Article mis en avant

AGENDA

C
Julia Dorval et Aliocha  Itovitch, le couple glamour de la Rochelle

DSC00004
Marcel Amont… A ne pas traiter par-dessus l’épaule !

NUMEROS UTILES
AIX-en-PROVENCE

LE JEU DE PAUME : 04.42.99.12.00 – jeudepaume@lestheatres.netwww.lestheatres.net
BANDOL
Théâtre Jules Verne : 04 94 29 22 70
BRIANCON
THEÂTRE LA CADRAN : 04.92.25.52.52 –
theatre-le-cadran@wanadoo.fr
CANNES
PALAIS DES FESTIVALS : 04.92.99.33.83 –
sortiracannes@palaisdesfestivals.com
DRAGUIGNAN
THEÂTRE en DRACENIE : 04.94.50.59.59 –
www.theatresendracenie.com
GAP
LA PASSERELLE : 04.92.52.52.52 –
info@theatre-la-passerelle.com
GRASSE
THEÂTRE DE GRASSE : 04.93.40.53.00 –
www.theatredegrasse.cominfo@theatredegrasse.com
HYERES
CASINO DES PALMIERS : 04.94.00.78.80 –
www.ville-hyeres.fr
LA CIOTAT
LA CHAUDRONNERIE : 09 70 25 20 00 – lachaudronnerie-laciotat.com
LA GARDE
LE ROCHER – 04.94.03.58.62 –
le-rocher@ville-lagarde.frwww.ville-lagarde.fr
LA VALETTE
THEÂTRE MARELIOS – ESPACE PIERRE BEL – LA TOMATE – CINEMA HENRI VERNEUIL –
ESPACE ALBERT CAMUS : 04.94.23.62.06 –
culture@lavalatte83.frwww.lavalette83.fr
LE CANNET
La Palestre : 04 93 46 48 88
LE PRADET
ESPACE DES ARTS : 04.94.01.77.34 –
culture@le-pradet.fr
MARSEILLE
CITE DE LA MUSIQUE : 04.91.39.28.28 –
www.citemusique-marseille.com
LA CRIEE : 04.91.54.70.54 – www.theatre-lacriee.com
LE GYMNASE : 04.91.24.35.24 – gymnase@lestheatres.netwww.lestheatres.net
LE GYPTIS : 04.91.11.41.50 – www.theatregyptis.com
ODEON : 04 96 12 52 74   –
www.contact-odeon@marseille.fr
OPERA : 04 91 55.11.10 – www.opera.marseille.fr
THEÂTRE DE LENCHE   – MINI-THEÂTRE DU PANIER : 04.91.91.52.22 –
lenche@wanadoo.frwww.theatredelenche.info
LE SILO : 04 91 90 00 00 – www.lesilo-marseille.fr
THEÂTRE TOURSKY : 04.91.02.58.35 –
www.toursky.org
NICE
NIKAÏA : 04 92 29 31 29 – www.nikaia.fr
PALAIS DE LA MEDITERRANEE : 04 92 14 77 00
THEÂTRE LINO VENTURA : 04 97 00 10 70
OLLIOULES
CHÂTEAUVALLON : 04.94.22.02.02 –
www.chateauvallon.com
SANARY
CASINO DU COLOMBET : 04 94 88 52 10 – service-culturel@casino-sanary-sur-mer.fr
THEÂTRE GALLI : 04.94.88.53.90 –
www.sanarysurmer.com
SIX-FOURS
ESPACE MALRAUX : 04 94 74 77 79 – www.espace-malraux.fr
THEÂTRE DAUDET : 06.65.62.59.69 – www.labarjaque.com
TOULON
LE COLBERT : 04 94 64 01 58 – www.lecolbert.fr
OPERA : 04.94.93.03.76 –
operadetoulon@tpmed.org
PALAIS NEPTUNE : 04.98.00.83.83 – info@congresneptune.com
THEÂTRE LIBERTE : 04 98 00 56 76 – www.theatre-liberte.fr
ZENITH-OMEGA : 04.72.32.09.29 –
appel@appelspectacles.com

2
Nouveau spectacle 25, 26, 27 octobre le Colbert – Toulon

CONCERTS – CHANSONS
OCTOBRE
Mercredi 3 octobre 20h, le Silo, Marseille : Europe
Vendredi 5 octobre 20h30, le Silo, Marseille : Kyo
Vendredi 5 octobre 20h, Espace Julien, Marseille : Vitaa
Vendredi 12 octobre 20h30, le Liberté, Toulon : Arthur H
Vendredi 12 octobre 20h, Vélodrome, Marseille : Soprano « Phénix Tour »
Mercredi 17 octobre 20, le Silo, Marseille : Amir
Mercredi 17 octobre 20h, Théâtre Toursky, Marseille : Cali chante Ferré
Jeudi 18 octobre 20h30, Espace Tisot, la Seyne : Cali chante Ferré
Samedi 20 octobre 20h, le Dôme, Marseille : Bigflo & Oli
Samedi 20 octobre 20h30, le Silo, Marseille : Sylvie Vartan « World Tour 2018″
Dimanche 21 octobre, Nikaïa, Nice : Bigflo & Oli
Samedi 27 octobre 20h30, Théâtre François Mitterrand, Lorgues : Julie Zenatti & Chimène Badi « Méditerranéennes »
NOVEMBRE
Lundi 5 novembre 20h30, Opéra de Nice : Jean-Louis Aubert « Prémices »
Mardi 6 novembre 20h, le Silo, Marseille : Katie Melua
Jeudi 8 novembre 20h30, Acropolis, Nice : Les Parisiennes (Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modjo, Héléna Noguera)
Vendredi 9 novembre 20h30, le Silo, Marseille : Les Parisiennes (Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modjo, Héléna Noguera)
Vendredi 9 novembre 20h30, Casino du Colombet Sanary : Christophe Willem
Dimanche 11 novembre, Acropolis, Nice : Les Parisiennes (Arielle Dombasle, Mareva Galanter, Inna Modjo, Héléna Noguera)
Samedi 10 novembre 20h, le Silo, Marseille : Dany Brillant « Rock and swing tour »
Samedi 10 novembre 20h30, La Palestre, le Cannet : Christophe Willem
Mercredi 14 décembre 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Louane
Vendredi 23 novembre 20h30, le Silo, Marseille : Etienne Daho « Blitz tour »
Vendredi 23 novembre 20h, Espace Julien, Marseille : Madame-Monsieur
Vendredi 23 novembre 20h30, Nikaïa, Nice : Marc Lavoine « Je reviens à toi »
Samedi 24 novembre 20h30, le Dôme, Marseille : Marc Lvoine « Je reviens à toi »
Jeudi 29 novembre 20h30, la Palestre, le Cannet : Sylvie Vartan World Tour 2018
Vendredi 30 novembre 20h30, Espace Julien, Marseille : Oldelaf
DÉCEMBRE
Samedi 1er décembre 20h, le Dôme, Marseille : Bénabar
Samedi 1er décembre 17h, le Silo, Marseille : Leni Kim
Mardi 4 décembre 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Julien Clerc
Jeudi 6 décembre 20h, Nikaïa, Nice : Stars 80
Vendredi 7 décembre 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Stars 80
Vendredi 7 décembre 20h, Espace Julien, Marseille : Jeremy Frérot
Samedi 8 décembre 20h, le Dôme, Marseille : Stars 80
Jeudi 13 décembre 20h30, le Silo, Marseille : Cats on Trees
Vendredi 14 décembre 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Louane
Samedi 14 décembre 20h, Nikaïa, Nice : Soprano Phoenix Tour
Samedi 22 décembre 20h, Arena, Aix-en-Provence : Calogero
Dimanche 23 décembre, Théâtre Jules Verne : Les stentors chantent Noël
2019
JANVIER
Mercredi 9 janvier 20h, théâtre Toursky, Marseille : Benjamin Biolay – Melvil Poupaud « Song  book »
Samedi 12 janvier 20h30, Théâtre Toursky, Marseille : Julie Zenatti & Chimène Badi « Méditerranéennes »
Samedi 12 janvier 20h30, La Palestre, le Cannet : Dany Brillant « Rock and swing tour »
FEVRIER
Vendredi 8 février 20h30, Casino du Colombet, Sanary : Roch Voisine
MARS
Samedi 9 mars 20h30, le Galet, St Martin de Crau : Julie Zenatti & Chimène Badi « Méditerranéennes »
Samedi 9 mars 20h, Espace Julien, Marseille : les Négresses Vertes
Dimanche 10 mars 18h, Acropolis, Nice : Jenifer
Dimanche 10 mars 20h30, Théâtre Molière, Marignanne : Julie Zenatti & Chimène Badi « Méditerranéennes »
Mardi 19 mars 20h30, le Silo, Marseille : Joe Starr « Eloquence à l’Assemblée »
Jeudi 21 mars 20h, le Silo, Marseille : Jenifer
Vendredi 22 mars 20h, le Silo, Marseille : The Dire Straits experience
Samedi 23, dimanche 24 mars 20h, Aréna, Aix-en-Provence : M
Mardi 26 mars 20h30, Casino du Colombet, Sanary : Michel Fugain
Mercredi 27 mars 20h30, le Dôme, Marseille : Patrick Bruel Tour 2019
Mercredi 27 mars 20h, Zénith-Oméga, Toulon ; M
Jeudi 28 mars 20h, Nikaïa, Nice : M
AVRIL
Jeudi 4 avril 20h, Nikaïa, Nice : Amir
Dimanche 7 avril 19h, le Dôme, Marseille : Eros Ramazotti
Vendredi 12 avril 20h, le Dôme, Marseille : Shaka Ponk
MAI
Samedi 4 mai, jeudi 9 mai 17h, le Dôme, Marseille : Kids Uniteds
Samedi 4 mai 17h, Acropolis, Nice : Lenni-Kim
JUIN
Mercredi 5 juin 20h30, Arena, Aix-en-Provence : Patrick Bruel Tour 2019
Samedi 8 juin 20h, le Dôme, Marseille : Jain
Vendredi 14 juin 20h, Nikaïa, Nice : Kenji Girac « Amigo Tour »
Samedi 15 juin 20h, le Dôme, Marseille : Kenji Girac « Amigo Tour »

