Archives de l’auteur : Jacques BRACHET

STONE… Vive la chanson !

1

Stone, je l’ai évidemment rencontrée… avec Charden !
C’était sur la tournée «Inventaire 66», qui réunissait quelques jeunes chanteurs prometteurs. Il y avait Michel Delpech, Pascal Danel, Stone et Charden, Noël Deschamps et quelques autres artistes qui n’ont fait que passer comme Pussy Cat ou Karine…
On devait se retrouver avec Claude François et Topaloff puis sur une tournée de folie où tous deux partageaient la vedette avec d’autres amis, C.Jérôme, Michel Jonasz… et Charlotte Jullian !
Quelques années passent avant qu’on se retrouve sur les tournées «Âge Tendre»
Embrassades et rires avec Stone, Charden restant un peu en retrait et lorsque je propose à Stone une interview, Charden, qui n’avait pas encore dit un mot, a une réaction étonnante : «Si c’est pour parler de moi, OK si c’est pour parler de Stone et Charden, la page est tournée»
J’ai d’abord cru qu’il plaisantait car alors, que faisait-il sur cette tournée ?
Mais il était sérieux et c’est donc en tête à tête avec Stone, vite rejoint par son sympathique second mari, Mario d’Alba, que je me retrouve et qu’on se retrouve comme si on ne s’était jamais quitté.
Du coup, organisant à St Raphaël «Stars en cuisine», j’invite Annie (son prénom) et Mario à y participer. Et là encore, on s’est bien marré.

2 3
Avec Charden – Avec mario

Il y eut beaucoup d’autres rencontres, avec Michèle Torr, à Partuis sur des fêtes du livre lorsqu’elle a sorti sa bio, en tournée théâtrale avec «Les trois Jeanne» et une autre pièce où l’on retrouvait aussi Sophie Darel «Le clan des veuves»….
Le succès du couple Stone & Charden a été tellement fort durant quelques années, qu’on oublie qu’elle a quand même fait un grand nombre de disques en solo. D’ailleurs, sur «Inventaire 66», elle était déjà avec Charden mais ne chantait pas encore avec lui.
Il était donc nécessaire que Marianne Melody regroupe toutes ses chansons pour nous les offrir sur un double CD où sont regroupées… 50 chansons !
Des chansons que pour certaines, on avait oublié et qu’en écoutant, on se dit : «Ah, mais c’est vrai qu’elle a chanté ça !».
C’est ainsi que nous reviennent en tête «Le jour, la nuit», «Fille ou garçon», «Baby Stone»,
«Vive la France» qu’elle a d’ailleurs reprise ave Charden par la suite, et bien d’autres encore qui d’ailleurs ne sont pas toutes signées Charden., mais Monty, Jean-Michel Rivat, Serge Gainsbourg (Un drôle de «Buffalo Bill !»), Billy Nencioli, Ralph Bernet,  Frédéric Botton,, l’incontournable Didier Barbelivien, Billy Bridge, Jean-Marc Rivière et bien d’autres faiseurs de tubes qui ont fait les beaux jours de nos années sixties.
Même si Stone & Charden, ce sont les années 70 qui en ont fait des machines à tubes !
Et si, après leur séparation, Stone a continué en solo  jusqu’en 86 et où son mari, Mario d’Alba, lui a écrit quelques chansons.
On est donc heureux, pour les plus de…50 ans que nous sommes devenus, de retrouver notre Stone qui ne vieillit pas, qui est toujours aussi rayonnante, même si elle nous annonce sa mort prochaine en riant ! En effet, un médium l’avait prévue en 2017 !!!
Mais elle est heureusement toujours là et c’est toujours un plaisir que de la retrouver.

5 4 6

«Annie, n’est-ce pas un peu pesant d’âtre toujours considérée comme une entité, une sorte d’aigle à deux têtes ?
Tu sais, ça n’a duré que quatre ans, de 71 à 75, mais quatre années intenses sans un jour de relâche et de respiration où la vie d’artistes et la vie de couple était si liée qu’à un moment on a vraiment eu besoin de respirer chacun de son côté.
Le principal est que, grâce aux enfants, on se soit quitté sans haine et qu’on ait pu, par la suite, se retrouver sereinement et sans bagarre. Moi j’ai varié les plaisirs en chantant, en jouant au théâtre, en écrivant une pièce pour Charlotte Julian. Je voulais me diversifier et surtout prendre le temps de vivre pendant qu’Éric vivait l’œuvre de sa vie avec «Mayflower». Et puis, lorsqu’un producteur nous a parlé d’une compil’ et d’un retour sur scène, au départ on n’y a pas cru. On a donc commencé à faire des télés promo puis, ponctuellement, des spectacles et l’on s’est rendu compte que ça marchait bien. Du coup, Mario a pris les choses en main et c’est reparti… comme en 74 !
Drucker, Sevran, tout le monde nous a rappelés, les disques se sont vendus à une vitesse vertigineuse On était bien entourés par Charles Talar, Jean-Pierre Pasqualini, le patron du magazine «Platine».

Lors de notre dernière rencontre à Pertuis, avec Michèle Torr, elle me disait curieusement : «Je n’ai pas de répertoire seule et ce n’est pas aujourd’hui que je vais m’en faire un, et chanter de nouvelles chansons, de faire un disque… Je me vois mal reprendre toutes ces chansons qui datent de ma jeunesse. Ca n’intéresse plus personne car déjà, plus personne n’achète de disques et on vit dans la nostalgie. Vois le nombre de chanteurs qui font des compilations, des remix, des duos avec d’anciens succès. Nous l’avons d’ailleurs fait avec Charden.
Et ça a marché !
C’est vrai mais Stone et Charden, ça fait partie de l’inconscient collectif, ça représente une époque, des chansons qui ne meurent pas, qui sont dans la nostalgie des gens de notre génération.

