais comme comédien dans ce lieu que j’avais fait insonoriser avec 5000 boîtes d’œufs !
Le jour de l’inauguration un grand poète est mort  Alexandre Toursky. Le soir même j’apposais son nom sur le théâtre.
Savais-tu alors ce que tu voulais en faire ?
Oui. Je voulais travailler avec tous les pays de Méditerranée, proposer du vrai théâtre, de la vraie poésie, de la vraie chanson française. Un copain m’a alors présenté Léo Ferré. De ce jour on ne s’est plus quitté, il a été en quelque sorte le parrain du théâtre où il est venu souvent et où nous avons créé «L’opéra des rats». Sont alors venus Nougaro, Moustaki, Barbara et quelques autres.
Mon objectif aussi était de faire un haut lieu de la culture dans le quartier le plus misérable de Marseille et lui redonner une virginité.
Ça ne s’est pas fait sans mal mais ça va faire 50 ans l’an prochain que ça existe et que ça perdure. C’est devenu un lieu populaire, une belle aventure humaine, théâtrale, citoyenne, un lieu ouvert à tous à qui on propose des spectacles, de la danse, du théâtre, de la musique, des expos, des ateliers, des conférences, des rencontre et même un festival russe qui fête ses 25 ans et est devenu le plus important d’Europe. Nous travaillons avec tous les pays de Méditerranée et le Toursky rayonne partout à travers cette aventure. Nous réunissons quelque 70.000 spectateurs par an.
Mais ça n’a pas été un long fleuve tranquille…
Jamais, même aujourd’hui où je viens de faire une grève de la faim pour que la ville me redonne notre subvention. Tout le temps tout est remis en question parce que je gêne certainement quelques personnes. Mais c’est un lieu de culture et de fraternité qui a vu passer tous les artistes du monde. Mon travail est de rester un donneur d’alarme.»

7

Ce soir-là je retrouvais mon complice et ami Francis Huster qui venait, accompagné de Fanny Cottençon et Louis le Barazer jouer «Pourvu qu’il soit heureux» de Laurent Ruquier. Une pièce aux dialogues étincelants, à la fois drôle et émouvante. C’est l’histoire d’un couple qui découvre l’homosexualité de leur fils par magazine people interposé, sujet on ne peut plus d’actualité qui prône les valeurs de l’amour, de la compréhension, de la tolérance, situation pas toujours faciles pour des parents.
Fanny y est délicieuse d’humour et de naïveté mais justement de tolérance, Huster magistral dans son incompréhension pour «la maladie» de son fils et Louis magnifique dans son premier grand rôle. Des situations cocasses, un dialogue sur le fil et un grand moment d’humour et d’émotion.
Ce fut, comme vous pouvez l’imaginer, une journée riche, chaleureuse, «pleine d’usages et raison» et d’enseignements.

8 POURVU QU'IL SOIT HEUREUX.

Nous nous sommes quittés en nous claquant trois bises et lorsque je lui demande pourquoi trois bises, comme chez moi en Ardèche, il me répond : «Liberté, égalité, fraternité». Et de la fraternité, il y en a eu en cette belle journée.

Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier

Françoise FABIAN, entre musique et cinéma

FRANCOISE FABIAN

Lorsqu’on évoque le nom de Françoise Fabian, on évoque tout un pan du cinéma français, de «Ma nuit chez Maud» à «La bonne année», en passant par «Raphaël ou le débauché», «Le prénom», «Partir… revenir» ou encore «Trois places pour le 26» où la comédienne devenait aussi chanteuse.
C’est aussi des rôles marquants à la télévision : «Les dames de la côte», «La femme coquelicot», «Les petits meurtres d’Agatha Christie», «Dix pour cent», sans parler d’une carrière théâtrale exemplaire.
Elle jouait ? Eh bien aujourd’hui elle chante !
Depuis le conservatoire d’Alger où elle est née, elle n’a jamais cessé de chanter pour le plaisir et toujours l’envie d’aller plus loin. Ce qu’elle fit à quelques occasions mais son métier de comédienne a pris le dessus et après quelques projets avortés voici qu’aujourd’hui elle s’est dit «C’est maintenant ou jamais» et sa rencontre avec ce beau musicien, compositeur et chanteur qu’est Alex Beaupain fera que, voici quelques mois, Françoise Fabian sort son premier album, aidée en cela par Charles Aznavour, Julien Clerc, Jean-Claude Carrière, la Grande Sophie, Vincent Delerme, Dominique A, le tout orchestré par Alex.

FRANCOISE FABIANFRANCOISE FABIAN

Et du coup, la voilà sur les routes de France pour partager ses chansons avec le public qui la découvre chanteuse.
C’est ce qui s’est passé au Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence où, accompagnée de Victor Paimblanc à la guitare, Valentine Duteil au violoncelle et Antoine Tiburce au piano (Il n’y avait pas Alex mais faute de Beaupain nous eûmes du Paimblanc ! et c’est lui qui le remplaça pour chanter en duo avec elle) elle nous offre une heure dix de ses chansons, autour desquelles elle raconte des anecdotes, immisce un très beau moment avec «Un jour tu verras» de Mouloudji, ou encore «J’attendrai», version Rina Ketty sa créatrice puis version inattendue, celle disco de Dalida !
Elle nous parle d’Aznavour, le chante et nous lit la dernière chanson que celui-ci lui a écrite. Elle nous offre une chanson inédite qu’elle avait interprétée à la télévision pour une émission de Jean-Christophe Averty, plus, bien sûr, les chansons de son album.
Chansons poétiques, souvent nostalgiques qu’elle dit plus qu’elle ne chante car, elle en est consciente, elle n’est pas la Callas mais elle a une voix reconnaissable entre toutes, douce, sensuelle qu’elle nous inocule par petits morceaux poétiques qui nous enveloppent. D’ailleurs elle nous raconte une anecdote à propos de Gainsbourg avec qui elle a failli travailler et qui lui avait dit : « Ne prend pas de cours de chant, garde ta voix»… «Je l’ai gardée – nous dit-elle en riant – et ça s’entend !»
Plus qu’une chanteuse, c’est une diseuse, une vraie comédienne à la façon de Gréco, Barbara, Marie-Paule Belle et le public est sous le charme.

FRANCOISE FABIAN

Après la séquence chanson, retour au cinéma le lendemain à l’Eden de la Ciotat, le plus ancien cinéma di monde où son président, Michel Cornille, la recevait pour lui rendre hommage. C’est à la Ciotat que, voici quelques années, je l’avais invitée au Festival du Premier Film dont je m’occupais alors. Je l’avais rencontrée au Festival de la Fiction TV alors à St Tropez où mon ami Jean-Pierre Cassel me l’avait présentée. Ils jouaient danst un très beau film «La femme coquelicot» que je leur avais proposé de présenter à la Ciotat. Héla, Françoise y vint seule, Jean-Pierre nous quittant quelques jours avant. Mais j’eus la joie et l’honneur de lui remettre le Lumière d’Honneur.
La revoici dons à l’Eden où nous avons rendez-vous entre deux films que notre Maître Cornille proposait un public : «Je n’ai rien oublié» de Bruno Chiche et «L’arbre et la forêt» d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau.
Toujours ce beau regard Méditerranée, cette classe, cette beauté hiératique et ce sourire renversant.