E F G

MUSIQUES DU MONDE
OCTOBRE
Mercredi 3 octobre 20h30, La Passerelle, Gap : Doolin’ (musique celtique)
Samedi 6 octobre 20h30, Châteauvallon, Ollioules : Juan Carmona & Pt’it Moh « Chaâbi Flamenco »
Samedi 6 octobre 20h30, Théâtre Denis, Hyères : Lonely Star (Folk-rock)
Jeudi 18 octobre 20h30, Châteauvallon, Ollioules : Semer Saem Eldahr « Hello Psychaleppo » (electro-tarab)
NOVEMBRE
Dimanche 4 novembre 19h, Espace Julien, Marseille : Samia Orosemane
2019
JANVIER
Mercredi 16 janvier 20h, le Silo, Marseille : Les moines Shaolin
MARS
Dimanche 10 mars 20h30, Théâtre Molière, Marignanne : Julie Zenatti & Chimène Badi « Méditerranéennes »
Vendredi 29 mars 20h30, Acropolis, Nice : Les Chœurs de l’Armée Rouge
Samedi 30 mars 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Les Chœurs de l’Armée Rouge
Dimanche 31 mars 1(h, le Silo, Marseille : Les Chœurs de l’Armée Rouge

JAZZ – BLUES -MUSIQUES ACTUELLES
SEPTEMBRE
Samedi 22 septembre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : The Amazing Keystone Big Band « Jazz loves Disney »
Vendredi 28 septembre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : Gregory Porter Sextet
Vendredi 28 septembre 20h30, Théâtre Denis, Hyères : Novembre Quartet + Macha Gharibian Trio
OCTOBRE
Mardi 9 octobre 20h45, Espace Comédia, Toulon : Thomas Bramerie Trio « Side stories »
Mercredi 10 octobre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : Quatuor James Farm
samedi 13 octobre 20h30, le Silo, Marseille : Michel Jonasz quartet (Manu Katché, Jean-Yves d’Angelo, Jerôme Regard
Jeudi 18 octobre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : Popa Chubby
NOVEMBRE
Samedi 19 novembre 20h30, Théâtre Jules Verne, Bandol : André Manoukian & Jean-François Zygel
Mercredi 14 novembre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : Kadavar + Monolord
Mercredi 21 novembre 20h, Nikaïa, Nice : Dad Ju G20 Tour
DÉCEMBRE
Samedi 1er décembre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : Girls in Hawaï
Jeudi 6 décembre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : Columbine
Vendredi 7 décembre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : Svinkels + Bifty & DJ Weedim
Samedi 8 décembre 20h, Acropolis, Nice  : Michel Jonasz quartet (Manu Katché, Jean-Yves d’Angelo, Jérôme Regard
Samedi 8 décembre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : L’Impératrice
Samedi 15 décembre 20h30, Espace Malraux, Six-Fours : Eddy de Pretto
2019
JANVIER
Mardi 22 janvier 20h30, Espace Julien, Marseille : Glenn Miller Memorial Orchestra

CONCERTS CLASSIQUES, LYRIQUES
SEPTEMBRE
Jeudi 13 septembre 20h30, Théâtre Denis, Hyères : Eugenia Boix, soprano et Anna Ferrer, piano : « Chansons italiennes et espagnoles » (Bellini, Puccini, Donzetti, Granados, de Falla)
Vendredi 14 septembre 20h30, Théâtre Denis, Hyères : « De l’autre côté du Rhin » avec Vadim Tchijik, violon et Alberto Urroz, piano (Mendelssohn, Schumann, Brahms)
Samedi 15 septembre 20h, Opéra de Toulon : « Virtuose », Concert de l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon dirigé par David Wroe. Violoncelle : Gauthier Capuçon (Korngold, Tchaïkovski, Eschpaï, Prokofiev)
Samedi 15 septembre 20h30, Théâtre Denis, Hyères : « Symphonie à quatre mains » avec Chiara Nicora & Ferdinando Baroffio, piano (Beethoven, Debussy, Chaminade)
Dimanche 16 septembre 11h, Théâtre Denis, Hyères : « La vie de Robert et Clara Schumann » avec Sylvie Carbonel, piano et Pierre Hentz, récitant (Schumann, Chopin, Liszt)
OCTOBRE
Mardi 9 octobre 20h30, Théâtre Galli, Sanary : Choeur National de Pologne « Requiem » de Mozart et « Gloria » de Vivaldi.
Samedi 13 octobre 18h, Collégiale St Paul, Hyères : « Célestes harmonies ». Six voix a capella
Vendredi 19 octobre 20h, Opéra de Toulon : « Entrez dans la danse », concert de l’orchestre symphonique de l’Opéra de Toulon, dirigé par Gäbor Takàcs-Nagy. Piano : David Kadouch (Grieg, Kodàly, Bartok)
Samedi 20 octobre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : Concert de piano avec Boris Berezovsky et l’Orchestre National Symphonique de Lettonie (Tchaïkovski, Rachmaninov)
Jeudi 25 octobre 19, Opéra de Toulon : Concert de musique de chambre avec Benoît Salmon, Anne Fabre, violons, Antonia Coste alto, Natacha Cartigny-Sedkaoui, violoncelle, Myrtylle Calmes, piano (Dvoràk)
Samedi 27 octobre 20h, Opéra de Toulon : Concert des lauréats du concours « Voix nouvelles »  : Hélène Carpentier et Caroline Jestaedt, sopranos, Ambroisine Bré, mezzo-soprano, Mathieu Pordoy, piano
NOVEMBRE
Samedi 19 novembre 20h30, Théâtre Jules Verne, Bandol : André Manoukian & Jean-François Zygel

A
Arthur H

OPÉRAS- SPECTACLES MUSICAUX
SEPTEMBRE
Samedi 29 septembre 20h, La Chaudronnerie, la Ciotat : « New », comédie musicale improvisée
OCTOBRE
Vendredi 5 octobre, Mardi 9 octobre 20h, dimanche 7 octobre 14h30, Opéra de Toulon : « Rigolettoo » de Verdi avec Francesco Landolfi, Michaela Marcu, Marco Ciapôni, Sarah Laulan, orchestre et choeur de l’Opéra de Toulon dirigés par Daniel Montané. Mise en scène Elena Barbalich. Chorégraphie Costanza Degani
11 au 13 octobre 20h, le Liberté, Toulon : « En chemin », conception et mise en scène Gustavo Giacosa, avec Kostia Botkine, Antoine Boulangé, Fausto Ferraiuolo… Musique originale de et avec Fausto Ferraiuolo et Antoine Boulangé
29 octobre au 10 novembre, Théâtre des Bernardines, Marseeille : « La fabuleuse histoire d’Edmond Rostand », d’Yves Fravega et Philippe Car, mise en scène et avec Philippe Car, avec Nicolas Paradis. Création musicale Vincent Trouble et Nicolas Paradis
FEVRIER
Vendredi 22 février 20h15, Acropolis, Nice : Priscilla, folle du désert
Samedi 23 février 20h15, le Silo, Marseille : Priscilla, folle du déseer

DANSE
OCTOBRE
Mercredi 3 octobre 20h30, le Liberté, Toulon : Cie Bianca Li « Solstice »
Mercredi 3, jeudi 4 octobre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : Ballet Preljocaj « Gravité »
Jeudi 4, vendredi 5 octobre 20h, Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence : « Alexandra Tobelaim  Cie « Face à la mère »
Samedi 13 octobre 20h, Opéra de Toulon : « Lorenzaccio » conception chorégraphique Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault par leur compagnie « Théâtre du Corps »
Mardi 16 octobre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : Cie Jean-Claude Gallotta « My Ladies Rock »
2019
JANVIER

Vendredi 11 janvier 20h30, Casino du Colombet, Sanary : « Carmen et Shéhérazade » par le Grand Ballet de Kiev
AVRIL
Samedi 6 avril 20h30, Casino du Colombet,  Sanary : Irish Celtic
MARS
Vendredi 15 mars 20h30, Acropolis, Nice : Rock the ballet
AVRIL
Samedi 6, dimanche 7 avril 14h et 17h30, Palais des Sports, marseille : Holiday on Ice
MAI
Samedi 18 mai 20h, Acropolis, Nice : « Alors on danse ? » avec Christophe et Coralie Licata, Robbie Kuretoni…
Dimanche 19 mai 17h, le Silo, Marseille : « Alrs, on danse ? » avec Christophe et Coralie Licata, Robbie Kuretoni…