Christian SERVANDIER 8 10

Aujourd’hui, avec cet album, on se rend compte de toutes les chansons que tu a enregistrées seule !
Tu sais, ça a duré cinq ans et à l’époque, on faisait quatre 45 tours de quatre chansons par an. Du coup ça en fait beaucoup…
C’est toi qui en as eu l’idée ?
Pas du tout ! C’est Marianne Melody qui l’a eu et j’ai dit OK… à condition de ne rien faire ! Ils ont fait un travail de fou, recherchant toutes les chansons dont je ne me rappelle pas du quart, ils ont traité les contrats… Je n’ai rien fait. D’ailleurs, tu sais à l’époque, quand on sortait quatre chansons par saison, c’était une chance que d’avoir un tube dessus. Et puis du coup, beaucoup ne sont pas intéressantes car il fallait les trouver, ces chansons ! A te dire vrai, j’ai dit oui parce je sais que ce côté collector plaît aux fans.
Tu avais quand même de beaux auteurs et compositeurs !
C’est vrai mais c’était souvent aux même qu’on faisait appel. A cette époque, toute une génération est née. Beaucoup de chansons  étaient des adaptations mais ça ne plaisait pas beaucoup à Éric. Il disait que les français étaient aussi capables d’écrire des chansons. Il y en a donc beaucoup signées de lui.
Du coup, tu vas les rechanter ?
Tu sais, aujourd’hui, on continue à faire des petits galas parce qu’on nous demande. Sinon, je ne suis pas moi-même demandeuse, Je vis à la campagne et je ne refuse pas d’aller chanter lorsqu’on m’appelle. J’y retrouve souvent des copains Alors je chante surtout les succès qu’on a eu avec Éric. Sa voix est enregistrée sur bande et je chante en direct ma partition. Puis je chante quelques chansons, accompagné par Mario à la guitare.
Les dernières fois que nous avons chanté ensemble avec Éric c’était sur les Tournées Âge Tendre. Puis il a voulu tout arrêter et on a juste fait ce dernier disque en duo avant qu’il ne disparaisse.
Mais j’ai continué à avoir des demandes. Après, j’ai aussi varié les plaisirs. Jusqu’à ce que tout s’arrête presque deux ans avec le Covid. Aujourd’hui ça reprend un peu.
Et le théâtre ?
Pour le moment, ce qu’on me propose n’est pas très intéressant. Et puis je dois dire que le théâtre, c’est du boulot et du stress et comme je suis un peu fainéante… je ne cherche pas vraiment !
Je suppose que, même à la campagne, tu as quelques projets ?
Oui, j’ai rencontré Christian Lebon qui organisait des concours de jeunes chanteurs francophones et qui a repris le Chorus Café qui fut à Guy Mardel puis à Pascal Danel. Il reprend donc la formuler et organise des soirées «guests» où il fait venir tous les copains… Dont moi !
Dimanche dernier, c’était blindé !
Ca va faire dix ans qu’Éric nous a quitté… y a-t-il des choses qui vont se passer ?
C’est mon fils qui va s’occuper de ça. Il a un site face book et il a eu l’idée de me faire enregistrer avec lui «L’aventura». En deux jours on a eu 7.000 vues ! Du coup, on va en faire d’autres. Tu te rends compte, il a déjà 50 ans ! Il organisera aussi dans une salle à Paris, une soirée hommage avec quelques amis qui viendront chanter. Je le laisse faire !
Alors te voilà à la campagne ?
Oui, par la force des choses. Tu sais que nous habitons tous ensemble et les enfants ont voulu rénover et agrandir la maison. Du coup, ils nous ont envoyé à la campagne ! Mais on y est très bien.»

11

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier et Jacques Brachet

La Seyne-sur-Mer : Art Bop au Fort Napoléon

thumbnail_P1000991

Oyez ! Oyez ! Amateurs de jazz de tous les pays. Art Bop reprend ses activités dans ce temple du jazz qu’est le Fort Napoléon. Et ça redémarre plein swing avec la violoniste Florence Fourcade.
Florence Fourcade est une habituée du var, nous l’avons vue et entendue à Jazz à La Cadière, créé par le regretté Jacques Jullien, avec son quartette Mademoiselle Swing, et au festival de Jazz à Toulon avec Christian Escoudé, entre autres lieux.
C’est une violoniste dans la tradition swing de Stéphane Grappelli, avec un tempérament de feu, elle chauffe, groove, et galvanise ses musiciens. Elle sait aussi être tendre et délicate. Elle a joué avec un nombre impressionnant de jazzmen et women de haute volée, depuis plusieurs décennies. C’est dire.
Elle s’est entourée d’excellents musiciens qui rôdent dans le coin, et que tous les fans connaissent. Claude Basso à la guitare, grand soliste, qui sait aussi écouter, suivre et provoquer le soliste. Hubert Rousselet à la contrebasse, que je ne connais pas, mais si Florence l’a choisi c’est qu’il est à la hauteur. Thierry Larosa, certainement l’un des meilleurs batteurs de l’Hexagone. Voilà de quoi faire un quartette explosif. Concert à ne pas manquer.
Venez fêter les retrouvailles avec le Fort et ses animateurs acharnés à durer. Ce sera une bonne façon d’oublier cette Covid, même s’il faut présenter le passe sanitaire. J’ajoute qu’on peut aussi trinquer à la pause.

Serge Baudot
Vendredi 15 octobre 2021 : ouverture des portes à 21h, concert à 21h30
Renseignements : tel : 06 87 71 59 30 michel.legat@orange.fr


ATEF, « The Voice » dix ans après

ATEF

Atef, c’est ce Toulonnais à la voix d’ange qui nous avait sidéré et mis le frisson lors de la première saison de l’émission «The Voice». Les quatre fauteuils s’étaient retournés et il avait choisi Garou comme coach. Il était arrivé en demi-finale.
Puis, durant dix ans, il n’a pas arrêté de chanter, a fait des galas, des tournées, un disque en anglais «Perfect stranger», enregistré à Londres où il est un peu chez lui et puis… comme tous les artistes, le Covid l’a confiné et la musique a disparu.
Et quelle surprise de le retrouver dans «The Voice», pour les dix ans de l’émission intitulée pour l’événement «The Voice all stars».
Devant cinq coaches, sont revenus tous ceux qui ont marqué l’émission durant ces dix années. Certains coaches n’ont pas reconnu quelques artistes mais la voix unique d’Atef  les a fait se retourner et c’est Patrick Fiori qui l’a remporté.
Un marseillais, un toulonnais, ça ne pouvait que s’entendre.
Ne l’ayant jamais perdu de vue, sauf durant ces mois interminables, je retrouvais cet air d’adolescent timide (malgré son grand âge !) et c’est donc avec plaisir que je le retrouve inchangé, toujours aussi gentil et volubile. On revient sur son parcours original, loin des rumeurs de la ville dans le petit village varois du Revest où il a choisi de se poser, entre montagnes (enfin, les nôtres !), nature et barrage… un peu à secs en ce moment.
Un havre de paix qu’il a arrangé avec goût, où il vit avec sa famille et où il s’est installé un studio.

