Article mis en avant

AGENDA

 C
B
Rencontres avec Henry-Jean Servat et Jean-Christophe Spinosi

NUMEROS UTILES
AIX-en-PROVENCE

LE JEU DE PAUME : 04.42.99.12.00 – jeudepaume@lestheatres.netwww.lestheatres.net
BRIANCON
THEÂTRE LA CADRAN : 04.92.25.52.52 –
theatre-le-cadran@wanadoo.fr
CANNES
PALAIS DES FESTIVALS : 04.92.99.33.83 –
sortiracannes@palaisdesfestivals.com
DRAGUIGNAN
THEÂTRE en DRACENIE : 04.94.50.59.59 –
www.theatresendracenie.com
GAP
LA PASSERELLE : 04.92.52.52.52 –
info@theatre-la-passerelle.com
GRASSE
THEÂTRE DE GRASSE : 04.93.40.53.00 –
www.theatredegrasse.cominfo@theatredegrasse.com
HYERES
CASINO DES PALMIERS : 04.94.00.78.80 –
www.ville-hyeres.fr
LA CIOTAT
LA CHAUDRONNERIE : 09 70 25 20 00 – lachaudronnerie-laciotat.com
LA GARDE
LE ROCHER – 04.94.03.58.62 –
le-rocher@ville-lagarde.frwww.ville-lagarde.fr
LA VALETTE
THEÂTRE MARELIOS – ESPACE PIERRE BEL – LA TOMATE – CINEMA HENRI VERNEUIL –
ESPACE ALBERT CAMUS : 04.94.23.62.06 –
culture@lavalatte83.frwww.lavalette83.fr
LE PRADET
ESPACE DES ARTS : 04.94.01.77.34 –
culture@le-pradet.fr
MARSEILLE
CITE DE LA MUSIQUE : 04.91.39.28.28 –
www.citemusique-marseille.com
LA CRIEE : 04.91.54.70.54 – www.theatre-lacriee.com
LE GYMNASE : 04.91.24.35.24 – gymnase@lestheatres.netwww.lestheatres.net
LE GYPTIS : 04.91.11.41.50 – www.theatregyptis.com
ODEON : 04 96 12 52 74   –
www.contact-odeon@marseille.fr
OPERA : 04 91 55.11.10 – www.opera.marseille.fr
THEÂTRE DE LENCHE   – MINI-THEÂTRE DU PANIER : 04.91.91.52.22 –
lenche@wanadoo.frwww.theatredelenche.info
LE SILO : 04 91 90 00 00 – www.lesilo-marseille.fr
THEÂTRE TOURSKY : 04.91.02.58.35 –
www.toursky.org
NICE
NIKAÏA : 04 92 29 31 29 – www.nikaia.fr
PALAIS DE LA MEDITERRANEE : 04 92 14 77 00
THEÂTRE LINO VENTURA : 04 97 00 10 70
OLLIOULES
CHÂTEAUVALLON : 04.94.22.02.02 –
www.chateauvallon.com
SANARY
THEÂTRE GALLI : 04.94.88.53.90 – www.sanarysurmer.com
SIX-FOURS
ESPACE MALRAUX : 04 94 74 77 79 – www.espace-malraux.fr
THEÂTRE DAUDET : 06.65.62.59.69 – www.labarjaque.com
TOULON
LE COLBERT : 04 94 64 01 58 – www.lecolbert.fr
OPERA : 04.94.93.03.76 –
operadetoulon@tpmed.org
PALAIS NEPTUNE : 04.98.00.83.83 – info@congresneptune.com
THEÂTRE LIBERTE : 04 98 00 56 76 – www.theatre-liberte.fr
ZENITH-OMEGA : 04.72.32.09.29 –
appel@appelspectacles.com

lesvirtuosesblog-imgalaune
Les Virtuoses à Ramatuelle

CONCERTS – CHANSONS
JUIN
Vendredi 29, samedi 30 juin 21h, Théâtre de Verdure, Nice : Julien Doré « De vous à moi »
Samedi 30 juin 21h, Théâtre de Verdure, Gémenos : Julien Doré « De vous à moi »
JUILLET
Mardi 10 juillet 20h30, Palais des Festivals, Cannes : Sting & Shaggy
Vendredi 13 juillet 21h30, Théâtre de la mer, Sainte Maxime : Vianney
Jeudi 19 juillet 21h30, Théâtre de la mer, Sainte Maxime : Marina Kaye
Jeudi 19 juillet 21h, kiosque à musique de Sanary : Groupe Sur le Fil et tribute Téléphone
Mercredi 25 juillet 20h45, Festival du Château, Solliès-Pont : Patrick Fiori
Jeudi 26 juillet 21h, Festival du Château, Solliès-Pont : Julien Doré « De vous à moi »
Jeudi 26 juillet 21h30, Théâtre de la mer, Ste Maxime : Louane
Vendredi 27 juillet 21h, Festival du château, solliès-Pont : Francis Cabrel & Fred Blondin
Vendredi 27 juillet 21h30, Esplanade de Sanary : Julie Zenatti et Chimène Badi « Méditerranéennes »
Samedi 28 juillet 20h45, Festival du Château, Solliès-Pont : Bigflo et Oli
AOÛT
Jeudi 2 août 21h, Théâtre de Ramatuelle : Francis Cabrel
Mercredi 8 août 21h30, Théâtre de la mer, Sainte Maxime : Christophe Willem
Mercredi 8 août 21h, Théâtre de Ramateuelle : Julien Clerc
Jeudi 9 août 20h30, Stade de Bandol : Festival les Aoûtiennes avec BB Brunes – Marina Kaye – Voodoo Story
Vendredi 10 août 20h30, Stade de Bandol : Festival les Aoûtiennes avec Lost Fréquence, 2ManyDJS et Head on Television
Samedi 11 août 20h30, stade de Bandol : Les Aoûtiennes avec MC Solaar et The Weird Art
Samedi 11 août 21h, Esplanade de Sanary : Amandine Bourgeois
Mardi 14 août 20h, Théâtre Antique, Arles : Joan Baez
OCTOBRE
Mercredi 3 octobre 20h, le Silo, Marseille : Europe
Vendredi 5 octobre 20h30, le Silo, Marseille : Kyo
Vendredi 5 octobre 20h, Espace Julien, Marseille : Vitaa
Mercredi 17 octobre 20, le Silo, Marseille : Amir
Mercredi 17 octobre 20h, Théâtre Toursky, Marseille : Cali chante Ferré
Samedi 20 octobre 20h, le Dôme, Marseille : Bigflo et Oli
Samedi 20 octobre 20h30, le Silo, Marseille : Sylvie Vartan « World Tour 2018″
NOVEMBRE
Mardi 6 novembre 20h, le Silo, Marseille : Katie Melua
Jeudi 8 novembre 20h30, Acropolis, Nice : Les Parisiennes (Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modjo, Héléna Noguera)
Vendredi 9 novembre 20h30, le Silo, Marseille : Les Parisiennes (Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modjo, Héléna Noguera)
Dimanche 11 novembre, Acropolis, Nice : Les Parisiennes (Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modjo, Héléna Noguera)
Samedi 10 novembre 20h, le Silo, Marseille : Dany Brillant « Rock and swing tour »
Samedi 10 novembre 20h30, La Palestre, le Cannet : Christophe Willem
Mercredi 14 décembre 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Louane
Vendredi 23 novembre 20h30, le Silo, Marseille : Etienne Daho « Blitz tour »
Vendredi 23 novembre 20h, Espace Julien, Marseille : Madame-Monsieur
Vendredi 23 novembre 20h30, Nikaïa, Nice : Marc Lavoine « Je reviens à toi »
Samedi 24 novembre 20h30, le Dôme, Marseille : Marc Lvoine « Je reviens à toi »
Vendredi 30 novembre 20h30, Espace Julien, Marseille : Oldelaf
DÉCEMBRE
Samedi 1er décembre 20h, le Dôme, Marseille : Bénabar
Samedi 1er décembre 17h, le Silo, Marseille : Leni Kim
Mardi 4 décembre 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Julien Clerc
Jeudi 6 décembre 20h, Nikaïa, Nice : Stars 80
Vendredi 7 décembre 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Stars 80
Vendredi 7 décembre 20h, Espace Julien, Marseille : Jeremy Frérot
Samedi 8 décembre 20h, le Dôme, Marseille : Stars 80
Jeudi 13 décembre 20h30, le Silo, Marseille : Cats on Trees
Vendredi 14 décembre 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Louane
Samedi 22 décembre 20h, Arena, Aix-en-Provence : Calogero
2019
JANVIER
Mercredi 9 janvier 20h, théâtre Toursky, Marseille : Benjamin Biolay – Melvil Poupaud « Song  book »
MARS
Dimanche 10 mars 18h, Acropolis, Nice : Jenifer
Jeudi 21 mars 20h, le Silo, Marseille : Jenifer
Mercredi 27 mars 20h30, le Dôme, Marseille : Patrick Bruel Tour 2019
AVRIL
Jeudi 4 avril 20h, Nikaïa, Nice : Amir
MAI
Samedi 4 mai, jeudi 9 mai 17h, le Dôme, Marseille : Kids Uniteds