FRANCOISE FABIAN

C’est devant un sympathique petit en-cas chinois que nous nous retrouvons avec Michel Cornille, l’ami Jean-Louis Tixier, adjoint à la Culture de la Ciotat et la sœur de Françoise au même regard bleu et nous découvrons avec surprise que nous sommes voisins à Six-Fours !
Françoise a déjà présenté le premier film «Je n’ai rien oublié» de Bruno Chiche dans lequel elle est entourée de Gérard Depardieu, Nathalie Baye et Niels Arestrup. Après le repas, elle présentera «L’arbre et la Forêt» d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau avec pour partenaire Guy Marchand.
«Est-ce vous, Françoise, qui avez choisi ces deux film ?
Tout à fait car d’abord, j’ai tellement présenté le mythique «Ma nuit chez Maud» depuis des années que j’ai eu envie que le public découvre ces deux films que j’aime beaucoup et qui, faute de communication, n’ont pas beaucoup été vus. De plus, je ne les ai moi-même jamais revus depuis leur sortie en 2010 et ça donne deux aspects de la comédienne que je suis, l’un étant un drame, l’autre, une comédie.
Avant de revenir au cinéma, parlons donc de ce disque et de ces concerts, chose nouvelle pour vous.
Pas tant que ça en fait car à Alger, j’ai mené à la fois des études de piano (J’ai joué l’Appassionata de Beethoven !), de chant et d’art dramatique. J’aurais donc pu choisir entre ces trois arts. Il se trouve que mon professeur d’art dramatique m’a fait interpréter un poème de Baudelaire et que l’amour du théâtre m’a alors envahie. Et je suis partie pour Paris avec le consentement de mon père. J’ai fait le conservatoire où j’avais comme copains Girardot, Rochefort, Belmondo, Rich et quelques autres.
Le théâtre m’a donc prise, le cinéma a suivi.
Et la chanson ?
J’ai souvent chanté à la télévision, dans des films, j’ai toujours aimé ça mais le temps passant, je jouais beaucoup au théâtre, je tournais beaucoup et pas seulement en France et du coup, la chanson est un peu restée en suspens avec quelques projets avortés avec Gainsbourg, Béart, Sagan, Dabadie….
Il a fallu ma rencontre avec Alex Baupain pour qu’enfin ça se concrétise… Il était temps !
Parlez-moi de votre rencontre
Alex m’a un jour appelée pour interpréter deux chansons dans un projet qui s’intitulait «Des gens dans l’enveloppe». Il a aimé ma voix et travailler avec moi et m’a alors demandé si je n’avais pas envie de faire un album avec lui. Pourquoi pas ? Me suis-je dit, depuis que l’idée était dans l’air.
Tous ces gens qui sont sur l’album, auteurs, compositeurs, comment sont-ils venus à vous….
C’est Alex qui leur a demandé s’ils voulaient bien m’écrire des chansons et ils ont dit oui. Entre autres Aznavour qui ne voulait me donner qu’une chanson et qui m’a envoyé plus tard, alors que le disque était enregistré, le texte que l’ai lu dans mon spectacle.
Il y manque Bruel avec qui vous avez travaillé sur le film «Le prénom» !
Oui mais ça viendra, il m’écrira une chanson !
Car vous comptez continuer ?
Et comment ! Tant que de beaux artistes voudront bien m’écrire des chansons !

FRANCOISE FABIAN FRANCOISE FABIAN

Et la scène ?
C’est venu tout naturellement. Je ne vous dirai pas que je n’ai pas hésité mais je me suis lancée et je dirais que c’est… un délice épouvantable ! Délicieux car j’avais envie de monter sur scène pour défendre ces chansons et en même temps j’avais très peur de la réaction du public. Et ça a l’air de marcher. Mais c’est très intimidant de chanter devant une salle comme hier soir. Je dois dire que le public a toujours été adorable avec moi.
J’ai trouvé très dôle et très culottée votre version de «J’attendrai», version classique et version disco à la Dalida !
Mais figurez-vous que je ne savais pas alors que Dalida avait fait cette version. C’est amusant.
Figurez-vous que j’avais 6 ans lorsque j’ai chanté cette chanson et à l’époque, lors d’une fête à Argelès-Gazost où l’on passait les vacances, c’était osé de chanter ça pour une petite fille !
Alors un prochain disque de vieilles chansons peut-être ?
Alors là, pas du tout ! J’en mets deux ou trois dans mon tour mais je préfère chanter des chansons écrites pour moi. J’ai déjà celle d’Aznavour mais aussi de Georges Delerue, de François Maurel et bien sûr d’Alex.
Avez-vous ‘autress concerts ?
Oui, une tournée même. Je sais que je vais chanter à Béziers, à Sète, à Nice, j’ai une trentaine de dates dont une chez Laurent Gerra qui veut à tout prix que j’aille chanter chez lui.
Télé, chanson, cinéma, théâtre… Où vous sentez-vous le mieux ?
Ce sera toujours le théâtre, d’abord parce que j’aime la scène, j’aime les textes, j’aime raconter une histoire, j’ai toujours aimé raconter des histoires, même petite, au grand dam de ma sœur qui, quelquefois, en avait assez ! J’aime être proche de mes partenaires, j’aime avoir une idée et aller jusqu’au bout.
Le cinéma, c’est différent car on tourne rarement des scènes dans l’ordre, on doit être patient. Je ne dénigre ni la télé ni le cinéma qui m’ont apporté tellement de beaux moments mais le théâtre et la chanson, c’est du direct, le spectateur est face à vous et il faut lui donner ce qu’il attend.
De beaux réalisateurs vous ont offert de beaux rôles : Lelouch, Bunuel, Rhomer, Thompson, Rivette, Malle, Companeez, Demy… Êtes-vous passée à côté de certains ?
Oui, souvent et par ma faute. Est-ce timidité ou orgueil mais je n’ai jamais su aller vers eux et demander un rôle. Je ne l’ai fait que pour Bunuel, au début de ma carrière. Mais bon, je n’ai pas vraiment de regrets, c’est comme ça et j’ai été gâtée.
Aujourd’hui, quels sont vos projets ?
Ils sont toujours multiples car si je ne travaille pas je m’ennuie. Ou alors je voyage et je fais beaucoup de photos. Entre autres d’animaux sauvages. Ce que j’adore. Mais pour l’instant, j’ai en projets deux pièces de théâtre, un film et certainement un second disque. Rien n’est signé donc je n’en parle pas !»

FRANCOISE FABIAN
Françoise Fabian entourée de Jean-Louis Tixier et de Michel Cornille

Comment ne pas être sous le charme de ce beau regard qui vous scrute, de cette voix qui vous happe et de cette simplicité alors qu’elle est l’un de nos derniers monstres sacrés que nous ayons en France.
La retrouver là où je l’avais quittée a été un joli moment inoubliable.

