Archives de l’auteur : Jacques BRACHET

Ramatuelle – Le Café de l’Ormeau prend un coup de jeune !

Combien d’heures j’ai passées dans ce café mythique, qui était le QG de l’ami Jean-Claude Brialy qui, en fin d’après-midi, recevait toutes les stars qui passaient dans son festival.
Je ne saurais le dire, tout comme je ne saurais dire combien j’y ai fait d’interviews !
Je souhaite tout le bonheur du monde à nos trois barbus qui le font renaître !
JB

CafédeLOrmeau_@ThomasTissandier_4 CafédeLOrmeau_@ThomasTissandier_31

Hors du temps, le Café de l’Ormeau se refait une beauté entre les mains des maestros de l’Hospitality : Vincent Luftman, Tobias Chaix et Raphaël Blanc.
Le trio tropézien d’Indie Group récupère les murs – et l’âme –de l’iconique café de la place de l’ormeau, tenu par la même famille depuis 80 ans, pour lui redonner un souffle, une vie et une indie touch depuis le 1er juin.
Fin 2021, notre trio reprend le café en se promettant d’en garder toute l’identité villageoise, comme un devoir de mémoire. Depuis les années 40, après la guerre mondiale et la libération, nombre de personnalités y sont passées, d’André Malraux à Mme Claude Pompidou jusqu’à ce que tous les artistes y viennent se faire interviewer. Sans compter le nombre d’événements familiaux dont ont participé, pour certains, nos trois amis qui ont gardé leur cœur grenadine de leur enfance. Ce cœur qu’ils ont mis  à le faire revivre en gardant le style, les fondements et même certains éléments du décor qui a traversé le temps.
C’est donc un mix d’ancien et de moderne avec ce vert éclatant qui se mêle aux boiseries avec bonheur. Accord total avec les suspensions d’Antan, les tables et chaises de bistrot et les banquettes rafraîchies, l’enseigne redorée, les objets   chinés.
Le café, qui avait depuis longtemps délaissé les fourneaux, voit revivre une cuisine, assurant tous les petits déjeuners, les déjeuners et les apéros.
La cuisine reste celle de notre Provence ensoleillée avec les anchoïades, les pan bagnats, les tomates à la provençale, les linguines à la poutargue les fatuccine à la chair de crabe et autres cuisses de grenouille persillade.
Une bibliothèque vous proposera de la lecture de livres et de magazine dans ce « coin kiosque » cosy.

CafédeLOrmeau_@ThomasTissandier_22 CafédeLOrmeau_@ThomasTissandier_11

Lecture, repos, moments de détente pour boire un verre entre amis, un repas en famille, le Café de l’Ormeau renaît donc, pour la joie des Ramatuellois, des gens de passage et – qui sait ? – des artistes qui sont à deux pas du théâtre veillé par nos deux soldats : Jacqueline Franjou et Michel Boujenah.

Jacques Brachet


Notes de lectures

1 2 3

Tonino BENAQUISTA : Porca Miseria (Ed.Gallimard – 196 pages)
Porca miseria ! Chienne de vie !
Bien connu pour ses romans policiers édités chez Gallimard, l’auteur nous livre les débuts difficiles d’un petit émigré italien en prise avec la langue de la terre d’accueil de sa famille italienne et son combat pour faire sa place au soleil en nous livrant de façon très intime sa réussite dans le monde littéraire.
Il nous donne tout de suite  le ton de son livre.  Il n’est pas un déraciné puisqu’il nait en région parisienne au  sein d’une famille qui a quitté son Italie natale avec ses quatre premiers enfants afin de trouver du travail à l’usine. C’est l’usine pour le père, la banlieue, l’école, la vie… pour les enfants. Dur pour quelqu’un qui doit naviguer entre deux langues, l’Italien acquis  en famille, le français à l’école et la vie où il a du mal à trouver sa place.
Nous allons le suivre dans ses efforts d’investigation, d’appropriation d’une culture qu’il découvre lui-même et qu’il va conquérir, la faire sienne et devenir un auteur publié et reconnu. Une mise à nu d’une vie de combat, d’affrontement, de réussite et  d’une reconnaissante  de celle-ci dans cette terre d’accueil
Une lecture étonnante, réunissant résilience et optimisme, bonheur d’avoir trouvé sa voie. Belle écriture vive et enjouée.
Une belle lecture riche et pleine de promesses
Robbie ARNOTT : L’oiseau de pluie (Ed Gaîa – 270 pages)
Traduit de l’anglais (Australie) par Laure Manceau
C’est un conte que nous offre Robbie Arnott avec ce merveilleux oiseau de pluie que les méchants veulent capturer et que les gentils veulent laisser en  liberté. Un oiseau qui ressemblerait à un héron, mais trop gros, trop bleu, trop extraterrestre. De l’eau coule de ses plumes lorsqu’il passe son long bec sur ses ailes céruléennes.
Tout commence avec le secret bien gardé de la récolte d’encre de seiche que la petite Zoé apprend de sa grand-mère lors de son initiation. Mais les années passent, la guerre est arrivée dans le pays, la petite Zoé est maintenant dans l’armée et chargée de retrouver l’oiseau de pluie, cet oiseau magique qui détient le pouvoir de déclencher pluie, orage mais aussi sècheresse.
Dans ce conte, il y a bien sûr l’innocent visiteur qui, sans relâche, quitte son bateau pour boire en solitaire dans le seul bar du coin, ce visiteur qui côtoie une population non pas hostile mais indifférente et toujours muette sur le secret de l’encre qui, mélangée à de la peinture, transforme un simple tableau en une aventure personnelle. Ce conte traverse trois périodes de la vie de Zoé, jeune, militaire, civile, une vie où l’oiseau de pluie a été son compagnon, son ennemi et enfin son sauveur bien qu’un méchant coup de bec lui ait laissé des traces indélébiles.
Ce conte fait réfléchir aux conséquences de ses actes, sur la force de la nature et la beauté de cette pluie génératrice de vie.
Un joli conte.
Frédérick d’ONAGLIA : Le temps des convoitises (Ed Presses de la Cité – 414 pages)
Frédérick d’Onaglia est l’écrivain des sagas en Provence ; des « Bastide » aux « Montauban », d’année en année, entre deux autres romans, il revient sur ses personnages et avec « Le temps des convoitises », nous revoilà plongés dans les Alpilles, à Fontvieille exactement, où l’on retrouve Alex Bastide, propriétaire et créateur d’indiennes, le tissu provençal incontournable, qui a un projet qui ne plaît pas à tout le monde : un complexe immobilier, les Cygalières, qui pourrait abîmer le paysage provençal.
Il y a également l’hautaine Victoire de Montauban, riche et noble viticultrice, avide de terre et épouse d’un préfet on ne peut plus escroc. Mais elle su s’imposer dans un monde d’hommes qui la craignent et la respectent.
On y retrouve Elie Césaire, qui tient l’hôtel et le bar du village et qui a des velléités de devenir maire.
Claire est sa fille, dont l’ambition est de devenir une grande journaliste. Elle essaie de faire sa place au journal « Provence Matin », face à Aymard son directeur, un homme pour le moins pas très clair et qui a lui aussi de grandes ambitions.
Claire suivra ces élections, décide de soulever des lièvres mais va très vite se retrouver dans des histoires qui risquent de mettre sa vie en péril et de nuire à des gens qu’elle aime, si elle les fait découvrir à la population.
Secrets, intrigues, intérêts, conflits, complots… Tout se mêle dans ce roman, véritable « Dallas » à la provençale !
L’on reste jusqu’au bout accro à tous ces événements, ces manigances, ces coups de théâtre, qui feraient une sensationnelle série TV, tant Frédérick d’Onaglia a le sens des rebondissements qu’il nous assène à chaque chapitre.
Un régal pour les amateurs de thrillers sous le soleil de Provence.