A C francisCabrel en concert 40x60 ok.qxp_Mise en page 1

MUSIQUES DU MONDE
JUILLET

Mardi 10 juillet 20h30, Châteauvallon, Ollioules : Chant des Marins Kabyles
Vendredi 20 juillet 21H, Esplanade de Sanary : Chorale des Petits Chanteurs d’Asnières
Samedi 21 juillet 21h, Esplanade de Sanary : El Gato Negro y su Combo Tropical
Lundi 23 juillet 21h, Eglise St Louis, Hyères : American Gospel
NOVEMBRE
Dimanche 4 novembre 19h, Espace Julien, Marseille : Samia Orosemane
2019
MARS
Vendredi 29 mars 20h30, Acropolis, Nice : Les Chœurs de l’Armée Rouge
Samedi 30 mars 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Les Chœurs de l’Armée Rouge
Dimanche 31 mars 1(h, le Silo, Marseille : Les Chœurs de l’Armée Rouge

JAZZ – BLUES -MUSIQUES ACTUELLES
JUILLET

Samedi 21 juillet 14h30, Parc Jean Robert, Six-Fours : Concert de jazz par l’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Samedi 21 juillet 21h, Parc de la Méditerranée, Six-Fours : « Barock’n’roll » par l’ensembles Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Dimanche 22 juillet 21h, Esplanade de Sanary : Andie Wells et Raphaël Lemonnier Trio
Samedi 29 juillet 21h30, Esplanade de Sanary : Electro Deluxe
Dimanche 29 juillet 21h30, Esplanade de Sanary : Middle Jazz Orchestra
OCTOBRE
Samedi 13 octobre 20h30, le Silo, Marseille : Michel Jonasz quartet (Manu Katché, Jean-Yves d’Angelo, Jerôme Regard
NOVEMBRE
Mercredi 21 novembre 20h, Nikaïa, Nice : Dad Ju G20 Tour
DÉCEMBRE
Samedi 8 décembre 20h, Acropolis, Nice  : Michel Jonasz quartet (Manu Katché, Jean-Yves d’Angelo, Jérôme Regard

CONCERTS CLASSIQUES, LYRIQUES

JUIN
Vendredi 8 juin 20h30, Théâtre Galli, Sanary : Concertis Grossis avec les jeunes artistes du Collectif Fractales (Vivaldi, Bach, Nino Rota, Bernstein)
Vendredi 8 juin 20h, la Ferronnerie, la Ciota : Musicatreize « Secouez-moy »
Mercredi 13 juin de 10h à 19h, « Pianos Sauvages ». Quatre places, quatre pianos en liberté
Jeudi 21 juin 20h, Opéra de Marseille : Concert de l’Orchestre Philharmonique de Marseille dirigé par Jean-Claude Casadesus, avec Simone Porter, violon et Thierry Escaich, orgue (Escaich, Mendelssohn, Saint-Saëns)
Vendredi 22 juin 19h, Opéra de Marseille : Concert de l’orchestre Démos-Marseille dirigé par Victorien Vandosten
JUILLET
Lundi 2 juillet 21h, Église St Nazaire, Sanary : Concer Raphaël Imbert, saxophone et André Rossi, orgue
Mardi 3 juillet 21h, Église St Nazaire : Concert de l’ensemble Zippoventiles
Mercredi 4 juillet 21h, Église St Nazaire, Sanary : Concert Pascal Marsault, orgue et Pascal Contert, accordéon
Mercredi 4 juillet 21h30, Tour Royale, Toulon : Ensemble Poltchronies, 20 ans de percussions
Jeudi 5 juillet 21h, Église St Nazaire, Sanary : Concert d’orgue avec André Gabriel et Estelle Andreozzi
Vendredi 6 juillet 21h, Église St Nazaire, Sanary : Duo Eva Villegas, clarinette et Brice Montagnoux, orgue
Dimanche 8 juillet 21h30, Tour Royale : « Arpèges Andalous » avec Xavier de Maistre, harpe et Lucero Tena, castagnettes
Lundi 9 juillet 21h30, Tour Royale, Toulon : Trio Karenine
Jeudi 12 juillet 21h30, Tour Royale : Thomas Enhco, piano, Vassilena Serafimova, marimba « Funambules »
Mercredi 18 juillet 20h30, Collégiale St Pierre, Six-Fours : Récital baroque avec Veronica Cangemi, soprano et l’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Vendredi 20 juillet 20h30, Collégiale St Pierre, Six-Fours : « Dixit Dominus/Gloria » par l’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Samedi 28 juillet 21h, Théâtre de Ramatuelle : Orchestre Philharmonique de Nice, dirigé par Laurent Petitgirard
Lundi 30 juillet 21h3à, Théâtre de Ramatuelle : Concert de piano Jean-Marc Luisada
AOÛT
Samedi 18 août 21h, Parvis de la Chapelle ND de Pitié, Sanary : Collectif Fractales « Arabesques d’ici et d’ailleurs »
Mardi 21 août 21h, Église St Nazaire, Sanart : Concert Gilles Apap, violo et le Collectif Fractales
Mercredi 22 août 21h, Église St Nazaire, Sanary : Concert de musique de chambre avec Gilles Apap, Frédéric Audibert et le Collectif Fractales
Jeudi 23 août 20h30, Eglise St Nazaire, Sanary : Les Voix Animées (chant a capella)

vz-a93dd524-cf5a-4375-b62f-5af65d8cb962 IMG_2059.jpg bcc6c0_2595296573854a38ae6a63b51923fbb3

OPÉRAS- SPECTACLES MUSICAUX
JUILLET
Dimanche 29 juillet 21h30, Théâtre de Ramatuelle : Les Virtuoses

DANSE
JUIN

Vendredi 29 juin 22h, Châteauvallon, Ollioules : « Un break pour Mozart 1.1″ avec Kader Attou, CNN la Rochelle, Cie Accrorap, orchestre des Champs-Elysées dirigé par Philippe Herreweghe
JUILLET
Vendredi 27, samedi 28 juillet 22h, Châteauvallon, Ollioules : « Golden days » par la Cie Aterbaletto-Johan Inger
2019
MARS
Vendredi 15 mars 20h30, Acropolis, Nice : Rock the ballet

HUMOUR
JUILLET
Lundi 16 juillet 21h, Esplanade de Sanary : Christelle Chollet
AOÛT
Vendredi 3 août 21h, Théâtre de Ramatuelle ; Ary Abittan « My story »
Mardi 7 août 21h, Esplanade de Sanary : Yves Pujol sort les dossiers
Vendredi 10 août 20h30, Théâtre de Verdure, Nice : Il était une fois Jean-Marie Bigard
Samedi 11 août 21h, Théâtre de Ramatuelle : Alex Lutz
NOVEMBRE
Vendredi 23 novembre 20h30, Casino d’Hyères : Noëlle Prna « Certifié Mado »
Samedi 24 novembre 20h, le Silo, Marseille : Michel Leeb « 40 ans ! »
Vendredi 30 novembre 20h30, Palais de la Méditerranée, Nice : Charlotte de Turkheim « Une journée chez ma mère »
2019
JANVIER
Jeudi 17 janvier 20h30, le Silo, Marseille : Malik Benthala « Encore ! »
Dimanche 20 janvier 19h, Palais de la Méditerranée, Nice : Malik Benthala « Encore »
Mercredi 23, Jeudi 24 janvier 20h30, le Silo, Marseille : Les Chevaliers du Fiel « Camping-car forever
Vendredi 25 janvier 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Les Chevaliers du Fiel « Camping-car forever
Samedi 26 janvier 20h30, Nikaïa, Nice : Les Chevaliers du Fiel
FEVRIER
Samedi 2 février 20h30, le Silo, Marseille : Le Comte de Bouderbala
Samedi 2 février 20h, Espace Julien : Vamp Privée
Samedi 23 février 20h30, théâtre de la Méditerranée, Nice : Olivier de Benoist
MARS
Samedi 23 mars 20h30, Espace Julien, Marseille : La Bajon « Vous couperez »
Samedi 23 mars 20h30, dimanche 24 mars 19h, le Silo, Marseille : Jérôme Commandeur « Tout en douceur »
Dimanche 24 mars 19h, Palais de la Méditerranée, Nice : La Bajon « Vous couperez »
AVRIL
Mardi 25 avril 20j30, Espace Julien, Marseille : Elie Semoun et ses monstres
Jeudi 28 mars 20h, le Silo, Marseille : Alex Lutz

affiche_american_gospel-_bass_def-_web-4-001d4 index sp_35570

THÉÂTRE
JUILLET
Vendredi 2, samedi 21 juillet 22h, Châteauvallon, Ollioules : « Le triomphe de l’amour » de Marivaux, mise en scène Denis Podalydes, direction musicale Christophe Coin, avec Edwige Baily, Jean-Noël Brouté, Christophe Coin, Philippe Duclos..
Lundi 30 Juille 21h, Théâtre In Situ, Carqueirannet : « Monsieur Nounou » de Georges Feydeau. Mise en Scène de Luq Hamett. Avec Tex