5 ATEF
Dix ans séparent ces 2 photos

Alors Atef, comment as-tu vécu ces mois d’enfermement ?
Très mal ! Presque deux ans sans concerts… Un drame !
Depuis dix-sept ans que je chante, c’est la première fois que je m’arrête aussi longtemps. Mais de chez moi, j’ai sévi sur les réseaux sociaux !
On va y revenir mais parlons de l’actualité : comment t’es-tu retrouvé sur «The Voice» ?
Tout simplement parce que la production m’a appelé pour me parler de cet anniversaire qui, au départ, ne devaire l’objet que d’une seule soirée. J’ai été appelé l’un des premiers et j’ai dit oui tout de suite. Après, ça s’est un peu compliqué pour la prod’.
C’est-à-dire ?
Ils ont appelé un nombre incroyable de candidats qui avaient été sélectionnés… qui ont tous dit oui ! Du coup, ils se sont retrouvés à sélectionner 60 candidats qui, évidemment, ne pouvaient pas tous passer dans la même soirée. Du coup, ils ont fait une saison spéciale avec cinq coaches et ça s’est transformé en trois étapes d’auditions à l’aveugle ou chaque coach a choisi dix candidats.
Pour moi, les auditions à l’aveugle se sont bien passées puisque quatre coaches se sont retournés.

1 2 3

Alors, la question : Et si personne ne s’était retourné, comment l’aurais-tu vécu ?
Assez mal et crois-moi, j’avais un stress pas possible, plus que pour la première audition ! C’était comme si je sautais en parachute sans savoir s’il allait s’ouvrir ! Et puis, je me suis dit qu’on prend tous les jours des risques pour des choses plus graves. Sans compter que j’avais la possibilité de ne pas faire diffuser ma prestation. Donc…
Tu as donc recommencé le même circuit ?
Non, car cette fois, nous faisons simplement partie d’une équipe et chaque chanteur d’une équipe s’est affronté avec le chanteur d’une autre équipe lors de la cross battle .j’étais dans l’équipe de Patrick Fiori. Le truc un peu stressant c’est qu’on ne savait pas avec qui on allait chanter par contre, cette fois, on pouvait choisir la chanson. Souvent les coaches te donnaient des titres que tu ne sentais pas, qui n’allaient ni avec ta voix, ni avec ton style. Là, on a pu choisir.
On l’a su deux jours avant, afin de pouvoir répéter.
Et alors ?
Alors… Tu ne sauras rien ! Je n’ai pas le droit d’en parler, j’ai signé un contrat et si je divulgue quelque chose, j’ai une amende de 30.000€ ! Donc… tu attendras !
Bon, alors parlons d’autre chose : tes projets ?
Ca… je peux en parler !
Je prépare mon second album, cette fois en français. Il devrait s’intituler «Le soleil se lève». Le single est sorti, accompagné d’un clip signé Jill Coulon. C’est l’histoire d’un couple qui tente de traverser la Méditerranée. C’est à la fois humaniste et poétique et tout l’album sera de la même veine, parlant de sujets actuels et d’humanité, sur des musiques des pays du monde  comme l’Afrique, l’Amérique du Sud, des rythmes que j’aime. J’ai écrit textes et musiques.

ATEF 8 ATEF

Tout à l’heure tu nous parlais des réseaux sociaux… Qu’y as-tu fait ?
J’ai enregistré des chansons en anglais et en français que je mettais en ligne au fur et à mesure. Ça a beaucoup plu à mes abonnés, du coup j’ai eu envie de leur faire un cadeau. J’en ai fait un double album que je leur offre s’ils le veulent. J’ai trouvé ça sympa, ça renforce les liens. J’en ai aussi tiré un single avec la chanson de Daniel Lavoie : «Ils s’aiment», que j’adore.
Et puis, à côté de ça, j’ai écrit une musique pour une pièce de théâtre de Cyril Lecomte qu’il joue aussi, mise en scène par Simon Abkarian, qui travaillent sur l’événement régional «Marseillons».
Du coup, j’ai créé ma propre maison de production ».
Comme on le voit, «The Voice» mène à tout lorsqu’on a du talent, c’est juste un super éclairage, accélérateur de celui-ci et notre Atef n’en manque pas !
Mais comme il n’a rien voulu divulguer, rendez-vous très vite sur l’émission pour voir comment l’aventure a continué pour lui.

Jacques Brachet
Photocreations.fr




Six-Fours devient pour un mois la ville rose

1

Étrange et sympathique réunion que celle de jeudi, devant le parvis de la Mairie de Six Fours, surmontée d’un immense ganse rose lumineuse  et autour de laquelle s’agglutinaient des dizaines de  gens habillés et masqués de rose, ersatz  d’une soirée vénitienne !
Derrière ces masques, se protégeaient six-fournais, élus venus nombreux, malades en rémission du cancer.
Car cancer il y a toujours et si aujourd’hui l’on peut en guérir le principal est que les femmes se fassent dépister sans tarder. Et cet Octobre Rose a été conçu par le réseau CapSein, né à la Clinique du Cap d’Or grâce à Béatrice Métayer, secrétaire médicale, qui en est la coordinatrice, Christine Castello qui en est la présidente, association  composée de médecins gravitant autour de cette maladie, appuyée par le directeur du Cap d’Or Jean Vérillon ainsi que de Stéphanie Guillaume, médecin et adjointe à la santé de la Mairie de Six-Fours et son maire, Jean-Sébastien Vialatte.