4 5 6

Metin ARDITI : Tu seras mon père (Ed-Grasset – 364 pages)
« Tu seras mon père », un titre choc que le lecteur peut percevoir comme une injonction ou un choix.
Renato en effet est en recherche de père depuis le suicide du sien, un père chef d’entreprise kidnappé, séquestré contre rançon par les Brigades Rouges,  puis relâché. Un traumatisme que le jeune Renato, « Tinett » pour sa chère nounou Rosa, ne pourra surmonter qu’en découvrant la vérité sur ce drame. Et malgré ses années de pensionnaire en Suisse et son lourd handicap de surdité, Renato va chercher puis trouver la vérité, mais à quel prix ?
Une vérité qui l’aidera à comprendre sa mère et ce merveilleux directeur de théâtre qui lui sert de guide et prend très vite l’image du père.
Un roman puissant, émouvant qui replonge le lecteur dans les années sombres en Italie où quelques hommes et quelques femmes ont cru révolutionner la classe ouvrière en utilisant le kidnapping et parfois l’assassinat.
Un roman où l’amour et la haine ne font plus qu’un et  devront arriver au pardon.
Un très beau roman.
David LELAIT-HELO : Je suis la maman du bourreau (Ed Heloïse d’Ormesson – 202 pages)
Gabrielle de Miremont est une vieille dame élégante, hiératique, austère, arrogante, hautaine et surtout d’une foi qui touche à l’adoration. Adoration qu’elle partage avec son fils Pierre-Marie à qui elle a fait avaler du Bon Dieu dès l’enfance pour en faire un fils à la fois soumis à elle et à Dieu, mettant de côté son mari et ses deux filles.
Fille mal aimée, déçue par une première rencontre, elle fait un mariage de raison, met au monde à contrecœur deux filles dont elle ne s’occupera pas, jusqu’à la naissance de Pierre-Mare qui deviendra son élu. Elle vivra pour lui et pour Dieu et un amour fusionnel se nouera entre eux deux… Entre eux trois, pourrait-on dire.
Son fils est devenu, à sa grande joie, frère Pierre-Marie, beau jeune homme aimé et respecté de tous… Jusqu’au jour où Éric, jeune journaliste, révèle une affaire de pédophilie avec une interview d’Hadrien qui en a été une des victimes. Tout d’abord très en colère contre le journaliste qu’elle rencontre et invective puisqu’il touche à ce qu’elle de plus sacré, elle décide d’en avoir le cœur net en rencontrant Hadrien qui finit par lui dire que c’est son fils qui en est le coupable. Et qu’il n’est pas le seul enfant à avoir été abusé, violenté, violé. En fait, son fils s’avère être un bourreau.
Tout un monde alors s’écroule, c’est toute sa vie qui est remise en question, toutes ses croyances, tout ce pour quoi elle vivait. C’est pour elle une douleur indicible.
C’est une histoire poignante que nous raconte David Lelait-Helo qui a eu le courage d’écrire ce livre au moment où tant de choses abominables sont révélées au cœur de l’église qui, au passage, en prend un coup… Serait-ce du vécu ?
Le livre est admirablement construit sur deux voix : l’auteur et  celle de Gabrielle, dans une langue magnifique… Voilà un auteur qui manie le français comme on le fait rarement.
D’un bout à l’autre du roman on suit cette intrigue avec émotion jusqu’au final inattendu et bouleversant.
C’est un livre magnifique et prenant, dont on ne sort pas indemne.
Benjamin VERLIERE : S’élancer (Ed Alisio – 224 pages)
Il faut un corps d’athlète pour s’attaquer aux plus hauts sommets d’Europe, enfin pas tous car le Mollehoj du Danemark avec ses 170 m ne fait peur à personne !
C’est un défi que se lance Benjamin Verlière car il partira en solitaire, sans guide ni corde fixe ni refuge. Une première à haut risque car malgré les préparatifs minutieux de chaque ascension il y a toujours l’impondérable et après avoir lu ce livre, je dirais la chance. On est sidéré par sa vitesse de marche en montagne, celui qui monte ses 300 m de dénivelé à l’heure ne demandera que quinze minutes à Beija, surnom donné à Benjamin lorsque, enfant, il était au Brésil la parfaite incarnation du colibri, « beijaflor » en portugais.
Tous les sommets seront atteints et le lecteur tremble devant le péril d’un glacier à traverser, une paroi friable ou glissante et souvent dans le noir car tout bon alpiniste se lève toujours avant le lever du soleil. Cette aventure, doublée du désir profond de nettoyer la montagne des déchets laissés par d’autres montagnards, fait prendre conscience du non-respect d’une nature désormais polluée par la négligence, la bêtise de l’homme.
Ce parcours exceptionnel ne peut laisser indifférent, mais il y a cependant chez Benjamin Verlière de l’autosatisfaction un peu dérangeante. Nul ne l’a obligé à défier les sommets, à parier sur une manœuvre délicate. Comme les secours en montagne ou encore les angoisses de sa famille laissée derrière lui.
Il est cependant passé maitre dans l’utilisation de son équipement tant vestimentaire que matériel, dans l’étude des circuits et pour cela bravo !
Des exploits bien sûr, mais vous n’êtes pas obligés de suivre son exemple !

7 8

Alain LE NINEZE : Moi, Œdipe… autobiographie d’un mythe
(Ed les ateliers Henry Dougier – 125 pages)
Dans cette collection « autobiographie d’un mythe », un écrivain donne la parole à une figure légendaire. Ici, c’est Œdipe qui nous raconte, sous la plume d’Alain Le Nineze, son tragique destin et son incapacité à déjouer la terrible prophétie qui le voue au parricide et à l’inceste.
Le récit est agrémenté de superbes photos de tableaux inspirés par cette histoire et il  se termine par des textes de psychiatres et écrivains en lien avec le mythe œdipien.
Un très bel ouvrage à conseiller notamment aux lycéens et étudiants.
Marika DOUX : Moi Vénus … autobiographie d’un mythe (Ed les ateliers Henry Dougier – 125 pages)
Alerte sur l’Olympe, les dieux ne sont plus au goût du jour à l’heure d’Instagram et de Tiktok. Zeus -Jupiter supplie Vénus d’intervenir auprès des humains qui n’ont surement pas oublié la déesse de l’amour.
Vénus accepte de raconter sa vie et sa quête tumultueuse de liberté. Elle va donc parler sous la plume de Marika Doux, qui mélange habilement passé et présent.
Un récit drôle qui est agrémenté de belles photos de tableaux ayant magnifié la beauté de cette déesse ainsi que de poèmes et extraits d’ouvrages.
Un splendide ouvrage en papier glacé dans une étonnante collection à découvrir et à suivre.

9 10 11

Karine LEBERT : Les souvenirs et les mensonges aussi(Ed Presses de la Cité – 600 pages)
L’auteure a scindé son roman en trois parties soit le destin et le portrait de trois femmes.
Il s’agit d’une saga familiale sur trois générations et quatre vingt ans d’histoire.
Elle nous fait voyager dans le temps de 1937 à nos jours, dans plusieurs pays (France, Allemagne, URSS, Finlande…)
A Honfleur, en 1938 Pauline, 19 ans, brave l’opinion publique pour épouser Joachim qui a fui avec sa famille l’Allemagne et le nazisme. Les amours franco-allemands pendant la seconde guerre mondiale ne sont pas simples, souvent empreints de haine et de suspicions.
Néanmoins elle va suivre son époux dans ses différents périples…
Hilda, sœur de Joachim tombe à son tour amoureuse d’un officier français et de leur relation nait une petite Adeline qui est enlevée par sa nourrice russe.
Valentine est normande. Elle devient amie avec, Magda, arrière petite- fille de Pauline et elles vont partir sur les traces d’Adeline.
Ce roman a un côté historique très intéressant, mettant en exergue les relations des couples mixtes franco-allemands dans une période de guerre.
L’écriture simple et fluide  nous fait entrer rapidement dans le roman qui par ses nombreux évènements et ses rebondissements avec, en plus, l’enquête autour d’Adeline, qui nous tient en haleine jusqu’à la fin.
Michel MOUTOT : Route One (Ed le Seuil – 315 pages)
Les nombreux touristes américains et étrangers qui sillonnent la Route One ou Pacific Coast Highway, n’ont pas toujours idée des difficultés rencontrées pour la création de cette route le long des falaises e dest plages du Pacifique, entre la Californie et le Canada.
Michel Moutot fait le récit romancé de ces grands travaux réalisés dans les années 30 alors que l’Amérique vit la grande Dépression.
Cent ans auparavant, les Mormons avaient suivi la ruée vers l’ouest et certains s’étaient installés dans ces territoires sauvages. Leurs descendants verront d’un mauvais œil l’arrivée des ingénieurs et de leurs puissantes machines de terrassement.
L’auteur met en scène une famille de mormons polygame qui entre en guerre ouverte, avec l’aide de la mafia, contre le jeune ingénieur dirigeant les travaux, entre Monterey et San Louis Obispo.
Il alterne évènements anciens et récents en quarante deux chapitres. C’est l’occasion de découvrir les mœurs des mormons, l’influence des mafias italienne et chinoise, les mauvaises conditions de travail des ouvriers et la misère provoquée par la crise financière, sans oublier les descriptions des paysages.
Un roman qui se lit avec intérêt.
Guillaume De DIEULEVEUT : Retour en Bretagne (Ed. Buchet-Chastel – 230 pages)
Journaliste au service tourisme du Figaro Magazine, l’auteur fait ici un retour sur la Bretagne berceau de sa famille poursuivant une quête de cette région hors de son folklore, ses bols aux noms peints et ses multiples pardons.
Multipliant les périples entre bois et forêts, les réveils champêtres dans des villages perdus et les fines ondées rafraichissantes, il cherche ce qu’il reste de sa Bretagne car, pense-t-il, la Bretagne s’est perdue. C’est ce souvenir de pays perdu qui le hante et qui expliquerait pourquoi les Bretons sont si rêveurs et si fiers.
Ils sont habités par la nostalgie de ce qu’ils auraient pu devenir.
Étrange promenade pleine de constats et de rêves dans lesquels on se perd comme dans les merveilleux tableaux qui nous font rêver.

Salut l’artiste !