HUMOUR
OCTOBRE
Vendredi 12 octobre 20h, La Chaudronnerie, la Ciotat : Patrick Bosso « Sans accent »
Jeudi 18, vendredi 19 octobre 20h, Théâtre du Gymnase, Marseille : Pierre Palmade « Aimez-moi »
Vendredi 19 octobre 20h30, Casino de Bandol : Tanguy Pastureau n’est pas célèbre
Vendredi 19 octobre 20h30, Théâtre Jules Verne, Bandol : Raymond Devos vu par François Morel
Samedi 20 octobre 21h, Casino d’Hyères : Michel Leeb « 40 ans »
25 au 27 octobre 20h30, Le Colbert Toulon : Christelle Chollet « N°5 de Chollet »
NOVEMBRE
Mercredi 7 novembre 20h, le Silo, Marseille : Madeleine Peyroux

Vendredi 23 novembre 20h30, Casino d’Hyères : Noëlle Perna « Certifié Mado »
Samedi 24 novembre 20h, le Silo, Marseille : Michel Leeb « 40 ans ! »
Vendredi 30 novembre 20h30, Palais de la Méditerranée, Nice : Charlotte de Turkheim « Une journée chez ma mère »
DÉCEMBRE
Mercredi 5 décembre 20h30, Casino d’Hyères : Gil Alma « 100% naturel »
Vendredi 7 décembre 20h30, Casino des Palmiers, Hyères : Issa Doumbia « 1ère consultation »
Vendredi 14 décembre 20h30, Casino du Colombet,Sanary, Patrick Sébastien « Avant que j’oublie »
Vendredi 14 décembre 20h30, Casino d’Hyères : Anthony Joubert saison 2
Samedi 15 décembre 20h30, Casino du Colombet,  Sanary : Jeanfi Janssens
2019
JANVIER
Jeudi 17 janvier 20h30, le Silo, Marseille : Malik Benthala « Encore ! »
Dimanche 20 janvier 19h, Palais de la Méditerranée, Nice : Malik Benthala « Encore »
Mercredi 23, Jeudi 24 janvier 20h30, le Silo, Marseille : Les Chevaliers du Fiel « Camping-car forever
Vendredi 25 janvier 20h30, Zénith-Oméga, Toulon : Les Chevaliers du Fiel « Camping-car forever »
Vendredi 25 janvier 20h30, Casino d’Hyères : Claudia Tagbo « Lucky »
Samedi 26 janvier 20h30, Nikaïa, Nice : Les Chevaliers du Fiel
FEVRIER
Vendredi 1er février 20h, le Dôme, Marseille : Eric Antoine « Best of »
Samedi 2 février 20h30, le Silo, Marseille : Le Comte de Bouderbala
Samedi 2 février 20h, Espace Julien : Vamp Privée
Lundi 4, mardi 5 février 20h30, Casino du Colombet, Sanary : Les Chevaliers du Fiel
Samedi 23 février 20h30, théâtre de la Méditerranée, Nice : Olivier de Benoist
MARS
Samedi 23 mars 20h30, Espace Julien, Marseille : La Bajon « Vous couperez »
Samedi 23 mars 20h30, dimanche 24 mars 19h, le Silo, Marseille : Jérôme Commandeur « Tout en douceur »
Dimanche 24 mars 19h, Palais de la Méditerranée, Nice : La Bajon « Vous couperez »
AVRIL
Jeudi 4 avril 20h30, le Silo, Marseille : Fabrice Eboué « Plus rien à perdre »
Samedi 6 avril 20h30, le Silo, Marseille : Ahmed Sylla
Mercredi 24 avril 20h, Nikaïa, Nice : Jeff Panacloc contre-attaque
Jeudii 25 avril 20j30, Espace Julien, Marseille : Elie Semoun et ses monstres
Jeudi 28 mars 20h, le Silo, Marseille : Alex Lutz
MAI
Jeudi 16 mai 20h30, Casino du Colombet, Sanary : Laura Laune

H J I

THÉÂTRE
SEPTEMBRE
21 au 30 septembre , Théâtre Marélios et auditorium de l’Espace Culturel Albert Camus, la Valette : 27ème Festival de Théâtre Amateur (Programme http://theatre.del.eventail.free.fr – 04 94 22 24 57
Vendredi 28 septembre 20h30, Châteauvallon, Ollioules : « La Scortecata » de Giambattista Basile, texte et mise en scène Emma Dante. Spectacle en napolitain surtitré en français
OCTOBRE
Vendredi 5 octobre 20h30, Châteauvallon, Ollioules : « Mujer Vertical » par la Cie des Lumas
Samedi 6 octobre 20h30, Casino du Colombet Sanary : « Face à face » de Peter Quitter avec Martin Lamotte et Véronique Genest
Samedi 6 octobre 20h30, le Liberté, Toulon : « A nous deux maintenant » d’après le roman de Georges Bernanos, conception, adaptation, mise en scène et avec Jonathan Capdevielle. Avec Clémentine Baert, Dimitri Doré…
Mardi 9 octobre 20h, Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence : Chris Esquerre « Sur rendez-vous ».
Vendredi 12 octobre 20h30, Châteauvallon, ollioules : « La gentillesse » , vagabondage autour de « L’idiot » de Dostoïevski et « La conjuration des imbéciles » de John Kennedy par la Cie Demesten Titip
Vendredi 12 octobre 20h, Pôle Jeune Public, le Revest-les-Eaux : « Les pieds tanqués » par la Cie Artscénium PACA
Mardi 16 octobre 20h45, Espace Comédia, toulon : « Migraaants » de Matéi Visniec par le Théâtre du Chêne Noir
17 au 20 octobre 20h, le Liberté, Toulon : « La France contre les robots et autres textes » de Georges Bernanos. Adaptation, conception et mise en scène Jean-Baptiste Sastre, Gilles Bernanos, Hiam Abbass
Jeudi 18 octobre 19h30, le Liberté, Toulon : « Le chat n’a que faire des souris mortes » de Philippe Dorin. Mise en scène Sylviane Fortuny. Avec Déborah Marique, Noé Mercier, Juliette Prier, Johann Weber
Vendredi 19 octobre 20h, la Chaudronnerie, la Ciotat : Jean-Jérôme Esposito « Récits de mon quartier »
Dimanche 21 octobre 17h, Opéra de Toulon : « Edmond » de Francis Nani et Sébastien Izopardi. Mise en scène Alexis Michalik.
Vendredi 26 octobre 20h45, dimanche 28 octobre 16h, Espace Comédia : « On va faire la cocotte de Georges Feydeau par la Cie A Contre Temps
2019
AVRIL
Samei 27 avril 20h30, Casino du Colombet, Sanary : « Ce n’est pas du tout ce que tu crois » avec Séverine Ferrer, Danièle Evenou et Norbert Tarayre

JEUNE PUBLIC – CIRQUE – ILLUSION – MAGIE
SEPTEMBRE
Vendredi 21 septembre 19h30, Place Marius Meiffret, le Revest-les-Eaux : « Léger démélé » par le Collectif A Sens Unique
OCTOBRE

Vendredi 5 octobre 19h30, Pôle Jeune Public, le Revest-les-Eaux, « Ysengrin » par les Compagnons de Pierre Ménard
Samedi 13 octobre 20h, la Chaudronnerie, la Ciotat : Viktor Vincent « Les liens invisibles »
Samedi 13 octobre 20h, dimanche 14 octobre 17h, Espace Chapiteau de la Mer, la Seyne-sur-Mer : « Driftwood » par le Casus Circus (Australie)
16 au 20 octobre 19h, La Passerelle, Gap : « Mon prof est un troll » de Dennis Kelly avec Roxane Brumachon, Augustin MulliezMaëlle Gozian
Jeudi 18 octobre 19h30, le Liberté, Toulon : « Le chat n’a que faire des souris mortes » par la Cie Pour ainsi Dire
Samedi 20 octobre 20h, Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence : Florine Montagnier « Dérive(s) »
Samedi 20 octobre 10h et 16h, Espace des Arts, le Pradet : « L’ombre de Tom » par la Cie Le Bel Après-Minuit
Mardi 24 octobre 29h, Jeudi 23 octobre 19h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : « Donka » par le Compagnia Finzi Pasca
Samedi 27 octobre 15h, Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence : « Le voyage de Tom » par les Comptines Cuivrées
31 octobre au 2 novembre, Théâtre du Gymnase, Marseille : Fabrice Melquiot, Camille & Manolo « Centaures, quand nous étions enfants ». Spectacle équestre
2019
FEVRIER
Vendredi 1er février 20h, le Dôme, Marseille : Eric Antoine « Best of »
Vendredi 8 février 20h, Zénith-Oméga, Toulon : Les étoiles du cirque de Pekin « Le roi des singes »

M N
Gregory Porter – Semer Saem Eldahr

 

La Rochelle – Festival de la Fiction TV
Aliocha ITOVICH & Julia DORVAL
Le couple glamour du festival !