Jacques brachet
Photos Patrick Carpentier

Brice MASSEE… des projets plein les poches

1

Voici deux ans que je suis de près ce jeune artiste qui a tous les talents et qui, chemin faisant, avec patience, avec un éternel sourire et une gentillesse extrême, poursuit ses rêves et les réalise.
«Brice, on se retrouve à la Rochelle et j’ai l’impression qu’en un an, beaucoup de choses ont évolué pour toi…
Oui, j’ai intégré une boîte de production, Hight Concept, dont ma charge est d’analyser les scénarios qu’on nous propose. Nous sommes 12 auteurs et scénaristes et nous louons nos services pour finaliser un scénario, une série par une méthode agile qui permet d’écrire très vite et de faire gagner du temps aux auteurs. C’est inspiré d’une méthode américaine.
Comment cela se passe-t-il ?
Nous sommes plusieurs autour d’un auteur et nous l’aidons à écrire ou à affiner son scénario ou plusieurs épisodes, si c’est une série. L’auteur a son idée, son histoire, il reste évidemment maître du jeu, garde ses droits d’auteur et peut refuser nos idées. Mais ça l’aide à parfaire son scénario, à lui faire gagner du temps pour sa finalité et lui permet d’accélérer le processus. L’auteur n’est en aucun cas lésé.
Nous organisons également des ateliers d’écriture avec les auteurs, les réalisateurs.
Comment as-tu bifurqué dans ce projet ?
Ici même à la Rochelle, l’an dernier, où j’ai rencontré une personne qui recrutait. Je me suis proposé et j’ai intégré la boîte en janvier.
Du coup, où en sont tes propres projets ?
Justement, ça m’a permis de progresser dans ceux-ci. J’ai un téléfilm qui devrait être tourné et diffusé par France 2. Et j’ai un autre projet de comédie.
Que tu réalises tout seul ou via ta boîte ?
Que je fais tout seul. J’en suis le commandant de bord et je travaille avec Eloa Productions.
On peut en parler ?
Bien sûr. C’est sur une thématique qui m’est chère : le point de vue et la vie de gens venus d’outre-mer. J’ai envoyé le projet et j’ai eu une réponse positive le lendemain ! J’aime beaucoup la façon de travailler d’Eloa. Ils m’ont seulement suggéré quelques modifications afin d’élargir l’audience. Mais c’est un film universel et c’est ce qui leur a plu.
C’est toi qui le tourneras ?
Non, ils ont pris une option sur le scénario, je ne suis concerné que par l’écriture. Tout le reste ne me concerne pas. C’est une histoire d’amour qui sera tournée en France. J’ai juste suggéré Stéfi Celma pour le rôle principal. Mais ce sont eux qui décideront.
Et la comédie ?
C’est un concept qui tourne autour du service militaire qui est redevenu obligatoire et rétroactif. Cette décision provoque un tollé général et du coup on monte une cellule de huit filles et garçons issus de milieux différents, qui vont cohabiter. J’ai écrit le scénario avec Benjamin Schirte. Nous sommes en négociation avec une boîte de production.
En attendant je suis sur un troisième projet ! Je crois qu’il est très fort.
Raconte !
Au MIP TV de Cannes, j’ai rencontré un producteur nigérien qui m’a proposé de venir chez lui pour animer des formations pour les cinéastes nigériens. Ce seront des formations en anglais d’où devrait sortir la création de trois films. Je vais donc me déplacer là-bas plusieurs fois et le reste du temps je ferai un suivi à distance.
Mais j’ai encore d’autres projets comme le tournage d’un court métrage qui tourne autour de l’usurpation d’identité !»
Comme on le voit, notre placide artiste n’a pas le temps de s’ennuyer et dans cette foule déchaînée du festival, avec lui on retrouve le temps de faire une pause bien sympathique.
A l’année prochaine, Brice !

Propos recueillis par Jacques Brachet et Marie-Aurore Smadja

La Rochelle – 21ème festival de la Fiction TV
Véronique GENEST : « La vie m’a gâtée »

1

Rencontrer Véronique Genest est toujours un joyeux moment tant elle est une boule d’énergie, d’optimisme. Elle aime rencontrer les gens et c’est totalement réciproque, car elle est abordable et populaire, on l’a vu au festival de la Rochelle. Je la retrouve avec plaisir pour parler télévision, écriture et théâtre. Surtout écriture car dans quelques jours sort un livre édité par Flammarion «Arrêts sur images» qu’elle a écrit toute seule, qui n’est pas une biographie mais plutôt une réflexion sur la vie, la mort, l’amour, le métier.
Elle a une plume alerte, écrit comme elle parle, avec volubilité, appelant un chat un chat, «nature», tellement nature car en la lisant on entend sa voix qui porte loin la joie de vivre. Ce livre est fait de moments drôles mais aussi de moments émouvants, lorsqu’elle parle de son père, de son frère, tous deux décédés, de sa mère aussi avec laquelle ce livre lui a fait faire une mise au point bénéfique.
Elle nous donne la pêche car elle a le don de vous passer et vous faire partager son énergie.
Ne dit-elle pas d’emblée : «La vie m’a gâtée» ?
Après la folie des autographes et des selfies aujourd’hui incontournables, nous voici confortablement installées dans la brasserie des Dames, «loin de la foule déchaînée !»

Alors comme ça, Véronique, la vie t’a gâtée ?
Mais oui bien sûr ! D’abord, je suis une éternelle optimiste, je positive tout ce qui m’arrive, je trouve que ma vie est belle.
Entre nous, il y a pire que la mienne, non ?
Je fais un métier qui me plaît, j’ai un mari et un fils que j’aime… Bien sûr j’ai perdu des êtres que j’aime mais qui n’a pas été dans ce cas ? Finalement, le bilan est positif.
Il y a beaucoup de phrases que j’ai beaucoup aimées dans ce livre, dont celle-ci : «La vie serait trop triste si elle était toujours gaie». Explique-moi.
Mais si elle était toujours gaie, d’abord on ne saurait pas qu’elle est belle, on n’apprécierait pas les bons moments puisqu’ils seraient tous pareils ! C’est comme les saisons : s’il faisait toujours brumeux et pluvieux, on n’apprécierait pas la chaleur et le soleil.
Tu dis encore que tu es insoumise et plus loin que tu ne sais pas dire non. N’est-ce pas antinomique ?
Mais pas du tout ! Ce n’est pas pareil. Insoumise, ça veut dire que je suis rebelle à toute forme d’autorité ou d’obligation aux choses qu’on veut m’obliger de faire. Par ailleurs, c’est vrai, je n’ai jamais su dire non à un ami, à quelqu’un que j’aime mais c’est par amour ou par amitié. Par contre, je sais dire non à des projets qui me semblent foireux, à des rôles qui ne me conviennent pas, à des sujets qu’on veut m’imposer. Je suis une insoumise mais j’ai un grand cœur !