1

Curieux hasard que celui qui m’a fait connaître Jean-Louis Trintignant en Ardèche et que j’ai appris sa disparition alors que j’étais chez moi… en Ardèche !
J’ai connu deux immenses comédiens le même jour, en mars 74 sur le tournage du film de Robert Enrico « Le secret » qui se tournait en Ardèche. C’étaient Jean-Louis Trintignant et Philippe Noiret.
Il se trouve que, tout en vivant à Toulon, je suis Ardéchois et que tout en vivant à Paris, Robert Enrico était Toulonnais. Je ne le connaissais pas mais avais des relations de travail très amicales avec son frère, Walter, qui était président de l’Office de Tourisme de Toulon. Me sachant très attaché à mon Ardèche, il m’annonce un jour que Robert va tourner son film tout à côté d’Antraigues, fief de Jean Ferrat, au château de Craux. Coïncidence, mon petit village est à mi-chemin entre Craux et Antraigues : quatre kilomètres.
Aussitôt Walter me met en rapport avec son frère qui est tout à fait enchanté de recevoir sur son tournage un Toulonnais qui plus est Ardéchois !

3 2
Nous voici donc partis, mon copain photographe Jean-Pierre et moi pour une semaine et, sitôt posées nos affaires chez moi, nous nous pointons au château où Robert nous reçoit avec chaleur et gentillesse.
De la chaleur, il en fallait car, étant en mars, l’hiver se prolongeait et la neige, qui n’était pas prévue au programme, s’installait lourdement dans les champs alentours et sur le toit déjà pas mal défoncé du château. Heureusement, dans l’une des salles où l’on pouvait encore aller, une immense cheminée d’Antan, nous permettait de tous nous retrouver autour d’un bon feu, entre deux prises les pieds dans la neige.
Il y a déjà trois semaines qu’ils tournent et on sent une véritable complicité entre les deux comédiens. Jean-Louis, le regard bleu, la discrétion faite homme, la classe malgré un vieil imperméable fripé qui a vécu (rôle oblige !) et qui nous offre un merveilleux sourire dès que l’on discute ensemble à bâtons rompus, entre deux scènes. Deux sujets le passionnent : le cinéma, les voitures. Il est intarissable sur les deux !
Philippe Noiret, le visage bougon sous un feutre qui a aussi ses années de service, a le verbe haut, toujours prêt à lancer un bon mot et déridant l’équipe dès qu’elle est un peu soucieuse. Il faut dire qu’elle peut l’être car le plan varie avec le temps : on est en extérieur : il pleut ou il neige. Le soleil arrive : c’est un plan prévu à l’intérieur : Robert jongle donc avec le temps et… le temps qui passe !
Mais entre les deux comédiens tout se passe bien Ils parlent, ils rient, Noiret envoie des vannes qui font rire Jean-Louis. Il rira moins lors d’une scène où il doit monter, sac à dos, une pente assez raide et arrive en haut suant à grosses gouttes : Noiret lui a tout simplement ajouté quelques pierres dans le sac !
L’ambiance est donc au beau fixe et je mets du temps à me décider à interviewer mes deux artistes tant il est un vrai régal de les voir se renvoyer la balle d’un fauteuil à l’autre, l’un balançant des vannes de sa voix de stentor, l’autre, répondant en demi-teinte avec un humour quelque peu anglais… Sublime !

4 5

Il est vrai qu’alors Noiret et Trintignant sont les stars du cinéma français. Tous deux ont mis du temps à le devenir car à l’époque, Noiret, avec vingt-trois ans de carrière derrière lui, dont une grande partie au théâtre n’était reconnu au cinéma que depuis quatorze ans. A quelque chose près, le cas était le même pour Jean-Louis et chacun le prenait à sa manière :« Aujourd’hui c’est vrai – m’avoue Jean-Louis – je fais partie, avec Delon et Belmondo, des trois comédiens auxquels on pense systématiquement, pour tout ou rien. C’est quelque chose qui m’échappe totalement et je ne veux d’ailleurs pas en tenir compte. Disons que l’intérêt premier est que ça me permets de pouvoir choisir mes rôles et de pouvoir aider de jeunes réalisateurs qui, sans un nom, ne pourraient faire leur film. Mais pourquoi, à un certain moment, ne voit-on plus que par vous alors que d’autres, aussi méritants, sont sur la touche… Peut-être, d’ailleurs, que je le serai à mon tour dans quelque temps !

10 11
« Une affaire intime »

Je suis un vieil acteur qui a déjà derrière lui quelque 60 films. J’ai été assez mauvais durant quelques années, j’ai fait pas mal de films médiocres mais je crois que j’ai fait beaucoup de progrès dans ma façon de jouer…et de choisir mes films avec plus de discernement. Mais j’ai toujours été un lent et je crois qu’il arrive à tout acteur, à un moment, d’avoir une période où il est formidable. A force de se fouiller on y arrive mais ensuite, il faut savoir s’arrêter de fouiller car on devient obsédé par son métier, son image et on redevient mauvais.
A un moment, vous êtes passé à la réalisation. Pourquoi ?
 J’ai d’abord tourné parce que j’avais un sujet dont personne ne voulait et puis ça m’a plu, vraiment. Mais pour l’instant, je ne suis pas une garantie en tant que réalisateur et c’est donc difficile. J’ai des projets et l’intérêt pour moi d’être réalisateur est de pouvoir employer des comédiens que j’aime, même si ce ne sont pas des stars. Malheureusement, les producteurs ne sont pas toujours de mon avis ! »
Et le théâtre, dans tout ça ?
Voilà deux ans, depuis « Hamlet », que je ne suis plus monté sur une scène, le cinéma me prend tout mon temps. Même si le soir je suis libre, je ne peux faire deux choses à la fois. Lorsque je joue au théâtre, je me prépare toute la journée. C’est quelque chose de terrible. Si je ne fais pas ça, je ne peux arriver en forme sur scène… Peut-être parce que je ne suis pas doué ! Mais c’est plus fatigant car au théâtre il faut s’extérioriser alors qu’au cinéma c’est un travail plus intérieur. Cela me plait beaucoup ».

13 14
Marie avec Jean-Luc Battini à la Seyne – L’équipe de « Trois couleurs : rouge » à Cannes

Ainsi passèrent les années et des rencontres avec ces deux superbes personnages émaillèrent ma vie de journaliste. Un moment qui, aujourd’hui est devenu très émouvant : ma rencontre avec Marie Trintignant. Elle n’était pas alors très célèbre et – allez savoir pourquoi ? – elle était venue créer une pièce de théâtre « Les nuits blanches » à la Seyne sur Mer. Ce ne fut pas un succès mais l’occasion de rencontrer cette fille superbe, magique, au regard chavirant. Je l’avais rencontrée une fois au Festival du Jeune Cinéma et là, ayant vu Jean-Louis quelques temps auparavant, il m’avait demandé de m’occuper un peu d’elle, d’essayer de faire parler de cette création dans la presse. Ce que je fis volontiers. Marie était une personne discrète, secrète, qui ne se livrait pas mais qui vous fixait lorsque vous lui parliez et qui avait un sourire à tomber par terre. Des liens se tissèrent, même s’ils étaient silencieux et elle accepta de venir présenter un film de sa mère où elle jouait aux côtés de Vincent, son petit frère, lorsque j’organisais les journées « La femme et le cinéma ». Cela reste aujourd’hui, avec quelques photos, de jolis souvenirs et l’on ne peut qu’être désolé de ce qui est arrivé à cette belle comédienne prometteuse encore de grands moments de cinéma. Mes pensées vont à Jean-Louis bien sûr mais aussi à Nadine, qui était aussi venue à une soirée que j’avais organisée avec Marie et Alain Corneau.
Je rencontrai encore Jean-Louis qui, sur ma demande, avait bien voulu venir présenter, avec l’ami Brialy « Le maître-nageur » qu’il avait réalisé, puis à Marseille où il était venu présenter « La banquière » avec Francis Giraud, à St Maximin où il tourna pour la télé « La controverse de Volaloïd »

12 20
Daniel Mesguish, Jean-Louis Trintignant -Francis Giraud à Marseille pour « La banquière »
« La controverse de Valaloïd