2
Jean Vérillon, Béatrice Métayer, Jean-Sébastien Vialatte,
Stéphanie Guillaume, Christine Castello
5 6 7

Hormis les masques, nombre de gens, donc, s’étaient vêtus de cette couleur de l’espoir.
Ce mois est l’occasion de sensibiliser les femmes au dépistage du cancer qui, pris trop tard, peut encore faire des ravages. Il faut savoir  que ce sont 60.000 nouveaux cas détectés par an, 12.000 en décèdent encore  et qu’une femme sur huit risque de développer un cancer du sein
Stéphanie Guillaume devait préciser la raison de cet énorme ruban rose trônant au faîte de la Mairie, afin que chaque personne y passant devant, pense à se faire dépister car hélas, ça n’arrive pas qu’aux autres.
Christine Castello, Béatrice Métayer et leur équipe de bénévoles, ont également concocté un programme qui se déroulera tout au long de ce mois dans divers endroits de Six-Fours.
A partir du 15 octobre, la Maison du Cygne recevra une exposition à la fois belle et émouvante. En effet, toutes les femmes atteintes du cancer et soignées au Cap d’Or, ont voulu participer à cet événement en se laissant photographier, avec leurs blessures et les traces qui, souvent, ne seront heureusement que provisoire. Il fallait du courage, de la volonté mais aussi beaucoup d’énergie pour oser ce geste magnifique ?

3 4

Une marche rose sera organisée le vendredi 22 octobre à 15 heures, qui partira du parvis du lycée de la Coudoulière pour retourner à la Maison du Cygne, où l’on pourra découvrir cette exposition, avec passage au parc de la Méditerranée.
C’est au Six N’Etoiles, qui joue toujours le jeu des grandes causes, que le réalisateur Alexandre Messina viendra présenter son film «Elles dansent», le jeudi 28 octobre à 20h30. C’est un documentaire qui montre le superbe travail d’une danseuse, Aude, avec les patients du centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy de Villejuif. Un film ou rires et larmes se mêlent autour d’un art qui peut faire des miracles et donner un bel espoir.
Beaucoup d’événements se dérouleront durant ce mois rose, belle initiative d’une poignée de gens qui donnent beaucoup de leur temps pour une cause qui concerne tout le monde.

8

Jacques Brachet
Programme sur www.ville-six-fours.fr

Toulon – Conservatoire TPM : Entre Bach et Preljocaj

1

Enfin une nouvelle belle saison se présente à l’horizon de la rentrée 2020/2021, en espérant qu’elle ne sera pas, une fois encore, perturbée par ce sinistre virus qui nous a empêchés, l’an dernier, de vivre de magnifiques moments culturels.
Et pour le Conservatoire, tout se présente bien avec, en ouverture, le huitième festival d’automne, qui se déroulera du 25 novembre au 18 décembre.
L’année dernière, le Festival d’Automne devait célébrer le 250ème anniversaire de Ludwig van Beethoven, le plus génial des compositeurs. C’est donc cette année que sera célébré… son 251ème anniversaire !
Douze évènements gratuits (concerts, spectacles, conférences et scolaires) seront ainsi donnés sur la Métropole TPM.
Tout au long de l’année, des actions hors-les-murs, des partenariats avec les institutions culturelles, des ateliers et actions artistiques originales seront proposés, de Toulon à Hyères, en passant par La Crau, la Garde, la Seyne, la Valette, le Pradet, Ollioules.
Depuis maintenant six saisons, le Conservatoire TPM s’associe pour tout un trimestre à un invité d’honneur extérieur à l’établissement. Ce temps singulier, intitulé «Transmission», favorise notamment la mise en place de propositions atypiques d’envergure, le plus souvent en partenariat avec d’autres structures culturelles ou d’enseignement artistique.
Après Barre Phillips, André Gabriel, Rhys Chatham et Jean-François Zygel, Macha Makeïeff, Angelin Preljocaj sera l’hôte du Conservatoire en janvier et mars 2022.

2 3

Danseur, chorégraphe de renommée mondiale, Angelin Preljocaj a créé plus de 50 pièces, du solo aux grandes formes. Ses créations sont reprises au répertoire de nombreuses compagnies (Scala de Milan, New York City Ballet), Dont il reçoit également de nombreuses commandes. Il a fondé en 1984 le célèbre ballet Preljocaj et dirige le centre national chorégraphique du Pavillon Noir à Aix-en-Provence. Mais n’oublions pas qu’Anjelin a fait ses armes et présenté ses premiers ballets à Châteauvallon.