Présentation PowerPoint 4

Tu es aussi une «catho-communiste, dis-tu. Ça m’a fait beaucoup rire !
Ben oui… J’avais une grand-mère qui était très catho… Du moins le disait-elle mais elle ne serait jamais allée à l’église sans avoir pu jouer au PMU. L’intérêt est qu’elle arrive avant le fameux «Ite missa est». Elle était catho plus par tradition familiale que par conviction. Par contre, quant au communisme, j’étais issu d’un milieu ouvrier, d’une famille nombreuse et donc on ne pouvait être que communiste… Heureux qui communiste !!!»
Et dans tout ça ?
Je suis un melting pot social ! Et j’ai surtout une grande faculté d’adaptation. Je m’adapte à tous les gens, à tous les milieux, je suis une femme populaire dans le bon sens du terme car ce n’est pas péjoratif. J’aime aller vers les gens car tout simplement je les aime.
Tu parles de l’Ardèche. Ca ne peut qu’éveiller mes souvenirs d’Ardéchois…
Tu es ardéchois ? Alors tu connais Neyrac, Meyras… Mes grands-parents étaient soyeux. Ils avaient une usine de tissage qu’ils ont léguée à mon oncle, qui n’a pas mis beaucoup de temps pour faire faillite… Le pauvre Léon !
Je suis longtemps allée là-bas car grand père était notaire et maire de Meyras. Mais j’ai eu des problèmes avec mon oncle et je n’y suis plus allée. J’ai vendu la maison. Mais j’aimerais y retourner.
Ton style est très imagé. Parfois on se croirait dans un film. D’ailleurs, justement, lorsque tu parles de l’Ardèche et des réunions de famille, on se croirait dans le film de Brialy «Eglantine» !
Ça, ça me fait très plaisir mais c’est dans ma nature et je suis une femme d’images. J’aime décrire de petites saynètes avec des images, des métaphores…
Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Parce que Flammarion me l’a demandé car il s’inscrit dans une collection dont le thème est : qu’est-ce qu’on a tiré de la vie qu’on nous donnée ? Ce n’est donc pas une bio mais une réflexion sur la vie et les événements que j’ai vécus. J’ai mis six mois à l’écrire en fouillant beaucoup dans ma mémoire, dans mon cœur. C’est en fait la vie d’une femme et d’une actrice.
Justement, arrives-tu à faire la part des choses ?
Ah, complètement. Je suis une artiste mais je fais avant tout un métier comme beaucoup de gens. Mais je le lâche  dès que c’est terminé. Je deviens femme, épouse, mère de famille. Je laisse le métier derrière moi, quand je le veux.
Alors parlons métier : que prépares-tu ?
Tout d’abord une pièce de théâtre avec laquelle je partirai en tournée*et que j’espère jouer à Paris après la tournée. Elle s’intitule «Gina et Cléopâtre», elle est signée Olivier Macé et Ariane Bachet. Olivier signe également la mise en scène. J’ai pour partenaires Daniel-Jean Colloredo, Andy Cocq qui est hallucinant, Emilie, Marié. Je crois que c’est une excellente pièce de boulevard. Je n’ai jamais tant ri à la lecture d’une pièce !
Le théâtre c’est vraiment mon métier, je me sens bien sur une scène et j’adore le public de province qui est gentil, pas bégueule, qui aime rigoler.

5 6

Et l’écriture ?
J’ai envie d’écrire un roman mais j’écris aussi des scénarios… J’en ai cinq sur le feu, avec des styles très différents. Lequel arriverai-je à terminer en premier ? L’avenir me le dira.
Mais un avenir lointain car je commence les répétitions de la pièce le 3 octobre.
Ca va donc être un peu compliqué d’arriver au bout d’un bout !
J’ai aussi deux projets de télé et surtout un projet cinéma qui me tient très à cœur. Il y a longtemps que je n’en avais plus fait mais je n’avais pas envie de faire des panouilles. Là, c’est du sérieux. Je pense qu’on peut me faire confiance, après 30 ans de carrière !
Bon, ça va pour toi ?
Oui, merci ! Je n’arrête pas de travailler mais je ne fais que des choses qui me plaisent et j’avoue que je m’éclate au théâtre. Tout ça me permet de choisir et de refuser de jouer n’importe quoi.
Tu ne t’ennuies jamais, en fait !
Jamais ! J’ai beaucoup d’énergie et aujourd’hui je suis très satisfaite de ce livre que j’ai commencé de promouvoir à la Rochelle puisque tous les journalistes sont là… La preuve ! Et puis, ça me permet de retrouver plein de copains, de découvrir des films, des réalisateurs et de donner de mes nouvelles !
C’est le lieu où il faut être !

Propos recueillis par Jacques Brachet
* «Gina et Cléopâtre» au théâtre Galli de Sanary le 21 mars 2020

La Rochelle – 21ème festival de la fiction TV
Valérie KARSENTI : « Où sont les femmes ? »

E

Depuis dix ans, Valérie Karsenti, avec sa voix tonitruante et haut perchée nous fait rire dans «Scènes de ménages» aux côtés de son complice Frédéric Bouraly. José et Liliane sont devenus pour le public, des membres de la famille, qui rentrent tous les soirs dans leur salon.
Mais si ce rôle lui a apporté la célébrité, la comédienne n’a pas arrêté de travailler depuis ses 15 ans où elle est entrée au cours Florent.
Théâtre, cinéma, télévision lui ont ouvert les portes et elle n’a cessé de passer de l’un à l’autre. Elle a même été la voix de stars célébrissimes : Salma Hayek, Pénélope Cruz, Julianne Moore, Jennifer Aniston… Sans compter les doublages de films d’animation. Molière de la meilleure révélation féminine 2003, elle est une comédienne de haut vol et il était donc normal que le Festival TV de la Rochelle l’invite dans le jury en tant que présidente.
Une présidente consciencieuse qui nous a quand même donné un peu de son temps pour une interview.
Valérie, qu’attendez-vous de ce titre, de ce festival ?
Que Stéphane Strano, le président du Festival, me propose le rôle de présidente a été à la fois une surprise, une marque de confiance et un bonheur. C’est très excitant de pouvoir, en un laps de temps, découvrir des formats, des thèmes différents, de pays différents qui vont pouvoir aiguiser mon goût, ma curiosité, me permettre de découvrir diverses écritures. Je n’ai aucun à priori, j’aime tous les genres, excepté les films d’horreur, j’aime avoir des surprises et j’espère en avoir.
Vous-même, qu’aimez-vous jouer ?
Là non plus je n’ai pas d’à priori. Je suis ouverte à toute proposition à partir du moment où le sujet, le rôle me plait. La qualité du projet détermine mon choix. J’aime passer d’un drame à la comédie, d’un sujet à un autre. J’ai cette liberté, ce luxe énorme de pouvoir aujourd’hui choisir, me balader dans des univers différents, d’avoir des types de jeu différents à jouer.