Et puis nous passâmes un mois ensemble à Hyères pour le tournage de « Vivement dimanche » où il était heureux de tourner pour la première fois avec Truffaut. A ce propos, ils avaient des idées divergentes sur leur rencontre :
« Truffaut : Il y avait très longtemps que je voulais tourner avec Jean-Louis mais jamais je n’avais un rôle pour lui dans mes films…
– Trintignant : C’est totalement faux car tous les rôles que vous avez joué dans vos films… j’aurais pu les jouer et certainement mieux que vous !!! »
Tout cela s’était terminé dans les rires.
C’est grâce à Jean-Louis que je pus rester près d’un mois sur le tournage. Ne connaissant ni Truffaut ni Fanny Ardant, je lui avais demandé d’intercéder auprès du réalisateur pour pouvoir assister au tournage. Ce qu’il fit avec une gentillesse extrême.
On notera au passage que les deux compères se vouvoyaient. Ce qui semblait bizarre dans ce monde où l’on s’embrasse et se tutoie si facilement. Il faut dire que Truffaut vouvoyait aussi Fanny Ardant et que Jean-Louis s’était plié à ce rite. Je précise également que, malgré nos liens amicaux, nous nous sommes toujours vouvoyés, Jean-Louis et moi.
« J’ai eu une éducation bourgeoise, je suis donc ce qu’on appelle un homme bien élevé et le vouvoiement m’est familier. Je suis calme, réservé, j’attends souvent que les gens viennent vers moi. Mais je puis être aussi têtu et très persuasif si quelque chose me tient à cœur. Et lorsqu’on est poli, on obtient souvent ce qu’on veut ! »
Trintignant, c’était l’antistar personnifiée. Il n’aimait d’ailleurs pas ce mot et préférait à celui-ci les mots comédien, artiste, acteur ainsi que deux mots clé : talent, chance. Il avait, par contre, horreur de se voir, ne serait-ce que dans une glace :

7 8
6 9

« Je ne me supporte pas à l’écran, je suis prévenu contre moi-même. Je me méfie des miroirs qui sont souvent trompeurs et d’ailleurs, je ne me regarde même plus dans une glace. Dans ce métier, l’on peut devenir très vite exhibitionniste et mégalomane… lorsqu’on ne l’est pas déjà au départ ! Un acteur passe son temps à se chercher, c’est un besoin. Le danger de trop se regarder est que ça fausse souvent le problème… Ce qui ne m’empêche pas de me trouver formidable dans certains films. Je le dis en toute simplicité parce que je pense que ce n’est pas que grâce à moi ! »
Il me tenait ces propos au Festival de Cannes 94 alors qu’il était venu présenter « Trois couleurs : rouge » de Krzyztof Kieslowski.
Puis il se calma côté cinéma, le théâtre reprit ses droit et nous nous revîmes donc beaucoup moins, sauf lorsqu’il était de passage en tournée et qu’il se plaisait à dire qu’il était un artiste provincial. Je ratais hélas, son passage à Marseille avec Marie et je le regrette. Nous nous revîmes encore au festival de Ramatuelle puis au Théâtre Liberté à Toulon.

15 16
Avec Clémentine Célarié à Ramatuelle – Avec… re-moi !

Dernière rencontre
En ce dimanche 11 octobre 2020, Jean-Louis  passait au Liberté de Toulon où, avec Charles Berling et deux musiciens, il nous offrait un grand moment de poésie.
On retrouvait cette voix, reconnaissable entre toutes, toujours si posée, si feutrée, si apaisée, malgré le choc de le retrouver sur un fauteuil roulant et sachant qu’il perdait la vue.
Mais aussitôt qu’il parlait, la magie opérait, nous faisait un bien fou, nous emportait par sa douceur, son humour aussi, curieux contraste avec la fougue, la grandiloquence de Charles Berling.
Cela me rappelait le tournage du film «Le secret» où j’ai eu la chance de partager de sublimes moments avec lui, toujours très détaché, souriant, serein et balançant un trait d’humour très anglais avec un petit sourire narquois vers Noiret qui, gros ogre à la voix puissante, en faisait des tonnes pour raconter des histoires. Moments de charme, de plaisir que je garde précieusement en tête.
Et là, je retrouvais la même situation avec les deux personnages si diamétralement opposés que sont Jean-Louis et Charles

18 17

D’abord, Jean-Louis qui, vue la situation, ne pouvait lire les textes qu’il disait, de la Fontaine à Baudelaire en passant par Prévert. C’était toujours juste, intime, malicieux, que ce soit dans la poésie pure ou dans l’humour, en passant par le tragique et l’absurde. A ses côtés, Charles crie, vociférait, se démenait sur de longs textes qu’il lisait, qu’il criait, trop peut-être, surtout en comparaison avec cette sérénité qui se dégageait de son compère.
Entre le calme de l’un et l’excitation de l’autre, il y avait une sacrée différence.
Un grand  moment d’émotion lorsque, le rideau se fermant, Trintignant nous dit les beaux mots de Ferré «Que sont mes amis devenus» et qu’il entama une longue litanie des êtres chers qu’il avait perdus, Marie bien sûr, Marcello, Serge Marquand et tant d’autres qui sont hélas la triste réalité des personnes qui atteignent ces âges et voient un à un partir ceux qu’ils aiment.
Mais le revoilà disant «Le déserteur» de Boris Vian si magnifiquement chanté entre autres par Mouloudji et qu’après avoir dit :
« Prévenez les gendarmes, que je serai sans arme et qu’il pourront tirer», un silence et il ajoute : «Prévenez les gendarmes que je serai en arme… et que je sais tirer»
Ovation d’un public totalement sous le charme et l’émotion d’un comédien exceptionnel, qui nous a offert un moment suspendu, hors du temps. Un moment rare qui restera dans nos souvenirs.
Souvenirs, pour moi, de rencontres magiques, pleines de courtoisie, d’intelligence, de simplicité, d’humour…
Salut l’artiste !

19

Jacques Brachet

 





Chateauvallon-Liberté : Une saison pleine de promesse

1

Samedi 11 juin 11h, Chateauvallon.
Un soleil de plomb. Une chaleur de canicule.
C’est à petits pas que chacun arrive à cette journée (grimper et monter les escaliers par cette chaleur est un pensum !) où l’on va découvrir la nouvelle saison de ces deux théâtres qui font, depuis des années, partie de notre vie varoise :  Chateauvallon et le Liberté.
Comme l’an dernier, Charles Berling et Stéphane de Belleval, directeur des relations publiques ont réuni autour d’eux toutes leurs équipes, mêlées à une partie des comédiens, auteurs, metteurs en scène, venus parler de leurs spectacles, qui nous feront passer, durant la saison 22/23, de grands moments de théâtre, de danse, de musique, de spectacles divers, puisque tout semble revenir à la normale, après deux années on ne peut plus chaotiques.
Et l’on s’en réjouit.
« Mais qu’est-ce que c’est que ces coussins… Enlevez-moi ça, copieurs ! »
Cette voix qui s’élève au bord de l’amphithéâtre est celle de Michel Boujenah qui découvre pour la première fois ce lieu… et ces coussins rouges qui rappellent curieusement ceux de Ramatuelle !
C’était bien sûr une boutade de notre ami qui vient pour la première fois à Chateauvallon et s’extasie du lieu dont Stéphane de Belleval lui raconte sa genèse.
Si Michel est venu en voisin, c’est que c’est lui qui ouvrira la saison au Liberté les 29 septembre et 1er octobre à 20h30, avec « L’avare » de Molière, pour lequel il a été nommé aux Molière (of course !) cette année.
Interprétation magistrale de Michel , dans une mise en scène de Daniel Benoin qui offre là à notre comédien un rôle à la fois drôle et tragique qui méritait bien cette nomination.
Il est donc là pour présenter cette pièce à tous les adhérents qui se sont pressés à Chateauvallon pour découvrir la saison.

5 4

Habitude initiée l’an dernier : chaque artiste présent prend en main une équipe de dix personnes, essayant tant bien que mal de s’installer à l’ombre pour parler du spectacle qu’il présentera. Vu le nombre, une corne de brume annonce la fin de la rencontre, chacun repartant ailleurs retrouvant un autre artiste.
Michel n’a pas choisi la pire place en s’installant à l’ombre de la cour du château, installé sur une chaise longue !
Il faut dire que la présentation de toute l’équipe a été faite en plein cagnard de l’amphi, heureusement qu’il y avait les coussins pour ne pas se brûler les fesses ! Après le discours de Charles, chacun s’est éparpillé dans divers lieux du théâtre.
Charles qui, après avoir remercié toutes les instance qui font de ces deux théâtres nationaux un lieu de rencontres culturelles de haut niveau.
« Préparez-vous à une saison fantastique où nous retrouverons avec un plaisir non dissimulé, des grands artistes à la renommée déjà bien établie et des jeunes pousses dont les imaginaires ne manqueront pas de vous surprendre…
Votre Scène Nationale a besoin de vous, de votre sécurité et surtout de vos présences chaleureuses. A travers ses deux théâtres, ses six scènes et la 7ème virtuelle, elle va poursuivre sur la voie de la pluridisciplinarité pour que tous puissent s’y retrouver et s’y exprimer ».
Charles Berling qu’on retrouvera plusieurs fois au cours de la saison, du 18 au 22 octobre à Chateauvallon avec « Fragments » d’Hannah Arendt, adaptée par Bérengère Warluzel qu’on retrouvera sur scène avec Charles.
On le retrouvera les 26, 27, 28 janvier au Liberté avec « Deux amis » de Pascal Rambert avec Stanislas Nordey, pièce qu’ils avaient créée au festival d’été 2021 de Chateauvallon.
Puis il reviendra au Liberté le 13 mai avec des textes de Pasolini qu’il lira avec Fanny Ardant.