Beethoven superstar
L’œuvre de ce compositeur étant gigantesque, elle peut se conjuguer à tous les temps et du coup, chaque commune choisira un thème en concerts, danse, conférences…
L’Espace des Arts du Pradet a choisi «Dialogue entre vent et piano» le 25 novembre 20h30, un concerto pour piano et orchestre dont Bruno Peterchmitt a réalisé l’arrangement.
Le 26 novembre 20h30, le thème sera : «Prélude et grande fugue pour quatuor et corps de ballet» ce dernier sera le Ballet Junior du Conservatoire, sur une chorégraphie de Nicole Vivier.
La Bibliothèque Chalucet recevra, le 28 novembre à 15h, Sébastien Petitjean pour une conférence sur le thème : «Beethoven et après ?».
C’est au Théâtre Marélios de la Valette que seront présentées, le 1er décembre à 20h30, trois œuvres originales pour deux cors et quatuor à cordes, datées de 1787, intitulée : «de Vienne à Munich»
Au Zénith Live, nous pourrons assister le 3 décembre à 19h, à un concert, «Enfance» donné par les élèves de musique ancienne et contemporaine.
Nous irons au Gymnase du Vallon d’Ollioules le 4 décembre à 20h30 pour un concert d’harmonie et musiques de films des orchestres d’harmonie d’Ollioules et de Toulon Var Méditerranée.
Rencontre avec Beethoven et Schubert, avec un concert donné le 6 décembre à 14h30 à l’Eglise Anglicane de Hyères.
«Sons, voix et mouvements», thème choisi par Martial Robert et Sylvie Levadoux et les élèves du Ballet Junior, le mercredi 8 décembre à 14h30, au Conservatoire du Pradet.
Beethoven et le jazz ? Oui, c’est possible. C’est ce qui nous sera prouvé à l’Espace Culturel Tisot le 10 décembre à 20h30 où Franck Pantin et ses acolytes nous offriront un concert où se mêleront jazz contemporain et musique classique intitulé «Beethoven’s Blue Third»
Nous voilà au Liberté à Toulon le 14 décembre à 20h30, qui recevra un concert «Fantaisies sur Beethoven» avec le magnifique Jean-François Zygel.
Et nous terminerons ce périple musical, salle Mauric à la Crau le 17 décembre à 20h30 et au Palais Neptune de Toulon le 18 décembre à 20h30 avec l’Orchestre Symphonique du Conservatoire TPM, sur le thème «Beethoven dans tous ses états».
Et c’est le cas, Beethoven éclatera en mille éclats de joie dans toute la région TPM.

4 5
Anjelin Preljocaj – Jean-François Zygel

Anjelin Preljocaj
Cet incroyable danseur et chorégraphe sera donc l’invité exceptionnel de cette saison.
Retour à sa «presque» maison pour celui qui a fait le tour du monde, de l’Opéra de Paris à la Scala de Milan en passant par le New York City Ballet, avec ses plus de cinquante créations, qui a travaillé avec les plus grands chorégraphes internationaux, donc on ne compte plus le nombre de prix, récompenses, de médailles qu’il a reçu.
Il s’est installé au Pavillon Noir d’Aix-en-Provence avec 25 danseurs et, entre ses créations et ses voyages autour du monde, il a eu le temps de nous offrir un film magique : «Polina, danser sa vie» en 2016, où, outre cette petite merveille qu’était la jeune Anastasia Slevtsova, il avait fait danser Juliette Binoche, qui nous prouvait aussi ses talents de danseuse.

Durant toute cette année donc, concerts, ballets, rencontres, conférences, stages seront disséminés dans les communes varoises, dans des lieux plein de beauté et de magie, dont deux événement exceptionnels :
Des concerte au sommet du Faron, durant le Festival de Musique de Toulon et du Var.
Un concert aquatique de l’Orchestre Symphonique du Conservatoire TPM accompagnant les danseuses-nageuses du club de natation synchronisée d’Hyères. Ce concert aura lieu à la piscine du Port Marchand en juillet 2022.

6

A noter que tous les spectacles sont gratuits à condition de réserver : 04 94 93 34 56
Jacques Brachet


France 3 – Samedi 16 octobre 21h05 : Magellan revient !

Inédit – Commissaire Magellan « Mortel refrain »

COMMISSAIRE MAGELLAN

Mathieu Deschamps est un chanteur qui a connu son heure de gloire avant d’interrompre brutalement sa carrière. Si certains de ses refrains sont encore sur toutes les lèvres, il a été un peu oublié. Après des années d’absence, il préparait enfin son grand retour grâce à un nouvel album et une tournée dans toute la France. Mais ce soir-là, alors qu’il finit d’enregistrer son dernier morceau, il est assassiné dans son studio de musique.
Qui en voulait assez à cet homme pour l’empêcher de revenir au-devant de la scène ? Le Commissaire Magellan et le Lieutenant Berraya vont devoir rivaliser de perspicacité pour répondre à cette question et découvrir l’assassin…

COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN
COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN

Réalisation : Stéphane Kopecky – Scénario : Thomas Luntz

Avec Jacques Spiesser (Simon Magellan), Selma Kouchy (Selma Berrayah), Nathalie Besançon (Florence Higel), Franz Lang (Ludovic), Marie de Stefano (Cordélia)…
Guests Anne Caillon (Elsa Deschamps), Eric Boucher (Mathieu Deschamps), Avy Marciano (Stéphane Larrieux), Jean-Pierre Michaël (Gordon), Jade Pradin (Manon Deschamps), Agnès Soral (Barbara), Bernard Alane (Paul Gavrillac)…
Guests Anne Caillon (Elsa Deschamps), Eric Boucher (Mathieu Deschamps), Avy Marciano (Stéphane Larrieux), Jean-Pierre Michaël (Gordon), Jade Pradin (Manon Deschamps), Agnès Soral (Barbara), Bernard Alane (Paul Gavrillac)…

COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN COMMISSAIRE MAGELLAN


Souvenirs, souvenirs !