A

Que pensez-vous de la production française aujourd’hui ?
Je vois à la télévision des choses de grande qualité, d’une grande richesse, d’une belle diversité. Je trouve qu’il y a de plus en plus d’audace, d’énergie dans les thèmes, qui poussent à faire éclater ce qui est conventionnel. Et en regardant les productions francophones, j’y découvre une autre façon d’aborder les sujets. D’aborder la vie. Pour moi, rien n’est jamais trop audacieux. Par exemple, de voir un film où un homme est violé, met en perspective ce qu’est être agressé, pour un homme comme une femme. On vit aujourd’hui dans un monde de violence insupportable, d’où l’utilité de déplacer la narration.
Jouer un tel rôle est une prise de risque pour un homme, non ?
Tout autant que pour une femme ! Je ne porte jamais de jugement sur un acteur ou une actrice, je comprends tout aussi bien qu’on ose ou qu’on refuse un tel rôle, pour diverses raisons et nous n’avons pas à juger. D’autant que souvent, ils ont un temps d’avance sur le commun des mortels.
La place de la femme est un sujet qui vous tient particulièrement à cœur…
Évidemment, lorsqu’on voit, ne serait-ce qu’à ce festival, le peu de réalisatrices dans la programmation, tout comme des histoires écrites par des femmes. Quant aux actrices, à 25 ans, la femme ne peut-être que da la séduction. A 50 elle ne l’est plus, elle n’intéresse plus et il faut attendre 60 ans pour qu’on leur offre des rôles de grand-mère. Je trouve cela scandaleux. Les femmes de 50 ans ont souvent des vies passionnantes, peut-être plus intéressantes que les plus jeunes femmes. Je suis quelquefois outrée de voir ce qu’on écrit pour les femmes.
Avec vous, difficile de ne pas parler de «Scènes de ménages». 10 ans après, comment vivez-vous l’aventure ?
D’abord, comme je ne me projette jamais dans le futur, je n’aurais jamais pu imaginer d’y être encore après 10 ans d’existence ! D’un autre côté, heureusement que ma carrière n’est pas limitée à cette série que je ne dénigre pas, loin de là, puisqu’elle m’a apporté une immense popularité. Mais à côté, j’ai pu jouer des choses différentes. Mais «Scènes de ménages» reste un espace de liberté qui me permet de faire le clown. Car Liliane est une folle qui n’a pas de limites. Elle est alcolo, dépressive, elle a une libido de folie, elle est givrée. C’est un électron libre et c’est très jouissif de jouer un tel personnage. Grâce à des textes de plus en plus aboutis et à la souplesse des plans de travail, on peut se permettre plein de choses. Il n’y a pas de limites.
Est-ce que cette série, qui certes, vous a donné une grande popularité, ne vous a pas trop figée dans un personnage ?
Cette série est surtout arrivée à un moment où, après avoir fait beaucoup de théâtre, j’étais dans une période un peu creuse. Et alors qu’on me la proposait, on me proposait aussi un rôle dans la série «Maison close», deux rôles aux antipodes l’un de l’autre qui m’ont permis de montrer en même temps, deux facettes de moi. Ce qui m’a tout de suite donné une certaine liberté et surtout de ne pas être cataloguée dans un style de personnage. D’accord, ça m’a apporté une certaine popularité, je le conçois, mais je n’ai jamais fait ce métier dans ce but. Ça n’a jamais été ce que j’ai recherché. C’est une conséquence de ce métier mais je peux très bien jouer quelque chose demain pour un public restreint si le sujet m’emballe. Je cherche surtout et toujours à développer d’autres couleurs de moi. Justement pour ne pas être enfermé dans un style de rôle.

DCB

Grâce à cela, vous n’êtes pas considérée comme une actrice «de télévision !»
Vous savez, ce clivage commence à de moins en moins exister, depuis que les acteurs dits «de cinéma» jouent à la télévision. Ça a tendance à s’estomper. Les carcans m’ont toujours exaspérée. J’estime qu’un acteur doit avoir la liberté de s’exprimer partout où il veut aller, dans une aventure qui lui plaît.
Ecrire, réaliser, est-ce que ça vous tente ?
La production me passionne plus. J’adore faire se rencontrer les gens, les faire travailler ensemble. J’aime aussi l’écriture et en ce moment j’essaie de développer deux projets. J’aime écrire, j’ai très envie d’écrire une histoire mais je n’ai aucune frustration, à partir du moment où j’ai des projets qui me plaisent.

Propos recueillis par Jacques Brachet et Marie-Aurore Smadja

Liane FOLY… Eh bien dansez maintenant !

A

Cela fait plus de trente ans qu’une amitié s’est installée entre Liane Foly et moi.
Dès ses début j’ai apprécié sa voix, son talent, son humour et c’est toujours un grand plaisir que de nous retrouver. Je ne pouvais donc pas manquer ce rendez-vous qu’elle a donné à son public, durant deux mois sur les routes du Var avec la tournée « Var Matin-Nice Matin ».
Rendez-vous difficile car j’étais absent lorsqu’elle est passée à Sanary, à cause d’un vent violent le spectacle a été annulé à Six-Fours et il s’en est fallu de peu qu’il en soit de même à Bandol où le vent et la pluie s’en sont mêlés en fin de soirée. Mais tout s’est arrêté par enchantement à l’heure du concert et il a eu lieu.
Nous nous sommes donc retrouvés après son show qui, comme toujours, a été brillant, sa voix s’élevant vers le ciel, avec toujours cette pêche, cette énergie et son contact avec le public avec qui elle a, depuis plus de trente ans, un contact immédiat.
Nous voici donc, une fois de plus, en tête à tête dans l’intimité de sa loge, une confortable caravane qui l’a suivie durant tout ce périple varois.

D B

«44 dates pour 8500 kilomètres parcourus… Un challenge que j’ai adoré accomplir. J’ai passé tout ce temps avec des gens délicieux, artistes, techniciens, organisateurs, sans parler d’un public chaleureux qui, je crois, a apprécié ce beau spectacle d’une grande qualité et qui a plu aux petits comme aux grands car c’est un public familial. Il s’est passé un truc magique, qui restera l’une des plus belles aventures de ma carrière.
Le Var, tu le sais, est une région chère à mon cœur puisque ma famille a vécu à Toulon, que j’y ai fait mes premiers pas sur scène avec mon père et que j’ai participé à cette tournée qui s’appelait alors «La gazette en chansons»… et que j’avais gagnée !
C’est pour cela que tu es près des candidats qui tentent ce concours !
Exactement, car je me remémore mon passage et j’ai été tout le temps de la tournée, très à l’écoute de tous ces jeunes qui se lancent dans ce métier périlleux. D’ailleurs, j’en ai repéré quelques-uns que j’ai conseillés à la production de l’émission «The Voice» qu’on retrouvera donc en compétition.
Chanteuse, humoriste, comédienne, auteure… Voilà que tu te lances dans la danse !
(Elle rit). Oui, ça fait quatre ans que TF1 me demande de participer à «Danse avec les stars». Mais j’avais refusé et en fait, j’ai pensé que ce serait un beau challenge pour fêter mes 45 ans de carrière. Je sais que ça va être un travail à plein temps car il faut savoir que c’est cinq heures de danse par jour ! Ça ne sera pas de tout repos mais c’est une aventure qui m’excite et j’espère aller le plus loin possible.

Nos-femmes-de-coeur E LianeFoly_Poster

Revenons à ce livre que tu nous a offert voici quelques mois : «Nos femmes de cœur», que tu as écrit à quatre mains avec la journaliste Wendy Bouchard (Ed Grasset)
Ce n’est pas un livre écrit à quatre mains mais à deux cœurs. Tout en n’étant pas de la même génération, nous avons chacune nos références, nos coups de cœur, des femmes qui nous ont fascinées, que nous avons prises pour modèles, qui nous ont aidées à nous construire. Et n’étant pas de la même génération, chacune a écrit le portrait de ces femmes admirables.
Tu as ratissé large, allant de Catherine Deneuve à Mimie Mathy, de Macha Méril à Muriel Robin, de Vétonique Jannot à Jeanne Moreau, d’Annie Cordy à Barbara… Et j’en passe !
Oui, ce sont des femmes qui ont jalonné ma vie et celle de Wendy. Ces femmes admirables, chanteuses ou comédiennes ou encore présentatrice comme Denise Glaser que je regrette de ne pas avoir connue mais que j’ai découverte lors de ses fameux «Discorama». C’est d’ailleurs à travers l’une de ses émissions que j’ai découvert Catherine Lara et son violon magique et avec qui je suis devenue amie. Dorothée a bercé mon enfance, Sylvie Vartan a été un exemple. Je la chantais beaucoup dans l’orchestre de mon père. Barbara a été une belle rencontre au point qu’elle voulait m’écrire un album… Bref, j’ai beaucoup aimé écrire ce livre avec Wendy. Et c’est mon amie Carla Bruni qui nous a offert la préface.
Y aura-t-il une suite ?
Peut-être… C’est possible mais j’ai d’autres projets d’écriture.
Raconte…
D’abord, je suis en train d’écrire un troisième one woman show qui s’intitulera : «La folle (re) part en thèse». Fallait le faire, non ? Il sera prêt vers le printemps 2010 et je le jouerai dans la foulée. J’ai d’autres projets d’écriture et aussi des projets musicaux dont je te reparlerai.
Mais durant les semaines qui suivent, ça va être la rentrée sur Paris, quelques jours de communication, interviewes, photos pour «Danse avec les stars» et j’enchaînerai aussitôt les répétitions et les prime… jusqu’à ce que je sois éliminée… le plus tard possible !
Par contre le 31 août je serai à St Marc Jaumegarde, un petit village près d’Aix-en-Provence où je suis la marraine d’un festival qu’a créé Marc Jolivet : «Les soirées de St Marc». J’y ferai un spectacle piano-voix avec le concertiste belge Hervé Noirot. Ce sera un spectacle jazzy, intimiste où je rendrai hommage à Nougaro, Aznavour, Michel Legrand. Nous l’avons déjà joué jusqu’à Londres et notre petite formation marche bien.
Bon, alors l’actualité de Liane est donc la danse !
Pour paraphraser la Fontaine : «La Foly ayant chanté tout l’été… Eh bien, dansez maintenant !»