3 2
Charles Berlin, Stanislas Nordey, Pascal Rambert

Par ailleurs, on retrouvera avec plaisir, le frère de Charles, Philippe pour une pièce qu’il a écrite avec la soprano Marie-Louise Duthoit, et qu’il a mise en scène  Il s’agit de « Le rêve de l’île de sable » que vous pourrez découvrir au Liberté le vendredi 3 février à 20h30.
L’on découvrira de nouveaux et talentueux auteurs aux côtés de Beckett, Shakespeare, Tchékov, Grumberg, Melville,  et bien d’autres.
A noter un seul chanteur : Raphaël, le 7 janvier et une belle comédienne Isabella Rosselllini  qui, avec « le sourire de Darwin » viendra nous parler d’une cause qu’elle défend : les animaux.
Théâtre, musique, chanson, cirque, danse… Il y en aura pour tous les goûts.
Bien évidemment, on ne peut pas parler de tout mais vous pouvez retrouver le programme sur le site chateauvallonè-liberté.fr et les abonnements étant ouverts, appeler le 09 80 08 40 40
Bon été, bonne saison !

Jacques Brachet






Six-Fours – Les nuits du Cygne
Gautier CAPUCON : Un magnifique bouquet final

1

Après le frère… l’autre frère !
Pour la troisième fois le violoncelliste Gautier Capuçon a enflammé la cour d’honneur de la maison du Cygne.
Il a tout du gendre idéal : beau, simple, souriant, chaleureux… Et par-dessus tout ça, avec son violoncelle il enflamme le public.
Il arrive tout souriant avec son pianiste Franck Braley, regard de connivence et aussitôt Gautier nous souhaite une bonne soirée et, à l’opposé de son frère, Renaud, plus réservé, plus intériorisé, les yeux, fermés, comme dans une bulle, il va, tout au long de la soirée, nous raconter l’histoire de chaque morceau qu’il interprètera et c’est toujours passionnant de savoir comment est née une œuvre, pourquoi elle est née et comment elle a pu évoluer avec le temps, être détournée en passant d’un instrument à l’autre.

2 3

Il démarre tout en énergie avec un adagio-allegro de Robert Schumann, en passant de l’un à l’autre avec élégance. Puis il passe à « Louange » d’Olivier Messiaen, œuvre écrite durant l’internement du compositeur en 1940 et qu’il a interprété pour la première fois dans le camp où il était interné. Gautier  rend également hommage au grand pianiste Nicholas Angelich qui vient de décéder  le 19 avril à l’âge de 51 ans et qui, comme son frère, a joué avec lui. Moment émouvant avec une minute de silence. Il en profite pour également rendre hommage à l’Ukraine où il a donné deux concerts en avril et où il garde tendresse et tristesse.
Et puis, première surprise, il invite un jeune pianiste hyérois, Kim Bernard qui a reçu le prix de la fondation qu’il a créée pour accompagner et transmettre ses valeurs artistique à un jeune musicien d’exception, et dont le premier album sortira le 17 juin.

6

Il lui laisse la scène pour deux morceaux et, à 22 ans, il a déjà tout d’un grand, la maîtrise, la concentration et il a totalement charmé le public avec deux extraits de ce CD : « Reflets dans l’eau » et « Isle joyeuse » de Claude Debussy.. Il reviendra plus tard pour un duo avec le maître, une magnifique interprétation d’un morceau de Piazzola « Oblivion ».
Après « Vocalise » de Rackmaninov, écrit sans paroles pour une soprano et que Gautier remanie avec infiniment d’inventivité, il se lance dans ce qu’on appelle « un morceau de bravoure » signé Paganini dont l’histoire est édifiante : le morceau est tellement rapide et enlevé qu’un soir le compositeur en casse trois cordes de son violon et finira avec une corde ! Rossini, paraît-il, en a pleuré !

4 5

Gautier a gardé ses cordes mais ses doigts, comme des papillons, virevoltent sur les quatre avec une folle agilité. Et son pianiste, en toute complicité est en totale osmose avec lui.
Et puis, après la splendide sonate N°3 de Beethoven, le premier final nous offre encore un moment extraordinaire, qu’on avait déjà pu apprécier lors de son premier passage au Cygne, l’incroyable « Gzardaz » de Monti, avec, là encore, une incroyable performance.
Mais ce n’était pas fini pour autant puisque revoilà le violoncelliste et les deux pianistes, bien serrés sur la banquette pour nous offrir une œuvre… pour six mains !

7

Ce fut du délire et sur cette originale interprétation, le public partit le cœur d’étoiles.
L’on devait retrouver Gautier le lendemain matin à 8h30 (Fallait le faire !) pour venir, en compagnie de jeunes musiciens et du maire de Six-Fours, Jean-Sébastien Vialatte, changer l’archet de son violon pour… une pelle avec laquelle ils plantèrent un chêne (enfin symboliquement, l’arbre ayant déjà trois mètres de haut) et jetèrent la terre au pied de celui-ci !
A 8h45, tout était fait et Gautier partit très vite vers Marignane pour prendre un avion qui l’emmenait… à Istanbul, avant de repartir au château de Schönbrunn en Autriche, son voyage musical l’emmenant dans le monde entier.
Mais il reviendra pour sa tournée « Un été en France », comme l’an dernier, et il nous offrira, le dimanche 24 juillet, son dernier concert estival au Parc de la Méditerranée, accompagné de jeunes musiciens et d’une compagnie de danse. Concert gratuit à 21h, suivi d’un feu d’artifice, où vous pourrez assister au spectacle en pique-niquant dans l’herbe !
Le feu d’artifice, nous l’avons eu avec ce dernier concert des Nuits du Cygne.

8 9

Bravo l’artiste ! Et bravo la Municipalité pour cet étincelant festival.
PS. Le temps entre son arrivée et son départ de Six-Fours, ne nous a pas permis de faire une interview avec Gautier Caapuçon… mais qu’il m’a promis qu’il aurait lieu lors de son retour en juillet.
Dont acte !

Jacques Brachet


Six-Fours : Le cœur des femmes bat sous le vent

1
Le professeur Claire Mounier-Vehier et Thierry Drilhon

C’est sous un soleil écrasant, devant une mer battue par le vent, que le village « Santé-Bien être » (auquel participe entre autre Cécile Limier qui a créé l’association « Sport adapté santé 83), a accueilli le bus du « Cœur des femmes », un bus conçu par le professeur Claire Mounier-Véhier, cardiologue et médecin vasculaire au CHU de Lille et le professeur Thierry Drilhon, dirigeant d’entreprises multiples.
Ce bus, installé du 7 au 9 juin, a été équipé afin d’y recevoir les femmes pour un dépistage cardiovasculaire. Durant trois jours un grand nombre de femmes est venu se faire gratuitement dépister, certaines ne l’ayant jamais fait.
Nombre d’associations et de bénévoles sont venus prêter main forte à l’intérieur de cette ruche bourdonnante où les femmes étaient reçues pour un bilan et le dépistage de ces maladies cardiovasculaires, premières causes de mortalité chez les femmes avec 200 décès par an. A savoir que ce dépistage permet de soigner et sauver huit femmes sur dix.

5 4
3 2

Omniprésents, nos deux créateurs de cette belle initiative, ont été à l’écoute des femmes et j’ai pu m’entretenir avec Thierry Drilhon.
Magnifique parcours de ce dirigeant international d’entreprises comme Microsoft ou Cisco System, Euromédia group, issu du monde digital et technologique passionné et engagé dans nombre d’organisations, également président de la chambre de commerce et d’industrie franco-britannique.
C’est en 2018 qu’il rencontre Claire Mounier-Véhier et deux après, nait « Agir pour le cœur des femmes »

6

« Le 28 mai 2020 exactement – me confirme Thierry Drilhon – après que nous ayons pris conscience, avec la Fédération française de cardiologie que ces maladies cardiovasculaires sont la cause première du décès des femmes.
En quelques chiffres : 200 femmes par an en meurent, l’infarctus touche 30% des femmes de moins de 55 ans, trente fois plus de femmes qui associent tabac et contraception, cause de mortalité équivalente au cancer.
En quoi consiste ce bus ?
A accueillir des femmes qui, souvent, n’ont jamais vu de médecins, de gynécologues, ou depuis très longtemps. 42% de femmes n’ont jamais été vues par un gynécologue. Nous sommes là pour les informer, les sensibiliser les alerter, anticiper ces maladies.
Dans ce bus où on les accueille, on mesure leur pression artérielle, leur balance pondérale, on dépiste le diabète, la dyslipidémie, on leur fait passer un électrocardiogramme, on leur fait une prise de sang au doigt, on leur prend la tension puis ont fait une synthèse. On leur parle aussi gynécologie, tabacologie, addictologie, hygiène de vie, manque d’activités physiques, alimentation… Nous faisons de la prévention positive et bienveillante.
Avec ce bus, vous sillonnez donc la France ?
Nous sommes allés dans cinq villes l’an dernier : Lille, Marseille, St Etienne, Avignon, la Rochelle. 1066 femmes ont été dépistées, 955 ont été sauvées
Nous en faisons un peu plus cette année, c’est une opération menée sur cinq ans et nous revenons dans chacune des villes durant trois ans. Nous sommes suivis par tous les acteurs locaux de la ville, tous les professionnels de santé qui se mobilisent et viennent sur le village, médecins, spécialistes, associations, services sociaux et bien entendu les municipalités qui nous accueillent ».

