Article mis en avant

AGENDA

AJacqueline Franjou à Ramatuelle… Une belle parenthèse

A
Michèle Torr va bien !

D
Christian Philibert ; Espigoule a 20 ans !

NUMEROS UTILES
AIX-en-PROVENCE

LE JEU DE PAUME : 04.42.99.12.00 – jeudepaume@lestheatres.netwww.lestheatres.net
BANDOL
Théâtre Jules Verne : 04 94 29 22 70
BRIANCON
THEÂTRE LA CADRAN : 04.92.25.52.52 –
theatre-le-cadran@wanadoo.fr
CANNES
PALAIS DES FESTIVALS : 04.92.99.33.83 –
sortiracannes@palaisdesfestivals.com
DRAGUIGNAN
THEÂTRE en DRACENIE : 04.94.50.59.59 –
www.theatresendracenie.com
GAP
LA PASSERELLE : 04.92.52.52.52 –
info@theatre-la-passerelle.com
GRASSE
THEÂTRE DE GRASSE : 04.93.40.53.00 –
www.theatredegrasse.cominfo@theatredegrasse.com
HYERES
CASINO DES PALMIERS : 04.94.00.78.80 –
www.ville-hyeres.fr
LA CIOTAT
LA CHAUDRONNERIE : 09 70 25 20 00 – lachaudronnerie-laciotat.com
LA GARDE
LE ROCHER – 04.94.03.58.62 –
le-rocher@ville-lagarde.frwww.ville-lagarde.fr
LA SEYNE-sur-MER
7ème VAGUE – 04.94.06.02.52 – cafetheatre7vague@gmail.com
LA VALETTE
THEÂTRE MARELIOS – ESPACE PIERRE BEL – LA TOMATE – CINEMA HENRI VERNEUIL –
ESPACE ALBERT CAMUS : 04.94.23.62.06 –
culture@lavalatte83.frwww.lavalette83.fr
LE CANNET
La Palestre : 04 93 46 48 88
LE PRADET
ESPACE DES ARTS : 04.94.01.77.34 –
culture@le-pradet.fr
MARSEILLE
CITE DE LA MUSIQUE : 04.91.39.28.28 –
www.citemusique-marseille.com
LA CRIEE : 04.91.54.70.54 – www.theatre-lacriee.com
LE GYMNASE : 04.91.24.35.24 – gymnase@lestheatres.netwww.lestheatres.net
LE GYPTIS : 04.91.11.41.50 – www.theatregyptis.com
ODEON : 04 96 12 52 74   –
www.contact-odeon@marseille.fr
OPERA : 04 91 55.11.10 – www.opera.marseille.fr
THEÂTRE DE LENCHE   – MINI-THEÂTRE DU PANIER : 04.91.91.52.22 –
lenche@wanadoo.frwww.theatredelenche.info
LE SILO : 04 91 90 00 00 – www.lesilo-marseille.fr
THEÂTRE TOURSKY : 04.91.02.58.35 –
www.toursky.org
NICE
NIKAÏA : 04 92 29 31 29 – www.nikaia.fr
PALAIS DE LA MEDITERRANEE : 04 92 14 77 00
THEÂTRE LINO VENTURA : 04 97 00 10 70
THEÂTRE FRANCIS GAG – 04 94 00 78 50 – theatre-francis-gag.org – theatre.fgag@ville-nice.fr
OLLIOULES
CHÂTEAUVALLON : 04.94.22.02.02 –
www.chateauvallon.com
SANARY
CASINO DU COLOMBET : 04 94 88 52 10 – service-culturel@casino-sanary-sur-mer.fr
THEÂTRE GALLI : 04.94.88.53.90 –
www.sanarysurmer.com
SIX-FOURS
ESPACE MALRAUX : 04 94 74 77 79 – www.espace-malraux.fr
THEÂTRE DAUDET : 06.65.62.59.69 – www.labarjaque.com
TOULON
LE COLBERT : 04 94 64 01 58 – www.lecolbert.fr
OPERA : 04.94.93.03.76 –
operadetoulon@tpmed.org
PALAIS NEPTUNE : 04.98.00.83.83 – info@congresneptune.com
THEÂTRE LIBERTE : 04 98 00 56 76 – www.theatre-liberte.fr
ZENITH-OMEGA : 04.72.32.09.29 –
appel@appelspectacles.com

A Filetta
A Filetta

CONCERTS – CHANSONS
JUIN
Mercredi 5 juin 20h30, Arena, Aix-en-Provence : Patrick Bruel Tour 2019
Samedi 8 juin 20h, le Dôme, Marseille : Jain
Vendredi 14 juin 20h, Nikaïa, Nice : Kenji Girac « Amigo Tour »
Samedi 15 juin 20h, le Dôme, Marseille : Kenji Girac « Amigo Tour »
Samedi 15 juin 20h30, dimanche 16 juin 15h30, Zénith-Oméga, Toulon : Frank Castellano et le Choeur du Sud
Jeudi 20 juin 20h30, le Silo, Marseille : Jean-Louis Aubert « Premixes »
Vendredi 28 juin 21H, le Dôme, Marseille : Shi’m
JUILLET
Mardi 9 juillet 21H, Vélodrome, Marseille : Muse
Jeudi 11 juillet 20h30, Théâtre de Verdure, Gémenos : Brigitte
Festival du Château, Solliès-Pont :
Mercredi 24 juillet : Malik Bentalha
Jeudi 25 juillet : Patrick Bruel
Vendredi 26 juillet : Zazie
Samedi 27 juillet : Dadju
Mercredi 24 juillet 20h30, Théâtre de Verdure, Gémenos : Julien Clerc
AOÛT
Lundi 19 août 21h, Théâtre Sylvain, Marseille : Patti Smith
Mardi 20 août 21h, Théâtre de Verdure, Nice : Patti Smith
SEPTEMBRE
Mardi 3 septembre 20h, le Dôme, Marseille : Alice Cooper
OCTOBRE
Vendredi 11 octobre 20h, Vélodrome, Marseille : Soprano
NOVEMBRE
Vendredi 8 novembre 20h30, le Dôme, Marseille : Stars 80 « Le triomphe »
Samedi 9 novembre 20h, Nikaïa, Nice : Stars 80 « Le triomphe »
Mercredi 13 novembre 20h30, le Dôme, Marseille Patrick Bruel
Vendredi15 novembre 20h, Nikaïa, Nice : M’Pokora « Pyramide Tour »
Dimanche 17 novembre 18h30, le Dôme, Marseille  : M’Pokora « Pyramide Tour »
Lundi 18 novembre 20h, Arena, Aix-en-Provence : Mika
Mercredi 20 novembre 20h, le Dôme, Marseille : Saez
Jeudi 21 novembre 20h30, le Silo, Marseille : Maxime le Forestier
Samedi 23 novembre 20h, le Dôme : M « Lettre infinie »
Dimanche 24 novembez 19h, Nikaïa, Nice : M « Lettre infinie »
Samedi 30 novembre 18h, le Dôme, Marseille : Aya Nakamura
DECEMBRE
Jeudi 12 décembre 20h30, le Silo, Marseille : Daniel Levi
2020
MARS
Vendredi 20 mars 20h30, le Silo, Marseille : Jain
Samedi 21 mars 20h, le Silo, Marseille : Lara Fabian « 50 World Tour »
Vendredi 27 mars 20h, le Dôme, Marseille : Alain Souchon
Dimanche 29 mars 17h, Acropolis, Nice : Lenni Kim
AVRIL
Mercredi 8 avril 20h, Nikaïa, Nice : Vitaa/Slimane
Jeudi 9 avril 20h, le Dôme, Marseille : Vitaa/Slimane
MAI
Samedi 9 mai 17h, le Silo, Marseille : Lenni Kim