Michel ORSO (Pitt Musique)
Nous sommes en 1966. J’ai 20 ans et je viens de rentrer à Var Matin.
Arrive un jour un garçon au sourire ravageur, à l’accent bien de chez nous, avec, sous le bras un 45 tours (Oui, ça existait à l’époque !). Je travaillais pour la rubrique 15/20, 4 pages insérées dans le journal, tous les jeudis, alors jour libéré de l’école et réservées aux jeunes.
Bon, il avait passé les 15/20 puisqu’il avait déjà 30 ans et c’était déjà vieux pour les «yéyés» mais avec «Angélique», il allait monter direct dans les hit parades. C’était Michel Orso.
Je fis donc l’un des premiers papiers qu’il eut dans sa carrière qui promettait.
Pourquoi, après quelques autres succès comme «Ma vérité», «Sans toi», l’ami Michel disparut-il de la circulation ? Il n’en parle guère.
Et le voilà qui renaît avec les «Tournées Age Tendre» et que durant dix ans, il fera un tabac chaque soir, retrouvant le succès avec jubilation, chantant du Bécaud, qui a toujours été son idole, se démenant comme un beau diable, sautant dans la salle retrouver le public… «Public, je t’aime», criait-il entre deux chansons. Et il était difficile de le faire sortir de scène.
75 ans alors, bon pied, bon œil, bonne voix et énergie à revendre. Il avait tellement attendu ça depuis des années ! Et ainsi l’on renoua… après quelques décennies.
Il retrouvait ses copains d’alors, de Frank Alamo à Michèle Torr et il était le plus heureux.
Il n’eut pas une vie facile, sortant de l’orphelinat pour faire de multiples métiers puis, admirateur de Bécaud, il se mit à chanter dans les fêtes, les anniversaires, les mariages.
Jusqu’à cette fameuse Angélique qui changea sa vie pour quelque temps.
Depuis ces années Age Tendre, il a repris vie, il rechante et voici qu’à 85 ans, après quelques ennuis de santé, il revient avec un single… et un prénom ! Il nous propose un beau slow comme on n’en entend plus beaucoup de nos jours et s’adresse à «Laetitia» (Pas celle que vous croyez !) et surtout à une star qu’il admire pour tout ce qu’elle a fait pour la nature et les animaux : «Madame Bardot, Madame». Hommage à l’artiste et ode à la nature qu’il voit s’abimer de jour en jour.
D’ailleurs, Brigitte Bardot très émue, lui a adressé un très joli message.
CD plein d’émotion et la voix est toujours là.
A noter qu’au verso de la pochette, la photo est signée… Jacques Brachet !
Erreur et rectification : elle est de Christian Servandier, mon ami et complice de nombre de mes reportages et de tous ceux réalisés durant toutes ces années Age Tendre.
Ami Michel, si tu passes dans le coin… N’oublie pas, on est toujours là l

2 1

Enfants de tous pays (Marianne Mélodie)
«Enfants de tous pays» est un énorme succès d’Enrico Macias qui donne le titre à cet album dont la chanson ouvre le premier CD, qui regroupe 43 chansons de chanteurs différents, qui chantent des succès  qui ont tous rapport à la différence de couleurs, à la paix dans le monde, qui prône la fraternité, l’amour qui sont aujourd’hui bafoués dans le monde.
Un double album qui fait du bien où l’on retrouve avec plaisir et nostalgie, de magnifiques chansons, toutes époques confondues, ces sujets étant hélas de toutes générations.
Les citer toutes serait une interminable litanie mais citons par exemple : «Né quelque part» de Maxime le Forestier mais superbement chantée par Juliette Gréco, «Ma yiddish môme», duo inattendu de Régine et Fanny Ardant, autre duo : «Manhattan-Kaboul» de Renaud et Axelle Red, «Multiraciale et pluriculturelle», chanson peu connue de Michel Delpech, «Is sont tombés» d’Aznavour, «Si Marianne était black» de Philippe Lavil, «l’Aziza» de Daniel Balavoine, «Color Gitano» de Kendji Girac… chanteurs de toutes générations de Johnny à Béart, en passant par Nougaro, Pia Colombo, Duteil, Adamo, Souchon, la fameuse chanson de Demis Roussos «On écrit sur les murs»… Jolie émotion que de retrouver tous ces succès qui prônent de belles valeurs qu’on n’a pas le droit de perdre.
Une belle initiative de Marianne Mélodie qui nous propose toujours des belles surprises.
Une précision, 1 euro sera reversé à l’association Licra (Ligue Internationale contre le racisme et l’antisémitisme par CD vendu.

Jacques Brachet


Adieu Marthe !

1

Je vous parle d’un temps que les moins de… 40 ans ne peuvent pas connaître !
Nous sommes en 68, j’ai 21 ans et viens d’entrer à Var Matin.
Adorant le théâtre, je me suis branché avec Monique Gérard, attachée de presse des tournées Karsenty, par encore Herbert, qui faisaient alors florès en province.
Il s’agissait de faire tourner les pièces parisiennes à succès dans toute la France.
L’Opéra de Toulon était une étape et Monique m’arrangeait alors une rencontre avec l’artiste vedette.
Comme c’était simple alors… Il suffisait d’un coup de fil.
Pas  d’autre intermédiaire que Monique, pas de producteur, d’attachée de presse, de régisseur, de tourneur, et l’artiste était toujours d’accord. C’est ainsi que j’ai pu rencontrer Jean Marais, François Périer, Michel Galabru, Jean Piat, Jean-Claude Brialy, Jacqueline Maillan, Sophie Desmarets, Serge Reggiani, Daniel Gélin, Micheline Presle, Danielle Darrieux, Michèle Morgan et bien d’autres dont certains restèrent des amis. Un seule refusa : Ralf Vallone, alors qu’on avait rendez-vous et qui me jeta… mieux, qui me claqua la porte au nez.
Au milieu de tous ces grands artistes aujourd’hui hélas disparus, (hormis Micheline Presle) qui à l’époque, faisaient le bonheur des théâtreux et remplissaient partout les salles où il passaient… Marthe Mercadier !
Une des plus belles rencontres tant elle était pétillante, volubile, excentrique et drôle.
Une question toute simple et la voilà partie dans une douce folie, sa façon de raconter me faisant rire aux larmes.
Elle jouait alors la reprise de «N’écoutez pas mesdames» de Jean Marsan avec un Jean le Poulains, aussi «destroy» qu’elle, et c’était un feu d’artifice. Marthe était virevoltante, sa voix tonitruante portait sur des répliques qui faisaient hurler de rire un public qui en redemandait. Un charisme, un abattage qu’elle garda jusqu’à la fin de sa carrière.
Ca y était, on avait sympathisé, elle m’invita à souper (Ce que je fis souvent avec ces artistes, chose qui ne se fait plus aujourd’hui).
De ce jour, nous avons commencé à nous écrire (Ca aussi ça ne se fait plus, Internet et les SMS sont passés par là) et je garde des tas de courriers de tous ces beaux artistes que j’ai eu la chance d’approcher.
Au fil des ans, nous nous sommes toujours revus avec joie, surtout à l’Opéra de Toulon où, comme elle accumulait les succès, elle fait toujours partie des tournées dès qu’une pièce s’arrêtait de jouer à Paris. A chaque fois nous passions la soirée ensemble avec certains membres de l’équipe.