Nos cofondateurs de cette belle initiative ont été là durant trois jours, présents, attentifs, à disposition de toutes ces femmes, bienveillants et efficaces.
Saluons également tous les bénévoles qui ont donné de leur temps avec le sourire.

Jacques Brachet



Six-Fours – Nuits du Cygne
Renaud CAPUCON : Passion, émotion, transmission

10

Et revoilà Renaud Capuçon, de retour à la Maison du Cygne où, comme l’an dernier, il nous offrait un magnifique concert accompagné par le jeune virtuose Guillaume Bellom au piano.
Un concert différent de l’an dernier puisqu’il nous proposait trois sonates pour violon et piano, de Robert Schumann, de Johannes Brahms et de César Franck.
Un concert très intime devant un public attentif. Mais peut-être un concert un peu linéaire dans lequel il manquait un zeste de fantaisie, un peu de punch, d’énergie, même si, comme à chaque fois, ces sonates étaient magistralement interprétées.
Par contre, le final fut très émouvant avec la sublime « Méditation de Thaïs » de Massenet et retour avec le « Clair de Lune » de Debussy, qui fut aussi, coïncidence, le final de Nemanja Radulovic et Laure Favre-Kahn.
Un Renaud Capuçon toujours inspiré, concentré, les yeux fermés…
Du grand art.

7 8
9

Je devais les retrouver le lendemain où ils recevaient des élèves du conservatoire puis Renaud m’offrit un joli moment d’entretien.
Souriant, réservé, il sait partager sa passion, qui fait partie de son crédo : Passion, émotion, transmission.
Avec Guillaume Bellom, tous deux répondirent aux nombreuses questions de ces élèves, musiciens en herbe, avec gentillesse, patience et joie de pouvoir partager avec eux ce moment de connivence. Moment qui se termina par un extrait d’une œuvre de Bach très enlevée, comme on aurait aimé en entendre lors de leur récital. Des écoliers leur offrirent une chanson que Renaud filma.

1

Puis c’est avec une extrême gentillesse que nous bavardâmes sur un banc de ce magnifique jardin.
« C’est un bonheur – m’avoue-t-il – que de jouer dans ce lieu où l’on se sent bien, où la musique peut s’exprimer de façon naturelle et d’être accueilli par des gens qui aiment l’art. On le ressent et on a envie d’y revenir.
Ce qui sera le cas ? Puisque vous et votre frère semblent être devenus des membres honoraires, vous deux fois, lui, trois fois dans quelques jours !
(Il rit) Non, nous ne sommes que des invités qui ont du plaisir à retrouver ce lieu. Et bien sûr que si l’on m’invite, je reviendrai avec plaisir !
Vous êtres déjà responsable de deux festivals !
Oui, celui du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence et celui de Lausanne dont je suis chef de l’orchestre de chambre.
Vous en aviez créé un près de chez vous…
Oui, à Ravoire, près de Chambéry où je suis né. Mais c’est terminé.
Vous avez écrit, juste avant le Covid, un livre de souvenirs et vous avez sorti un double CD « Un violon à Paris » (Erato). Parlons-en !
Le livre, intitulé « Mouvement perpétuel » (Flammarion) est à la fois un livre de souvenirs car j’ai vécu beaucoup de beaux événements et de rencontres de gens à qui je voulais rendre hommage. C’est un livre qui retrace mon parcours de mes débuts jusqu’à mes 45 ans et qui s’adresse entre autre aux gens qui ont envie de faire ce métier. Pour leur dire que lorsqu’on a du talent ce  n’est pas tout, il faut un travail acharné pour en arriver là, beaucoup de passion et de chance. C’est ce que j’ai dit à tous ces gosses qui rêvent de faire ce métier mais qui ne se fait pas avec facilité.
J’ai adoré ce moment de rencontre avec ces enfants et je me dis que, parmi eux, s’il y en a deux ou trois qui continueront, c’est gagné. Je suis très épris de transmission.

3 4

C’est d’ailleurs l’un des mots de votre crédo : Passion, émotion, transmission…
Oui, on ne peut faire ce métier sans passion, il faut qu’elle soit omniprésente. L’émotion c’est ce qui rythme notre vie d’artiste et pas seulement mais c’et la musique qui me procure cette émotion. La transmission, c’est ce que nous avons fait ce matin et ce que je fais dès que cela est possible.
Vous leur disiez d’ailleurs, que jeune, vous n’étiez pas bon. Mais quand même, un 1er prix de musique et un premier prix de violon à 17 ans et très vite vous avez joué avec des pointures comme Nicolas Angelich, Hélène Grimaud…
Oui, mais c’est grâce à beaucoup de travail et de persévérance. On n’arrive pas à une carrière sans cela. Et c’est tous les jours une remise en question pour devenir meilleur.
Pour en revenir à votre livre qui s’intitule « Mouvement perpétuel », avez-vous joué ce morceau dingue à jouer de Paganini ?
Oui, lorsque j’étais jeune. Mais ça me fait penser que depuis je n’y ai plus touché. Peut-être faudrait-il un jour que j’y repense.
Par contre, ce n’est pas qu’à lui que j’ai pensé mais aussi au poème éponyme d’Aragon, mais encore au mouvement perpétuel d’une montre.
Et chose drôle, un mois après la sortie du livre, il y a eu le Covid qui a tout arrêté ; en terme de mouvement perpétuel c’était un peu raté !
Pareil pour le disque ?
Alors là, non. Il s’est fait durant le Covid. Ne pouvant jouer sur scène, tous les soirs je jouais un morceau en direct sur les réseaux sociaux, durant 56 jours. Ce double album est ainsi  formé de titres que je jouais soir après soir avec Guillaume Bellom.

5 6

Vous dites ne pas simplement aimer la musique classique mais LA musique en général. On s’en aperçoit avec ce dernier disque où se côtoient Haendel et Chaplin, Chopin et Morricone, Tchaïkovski et Grapelli…
Oui, bien sûr, il y a plein de musique que j’écoute et que j’aime. Je les traite de façon classique car les mélodies sont belles et intemporelles, sans tomber dans le populisme, en restant naturel, en restant soi-même. Je ne veux pas être un musicien qui regarde de haut parce qu’il joue de la musique classique. Si la musique est bonne, on peut naturellement la jouer.
Justement, c’est pour cela qu’on vous retrouve sur le concert des Enfoirés ?
Justement, c’est parce que Jean-Jacques Goldman me l’a demandé et qu’étant amis, je ne peux pas dire non. D’autant que cette année j’ai joué en duo avec Catherine Lara et c’était très symbolique d’une rencontre de deux générations.
De plus, Catherine a du talent et est une femme très sympathique.
Mais là, comme pour Johnny, je fais que jouer ce que j’aime, ce que je ressens. Je suis toujours guidé par l’émotion, par le partage.
Vous aimez nombre de compositeurs. Auxquels vont vos préférences ? Et comment les choisissez-vous lorsque vous créez un nouvel album ?
A part Bach, qui est peut-être mon préféré, j’aime aussi Schubert, Mozart, Beethoven… Tout dépend des moments, ça se fait de façon naturelle, suivant mes états d’âme, mes rencontres. Un disque se fait sur une rencontre, une envie…. Par exemple, je travaille avec l’orchestre de Lausanne et mon inspiration s’est cristallisée sur « Les quatre saisons » de Vivaldi qui sera mon prochain album. J’y ajouterai deux concertos que j’ai découverts, signés du Chevalier de St Georges.
Par contre, il y a des compositeurs que j’aime mais que je laisse à d’autres qui les jouent mieux que moi.
Vous êtes issu d’une famille de musiciens, il y a vous et Gautier…
Ma sœur qui est pianiste non professionnelle et orthophoniste !
A quand une rencontre à Six-Fours avec Gautier ?
Pourquoi pas ? Nous avons beaucoup joué ensemble. Pour le moment chacun fait sa route mais tout reste ouvert. On ne joue pas par opportunisme, pour faire un coup, même avec lui, il faut une rencontre, une envie de partager une œuvre… Le temps nous le dira ! »

Propos recueillis par Jacques Brachet


Éric LEVI… « Era »… c’est lui !