A C B

MUSIQUES du MONDE
JUIN

Vendredi 14 juin 22h, Chateauvallon, Ollioules : « Danse mémoire, danse » avec A Filetta, Paolo Fresu, Daniele Bonaventura ‘Corse)
Samedi 22 juin, Chateauvallon, Ollioules : 19h30 : Eduardo Guerrero « Desplante » – 22h : Patricia Guerrero « Catedral »
Vendredi 28, samedi 29 juin 22h, Chateauvallon, Ollioules « Carmina Burana » par le Ballet du Grand Théâtre de Genève
NOVEMBRE
Mercredi 27 novembre 20h30, Théâtre en Dracénie : I Muvrini
2020
AVRIL
Samedi 4 avril 20h, le Silo, Marseille : I Muvrini

JAZZ – BLUES -MUSIQUES ACTUELLES
DÉCEMBRE
Dimanche 1er décembre 19h, le Dôme, Marseille : Ibrahim Maalouf
Samedi 7 décembre 20h, le Pasino, Aix-en-Provence : Michel Jonasz & Jean-Yves d’Angelo « Groove »

CLASSIQUE-LYRIQUE
JUIN
Mercredi 12 juin Toulon  « Pianos sauvages ». 4 pianos en liberté : 12H15 place Camille Auban, 13h30 Carré du port, 14h45 Centre Mayol, 16h Place Puget
Mercredi 12 juin 18h45, Place Puget, Toulon, « Paris/New-York/Rio, voyage au-dessus de l’Atlantique », concert de piano avec Frantz Baronti & Bertrand Massei
Samedi 15 juin 21h, Eglise Notre-Dame de la Mer de la Seyne : « Magnificat » de Vivaldi, « Nocturnes » de Mozart par Les Chœurs d’Opéras de Verdi dirigés par Patrick Sayaque
Samedi 22 juin 11h30, théâtre de verdure du Mt Faron, Toulon : Concert des élèves des classes de cuivres du Conservatoire TPM, dirigé par Jean-Louis Maes

D E

OPÉRAS- SPECTACLES MUSICAUX
DANSEJUIN
Mardi 4, mercredi 5 juin 19h, Chateauvallon, Ollioules : « Juste Heddy »  par la Cie Mickaël Phelippeau
2020
JANVIER
28/29 janvier 21h, Nikaïa, Nice : Disney sur glace
MARS
13 au 15 mars, Palais des Sports, Marseille : Holiday on Ice

F G H

HUMOUR
JUIN
Vendredi 7 juin 20h30, Espace Julien, Marseille : Zora H
Vendredi 7 juin 20h, la Chaudronnerie, la Ciotat : La Bajon
Vendredi 14 juin 20h30, le Colbert, toulon : Eva Rami « T’es toi »
Samedi 15 juin 20h30, Oméga Live, Toulon : Les frères Taloche
Dimanche 16 juin 17h, Théâtre Daudet, six-Fours : Les Fères Taloche
Dimanche 19 juin 18h, Espace Julien, Marseille : Zora H
OCTOBRE
Vendredi 4 octobre 20h30, Casino de Bandol : Elisabeth Buffet
Mercredi 16 octobre 20h30, le Pasino, Aix-en-Provence : Chantal Ladesou « On the road again »
Jeudi 17 octobre 20h30, le Pasino, Aix-en-Provence : Patrick Bosso
Jeudi 17 octobre 20h30, la Palestre, le Cannet : Chantal Ladesou « On the road again »
NOVEMBRE
Vendredi 8 novembre 20h, Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence : Fabrice Eboué
Dimanche 10 novembre 18h, le Dôme, Marseille : Ahmed Sylla
Mercredi 13 novembre 20h30, Espace Julien, Marseille : Lafesse c’est du poulet
Vendredi 22 novembre 20h, le Dôme, Marseille : Alonzo
Mercredi 27 novembre 20h30, le Pasino, Aix-en-Provence : Malik Bentalha
Samedi 30 novembre 20h30, le Silo, Marseille : Haroun
Samedi 30 novembre 20h30, Espace Julien, Marseille : Alex Ramirez
DÉCEMBRE
Jeudi 5 décembre 20h, le Silo, Marseille : Camille Lellouche
Mercredi 11 décembre 20h30, Casino d’Aix-en-Provence : Véronic Dicaire
Mercredi 11 décembre 20h, le Silo, Marseille : Mareva Loud
2020
JANVIER
Vendredi 10 janvier  20h30, le Silo, Marseille : Laurie Peret
Vendredi 17 janvier 20h30, le Silo, Marseille : Marc-Antoine Lebret
MARS
Jeudi 12 mars 20h30, le Silo, Marseille : Nora Hamzawi
AVRIL
Jeudi 30 avril 20h30, Arena, Aix-en-Provence : Les Chevaliers du Fiel « Camping car for ever »
MAI
Mardi 19 novembre 20h30, la Palestre, le Cannet : Bigard

I J K

THÉÂTRE
JUIN
Samedi 1er juin 21h, dimanche 2 juin 17h, le Silo, Marseille : Eric Dupont-Moretti à la barre
Dimanche 2 juin 17h, le Silo, Marseille : Eric Dupont-Moretti à la barre
3 au 6 juin, le Gymnase, Marseille : « Opening Night » de John Cromwell, mise en scène Cyril Teste, avec Isabelle Adjani, Morgan Lloyd-Sicard
5 au 7 juin 20h30, chateauvallon, Ollioules : « Ubu » d’après Alfred Jarry par la Cie Olivier Martin-Salvan
Vendredi 7 juin 21h, Acropolis, Nice : Eric Dupont-Moretti à la barre

JEUNE PUBLIC – CIRQUE – ILLUSION – MAGIE
JUIN
Dimanche 2 juin 18h, Parc des Troènes, la Valette : « Monsieur O et sabordage »  par Sylvain Julien et la Mondiale Génénérale
Jeudi 6 juin 20h, Pôle Jeune Public, le Revest : « Titre définitif » par la Cie Raoul Lambert
2020
JANVIER

28/29 janvier 21h, Nikaïa, Nice : Disney sur glace
MARS
Jeudi 19 mars 20h30, le Silo, Marseille : Dani Lary « Tic Tac »

 

 