AOÛT
Mercredi 1er août 21h, Théâtre de Ramatuelle : « Edmond » de et mise en scène d’Alexis Michalik, avec Pierre Forest, Guillaume Sentou, Benoît Cauden
Jeudi 2 Août 21h, Théâtre In Situ, Carqueiranne : « Oui » de Pascal Rocher. Mise en Scène de Rodolphe Sand
Vendredi 3 Août 21h, Théâtre In Situ, Carqueiranne : « Mémoire d’un tricheur » de Sacha Guitry Mise en Scène d’ Eric Emmanuel Schmitt, avec Olivier Lejeune
Samedi 4 août 21h, Théâtre de Ramatuelle : « Art » de Yasmina Reza, mise en scène Patrice Kerbrat, avec Charles Berling, Jean-Pierre Darroussin, Alain fromager
Dimanche 5 août 21h, Théâtre de Ramatuelle : « La raison d’Aymé » de et avec Isabelle Mergault, mise en en scène et avec Gérard Jugnot
Lundi 6 août 21h, Théâtre de Ramatuielle : « Fausse note » de et mise en scène de Didier caron, avec Christophe Malavoy et Tom Novembre
Lundi 6 Août  21h, Théâtre In Situ, Carqueiranne : « Numéro complémentaire » de Jean-Marie Chevret. Mise en Scène de Jean- Pierre Dravel et Olivier Macé, avec Georges Beller et Steevy Boulay
Mardi 7 août 21h, Théâtre de Ramatuelle : « Silence on tourne de, mise en scène et avec Patrick Haudecoeur, avec Alice Allwright, Pierre Reggiani, Serge Noël…
Mercredi 8 Août 21h, Théâtre In Situ, Carqueiranne : « La croisière ça use » d’Emmanuelle Hamet Mise en Scène de Luq Hamett
Jeudi 9 août 21h, Théâtre de Ramatuelle : « Faisons un rêve » de Sacha Guitry, mise en scène et avec Nicolas Briançon, avec Eric Laugerias, Marie-Julie Baup, Michel Dussarat
Vendredi 10 août 21h, Théâtre de Ramatuelle ; « Deux mensoges, une vérité » de Sébastien Blanc et Nicolas Poiret, mise en scène Jean-Luc Moreau avec Lionnel Astier, Raphaëline Goupilleau, Frédéric Bouraly
Vendredi 10 Août 21h, Théâtre In Situ, Carqueiranne : « Le malade imaginaire » de Molière Mise en Scène de Jean-Philippe Daguerre

JEUNE PUBLIC – CIRQUE – ILLUSION – MAGIE
2019
FEVRIER
Vendrdi 8 février 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Les étoiles du cirque de Pekin « Le roi des singes »

29790604_1358828570885023_4074711798455360295_n joan-baez-les-escales-du-ca-4eb5c 405421d53046954fb46f1a341735fda9.960x960x1

 

SIX-FOURS Jean-Christophe SPINOSI
Une vie d’émotions

A

C’est à la Maison de la Mer, au port de la Coudoulière, que Jean-Sébastien Vialatte, maire de Six-Fours, Dominique Ducasse, adjointe aux affaires culturelles, Delphine Quin, adjointe déléguée au quartier du Brusc et Viviane Thiry, adjointe à la communication, avaient donné rendez-vous aux sponsors, amis de la Collégiale et personnalités, pour inaugurer le désormais fameux et incontournable « Festival de la Collégiale » dont le héros n’est autre que Jean-Christophe Spinosi, violoniste et chef de l’ensemble Matheus qu’il a créé en 1991.
C’est ainsi que tout le monde se retrouvait sur la terrasse de la Maison de la Mer… sous un soleil retrouvé après une mini-tempête qui arrosa la ville de Six-Fours !
Quel plaisir de srencontrer Jean-Christophe Spinosi dont la passion est LA musique, toutes les musiques dont il nous parle avec amour et humour mêlés car le monsieur en a une sacrée dose… d’amour comme d’humour d’ailleurs !
Il était venu à ce repas aussi informel que chaleureux avec quelques-uns de ses musiciens de l’orchestre Matheus et au cours du repas, Natasha nous offrit un morceau de violoncelle, puis vint le tour du maître au violon, accompagné par Thierry, qui nous présenta un titre fort connu « Summertime », arrangé à sa manière… En riant, il nous dit avoir eu l’idée de jouer « I will survive » mais pensait qu’on l’avait un peu trop entendu !
Mais avant cela, alors que, face à lui, je lui disais mon désir de l’interviewer, tout de go il me dit : « profitons de ce dîner », je vous écoute ! »
J’avoue que mon envie était de surtout de l’écouter et ce fut un moment extrêmement agréable que de discuter avec lui.

 C D E

Jean-Christophe, comment devient-on violoniste ET chef d’orchestre ?
Par amour de la musique, tout simplement, parce qu’il y avait une école de musique pas très loi cde chez moi et le violon était un instrument que j’aimais et l’un des moyens de m’exprimer. Mais j’avais aussi envie d’aller plus loin et très vite j’ai voulu être aussi chef d’orchestre.
De toutes façons, pour moi, tous les moyens sont bons pour faire de la vraie musique et avoir la joie de communiquer les émotions, d’échanger émotionnellement.
Si vous jouez beaucoup de musique classique, vous allez aussi vers bien d’autres musiques. Est-ce que c’est toujours mal considéré que de passer de l’un à l’autre ?
Longtemps c’est vrai, ça n’était pas très apprécié des puristes mais aujourd’hui le monde, les postures changent, les murs de verre tombent. Il y a pas mal de choses qui bougent, c’est l’écho de la vie, de la société. Les gens, les musiciens, le public ont besoin de ce genre d’expérience, de ce saut dans le vide pour mieux échanger. Alors pourquoi pas ce saut musical entre les genres, les siècles, en gardant malgré tout toute la rigueur nécessaire et ne pas faire n’importe quoi.
Faire changer les mentalité ne doit pas être facile ?
C’est vrai, il faut beaucoup d’abnégation pour faire tomber ces murs mais on y arrive avec la volonté et je crois que c’est aussi l’époque qui veut ça. Il faut être de notre temps pour arriver à faire partager les vraies émotions et pour moi ce n’est pas si difficile que ça. C’est à la fois une joie, un vertige, un plaisir presque enfantin.
J’ai la chance de travailler avec des musiciens émotionnels, qui aiment les changements et qui considèrent que c’est tout sauf un gadget que d’aborder les différentes phases de la musique. C’est partager, échanger.
Vous parlez beaucoup d’émotion !
Parce que c’est ça, la musique ! partager les choses que l’on ressent, partager cette émotion qu’on a en nous… Ca veut dire beaucoup. C’est ce qui nous fait avancer. Moi, je vis d’émotions et de partage. C’est de l’amour à l’état pur, ça vient naturellement. Les émotions viennent de l’âme.