3 4

Les dernières fois que nous nous sommes vus c’était d’abord au festival du court métrage de Hyères qui en était à ses balbutiements, pas encore très au point et dont elle était une invitée… Pourquoi ? Elle ne le sut pas. Elle ne faisait pas partie du jury, elle venait de sortir un livre mais personne ne pensa à lui organiser une dédicace, il n’y eut même pas un hommage. Très en colère, elle se demandait ce qu’elle faisait là. Et du coup, je passais de grands moments avec elle, ce qui la rassurait, et avec mon amie Fiona Gélin, qui était à peu près dans le même cas qu’elle.
Qu’est-ce qu’on a pu rigoler !
On se vit aussi au théâtre Galli de Sanary où elle devait créer une pièce et où elle vint faire des castings pour les seconds rôles. Pièce qui ne se fit jamais. Mais il fallait la voir, avec son tempérament de feu, bousculer les apprentis artistes, leur expliquant avec force gestes et sa voix de stentor, ce qu’il fallait faire. Ce fut un grand moment, même si le projet capota.
Et puis elle vint à la fête du livre en 2011, je crois, où l’on se tomba dans les bras et où nous fîmes un mémorable déjeuner. Elle parlait tellement fort, elle racontait avec tellement de passion qu’il était difficile de ne pas s’apercevoir qu’elle était là ! Et tous ceux qui y déjeunaient assistèrent à un one woman show inédit !
Marthe, ça a toujours été la joie de vivre, de rire, une énergie débordante et pourtant elle ne démarra pas dans la joie puisqu’elle fut d’abord muette puis bègue, paralysée après un accident de la route… Et malgré ça, elle alla toujours de l’avant, se redressant comme un Phénix. Elle eut pour professeur Léopold Sédar Senhor dont elle avait une immense admiratio, qui lui permet de créer une troupe de théâtre dans l’école et avec qui, plus tard, elle fonda une association dans son pays, le Sénégal et dont le projet était d’y construire un hôpital. Mais le gouvernement sénégalais voulant récupérer l’argent, le projet tomba à l’eau. Elle aida l’Abbé Pierre, elle épaula Line Renaud dans la lutte contre le sida. Elle risqua aussi cent fois sa vie dans la Résistance.
Mais il ne faut pas oublier la carrière éblouissante qu’elle fit au théâtre, au cinéma, à la télé  la terminant à 80 ans dans l’émission «Danse avec les stars» où elle y mit le feu et leva la jambe comme une jeunette !
Son livre s’intitulait «Je jubilerai jusqu’à 100 ans !». Mais la vie (ou le mort) en a décidé autrement, disparaissant à 93 ans… On n’était pas loin !

2

Jacques Brachet


France 3 – Inédit – Alex Hugo revient

Dès mardi 21 septembre à 21.05 « La voie de l’esprit »
Une collection qui continue de fidéliser un très grand nombre de téléspectateurs.
Après plus de 6 millions de téléspectateurs rassemblés par la collection la saison passée, France 3 propose deux nouveaux inédits dès le 21 septembre.

ALEX HUGO 19

Épisode 19 : La voie de l’esprit 
Au retour d’une course en montagne, Alex sauve Élise d’une tentative de suicide. Cherchant à comprendre les causes de son geste, il découvre que la jeune femme a été victime d’un viol. Le crime remonte à une semaine, mais Élise n’en a aucun souvenir car elle a été droguée et son agresseur a frappé lors d’une soirée en boîte de nuit où tout le monde portait des masques. Alex la convainc de porter plainte et met la rurale et la criminelle sur le coup. Alors qu’Angelo confie la jeune femme aux soins de Thérèse, une vieille amie qui aide les victimes d’agressions sexuelles à surmonter leur traumatisme, Alex mène son enquête et découvre qu’une jeune femme, Ariane Brazac, également présente lors de la soirée, a un comportement étrangement destructeur, signe qu’elle aurait elle aussi été agressée. De leur côté, Dorval et Renart réalisent que l’homme qui a agressé Élise est le violeur en série qu’ils traquent depuis des mois…
Auteur : Julien Guérif – Réalisatrice : Muriel Aubin – Musique originale : David Salkin
Avec  Samuel Le Bihan (Alex Hugo), Lionnel Astier (Angelo), Mikaël Fitoussi (Renart), Marilyne Canto (commissaire Dorval), Fabien Baïardi (Tony Leblanc), Élise Diamant (Marie), Pauline Serieys (Élise), Annick Blancheteau (Thérèse) Florence Muller (Hélèna), Alice Daubelcour (Ariane), Bastien Bernini (Max).

ALEX HUGO 19 ALEX HUGO 19
 ALEX HUGO 19

Prochainement, l’épisode 20 : La fin des temps
Tandis que le cadavre d’un homme est recraché par les eaux d’un torrent, une jeune adolescente sans identité s’est réfugiée dans le chalet d’Alex. Muette, apeurée, elle semble découvrir le monde et la technologie pour la première fois. Est-elle parvenue à s’échapper d’une longue séquestration, ou vivait-elle à l’écart de tous, quelque part dans la montagne ? En tout cas, le danger rôde : une « ombre » semble bien décidée à la récupérer. Alex la prend sous son aile et se lance dans une double enquête. Une recherche de vérité qui va le plonger au cœur de l’univers parfois inquiétant des survivalistes.
Auteurs :  Niko Tackian / Franck Thilliez
Réalisateur Olivier Langlois  – Musique : Jérôme Lemonnier / Alexandre Delilez
Avec Samuel Le Bihan (Alex Hugo), Lionnel Astier  (Angelo), Mikaël Fitoussi (Renart), Marilyne Canto (commissaire Dorval) Fabien Baïardi  (Tony Leblanc), Natacha Krief (Iris), Emmanuelle Galabru (Mathilde Dumont), Nicolas Wanczycki (Éric Brochant)

ALEX HUGO 19


Sport Adapté Santé 83
Une sympathique assemblée générale

1

C’était la première !
En effet, Cécile Limier, professeure de karaté do et de taï chichuan a créé l’an dernier une association «Sport Adapté Santé 83» dans le but de promouvoir la pratique d’activité physique préventive et thérapeutique, en proposant un programme personnalisé qui aide à améliorer l’autonomie des personnes et restaurer leur capacité énergétique.
C’est donc la première assemblée générale où de nombreuses personnes, adhérents et personnalités* se sont retrouvées à l’Hacienda, en forêt de Janas à la Seyne, reçus par le dynamique Patrick Philibert.
C’est Mme Marchetti, membre de l’association qui a ouvert la session, précisant en riant que le bébé était né après de gros efforts mais qu’il se porte aujourd’hui très bien… comme sa maman !