Le Festival de Musique de Toulon et sa région
L’Estival 2019 du 12 juin au 20 juillet

faron
Suivant un rite bien établi depuis quelques années L’Estival a commencé (le 12 juin cette année) avec un programme hautement éclectique, par une journée de déambulation musicale « Les pianos sauvages », cinq grands pianos installés en divers endroits du Centre Ville et mis à la disposition de tout pianiste, débutant ou concertiste, passant par là entre 11h et 18h ; ils étaient aussi joués par des professeurs et des élèves du conservatoire. : belle occasion de partager des voyages musicaux.
Le soir à 18h c’était la présentation, sous la présidence de monsieur Claude-Henri Bonnet, de la saison estivale sur la place Puget, suivie par un récital à deux pianos avec Frantz Baronti et Bertrand Massei pour « Un voyage au dessus de l ‘Atlantique » ; et plus tard dans la soirée à 22h sur la place des Savonnières on pouvait assister à la projection du film «Buena Vista Social Clu » de Wim Wenders.
Cette année, le 14 juin, le Concert au profit de Pharmacie Humanitaire se déroula à l’église Saint-Jean Bosco avec le chœur de chambre Kallisté (direction Régine Gasparini) et l’Ensemble instrumental de Toulon et du var (direction René-Pierre Faedda dans un répertoire Mozart.
Le 22 juin montée au Mont Faron pour « Le Faron fête la musique » par l’Ensemble de cuivre des élèves du Conservatoire TPM.
En juillet viennent les grands concerts. Cette année le programme, très riche, fait preuve d’une belle diversité, et sort des sentiers battus. Différents styles de musique sont proposés aux mélomanes qui pourront satisfaire leur curiosité, et même faire des découvertes comme avec ce duo violon-vibraphone.
Tous les concerts de juillet se dérouleront à 21h30 à la Tour Royale, sauf celui du 6 juillet : en cas d’intempéries refuge à l’Opéra de Toulon.

ghraichy
Violoncellopéra – Simon Ghraichy

Le 2 juillet place aux violoncelles français avec « VioloncellOpéra », 8 violoncellistes célèbres dans un répertoire classique et varié.
Le 4 juillet, l’excellent groupe vocal « Les Voix Animées » donnera ses « Célébrations a Cappella » pour un concert-événement des 10 ans de l’Ensemble (2009-2019), sur un répertoire de chansons modernes. Gageons que ce sera un grand et étonnant moment.
Le 6 juillet, «Forever» sur la Place de l’Equerre, un grand concert avec l’Orchestre Symphonique du Conservatoire TPM sous la direction de Jean Louis Maes avec des enseignants et des élèves des classes de jazz et musiques actuelles, sur des thèmes issus de comédies musicales.
Le 8 juillet, en piano solo «Die innere Stimme» (la voix intérieure) par Simon Ghraichy ; là encore un répertoire varié.
Le 10 juillet «Odyssées» duo avec Alexandra Soumm au violon, et Illya Amar au vibraphone, dans un voyage musical de Bartók à des musiques folkloriques d’Europe, d’Israël et de la Méditerranée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA battle des anges
L’ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi

Concerts à la Collégiale Saint-Pierre de Six-Fours
Dans une deuxième partie l’Estival en partenariat avec la ville de Six-Fours propose trois concerts dont deux à la Collégiale Saint-Pierre à 20h30:
Le 17 juillet «Index Pro Memoria» avec l’Ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi dans un répertoire Vivaldi.
Le 19 juillet «La Battle des Anges» avec l’Ensemble Matheus et le chœur de chambre Melisme(s) dirigé par Gildas Pungier et le chœur Matheus, à nouveau dans un répertoire Vivaldi.
Le samedi 20 juillet à 21h au Parc de la Méditerranée «Baroque and Pop – Return to Forever» Il Giardino d’Amore avec Natalia Kawalek (mezzo), Stan Plewniak (chant), Stefan Plewniak (violon et direction). Une curiosité à découvrir sur de célèbres musiques pop et classiques.

Serge Baudot.
Renseignements : www.festivalmusiquetoulon.com – Tel : 04 94 93 55 45
Réservations : 04 94 18 53 07
Vente de billets aux endroits habituels

La Rochelle – Festival de la fiction télé

1

Chaque année, depuis 21 ans, le Festival de la fiction TV est le témoin privilégié de l’évolution et de la croissance de la fiction française. Accueillant toujours plus de monde, il répond aux attentes d’un public fidèle et curieux mais aussi de professionnels passionnés et exigeants.
Le festival vise, depuis plusieurs années, différents objectifs, notamment celui de structurer et de réunir l’ensemble de la création audiovisuelle française, francophone et européenne dans un même lieu, et ainsi œuvrer au partage d’expériences, à l’échange de connaissances et de compétences.
L’an dernier, la vingtième édition du Festival de la Fiction, a été un succès sans précédent. Plus de 35 000 spectateurs et 2 200 professionnels ont foulé les salles du festival, en quête de plaisir, de découverte et d’émotion.
Plus de 50 œuvres françaises et internationales ont été projetées, parmi lesquelles, 42 films en compétitions : 25 oeuvres françaises inédites, 10 séries et films européens, et 7 séries francophones étrangères.
Le jury présidé alors par Marie Gillain a décerné le prix du meilleur téléfilm à « Jonas » de Christophe Charrier. Les Rendez-vous de la Création Francophone
En 2018, le Festival de la fiction imagine les premiers «Rendez-vous de la création francophone», dontl’ambition est de faciliter et privilégier la rencontre entre investisseurs internationaux et producteurs françaiset francophones porteurs de projets de séries en langue française à potentiel international. Il souhaite ainsi prouver que la création francophone est capable de franchir les frontières de la francophonie. Avec les Rendez-vous de la Création Francophone, le Festival offre un espace de rencontres convivial, un écrin de travail privilégié et intime où les producteurs et auteurs francophones sont susceptibles de rencontrer des investisseurs étrangers attentifs et intéressés par la production de séries en langue française ainsi que leurs homologues francophones.
Compte tenu du succès l’an passé et de son efficacité, Les Rendez-vous de la création francophone, seront de retour cette année : Le mercredi 11 septembre 2019 après-midi, en pré-ouverture du Festival de la Fiction, et le jeudi 12 septembre dans la matinée, des rencontres en tête à tête vont être organisées entre les professionnels internationaux invités à La Rochelle, qu’ils soient producteurs, distributeurs ou diffuseurs, et des producteurs et auteurs francophones porteurs de projets de séries TV en langue française au potentiel international.
FESTIVAL DE LA FICTION – 21e édition – Du 11 au 15 septembre 2019
Le 6 mai 2019, le Festival a lancé pour la deuxième année consécutive, un appel à projet à destination des producteurs et auteurs francophones ayants des projets de séries TV francophones pouvant dépasser nos frontières. Une vingtaine de projets seront soigneusement sélectionnés par un comité de professionnels, qui sera attentif au caractère totalement inédit des projets, à leur originalité, leur fort potentiel à l’international et leur intérêt suscité auprès des chaînes francophones.
Chaque projet de série, en cours de financement, sera présenté par le producteur et l’auteur en une quinzaine de minutes sur place. À eux de convaincre l’investisseur de l’intérêt de la production! Plus que jamais, le festival affirme sa position de premier Festival de fictions françaises, francophones et européennes.