G F
Avec le maire Jean-Sébastien Vialatte et Noémie Dumas, responsable du Six n’Etoiles

Comment choisissez-vous les œuvres d’une soirée, comme celles que vous proposez à la Collégiale St Pierre ?
En petit comité, avec le noyau dur de mon orchestre. On choisit ensemble, on discute de ce que chacun a envie de faire et l’on est souvent d’accord. Il y a des oeuvres qui s’imposent au lieu où l’on joue et la Collégiale St Pierre est un lieu vertigineux, à la fois grandiose et simple. Il y a des morceaux que l’on aime et que l’on a vraiment envie de partager avec le public qu’on aime. C’est un peu comme la cuisine : on aime faire des choses, les proposer aux gens, en espérant qu’ils vont aimer.
Vous avez créé ces fameuses soirées « Barock’n’roll » qui ont aujourd’hui un succès fou !
Oui, parce qu’on y mêle toutes les musiques et qu’on s’amuse comme des grands enfants que nous sommes restés. D’ailleurs ce sont des concerts pour les grands enfants, musiciens et public. Ca sollicite chez les gens quelque chose de merveilleux.
Vous qui jouez avec l’ensemble Matheus dans le monde entier, comment vous êtes-vous retrouvé pour ce festival annuel à Six-Fours ?
C’est d’abord Claude-Henri Bonnet, directeur de l’Opéra de Toulon et programmateur du Festival de Musique qui m’y a invité. Et puis, j’ai des attaches à Toulon où je venais y voir ma tante Angèle car j’ai de la famille toulonnaise à qui je venais rendre visite de temps en temps. J’ai des attaches et même plus, j’ai une histoire d’amour avec cette ville. Et découvrir la Collégiale a été un gros coup de cœur.

H I

Votre fils, Mathieu, a-t-il suivi son père ?
Il est violoniste et joue dans mon orchestre. Mais il est aussi comédien. Il a tourné pour la télévision dans « Clem », il a un rôle important dans la série « Guyane » et il a fait plusieurs films dont « Les souvenirs » de Jean-Paul Rouve, dans lequel il joue le petit-fils d’Annie Cordy… Il se débrouille bien.
Après la Collégiale, des vacances ?
Pas vraiment !
Je pars jouer au Festival de Cornouailles, puis au Festival de Salzbourg avec Cécilia Bartoli pour l’Opéra de Rossini « L’Italienne à Alger », je dirigerai la Philharmonique de Berlin, puis il y aura l’Espagne, Vienne, l’Irlande, Monte-Carlo….
C’est de la folie !
Oui, c’est beaucoup de travail mais aussi beaucoup de joie que d’avoir des projets multiples… C’est dans mon ADN ! »
Bref, c e fut une belle rencontre, pleine de chaleur et de convivialité, avec cet homme aussi talentueux et brillant que simple et drôle, qui nous fit partager sa passion… et ses émotions !
Ce sont ces moments-là qui me font dire que j’ai réellement bien fait de choisir le métier de journaliste !

Jacques Brachet

J

Programme
Mercredi 18 juillet 20h30, Collégiale St Pierre : Récital baroque avec Veronica Cangemi, soprano et l’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Vendredi 20 juillet 20h30, Collégiale St Pierre : « Dixit Dominus/Gloria » par l’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Samedi 21 juillet 14h30, Parc Jean Robert : Concert de jazz par l’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi
Samedi 21 juillet 21h, Parc de la Méditerranée : « Barock’n’roll » par l’ensembles Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi

Six-Fours
Henry-Jean SERVAT, Fidèle à leur souvenir…

D

Jérôme Levy, qui organise chaque année « Les entretiens de l’été » à Six-Fours, en invitant des auteurs renommés à rencontrer le public, a eu beaucoup de mal avec ses deux premiers invités, Henry-Jean Servat et Patrick Malakian, puisqu’ils étaient programmées le soir de la finale de la coupe du monde de football avec la France en finale!
Du coup, changement de programme : la soirée fut reportée le lundi. Malheureusement, une mini-tempête l’obligeait à annuler l’événement, alors que les invités arrivaient à Six-Fours.
L’on dut faire contre mauvaise fortune bon cœur mais connaissant Henry-Jean depuis quelques années, suivant ses écrits et ses conférences, il voulut bien m’offrir un moment d’entretien.
Tout comme moi, Henry-Jean est de l’ancienne école des journalistes, qui aiment les artistes, les stars… les vraies et leur est fidèle. Il y a certes de la nostalgie dans cette admiration et cette fidélité mais lorsqu’on évoque les stars d’aujourd’hui, il y en a peu qui peuvent se targuer de l’être et qui feront des carrières comme l’ont fait Jean Marais, Jean Gabin, Danielle Darrieux, Michèle Morgan, Edwige Feuillère…
Nous avons eu cette chance de les connaître et Henri-Jean, évoque toutes ces actrices merveilleuses sous le titre bien à-propos : « Les immortelles » (Ed Hors Collction). Actrices que, c’est vrai, « les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître » mais qui ont traversé des décennies et que les anciens adulaient.
Volubile et intarissable, il a un talent unique de conteur et il écrit et raconte avec une aisance et un vocabulaire choisis que nombre de journalistes d’aujourd’hui pourraient prendre en exemple.

A B

Henry-Jean, comment es-tu venu à t’intéresser à ces actrices ?
Au départ par hasard. J’étais étudiant aux USA, j’y avait pour copain le prince Albert de Monaco puis je suis rentré à Paris où je m’ennuyait ferme.
Un jour, je reçois par hasard une invitation d’un type un peu particulier qui organisait dans une villa un après-midi consacré aux vieilles stars et entre autres à Gaby Morlay dont on évoquait les vingt ans de sa disparition. Je m’ennuyais tellement que je suis rendu à l’invitation, à Bougival. Arrivé là, me serais cru à la cour des miracles, l’ambiance y était dantesque et je décidai de ne pas m’attarder, lorsqu’on me demanda d’écrire un article pour le Figaro, étant donné que n’était venu aucun journaliste. Je pensai plutôt à Libération qui accepta et qui m’octroya trois pages pour parler de ces actrices oubliées et de Gaby Morlay. Ca a marché, du jour au lendemain je devenais la starlette de Libération ! J’étais invité partout.
Ca aurait pu s’arrêter là ?
Oui mais il se trouve que comme ça avait marché, on me proposa d’en faire d’autres. Et j’ai continué.
Et ce livre, comment est-il né ?
Lors du décès de Danielle Darrieux, Bénédicte Dumont, chef du service documentation de Libération me demande d’écrire un article et me dit, par la même occasion, avoir retrouvé mes anciens papiers et qu’en les relisant, elle a été émue. Elle avait alors eu l’idée de les réunir pour faire ce livre. C’est vrai que beaucoup étaient tombées dans l’oubli mais il y avait tellement de souvenirs émouvants que j’ai eu envie d’aller plus loin en y ajoutant des d’autres souvenirs comme celui où je fis se retrouver Arletty avec Marcel Carné, rencontre émouvante car elle vivait dénuée de tout mais avait toujours ce même rire et leurs retrouvailles furent un joli moment.
Tout comme mes rencontres avec Michèle Morgan qui, devenue aveugle alors que ses yeux avaient fait sa gloire, je venais chez elle lui lire des livres. Son seul plaisir était de suivre la série « Plus belle la vie ».

C

Tu as toujours beaucoup d’émotion à parler de ces artistes…
J’aime raconter et j’ai vraiment l’amour de ces femmes-là que j’ai eu la chance de rencontrer, pour la plupart. Ce sont pour moi de magnifiques souvenirs. Et puis c’étaient des gens qui avaient du talent, du panache, de la classe. Difficile auoud’hui de retrouver ça !
Est-ce que tous ces portraits sont exhaustifs ?
Non, je pourrais en faire beaucoup d’autres tant j’ai rencontré de femmes sublimes, comme Claudia Cardinale, Brigitte bardot… A propos de Bardot, je peux avouer que c’est elle qui m’a libéré sexuellement et j’ai plus appris avec elle qu’avec Kierkegaard ou Schopenhauer ! »
Tu viens de rencontrer Patrick Malakian, fils d’Henri Verneuil… Tu dois avoir des souvenirs avec un tel réalisateur qui a fait tourner les plus grandes stars ?
Il y a justement beaucoup à dire sur Verneuil, qui fut un très grand réalisateur populaire, qui fait partie du patrimoine du cinéma français et qui pourtant fut contesté toute sa vie par l’intelligentsia, qu’on a méprisé tout simplement parce qu’il était populaire et qui faisait d’énormes succès au box office. On le considérait comme un réalisateur « commercial ». 35 films et presque autant de succès. Il avait un véritable talent de conteur qui captivait le public.
Pourtant il n’a jamais été reconnu par le métier et lorsqu’on lui a décerné un César d’honneur en 96, c’est à peine s’il a été applaudi. Lorsqu’à Cannes il s’est retrouvé en compétition avec Godard, on a crié au scandale. Pourtant, lorsqu’on a demandé à Gordard qui il aurait aimé être, il a répondu : Verneuil !