F

Ils sont jeunes, ils sont beaux, Ils ont un sourire à tomber par terre. Il furent le couple glamour de ce 20ème festival.
C’est un coup de foudre que nous avons eu lors du gala d’ouverture du 18ème festival, nous trouvant par hasard à la même table. Coup de foudre qui dure et donc, quel plaisir de les retrouver tous les deux, inséparables, amoureux, ayant mille projets, Aliocha se trouvant en compétition pour la série « Balthazar » de Frédéric Berthe, que l’on verra bientôt sur TF1, où il partage la vedette avec Tomer Sisley et Hélène de Fougerolles et où Julia apparaît dans la série « Scènes de ménages », « Joséphine Ange gardien » et quelques autres.
S’ils font le même métier (ils se sont connus sur une scène de théâtre), chacun le fait de son côté mais il y a des projets dans l’air…
Alors les amis, quelles nouvelles depuis tout ce temps ?
Julia : J’ai joué dans quelques séries TV comme « Joséphine », je suis toujours sur « Scènes de ménages », où je joue Ludivine, la sœur de Fabien, on va me retrouver dans la série « Munch », auprès d’Isabelle Nanty. J’y joue une greffière, Justine Loriot ». Voilà pour la télé.
J’ai, durant sept mois, joué une pièce de Didier Caron, « Le jardin d’Alphonse », au Théâtre Michel à Paris. Nous sommes neuf comédiens sur scène et nous allons partir en tournée à travers la France.

LA-PEUR-75-sur-296-1500x998 le-jardin-d-alphonse-4
La peur – Le jardin d’Alphonse

Et toi, Aliocha ?
J’ai également joué, durant un an et demi, une pièce tirée d’une nouvelle de Stephen Zweig, « La peur », au même Théâtre Michel…
Toi aussi ?
(Il rit) Oui mais pas en même temps. C’est notre théâtre porte-bonheur puisque c’est là que nous nous sommes rencontrés. Nous avons joué cette pièce trois fois à Avignon et nous la reprenons, toujours au théâtre Michel, le 11 octobre. Nous avons d’ailleurs eu une nomination aux Molière. En début d’année, nous aussi nous partirons en tournée.
Et côté télévision ?
J’ai tourné un unitaire pour France 3 « Les disparus de Valenciennes », réalisé par Elsa Bennett, avec Stéphane Freiss, Virginie Lemoine et Hyppolite Dard. J’ai également tourné dans la série « Clem » et dans « Paris etc » de Zabou Breitman.
Et te voilà à la Rochelle avec « Balthazar » !
Oui, c’est une série de six épisodes de 52′. J’y joue Antoine Bach, le marie d’Hélène de Fougerolles, flic à la criminelle. Son métier la prend beaucoup et du coup, Antoine est débordé à la maison avec les enfants. De ce fait, il finissent par ne plus pratiquement se voir. C’était une belle équipe, le scénario de Clotilde Jamin et Célia Constantine tient la route. Il y a un bel équilibre entre la vie de famille et les crimes…

d E

Et le scénario dont vous m’aviez parlé, qui est assez délirant puisque j’ai eu le privilège de le lire ?
Julia : Nous sommes toujours sur le projet mais c’est toujours long et le sujet est peut-être un peu trop en avance et fait peur aux chaînes. Mais dans ce métier, il faut savoir être patient et faire autre chose en attendant que le projet se réalise. Donc, en attendant, on écrit une série pour Marianne Denicourt.
On te tient au courant !

Propos recueillis par Jacques brachet

Sanary – l’Art de Vivre à la Farandole
Ils en rêvaient, Olesya l’a réalisé

E
De gauche à droite : Inna Khimich, Yann Rebecq, Evgeniya Plokikh, Anastasia Kakharova,
Igor Vasilich, Olesya Sudzhan, Georges Klimoff

Tous les six mois, c’est un rendez-vous artistique et culturel franco-russe qui nous est proposé à l’Hostellerie la Farandole à Sanary.
Rendez-vous amical qui nous permet de découvrir des plasticiens russes, parrainés par un artiste français et méridional.
Cela, grâce à Olesya Sudzhan, qui possède la galerie Kvartiras à Moscou et sa collaboratrice Evgeniya Plokikh, le Consulat de Russie à Marseille, le soutien de l’Hostellerie de la Farandole et le grand ordonnateur de ces rendez-vous, Georges Klimoff, aussi russe que seynois, qui nous surprend agréablement à chacune des manifestations qu’il propose autour de ses deux amours, la France et la Russie.
Le principe est sympathique et original puisque des artistes de la galerie moscovite sont invités durant quinze jours à se plonger dans notre région pendant lesquels, autour d’un thème donné, ils nous offrent leur vision de celle-ci, exposant leurs toiles en fin de parcours.
Cette fois, le thème choisi était « L’art de vivre », au soleil, face à la mer, thème on ne peut plus inspirant pour ces artistes venus de ce lointain pays.
La Farandole reçoit donc en ce moment, la belle Anastasia Zakharova et l’homme au regard d’acier Igor Vasilich, tous deux chapeautés par ce bel artiste toulonnais revenu chez lui après avoir été directeur de l’Office de Tourisme de St Rémy de Provence : Yann Rebecq.
La peinture étant sa passion, il a parcouru le monde avec ses toiles, fort apprécié aussi bien en France qu’en Italie, en Nouvelle Calédonie où il a vécu, aux Etats-Unis, en Australie, à Singapour et en Chine, où il est salué comme un grand maître français, d’où il revient d’ailleurs. Il est membre de l’Académie des Arts de Lingnan en Chine et le seul artiste occidental membre de l’Académie de peinture de Sichuan.
Il a fait ses études aux Beaux-Arts de Toulon où il avait pour professeur notre maître Eugène Baboulène. Ayant épousé une ukrainienne, Inna Khimich, ils ont ouvert une galerie à Toulon, au quartier du Mourillon et avec tout cela, il était évident qu’il soit l’invité d’honneur de cette rencontre franco-russe. D’autant qu’il est un puits de sciences intarissable sur la peinture et qu’il a créé à St Rémy, un circuit pictural des lieux peints par Van Gog.
Né au Cameroun, ayant grandi en Nouvelle Calédonie, il s’est installé à Toulon mais il est un citoyen du monde, ayant des points de chute un peu partout sur la planète, aussi curieux de découvrir sa culture que l’humain.
Georges Klimoff ne pouvait donc trouver meilleur ambassadeur pour cette manifestation.
Et puis bien sûr, Olesya et Eugenia ont « importé » pour nous deux beaux artistes tout droit venus de Moscou.

C B

Anastasia Kakharova.
Elle semble tout droit sortie des ballets russe avec sa silhouette gracieuse de danseuse, son regard lumineux, son teint d’opale et son profil de médaille.
Si elle utilise avec talent et délicatesse l’encre de Chine, l’aquarelle, le pastel, l’on n’est pas au bout de nos surprises lorsqu’elle nous révèle sa passion pour la mer, les bateaux, à tel point qu’elle est aussi skipper, traversant les mers pour acheminer des voiliers d’un pays à un autre.
De ses voyages, elle ramène des impressions qu’elle retranscrit sur la toile. Elle a consacré une exposition sur l’Islande et, tombée amoureuse de notre région où elle vient pour la première fois, elle a l’intention de lui consacrer une nouvelle thématique. A tel point que 15 jours ne lui semblant pas suffisant, elle a décidé d’y revenir !
Mais là ne s’arrête pas son talent car, tout aussi amoureuse des bateaux, elle s’est lancée dans le maquettisme en construisant des voiliers, y ajoutant un équipement électronique qui lui permet de les faire naviguer. Elle a d’ailleurs repris à Moscou un club qui périclitait et en a fait son domaine.
Un de ses projets également est de consacrer une exposition autour des gens de la mer, mêlant maquettes et peintures. Ce sera pour l’an prochain à Moscou.
Le thème de l’art de vivre à la française est pour elle aussi excitant que difficile :
« J’ai – nous confie-t-elle – l’habitude d’une vie russe assez trépidante et j’ai été surprise par la nonchalance de cette région, son climat et l’air du temps si différent du notre. Cela me donne une autre approche de la vie, plus romantique et c’est pour cela que je songe à y revenir car j’aime ce rythme de vie. Je me sens ici comme dans un cocon ».