3 4

Elle a précisé que l’absence d’activités physiques est le quatrième facteur de mortalité, provocant du diabète ou encore des cancers, des affections cardio-vasculaires, des problèmes des fonctions respiratoires et que le sport permettait de gérer le stress, le renforcement du squelette  et bien d’autres développements physiques et psychologiques.
Est alors intervenu Louis Wan der Heyoten, professeur d’arts martiaux, expert en Tai Chi Chuan et en Qi Gong et professeur de Karaté-Do qui travaille depuis plusieurs années avec Cécile, précisant que le Taï Chichuan, la gymnastique taoïste, permet de faire circuler l’énergie, une méditation intérieure et est un acte thérapeutique.

5 7
Louis Wan der Heyoten ,Lise Limon qui a présenté le budget

6 8
Christine Charton, qui a présenté le dispositif Asaléé et le travail effectué conjointement auprès des patients du Pôle Santé de Six-Fours – Lucienne Roques, présidente du Comité Départemental Olympique et Sportif du Var.

«L’association, a été créée en 2020, pour promouvoir l’activité physique, pour prévenir, restaurer, maintenir l’autonomie des personnes » devait-il préciser.
– Elle comprend aujourd’hui – a repris Cécile – 93 adhérents dont 77% de femmes, 16% d’hommes, retraités, salariés sans emploi ou en situation d’invalidité, des personnes atteintes de maladies chroniques mais aussi des personnes en bonne santé.
Nous travaillons avec le réseau CapSein, un collectif de professionnels de la pathologie du cancer du sein, dont la coordinatrice est Béatrice Metayer, avec Lucienne Roques présidente du Comité départemental Olympique et sportif, avec le Pôle Santé représenté par Christine Charton, avec nombre d’associations, avec aussi la mairie de Six-Fours… Grâce à Patricia Mancini, nous avons été sur le salon de la Femme en mars 2021, le salon des thérapeutes en mai 2021, nous avons créé un réseau de partenariats, avec entre autre Eléonore Chwaiki coordinatrice de la Maison Sports Santé et Solidarité de la Seyne sur Mer, avec Henri Roig, président de la Fédération du Sport Adapté, Marie-Ange Aubert, responsable du centre Alter Ego de la Seyne-sur-Mer, Thierry Boudet, gérant du Parc Coudou de Six-Fours, grâce à Marie-Diane Tassy, une communication efficace a été mise en place, nous avons tourné un clip promotionnel, «Sport sur ordonnance», réalisé par Patrick et Carole Deroux, nous travaillons avec l’association Asaléé (Association de Médecins Généralistes et d’Infirmières Déléguées à la Santé Publique) qui instaure une coopération pluri-professionnelle entre médecins généralistes et infirmiers intégrée au cabinet des praticiens.
Nous proposons des balades car nous voulons développer la marche qui offre une meilleure capacité respiratoire, avec Louis Wan der Heyoten, nous donnons des cours de karaté do, de Qi gong et de taï chichuan…»

2
Le nouveau bureau

Suite à toutes ces informations, comme toute assemblée générale, les bilans et le budget ont été approuvés par la majorité ainsi que le nouveau bureau :
Monique Brachet, Christine Charton, Dr Jean Gouezo, Michel Lendi, Marie Limier, Lise Limon, Henriette Marchetti, Josiane Oestreich, Christine Richon, Marie-Diane Tassy, Louis Wan der Heyoten.
Cécile, jamais à court d’idées, avec son énergie légendaire, son sourire et sa sérénité, nous a annoncé plein de projets à venir :
«Chaque premier jeudi du mois, nous organiserons une sortie avec une activité découverte et un intervenant. Nous proposerons des stages mensuels de  self défense et de gymnastique taoïste. Nous proposerons également des programmes personnalisés pour des personnes à minima sociaux ou sans emploi…»
Comme on le voit, l’association, malgré son jeune âge, démarre sur les chapeaux de roues grâce à une équipe de choc menée tambour battant par Cécile Limier.
Après toutes ces bonnes nouvelles, un fort sympathique buffet a été proposé aux adhérents et aux nombreuses personnalités qui soutiennent cette belle association  qui se bat pour la santé et le bien-être et se dépense sans compter.

9 10
Mme Marchetti & Joseph Mulé – Jean-Luc Benevento – André Mercheyer – Parick Perez  Stéphanie Guillaume – Cécile Limier – Lucienne Roques

11 12
Béatrice Métayer – Patricia Mancini – Stéphanie Guillaume
Béatrice Métayer & Cécile Limier

Jacques Brachet
sportadaptesante83.fr – sportadaptésante83@gmail.com
* Parmi les personnalités :  Joseph Mulé, conseiller départemental du Var, les élus de Six-Fours : Stéphanie Guillaume, médecin généraliste, adjointe à la santé, André Mercheyer, délégué au service des sports, Patrick Perez, délégué aux actions sociales et familiales, Jean-Luc Benvenutto, conseiller municipal. Les élus de la Seyne Valérie Guittienne, conseillère municipale/handicap,  Daniel Martinez, conseiller municipal, délégué aux sports, Henri Roig, président de la Fédération du Sport Adapté

13 14

«Merci à ma famille ici présente, qui représente le terreau même de la bienveillance dans lequel chaque petite graine plantée au service de notre humanité a poussé dans la joie et avec beaucoup d’enthousiasme». Cécile limier.

Jacques Brachet