Propos recueillis par Jacques Brachet

 

Découvrez le sentier archéologique d’Olbia

artfichier_744410_7794246_201807082334366
Le sentier sous-marin archéologique d’Olbia est le premier sentier archéologique créé en FranceLes vestiges du quai romain font face au site archéologique d’Olbia, forteresse grecque devenue romaine. La ballade permet de déambuler au milieu d’énormes blocs de pierre. Arrivé au bout du quai, on découvre une vaste étendue de blocs en vrac. Des traces d’assemblage comme des trous en queue d’aronde et des incrustations de plomb qui permettaient de tenir les blocs entre eux. Nous sommes sur le « môle », zone de déchargement des navires. Quelques coups de palmes supplémentaires et nous sommes au-dessus d’une Tartane. Elle a fait naufrage dans les années 1860, chargée de blocs de pierre massifs et aujourd’hui encore bien rangés. Trois mètres de fond : pas besoin de descendre pour admirer cette épave dont le bois est encore visible à l’arrière.
De retour vers la plage, le paléo-tombolo, socle rocheux qui abrite une vie très riche.
À quoi va servir le financement ?
L’AREVPAM a commencé à promouvoir et à développer le sentier sous-marin archéologique d’Olbia à partir de 2009. Elle a créé le sentier sous-marin archéologique d’Olbia autour des vestiges immergés. Depuis 2012, plus de 1000 personnes tout public et plus de 200 scolaires sont accueillis tous les ans. Depuis 2013-14 nous n’avons pas obtenu de subvention pour l’amélioration du sentier et le renouvellement des panneaux, bouées immergées, etc.
Nous avons besoin de renouveler les panneaux suite aux tempêtes, à l’usure, etc.
Nous souhaitons aussi installer des ancrages écologiques.
Aidez nous à financer notre campagne crowdfunding pour le renouvellement du sentier sous-marin et la randonnée palmée.

artfichier_744410_7794247_201807082403522 artfichier_744410_7794248_201807082426862

À propos du porteur de projet et pour en savoir plus :
L’AREVPAM est une association hyéroise de Recherches, Études, et Valorisation du Patrimoine Mondial, association loi 1901 d’intérêt général agréée Éducation Nationale.
Elle est composée d’archéologues, de professionnels de la plongée et de photographes et a déjà de belles réalisations à son actif : création de deux sentiers de randonnée palmée : l’un pour la valorisation des vestiges archéologiques d’Olbia, l’autre avec la remise à l’eau d’amphores à la Tour Fondue.
L’AREVPAM, ce sont aussi des recherches et des fouilles archéologiques sous-marines pour le DRASSM et des études historiques terrestres pour le Parc national de Port-Cros. Enfin, une part importante des activités consiste en médiation auprès des scolaires : patrimoine sous-marin, fortifications de la côte et des îles, plongée professionnelle et initiation à l’archéologie sous-marine sont au programme des écoliers et des collégiens.
Nicolas Ponzone, le président de l’AREVPAM, c’est aussi un passionné d’histoire et d’archéologie mais aussi de photo sur et sous l’eau.
Juillet, Août le sentier archéologique sous-marin est ouvert et gratuit pour tous !
www.sentiersousmarin.frwww.arevpam.org 

Ramatuelle à Six-Fours

KODAK Digital Still Camera

S’il est un festival cher à mon cœur, c’est bien celui de Ramatuelle puisque, dès sa création j’étais auprès de l’ami Jean-Claude Brialy qui m’y avait invité et Jacqueline Franjou, dont je faisais connaissance, les deux instigateurs de cet événement, devenu l’un des phares de la vie artistique et culturelle de notre région.
Jean-Claude disparu, c’est un autre ami, Michel Boujenah, qui est venu continuer cette belle œuvre et ce, depuis dix ans déjà.
Le festival a vu passer les plus beaux noms du théâtre, de la chanson, de l’humour, de la musique et continue son chemin, Jacqueline y tenant les rênes, Michel concoctant chaque année un programme aussi divers que de qualité.
Aussi, quel plaisir que Ramatuelle s’invite à Six-Fours, dans ce jardin extraordinaire et labellisé « remarquable » qu’est la Maison du Cygne où le photographe Cyrille Bruneau, qui a succédé à Jean-Marc Fichaux, qui a rejoint Jean-Claude, expose quelques-unes de ses œuvres, accompagnées de quelques photos souvenir de la création du festival qui a aujourd’hui 34 ans.
34 ans d’émotion, nous dit Jacqueline car chaque photo est un instant de la vie de ce festival hors du commun, toutes ont une histoire, et sont symboliques d’un instant.

f G
D C

Jacqueline ajoute, avec toujours la même émotion « Lorsque Jean-Claude est parti, puis Jean-Marc, je me suis sentie un peu seule, seule survivante avec la peur de savoir ce que tout ça allait devenir. Heureusement, j’étais entouré d’une équipe qui m’a soutenue et surtout, après avoir essayé de trouver un nouveau directeur artistique en pensant à plusieurs artistes, Michel Boujenah a dit oui et la transmission a été faite aussitôt, comme elle a été faite avec Cyrille Bruneau.
La vie continue, donc, le festival démarrant le 1er août jusqu’au 11 août, où seront cette année présents Julien Clerc, Francis Cabrel, Ary Abittan, Charles Berling, Gérard Jugnot, Christophe Malavoy, Nicolas Briançon, Lionel Astier, Alex Lutz et quelques autres.
En attendant, nous découvrons cette belle exposition jusqu’au 2 septembre à la Maison du Cygne, accompagnée d’une autre exposition remarquable de deux photographes, Zagros Mehrkian et Sandy Ott sur le thème « Homeplaces from Tehéran to Toulon » et puis, il faudra aller aussi à la Maison du Patrimoine, découvrir une autre très belle exposition, sélection d’œuvres du fonds de la villa Tamaris, sur le thème du jazz, proposée par sa directrice Isabelle Bourgeois, puis repartir vers la Batterie du Cap Nègre pour découvrir une sélection d’œuvres du fonds d’art contemporain de la ville de Marseille et du fonds régional d’art contemporain de la région PACA sous le titre « Many dreams 2012″
Un beau chemin à suivre à travers les arts plastiques.
L’on devait retrouver tout ce beau monde à la Maison du Cygne où le maire de Six-Fours, Jean-Sébastien Vialatte, était donc entouré de quelques-uns de ses adjoints, dont Dominique Ducasse, adjointe aux affaires culturelles, de Jacqueline Franjou, de Cyrille Bruneau, d’Isabelle Bourgeois, Jean-Marc Avrilla représentant l’Ecole Supérieure d’Art, Yann Tanguy, adjoint aux affaires culturelles de la ville de Toulon.

A

Jean-Sébastien Vialatte devait nous dire sa joie de cette vie culturelle six-fournaise, en citant entre autre le magnifique succès du festival de la Collégiale, lieu magnifique s’il en est, où s’est installé depuis plusieurs années, Jean-Christophe Spinosi et son ensemble Matheus pour nous offrir chaque année quelques concerts prestigieux..
Évidemment il souligna ce « parcours culturel » de ces lieux d’exposition qui, toute l’année, nous permettent de découvrir nombre d’artistes, confirmés ou en devenir.
Il devait aussi souligner tous ces partenariats avec par exemple le festival de musique de Toulon, le festival de jazz de la Seyne, véritables passerelles entre musiciens et plasticiens et formidables lieux de rencontres.
Il devait aussi rappeler son bonheur de souvent aller au festival de Ramatuelle qui est « avant tout un rendez-vous, celui de l’amitié, celui de la fidélité à Jean-Claude Brialy, qui nous accueille à l’entrée de ce jardin, comme il trône sous le figuier du théâtre de verdure », festival, soulignait-il encore, où on va comme un rite initiatique, entre ciel et terre, entre mer et colline, offrant des moments privilégiés, des moments d’éternité, et saluant le travail remarquable de Cyrille Bruneau aujourd’hui exposé, qui illustre bien cette magie.
Cyrille, qui découvrait la Maison du Cygne avec surprise et admiration, étant très honoré d’exposer ses photos dans un tel lieu, lui qui se considère comme un simple photographe, maillon de la chaîne de ce festival, ces photos représentant la magie de ces deux lieux et la joie de partager ces beaux moments.