2

MARC TESSIER – Responsable du comité de sélection 2019
Cette année, Marc Tessier est nommé responsable du comité de sélection de la 21e édition du Festival de la Fiction, qui se déroulera à la Rochelle du 11 au 15 septembre 2019.
Les œuvres sélectionnées seront comme chaque année annoncées lors des conférences de presse qui se dérouleront fin août, à Paris et à la Rochelle.
Ancien élève de l’école Polytechnique et de l’École nationale d’Administration, Marc Tessier a participé au lancement de Canal+ dont il fut Directeur Général en 1983.
De 1995 à 1999, il a été Directeur Général du Centre national de la cinématographie (CNC), puis
élu par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) en 1999 à la présidence de France Télévisions.
En 2006, Marc Tessier se consacre au lancement de projets dans le domaine numérique, en particulier au travers de la société Vidéo Futur Entertainment Group.
Marc Tessier préside actuellement le Syndicat des éditeurs de vidéo à la demande et le Forum des Images depuis 2009, ainsi que Film France, en charge de la gestion des crédits d’impôts, depuis 2016.

MONTPELLIER – Les Folies D’O 2019

Une Plongée Inédite dans l’univers d’Offenbach 
les 2, 3 et 4 juillet à l’amphithéâtre du Domaine d’O

688f3ad7-8e04-49d2-85d0-4f819b875081

Rendez-vous attendu du Domaine d’O, les Folies d’Océlèbrentcette année les 200 ans de la naissance d’Offenbach, unerencontre entrepassé et présent à travers un voyage symphonique et diversifié. La Métropole de Montpellier est fière de porter et d’accompagner, depuis deux ans maintenant, ce festival pour lequel nous avons choisi de renforcer notre soutien cette année, avec une subvention à la hausse.Le Domaine d’O est fidèle à sa réputation. Chaque année, il sait se renouveler avec une programmation de qualité, toujours plébiscitée, pour chacun de ses rendez-vous. Métropolitain désormais, les synergies sont toujours plus nombreuses entre nos institutions culturelles. Aussi, je suis ravi de voir Marion Guerrero, formée à l’EcoleNationale Supérieure d’ArtDramatique de Montpellier(ENSAD), mettre en scène l’édition 2019 des Folies d’O.Un exemple de réussite qui témoigne de la qualité des enseignements dispensés à Montpellier, capablesde faire émerger les talents de demain, et contribuant largement à faire de Montpellier ce qu’elle est, une destination culturepar excellence.Trois jours durant, le Domaine d’O va vivre au sond’Offenbach, pour le plus grand plaisir d’un public mélomane,toujours fidèle et encore plus nombreux
Le 200ème anniversaire de la naissance d’Offenbach est l’occasion d’une production surprenante proposée par les Folies d’O, rebaptisées pour l’occasion les Folies d’Offenbach. Humour et originalité seront au rendez-vous de cette édition 2019 : une plongée inédite dans l’univers du créateur de l’opéra-bouffe.
Une enfant du pays signe la mise en scène
Jérôme Pillement, chef d’orchestre et directeur artistique du Festival les Folies d’O, a confié la mise en scène de cette création 2019 à Marion Guerrero. Montpelliéraine, Marion Guerrero a une trentaine de mises en scène à son actif. Cette femme engagée et dotée d’un solide sens de l’humour est la directrice artistique de la compagnie locale Tire pas la Nappe et endosse régulièrement des rôles de comédienne, au théâtre comme au cinéma.
Une piscine au cœur de la scénographie
Ce spectacle nous emportera de La Vie Parisienne aux Contes d’Hoffmann en croisant Les Brigands, La Belle Hélène, La Grande Duchesse de Gérolstein, La Périchole et nous invitera au Voyage dans la Lune.

6ebbe724-599c-4d18-bebe-a4d41753cc13 7f2bcb86-9447-48ab-a9f3-355ce15bcd2f

«Je ne voulais pas couper l’espace des musiciens du reste de l’action et je me suis demandée comment transformer la fosse en quelque chose qui serait en cohésion avec la scène. Et tout à coup, cette fosse a fait naitre l’image d’une piscine. Tout s’est construit autour de cette image», raconte Marion Guerrero. Un orchestre jouant dans une piscine ? Attendez-vous à de l’absurde ! Mais aussi à de belles voix et de la grande musique…
La distribution
Solistes, Chœur de l’Opéra national Montpellier Occitanie et Orchestre national de Montpellier Occitanie, comédiens, pas moins de 75 personnes seront réunies pour cette production inédite.
Parmi eux : la soprano Mélanie Boisvert, la mezzo-soprano Antoinette Dennefeld, le ténor Loïc Felix et le baryton Armando Noguera.
Les comédiens : Elodie Buisson et Julien Bodet.
A noter : possibilité d’organiser des reportages en amont de la Première.
Le Domaine d’O, un écrin magique
«Folie» du XVIIe siècle nichée dans un grand parc méditerranéen, le Domaine d’O s’est doté en 2003 d’un amphithéâtre à ciel ouvert de 1 800 places. Un lieu unique absolument fabuleux ! Depuis 12 ans, comédies musicales et opérettes y sont données sous les étoiles… C’est ici que Jérôme Pillement convie chaque année connaisseurs et néophytes à un merveilleux voyage en compagnie de la grande famille des arts vivants. Car pour ce chef d’orchestre sans frontières, c’est cela la magie de l’opéra : des acteurs, musiciens, chanteurs et danseurs vibrant à l’unisson !

Points de location – domaine d’O :  0 800 200 165 (service et appel gratuits) /
www.domainedo.fr – Du lundi au vendredi de 13h à 18h,
jusqu’à 22h les soirs de représentations

Sanary – Théâtre Galli : Ça repart pour une saison

A

Une saison s’achève. Une autre s’annonce.
Et elle s’annonce avec une programmation plus éclectique que jamais où le théâtre reprend ses droits et revient en force alors qu’il avait été un peu oublié.
De l’humour, de la danse, du jazz, de la musique classique, par contre peu de chanson (I Muvrini, Murray Head, Nadiya) et c’est un peu dommage. Mais bon, ne boudons pas le plaisir de voir venir ou revenir Charlotte Valandrey, Christian Vadim, 2 V sur la même affiche, Laurent Gerra pour deux soirées, succès oblige, Thierry Beccaro, Christophe Alévâque, Eric-Elmmanuel Schmitt, Noëlle Perna dans un autre rôle que Mado, notre ami Yves Pujol accompagnant Patrick Sébastien, Véronique Genest, Roland Giraud, Jean-Pierre Castaldi, Valérie Mairesse et j’en passe… En tout 81 spectacles !
Avant cette présentation, toujours avec son sens de l’humour et des formules, le maire de Sanary, Ferdinand Bernhard, nous a offert un splendide film-souvenir de cet événement exceptionnel que furent les Floralies, soulignant l’engagement, l’amabilité, le talent et les qualités professionnelles de ces artistes meilleurs ouvriers de France.
Succès énorme et populaire au point que déjà il nous annonce le prochain festival pour mai 2024 !
Revenant au Théâtre Galli, il nous a annoncé avec fierté et joie quelques chiffres parlants : Il y a 3 ans, 23.000 spectateurs, l’an dernier 26.000, cette année 32.000, ce qui est on ne peut plus encourageant.
Quant aux recettes, sachant qu’aujourd’hui ce sont les producteurs qui louent la salle, rétrocédant une part de celles-ci à la commune, elles aussi, évidemment, n’ont fait qu’augmenter : de 42.00€, puis de 59.000€, elles sont passées à 85.000€. Cette année, 1.610 spectateurs se sont abonnés. Du coup, pour l’année prochaine, ils auront la priorité pour choisir leurs spectacles !
Le maire tient aussi à souligner que nombre d’artistes passant à Galli, n’ont qu’un souhait : revenir dans cette salle confortable, accueillante, à l’acoustique impeccable, à la vision optimum de la scène, où qu’on se place. Sans compter – ajoute-t-il – un détail qui a son importance car cela est rare, de l’avis des artistes, les loges sont chaleureuses et propres, ce qui n’est pas toujours le cas.