A D

Igor Vasilich
Avec sa haute stature et son regard bleu pâle, il dégage une force tranquille, une sérénité et une certaine bienveillance. Il avoue avoir eu le coup de foudre pour notre région – ce sont ses premiers pas sur le sol français – et il a découvert avec une joie gourmande… les croissants dont il est devenu un ardent consommateur !
Le dessin, la peinture sont venus à lui par hasard. A dix ans, il a été soigné pour une grave maladie. Couché, ne pouvant aller à l’école, sa mère lui offre un livre avec des gravures qu’il commence à reproduire pour passer le temps. C’est le début de sa passion dont il a gardé tous les dessins précieusement, dont un en particulier, tiré d’une gravure représentant Pinocchio avalant des médicament, dans lequel il retrouvait un peu sa situation.
Du coup, ses parents l’inscrivent dans une école d’art en face de chez eux, il a la chance de tomber sur un enseignant qui le conforte dans ce désir de s’exprimer par cet art. C’est le déclic.
Très vite il découvre Van Gogh qu’il, nous avoue-t-il, ressent au plus profond de son âme, puis Cézanne et d’être si près de la région où il ils vécurent l’émeut beaucoup. Il va d’ailleurs découvrir ces jours-ci ces paysages tant aimés et peints par eux.
On sent dans son travail, l’influence de Van Gogh en particulier, la façon de peindre, les couleurs qu’il utilise.
« La qualité de son travail m’attire – dit-il – je me sens très proche de lui. Il a toujours travaillé comme un fou et je fais de même. »
A tel point que presque chaque jour une toile naît de son inspiration, de son imagination et de cette vie différente, loin de ce qu’il vit en Russie, influencé par la lumière, l’éclairage, le rythme de vie. »
« Ce rêve de venir ici est un rêve de longue date. Grâce à Olesya il se réalise. J’y suis, j’en suis heureux mais aussi triste à l’idée que ce rêve se termine dans quelques jours car ça, c’est la réalité ! C’est ici que sont les racines de l’impressionnisme et je suis sûr que l’avant-garde russe du XXème siècle vient de ce pays. Et… je ne suis pas loin de vouloir m’y installer ! »

Jacques Brachet
Exposition « L’art de vivre », du 27 octobre au 7 novembre
Hostellerie la Farandole – 140, chemin de la plage – Sanary – 04 94 90 30 20

Toulon : 5 artistes entrent au couvent des Capucins

020

Peu de gens le savent mais en plein centre ville de Toulon s’élève le Couvent des Capucins, qui date de 1588. Ancien hôpital, lieu de formation des prêtres, il fut longtemps fermé avant que la municipalité l’ouvre à nouveau pour recevoir des expositions et des artistes..
Melle MARY, de racine toulonnaise, grande voyageuse, détentrice d’un BTS de communication audio, a un jour tout abandonné pour s’adonner à sa passion : la photo.
Mais chassez le naturel… la communication n’est jamais loin de son esprit et, découvrant le couvent des Capucins lors d’un visite familiale à Toulon, elle décide, non seulement d’exposer ses oeuvres, mais de proposer à de jeunes artistes de la région de se joindre à elle, sachant les difficultés, lorsqu’on n’est pas connu, de trouver un lieu où exposer.
Et quel lieu ! Tout en pierres et poutres, 7 mètres de haut, ce qui lui inspire sa première exposition intitulé « Verticalité ».
Elle crée l’association Artchimy, qui a pour but de mener des actions artistiques et culturelles. Et cette première expo, nommée « United Colors », rassemble, hormis ses propres œuvres, les oeuvres de quatre jeunes artistes, peintres, photographes.
Titre bien trouvé car chacun des quatre s’exprime avec un style déjà bien affirmé, et très personnel, dans des couleurs qui explosent sur les murs gris de ce lieu somptueux.

002 006

CYRTO
Il est graphiste et crée le 679 Studio afin de développer des projets artistiques et publicitaires.
Comme beaucoup de photographes, il a débuté avec l’argentique qui, peu à peu va disparaître au profit des nouvelles technologies. Longtemps il continuera à développer ses photos puis passera comme tout le monde sur l’ordinateur qui offre d’autres possibilités. L’amour de la peinture est toujours là et il décide de mêler les deux arts et voilà qu’il aborde ses œuvres d’une nouvelle façon, mêlant photo, peinture, collages, jouant sur les reflets, les transparences, les juxtapositions, dans des scènes urbaines de tous les jours, qu’il met en valeur avec imagination, poésie, ce mélange des genres et des matières donnant des scènes surréalistes et inattendues.
Patrick ROUCH
Loin de la photographie qui a toujours été une passion, il est métrologue. Définition :  » Un métrologue est un technicien ou scientifique qui pratique la métrologie. Cela consiste à vérifier et exploiter les instruments de mesure dans tous types d’industries ». Mais il n’a jamais lâché la photo et fait partie du club Phot’Azur de Six-Fours.
Mais justement cette rigueur qu’il faut dans son métier va se retrouver dans son travail de photographe qu’il va explorer en toute originalité en photographiant le monde, la rue à sa manière, une manière infiniment esthétique, à tel point qu’en découvrant ses œuvres, on se demande si c’est de la photographie ou de la peinture ! Les couleurs sont chatoyantes ses « tableaux » étant des patchworks, des puzzles dans lesquels il faut entrer pour y découvrir d’infinis détails.
Lina MARCOS
Elle aime à dire : « la peinture est à la fois mon équilibre et mon déséquilibre ». Elle vit dans son monde qui n’est pas vraiment celui des adultes, ayant gardé en elle une part d’enfance qu’on retrouve dans ses portraits très colorés, presque agressifs, quelquefois angoissants mais dotés d’une grande profondeur. Le trait de l’enfant, qui dessine le portrait de son père ou sa mère mais avec en plus quelque chose qui est une vision plus adulte, un peu comme l’imaginait Picasso. Ses portraits sont loin d’être « photographiques », il représentent toute la vie, les heurs et malheurs d’êtres sublimés par cette force donnée par les couleurs assez violentes qu’elle utilise.
Pierre TEBOUL
Dix années de photographie pour cet artiste venant de Tamaris qui a choisi pour s’exprimer la couleur, la lumière, les vibrations d’un instant, d’un monde infiniment petit, comme une goutte d’eau qu’il regarde au microscope de son imagination. Sa vision est faite de sérénité, l’imagination fait le reste. Il sait s’arrêter sur un infime détail qu’il retravaille pour donner une oeuvre sur laquelle on peut rêver et s’attendrir sans quelquefois savoir d’où vient ce sujet qu’il l’a séduit, qui a attiré sa curiosité pour l’idéaliser, le magnifier jusqu’à ce que la réalité devienne irréalité.

008 013

Quatre façons, donc, de s’exprimer artistiquement et où peinture, graphisme et photo s’entrelacent, se répondent, s’affrontent aussi en un amical duel de formes et de couleurs.
A découvrir de toute urgence.

Jacques Brachet
Couvent des Capucins – 29.31 rue Larmodieu – Place Vatel – Toulon

Toulon : La renaissance des Halles
Début des travaux : fin 2019
ouverture des halles prévue courant 2020

altaol-halles-raspail-vue-exterieure

Les Halles Raspail, appelées aussi anciennes Halles municipales, sont situées en plein cœur du centre ancien de Toulon. Inauguré en 1929 pour accueillir le marché couvert, le bâtiment est un modèle de construction en béton armé de style Art-déco. Fermées depuis 2002, les halles sont la propriété de Toulon Provence Méditerranée depuis 2003.
Elles font aujourd’hui l’objet d’un projet de reconversion en halles gourmandes, projet qui va participer au renouveau et l’attractivité du centre ancien de Toulon, mené depuis plusieurs années par la ville et TPM.
Ancien lieu de vie historique avec un réel potentiel pour la redynamisation du quartier et du cœur de ville, les halles sont inscrites dans la mémoire des habitants. Avec ses grands volumes, son emplacement central, son architecture Art-Déco, ce lieu semble aujourd’hui idéal pour l’implantation de ce projet, qui renoue avec son passé.
Les Halles, une « locomotive » pour le quartier
Le projet sur le bâtiment des Halles est accompagné par une requalification du quartier.
L’îlot situé entre la rue des Boucheries et les Halles est en cours de démolition, permettant ainsi une vue sur les Halles à partir de la rue d’Astour. Une place avec une fontaine sera aussi créée avec la reconstruction au Nord de cette place d’un immeuble qui hébergera le CAUE ; une grande salle en rez-de-chaussée accueillera des expositions autour de l’architecture.
A l’arrière des Halles, l’immeuble du Crédit Municipal est entièrement réhabilité en logements de qualité. Son rez-de-chaussée est transformé en commerce. Il pourra éventuellement accueillir une activité en liaison avec le projet des Halles.
Autour des Halles, les rares murs des commerces déjà maîtrisés par la puissance publique seront réhabilités et d’ores et déjà proposés à des activités en accord avec le futur exploitant des Halles.
La démolition de l’îlot Raspail s’inscrit dans la poursuite de la traversée Ouest/Est du centre-ville, depuis l’axe de la rue Pierre Sémard jusqu’à la Porte d’Italie, afin de créer un maillage de flux commerçant dans la ville aux rues historiquement

conf-presse-les-halles_z2a6121hh

Une place et une Halle pour redynamiser le quartier
Le projet s’appuie sur l’extension de la place Raspail prévue par la démolition de l’ilot des Boucheries.
Cet agrandissement permettra de redonner une ouverture à la place créant une respiration dans ce quartier sur laquelle viendra s’ancrer la halle rénovée. L’implantation d’une fontaine sur ce nouvel aménagement apporterait un élément structurant autour duquel pourrait s’organiser des terrasses.
En rénovant la halle et en la dotant d’une offre commerciale centrée sur la convivialité et la qualité des produits, cela permettra de redonner à cette zone une attractivité commerciale qui lui fait aujourd’hui défaut. Ce dynamisme drainera également la création de nouveaux commerces sur les RDC existants tout autour de la place Raspail.
Ainsi la continuité piétonne sera assurée dans le quartier Nord/Sud.

altaol-halles-raspail-vue-aerienne altaol-halles-raspail-vue-interieure

Un projet central, ouvert et convivial
Le projet s’appuie sur le réaménagement de la place Raspail pour ouvrir la halle vers la ville.
La halle étant surélevée par rapport à la place, une terrasse extérieure au niveau de la halle sera créée pour permettre l’accessibilité PMR et une transition plus fluide entre l’intérieur et l’extérieur, prolongeant l’entrée principale actuelle.
Les flux clients et commerçants seront séparés, l’entrée nord-est étant réservée aux livraisons avec un accès au local déchet et au sous-sol réaménagé pour accueillir les réserves et les chambres froides des artisans.
L’entrée nord-ouest sera conservée pour les clients. Des sanitaires seront mis en place au sous-sol tandis qu’un escalier permettra de rejoindre la terrasse qui pourra servir pour la restauration.
Le bâtiment existant ayant une forte identité et faisant partie de l’imaginaire collectif des toulonnais, nous avons choisi d’en conserver les éléments identitaires tout en l’ouvrant vers l’extérieur pour en faciliter l’usage. Ainsi les ouvertures existantes seront agrandies en supprimant les allèges et en les vitrant avec de fines menuiseries laissant entrer la lumière. Les ouvertures donnant sur la terrasse seront également vitrées mais avec des vitrages de couleurs qui projetteront une mosaïque colorée à l’intérieur de la halle participant à faire varier les ambiances au cours de la journée.
A l’intérieur, une ambiance chaleureuse et qualitative sera privilégiée avec l’utilisation de matériaux sobres et soignés (panneaux bois, sol sombre, grandes vitrines lumineuses,…).
Un travail particulier sur la lumière permettra en premier lieu de mettre en avant les produits présentés et d’offrir une expérience de convivialité retrouvée aux visiteurs.