Jacques Brachet

NICOLETTA redevient comédienne

Samuel LE BIHAN (Vincent) et Nicoletta (Jeanne)

Samuel LE BIHAN (Vincent) et Nicoletta (Jeanne)

Il était une fois trois jeunes loups partant en tournée avec leur premier tube : Michèle Torr, Christophe, Hervé Vilard.
Dans les coulisse, l’habilleuse d’Hervé Vilard, Nicole Grisoni… et moi, tout jeune journaliste sur sa première tournée d’été.
Un an plus tard, Nicole est devenue Nicoletta avec la carrière que l’on sait, dont elle va fêter les 50 ans !
50 ans donc que je connais Nicoletta, que je retrouve avec toujours le même plaisir et là, sous la pinède Gould de Juan les Pins où nous avons déjà vécu quelques « Roses d’or ». Elle est là pour soutenir Fabrice et Barbara Ravaux, qui ont créé l’association « Enfants, Star et Match » en faveur des enfants malades et où, me dit-elle, elle se devait d’y participer avec plaisir.
Toujours volubile, toujours une pêche inébranlable, toujours une voix extraordinaire et c’est donc au bord de la mer qu’on se retrouve pour parler du bon vieux temps sans nostalgie aucune et qu’elle m’annonce son retour au petit écran.
En effet, on la retrouvera en Octobre sur France 2 dans un télé-film intitulé « Chute libre », libre adaptation du roman de Marc Welinski « Le syndrome de Croyde », auprès de Samuel le Bihan et Frédéric Difenthal. La réalisation est signé Denis Malleval.

B

C’est la troisième fois seulement que tu passes devant une caméra en tant que comédienne, Nico ?
Oui, j’ai tourné en 71 avec José Giovanni « Un aller simple » et en 99 un épisode de la série « Commissaire Moulin ».
C’est le chef de la fiction TV d’Antenne 2 qui a pensé à moi pour jouer le rôle d’une femme de ménage, mère de Samuel le Bihan qui est chef d’entreprise. Elle garde en elle un secret de trente ans.
Un drame va tout faire ressurgir.
Nous avons tourné à la Ciotat, dans les calanques et au Cap d’Agde.
Heureuse de redevenir comédienne ?
Très heureuse d’autant plus que j’ai joué le jeu de tourner une femme âgée, pas maquillée, mal fagotée… Un rôle à la Signoret. Je pense que je vais être remarquée !
Comment s’est passé le tournage ?
Très agréablement, le réalisateur, Denis Malleval, m’a dirigé avec souplesse, avec une grande gentillesse. Je connaissais mon texte au cordeau et j’avais un coach qui m’a formidablement aidée.
Je crois que j’ai pris un virage et j’espère que ça va marcher car j’ai pris beaucoup de plaisir et j’aimerais continuer, en me partageant entre la comédienne et la chanteuse.

Nicoletta (Jeanne)

Nicoletta (Jeanne)

Ce n’est pas difficile de jouer non apprêtée ?
Je t’avoue que je m’en fiche totalement ! Je n’ai pas cette coquetterie d’avoir une belle image lorsque je joue un tel personnage et si le rôle s’y prête. J’ai quand même plus de 70 ans, je ne le cache pas, j’ai un fils de 40 ans… Je suis comme je suis et j’ai peut-être ma chance car, justement, peu de comédiennes osent faire ce que j’ai fait. J’ai donc peut-être une place à me faire.
Je suis d’autant plus heureuse d’avoir joué dans un film de qualité. La preuve : il a été sélectionné pour trois festivals : la Rochelle, Cognac et Colmar !

E F D
Avec Liane Foly, Jean-Christophe, Jérôme Anthony

Revenons à la chanson !
Je vais fêter mes 50 ans de métier à l’Olympia. Une captation du spectacle sera faite par Alexandre, mon fils, dont c’est le métier et qui vient de faire celle du concert de l’ami Hervé Vilard.
Je suis donc très heureuse et… très fière de mon fils, tu t’en doutes !
Ce sera quoi, ce spectacle ?
Je chanterai évidemment tous mes succès, des chansons que j’aime, le final sera gospel et je suis heureuse de la venue de Bernard Lavilliers. Lorsque je lui ai parlé du projet, c’est lui qui m’a tout de
de suite dit : je veux être à tes côtés ! Et évidemment, ça me remplit de joie ! ».
Une joie de vivre qu’elle porte sur elle, toujours volubile et chaleureuse pendant que Jean-Christophe, son mari-producteur, veille dans l’ombre en souriant, aussi discret qu’elle est pétulante !
Rendez-vous donc est déjà pris à la Rochelle où l’on redécouvrira la comédienne.

C

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier

 

LOU : Charme et charisme

1

J’avais eu l’occasion de l’interviewer lors de la sortie de son album (Voir portrait)
Mais ce n’était que par téléphone chez son papa où elle se reposait de sa vie trépidante.
Je la rencontre enfin à Juan les Pins, sous la pinède Gould car elle fait partie de la belle escouade de chanteurs venus soutenir l’association « Enfants, Stars & Match » de Fabrice et Barbara Ravaux.
Inutile de vous dire la popularité de cette jeune et talentueuse adolescente à la fraîcheur et au sourire irrésistible.
Jolie comme un cœur, souriante, elle est très abordable, au contraire de certains confrères et consœurs de sa génération !), répond aux interviews, pose pour les photos… Bref, c’est un amour.
Entourée de son père et de son manager, elle forme un trio on ne peut plus sympathique. J’ai même droit aux remerciement de ses deux hommes pour le papier que j’ai fait et qu’ils ont apprécié, ce qui fait toujours plaisir.

342

Lou a une actualité chargée puisqu’elle và de galas en spectacles. Mais ce n’est pas tout puisque son album est ressorti enrichi de quelques nouvelles chansons dont « Miraculous », qu’elle chante en deux versions, française et anglaise, avec Lenni-Kim, ce jeune chanteur venu du Canada, découvert dans l’émission « Danse avec les stars », qui a fait une apparition dans la série « Demain nous appartient » et qu’elle retrouve donc pour ce duo sur le générique de la série animée « Miraculous »
Duo encore avec Adryano. le nouvel espoir français de l’année 2018, qui a choisi une formule originale : celle de chanter des mélodies qui balancent entre musique urbaine, beats electro/reggeaton, et textes franco-hispaniques. Ambiance plein de rythme et de soleil qui se marie bien avec la chanson de Lou « Une fille du soleil » devenue, pour la circonstance « Mi Eldorado ». Enfin, un troisième duo avec Evan et Marco, duo de pop-rap français issu de la saison 3 de « The Voice Kids » et qui cartonnent avec la reprise de « La tribu de Dana ». Les voici donc en trio avec Lou pour la chanson « M’en aller ».
On retrouve la voix de Lou, aux côtés de Jenifer, dans le second film d’animation consacré à Maya l’abeille « Les jeux du miel ». Elle y interprète Violette, adversaire de Maya.

adryano Maya Miraculous
hqdefault

Enfin, pour revenir à la série « Demain nous appartient, dans laquelle Lou joue et chante le générique qu’elle a composé, elle retrouve le coach de « The voice Kids » Patrick Fiori qui joue le rôle de… Patrick Fiori, avec qui elle chante « Une fille du soleil ».
Comme on le voit, notre adorable Lou ne chôme pas et ce soir-là sous la pinèdes, tous les enfants et ados, handicapas ou pas, lui ont fait une ovation.
Et l’on a pu voir la déjà belle maîtrise qu’elle sur scène, tout à fait à l’aise et, on le sent, heureuse, ayant avec le public un contact immédiat et chaleureux.
Elle est vraiment une vraie graine de star, mêlant à la fois ses talents d’auteur-compositeur et de chanteuse à la voix déjà bien placée… Bref, une vraie pro !
Lou, ça a été un plaisir de te rencontrer.

Jacques Brachet
Photos Christian Servandier

Liane FOLY… Et maintenant, elle écrit !

A

Je connais Liane depuis les tout débuts de sa carrière et au fil des rencontres, l’amitié s’est installée et je n’ai raté aucune occasion de la retrouver.
Et nous revoilà sous la pinède Gould à Juan les Pins, pour « Stars à Juan » ce grand concert organisé par l’association créée par Barbara et Fabien Ravaux « Enfants, Star & Match » au profit des enfants malades (voir article).
Lors de notre dernière rencontre elle était prête à tourner dans le film de Claude Lelouch « Chacun sa vie » et nous reprenons donc la conversation là où nous l’avions laissée.