1

Éric Levi… Qui connait son visage, et à la limite, son nom, sinon ceux qui vont voir le spectacle magique qu’est « Era » puisqu’il en est le créateur. Sur scène, lui n’a pas de masque mais il se cache derrière sa musique et tout le monde connaît « Era » qui a fait le tour du monde.
Curieux cheminement que celui d’Éric qui a débuté par du hard rock, puis du rock, ce qui l’a fait travailler avec des artiste comme Corinne et Bertignac, Higelin, écrire une douzaine de musiques de films dont celle des « Visiteurs », loin du rock mais tout aussi efficace et devenue aujourd’hui indissociable du film, musique d’ailleurs nommée aux César en 93.
Il a même écriot un morceau pour le pape, chanté, excusez u peu, par Dee Dee Bridgewater et Andrea Bocelli « I believe » !
« Era » c’est un virement, sinon à 180 mais au mois à 9O° douze millions de disques vendus de par le monde puisqu’Eric nous plonge dans le monde de l’Héroïc Fantaisy, mélange de musique moyenâgeuse et de rock aux solos de guitares saturées, de batterie, de voix de femmes angéliques et d’hommes à la voix puissante. Sans compter que le spectacle est féérique où l’on en prend plein les yeux et les oreilles. Il y adapte aussi des morceaux classiques comme « Carmina Burana » de Karl Off devenu « The mass », ou encore le fameux adagio d’Albinoni devenu « Abbey Road Blues » et ça s’adapte magnifiquement.
Vous pouvez déjà en avoir un aperçu avec ce double album qui vient de sortir « Live expérience » (Sony Music) qui vous offre un concert live  et une reprise de trois succès dont « Ameno », revus et corrigés.
A la suite de cette sortie et après près de deux ans de covid, Eric-Era sera en tournée en France, suisse, Belgique, Italie, avec arrêt au Nikaïa à Nice le mardi 13 décembre.
Il faut le voir et l’écouter pour le croire.

ERA-TLE-VISUEL3000 - Crédit Denis Tribhou.jpg 3

Rencontre avec Eric Levi
« Eric, comment se fait-il qu’Era soit connu du monde entier et pas Éric Levi ?
C’est un choix. Je ne suis ni chanteur ni comédien et « Era » est au départ un projet. Je ne vois donc pas l’intérêt d’une présence frontale de ma part.
C’est en fait un projet de musique de film… sans film !
Comment définiriez-vous votre musique ?
C’est un OVNI ! Une musique mélange d’Héroïc Fantaisy, de rock qui est cohérent, que j’ai eu du mal à faire accepter aux maisons de disques qui n’y croyaient pas et qui a aujourd’hui une résonnance universelle. Mais ce n’est pas moi qui ai inventé cette musique, je l’ai seulement remise à la mode avec des sons d’aujourd’hui. Et le public, même jeune, s’y retrouve.
Sans compter le nombre de films qui ont adopté cette musique come « Games of thrones » et quelques autres.
C’est grâce aux « Visiteurs » qu’on vous a connu ?
Pas vraiment car au départ, nous n’avons vendu que 35.000 albums de la B.O, malgré sa nomination aux César. Sans compter qu’elle n’a pas dépassé la France.  Aujourd’hui le film est devenu mythique et la musique en est indissociable.
J’ai dû attendre quatre ans pour que naisse « Era ». J’avais cette idée en tête depuis longtemps mais comme personne n’en voulait j’ai fini par produire le premier disque… sans maison de disques !

6
Que signifie « Era »
C’est une reine, un règne, une période, avec pour notion le bien contre le mal.
En fait, avant « Era », vous avez eu une période rock…
Et même hard rock ! J’avais créé un groupe nommé Shakin’n Street dans lequel sont venus jouer Bertignanc et Corinne du groupe Téléphone. Nous avons fait une immense tournée aux Etats-Unis avec des groupes comme Blue Oyster Cult, AC/DC, Black Sabbath, Trust… A l’époque le rock français ne marchait pas en France. Du coup nous avons fait beaucoup de choses aux USA.
Mais l’on retrouve du rock dans le spectacle que je considère comme un opéra-rock avec cette chorale mobile, ces chanteurs. C’est plus qu’un simple concert, il y a un son plus costaud et des lumières incroyables. C’est un univers particulier et là encore, j’ai eu du mal à trouver un producteur car je ne voulais pas d’un spectacle à l’économie.
Au départ, « Era » était un clip…
Oui et c’est lui qui nous a fait connaître Beaucoup de gens l’ont découvert sur TF1 et c’est vrai que ça a été un tremplin pour nous, même si c’était alors considéré comme un projet marginal.
Vous repartez donc en tournée.
Oui, après deux ans d’arrêt qui nous a fait tout annuler puisque lorsque le covid a démarré, notre tournée internationale démarrait aussi. Nous avions des dates dans le monde entier, même à Moscou… Je  pense que nous n’irons pas !
Nous commençons déjà une tournée française, puis européenne et nous sommes en train de récupérer les autres dates. C’est assez difficile car aujourd’hui tout le monde se précipite pour faire de même… Ça se bouscule.
Deux ans et demi d’arrêt, ça a été frustrant pour tout le monde !

5 Era Live Experience - Arkea Arena - Photo : Benjamin Pavone

Pour en revenir à la Russie, Vincent Niclo a enregistré « Ameno » avec les Chœurs de l’Armée Rouge. Qu’en avez-vous pensé ?
Il a eu la gentillesse de m’envoyer le disque et ce qu’il a fait est très bien, dans un autre style, plus martial ! Mais il n’y a pas que lui, il y a aussi le nigérien Goya Menor qui en a fait une version rap africain qui a fait le tour de la planète.
Beaucoup d’autres l’ont enregistré dont Janet Jackson. C’est bien qu’une musique vive et voyage, car la musique, c’est intemporel ».

Propos recueillis par Jacques Brachet





Nikos ALIAGAS : « Je suis aux premières loges… »

1

Bon, tout d’abord, je ne parlerai que très peu de la soirée de TF1 puisque nous y avons été éjectés manu militari par une équipe de sécurité zélée qui est venue nous retirer nos badges presse et nous ont virés du lieu de la scène. Prétexte : une exclusivité d’une agence de presse. Donc ni interview, ni photos, alors que nous sommes chez nous, à Toulon, que TPM nous a donné ces badges pour travailler mais que TF1 en décidé autrement.
En fait, nous n’avons eu droit qu’à la conférence de presse en pleine chaleur, sans qu’on nous offre un verre. Et à la question de savoir pourquoi être alors invités à la conférence de presse et « évités » pour le spectacle, il nous a été répondu : « Pour faire la promo de TF1 et de votre ville ». Avec ça, nous étions bien servis !
Bref, dans laps de temps imparti à cette conférence, nous avons pu rencontrer Nikos Aliagas, très charmant et très coopératif… lui !
Ce journaliste-animateur est aujourd’hui la star de TF1, présentant les plus grandes émissions de variétés, de « Star Academy à « The voice » en passant par « 50’ inside ».
Le plus français des grecs, arrivé déjà super bronzé, nous disait sa joie d’être à Toulon

« Le bleu et le blanc me rappellent automatiquement les couleurs de mon pays. Je suis né au bord de la Méditerranée et j’ai toujours un plaisir extrême à m’y retrouver.
Et après cette longue pause difficile, quel plaisir de retrouver ces paysages et surtout de retrouver ce public qui nous a tant manqué ! Je suis toujours heureux de le retrouver car c’est par lui que j’existe et j’apprécie la chance de pouvoir vivre de ma passion.
J’ai démarré comme journaliste, je suis devenu animateur un peu par hasard car, pour payer mes études, j’ai trouvé un boulot dans une radio puis j’ai monté les échelons.
C’est Christine Bravo qui m’a mis le pied à l’étrier en me prenant dans son émission « Union libre »
Aujourd’hui ça fait 35 ans que je fais ce métier, dont 21 sur TF1.
Et tenir en direct une émission de trois heures, c’est un vrai challenge et un grand bonheur.

2 3

Avez-vous le stress ?
Pas vraiment mais certainement un peu d’appréhension car c’est du direct, tout peut arriver et dans le cas d’un problème il faut s’adapter le plus vite possible sans que le public s’en rende compte.
Mais au bout de 35 ans, je ne connais toujours pas la formule miracle, il faut être attentif, savoir très vite s’adapter et ne jamais lâcher le public car c’est lui qui donne le ton d’une émission.
Et il ne faut pas oublier que si l’on est devant lui, il y a aussi celui qui est derrière l’écran. Il faut donc pouvoir doser pour que chacun y trouve son compte. C’est donc à chaque fois une remise en question et c’est ce qui est passionnant car nous devons amuser le public tout en nous amusant aussi. C’est une histoire qu’on écrit ensemble. On est là pour le divertir… et lui donner l’illusion que c’est facile !
Il faut avoir beaucoup d’humilité et je me dis toujours que ce n’est pas « mon » public, mais « le » public. Rien n’est jamais acquis.
Vos relations avec les artistes ?
Ce sont bien sûr des relations privilégiées, beaucoup sont des amis, que j’ai vus grandir au fil des émissions comme « The voice » ou « Star Academy », et je suis heureux lorsque je vois que certains ont tenu la route, sont devenus de vraies stars. Retrouver Amir, Christophe Wilhem, Louane, Kenji, Jenifer et voir ce qu’ils sont devenus me touche beaucoup.
J’aime les artistes et je crois qu’ils me le rendent bien. J’ai créé des liens naturels avec eux et j’aime les voir évoluer, voir les nuances des choix de chacun.
Je suis aux premières loges et c’est ce que j’aime ».

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photoscreations.fr

Alexandre BRASSEUR troisième génération !