Saint-Cyr-sur-Mer sous pressions !

SAINTCYR « 100 PRESSIONS » – 1ère édition de La Fête de la Bière
SAMEDI 20 OCTOBRE DE 18H A 23H30 –
Boulodrome Henri Salvador

FLYERS FETE DE LA BIERE-1 FLYERS FETE DE LA BIERE-2

Saint-Cyr-sur Mer attend les amateurs ou connaisseurs de bière, sur le Boulodrome Henri Salvador le samedi 20 octobre de 18h à 23h30 ;
Venez découvrir les origines et les secrets de fabrication des bières varoises en famille ou entre amis et profiter d’une
ambiance hors du commun !
Quatre brasseurs locaux seront présents sous chapiteau pour proposer leurs productions . Et c’est équipé d’un verre Ecocup, en plastique recyclable, que vous pourrez vous faire plaisir (en toute modération) auprès des différents stands. Les verres, en vente à l’accueil au tarif de 2€, à l’effigie de la Ville de Saint-Cyr-sur Mer, seront les seuls contenants autorisés sur le site.
Une grande buvette sera installée au cœur de la fête et proposera des softs pour les non-amateurs de bières afin que chacun puisse se faire plaisir.
Pour les petits creux, ça se passera en extérieur, sur le Boulodrome : trois foodtrucks permettront de faire une pause gourmande. Des espaces de convivialité seront aménagés tout spécialement pour l’occasion en extérieur comme en intérieur.
Lylou Dallas aux platines
Pour accompagner cette 1ere édition, Djette aux multiples facettes, Lilou débute sur vinyles en 2004 à Marseille, dans un milieu underground en jouant Techno & Minimal aux côtés du live « Amadéhouse ».
Variant les plaisirs, elle mixe régulièrement au Warm Up en distillant un son House/Tech house et accompagne également les défilés des Créateurs du Cours Julien dans une mouvance plus deep house
Sa technique, ses sets originaux et dynamiques lui ouvrent alors les portes des clubs Marseillais ainsi que de soirées privées. Ses mixes se composent de petites perles électroniques pour le plus grand plaisir du dance floor.
A (re)découvrir !

Les brasseurs présents en intérieur sous chapiteau : La Bas Varoise de la Cadière d’Azur, La Bière de la Rade de Toulon, La Bière des Îles d’Or d’Hyères, Le Caps de la Ciotat.
Les foodtruks présents en extérieur sur le site : Professeur Burger d’Ollioules, La Véritable Frite Belge de Toulon, La Cuisine de Rue d’Ollioules
Informations pratiques : Boulodrome Henri Salvador. Parkings gratuits à proximité. Brasseurs, buvette, espaces de convivialité, DJ et stands accueil sous chapiteau / entrée libre
Renseignements : service animation : 04 94 26 26 22 – Office de Tourisme : 04 94 26 73 73
Toute l’info sur www.saintcyrsurmer.fr
Suivez l’actualité de l’événement et de la Ville sur Facebook : Ville de Saint Cyr sur Mer

Aix-en-Provence – Samedi 20 octobre de 9h30 à 17h30
7ème salon Studyrama des Grandes Écoles
(Commerce, Ingénieurs, Art)

logo

Le salon Studyrama Grandes Écoles (Commerce, Ingénieurs, Art) d’Aix-en-Provence est le rendez-vous incontournable pour trouver sa Prépa ou sa Grande Ecole de Commerce, de Management, d’Ingénieurs ou d’Art. Il réunit toutes les formations admissibles après un Bac, une Prépa, ou un Bac+2/3, et d’aider les étudiants à trouver leur école dès le début de l’année scolaire.
Bachelors, PGE, Master, MS, MBA, MSC… Tous les programmes des grandes écoles seront représentés. De nombreuses grandes écoles (de commerce, d’ingénieurs, d’art …) et prépas seront présentes pour proposer des formations post-bac et en admission parallèle. Les visiteurs pourront ainsi s’informer sur ces cursus prestigieux, sur les modalités pour y accéder et découvrir les métiers auxquels ils préparent.
Dois-je intégrer une classe préparatoire ou une école post-bac ? Choisir directement un cursus en 5 ans ou intégrer un Bachelor en 3 ans ? Intégrer une école par la voie des admissions parallèles ou poursuivre en MS, Master 2 ou MBA ? Faire une formation en initial ou en alternance ? Quelles sont les différences entre les concours ? Les visiteurs trouveront les réponses à leurs interrogations lors du 7e salon Studyrama des Grandes Écoles (Commerce, Ingénieurs, Art) d’Aix-en-Provence qui réunira toutes les formations, admissibles après un Bac, une Prépa, ou un Bac+2/3. Avec plus de 5 200 visiteurs en 2017, cet événement est le rendez-vous à ne pas manquer pour trouver sa formation !

Aix_201018 (3)

Les « Plus »
Tout savoir sur les banques d’épreuves Des spécialistes renseigneront les visiteurs sur les classes préparatoires privées et les différents concours d’entrée des écoles. Le guide Studyrama des Grandes Écoles sera remis gratuitement à tous les visiteurs dès l’entrée du salon. Des conférences thématiques, animées par des spécialistes de l’orientation, sur des thèmes tels que l’Alternance, les Grandes Écoles… Moments privilégiés pour échanger et dialoguer, ces conférences apporteront des réponses pratiques à des questions clés. Le programme des conférences sera bientôt disponible sur Studyrama.com/salons/aix Ateliers d’Orientation Ton Avenir « Les 10 critères pour choisir sa grande école » Des conseillers Ton Avenir échangeront avec les étudiants pour les aider à trouver le type d’études et d’école les plus adaptés à leur profil.

Le salon
40 établissements présents : Prépas, Ecoles de commerce, Ecoles d’ingénieurs… – 5 200 visiteurs l’an dernier – 4 conférences
Centre de Congrès – 14 Boulevard Carnot – 13100 – Aix-en-Provence
Info pratique : invitation gratuite à télécharger sur Studyrama.com

Marcel AMONT : 90 ans l’an prochain
Bon pied, bon oeil, bonne plume, bon humour…
et toujours belle voix !

DSC00004

Il est né le 1er avril 1929… Après ça, l’on comprend son esprit facétieux !
Il traverse les décennies comme l’amie Annie Cordy, avec une pêche d’enfer. Les années glissent sur lui, il est toujours beau, svelte, ses cheveux sont blancs depuis si longtemps qu’ils font partie de cette silhouette longiligne qui devient, sur scène, un de ses atouts. D’autant qu’ils saute, danse et virevolte comme lorsqu’on l’a connu voilà…plus de 50 ans !!!
Il fait tellement partie de notre beau paysage de la chanson française que même nos grands parents parlent de lui. Lui, il rigole et à chaque concert il fait un malheur, tout comme lors de la tournée Age Tendre où il était plus jeune que nombre d’autres artistes qui avaient 20 ans de moins que lui. Il faut dire que, si sur scène il ne se ménage pas, il suit un régime draconien,
condition sine qua non pour continuer cette vie trépidante…
« Ordre de mon médecin après une petite alerte cardiaque… Mais rassurez-vous, tout va bien ! »
Il est disert, volubile et très heureux de vivre, de chanter, chose qu’il n’a jamais arrêté de faire, même durant « sa traversée du désert », où on ne le voyait plus à la télé, poussé par… ceux avec qui il partagea la vedette sur la fameuse tournée et qui, à leur tour, furent poussés par des petits nouveaux… qu’on retrouve aujourd’hui sur la tournée !!! Il en a beaucoup ri :
« J’ai trouvé ça très amusant que l’on se retrouve tous sur un même programme… C’est un clin d’œil du destin !
Ce qui me fait rire c’est lorsque j’entends des gens dire : « Oh la la… il a pris un sacré coup de vieux, celui-là » ! Mais finalement c’est le principe même de cette tournée : que sont-ils devenus ? comment sont-ils ? Le but est de faire entendre aux gens les chansons de leur jeunesse…. Et l’on vous parle d’un temps… comme disait son ami Aznavour !
Cet ami que l’on retrouve en duo avec lui pour ce nouvel album paru chez Universel où se mêlent anciennes et nouvelles chansons, anciennes et nouvelles voix puique, pour l’accompagner, il a réuni Charles donc, pour la chanson que celui-ci lui écrite et qui fait partie de ses plus gros succès : « Le mexicain ». Puis « Bleu, blanc, blond » autre grans succès revisité par les Nouveaux compagnons de la Chansons, recrée par Julien Dassin,fils de Joe et formé de chanteurs et comédiens vus dans diverses comédies musicales. Marcel est aussi l’un des seuls chanteurs à qui Georges Brassens ait écrit une chanson. C’est « Le chapeau de Mireille », qu’il reprend avec son « pays » de l’Ouest, Francis Cabrel. Participent à cet opus, Maxime le Forestier, auteur, avec Julien Clerc de la chanson « La galère », Alain Souchon de même avec « Viennois », François Morel (Monsieur) un certain Mathias fils de Marcel, né Miramon, et quelques autres. Pour ouvrir l’album une chanson d’Igit « Par-dessus l’épaule » qui donne le titre du CD et pour conclure, « Les moulins de mon cœur » de Michel Legrand.
Un bel album plein de souvenirs, sans aucune nostalgie et quel plaisir de retrouver ce magnifique artiste qu’on n’avait jamais perdu de vue.