Comment t’es-tu retrouvée sur ce film, Liane ?
Je connais Claude depuis trente ans, j’ai déjà fait deux films avec lui, c’est donc le troisième…
Je suppose que ça s’est bien passé ?
Tourner avec lui, c’est génial, ça se passe toujours bien. Celui-ci était un film choral exceptionnel et l’on s’entendait tous tellement bien que, le tournage terminé, on se retrouvait tous et il nous semblait qu’on continuait à tourner. On avait toujours l’impression de jouer !
Claude sait mixer les choses et les gens. Il est fin psychologue et sait qui mettre avec qui en sachant que ça se passera bien.
Tu chantes également le générique du film…
Ca s’est fait tout naturellement. Claude avait écouté mon disque « Crooneuse », il cherchait une chanteuse de jazz, mon rôle était donc tout trouvé. Dans le film, je chante diverses chansons et je lui ai proposé de chanter le générique. Je l’ai co-écrit avec Francis Lai et Grégoire Lacroix
Il y avait Johnny à tes côtés
Oui et l’on s’est beaucoup amusé, on a beaucoup ri. C’était vraiment super. Il a voulu écouter mon disque et une fois fait, il m’a dit : « Il est extraordinaire… mais je préfère le rock’n’roll ! ». J’ai adoré tourner la scène finale avec lui.

B C
Avec Véronique de Villèle

Alors, aujourd’hui, Liane, ton actualité ?
La première et la plus importante, c’est un livre qui sort en octobre chez Grasset, que j’ai écrit avec Wendy Bouchard, une amie qui est animatrice sur la 2 et la 3. Il s’intitule « Nos femmes de cœur ».
Nous y traçons des portraits de femmes qiui ont compté dans notre vie. Nous avons chacune parlé
des femmes qui nous ont marquées. Par exemple, elle parle de Brigitte Bardot, de Catherine Deneuve…
Et toi ?
Il y en a beaucoup, ça va de Simone Veil à Barbara en passant par mon amie Carla Bruni, Piaf et même Dorothée, qui a bercé mon enfance.
Ce sont toutes des femmes qui m’ont inspirée, qui m’ont transmis des choses, de mon enfance à aujourd’hui, toutes générations confondues. Il y a bien sûr mes divas du jazz mais encore Maritie Carpentier, Danièle Gilbert. Il y a même des personnages fictif comme la Claudine de Colette ou encore Angélique marquise des Anges qui m’ont révélée sexuellement !
Ca t’a donné envie de continuer ?
C’est peut-être un peu prétentieux mais nous voulons créer une collection où l’on aborderait divers thèmes comme : Nos hommes de cœur, nos villes de cœur, nos musiques de cœur…
Et côté musique, théâtre, cinéma ?
Je tourne toujours avec mon spectacle piano-voix et je suis en train de terminer d’écrire une pièce de théâtre qui sera jouée à Paris en 2019. Il s’agit d’une comédie qui s’intitulera « Comme deux gouttes d’eau »… J’ai d’autres projets mais je t’en reparlerai plus tard !

D

Nous sommes sous cette fameuse pinède Gould où se sont déroulées les fameuses Roses d’Or et où il y a un fameux festival de jazz sur lequel tu as un joli souvenir !
Oui, je suis venu voir le concert de mon ami Michel Petrucciani et il m’a proposé de faire un duo avec lui. Nous avons interprété « Misty » et par bonheur il a été enregistré en live. Du coup, je l’ai ajouté sur mon disque « Lumière ». C’est d’autant plus émouvant, que je l’ai perdu quelques temps après. Tout comme Elie Kakou et Didier Derlich qui sont presque tous partis en même temps.
Tu sais, sur ma route, j’ai rencontré des gens extraordinaires, qui m’ont enrichie et fait évoluer.
Grâce à eux, je vois la vie de façon différentes ».

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier.

Antibes-Juan les Pins
Enfants Star et Match… de la musique pour les enfants

A
Barbara et Fabrice Ravaux

B
Lou, Kyo, Jérôme Anthony

Originale et superbe journée sous le pinède Gould à Juan les Pins en ce 10 juillet.
Cette date vous dit quelque chose ?
Évidemment, ça se passait du côté de la Russie entre Français et Belges !
Mais nous n’étions pas là pour ça mais pour tout autre chose : la soirée « Stars à Juan » organisée par l’association Enfant, Stars & Match qu’a créé, voici dix ans, un magnifique couple nommé Fabrice et Barbara Ravaux, en faveur des enfants malades, souffrants, convalescents, en organisant des événements musicaux, culturels, sportifs et en les y faisant participer afin de les sortir de leurs hôpitaux et maisons de convalescence, de leur solitude, car pour cela, il faut de l’argent.

G

Entourés de nombreux bénévoles, chaque année, notre couple réalise des prouesses et des manifestations diverses comme ce « Stars à Juan » qui réunit chaque année un plateau d’artistes qui y chante gratuitement.
En quelques chiffres : Ces événement ont déjà réuni quelque 2000 enfants malades, plus de 400 célébrités de tous horizons qui les soutiennent, plus de 100 bénévoles et plus de 30 hôpitaux partout en France.
Cette année donc on les retrouvait sous la pinède entourés de nombreux artistes de tous styles et de toutes générations, de Kyo à Liane Foly, de Lou à Nicoletta, de Shy’m à Soprano, de Madame-Monsieur, nos Français de l’Eurovision à Jérôme Anthony, sympathique animateur qui a aussi un sacré beau brin de voix.
Mais il y en a une qu’on ne peut pas rater : c’est Véronique de Villèle, du célèbre duo sportif Véronique et Davina de l’émission « Gym Tonic ». Rappelez-vous… too too too you too..

N

Véronique de Villèle : Toujours là pour eux !
« Je connais Fabrice et Barbara – nous confie-t-elle – depuis 8/10 ans et ce qu’ils font est tellement magnifique que très vite, je suis entrée dans leur association et suis devenue leur ambassadrice. J’essaie de faire un maximum de bruit sur les réseaux sociaux, je partage, j’informe, je fais connaître ce qu’ils font. Ca me prend beaucoup de temps, d’autant que je ne fais pas que ça.
Ce qui veut dire…
J’ai créé, voici 13 ans, avec le docteur La Doucette à Paris, « Le Cercle de la forme », un truc de fou où j’entraîne des gens de tout âge… Et il y en a de plus en plus ! Durant un an, avec Liane Foly, j’ai eu une rubrique dans son émission…
Une rubrique sport ?
(Elle rit) Loin de là ! Elle s’intitulait « Les bonnes manières de la comtesse » où j’enseignais avec humour les us et coutumes, les bonnes manières qui ont tendance à disparaître.
Quelle idée !
C’est une constatation : je trouve que les enfants aujourd’hui sont de plus en plus mal élevés, répondent à leurs parents, se curent les dents à table, où ils se mêlent des conversations ou
lisent leurs messages, ou encore ne savent plus lever leur casquette en saluant quelqu’un. Tout ça se perd et j’ai essayé de faire passer le message durant toute une année.

M H
Véronique de Villèle durant notre entretien – Avec Jérôme Anthony et Fabrice Ravaux

Comment avez-vous connu Fabrice et Barbara ?
C’est Michèle Laroque qui est la marraine officielle de l’association, qui me les a présentés.
Ça a été un coup de foudre et nous ne nous sommes plus quittés. Dès qu’un événement se présente, j’accours. J’essaie, dans les soirées de galas, les mondanités, de faire comprendre aux gens qui, pour se donner bonne conscience, viennent y donner un chèque en profitant de l’occasion de sa montrer sur les réseaux sociaux. Je voudrais qu’ils comprennent que ce n’est pas suffisant d’apporter une obole car c’est toute l’année qu’on abesoin d’argent.
Ainsi ce soir je suis venue ouvrir le spectacle. Quelquefois je fais lever le public pour lui faire faire un peu de sport !
Nous organisons aussi beaucoup d’animations pour les enfants et j’y mets beaucoup d’énergie.
Que vous avez à revendre !
C’est vrai, même si quelquefois c’est fatigant. Mais je pense que si l’on sait se rendre utile, la vie nous le rend toujours un jour, c’est obligatoire.
Et à part ça ?
Ça va, merci ! Ah, je suis dingue de pétanque et je fais tous les concours qui se présentent, de France et d’ailleurs. J’ai été la partenaire officielle d’Henri Salvador.
Le 20 septembre j’organise un concours de boules au bois de Boulogne dont la recette sera reversée en faveur de la maladie d’Alzheimer.
Vous vous arrêtez quelquefois ?
J’avoue que j’ai du mal à me poser mais je ne veux rien laisser tomber.
Par exemple aujourd’hui j’avais mon cours à 14h30, j’ai pris une douche, ma valise et direct Orly pour venir ici avec quelques-uns de mes élèves. Demain 5h30, direction aéroport pour, dès mon arrivée à Paris, partir à mon cours.
Faut vous suivre ! A propos, avez-vous des nouvelles de Davina ?
Oui, elle vit heureuse dans un monastère où elle donne des cours de yoga et s’occupe d’une association pour les enfants du Tibet. Nous nous appelons tous les deux jours et elle va merveilleusement bien. Pour elle, c’est plus calme que pour moi ! »