B C D

Comme depuis dix ans, nous retrouvons donc pour la onzième année, l’équipe de René Raybaud qui fête ses 57 ans de théâtre, avec le Théâtre Poquelin rebaptisé Théâtre Romain Bouteille en hommage à son ami comédien disparu.
« C’est – ajoute René – 11 ans de bonheur grâce à Ferdinand Bernhard qui nous a offert le petit Galli puis la grande salle alors que nous étions à la rue, chose que je n’oublierai jamais ». Cette année Molière et Feydeau et Robert Lamoureux seront au programme avec un moment très attendu : un « Cyrano » musical avec musiciens et 60 choristes sur scène. Ce sera pour le 8 octobre.
Jean-Michel Berenguier est venu à son tour présenter ses cafés-philo appréciés par de plus en plus de gens, ce qui prouve, précise-t-il, que la philo n’est pas réservée à une élite mais c’est le rendez-vous des idées. Le sujets seront divers et variés, allant de l’intelligence artificielle aux fake news en passant par la religion et la spiritualité, la puissance du désir et quelques autres sujets à raison d’un café-philo par mois avec une soirée spéciale et musicale pour clore l’année le 10 juin avec le comédien Manuel Pratt.
En l’absence de son époux pris par la fête de la Musique, c’est Mme Froment qui est venue présenter la saison jazz qui elle aussi, fête ses dix ans, avec beaucoup de beaux talents, débutant par Christine Lutz Quartet le 13 septembre et avec un point d’orgue un concert gospel pour les fêtes de Noël.
Le maire a remercié toute l’équipe qui, à part l’incontournable JP, est uniquement composé de femmes et son adjoint à la culture Pierre Chazal. Puis il a dit un mot sur le succès du Casino qui, en un an, a vu passer 100.000 personnes qui ont joué 108 millions d’Euros. Le casino qui, comme l’an passé, sera partenaire du théâtre Galli, sponsorisant trois spectacles.
Une belle année 2019/2020 nous attend donc, nous promettant de bons moments grâce à un maire qui met toujours la culture au premier plan, le plus gros budget de la municipalité restant toujours pour celle-ci.
Et ça devient rare de nos jours !

Jacques Brachet
Renseignements : 04 94 88 53 90 – www.sanarysurmer.com

Christian PHILIBERT fête les 20 ans d’Espigoule !

D

20 ans…
Déjà 20 ans que nous étions réunis à Ginasservis pour voir naître ce qui, on ne le savait pas encore, allait devenir un film culte.
Avec quatre bouts de ficelle, Christian Philibert et son équipe créait son film au jour le jour, toute la population avait un rôle à jouer dans ce film inclassable mi-doc, mi-fiction. Moi j’étais là en spectateur ou presque parce que invité à écrire un article. 20 ans après, couvert de prix, Christian, qui vit aujourd’hui à la Seyne-sur-Mer mais a quitté son frère devenu maire de Ginasservis, remonte le temps et va dignement fêter ce qui est devenu un OVNI cinématographique.
Toujours souriant et positif malgré beaucoup de problèmes liés à sa façon de pratiquer son métier de scénariste et de réalisateur, il persiste et signe : malgré les difficultés il n’a jamais quitté son terroir, sa région tant il a de choses à dire, à écrire, à filmer.
Passionné de l’Histoire de sa région, il a depuis réalisé des films historiques sur l’Affaire Yann Piat, le débarquement en Provence, tout aussi important qu’en Normandie mais dont on parle peu et sur bien d’autres sujet qui lui tiennent à cœur.
Mais ça, c’était avant. Avant que France 3 ne décide que les films historiques, quels qu’en soient le thème et la région, ne se fassent à Paris qui ont l’air de mieux comprendre la région que ceux qui y vivent.
Mais ça ne lui pas fait baisser les bras et il continue, contre vents et marées parisiennes à tracer son chemin et depuis Espigoule, il n’a jamais cessé de travailler à la force du poignet dans sa région, pour sa région, écrivant, réalisant, produisant : « Afrik Aïoli », « Travail d’Arabe », « Massilia Sound System »… des longs métrages entre les nombreux documentaires et courts-métrages réalisés.
Pour lancer les 20 ans d’Espigoule, c’est au Télégramme, à Toulon, que nous nous retrouvons : Toujours ce regard bleu, ce sourire empli de gentillesse et de fougue avec mille projets dont il vient parler au public. Une salle pleine car il a ses aficionados. Mais auparavant, il va égrener avec nous tous ses projets à venir et ses souvenir d’Espigoule qui fut une grande aventure.

A B G

« Tu te rends compte que le film a fait plus de cent mille entrée, que nous avons eu des critiques dithyrambiques aussi bien dans Télérama que dans Première, qu’on a reçu plein de prix et que le maire de Toulon, Hubert Falco, a décrété qu’Espigoule était la 154ème commune du Var !
Alors qu’on a failli nous classer dans les films folkloriques de Provence ! Quant à l’animal que nous avons inventé, le phacomochère, certains, encore aujourd’hui, croient qu’il existe vraiment. D’ailleurs, il est rentreé au Muséum d’Histoire Naturelle en 2011 ! Il est presque aussi célèbre que la Tarasque !
Ca vaut donc le coup de fêter ces 20 ans ?
Oui, et nous avons frappé les trois coups au Télégraphe. Mais tout au long de l’été, des manifestations sont prévues. A partir du 29 juin, nous allons faire des promos en plein air, comme avant quand le cinéma s’installait sur les places du village à l’heure de l’apéro. A noter qu’en 2009, pour les dix ans du film Ginasservis a été envahi : 5000 personnes; C’était Woodstock ! Ce film a vraiment créé un lien social et nous voulons retrouver cette ambiance « apéro-film-musique ».
De nombreuses villes vont nous accueillir : le 29 juin au théâtre Romain de Fréjus, le 5 juillet au Plan d’Aups, le 25 juillet à Cotignac, le 17 août à Figanière, les 30 et août au Fort Balaguier de la Seyne, durant le festival du court-métrage dont je serai le parrain…