artwork_5bab50f5dd3b8_511x9PJxg0L ma3

Le rencontrer est toujours un grand plaisir.
Marcel, vous avez commencé quand, exactement ?

Je suis « monté » à Paris en 51. J’avais un peu plus de 20 ans et je me destinais à un métier honorable », quelque chose comme enseignant . Mais très vite j’ai l’appel du théâtre puis de la musique et à 20 ans on me voyait plus sur les planches du conservatoire que sur les bancs de la fac. J’ai donc décidé de quitter Bordeaux où il ne se passait rien à cette époque et de tenter Paris. J’ai eu quelques années un peu dures mais j’ai commencé à percer en 56, date de mon premier Olympia, et je suis vraiment devenu une vedette reconnue avec quelques tubes (qu’on appelait alors succès populaires !)… en 60 ! Voyez, on n’en est pas si loin. Et voyez pourquoi ça m’a fait drôle de chanter aux côtés de ceux qui nous ont chassés !
En 60, je n’avais quand même que 30 ans mais avec leur arrivée j’ait fait office de « vieux briscard » ! Tout est relatif !
Et aujourd’hui, vous paraissez l’un des plus jeunes… Comment faites-vous ?
J’ai toujours fait attention à ma santé, à ma façon de vivre, de boire et de manger, à entretenir mon corps. Sans une certaine hygiène de vie, on ne tient pas longtemps dans ce métier et lorsque vous dites cela de moi ou d’Annie, ça prouve qu’il n’y a pas de secret !
Que pensez-vous du métier aujourd’hui ?
Il a complètement changé, c’est évident et je doute que nombre de tous ces chanteurs qui fleurissent en ce moment fassent de longues carrières Il y a une grande partie d’entre eux qui sont interchangeables et donc, ceux qui s’en sortiront, sont ceux qui ont une réelle personnalité, un réel talent. Il faut savoir que dans ce métier il n’y a pas de place pour tout le monde et qu’on ne peut pas lancer un chanteur comme un produit ménager, ce qui est aujourd’hui souvent le cas.
J’ai quatre enfants dont le plus jeune a plus de 30 ans. Il veut faire de la musique et, si je ne l’en empêcherai jamais, je lui dis : « Sois sûr de ton coup sinon, tu rejoindras le banc des oubliés ».

DSC00055 - Copie ma2

Vous n’avez jamais arrêté ce métier ?
Non, jamais et j’ai eu du bol car, lorsque les contrats se sont mis à se faire rares en France, j’allais chanter en Allemagne, en Italie et beaucoup plus loin car je chante en huit langues. J’ai animé des émissions et fait beaucoup de galas et de disques ailleurs, entre autres en Italie. J’ai beaucoup parcouru la planète. Même aux jours les plus difficiles, j’ai pu résister et subsister avec ce métier. Je n’ai jamais arrêté de vivre de la chansonnette et puis, j’avais un autre violon d’Ingres : écrire. J’ai toujours écrit des chansons, des textes, des livres, même si je ne me considère pas comme un écrivain. Si je n’avais pas chanté j’aurais peut-être pu être écrivain ou journaliste ».

Il aurait pu mais il l’est, écrivain, il quelques livres à son actif dont son autobiographie : « Il a neigé… ».
Vous avez mis du temps à sortir votre autobiographie !
Oh la la… Ca a été un long travail… C’est que je n’ai pas dix ans de carrière, mon bon monsieur !!! J’avais quelque deux mètres cubes de doc à compulser !
Lorsqu’il a été question que je fasse mes papiers pour ma retraite et faire valoir mes droits, ma femme a fait des recherches entre disques, programmes, articles de presse, documents divers… Après, il a fallu tout trier. Bien sûr que je ne raconte pas tout, il faudrait plusieurs volumes mais… il a fallu faire un choix ! Sans compter qu’il n’était nullement question que je raconte mes galipettes car ce n’est pas mon genre, même si je sais que ça plait au public »
Après cette autobiographie, il a continué avec un livre fort original tout simplement intitulé « Lettres à des amis ». Comme son nom l’indique, il nous offre, sous forme épistolaire, des bouts de vie partagés avec des artistes comme Serge Lama qui était en tournée avec lui lorsqu’il a eu son terrible accident, Michel Drucker, Pascal Sevran, qui ne l’ont jamais laissé sur le bord du chemin lorsque les télés ne l’invitaient plus, Georges Moustaki avec qui il fit ses débuts, Alain Souchon avec qui il a « souchonné » et qui lui a écrit une chanson, Brassens, vieux complice qui lui a offert « Le chapeau de Mireille », Jacques Brel qu’il a vu débuter… Evidemment, quelques-uns ont aujourd’hui disparu… Mais ça, c’est l’effet de l’âge car, » mon bon monsieur », si le Marcel sautille comme un jeune homme, il n’en a pas moins loin de 90 ans et certains de ses amis l’ont quitté, comme Charles Aznavour, il y a peu. Mais le joyeux drille n’est jamais dans le pathos. Tout dans l’émotion, lorsqu’il s’adresse à ses parents, ses enfants, sa femme, l’amitié, la fraternité. Souvent aussi dans l’humour et le dérisoire comme cette lettre à JFK ou celle, soit-disant écrite à George Sand par un amoureux de la langue française qui – et c’est un euphémisme ! – ne la maîtrise pas.
On pourrait toutes les citer car toutes ont leur originalité, leur clin d’œil, leur style et le Marcel, il a du style et il manie la langue française avec un rare bonheur.

M. Amont 1 - Copie

Lorsqu’on vous voit sur scène, on se rend compte de tous les succès que vous avez fait !
Pas tant que ça vous savez. Bon, c’est vrai, j’ai plus de 60 ans de carrière mais peu de grands succès populaires. J’ai sorti mon premier disque à 27 ans et il se trouve que j’ai eu, avec Gainsbourg, le grand prix du disque… sans tube ! le premier « Tout doux, tout doucement » est arrivé après, suivi de quelques-uns comme « Bleu, blanc, blond », « Le Mexicain » que m’a écrit Aznavour, « Le chapeau de Mireille » que m’a écrit Brassens, « Dans le cœur de ma blonde », « L’amour ça fait passer le temps »…. Je n’ai jamais fait « la chanson qui tue » mais je me suis toujours plus considéré comme un homme de scène. Lorsque j’ai vu Montand pour la première fois, j’ai été sidéré et je me suis dit : C’est ça que je veux faire »
Aujourd’hui vous nous offrez un nouveau disque !
J’ai toujours continué à écrire des chansons et c’est bien dans ce but mais surtout de pouvoir les chanter sur scène car aujourd’hui, qui achète les disques ? les croulants comme moi qui se rabattent sur leur jeunesse… Les jeunes achètent de moins en moins de disques et de plus, il n’iront pas acheter Marcel Amont. Mais mon désir de faire de nouvelles chansons vient du fait que je n’ai pas envie de toujours tourner en rond avec les mêmes succès que je chante depuis des décennies. C’est pour cela que je n’ai pas continué la tournée Age Tendre. Je ne crache pas dans la soupe, je suis très heureux d’avoir fait cette tournée mais j’ai besoin d’une autre nourriture et, sinon de remplir des Zéniths de cinq mille personnes, de remplir une petite salle de mille personnes. Je préfère chanter dans un théâtre ou en tournée seul, avec mon répertoire et non finir ma carrière sur un pot-pourri de quelques succès. C’est mon but ultime ».
Les surprises ne sont pas toujours mauvaises. Cet album est de ces imprévus qui se dégustent. C’est inespéré, je suis fou de joie »
Dont acte… avec ces quelques succès remaniée et « duotisés » pour la circonstance… à ne pas traiter par-dessus l’épaule !