C

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier

Rencontre à Saint-Tropez Mireille MATHIEU : D’amour & de musique

MM2

Cela faisait 50 ans que je n’avais plus rencontré notre petite demoiselle d’Avignon devenue aujourd’hui la grande dame de la Chanson Française connue, adulée, honorée, acclamée partout dans le monde.
Si elle est l’une des plus belles voix française, elle est aussi l’une des plus belles voix du monde… Et elles ne sont pas nombreuses !
C’est donc avec plaisir que je la retrouve et je me souviens de notre première rencontre, petite chanteuse timide, répondant en hésitant à mes questions, surveillée par Johnny Stark. Aujourd’hui, elle s’est affirmée, elle est même volubile, souriante, faite de simplicité et de gentillesse, comme d’ailleurs toute l’équipe qui l’entoure. On sent beaucoup d’amour autour d’elle.
«Amour» est d’ailleurs un mot qu’elle emploie beaucoup, surtout pour parler de sa famille et son public qui la porte depuis tant d’années et dont elle est reconnaissante de tant de fidélité.

«Vous savez, j’ai toujours la trouille de monter sur scène et je l’aurai toujours mais lorsque j’arrive devant le public, j’oublie tout et je lui donne autant d’amour qu’il m’en donne. C’est lui qui me porte».
Nous rencontrons donc notre Mimi nationale et internationale à ST Tropez où elle est venue passer quelques jours de vacances chez des amis très chers : Jean et Catherine Madar.
«J’y viens chaque année et j’y suis comme en famille. Ils ont toujours mille projets, le dernier étant de réhabiliter le Palm Beach à Cannes et de le réaménager à l’identique, du temps de son âge d’or. Ça va être extraordinaire !
Vous aimez St Tropez !
Oui, j’y ai mes habitudes, je suis fidèle à Sonia au restaurant «Le caprice des deux» où nous sommes attablés, le club 55, le Cabanon.. Je n’oublie pas cette petite église de Notre-Dame de l’Assomption où je me rends régulièrement. Je viens d’y chanter l’Ave Maria de Shubert et le Panis Angelicus.
Et avant l’église vous êtes allée faire une visite au Château du Marquis de Sade !
(Elle rit) Mais je n’y suis pas entrée ! Le Château Lacoste appartient à Pierre Cardin qui est un ami de longue date. Il était venu voir mon premier Olympia où je chantais trois chansons dans le spectacle de Sacha Distel. Il m’a alors invitée à une soirée où j’étais entre Jean Seberg et Georges Pompidou et sa femme, moi, petite débutante. De ce jour, nous ne nous sommes jamais perdus de vue. Il y a longtemps qu’il voulait que je vienne chanter chez lui dans ce festival qu’il présente chaque année. Il fêtait ses 97 ans, c’était magique, il y avait plein de nationalités différentes dont une centaine de Russes, des Norvégiens, des Français bien sûr qui viennent de loin…»
Ce qu’il y a d’incroyable chez Mireille c’est qu’elle est une star mondiale et malgré tout, elle s’émerveille encore de ce qui lui arrive, comme une gamine.
«C’est vrai, je suis toujours heureuse et émerveillée car je sais que dans ce métier, rien n’est jamais acquis, rien ne nous est dû. Alors bien sûr, je suis heureuse qu’après tant d’années le public soit aussi fidèle, des gens m’invitent, me remercient de ce que je fais…

MM5 MM4 MM6

Justement, parlons de ce très beau disque sorti voici quelques mois : «Mes classiques»
Il n’est fait que de mélodies classiques signées Tchaïkovski, Shubert, Mozart, Brahms, Offenbach, Haendel… Et je chante en sept langues. Je l’ai enregistré juste après la mort de ma maman dont je ne suis toujours pas remise. A sa disparition, il fallait que je fasse quelque chose pour oublier ma peine, ma douleur. J’ai très vite pensé comme une évidence, à enregistrer un «Ave Maria» pour elle. J’ai choisi celui de Shubert. Ce disque a été une vraie thérapie parce que ça a été beaucoup de travail et de bonheur. Nous avons fait le mastering à Abbey Road, dans le studio des Beatles, nous avons enregistré et  filmé dans le château de Prague. J’étais accompagnée du Prague Symphonic Ensemble sous la direction de Jerôme Kuhn.
C’était somptueux.
A peine sorti ce CD, vous nous en annoncez un autre !
Oui, à la rentrée, je sors un double album de toutes les musiques de films que j’ai enregistrées (40 titres) afin de rendre hommage à tous ces grands compositeurs qui m’ont fait l’honneur de me choisir pour les interpréter : Michel Legrand, Maurice Jarre, Ennio Morricone, Francis Lai… J’ai également retrouvé des morceaux inédits comme la musique du film «La bataille d’Angleterre» signée Ron Goodwin et Sir William Walton. J’ai retrouvé aussi la musique «Anna et Julien» du film «Le train» avec Romy Schneider et Jean-Louis Trintignant, signée Philippe Sarde… des musiques peu connues.
Le premier single sera bien sûr «Un homme, une femme» le film de Lelouch, pour rendre hommage à mon ami Francis Lai. Je lui avais envoyé mon disque «Mes classiques», hélas, sa femme m’a dit qu’il était trop malade pour l’écouter.
Sortira-t-il à l’étranger ?
Oui, comme tous mes disques, mais seulement en français.
Vous parlez et chantez combien de langues ?
En sept langues mais le français reste «ma» langue et je la défends partout où je passe, j’y mets un point d’honneur car je suis française avant tout et fière de l’être !
Vous y chantez peu pourtant !
Malgré tout, plus je vieillis, plus j’ai la trouille et elle atteint des sommets lorsque je chante en France ! Mais j’y viens lorsqu’on m’y invite.