F

Et Ginasservis ?
Je le gardais pour la fin car ce sera la fête le 15 juillet avec la projection d’un documentaire sur la genèse d’Espigoule de Jérôme Quadri « Il était une fois Espigoule ». Sera également lancée une double BD réalisée par le scénariste Alex Graisely et le dessinateur Lobé. Ces 2 BD sortent aux éditions Prestance, qui ont déjà réalisé entre autres la série »Gaspard de Besse ». Bien entendu apéro et musique seront au rendez-vous.
Par ailleurs, j’aimerais ressortir le film remasticage, courant novembre au cours de 12 jours à travers le Var, qui se terminerait le 17 novembre au Télégraphe. Tourné en pellicule, il revit et ça a été une grande émotion que de le retrouver ainsi.
Je suppose que malgré ces mois de folie, tu as, comme toujours, quelques projets ?
Evidemment, même si c’est toujours difficile de réunir des fonds car nous ne sommes plus soutenus par la région PACA ! Nous sommes de plus en plus pieds et poings liés par les décisions parisiennes, et le cinéma « Provençal » a de moins en moins d’issue. Nous cherchons donc des mécènes désespérément ! Mais je prépare le troisième volet de la saga après « Les quatre saisons d’Espigoule » et « Afrik Aïoli » : « Un taxi pour Maudou » car cette fois c’est Maudou qui vient chez nous. Une sorte de road movie à travers la Provence. Je prépare aussi un docu-fiction sur le poète Germain Nouveau, pour les 100 ans de sa disparition. Ami de Rimbaud et Verlaine, il circule une information comme quoi ce serait lui qui aurait écrit « Les illuminations ». Je travaille donc là-dessus et je fais beaucoup de recherches. J’aimerais faire ce film, créer une web-doc et une exposition sur l’un des plus grands poètes de l’époque.
Enfin j’ai un gros projet : mettre en place la route du débarquement dont beaucoup de Varois ne savent pas qu’il a existé, occulté par celui de Normandie. La première borne devrait être posée à la Motte le 15 août et d’autres bornes devraient suivre.
Avec le Télégraphe nous allons lancer une rubrique : « L’écho d’Espigoule ».
Après tout ça j’ai un autre projet sur Gaspard de Besse.

C
Avec ses complices de la BD : le scénariste Alex Graisely et le dessinateur Lobé

Comme on le voit, l’ami Philibert ne s’ennuie pas une seconde entre projets et rétrospective. Son sourire en dit long sur la passion qui le tient et le fait avancer.
Et l’on va avancer avec lui, comme on le fait depuis 20 ans !

Jacques Brachet

Opéra de Toulon
Grand succès pour la semaine de la jeunesse

-®Kbouffard 5

Les actions de sensibilisation sont au cœur du projet d’ouverture mené par l’Opéra de Toulon. Trois opérations se sont déroulées du 4 au 11 juin 2019
Elles ont eu pour objectif de réduire les inégalités d’accès dans les grands domaines des arts et de la culture, spectacle vivant, art lyrique et musique.
Un parcours d’éducation artistique et culturel a ainsi été élaboré durant le temps scolaire et le temps libre des élèves sur trois programmes d’intervention :
Le Printemps des jeunes a pour objectif d’entrer dans une démarche de création et de production musicale et vocale
Ont été présentés Comptines de Jean-Pierre Haeck et Quel Etrange Orchestre !  création de Hugo Gonzalez-Pioli
Les Rencontres chorales, leur but de développer les chorales au sein des établissements scolaires
L’Ecole à l’Opéra spectacle réalisé par les élèves, associant les trois piliers de l’éducation artistique et culturelle : rencontre, pratique et connaissance
Durant cette semaine l’Opéra de Toulon a accueilli plus de 4400 jeunes de la maternelle au lycée
Plus de 160 classes des établissements scolaires de la métropole et du Var
Ces actions sont pilotées par l’Opéra de Toulon, le Festival de Musique de Toulon et sa région, l’Inspection Académique du Var, le service éducation de la ville de Toulon et le Conservatoire TPM.

-® Kbouffard 4

photos ©Kévin Bouffard Opéra de Toulon

Jacqueline FRANJOU : « Le festival,
une belle parenthèse dans la vie de Ramatuelle »

B

Il y a quelques semaines, nous vous avons dévoilé le prochain festival de Ramatuelle qui se déroulera du 27 juillet au 11 août.
Jacqueline Franjou, présidente du Festival et Michel Boujenah, son directeur artistique, nous en ont parlé au cours d’un repas au bord de l’eau sur la plage « La Serena » où nous recevait chaleureusement Terence Turchi-Fridrici.
Mais en dehors du festival, qu’avait conçu l’ami Jean-Claude Brialy et qui ne démarre que le 1er juillet, Jacqueline y a, depuis trois ans ajouté en prélude, trois soirées classiques de haute voltige dont je voulais parler avec elle mais également parler des sponsors, des mécènes, des institutions sans l’aide et la générosité de qui le festival ne pourrait se faire.
Parlons donc de ces trois belles soirées classiques sous les étoiles, Jacqueline.
Je voulais ajouter ces trois soirées parce que je pense que la musique classique est un prologue et un atout supplémentaire au festival, la musique faisant partie des arts et de la culture et je pense qu’il n’y a pas de séparation avec les autres arts. Ca ajoute même un plus au festival et je crois que Gérard Philipe et Jean-Claude auraient apprécié, tous deux aimant cette musique.
Comment se fait le choix de ces trois soirées ?
J’ai choisi Laurent Petitgirard pour programmer et organiser ces soirées car en dehors de ses talents de musicien, il a une immense connaissance de la musique, des compositeurs et de leurs oeuvres, il est également un extraordinaire pédagogue et chaque soir avant le spectacle, il nous parle de l’œuvre du compositeur choisi, de son histoire, des instruments qui la jouent.
Il nous fait aimer et comprendre cette musique et le public l’écoute différemment.
Jouer en plein air n’est-il pas périlleux ?
Non car dans ce lieu il y a un écho formidable, les notes s’envolent et du haut de l’amphi, on a une vue magnifique sur l’orchestre, la lune qui se lève. C’est magique.
J’ai également ajouté la danse car c’est un tout et ça fait partie intégrante de tout ce qu’on propose dans le festival. Ca manquait. Nous avons reçu de grandes pointures et cette année la venue d’Eric Vu-An sera, j’en suis sûre, un grand moment.

Sans titre - 1 IMG_0017 - Copie
Jean-Claude Brialy, avec qui Jacqueline a créé le festival – Michel Boujenah… la continuité

Là encore n’est-ce pas difficile de faire danser les artistes sur cette scène ?
Effectivement, ce n’est pas simple car il faut installer un plancher spécial sous lequel sont placées des demi-balles de tennis pour amortir les chocs. Ca s’appelle un parquet-miel. D’autant que cette année, nous allons recevoir quarante danseurs !
L’orchestre est-il toujours le même ?
Oui, c’est l’Ensemble Orchestral de l’Opéra de Nice, qui sera dirigé par Giulio Magnanini. Cette année, il y aura également les chœurs car le public aime les voix.
Tout ça, tu penses, est assez lourd à organiser mais c’est excitant et le résultat est tellement fort car ça touche les yeux, les oreilles et le cœur.
Passons donc aux sponsors sans qui le festival aurait du mal à exister.
Ce sont toujours les mêmes car ils nous sont fidèles depuis le début. Ils ne nous ont jamais quittés et même cette année nous sommes en progression, ce qui est signe de santé !
Je me suis toujours tournée vers les entreprises de service dont nous avons besoin, comme l’eau, l’électricité, les voyages, les vins locaux comme Chateau Minuty, Tour de l’Evêque (Pétale de Rose), Château Volterra. Le champagne Pommery. les entreprises de luxe comme Chanel, Fred Boutique. Je précise que si les mécènes et les institutions donnent de l’argent, c’est sans contrepartie publicitaire et ils payent même les places de leurs invités.
Parlons aussi des hôtels et de la restauration cet il n’y aura plus les Jumeaux.
Oui et je le regrette infiniment, je suis très triste pour eux mais personne n’y peut rien.
Ce sera donc Terence qui nous accueillera à la Serena. c’est un lieu magique. Quant aux hôtels il y a toujours le Baou, la Ménardière entre autres