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier

Le Festival de Musique de Toulon et sa Région
L’Hivernal 2018-2019

A

Pour la 69ième édition du Festival de Musique de Toulon et sa Région grand changement dans son administration. Pour des raisons personnelles le Président Claude Pinet n’a pas représenté sa candidature aux élections statutaires, c’est Claude-Henri Bonnet, Directeur de l’Opéra de Toulon, qui a été élu à cette Présidence. Le Président Bonnet connaît bien la « maison » puisqu’il en a été le directeur artistique sous la Présidence de feu Henri Triscornia, et également sous la présidence de Claude Pinet. C’est dire qu’il n’y aura pas de hiatus dans la marche de ce grand festival. Le Conseil d’Administration voit l’arrivée de nouveaux membres auprès d’anciens.
Claude Pinet, très ému, vint faire ses adieux de président, rendant hommage à celui qui fut son mentor et le fondateur du festival, Henri Triscornia secondé par sa femme Jacqueline, réaffirmant combien il avait été heureux d’assumer cette présidence aidé des membres du bureau, des salariés et des bénévoles des Amis du Festival.

B C D
Claude Pinet – Claude-Henri Bonnet – Monique Dautemer

Claude-Henri Bonnet vint prendre sa place sur le podium aux côtés de la musicologue du Festival, Monique Dautemer. Après que le nouveau Président a fait l’éloge de son prédécesseur et de Ghislaine, et les remerciements d’usage, la présentation de l’Hivernal était lancée dans un savant duo, chacun des protagonistes ajoutant des détails aux propos de l’autre dans une sorte de ballet verbal érudit et joyeux.
L’Hivernal se déroulera du 10 décembre 2018 au 13 mai 2019 avec neuf grands événements menés par de très grands artistes dans différents lieux : Église Saint-Paul, Opéra de Toulon, Palais Neptune, Lycée Dumont d’Urville, Port des Créateurs.
Le 10 décembre, première avec le « Concert de Noël » du duo clavecin violon intitulé « Café Zimmerman » (nom du café où Bach jouait à Leipzig), pour du Telemann et du Bach.
Chaque concert porte un nom générique, une sorte de thème : De Vienne à Paris – Le concert des élèves du conservatoire de TPM – Piano 1900 – Les Saisons – Grand Piano.
Nous retrouverons la « Nuit du Piano » rallongée cette année, de 17h30 à 23h30 précédée d’une Master Class Publique de la pianiste Fanny Azzuro avec les élèves du Conservatoire TPM. L’occasion de voir comment s’enseigne la musique à haut niveau.
Chaque année le Festival mène une forte action pédagogique pour la gloire de la musique auprès de quelques 20 000 élèves du primaire au lycée.
Le Président annonça que le Conseil d’Administration envisage des réformes profondes qui seront annoncées en leur temps. Il rappela que les concerts symphoniques se dérouleront à l’Opéra entre le 15 septembre 2018 et le 4 ami 2019 sur des thèmes très porteurs.
En guise de conclusion il fit remarquer que peu de villes ont un tel programme de concerts de cette qualité.

E F G
Mateo Camivassa – Julia Lopiccolo – Nicolas Goudin

Ensuite place à la musique avec un concert donné par trois jeunes guitaristes du Conservatoire TPM, présentés par leur professeur : Mateo Camivassa en solo, Julia Lopiccolo en solo et en duo avec Nicolas Goudin sur un répertoire Tango Argentin. Nous avons admiré la maîtrise des doigtés et des accords de ces très jeunes musiciens dans l’interprétation de morceaux extrêmement difficiles à exécuter. Le public leur fit une longue ovation très méritée.
La présentation de l’Hivernal se termina par le traditionnel verre de l’amitié offert par les Amis du Festival.

thumbnail_P1010898
Le nouveau conseil d’administration présidé par Claude-Henri Bonnet

Serge Baudot

 

 

Renseignements : www.festivalmusiquetoulon.com – tel : 04 94 18 53 07

Point de vente : Office du tourisme de Toulon – place Louis Blanc – 83000 TOULON
tél : 04 94 18 53 07 – mardi & vendredi de 13h à 17h

Nice -17 – 20 octobre – Bibliothèque Raoul Mille
Exposition itinérante « Couleurs pour la paix »

Cérémonie : Vendredi 19 octobre à 16 heures, en présence de Jean-Luc Gag, Conseiller municipal délégué au patrimoine historique, à l’archéologie, aux archives, à la littérature, à la lutte contre l’illettrisme, au théâtre et à la langue niçoise et d’Antonio Giannelli, Président de l’Association « I Colori per la Pace »

thumbnail_image006

Cette semaine, la Ville de Nice accueille l’exposition itinérante « Couleurs pour la paix » organisée par l’association « I Colori per la Pace », qui soutient le Parc National de la Paix de Sant’Anna en Italie, fondé en 2000 à la mémoire des 560 victimes du massacre du 12 août 1944 à Sant’Anna.
L’objectif de cette exposition est de recueillir et transmettre les messages de paix d’enfants à travers le monde. Le dessin étant un langage universel et un des moyens d’expression de prédilection pour les plus jeunes, l’association a sollicité les écoles du monde entier afin que leurs écoliers dessinent des messages de paix.
En moins d’une année, l’association a reçu plus de 4000 dessins de 200 écoles provenant de 80 pays et représentant les 5 continents. Une partie de ces dessins, exposés dans de nombreux pays (Italie, Roumanie, Émirats arabes unis, Brésil, Ukraine…) mais aussi dans le cadre de la réunion du G7 en 2017, arrivent aujourd’hui à Nice pour être exposés à la bibliothèque municipale Raoul Mille.
Une délégation niçoise s’était rendue à Sant’Anna le 12 août 2016 pour la commémoration du massacre de 1944. Aujourd’hui, avec cette exposition, l’association « I Colori per la Pace » souhaite rendre hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016 et porter un message de paix et d’espoir à Nice et aux Niçois.

Bibliothèque Raoul Mille – 33, avenue Malausséna – Nice . 04 97 13 54 28
Entrée libre mardi-mercredi-samedi 10h-18h – jeudi-vendredi 14h-18h

Toulon : La revue TESTE, véhicule poétique

thumbnail_lect2

Accueillie en ce dimanche matin 14 octobre 2018 par la Librairie Le Carré des Mots à Toulon la Revue Teste, qui se déclare véhicule poétique, présentait son 32ième numéro consacré cette fois uniquement à des auteures.
Dans son préambule Cédric Lerible prit soin de préciser qu’il ne s’agissait en rien d’un numéro féministe, que d’ailleurs il ne croyait pas à une écriture féminine en tant que telle, puisque toutes les lectures « en aveugle » montraient autant d’erreurs sur l’affirmation auteurs hommes ou femmes ; que l’écriture est le reflet d’une sensibilité, et qu’on sait qu’il y a en chacun de nous une part de masculin et de féminin, dont l’une peut être prépondérante sur l’autre quel que soit notre genre.
Il s’agissait simplement de « donner à lire des voix que nous (le collectif Parole d’Auteur) apprécions particulièrement et de mettre en évidence les singularités propres à leur naissance ».
Ceci posé la flûtiste Olivia Rivet imposait le silence par la voix de sa flûte afin d’occuper ce silence par sa musique. Excellente flûtiste qui joue des souffles, des sons de sa voix, de tous les moyens d’expression de cet instrument si proche de la voix humaine et des sons de la nature. Elle ponctua les lectures avec un à propos parfait.
Ce numéro 32 présente donc les œuvres de 20 auteures entourées par des dessins énigmatiques et des photos de quelques sculptures (pas moins de 20 œuvres) de Sophie Menuet, dont on a vu des expositions à Marseille, Aix en Provence, Villefranche sur Saône, Istres, Villa Tamaris Pacha à La Seyne sur Mer, et ce n’est pas fini…On doit aussi à Sophie Menuet les photos de ses œuvres, dans de splendides et luxueuses présentations pleine page.
Le choix des auteures est éclectique. Teste n’est pas une revue à thème, mais à chaque numéro la réunion d’artistes qui naît d’un écho entre les œuvres. Ces poètes viennent de différentes régions de France et du monde : Russie, Guatemala, Italie.

thumbnail_teste40 thumbnail_petitgoutte3mail

On pourra lire quelques textes bilingues, espagnol/français, russe/français. Nombre d’auteures étaient présentes à cette lecture pour faire vivre leurs textes avec beaucoup d’émotion. Et des voix d’hommes, celles de Patrick Sirot, Paul Antoine, Laurent Bouisset (traducteur de Regina Jose Galindo) firent entendre magnifiquement des textes de leurs consœurs absentes.
Une lecture riche et variée, qui permit d’entrer dans des univers, des écritures, des préoccupations et des thèmes différents, toutes œuvres bien ancrées dans le monde d’aujourd’hui.
La libraire «Le Carré des Mots» dans son nouveau lieu peut accueillir confortablement et convivialement artistes et public. Elle offre aussi le plaisir de déambuler à travers les livres, livres choisis avec compétente par les libraires Marion et Raphaël Riva, qui ont obtenu le label LIR (Libraire de Référence) dont le but est de faire reconnaître, valoriser et soutenir les engagements et le travail qualitatifs des libraires indépendants.

thumbnail_flutiste1 thumbnail_lectrice1 thumbnail_lectu1

Pour plus de renseignements sur la revue Teste voir <evasionmag.com> du 3 juillet 2016
Ce très beau numéro 32 de Teste avec une somptueuse photo de couverture de Raoul Hébréard est en vente au Carré des mots :
30 rue Henri Seillon – tel : 04 94 41 46 16.

Serge Baudot