MM1

On vous voit également peu aussi à la télé.
Je choisis mes émissions. J’ai par exemple demandé à passer chez Cyril Hanouna, lui proposant de présenter l’émission à ses côtés, ce qui ne s’était jamais fait. Cyril est un homme magnifique, il est à l’écoute, d’une grande gentillesse, d’une grande délicatesse. J’ai également fait «C’est à vous» avec Anne-Elizabeth Lemoine qui est d’une grande intelligence, très prévenante. J’ai été merveilleusement reçue. Ce sont de vrais professionnels, des gens qui n’ont pas de prompteur. Je ne comprends pas comment on peut animer une émission en fixant un prompteur sans regarder le public dans les yeux. Le regard, c’est important.
En avez-vous un sur scène ?
De prompteur ? jamais de la vie ! Je n’en aurai jamais comme je n’aurai jamais d’oreillette. Je veux être libre de tout pour exprimer mes sentiments. Je ne me vois pas me concentrer sur un écran devant le public. J’estime que pour une chanteuse, connaître ses textes et regarder le public c’est la moindre des choses pour faire passer la vraie émotion.
Vous êtes intransigeante et disciplinée !
Oui, je me suis toujours obligée à une grande discipline. Je ne laisse rien au hasard lorsque je dois chanter. Je parle le moins possible, je fais mes vocalises, je répète et je rentre à l’hôtel avant de me préparer pour être au mieux devant le public. J’ai besoin de discipline. Dès le départ de ma carrière j’ai agi comme ça.
C’est Johnny Stark qui vous a formée ainsi ?
Johnny, je lui dois tout. Il m’a tout appris, même à parler, à m’exprimer. Il a été merveilleux pour moi. Lorsqu’il est parti, j’ai vraiment perdu un père, un conseiller, un mentor. Mais si vous saviez ce que j’ai dû supporter comme trahisons, mensonges, critiques. Je ne sais pas s’il savait tout ça ou s’il voulait me le cacher et si tout s’est déchaîné à sa mort mais ça a été très dur. Heureusement, ayant travaillé à ses côtés, c’est ma sœur Monique qui a pris le relais. Au début ça n’a pas été facile. C’est toujours elle qui s’occupe de moi et croyez-moi… C’est du travail à plein temps !
Y a-t-il d’autres personnes qui ont compté pour vous ?
Il y a eu Charles Aznavour qui était un ami très cher dès le début. Au jeu de la chance j’ai commencé en chantant une chanson de lui : «Jezabel» (Elle nous la chante et sa voix puissante envahit le restaurant). Et puis il m’a écrit des chansons comme «Celui que j’aime», «Une vie d’amour», que nous avons enregistrée séparément et en duo, tirée d’un film intitulé «Téhéran». Je la chante en russe lorsque je vais en Russie et elle obtient chaque fois un énorme succès. Nous avons fait beaucoup de duos ensemble avec Charles, entre autres chez les Carpentier que je regrette infiniment. Que de belles émissions, de belles rencontres nous avons faites grâce à eux. C’était très gratifiant. Ils nous manquent. C’était une vraie famille.

MM3
Mireille entourée de Sonia, le journaliste Laurent Amalric et moi-même

La famille a toujours été importante pour vous.
Je suis issue d’une grande famille très unie. Le départ de maman a été terrible et c’est un peu moi qui ai pris sa place. Je n’arrête pas de penser à elle et même lorsque je chante. Elle nous a laissé ses chats qui n’ont plus d’âge et auxquels on tient beaucoup. C’est un peu d’elle qui nous reste».
On sent Mireille très émue, au bord des larmes. Aussi change-t-on vite de sujet.
Aujourd’hui Mireille, vous intéressez-vous aux jeunes générations ?
Oui bien sûr, il y a certains d’entre eux que j’aime beaucoup. L’autre jour j’ai rencontré Patrick Bruel, nous avons beaucoup parlé. C’est un garçon et un chanteur formidable. J’aime Patrick Fiori qui a une voix sublime, Calogero, Christophe Maé et j’aimerais beaucoup faire un duo avec Gims ! »

Rencontrer Mireille est un bain de Jouvence, un grand bol d’air rafraîchissant tant elle est vraie, spontanée malgré la grande artiste qu’elle est depuis des décennies. C’est devenu tellement rare dans ce show biz qui se détériore de jour en jour et qui fait des stars de pacotille à coup de télé-réalités.
Après une heure et quart d’une chaleureuse rencontre, en nous embrassant elle nous donne rendez-vous l’été prochain pour fêter avec elle… 55 ans de carrière !
Nous y viendrons avec plaisir, Mireille !

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier

Hélène SEGARA : le grand retour

A

Il y a déjà un moment que l’on n’avait vu Hélène Ségara sur une scène, des ennuis de santé l’en ayant éloignée.
Alors c’est un véritable plaisir que de la retrouver à Hyères, avant-dernière étape d’une tournée d’été en France avec un petit crochet par le Liban.
Après avoir traversé des moments difficiles, aujourd’hui elle va mieux sinon bien, avec toujours quelques problèmes mais elle a retrouvé la pêche, l’optimisme, une certaine sérénité et, plus belle que jamais, elle a été ovationnée par un public venu nombreux, la découvrir dans une somptueuse robe noire.
La voix est toujours limpide et pure comme du cristal et elle a enchaîné tous les succès qu’elle a accumulés depuis plus de vingt ans.
Avant le concert, j’ai le privilège de passer un grand moment avec elle, durant le temps qu’elle se prépare. Une grande amitié nous lie depuis bien avant son premier succès, Six-Fours ayant été notre premier lieu de rencontre, y habitant alors tous les deux.

C D E

«J’ai été heureuse de retrouver mon public durant ces trente dates de tournée, un public qui, malgré mon absence, m’est resté fidèle et je lui en suis reconnaissante. Au Liban, j’ai chanté devant des ruines romaines, c’était magnifique.
Aujourd’hui, comment vas-tu, Hélène ?
Après avoir diagnostiqué des tas de maladies, on ne sait toujours pas ce que j’ai. Tous les trois mois je dois subir un implant dans l’œil. Dieu sait pourtant si j’en ai vu, des professeurs. Pour le moment, donc, je vis avec ça. J’avance, je relativise et j’ai plein de projets.
Par quoi on commence ?
Depuis quelques mois, je prépare un nouveau disque qui va surprendre tout le monde. C’est très différent de ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui.
Jusqu’ici, j’ai enchaîné les disques dans l’urgence, le stress, la pression. Il n’y avait aucun recul, aucune réflexion Il fallait à tout prix produire, que ça sorte même si l’on n’avait pas le matériel nécessaire. Ça, je ne le veux plus. Je sentais que mon public avait besoin d’autre chose, tout comme moi.
Ça s’est donc fait comment ?
D’abord j’ai écrit tous les textes. J’ai pris mon temps, j’avais envie d’aller vers là où on ne m’attendait pas et le résultat est assez surprenant. Ce sera un album spirituel et humain avec une dimension mystique. Je suis à un stade de ma vie où je réfléchis sur ma vie, où je fais le bilan. J’ai donc pris le temps d’enregistrer, en France et aux Etats-Unis surtout car, à la différence de la France, on prend le temps de bien faire, il n’y a pas de pression et si je ne suis pas satisfaite d’un enregistrement, je recommence.
Tu vas travailler avec qui ?
Je ne peux pas te le dire aujourd’hui mais ça va en étonner plus d’un. Ce sera un disque plein d’émotion, d’énergie aussi.
Tu écris de plus en plus !
Oui et d’ailleurs, je suis en train d’écrire un livre. Là encore, je prends du temps pour me poser, pour prendre ce recul dont j’ai besoin.
Quel en est le sujet ?
C’est un livre sur le mental, la pensée positive. Je me suis découverte par rapport à ce que j’ai vécu, à l’importance dont on prend les choses de face.
Ecrire a été une thérapie personnelle. En écrivant, je me suis rendu compte que j’étais en train de me dépasser, à partir du moment où je me suis mis dans la tête que ça irait mieux.
Au départ je l’écrivais pour moi et petit à petit je me suis rendu compte que ça pourrait aider d’autres personnes.
On est donc loin de tes deux livres sur Weight Watchers !
(Elle rit). Oui et non. Ce sera très différent mais en fait ça se rejoint. Manger sainement est une hygiène de vie bon pour le physique et le mental. Weight Watchers m’a beaucoup aidée. Les livres marchent très fort et en plus, je me suis découvert une famille. J’ai une coach qui m’a beaucoup encouragée. Par contre, je lui ai fait découvrir des recettes de chez moi. Un jour, je lui ai fait découvrir les petits farcis provençaux. Après les avoir goûtés, elle m’a appelée et m’a dit : «Mais c’est délicieux ! Et en plus ça ne fait que 7 points !». Je lui ai aussi fait goûter mon gratin de courgettes à la menthe !
Tu me les fais quand tu veux !
Surtout quand j’ai le temps car le programme est chargé. Dans quelques jours je recommence les tournages de «La France a un incroyable talent» avec toujours la même équipe : Sugar Sammy, Marianne James, Éric Antoine.