23 Ramatuelle 2017 - Copie C

Cette année, tu mets le phare sur la gastronomie !
Je trouve qu’il y a un véritable parallèle entre les coulisses d’un théâtre et les cuisines où tout se concocte à l’abri des regards. Dans le programme, il y aura un cahier consacré à la gastronomie où l’on retrouvera Guy Savoy qui a toujours été à nos côtés. Cette année les traiteurs du spectacle seront Christophe Caïetti et Lucas Carton et bien sûr Teddy Evrat à la Serena.
Un autre cahier sera consacré à l’Europe car aujourd’hui, sans elle pas de culture.
Il y aura entre autres un mot de Jean-Noël Tronc, le président de la SACEM et de Franck Riester, Ministre de la Culture.
En fait, tout va bien, Jacqueline ?
Oui car le Festival est une belle parenthèse dans la vie de Ramatuelle. C’est un immense atout pour le village, un bel outil de communication et je voudrais saluer mon équipe, elle aussi fidèle, efficace… C’est une équipe fantastique !

Propos recueillis par Jacques Brachet

Choeur © Dominique Jaussein.jpg

Programme des Nuits Classiques
Samedi 27 juillet 21h
Ballet Nice Méditerranée, direction artistique Eric Vu-An. Chorégraphie Luciano Cannito. Musiques de Camille Saint-Saëns, Serguei Prokofiev, Elvis Presley
Dimanche 28 juillet 21h
« Ange et démons » avec Gosha Kowalinska, mezzo-soprano, Guillaume Dussau, basse, Mari Laurila-Lili piano (Airs divers d’opéras)
Mardi 30 juillet 21h
Chœurs et Ensemble Orchestral de l’Opéra de Nice dirigés par Giulio Magnanini. Récitante Sonia Petrovna (Poulenc, Hendemith… « Le petit prince » Laurent Petitgirard)
www.festivalderamatuelle.com

Michèle TORR… Elle va bien !

A

« Je vais bien » est le titre du nouvel album de Michèle Torr.
Une belle confession après beaucoup de problèmes personnels et de santé qui l’avaient affectée depuis ces derniers mois.
Aujourd’hui tout va bien, les problèmes s’estompent et sa seule préoccupation reste aujourd’hui son fils Romain qui est atteint de sclérose en plaque et avec lequel elle a créé l’association « SEP en pays d’Aix ».
Et quand elle chante « Je vais bien », on ne peut plus en douter en la voyant retrouver son sourire, sa sérénité alors que ces temps dernier elle l’avait un peu perdue, son regard éteint le démontrait. Aujourd’hui, elle est de nouveau rayonnante, elle a changé de look et puis la voix… cette voix ample, ensoleillée est plus belle que jamais, ce CD nous le prouve.

B C

Elle s’est beaucoup investie sur cet album, écrivant la plupart des textes ce qui fait que, comme elle me l’a écrit, il lui ressemble vraiment. Elle l’a concocté avec les Mattéoni, le père, Guy, superbe musicien, compositeur et chef d’orchestre, ami fidèle et la fille, Stella, chanteuse, auteure, compositrice. Tous deux ont entre autre signé la chanson qui donne le titre au disque : « Je vais bien ». Pour les autres paroles, il ne peut pas plus ressembler à Michèle qui a souvent chanté sa vie : « Je m’appelle Michèle », « A ma mère », « Mon père », « Charlotte » sa petite fille, sa Provence dont le fameux « Pont de Couthézon » et souvent sa vie de chanteuse.
Et « Ma première chanson » est… la première chanson de l’album qui raconte ses débuts avec « C’est dur d’avoir 16 ans », d’autant plus dur que c’est à cette époque que sa maman s’est tuée en voiture. Une enfance qui s’achève brutalement et cette chanson partagée avec de nombreux fans qui, plus de 50 ans après, sont toujours là.

D E
Michèle en compagnie de Stella Mattéoni, Hervé Vilard, Guy Mattéoni et Didier Barbelivien

« Je n’ai plus le temps » raconte ses problèmes matrimoniaux, la délivrance d’un mari violent, sa séparation, la liberté retrouvée et l’aveu qu’elle n’a plus de temps à perdre et qu’on ne peut vivre en étant maltraitée et sans respect. A bon entendeur !
« On aurait pu, on aurait dû » parle des choses qu’elle a pu rater, qu’elle aurait pu éviter dans sa jeunesse… Pense-t-elle à Christophe ?
« Les jours heureux », sur un tempo très sixties, est un bilan de ses heurs et malheurs de sa vie de femme et de chanteuse, qui ne regrette rien et espère encore plein de belles choses.
On retrouve aussi quelques reprises remises au goût du jour par Guy Mattéoni et l’on a plaisir à retrouver « Les choses de la vie », écrite par Romain, son fils et l’ami Didier Barbelivien. Didier qu’on retrouve sur cette belle « Chanson inédite »
Grand plaisir aussi de retrouver l’un de ses tubes « La grande chanson » et encore cette émouvante profession de foi : « Rentrer sur scène » signée par Guy et elle-même.
Ce disque est un petit bijou, on y sent une Michèle délivrée, libérée (comme le dit une autre chanson qui n’est pas d’elle !), pleine d’énergie, en pleine possession de cette voix grave et puissante qui explose.
Un disque sans nostalgie sur sa vie de femme et d’artiste faite de hauts et de bas et dont elle ne veut garder que le meilleur.

F G

Michèle qui a eu 72 ans le 7 avril dernier qui est loin de faire son âge et qui, comme chaque année fêtera cet anniversaire avec son fan club le samedi 6 juillet dans sa ville natale, Pertuis. Et comme chaque année également, elle donnera un concert, toujours à Pertuis, le lendemain, 7 juillet au profit de « SEP en pays d’Aix »  à l’enclos de la Charité, en compagnie de Romain, du Professeur Pelletier avec lequel elle travaille et la venue de quelques médecins : Audrey Rico, Pierre Malodiney, Charles Vitello, pour parler de cette maladie.
Et puis sur scène quelques amis la rejoindront comme à chaque fois. Déjà de nombreux artistes amis ont participé à cette soirée : Nicoletta, Hervé Vilard, François Valéry, Stone, Michel Leeb, les Chevaliers du Fiel, Danyel Gérard, Christian Delagrange, Dave, Herbert Léonard et quelques autres.
Cette année, viendront, Michel Drucker, Condor, Stella Mattéoni, Frédéric Zeitoun et son orchestre dirigé par Gérard Gardet.
Évidemment que nous serons là pour les soutenir, elle et Romain et pour nous rendre compte que Michèle va vraiment très bien !