1

Alexandre BRASSEUR : Additionne (Ed Plon – 217 pages)
Dans la famille Brasseur, donnez-moi le grand-père, Pierre, le père, Claude, le fils, Alexandre. Alias Espinasse.
Et y ajoutez-y la grand-mère, la comédienne et écrivaine Odette Joyeux.
Une famille de comédien donc, dont chacun, à part Pierre, sera dans le métier « le fils de… ». Il fallait donc pour les deux derniers se faire un prénom à l’ombre immense d’un monstre sacré.
Et ils l’ont fait !
C’est ce que nous raconte Alexandre Brasseur dans ce livre co-signé par Mathieu Souquière « Additionne ». Le titre vient d’un conseil que Georges Wilson a donné à Claude à ses débuts, pour lui faire comprendre que dans ce métier, comme dans tant d’autres, il faut additionner les expériences, les rencontres, les rôles, même s’ils ne sont pas de premier plan ou qu’ils ne sont les meilleurs, les joies, les déceptions, et ne jamais baisser les bras.
Etre « le fils de… » n’est pas toujours facile, peut être un fardeau ou un handicap mais volonté, talent, envie… s’additionnant, on y arrive. La preuve.
Claude voulait devenir journaliste. C’est la grande comédienne Elvire Popesco qui l’en a dissuadé. Et comme l’envie n’était pas loin, il a suivi son père en tant que « spectateur clandestin » dans les coulisses des théâtres, sur les plateaux de tournage. C’est là, dit-il, qu’il a appris son métier.
Enfance ballotée, comme le fut son père, par une famille qui ne pensait plus qu’à son métier que d’élever un enfant. Ce qu’il réussira à faire lui-même avec ses enfants.
Le pensionnat, le handicap d’être, comme il dit « 1/3 dyslexique, 2/3 cancre, 100% déconneur »,  plus des situations familiales quelquefois compliquées, auraient pu le faire mal tourner mais la passion du théâtre, du cinéma, puis de la télé et le goût du travail apporté par son père, ont fait qu’il peut porter haut le nom des Brasseur. Nom qu’il a partagé sur scène dans un Guitry « Mon père avait raison », si justement nommé. Ce qui, alors que son père n’était pas avide de compliments et de mots de tendresse, fit dire à celui-ci lors de la dernière à Ramatuelle, au lieu de « Regarde-moi, Maurice, je te jure que je suis heureux », changeant le prénom de Maurice à celui d’Alexandre.
Un très beau et très émouvant livre de souvenirs, mais pas que, mais le témoignage d’une saga hors du commun qui a traversé trois décennies car s’entremêlent trois époques, chacune marquée par un Brasseur, riche en anecdotes, un livre, comme le dit très justement Alexandre, de « passeur de mémoire ».

2 3

Rencontres
J’ai eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises Claude Brasseur, sa maman Odette Joyeux, comédienne, réalisatrice, écrivaine, femmes infiniment charmante, talentueuse, remarquablement intelligente, pleine d’humour. Ce fut à presque la fin de sa vie dans sa maison de Grimaud. Enfin, avec Alexandre, on se retrouve presque chaque année au festival TV de la Rochelle, où avec quelques comparses de « Demain nous appartient » nous avons toujours un moment d’entretien.
Bien sûr, je ne pouvais attendre septembre pour évoquer ce beau livre.
Je le surprends au téléphone en train de faire du footing sur des chemins de Bretagne où il tourne un « Meurtres à… Pont aven » avec Stéphane Freiss.
« Alexandre, lorsqu’il y a déjà deux Brasseur célèbres, est-ce qu’on hésite à être le troisième ?
Je n’ai pas vraiment hésité, je ne me suis pas vraiment posé la question. J’ai vécu dans un monde d’art et j’aime l’art sous toutes ses formes et pourquoi ne pas être comédien. Mon éducation silencieuse m’a fait découvrir, l’art, le Français et la philo, m’a ouvert le champ de la littérature et m’a très vite rattrapé. Et puis, suivre mon père sur des tournages ou dans les coulisses de théâtre ne pouvait pas me déplaire. Tout cela je le dois à mon entourage puisque tout le monde exerçait des métiers artistiques.
Ne leur en avez pas voulu de penser plus à leur métier qu’au petit garçon que vous étiez, qu’on vous mette en pension…
Mais pas un seul instant ! D’abord parce que mes parents m’ont aimé et même s’il y avait des histoires entre eux, ça ne me regardait pas. Sans compter que le pensionnat, même si ce n’est pas toujours drôle, c’est une école de la vie. Et j’ai toujours considéré le verre à moitié plein que le verre à moitié vide ! Je ne me suis jamais plaint, je ne me suis jamais senti blessé, triste et je suis heureux d’avoir vécu tout ça. Ca a construit l’homme que je suis aujourd’hui. Ma vie est une addition mais une addition joyeuse de ce que j’ai vécu. Grâce à ce cheminement, je me suis forgé mon autonomie. Je n’ai pas eu besoin de psychothérapie. Et je précise que ce livre n’en est pas un règlement de compte, loin de là !. C’est juste l’envie de parler de gens formidables, qui ont vécu des choses formidables et avec qui j’ai vécu des choses formidables. Et je pense que mon bouquin est un livre lumineux.

4 5
Claude Brasseur, magnifique Clemenceau

Vous parlez superbement de votre grand-mère qui a beaucoup participé à votre vie artistique et culturelle…
C’était une femme magnifique, une femme moderne qui avait une incroyable culture. Mon premier choc, je le lui dois, lorsqu’elle m’a amené à la fondation Maeght. Elle adorait l’art sous toutes ses formes et m’en a fait beaucoup profité. Aujourd’hui c’est grâce à elle que j’aime l’art.
C’est pour cela qu’aux photos souvenirs, vous avez préféré illustrer chaque chapitre de dessins ?
Exactement. Tous les livres de souvenirs d’artistes sont illustrés de photos que tout le monde connaît. J’ai trouvé intéressant de présenter ces belles œuvres couleur indigo, signées Cécile Pagès, que nous avons choisies ensemble.
Comment s’est passée cette collaboration ?
J’aimais ses dessins, ses couleurs, je lui ai proposé de collaborer à mon livre, ce qu’elle a accepté. Après quoi, je lui proposais de lire chacun des chapitres et l’on discutait de ce que à quoi je pensais, à ce qu’elle imaginait et ça c’est fait au fur et à mesure. Nous avons même changé des chapitres de place et choisi cette couleur bleue, qui était la couleur préférée de ma grand’mère et la mienne, avec le jaune.
Du coup, pour la couverture du livre, j’ai voulu qu’elle soit dans le même esprit… bleu !
Je crois que ce qu’elle a fait me ressemble. Nous avons une même interprétation de l’art.
Je voulais surtout que le livre soit aussi original, qu’il puisse durer sur la longueur, qu’on ait envie de le reprendre, qu’on puisse en retrouver une trace plus tard.
J’ai lu avec émotion cette dernière de votre spectacle à Ramatuelle où vous jouiez avec votre père « Mon père avait raison ». Et je pourrais dire : j’y étais !
Ah bon, vous étiez là ?
Oui, c’était très émouvant, même si alors, je ne savais pas ce qu’il vous avait dit. Mais on sentait la connivence, la complicité… l’amour.
Ça me fait plaisir que vous disiez cela car c’est l’un des plus moments de ma vie avec mon père. Il y aussi celui où nous nous sommes retrouvés tous les deux sur un bateau à Fréjus. Là, sur l’eau, j’avais mon père rien que pour moi.

7 6

A propos de mer, votre grand’mère vivant à Grimaud, c’est un endroit que vous connaissiez bien… Et vous êtes parti à Sète !
Oui, j’ai beaucoup aimé Saint Tropez à cette époque. Moins maintenant. Sète, j’y étais allé quelquefois car mes parents y allaient. Le hasard a fait que je suis venu y jouer pour la série « Demain nous appartient ». Depuis le temps, j’ai appris à la connaître, à l’aimer et, ayant un peu marre de Paris, j’ai décidé d’y installe ma famille. Je garde un pied à Paris car, quoiqu’on dise, le métier se fait toujours là.
« Demain nous appartient a fait que vous êtes devenu un héros populaire…
Un héros est un bien grand mot car en fait je joue le rôle d’un homme ordinaire, que je ne considère pas très marquant. Mais l’on me fait jouer tellement de choses différentes que ça a un peu rudoyé mon imagination !
Avez-vous votre mot à dire ?
Non, je laisse travailler les scénaristes, je ne suis qu’interprète, je ne participe pas aux scénarios. Mais comme l’équipe s’entend bien, de temps en temps, je propose quelque chose, que les scénaristes prennent ou pas. Mais ils écoutent.
Allons-nous vous retrouver en septembre au festival de la Rochelle ?
Pourquoi pas, si l’on m’y invite ! C’est toujours un plaisir d’y passer et de retrouver le public et plein de connaissances. »

 1M - Copie
Avec Cécile Bois à la Rochelle

Alors rendez-vous est pris… On se retrouve à la Rochelle !
Propos recueillis par Jacques Brachet