B

Avec toujours le même plaisir ?
Là encore, je retrouve un esprit de famille avec ces amis qui sont drôles, amicaux avec lesquels on rit beaucoup, il y a une vraie complicité. Marianne est une femme hors norme à tous points de vue. Elle est drôle, sincère, très profonde. Nous partageons de belles conversations.
Et puis, tu as pu voir les numéros qui nous sont présentés, quelles que soient les disciplines. C’est toujours de très haut niveau, de grande qualité, on passe du rire à l’émotion. J’ai pleuré plusieurs fois mais beaucoup ri aussi. J’ai été bluffée et j’ai hâte de recommencer d’ici quelques jours.
Il était question d’un gala spécial pour les vingt ans de «Notre Dame de Paris» au profit de la reconstruction de l’édifice ?
C’est vrai mais d’abord, c’est difficile de pouvoir réunir tout le monde sur une même date car on est tous éparpillés. Et puis, ils ont déjà récupéré deux milliard et je me demande s’il n’y a pas d’autres causes à défendre qui méritent autant et qui manquent de moyens. Bien sûr, c’est notre patrimoine mais il y a aussi les enfants malades, les infirmières, les personnes âgées, les retraités qui n’arrivent plus à boucler le mois… Ils méritent tout autant qu’on s’en préoccupe.
Tu me connais, tu sais que je milite beaucoup dans les associations caritatives et j’avoue que ça me pose un problème de conscience».

Il et l’heure de monter sur scène. Le temps de faire quelques photos dans ce qu’elle appelle «sa robe de lumière», de saluer Jean-Pierre Giran, maire de Hyères et la voilà sur scène, ovationnée par un public déjà en délire dès la première chanson.
C’est bien reparti pour Hélène !

Jacques Brachet
Photos Patrick Carpentier

Luq HAMETT ou la passion théâtre

A

Que serait le festival  In Situ» sans Luq Hamet qui, tous les ans nous amène de belles pièces pour rire et pour pleurer.. de rire ?
Il n’y a pas plus sympathique et simple que lui. Plus passionné aussi car le théâtre, il l’a dans la peau, il le défend depuis 35 ans.
Comédien, metteur en scène il est aussi un grand patron de théâtre pour une petite bonbonnière de 132 places exactement : le théâtre Edgar.
De retour à Carqueiranne, il nous a proposé deux pièces cette année : «C’est pourtant simple» de Sophie Brachet avec Marion Game et «Ciel, ma belle-mère» d’après Feydeau, avec David Martin et il a fait mouche une nouvelle fois en faisant se tordre de rire deux salles pleines.
Comment es-tu devenu comédien, Luq ?
J’ai écrit mon premier one man show à 16 ans : « Moi, je craque, mes parents raquent». Ca a marché car j’avais déjà cette envie de devenir comédien. En 83 j’ai fait une audition au Point Virgule… où j’ai joué trois ans !
Entre temps, on m’a proposé de faire du doublage et à partir de là, j’en ai fait beaucoup : j’ai fait la voix de Michaël J Fox pour «Retour vers le futur», je le double toujours, j’ai été la voix de Roger Rabitt, de Mozart dans «Amadeus»,  j’ai doublé Jason Priestley dans «Beverley Hills» de 1990 à 2000, j’étais le calife dans « Iznogoud » et bien d’autres…

C D

Tu doubles toujours Michaël J Fox ?
Oui, il travaille moins à cause de sa maladie mais il a toujours un immense fan club qui se réunit au Canada. Le 19 octobre ils seront à Paris pour l’anniversaire des 30 ans de «Retour vers le futur 2»
La soirée s’intitulera «Retour au grand Rex»
La postsynchronisation c’est en fait ton vrai métier ?
C’est une partie de mon métier car il faut être à la base comédien pour en faire. Mais j’ai toujours varié les plaisir en écrivant des pièces, en jouant, en mettant en scène. J’ai même fait de la télé en travaillant avec Dorothée à «Récré A2», de 90 à 96 j’ai animé l’émission «Hanna-Barbera  Ding dong», je travaille sur «les cahiers d’Esther», nombre de dessins animés français comme « Tom Tom et Nena »
Comédien, metteur en scène, aujourd’hui tu as un théâtre…
J’ai aussi une maison de production, une société de constructions de décors «Les ateliers de décors» et nous sommes en train de créer les décors de  «La dame de chez Maxim’s» que va mettre en scène Zabou Breitman…
C’est de la boulimie !
C’est surtout le meilleur moyen d’être totalement libre. En ayant tous les outils de travail.
Alain Malet avait créé en 75 le Théâtre Edgar et le Café d’Edgar dans le 14ème, 58 rue Edgar Quinet, d’où son  nom. En 2014 ils étaient à vendre et je ne les ai achetés qu’à la condition de n’en faire qu’un théâtre. Il possède 132 places, a une scène de huit mètres d’ouverture, nous y présentons deux pièces différentes, une à 19h, l’autre à 21h, le week-end nous proposons des spectacles jeune public et une troisième pièce le dimanche. C’est ouvert sept jours sur sept, le prix des places est de 25€ et de 15€ sur Internet. Nous ne jouons que des comédies familiales afin que tout le monde y trouve son compte et puisse venir au théâtre.
Dès le mois d’octobre nous présenterons pour trois mois la pièce que nous avons créée à Carqueiranne «Ciel, ma belle-mère». C’est mon épouse Emmanuelle qui a fait l’adaptation de cette pièce de Feydeau qui s’appelle «Le mariage de Barillon». Je trouve l’argument formidable et j’espère que le public s’amusera autant que nous.

B

C’est ce qui s’est passé «In Situ» avec une troupe on ne peut plus joyeuse et soudée, une vraie famille comme nous l’ont dit les comédiens.
Et après Paris, une tournée se prépare… Que demande le peuple ?

Propos recueillis par Jacques Brachet