Sans titre - 1

Jacques Brachet
Réservations : 06 61 21 83 13
Réservation billet CE/Groupe. – 06 44 67 42 22 – nathalie@fan-prive.com

La Seyne – Festival du Chapeau : En compagnie des Loups

A
En cadrant les comédiens, à gauche Eliane Obrecht-Laurenci,, à droite Hélène Nicolas-Botasso,

Chaque année le Festival du Chapeau présidé par Jacqueline Visciglio, nous donne l’occasion, dans ce magnifique cadre du Fort Balaguier, de découvrir des compagnies théâtrales amateur varoises. Et chaque année, malgré la fraîcheur, le jardin ne désemplit pas et l’ambiance y est chaleureuse.
En ce jeudi soir, c’est la Compagnie des Loups, venue tout droit d’un long périple… seynois, qui s’y collait avec quatre saynètes qui avaient pour dénominateur commun « Moments de vie », toutes se passant dans divers salons avec des thèmes différents.
C’est ainsi que, sous la houlette d’Eliane Obrecht-Laurenci, metteuse en scène des quatre piécettes, nous avons d’abord pu entrer dans un salon de coiffure nommé « Bell’enCoiff' » où certaines clientes étaient aussi bizarres que certaines coiffeuses. On le sait, dans ce genre de lieu, les conversations vont bon train, des affaires politiques aux potins de la commère et quelques péripéties vont se produire au cours des événements concoctés par Hélène Nicolas-Botasso, pièce maîtresse de la compagnie qui nous offre un moment de pure joie.

C D E

Suivront « Le malaise de Georges », signé Roland Dubillard où comment deux infirmières se demandent comment soigner un malade qui a l’air très mal en point. Puis l’on retrouve l’ineffable « Gora » de Georges Courteline, où comment démontrer à sa femme qu’un chat angora n’est ni un gora, ni un nangora, ni un tangora, si petit soit-il. Enfin, l’on part dans le monde de Gérard Moncomble qui, façon Agatha Christie, nous montre que « A quelque chose malheur est bon ».
Quatre pièces joyeuses et drôles interprétées par de belles comédiennes, le seul mec – mais quel mec ! – étant Patrick Dias qui en fait se retrouve en septième femme de la troupe ! Il est désopilant, qu’il interprète une coiffeuse, un amant donneur de leçon ou encore une demoiselle anglaise. Il a un don comique auquel le public n’a pu résister.

F G

Reste une mise en scène manquant peut-être un peu d’énergie, avec quelques blancs, quelques déplacements qui ralentissent l’action et bien sûr, de temps en temps un petit trou dans le texte mais pour des amateurs… chapeau, c’est le cas de le dire ! Et l’on sent tout le plaisir qui l’emporte sur le trac.
Autre petite remarque : le problème de jouer quatre pièces dans des décors différents, ce qui fait que les entr’actes sont quelquefois un peu longs lorsque le public attend dans le noir et la fraîcheur du soir. Le système d’une pièce unique est plus approprié, il me semble, le rythme restant soutenu tout au long de la soirée et les moments d’attente supprimés.
Reste que nous avons passé une excellente soirée en compagnie des loups.*

B

Jacques Brachet
*Andrée Abadie, Nauria Hudelot, Simone Illiano, Christiane Louault, Lydia Przadka, Jocelyne Yepes… et Patrick Dias !

les beaux rendez-vous au jardin de Six-Fours

A

Décidément ce week-end varois aura été un hymne à la nature.
Des floralies de Sanary aux rendez-vous aux jardin partout en France et particulièrement à Six-Fours, l’Art et la Nature se sont admirablement mariés.
Ces rendez-vous aux jardins sont devenus incontournables, grâce au ministère de la Culture et aux municipalités et chaque année c’est un véritable plaisir que de se retrouver à Six-Fours, à la Maison du Cygne, haut lieu de l’art grâce aux magnifiques expositions que l’on découvre toute l’année et à ce jardin extraordinaire labellisé « Jardin remarquable » où si les canards ne parlent pas anglais, les sculptures monumentales poussent aux milieu des fruits, des fleurs, des feuilles, des branches et même des légumes.

B C D

Cela, nous le devons à son maire, Jean-Sébastien Vialatte et à ses deux têtes pensantes culturelles : Dominique Ducasse et Dominique Baviéra.
Durant un week-end, donc, ce jardin vit à l’heure de la musique, de la peinture, de la sculpture et de la nature.

E

Arrêtons-nous d’abord devant l’œuvre exceptionnelle en noir et blanc d’Ursula Caruel, cette arlésienne d’adoption (elle est née dans les Ardennes). Une œuvre pas banale que ce soient des dessins, des gravures, des installations, des sculptures, toutes reliées à la nature, aux arbres, aux écorces, avec une dominante noire qui, sur le blanc font s’enchevêtrer des branches, des racines, des ombres fantomatiques et mystérieuses. Et pour Six-Fours, elle a composé des installations avec du bois de la région. Ursula nous fait entrer dans son monde étrange, éthéré, élancé, d’une belle esthétique. Grâce à elle le bois calciné devient objet d’art ou oeuvre d’art, tant le végétal l’inspire et nous transmet de l’émotion, de la force, de la poésie, de l’énergie.

G F H

Un détail amusant : toute de noir vêtue, son beau visage de madone surmonté de lunettes cerclées de noir, ses longs cheveux noirs l’encadrant, elle entre dans ses œuvres et se mêle à ces branchages torturés y apportant une certaine sérénité. C’est superbe.

K M L

Et puis, dans l’espace Claude-Henri Pollet, l’on découvre une autre nature : une nature débridée, fugace, inventive, créée par les élèves des écoles, Des papillons faits de feuilles et de végétaux, des insectes étranges, des mobiles multicolores… C’est plein d’inventivité même si c’est du land art, c’est à dire de l’art éphémère. C’est une exposition qui a été conçue tout au long de l’année par les enseignants et leurs élèves et les enfants des classes potager du Pôle Arts Plastique. et parmi tous ces artistes en herbe, sortiront certainement quelques talents de demain.

N O

N’oublions pas ces beaux sculpteurs qui se sont disséminés dans le jardin : Dany Arnault, Emmanuelle Not, François Disle, Saïd Taffahi, André et Renée Andreini, Frédéric Ferrara, Manuel Paoli, Richard et Hervé di rosa, Dominique Sagnard, Marc da Costa.
L’inauguration a été faite en musique par les élèves du conservatoire à rayonnement régional-antenne de Six-Fours, placés sous la direction de Laura Laino.
Le thème de cette année étant « Les animaux au jardin », durant deux jours des animations seront proposées autour des ruches, des insectes, les oiseaux, vous pourrez aussi faire du troc de plantes, vous pourrez écouter des lecture proposées par la Cie des amateurs Maladroits et les Editions la lettre sous le bruit. Des ateliers de peinture, de rempotage, un concert musical donné par L’Uni-Verse Trio…
Bref, ce sera du non stop durant ces deux joyeuses journées où petits et grands, parents et enfants pourront se retrouver dans une ambiance festive, artistique et écologique.
Que demande le peuple ?

Jacques Brachet