K I

Liane Foly : On ne se quitte plus !
Durant cette rencontre, notre couple ne cesse de tourner, virer, étant à tous les postes, toujours avec une gentillesse et un sourire naturels. Entre lui qui n’a pas le temps, elle qui s’occupe de plein de choses, difficile de les attraper pour une interview !
Mais les amis se chargent de parler de l’association, comme ma complice de longue date Liane Foly, qui, à son tour, est entrée dans l’association et chante à cette soirée.
« Michèle Laroque, la marraine, était dans l’impossibilité de venir et du coup, elle m’a appelée pour la remplacer au gala qui a été donné la veille de la soirée à Juan. J’ai donc joué le rôle de la marraine remplaçante et dans la foulée, je suis venue chanter ici.
Tu connaissais Barbara et Fabrice ?
Je suis très amie avec Véronique et c’est elle qui m’a présenté Fabrice. Lorsqu’on l’approche, on ne peut qu’adhérer à la cause. Du coup, Fabrice m’a demandé de venir animer un après-midi au Carlton, le 28 janvier, avec des enfants malades. Nous sommes devenus amis, j’ai décidé de participer à l’aventure et quand Michèle m’a appelée pour la remplacer j’ai tout de suite dit oui et ce soir je retrouve avec grand plaisir ma nouvelle petite famille. »

F J
A2 B2 C2
DNicoletta, son mari Jean-Christophe, Madame-Monsieur, le groupe Kyo,…
On est en finale !

Et c’est vrai qu’une vraie famille s’est formée autour de ce couple hors du commun, que ce soient des personnalités ou des bénévoles qui sont à tous les postes avec la même banane que le couple, la même sérénité et le même sourire dans les moments de folie, la même patience.
Bravo et merci à eux et tout leur entourage pour cette si belle, si chaleureuse et si brillante soirée qui a attiré un monde fou malgré « the » match… qui était évidemment sur écran dans les coulisses où tous les artistes s’agglutinaient, jusqu’au moment où la France a marqué le but et où les hurlements et les pleurs sont parvenus jusque sur la scène alors que Nicoletta chantait « Mamy Blue ».
On se souviendra de cette belle soirée !

www.enfantstaretmatch.com

Jacques Brachet
Photos Christian Servandier
(A voir les interviews de Liane Foly, Lou et Nicoletta)

CHARLOTT’ à Toulon

charlott

Défilé sauvage pour 150 emplois le lundi 16 juillet de 14h à 21h, au Cabanon, anse Mistral, plage du Mourillon
80 conseillères de Style et 3 mannequins défileront sur la plage de Toulon pour présenter les nouvelles collections lingerie et maillot de bain Charlott’ et proposer 150 postes de vendeuses dans la région.
Charlott’ est le leader de la vente de lingerie à domicile depuis plus de 20 ans. Avec 24 millions € de chiffre d’affaires, 2 800 vendeuses indépendantes et 1,5 millions de clientes, c’est une véritable référence dans son secteur.
Charlott’ se mobilise pour l’emploi en offrant aux femmes l’opportunité de prendre leur avenir en main et de vivre leur passion. L’entreprise propose également de devenir VIP Charlott’ : une hôtesse privilégiée qui reçoit un atelier Style chez elle, en mettant à disposition son salon et profite ainsi du moment !

Infos lecteurs : www.charlott.fr

LINE – ANNIE… 9O ans de belle jeunesse !

90-3 90-4

Elles se nomment Jacqueline Enté et Léonie Cooreman.
C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi… ça veut dire beaucoup !
Mais aussi pour des centaines de fans car derrière ces deux noms l’on découvre Line Renaud et Annie Cordy, deux amies de longue date puisque j’ai connu Annie en 1972, lors de sa triomphale tournée de « Hello Dolly » et Line en 1981 lors de sa non moins triomphale tournée de « Folle Amanda ».
Je vous parle d’un temps… où les vrais, les grands artistes se laissaient approcher, interviewer, photographier sans problème, sans crise d’angoisse, sans pêtage de plombs, sans ego… sans pour cela devoir faire le parcours du combattant à travers producteurs, agents, attachés de presse, tourneur, secrétaire, coiffeur ou garde du corps et le tour était joué. Pas de mail, de « phoning », de trucs absurdes qu’on nous impose aujourd’hui.
Et si ça se passait bien, l’artiste vous donnait lui-même ses coordonnées pour qu’on lui envoie l’article… auquel il répondait ! Ainsi de tissaient des liens épistolaires ou téléphonique et naissaient des amitiés. Ce qui s’est passé pour mes deux artistes, deux amies aussi fidèles que ce que je le suis.

90-5 90-6

Lorsque je rencontrai Annie, ce fut à l’Opéra de Toulon avec « Hello Dolly », dans une ambiance de folie, tant il y avait de monde en coulisse, notre « Nini », pas encore « la chance » mais le charme, dirigeait la grande troupe, entourées de Monsieur Bruno, son mari-producteur-manager-auteur-compositeur et son chien qui, malgré son nom « Féroce », était loin de l’être !
Tout de suite le contact passa, elle fut prodigue en joyeuses confidences. En quelques minutes on se tutoyait et elle m’invitait à souper. Mieux : elle m’invitait à la rejoindre à Nice quelques jours plus tard pour fêter la 300ème de la comédie musicale. Journée mémorable sous le soleil avec gâteau, champagne et partie de pétanque. L’amitié était scellée, à travers nos écrits, nos appels, nos rencontres dans un théâtre, sur un tournage, sur les fameuses tournées « Age Tendre » et je l’invitais même à être la présidente du festival du premier film à la Ciotat.

90-7 90-8
90-9 90-10

Line, coïncidence, je la rencontrai dans le même lieu où sa pétulance, son énergie, faisaient presque oublier Jacqueline Maillan dans « Folle Amanda ». Comédienne encore débutante elle fut d’une grande gentillesse, malgré deux heures de scène et après avoir reçu tous ses fans, elle m’accorda un long moment d’entretien. De ce jour-là, comme avec Annie, on s’est revu, on s’est reconnu, on s’écrivait, on s’écrit toujours et elle m’envoie la photo de chacun de ses nouveaux chiens, accompagnés de vœux et de remerciements pour mes articles… Comme Annie !
En dehors donc de cette amitié qui nous lie, Line et Annie ont beaucoup de points communs, ne serait-ce que leur naissance « nordique », l’une en Belgique l’autre à Armentières. Leur carrière a démarré très jeune grâce à leurs maris respectifs Loulou et Bruno, Pygmalion et producteurs, Loulou étant en plus auteur-compositeur.

90-11 90-12
90-13 90-14

Une carrière exemplaire, des succès musicaux nombreux, revues pour l’une, qui l’amena jusqu’à Las Vegas, comédies musicales et opérettes pour l’autre puis, des succès au cinéma, au théâtre, à la télévision, Annie n’ayant jamais quitté la chanson, Line y revenant à l’Olympia avec le succès que l’on sait.
Toutes deux ont conquis leurs lettres de noblesse sur scène et derrière les caméras avec pour Annie, un titre de plus : celui de Baronne, adoubée par le roi des Belges.
Encore un point commun : pour leurs 90 ans, Line a reçu en cadeau un boulevard de Las Vegas qui porte son nom et Annie a aujourd’hui une place qui porte le sien en Belgique !
A quand, pour toutes les deux, une rue portant leur nom à Paris ?
Les années passent et elles ont toujours la même énergie, la même joie de vivre, malgré la disparition de leur époux. Bravement, courageusement, elles ont continué leur métier seule, ou presque car elles ont des amis sûrs et Annie, une nièce, Michèle, qui veille sur elle.
Et lorsque je leur demande ce qui les fait courir, même réponse : la passion du métier, la peur de rester sans rien faire, l’amour inconditionnel du public, des deux côtés, et sur trois, quatre générations ! Qui dit mieux ?

90-15 90-16

A 90 ans, presque bon pied bon œil, en, tout cas même envie de bouffer la vie, une carrière incroyablement longue et prolifique… qui n’est pas finie car elle n’ont pas dit leur dernier mot !
Alors, attendons la suite et qu’il me soit permis de vous souhaiter, chère Annie, chère Line, un joyeux anniversaire, encore beaucoup de rencontres et une longue route accompagnées par ce public qui vous aime.
Et moi aussi, je vous aime. Mais ça, vous le savez depuis longtemps !

Jacques Brachet